Skip to navigation – Site map

Réforme, science et politique : points de vue croisés sur les conditions morales de la domination

Reform, science and politics: cross-views on the moral conditions of domination
Christian Topalov
p. 37-55

Abstracts

Alain Roussillon underlined two conflicting aspects of what he defined as « reformism » in early 20th-century Egypt and, more generally, in colonial or semi-colonial situations : we urgently must overcome our society’s backwardness, but we should not do it by imitating the West. The notion of « reform » (al-islâh) then was « the common ground of any intellectual and political practice », inasmuch it was shared by both the reformist circles narrowly defined, and their political foes. Such a « reformist enclosure » helps understand, for instance, the opposite but parallel courses of life of Sayyid Qutb and Sayyid ‘Uways, the Muslim Brother’ theoricist and the « organic social worker » of the 20s and 30s.
The concepts that Roussillon suggested for understanding colonial Egypt question and may modify those which are in use about the other side of the Great Divide. Deploring the presence of barbarians at the heart of the big city and the decadence of the ruling classes was not a monopoly of colonial elites : it often triggered the reformist surge amongst the intellectuals of the new middle classes in industrial metropolitan countries of the time. However, unlike colonial reformist elites, they would not put in doubt their moral ability to promote national renewal.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2023.
Read it

Outline

Réformistes en situation coloniale
Nébuleuses réformatrices des métropoles industrielles
Transpositions croisées

Text / first lines

Dans un article publié par la revue Genèses en 1996, Alain Roussillon a mis en scène Muhammad Abd al-Karim, fonctionnaire du ministère égyptien des Affaires sociales – créé en 1939 – et secrétaire de rédaction de la Revue des affaires sociales, que le ministère distribuait gratuitement à ses agents et aux hauts fonctionnaires des autres administrations. Ce personnage a publié dans cette revue, entre 1940 et 1946, un ensemble d’articles intitulé « Images du Caire inconnu », autant de visites dans les faubourgs industriels et populeux de la capitale. Ce slumming à l’égyptienne reprenait – on peut penser que c’était de façon informée – une pratique et une figure rhétorique classiques des réformateurs sociaux européens, particulièrement des observateurs de l’Angleterre – comme le jeune Engels à Manchester, Henry Mayhew, Charles Booth ou Jack London à Londres, et bien d’autres explorateurs des bas-fonds de la grande ville. Au fil de ces descriptions, Abd al-Karim déclinait les thèmes cen...

Top of page

References

Electronic reference

Christian Topalov, « Réforme, science et politique : points de vue croisés sur les conditions morales de la domination », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 20 | 2019, Online since 01 January 2023, connection on 05 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/ema/6524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.6524

Top of page

About the author

Christian Topalov

Christian Topalov, sociologue, est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (Paris). Ses travaux récents portent sur les réformateurs sociaux à Paris et New York au début du XXe siècle et, en particulier, sur les mondes de la charité (Laboratoires du nouveau siècle, Éditions de l’EHESS, 1999 ; Philanthropes en 1900, Créaphis, 2019). Il étudie aussi l’histoire des sciences sociales dans leurs rapports avec l'action réformatrice, particulièrement dans la grande ville (La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001 ; Maurice Halbwachs, Écrits d’Amérique, Éditions de l’EHESS, 2012 ; Histoires d’enquêtes, Classiques Garnier, 2015). Il a animé un programme de recherche international portant sur huit langues, qui avait pour objet d’étudier la variabilité et l'histoire des significations données aux mots de la ville par les usages quotidiens (Divisions de la ville, Éditions de la MSH, 2002 ; L'Aventure des mots de la ville, Robert Laffont, 2010). Il applique actuellement des méthodes utilisées pour étudier les réformateurs sociaux du début du XXe siècle (analyse de réseaux, analyse de trajectoires) pour analyser les acteurs de la réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche en France au début du XXIe siècle (« Qui organise l’évaluation dans les sciences humaines et sociales en France ? » [avec Joël Laillier], Sociologie, vol. 8, n° 2, 2017).

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals