Navigation – Plan du site

Réforme, science et politique : points de vue croisés sur les conditions morales de la domination

Reform, science and politics: cross-views on the moral conditions of domination
Christian Topalov
p. 37-55

Résumés

Deux dimensions en tension sont constitutives de ce qu’Alain Roussillon a défini comme le « réformisme » dans le premier XXe siècle égyptien et, plus largement, les situations de domination coloniale ou semi-coloniale : il y a urgence à changer notre société pour qu’elle surmonte son arriération, mais cela ne peut être fait en imitant l’Occident. La catégorie de « réforme » (al-islâh) était alors « le lieu commun de toute pratique intellectuelle et politique », au sens où elle était partagée par les milieux « réformistes » au sens étroit et par leurs adversaires politiques : c’est cette « clôture réformiste » qui permet de comprendre, par exemple, les trajectoires opposées, mais parallèles, de Sayyid Qutb et Sayyid ‘Uways, le théoricien des Frères musulmans et le « travailleur social organique » des années 1920 et 1930.
Les concepts élaborés par Roussillon pour penser l’Égypte colonisée viennent interroger et modifier les questionnements sur la « réforme » de l’autre côté de la grande division du monde. La déploration de la présence des barbares au coeur de la grande ville et de la décadence des classes dirigeantes n’était pas l’exclusivité des élites colonisées : elle était souvent au principe du sursaut réformateur parmi les intellectuels des couches montantes dans les métropoles industrielles. Mais, contrairement aux élites réformatrices des colonies, ils ne doutaient pas de leur capacité morale à être porteurs d’un renouveau national.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Réformistes en situation coloniale
Nébuleuses réformatrices des métropoles industrielles
Transpositions croisées

Aperçu du début du texte

Dans un article publié par la revue Genèses en 1996, Alain Roussillon a mis en scène Muhammad Abd al-Karim, fonctionnaire du ministère égyptien des Affaires sociales – créé en 1939 – et secrétaire de rédaction de la Revue des affaires sociales, que le ministère distribuait gratuitement à ses agents et aux hauts fonctionnaires des autres administrations. Ce personnage a publié dans cette revue, entre 1940 et 1946, un ensemble d’articles intitulé « Images du Caire inconnu », autant de visites dans les faubourgs industriels et populeux de la capitale. Ce slumming à l’égyptienne reprenait – on peut penser que c’était de façon informée – une pratique et une figure rhétorique classiques des réformateurs sociaux européens, particulièrement des observateurs de l’Angleterre – comme le jeune Engels à Manchester, Henry Mayhew, Charles Booth ou Jack London à Londres, et bien d’autres explorateurs des bas-fonds de la grande ville. Au fil de ces descriptions, Abd al-Karim déclinait les thèmes cen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Topalov, « Réforme, science et politique : points de vue croisés sur les conditions morales de la domination », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 20 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ema/6524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.6524

Haut de page

Auteur

Christian Topalov

Christian Topalov, sociologue, est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (Paris). Ses travaux récents portent sur les réformateurs sociaux à Paris et New York au début du XXe siècle et, en particulier, sur les mondes de la charité (Laboratoires du nouveau siècle, Éditions de l’EHESS, 1999 ; Philanthropes en 1900, Créaphis, 2019). Il étudie aussi l’histoire des sciences sociales dans leurs rapports avec l'action réformatrice, particulièrement dans la grande ville (La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001 ; Maurice Halbwachs, Écrits d’Amérique, Éditions de l’EHESS, 2012 ; Histoires d’enquêtes, Classiques Garnier, 2015). Il a animé un programme de recherche international portant sur huit langues, qui avait pour objet d’étudier la variabilité et l'histoire des significations données aux mots de la ville par les usages quotidiens (Divisions de la ville, Éditions de la MSH, 2002 ; L'Aventure des mots de la ville, Robert Laffont, 2010). Il applique actuellement des méthodes utilisées pour étudier les réformateurs sociaux du début du XXe siècle (analyse de réseaux, analyse de trajectoires) pour analyser les acteurs de la réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche en France au début du XXIe siècle (« Qui organise l’évaluation dans les sciences humaines et sociales en France ? » [avec Joël Laillier], Sociologie, vol. 8, n° 2, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals