Navigation – Plan du site

Travailleurs des tanneries, travailleurs des déchets du Caire. Paysages urbains singuliers, histoires de familles et savoir-faire professionnels

Tannery's workers and waste's workers in Cairo. Singular urban landscapes, family stories and professional skills
Bénédicte Florin
p. 111-139

Résumés

Au Caire, le quartier des Tanneries et les quartiers de chiffonniers constituent des espaces populaires et industrieux où vivent et travaillent de nombreuses familles employées à valoriser les « restes », qu’il s’agisse des peaux ou des déchets. Singuliers, peu visibles et souvent menacés, ces micro-mondes se situent aux marges de la ville et leurs travailleurs et travailleuses se situent, également, aux marges de la société urbaine du fait de leurs activités considérées comme sales. Pourtant, la reconstitution de leurs itinéraires témoigne de leurs savoir-faire professionnels et de l’émergence d’une catégorie d’entrepreneurs qui a participé à la création progressive d’un « artisanat-industriel ». Celui-ci conserve, en partie, une dimension artisanale, informelle, familiale et communautaire, tout en empruntant, en partie, à la dimension industrielle ses outils, ses réseaux formels, sa concentration spatiale et sa force de travail. Non dénué de rapports de dépendance, sinon de domination, cet artisanat-industriel fonctionne de manière systémique sur la base d’une imbrication forte entre activités informelles et formelles et de circulations intenses dans la capitale. Déjà engagées, la démolition des Tanneries – en vue de leur relocalisation dans le désert – ainsi que celle du quartier des chiffonniers de Batn al-Baqara – en vue d’y favoriser la promotion immobilière privée – auront de graves conséquences économiques et sociales pour de nombreux travailleurs de ces quartiers.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Quartier des Tanneries, quartiers des chiffonniers : des espaces singuliers, invisibles et menacés
Paysages urbains, paysage du travail, paysage sociaux
Des espaces toujours menacés : expulsions, démolitions et délocalisations
Itinéraires et pratiques professionnelles des travailleurs des déchets et des tanneries
Être chiffonnier, une histoire de famille
Venir travailler aux Tanneries : l’entremise des « oncles »
Les distinctions professionnelles : patrons tanneurs et « businessmen de la propreté »
Un artisanat industriel qui repose sur le secteur informel
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Dans le Vieux Caire – Masr el-Qadima –, 1 000 tanneries, enregistrées à la Chambre des Tanneurs, ont été recensées afin d’être délocalisées à partir de 2017 dans le désert, auxquelles il faut ajouter sans doute bien davantage de petits ateliers sous-traitants de tannage, de fabrique de glu et gélatine, ou de récupération des poils et de la laine, non reconnus par la Chambre. Ces ateliers et leurs activités constituent l’essentiel du quartier des Tanneries, espace populaire et industrieux où de nombreux travailleurs et leurs familles vivent. Au Caire, encore, sept quartiers de chiffonniers – zabbâlîn – rassemblent sans doute quelque 100 000 personnes occupées à trier les déchets collectés en ville et à les recycler dans plus de 1 000 ateliers informels. De nombreuses proximités permettent de rapprocher ces espaces de vie et d’activité : leurs paysages urbains les distinguant des autres quartiers ou des paysages industriels classiques, les origines et parcours des travaill...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Florin, « Travailleurs des tanneries, travailleurs des déchets du Caire. Paysages urbains singuliers, histoires de familles et savoir-faire professionnels », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 19 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ema/4658 ; DOI : 10.4000/ema.4658

Haut de page

Auteur

Bénédicte Florin

BÉNÉDICTE FLORIN est maître de conférences en géographie à l’Université de Tours. Depuis 1993, ses recherches portent sur la citadinité des habitants des quartiers populaires du Caire et notamment sur le quartier des Tanneries. En 2007, elle a engagé un travail sur les travailleurs des déchets du Caire qui s’est poursuivi à partir de 2011 à Casablanca, puis à Istanbul dans l’objectif d’une mise en perspective. Son approche est qualitative et compa-rative, fondée sur de nombreux entretiens et des observations de terrain. Elle a publié avec C. Cirelli Sociétés urbaines et déchets (PUFR, 2015).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals