Navigation – Plan du site

AccueilTroisième série20Réforme, science et politique : p...

Réforme, science et politique : points de vue croisés sur les conditions morales de la domination

Reform, science and politics: cross-views on the moral conditions of domination
Christian Topalov
p. 37-55

Résumés

Deux dimensions en tension sont constitutives de ce qu’Alain Roussillon a défini comme le « réformisme » dans le premier XXe siècle égyptien et, plus largement, les situations de domination coloniale ou semi-coloniale : il y a urgence à changer notre société pour qu’elle surmonte son arriération, mais cela ne peut être fait en imitant l’Occident. La catégorie de « réforme » (al-islâh) était alors « le lieu commun de toute pratique intellectuelle et politique », au sens où elle était partagée par les milieux « réformistes » au sens étroit et par leurs adversaires politiques : c’est cette « clôture réformiste » qui permet de comprendre, par exemple, les trajectoires opposées, mais parallèles, de Sayyid Qutb et Sayyid ‘Uways, le théoricien des Frères musulmans et le « travailleur social organique » des années 1920 et 1930.
Les concepts élaborés par Roussillon pour penser l’Égypte colonisée viennent interroger et modifier les questionnements sur la « réforme » de l’autre côté de la grande division du monde. La déploration de la présence des barbares au coeur de la grande ville et de la décadence des classes dirigeantes n’était pas l’exclusivité des élites colonisées : elle était souvent au principe du sursaut réformateur parmi les intellectuels des couches montantes dans les métropoles industrielles. Mais, contrairement aux élites réformatrices des colonies, ils ne doutaient pas de leur capacité morale à être porteurs d’un renouveau national.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Topalov 2015 : 179-190. Sur Engels, voir Stedman Jones 1996.

1Dans un article publié par la revue Genèses en 1996, Alain Roussillon a mis en scène Muhammad Abd al-Karim, fonctionnaire du ministère égyptien des Affaires sociales – créé en 1939 – et secrétaire de rédaction de la Revue des affaires sociales, que le ministère distribuait gratuitement à ses agents et aux hauts fonctionnaires des autres administrations. Ce personnage a publié dans cette revue, entre 1940 et 1946, un ensemble d’articles intitulé « Images du Caire inconnu », autant de visites dans les faubourgs industriels et populeux de la capitale. Ce slumming à l’égyptienne reprenait – on peut penser que c’était de façon informée – une pratique et une figure rhétorique classiques des réformateurs sociaux européens, particulièrement des observateurs de l’Angleterre – comme le jeune Engels à Manchester, Henry Mayhew, Charles Booth ou Jack London à Londres, et bien d’autres explorateurs des bas-fonds de la grande ville1. Au fil de ces descriptions, Abd al-Karim déclinait les thèmes centraux du diagnostic partagé par ce que Roussillon appelle les « milieux réformistes » de son temps : en premier lieu, la « loi des trois fléaux » – le cercle vicieux de la pauvreté, de la maladie et de l’ignorance –, mais aussi un ensemble de thèses sur ses causes et de propositions pour y remédier.

  • 2 Abd al-Karim 1942, cité par Roussillon 1996 : 29-30.
  • 3 Sur ces constructions précaires (‘ichach), voir Arnaud 1998 : 314-321.
  • 4 Sur les projets de destruction des échèches au Caire dans les années 1920 et 1930, voir Volait 200 (...)

2L’auteur, dont nous ne savons presque rien, livre une anecdote de son enfance – dans le registre des récits d’illumination dont étaient coutumiers les philanthropes européens des deux sexes – qui serait à l’origine de sa prise de conscience sociale et réformiste2. Alors qu’il avait sept ans, son grand-père, officier municipal dans le district portuaire, industriel et pauvre de Boulaq, lui avait raconté avoir ordonné de démolir et incendier les « échèches »3 du quartier de Turgoman atteint par le choléra et cela, poursuivait-il, « malgré les pleurs et les lamentations de leurs habitants qui se retrouvaient sans abri et isolés du reste de la population ». Le grand-père reçut bientôt la visite d’un saint homme du quartier, qui appela sur lui le châtiment divin. Une forte fièvre s’en suivit, il devint aveugle et démissionna de ses fonctions pour finir ses jours dans la prière, « implorant le pardon divin pour l’injustice qu’il avait commise ». Abd al-Karim poursuivait : j’ai longtemps considéré que mon grand-père avait commis un acte de cruauté mais, lorsque j’ai à mon tour parcouru les rues de Turgoman, « je pus apprécier à sa juste valeur ce qu’il avait fait, souhaitant qu’il me soit donné de faire preuve de la même résolution ». Toutefois, précise-t-il, si mon grand-père a péché, c’est qu’il a été obligé d’agir dans l’urgence extrême : nous pouvons aujourd’hui prévenir un tel fléau par des actions qui anticipent les épidémies et les empêchent d’éclater. Tel est, conclut le réformateur, notre nouveau devoir4.

3Deux dimensions, constitutives de la tension interne du réformisme tel qu’Alain Roussillon l’a défini pour le premier XXe siècle égyptien, sont contenues dans cette anecdote : il y a urgence à changer notre société pour qu’elle surmonte son arriération, mais cela ne peut pas être fait en imitant l’Occident. On pourrait préciser : pratiquer la slum clearance comme les Britanniques serait funeste, il nous faut réformer l’habitat tout en préservant et restaurant la communauté. Mais comment faire ? Le diagnostic, les savoirs et le programme réformistes sont nés pour répondre à cette question.

  • 5 « De la difficulté de nommer » (Roussillon 2005 : 227, no 2) : il mettait « monde ‘arabo-musulman’ (...)

4Je voudrais, dans cet article, poursuivre le dialogue avec Alain Roussillon sur la question de la réforme, en faisant état, de façon croisée, des analyses qu’il a proposées, du Maroc à l’Égypte, et de ce que j’ai pu étudier, de mon côté, en Grande-Bretagne, en France ou aux États-Unis à la même époque. Je souhaite mettre en évidence, de cette façon, que ce grand spécialiste des choses arabes était aussi un savant dont l’œuvre est importante pour l’étude des choses de l’Occident5.

Réformistes en situation coloniale

5Sur la réforme et les réformistes, comment Roussillon travaillait-il ? Sur des textes, pour l’essentiel, qu’il savait transformer en archive en les lisant au plus près, en faisant de ces documents le support d’observations micro-locales multipliées. On pense à la méthode de Quentin Skinner, à celle des science studies, plus largement, à la microstoria. Textes et auteurs sont toujours situés avec précision, leurs conditions de production identifiées, leurs programmes discursifs et pratiques explicités, attachés chaque fois à une situation décrite aussi précisément que possible. Cette forme d’enquête, attachée à la localité des significations, est aux antipodes de la vieille histoire des idées, parfois réintroduite sous les atours de l’histoire intellectuelle ou de la philosophie politique, pour lesquelles les concepts n’ont guère besoin d’un support matériel ou social pour voyager dans le temps et dans l’espace.

6Les « auteurs » auxquels Roussillon s’intéressait n’avaient guère, en leur temps, un tel statut. Ce n’étaient pas de grandes figures du monde politique, religieux, littéraire, ni des orientalistes éminents. C’était des personnages généralement obscurs, sur lesquels on ne sait que très peu et dont les textes avaient été oubliés. Par exemple, Muhammad Ibn ‘Abdallah al-Saffâr, marchand de Tétouan attaché à une délégation représentant le souverain marocain à Paris en 1845 et chargé de rédiger le rapport de ce voyage (Roussillon 1999a). Ou alors, Muhammad ‘Umar, un fonctionnaire de l’administration des Postes qui publia au Caire en 1902 un livre passé inaperçu : L’état présent des Égyptiens ou le secret de leur arriération (Roussillon 1995b). Ou, encore, Ibn al-Mu’aqqit (Mohammed Ibn Abdallah al-Murrâkushi), un faqîh – spécialiste de jurisprudence religieuse – qui n’était jamais sorti de sa ville de Marrakech et a pourtant écrit, dans les années 1930, Les Gens du navire, un récit de voyage imaginaire en quête du lieu impossible où l’on pourrait vivre en bon musulman (Roussillon et Saaf 1998). Ou, enfin, les auteurs, largement anonymes, de la Revue des affaires sociales, corpus qui faisait suite à celui des enquêtes de l’Association égyptienne d’études sociales (Roussillon 1991b et 1999b).

7Chaque fois, par une critique serrée de la source qui permet de la mettre en situation, il s’agit d’essayer d’identifier « l’acteur collectif qui tient ce discours ou le ‘lieu social’ à partir duquel il peut être tenu » (Roussillon et Saaf 1998 : 73). On apprend, ainsi, qui étaient les fonctionnaires du ministère égyptien des Affaires sociales, issus des associations philanthropiques – pour une part de matrice britannique – ou formées par elles, qui se sont ensuite professionnalisés dans l’administration. Ou bien les « compagnons des tempêtes célestes », qui voyageaient fictivement aux côtés de al-Mu’aqqit, des ulémas salafistes doublement marginalisés par leur critique virulente du pouvoir royal et par le contrôle du protectorat sur les autorités religieuses – contraints, en quelque sorte, à chercher une réponse à une condition coloniale qui les condamnait.

8Le travail sur le texte est précis, quasiment philologique. On ne s’étonnera pas de l’attention aigüe à la langue, qui protège l’analyse de la transparence illusoire que peut véhiculer la traduction et qui s’attache à la localité des concepts avant de les mettre en série. Attention portée, aussi, à la matérialité du texte et aux procédés argumentatifs, dans la tradition de Chartier ou de Genette. Il n’y a pas de texte sans support matériel, ni d’intelligence du texte hors de son paratexte. Ainsi, Muhammad ‘Umar publiait un des premiers livres imprimés en Égypte avec une forme « moderne », organisé en chapitres, comportant une table des matières et des notes de bas de page. Ibn al-Mu’aqqit, à l’inverse, insérait sans guillemets les versets du livre saint dans sa phrase, présumant que ses lecteurs ne pouvaient qu’en reconnaître la source. Ce sont là des indications essentielles sur les publics visés et les pactes de lecture proposés.

9Toutes ces façons de faire enquête permettent d’approcher une des questions centrales posées par Roussillon : que fait le discours ? Ce qu’il voulait comprendre, c’est « la façon dont un texte construit un monde » (Roussillon et Saaf 1998 : 74). Ainsi, le succès précoce de l’école sociologique française en Égypte tiendrait au fait que le projet durkheimien : « fonder une morale qui réponde aux exigences de la pensée scientifique », était congruent avec la question des réformistes des années 1920 et 30 : comment « se doter d’une pensée scientifique correspondant aux exigences de la foi et de la morale endogènes » ? (Roussillon 1999b : 1367). Cette interprétation exprime, de la part du chercheur, une posture fondamentale : les sociétés « arabo-musulmanes » ne peuvent être pensées comme dotées d’une extra-territorialité vis-à-vis des sciences sociales forgées en Occident. La preuve en est le constant dialogue de leurs penseurs avec celles-ci, fut-il conflictuel – comme dans le cas le plus apparemment paradoxal, celui de Sayyid Qutb, que sa « trajectoire réformiste » conduisit à devenir un théoricien majeur des Frères musulmans (Roussillon 1991a).

  • 6 Souligné par l’auteur.

10L’outil analytique sur lequel je voudrais porter l’attention est la notion de « réforme ». Le mot appartient à la langue arabe : al-islâh, avec une spécification en « réforme sociale » : al-islâh al-ijtimâ’î. Plus encore : en Égypte au tournant des XIXe et XXe siècles, la réforme « apparaît comme le lieu commun de toute pratique intellectuelle et politique » (ibid. : 91)6. C’est donc une catégorie analytique datée, historiquement située : elle appartient à une époque et le chercheur s’en empare pour interpréter celle-ci. Il en observe le fonctionnement en Égypte, du lendemain de l’occupation militaire britannique (1882) à la veille de la révolution nassérienne (1952), au Maroc dans les années 1930 et 40, il la retrouvera par la suite au XIXe siècle, chez des voyageurs marocains en France et égyptiens au Japon.

11Qui étaient les porteurs de ce « lieu commun » ? Deux définitions emboîtées sont proposées. La première, étroite, vise les « réformistes » ou la « mouvance réformiste » (Roussillon 1996 : 22). Il s’agissait d’acteurs sociologiquement divers, mais situés en une même place du champ politique de la période coloniale. Ce n’étaient pas des traditionnalistes ou conservateurs, auxquels les réformistes reprochaient un repli sectaire qui les isolait de la communauté. Ce n’étaient pas non plus des nationalistes, qu’ils critiquaient comme brisant l’unité de la communauté. Ils se situaient et se constituaient au centre de l’échiquier politique. En Égypte, c’étaient les hommes des « partis minoritaires », alliés et instruments de la dynastie sur laquelle s’appuyaient les Britanniques. Au Maroc, c’étaient les hommes des appareils politiques et religieux liés au pouvoir colonial et choyés par la politique de Lyautey. Ils ne mettaient pas en cause l’altérité coloniale : une société, à leurs yeux, a le pouvoir qu’elle mérite et l’on peut concevoir qu’elle soit bien guidée, même sous la tutelle du colonisateur. Ce qu’ils mettaient en cause, en revanche, c’était la corruption de la société : l’imitation servile des Européens interdisait à la communauté de mettre à profit les leçons que ceux-ci lui donnaient pour surmonter sa faiblesse et retrouver sa grandeur. Roussillon parle, à ce propos, d’un « passage dépolitisé au politique » (1995b : 40) : les enjeux politiques étaient transposés sur le terrain de la morale, comme exigence d’un « réarmement moral », ou alors sur le terrain technique, comme exigence d’une rationalisation des pratiques administratives et économiques.

12Mais le « réformisme » était une vision du monde qui débordait largement le cercle des « réformistes », car il organisait aussi le discours de leurs adversaires politiques : en Égypte, les nationalistes du Wafd, les officiers nassériens, les communistes. Il organisait tout autant, notons-le, les diagnostics d’une partie des cadres britanniques et français de l’appareil gestionnaire colonial. Dans cette acception, le réformisme n’est pas une position politique, c’est un idiome, une grammaire, une clôture, qui contribue à configurer le champ du possible en même temps que du souhaitable. Ce qui fait que, lorsqu’en Égypte les « réformistes » furent balayés de la scène politique, ceux qui travaillaient dans les ministères, les agences gouvernementales de village et les coopératives expérimentales qui fonctionnaient dans la période de l’indépendance sous tutelle, continuèrent leur œuvre sous le régime des officiers libres. La charnière entre une période et l’autre fut fournie par l’amorce d’une professionnalisation de la réforme et, plus largement, par l’émergence de classes moyennes que les réformistes appelaient de leurs vœux.

13Ainsi, la « clôture réformiste » ne définit pas un clivage politique. Ce n’est pas une doctrine ou une idéologie : c’est « l’horizon même de toute pensée possible » en un lieu et un moment donnés (Roussillon 1995a : 12). C’est la définition partagée d’un problème, ou l’accord sur la matrice cognitive qui va permettre d’énoncer tous les problèmes pertinents de l’heure : cette base commune posée, les disputes pourront commencer sur les façons de les résoudre.

14Un article crucial d’Alain Roussillon fait travailler cette hypothèse dans une situation limite (1991a). Sayyid Qutb et Sayyid ‘Uways représentent deux trajectoires opposées quant à leur aboutissement politique et pourtant toutes deux possibles à l’intérieur de la clôture réformiste. L’un et l’autre étaient issus de familles de penchant nationaliste, avaient fait des études de type « moderne » et des séjours à l’étranger, puis épousé la même problématique réformiste. Mais ‘Uways, qui avait dans sa jeunesse adhéré à une association fondamentaliste, fit une carrière de sociologue et de « travailleur social organique », tandis que Qutb, qui avait abondamment écrit dans la Revue des affaires sociales, devint le théoricien des Frères musulmans. Une telle analyse et, plus largement, les travaux de Roussillon sur la réforme, mettent en discussion plusieurs grands récits qui organisent les représentations du passé récent de l’Égypte. La geste de la modernisation, fabriquée par les sciences sociales nord-américaines de l’époque de la guerre froide, ne tenait plus face à la découverte de la résistance identitaire logée dans toute position réformiste possible en situation coloniale. La geste nationaliste, pensée comme rupture absolue avec l’altérité coloniale, ne sortait pas indemne de l’observation des continuités des problématiques et du personnel réformiste entre les régimes. Était mise en cause aussi une description de l’islam politique comme l’inverse du projet progressiste, puisqu’il s’agissait pour ce courant de donner une autre réponse aux mêmes questions. Ce sont là, on le voit, des hypothèses à gros enjeux.

Nébuleuses réformatrices des métropoles industrielles

15Quittons un moment Égypte et Maghreb pour nous tourner vers les métropoles d’empire. Il me faut me départir un instant de l’artifice qu’est l’impersonnalité de l’article savant pour dire que la rencontre d’Alain Roussillon au moment où j’écrivais Laboratoires du nouveau siècle (Topalov 1999) fut un rare bonheur. Elle ne devait toutefois rien au hasard, car nous posions quasiment les mêmes questions à nos terrains respectifs, lointains les uns des autres quoiqu’intensément connectés. Je travaillais alors sur la constitution de ce qu’on peut appeler un champ de la réforme sociale dans la France des années 1880-1914, « champ faible » qui fut un moment florissant avant que son économie défaillante ne conduise à son absorption par les institutions de l’État social en construction. J’avais auparavant approché des réalités analogues en Grande-Bretagne et aux États-Unis, à l’occasion d’une recherche sur l’émergence des catégories de « chômage » et de « chômeur » (Topalov 1995). J’avais ainsi rencontré, au sein de diverses « nébuleuses réformatrices », des personnages qui avaient, avec les « réformistes » égyptiens ou marocains, un étonnant air de famille. Et j’avais été conduit, au cours de ces enquêtes, à élaborer une notion de « réforme » qui était cousine de celle mise en forme par Roussillon.

16« Réforme » et « réformateur » étaient des mots encore inhabituels dans l’historiographie française, du moins dans l’acception qui leur était donnée dans Laboratoires. Ces notions, comme toutes les catégories des sciences sociales, ne valent que par ce qu’elles permettent de voir qu’auparavant on ne voyait pas ou qu’on ne voyait plus. Même lorsque c’est à la matière historique qu’elles donnent forme, de telles catégories appartiennent toujours à notre présent. Outils de l’un des points de vue possibles du présent sur le passé, elles sont prises dans un double jeu de langage : elles impliquent toujours un décalage entre nos façons de dire et celles de l’époque que nous étudions, elles impliquent aussi une prise de position dans les controverses d’aujourd’hui. Rendre ce jeu aussi explicite que possible est l’une des tâches les plus nécessaires des sciences sociales qui s’intéressent au passé.

  • 7 La navire amiral (ou la canonnière) de la flottille étant, sans doute : Rémond 1988.

17On parlait volontiers en France, à la fin du XIXe siècle, de « réforme sociale » et de « réformateurs », à la même époque dans les pays anglophones, de reform et de reformers. Mais aujourd’hui, sous les dehors de la banalité, ces catégories impliquent, en fait, des controverses. L’une d’entre elles concerne le champ politique d’aujourd’hui, j’y viendrai en conclusion. Une autre est propre à l’historiographie de la IIIe République, c’est celle sur laquelle je vais m’arrêter maintenant. Utiliser sérieusement la catégorie de « réforme » dans le contexte historiographique français revient, en effet, à bousculer les interprétations habituelles de la période, celles qui prennent leur source dans l’histoire politique conventionnelle et dans l’histoire des idées politiques – dont le double retour marque, depuis quelque temps, la façon d’écrire l’histoire contemporaine7.

  • 8 Dans cette perspective, une « histoire immédiate » : Reinach 1901, et des histoires savantes : Bir (...)

18Parler de « réforme » comme nous proposons de le faire remet en cause, en effet, deux autres façons de dire et de décrire les débuts de la IIIe République. La première trouve son illustration la plus nette avec l’Affaire Dreyfus (1894-1906). Celle-ci cristallisait en effet la division de la société française en deux camps : républicains et nationalistes, laïques et cléricaux, héritiers de la Révolution qui entendaient achever enfin celle-ci dans l’ordre politique et réactionnaires nostalgiques de l’ancienne société – celle des hiérarchies et des autorités sociales naturelles. Dans ce contexte sémantique, il y a des hommes de progrès et des conservateurs, les réformes sont l’affaire des premiers et tout est dit8. Deux catégories, par conséquent, suffisent : conservatisme/réforme. C’est le schème qui organisait les récits historiques des radicaux de l’époque et qui est remis en action aujourd’hui par la philosophie politique et l’histoire intellectuelle – qui, toutes deux, adorent la République.

  • 9 C’est le point de vue qu’a adopté naguère Stone (1985) ou Elwitt (1986).

19Le second schème interprétatif est plus daté, car il s’intéresse à des clivages désormais désuets. Il prend en compte l’émergence, avec les congrès ouvriers et les groupes socialistes, d’un troisième camp, qui manifestait l’insertion ou l’intrusion des masses ouvrières et de la « question sociale » dans le jeu politique. Dès lors, la perspective change : ce n’est plus la bataille laïque ou les jeux parlementaires qui sont décisifs, mais la peur sociale et la question de la sauvegarde de l’ordre bourgeois. Les catégories classificatoires changent du même coup : les républicains opportunistes ou radicaux passent du côté du conservatisme et font face au camp de la révolution sociale. Deux catégories, à nouveau, suffisent : réforme conservatrice/révolution9.

  • 10 L’usage, en Europe, du couple sémantique réformiste/révolutionnaire m’a fait écarter le terme « ré (...)

20Les deux schèmes peuvent être combinés et le décor ainsi planté : le parti de l’ordre et celui du mouvement, qui avaient traversé le XIXe siècle, étaient désormais l’un et l’autre divisés, le premier entre nationalistes et républicains conservateurs, le second entre républicains de progrès et socialistes révolutionnaires. La coalition républicaine était donc au cœur – faut-il dire au centre ? – de cette topographie : elle avait finalement consolidé le nouveau régime, qui pouvait dès lors parachever l’œuvre de 1789 tout en ouvrant discrètement une nouvelle page – la peur sociale n’y étant peut-être pas pour rien : celle des droits sociaux du XXe siècle. À sa droite, les adversaires irréductibles de la Révolution, à sa gauche les contempteurs de la République bourgeoise. Dans un tel cadre, la notion de réforme se trouve enfermée dans un champ sémantique ternaire : conservatisme/réforme/révolution10. La « réforme » serait donc une voie moyenne en politique : celle que symbolise à merveille un Léon Bourgeois. La réforme, c’est le « tiers-parti social » qu’a défini Michelle Perrot (1974, 1-30) et qui réunissait, autour des radicaux, des catholiques ralliés et des socialistes réformistes.

21La catégorie de « réforme », telle que j’ai proposé de la faire travailler dans Laboratoires du nouveau siècle, déborde ce carcan de toutes parts, car elle ne relève pas de l’histoire des idées ou des institutions politiques. Avant de la définir sommairement, je voudrais souligner qu’elle a résulté, pour moi, d’une double opération d’importation ou de croisement de points de vue. Importation, d’abord, vers l’interprétation historique, d’une catégorie empruntée à l’époque étudiée elle-même. Le terme, en effet, était largement en usage en France à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. Dans des milieux très divers, à propos de multiples domaines d’action, quelles que soient les inclinations politiques, différentes et souvent opposées, on travaillait à « réformer » la société et l’on se décrivait volontiers comme « réformateur ». La Réforme sociale était l’organe des très « conservateurs » disciples de Le Play, tandis que nombre de socialistes, et pas seulement le « traître » Millerand, se réclamaient eux aussi de la réforme, chemin nécessaire vers la Révolution. En outre, même ceux qui n’utilisaient pas d’emblée ce vocabulaire, dès lors qu’ils voulaient compter en politique, n’avaient d’autre choix que discuter, dans des forums communs avec les hommes de la réforme, les diagnostics et les solutions proposés par ceux-ci. La référence commune à la réforme était donc floue, polysémique, ambiguë. Ce n’est pas pour autant qu’il faille la disqualifier comme pure rhétorique, car il s’agit peut-être là d’un indice que les classifications politiques canoniques ne fonctionnent pas également dans tous les champs de l’action publique.

  • 11 Le terme le plus usité en Grande-Bretagne reste néanmoins new liberalism (voir Freeden 1978).

22Importation, d’autre part, dans l’historiographie française de la France d’une catégorie qui est d’usage routinier dans l’historiographie états-unienne et britannique portant sur la même période. L’argument peut surprendre : pourquoi une approche qui serait pertinente ailleurs devrait-elle l’être aussi ici ? La proposition est de donner sa chance à une notion importée pour interroger des évidences enracinées dans nos traditions nationales. En Grande-Bretagne comme aux États-Unis, la notion de reformers est couramment utilisée pour décrire des mouvements qui ont marqué la fin du XIXe siècle et le début du XXe. L’usage de l’historiographie nord-américaine, en particulier depuis Richard Hofstadter (1955), est de rassembler ces courants sous l’étiquette de progressives, et A. Briggs (1961) ou P.F. Clarke (1974) ont pu proposer de la transposer pour décrire leurs homologues britanniques de l’époque11. Pourquoi ne pas risquer la même hypothèse à propos de la France ? Le transfert contrôlé de catégories étrangères n’est pas la méthode la moins féconde du comparatisme. Historiens britanniques et états-uniens ne se privent pas, d’ailleurs, de lire les archives françaises dans des termes issus de leurs propres traditions et leurs clefs de lecture permettent peut-être de discerner des objets qui restaient cachés aux chercheurs français. C’est ainsi que la notion de social liberalism – utilisée par exemple par Stanford Elwitt (1986 : 170-216) ou Janet Horne (2002) – ou celle de corporatism – introduite par Charles Maier (1975) et Richard Kuisel (1981) – sont venues interroger utilement certaines évidences indigènes.

  • 12 Parmi une littérature considérable, voir, par exemple : Rasmussen 1989, Charle 1994, Topalov 1994  (...)

23Relevons d’ailleurs qu’un tel transfert de schèmes interprétatifs était à l’œuvre chez les acteurs mêmes de la période. Les réformateurs français d’alors entretenaient d’intenses échanges internationaux et mobilisaient dans leurs batailles locales les images qu’eux-mêmes construisaient des expériences étrangères : ils affirmaient ainsi des homologies de positions et de propositions entre les protagonistes des débats français et ceux des autres pays. Ce fascinant jeu de miroirs retient désormais l’attention et offre un nouvel indice de la consistance de notre objet12.

24Venons-en à une définition. « Réforme » peut être placée sous des étiquettes conceptuelles proposées par des auteurs très différents. On peut évoquer l’épistémé de Foucault, le discours des dominants du premier Bourdieu ou les schèmes de l’habitus du second, le référentiel des approches cognitives des politiques publiques, voire certains aspects du paradigme de Kuhn. La réforme présente des propriétés qui l’apparentent, en effet, à tous ces objets.

25La réforme est d’abord un langage et ce langage forme clôture – pour reprendre la forte idée d’Alain Roussillon. C’est une clôture à la fois cognitive et pratique : elle définit la limite du pensable et du possible. C’est aussi une clôture qui s’impose pragmatiquement aux acteurs : quand on ne parle pas cette langue, on ne peut que se taire ou prêcher dans le désert. Car, pour avoir accès aux arènes où l’on délibère légitimement et utilement, la condition est de parler la langue de la réforme.

26Cet idiome forme consensus. Non, bien sûr, que tous ceux qui l’utilisent soient d’accord sur tout : au contraire, ils ne cessent de se disputer. Mais ils s’accordent au moins sur les mots qui permettent de définir les problèmes et la méthode pour les résoudre. Ils peuvent diverger sur les moyens, les mesures concrètes à prendre : privilégier la libre initiative des particuliers, l’action municipale, l’obligation légale, la liberté subsidiée, des institutions patronales, paritaires ou tripartites, ou toute autre forme d’action publique. Mais ils partagent une même façon de définir les problèmes et une même méthode pour les traiter : elle sera expérimentale, fondée sur des initiatives locales, l’observation des résultats, l’éventuelle généralisation. L’objet de ces observations et d’une action possible, c’est la société et ses institutions, c’est-à-dire un ordre de réalité différent de celui que constituent les individus et la prédication morale qui s’adresse à eux. Le ciment de leur accord, ils le trouvent dans la science : seule la science, la description objective du monde, peut unir des esprits, au-delà des disputes politiques. C’est cela la réforme : au plus vif du conflit, chaque camp affirme qu’il est plus efficace que l’autre pour obtenir des résultats et mettre en œuvre des méthodes sur le principe desquelles tous sont d’accord.

27La réforme, c’est donc aussi une conversation continue entre acteurs différents et des forums où elle est rendue possible. C’est dans ces lieux que s’élabore une langue commune et les règles partagées qui régulent les conflits entre des partenaires en compétition. De telles conditions ne sont pas données d’emblée, ni assurées de permanence : elles se construisent, elles se défont, elles se recomposent d’autres façons. La période qui nous intéresse ici est, en France et dans d’autres pays industrialisés, un moment où fleurirent avec une intensité exceptionnelle sociétés savantes, ligues militantes, expériences locales, associations professionnelles, commissions officielles, congrès nationaux et internationaux. Toutes ces réalités prises ensemble constituaient les bases institutionnelles et matérielles de l’émergence de nouveaux sens communs qui désignèrent à l’action de nouveaux objets et fixèrent aux disputes de nouvelles limites.

28Un des avantages de la notion de « réforme » ainsi envisagée est d’ordre pratique : elle permet de se dispenser d’en donner une définition comme s’il s’agissait d’un concept, d’une idéologie constituée ou d’un courant d’idées qu’il faudrait opposer à d’autres. Elle permet donc de décrire de façon empirique les réseaux sociaux qui, liant entre eux de multiples individus et institutions, se présentent comme une « nébuleuse réformatrice ». La métaphore indique la tâche à accomplir : explorer un univers fini mais aux contours indécis, une matière discontinue faite de noyaux denses et de zones relativement vides, des corps en voie de formation ou de désintégration, un ensemble d’objets organisés en systèmes partiels mais entraînés dans un mouvement d’ensemble.

  • 13 Il y avait aussi des sociabilités moins formalisées ou moins visibles, donc plus difficiles à sais (...)
  • 14 La notion est, évidemment, empruntée à Becker 1982.

29D’où une convention simple pour définir l’objet de la recherche : considérer comme « réformateurs » tous ceux qui fréquentent les institutions, les associations et les cercles liés entre eux qui constituent, de fait, les lieux, les milieux et les réseaux de la réforme. Ce sont ces formes institutionnelles qui rendaient possible un flux continu d’échanges entre des hommes et des femmes divisés sous de multiples autres rapports13. La réforme n’est en effet pas seulement un langage, elle est un monde, un monde d’acteurs – dont la description est indispensable pour comprendre à la fois ce qu’ils disent et ce qu’ils font14.

Transpositions croisées

  • 15 Je voudrais évoquer une analogie. De la même façon que Roussillon tenait à ce que les sciences soc (...)

30Alain Roussillon travaillait avec des concepts qui visaient la mise en comparabilité de sociétés que les sciences sociales ont eu longtemps coutume de considérer de façon séparée – l’orientalisme constituant une forme exacerbée de cette mise à distance. Il récusait aussi l’aporie sur laquelle peut déboucher la critique radicale d’un Edward Saïd, pour qui tout regard occidental porté sur l’Orient est nécessairement « orientaliste » – le seul regard « pur » ne pouvant alors être que celui de l’Oriental sur lui-même. Il prenait acte du fait que ces regards ont été, constamment et de multiples façons, en interaction (Roussillon 2005 : 23-24). D’où ses enquêtes sur les relations de voyage, documents qui permettent d’observer des comparateurs en action. Ce qui l’intéressait, c’était le regard sur l’Occident d’hommes habitant des sociétés placées sur l’autre bord de la division coloniale du monde : voyageurs bengalis à Londres et au Japon, ambassades ottomanes ou japonaises en Europe, aussi bien que voyageurs venus de sociétés « arabo-musulmanes » (Roussillon 1999c). Il y a, dans cette position de méthode, une façon discrète et efficace de récuser la notion d’une spécificité culturelle irréductible des sociétés ayant l’islam en héritage : le concept de « réformisme » est d’un usage beaucoup plus général15.

« […] le réformisme pourrait être défini, dans le contexte spécifique de l’intervention coloniale, comme le contre-paradigme opposé de l’intérieur à une réforme subie, à quoi il prétend substituer un projet de réfection endogène du Soi. En ce sens, le réformiste pourrait être identifié comme celui dont la posture, indissolublement morale, politique et heuristique, se construit à l’intersection d’‘états’ antinomiques de la réalité, comme arbitre entre ce qui est et ce qui devrait être – composante réformatrice de la posture –, mais surtout entre ce qui devrait ne pas être mais qui advient pourtant – ce qui constitue, dans la logique du présent propos, la visée proprement réformiste. » (1991a : 91)

31M’appuyant sur cette définition, je voudrais suggérer pour conclure comment un concept originellement élaboré pour penser l’Égypte colonisée peut venir interroger et modifier les questionnements sur la « réforme » de l’autre côté de la grande division du monde.

  • 16 Par exemple, pour les États-Unis : Jacobson 2000, Stoler 2006, Bender 2008.
  • 17 Voir les nombreux travaux sur l’urbanisme dans les colonies françaises (par ex. Rabinow 1989 : ch. (...)

32On a observé, depuis un certain temps déjà, que le regard des réformateurs européens ou nord-américains sur le peuple des grandes villes empruntait explicitement ses schémas à la situation coloniale16. Lorsqu’en 1890 à Londres, le fondateur de l’Armée du Salut, William Booth, publia son livre-programme, il l’intitula In Darkest England, d’après le titre donné par Stanley à ses aventures dans les profondeurs inexplorées du Congo, publiées l’été précédent : In Darkest Africa. Le réformateur trouvait objet à métaphore dans le moindre détail de ce récit d’un voyage dans « l’immensité de cette région de forêts sauvages, couvrant un territoire grand comme la France, où les rayons du soleil ne pénètrent jamais, où dans un air sombre, froid et humide rempli des vapeurs de marécages brûlants, des êtres humains réduits à la taille de pygmées et à la condition bestiale de cannibales sont tapis, vivent et meurent ». Et William Booth, inévitablement, de poursuivre : « Ne pouvons-nous pas trouver un parallèle à notre porte, et découvrir, à deux pas de nos cathédrales et de nos palais, des horreurs semblables à celles que Stanley a vu dans la grande forêt équatoriale ? » (W. Booth 1890 : 9 et 11-12). Le négociant réformateur Charles Booth utilisait aussi volontiers, au même moment, la rhétorique du voyage d’exploration pour présenter son enquête sur le peuple de Londres. Mais, précisait-il, l’objectif de l’explorateur n’était plus de faire le récit anecdotique de ses impressions, mais d’établir une carte : « Ce n’est pas à la campagne mais en ville qu’il faut inscrire terra incognita sur nos cartes sociales » (C. Booth 1893 : 591). Le temps des expéditions pionnières était révolu, il s’agissait de prendre possession d’un territoire grâce à une représentation complète de celui-ci. En ces temps de partage de l’Afrique, on peut comprendre la prévalence de telles métaphores, mais leur portée est plus que conjoncturelle : les mêmes catégories racialistes s’appliquaient aux sauvages des mondes lointains restant à conquérir et aux classes inférieures de l’East End de Londres, ou aux nouveaux immigrants d’Amérique. Et la même « mission civilisatrice » s’imposait à l’infanterie coloniale et aux social settlements des bas-fonds de la grande ville. Charles Masterman, un jeune réformateur promis à un bel avenir de haut fonctionnaire de Sa Majesté, soulignait en 1901 que cette mission avait pour première cible, en réalité, The Heart of the Empire. Et il renchérissait, un peu plus tard : la tâche, c’était de « coloniser l’Angleterre » (1907). On a observé aussi la circulation des méthodes réformatrices entre colonie et métropole. L’empire offrait, en effet, de vastes possibilités d’expérimentation, car il était souvent plus facile d’imposer aux indigènes ce qu’on ne pouvait obtenir des citoyens : les législations d’urbanisme furent, de ce point de vue, paradigmatiques17.

33Mais ce que le travail d’Alain Roussillon invite à penser, c’est dans quelle mesure la question proprement « réformiste », telle qu’il la définit, pouvait aussi se poser « au cœur de l’Empire ». Un premier point va, peut-être, de soi. Les réformateurs occidentaux étaient volontiers universalistes, comme l’étaient aussi la science dont il se réclamaient et les congrès qui les réunissaient – jusqu’en juillet 1914, toutefois –, tandis que les « réformistes » des pays colonisés pensaient d’abord le sort d’un seul pays, le leur, envahi parce qu’arriéré – tout en ayant parfois en vue un territoire plus vaste, Dâr al-islâm. Mais, à y regarder de plus près, si les premiers désignaient « les pauvres », « les classes laborieuses », « la population » ou « la société » comme étant l’objet de leurs observations, diagnostics et propositions, ce qu’ils visaient, en réalité, c’était la nation : une société enserrée dans des frontières, gouvernée par un État et en compétition, voire en conflit, avec d’autres nations. Cette dimension du projet réformateur était parfois explicite, par exemple lorsque des Français s’inquiétaient de la faiblesse de leur démographie face au voisin allemand, ou qu’ils s’interrogeaient – dans un langage racialiste caractéristique – sur « la supériorité des Anglo-Saxons » (Demolins 1897). Ou bien lorsque des Anglais déploraient la décadence de la race par stagnation ou des Nord-Américains son adultération par des mélanges inopportuns.

  • 18 Dualité déjà présente au XVIIIe siècle, en France comme en Angleterre (Minard 2009).

34Ainsi, le constat de la décadence n’était pas l’exclusivité des élites colonisées : il était parfois au principe du sursaut réformateur parmi les couches montantes des métropoles, dont les intellectuels se voulaient porteurs d’un renouveau national que les élites traditionnelles étaient désormais incapables de promouvoir. Les diagnostics réformateurs étaient souvent consécutifs à une catastrophe et avaient pour ambition d’éviter qu’elle ne se répète. En France, 1870 avait apporté à la fois une défaite ignominieuse devant les Prussiens et la Commune de Paris, dont le massacre avait sans doute été une solution satisfaisante pour quelque temps, mais qu’il valait mieux éviter de rééditer. En Grande-Bretagne, les unemployed riots de 1886 n’avaient pas eu de lendemain, mais avaient quand même été l’occasion de grosses peurs. Plus grave, les défaites répétées de l’armée britannique en Afrique du Sud en 1903 face à des bandes de paysans qui parlaient à peine anglais, posaient à la fois la question ouvrière – l’état physique déplorable des troupes – et la question impériale. Le contexte économique morose de la Grande Dépression des années 1880 et 1890 n’incitait nulle part à l’optimisme et offrait aussi matière à penser et argumenter aux réformateurs. Dans ces circonstances, au sein des couches montantes, des intellectuels mettaient en discussion, généralement de façon fort polie, la capacité des dirigeants traditionnels de conduire la rénovation qui épargnerait au pays le déclin. Ainsi, Émile Boutmy, qui fonda à Paris en 1872 l’École libre des sciences politiques, avait pour projet explicite de « refaire une tête de peuple » (Boutmy 1871), tout en obtenant les fonds nécessaires de nombreux donateurs grands-bourgeois (Damamme 1987). La perspective du déclin avait pour corrélat une modification du discours sur le progrès : on ne pouvait simplement faire confiance à l’avenir, il fallait concevoir le progrès aussi comme un retour à un état antérieur et des valeurs perdues ou menacées18. C’est ainsi qu’Émile Littré définissait la réforme en 1863, dans son dictionnaire, comme l’« action de ramener à l’ancienne forme ou de donner une forme meilleure ». Cet observateur de la langue et républicain bon teint n’aurait-il pas été aussi, à sa manière, un « réformiste » ?

35On peut toutefois objecter que l’argument du déclin était largement instrumental, car il était manié par des acteurs qui ne se considéraient pas comme eux-mêmes responsables de l’état du pays : il fallait seulement que le pays se réveille, les écoute et se décide enfin à remettre l’avenir entre les mains de ceux qui savent. Positionnement bien différent de celui des élites colonisées analysées par Roussillon, car elles ne s’interrogeaient pas seulement sur la capacité de leur pays à redevenir lui-même en empruntant aux autres, mais elles mettaient aussi en doute leur propre qualification à conduire ces changements : « ce qui constitue la spécificité de toute posture réformiste – par opposition à réformatrice –, c’est le constat porté par le réformiste de l’inadéquation entre les conditions de sa propre production comme intellectuel et la vocation qu’il revendique comme acteur social » (Roussillon 1991a : 91).

36Je crois néanmoins que nous pouvons trouver dans les métropoles un analogue aux « réformistes » ainsi décrits : ce sont les dirigeants politiques issus du peuple, ceux du « mouvement ouvrier » du premier XXe siècle. Dès que ces hommes s’aventuraient dans l’arène électorale, l’administration des municipalités, le Parlement ou les commissions gouvernementales, ils se trouvaient dans une situation qui peut être comparée à celle des élites colonisées. Ils devaient, en effet, combattre leurs adversaires dans un cadre défini par ceux-ci et ils constataient qu’ils n’étaient pas équipés des ressources nécessaires pour le faire. Ils étaient donc contraints de se réformer eux-mêmes pour être efficaces ou, au minimum, reconnus comme légitimes dans ces lieux étrangers où ils étaient en position de dominés. Ils étaient, en outre, conduits à découvrir que leurs troupes, les compagnons qui les avaient délégués dans ce territoire inconnu, étaient encore moins conformes qu’eux à ce que, peu à peu, ils finissaient par considérer comme le modèle de l’ouvrier éduqué, capable de prendre en mains la direction de la société. Ils se trouvaient donc en position de réformateurs vis-à-vis de la « classe ouvrière » tout en expérimentant leur inadéquation aux tâches requises pour secouer la domination dont eux-mêmes étaient l’objet. Cette situation, il faut y insister, était commune aux « réformistes » et aux « révolutionnaires », dès lors qu’il s’agissait de dirigeants ouvriers plutôt qu’issus des petites couches moyennes – moins désarmées à cet égard. Des réponses diverses furent données à ce défi. Elles étaient surtout parlées dans la langue des disputes internes aux organisations du « mouvement ouvrier » du premier XXe siècle : certains incriminaient la prise en mains des partis ouvriers par des cadres issus de la « petite bourgeoisie » ; d’autres dénonçaient l’ « aristocratie ouvrière » ou l’embourgeoisement des cadres ouvriers. Plus récemment, Bernard Pudal (1989) a analysé la production du cadre communiste thorézien dans les années 1930 et 40 comme une autre issue à cette situation : forger cet homme de marbre n’était pas simplement une injonction de Moscou, c’était surtout une réponse locale à la situation où se trouvaient les dirigeants d’une organisation de jeunes ouvriers propulsés dans le monde de la « démocratie bourgeoise ».

37Terminons cet article sur une note plus actuelle, car la clôture réformatrice est tout aussi contraignante au tournant du XXIe siècle qu’elle le fut au tournant du XXe. Elle a dramatiquement changé de contenu, mais ses mécanismes sont les mêmes. De toutes parts, sociétés et gouvernements sont sommés de « réformer ». Déjà, le consensus de Washington entre institutions financières internationales (1990) avait défini un programme de « réformes structurelles », toujours imposé aujourd’hui aux États qui ont recours à leurs prêts. Des organismes intergouvernementaux d’expertise économique comme l’OCDE, les grandes agences de notation, la Banque de Suède par le choix de la plupart de ses « prix Nobel » d’économie, la Commission européenne pour ce qui la concerne, toutes ces institutions en appellent aux « réformes ». La plupart des gouvernements ainsi interpellés obtempèrent, quand ils ne devancent pas les « recommandations » qui leur sont faites. En Europe, la grande presse emboîte le pas et objecte au « conservatisme » de ceux qui n’adhèrent pas aux « réformes ». Évidemment, il ne s’agit plus, comme dans le cycle réformateur du premier XXe siècle, de mettre en place des mécanismes de stabilisation du contrat de travail et de régulation des conflits industriels, d’assurances sociales protégeant des risques de la condition salariale, de mesures d’atténuation des cycles ou de redistribution des revenus. Il s’agit, à l’inverse, de défaire tout ce que les « réformateurs » de jadis avaient voulu construire et contribué à faire advenir. Mais l’obligation réformatrice s’impose, là encore, par des réseaux de mots, de personnes et d’institutions analogues à ceux du passé – et autrement plus puissants, car ils incluent des éléments cruciaux des appareils étatiques nationaux et transnationaux. De quoi réduire au silence, espèrent les réformateurs, ceux qui entendent ne pas se plier aux réformes.

Haut de page

Bibliographie

Abd al-Karim M., 1942, « Entre le quartier d’al-Turgoman et les échèches des singes », Revue des affaire sociales, vol. 3, n° 12 [en arabe].

Arnaud J.-L., 1998, Le Caire. Mise en place d’une ville moderne, 1867-1907, Arles, Sindbad/Actes Sud.

Becker H.S., 1982, Art Worlds, Los Angeles et Berkeley, University of California Press.

Bender D.E., 2008, « Perils of Degeneration : Reform, the Savage Immigrant, and the Survival of the Unfit », Journal of Social History, vol. 42, n° 1, p. 5-29.

Birnbaum P., 1994, L'Affaire Dreyfus : la République en péril, Paris, Gallimard (« Découvertes »).

Booth C., 1893, « Life and Labour of the People in London : First Results of an Inquiry Based on the 1891 Census […] », Journal of the Royal Statistical Society, vol. 56, n° 4, p. 557-593.

Booth W., 1890, In Darkest England and the Way Out, London et New York, International Headquarters of the Salvation Army.

Boutmy É., 1871, Quelques idées sur la création d'une faculté libre d'enseignement supérieur, Paris, Lainé.

Briggs A., 1961, « The Welfare State in Historical Perspective », European Journal of Sociology, vol. 2, n° 2, p. 221-258 (repris in : The Collected Essays of Asa Briggs, vol.2, Brighton, The Harvester Press, 1985, p. 177-211).

Charle C., 1994, « Ambassadeurs ou chercheurs ? Les relations internationales des professeurs de la Sorbonne sous la Troisième République », Genèses, n° 14, p. 42-62.

Clarke P.F., 1974, « The Progressive Movement in England », Transactions of the Royal Historical Society, 5th series, vol. 24, p. 159-181.

Cohen J.-L., 1995, Scènes de la vie future. L'architecture européenne et la tentation de l'Amérique, 1893-1960, Paris, Flammarion.

Cohen J.-L., Eleb M., 1998, Casablanca. Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan.

Damamme D., 1987, « Genèse d'une institution scolaire. L'École libre des sciences politiques », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 70, p. 31-46.

David T., Tournès L., 2014, « Introduction. Les philanthropies : un objet d’histoire transnationale », Monde(s), vol. 2, n° 6, p. 7–22.

Demolins E., 1897, À quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ? Paris, Firmin-Didot.

Duclert V., 1994, L'Affaire Dreyfus, Paris, La Découverte.

Elwitt S., 1986, The Third Republic Defended : Bourgeois Reform in France, 1880-1914, Baton Rouge, Louisiana State University Press.

Freeden M., 1978, The New Liberalism: An Ideology of Social Reform, Oxford, Clarendon Press.

Hofstadter R., 1955, The Age of Reform, New York, Knopf.

Horne J.R., 2002, A Social Laboratory for Modern France : The Musée Social and the Rise of the Welfare State, Durham, N.C., Duke University Press.

Jacobson M., 2000, Barbarian Virtues: The United States Encounters Foreign Peoples at Home and Abroad, 1876-1917, New York, Hill and Wang.

Kuisel R.F., 1981, Capitalism and the State in Modern France : Renovation and Economic Management in the Twentieth Century, Cambridge, Cambridge University Press.

Leonards C., Randeraad N., 2014, « Building a Transnational Network in the 19th Century : Social Reform in a European Perspective », in Rodogno, D., Struck, B., Vogel, J. (eds.), Shaping the Transnational Sphere : Experts, Networks, and Issues from the 1840s to the 1930s, Oxford et New York, Berghahn, p. 111–130.

Littré É., 1863-1869, Dictionnaire de la langue française, Paris, Hachette, 4 vol.

Maier C.S., 1975, Recasting Bourgeois Europe : Stabilization in France, Germany and Italy in the Decade After World War I, Princeton, N.J., Princeton University Press.

Masterman C.F.G., 1901, « Realities at Home », in Masterman, C.F.G. et al., The Heart of the Empire : Discussion of Problems of Modern City Life in England, With an Essay on Imperialism, London, T. Fisher and Unwin (2d. ed., London, T. Fisher and Unwin, 1907, p. 1-52).

Masterman C.F.G. et al., 1907, To Colonise England : A Plea for a Policy, London, T. Fisher Unwin.

Minard P., 2009, « La ‘réforme’ en France et en Angleterre au XVIIIe siècle : sens et fortune d’un mot d’ordre », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 56, n° 4bis, p. 5-13.

Perrot M., 1974, Les ouvriers en grève, Paris-La Haye, Mouton, 2 vol.

Pudal B., 1989, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Rabinow P., 1989, French Modern : Norms and Forms of the Social Environment, Cambridge, Mass., M.I.T. Press.

Rasmussen A., 1989, « Les Congrès internationaux liés aux Expositions universelles de Paris », Mil neuf cent, n° 7, p. 23-44.

Reinach J., 1901, Histoire de l'affaire Dreyfus, Paris, Fasquelle.

Rémond R. (dir.), 1988, Pour une histoire politique, Paris, Seuil.

Rodgers D.T., 1998, Atlantic Crossings : Social Politics in a Progressive Age, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

Roussillon A., 1985, « Sciences sociales et réformisme. Une sociologie de l’Égypte éternelle : Postface », in S. Uways, L’Histoire que je porte sur mon dos, Le Caire, CEDEJ, p. 285-314 (disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/cedej/1160>).

Roussillon A., 1991a, « Trajectoires réformistes. Sayyid Qutb et Sayyid ‘Uways : figures modernes de l'intellectuel en Égypte », Égypte/Monde arabe, 1re série, n° 6, p. 91-139.

Roussillon A., 1991b, « Savoirs réformistes et politique en Égypte au tournant des années 1940 », Genèses, n° 5, p. 54-80.

Roussillon A., 1995a, « Introduction. La modernité disputée : réforme sociale et politique en Égypte », in A. Roussillon (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, CEDEJ, p. 9-35 (disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/cedej/1396>).

Roussillon A., 1995b, « Réforme sociale et production des classes moyennes : Muhammad ‘Umar et ‘l’arriération des égyptiens’ », in A. Roussillon (dir.), Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, CEDEJ, p. 37-89 (disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/cedej/1398>).

Roussillon A., 1996, « ‘Comme si la ville était divisée en deux’. Un regard réformiste sur l’urbain en Égypte au tournant des années 1940 », Genèses, n° 22, p. 18-39.

Roussillon A., 1999a, « La division coloniale du Monde à l'épreuve du voyage : deux Marocains à Paris en 1845 et 1919 », Genèses, n° 35, 1999, p. 31-64.

Roussillon A., 1999b, « Durkheimisme et réformisme. Fondation identitaire de la sociologie en Égypte », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 54, n° 6, p. 1363-1394.

Roussillon A. (dir.), 1999c, « L’Europe vue d’ailleurs », Genèses, n° 35, 1999, p. 2-4.

Roussillon A., 2005, Identité et modernité. Les voyageurs égyptiens au Japon (XIXe-XXe siècle), Arles, Actes Sud (« Sindbad »).

Roussillon A., Saaf, A., 1998, « Mohammed Ibn Abdallah al-Mu’aqqit al-Murrâkushi : un salafiste, précurseur paradoxal de la modernisation au Maroc », in al-Mu’aqqit, Les Gens du navire ou le XIVe siècle. Réforme et politique dans le Maroc des années 1930, Casablanca, Afrique-Orient, p. 71-105.

Saunier P.-Y. (dir.), 2002, « Municipal Connections : Co-operation, Links and Transfers among European Cities in the Twentieth Century », Contemporary European History, vol. 11, n° 4.

Stanley H.M., 1890, In Darkest Africa, Or the Quest, Rescue and Retreat of Emin, Governor of Equatoria, London, S. Low, Marston, Searle and Rivington, 2 vol.

Stedman Jones G., 1996, « Voir sans entendre. Engels, Manchester et l'observation sociale en 1844 », Genèses, n° 22, p. 4-17.

Stoler A.L. (ed.), 2006, Haunted by Empire: Geographies of Intimacy in North American History, Durham, N.C., Duke University Press.

Stone J.F., 1985, The Search for Social Peace : Reform Legislation in France, 1890-1914. Albany, N.Y. : State University of New York Press, 1985.

Topalov C. (dir.), 1999, Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, Éditions de l’EHESS.

Topalov C., 1994, Naissance du chômeur, 1880-1910, Paris, Albin Michel.

Topalov C., 2015, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Paris, Classiques Garnier.

Volait M., 2001, « Town Planning Schemes for Cairo conceived by Egyptian Planners in the ‘Liberal Experiment’ Period », in J. Skovgaard-Petersen (ed.), Middle Eastern Cities 1900-1950: Public Spaces and Public Spheres in Transformation, Proceedings of the Danish Institute in Damascus, vol. 1, p. 44-71.

Volait M., 2009, « Autres regards : le Caire des urbanistes égyptiens de l’entre-deux-guerres », in G. Alleaume, S. Denoix, M. Tuscherer (dir.), Histoire, archéologies et littératures du monde musulman. Mélanges en l’honneur d’André Raymond, Le Caire, IFAO-IREMAM, p. 111-128.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Topalov 2015 : 179-190. Sur Engels, voir Stedman Jones 1996.

2 Abd al-Karim 1942, cité par Roussillon 1996 : 29-30.

3 Sur ces constructions précaires (‘ichach), voir Arnaud 1998 : 314-321.

4 Sur les projets de destruction des échèches au Caire dans les années 1920 et 1930, voir Volait 2001 et 2009.

5 « De la difficulté de nommer » (Roussillon 2005 : 227, no 2) : il mettait « monde ‘arabo-musulman’ » entre guillemets pour signaler qu’il était difficile de donner un nom à cette entité sans entrer dans les disputes de définition qui étaient partie intégrante de l’objet. Au long de cet article, j’esquiverai, moi aussi, la question : d’où, cette fois, « choses arabes ».

6 Souligné par l’auteur.

7 La navire amiral (ou la canonnière) de la flottille étant, sans doute : Rémond 1988.

8 Dans cette perspective, une « histoire immédiate » : Reinach 1901, et des histoires savantes : Birnbaum 1994, Duclert 1994.

9 C’est le point de vue qu’a adopté naguère Stone (1985) ou Elwitt (1986).

10 L’usage, en Europe, du couple sémantique réformiste/révolutionnaire m’a fait écarter le terme « réformiste » au profit de « réformateur ». D’où la différence de vocabulaire avec Alain Roussillon.

11 Le terme le plus usité en Grande-Bretagne reste néanmoins new liberalism (voir Freeden 1978).

12 Parmi une littérature considérable, voir, par exemple : Rasmussen 1989, Charle 1994, Topalov 1994 : 84-115, Cohen 1995, Rodgers 1998, Saunier 2002, David et Tournès 2014, Leonards et Randeraad 2014.

13 Il y avait aussi des sociabilités moins formalisées ou moins visibles, donc plus difficiles à saisir : salons, villégiatures partagées, ventes de charité, églises, temples et synagogues, franc-maçonnerie, écoles fréquentées en commun, etc.

14 La notion est, évidemment, empruntée à Becker 1982.

15 Je voudrais évoquer une analogie. De la même façon que Roussillon tenait à ce que les sciences sociales ne perdent pas leurs droits devant les « sociétés arabo-musulmanes », je crois qu’il faut considérer qu’elles ne les perdent pas non plus devant les sociétés à régime communiste. La notion de « totalitarisme » induit, vis-à-vis de l’épaisseur du social dans ces mondes-là, le même effet de méconnaissance que celle d’« Orient ». Les deux notions communiquent, d’ailleurs, par celle de « despotisme oriental ».

16 Par exemple, pour les États-Unis : Jacobson 2000, Stoler 2006, Bender 2008.

17 Voir les nombreux travaux sur l’urbanisme dans les colonies françaises (par ex. Rabinow 1989 : ch. 9, Cohen et Eleb 1998).

18 Dualité déjà présente au XVIIIe siècle, en France comme en Angleterre (Minard 2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Topalov, « Réforme, science et politique : points de vue croisés sur les conditions morales de la domination »Égypte/Monde arabe, 20 | 2019, 37-55.

Référence électronique

Christian Topalov, « Réforme, science et politique : points de vue croisés sur les conditions morales de la domination »Égypte/Monde arabe [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ema/6524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.6524

Haut de page

Auteur

Christian Topalov

Christian Topalov, sociologue, est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (Paris). Ses travaux récents portent sur les réformateurs sociaux à Paris et New York au début du XXe siècle et, en particulier, sur les mondes de la charité (Laboratoires du nouveau siècle, Éditions de l’EHESS, 1999 ; Philanthropes en 1900, Créaphis, 2019). Il étudie aussi l’histoire des sciences sociales dans leurs rapports avec l'action réformatrice, particulièrement dans la grande ville (La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001 ; Maurice Halbwachs, Écrits d’Amérique, Éditions de l’EHESS, 2012 ; Histoires d’enquêtes, Classiques Garnier, 2015). Il a animé un programme de recherche international portant sur huit langues, qui avait pour objet d’étudier la variabilité et l'histoire des significations données aux mots de la ville par les usages quotidiens (Divisions de la ville, Éditions de la MSH, 2002 ; L'Aventure des mots de la ville, Robert Laffont, 2010). Il applique actuellement des méthodes utilisées pour étudier les réformateurs sociaux du début du XXe siècle (analyse de réseaux, analyse de trajectoires) pour analyser les acteurs de la réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche en France au début du XXIe siècle (« Qui organise l’évaluation dans les sciences humaines et sociales en France ? » [avec Joël Laillier], Sociologie, vol. 8, n° 2, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search