Skip to navigation – Site map

Travailleurs des tanneries, travailleurs des déchets du Caire. Paysages urbains singuliers, histoires de familles et savoir-faire professionnels

Tannery's workers and waste's workers in Cairo. Singular urban landscapes, family stories and professional skills
Bénédicte Florin
p. 111-139

Abstracts

In Cairo, the Tanneries neighbourhood and the wastepickers neighbourhoods are popular and industrious spaces where live and work many families used to value skin or waste. Singular, invisible and often under threat, these micro-worlds are at the margins of the city and their workers are also at the margins of urban society because of their activities considered dirty. However, the reconstitution of their career shows their professional knowledge and the emergence of a category of businessmen who participated in the creation of a "handworker-industrial". This one retains, in part, an artisanal, informal, family and community dimension, while borrowing, in part, from the industrial dimension its tools, its formal networks, its spatial concentration and its work force. This "handworker-industrial" works systemically on the basis of a strong interweaving between informal and formal activities and intense traffic in the capital. Already committed, the demolition of Tanneries (with a view to their relocation in the desert) as well as that of the wastepickers district of Batn al-Baqara (with a view to promoting private real estate development) will have serious economic and social consequences for many workers in these neighbourhoods.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2022.
Read it

Outline

Introduction
Quartier des Tanneries, quartiers des chiffonniers : des espaces singuliers, invisibles et menacés
Paysages urbains, paysage du travail, paysage sociaux
Des espaces toujours menacés : expulsions, démolitions et délocalisations
Itinéraires et pratiques professionnelles des travailleurs des déchets et des tanneries
Être chiffonnier, une histoire de famille
Venir travailler aux Tanneries : l’entremise des « oncles »
Les distinctions professionnelles : patrons tanneurs et « businessmen de la propreté »
Un artisanat industriel qui repose sur le secteur informel
Conclusion

Text / first lines

Introduction

Dans le Vieux Caire – Masr el-Qadima –, 1 000 tanneries, enregistrées à la Chambre des Tanneurs, ont été recensées afin d’être délocalisées à partir de 2017 dans le désert, auxquelles il faut ajouter sans doute bien davantage de petits ateliers sous-traitants de tannage, de fabrique de glu et gélatine, ou de récupération des poils et de la laine, non reconnus par la Chambre. Ces ateliers et leurs activités constituent l’essentiel du quartier des Tanneries, espace populaire et industrieux où de nombreux travailleurs et leurs familles vivent. Au Caire, encore, sept quartiers de chiffonniers – zabbâlîn – rassemblent sans doute quelque 100 000 personnes occupées à trier les déchets collectés en ville et à les recycler dans plus de 1 000 ateliers informels. De nombreuses proximités permettent de rapprocher ces espaces de vie et d’activité : leurs paysages urbains les distinguant des autres quartiers ou des paysages industriels classiques, les origines et parcours des travaill...

Top of page

References

Electronic reference

Bénédicte Florin, « Travailleurs des tanneries, travailleurs des déchets du Caire. Paysages urbains singuliers, histoires de familles et savoir-faire professionnels », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 19 | 2019, Online since 01 January 2021, connection on 03 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/ema/4658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.4658

Top of page

About the author

Bénédicte Florin

BÉNÉDICTE FLORIN est maître de conférences en géographie à l’Université de Tours. Depuis 1993, ses recherches portent sur la citadinité des habitants des quartiers populaires du Caire et notamment sur le quartier des Tanneries. En 2007, elle a engagé un travail sur les travailleurs des déchets du Caire qui s’est poursuivi à partir de 2011 à Casablanca, puis à Istanbul dans l’objectif d’une mise en perspective. Son approche est qualitative et compa-rative, fondée sur de nombreux entretiens et des observations de terrain. Elle a publié avec C. Cirelli Sociétés urbaines et déchets (PUFR, 2015).

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals