Navigation – Plan du site

« Production des classes moyennes » et émergence du « social » pendant la Nahda : Et le confessionnel (tâ’ifiyya) dans tout cela ?

"Production of middle class" and emergency of the "social" during the Nahda. What about the faith-based (tâ’ifiyya) dimension?
Dyala Hamzah
p. 57-78

Résumés

Poursuivant l’exploration de la « production des classes moyennes », initiée par Alain Roussillon dans sa lecture de L’État présent des Égyptiens ou le secret de leur arriération, cet article s’intéresse aux représentations du social chez Muhammad Rashîd Ridâ (1865-1935), publiciste syro-égyptien à la position simultanément centrale et décentrée au sein de l’espace public de la Nahda. Pour ce faire, il s’intéresse à ses mobilisations, dans la revue al-Manâr, des catégories de la ‘âmma (le commun) et de la khâssa (l’élite) et à leur insertion dans un corps social (hay’a ijtimâ‘iyya) compris comme le lieu de réalisation de l’intérêt général d’un peuple. Si ce corps social semble répondre à la lettre de la définition qu’en donne Butrus al-Bustânî, il n’en demeure pas moins qu’il est traversé de distorsions confessionnelles. Nonobstant, les points de vue de Ridâ sur la ‘âmma et la khâssa, qui accusent la cohérence fugace d’une livraison de presse, datée, située, y sont davantage dictés par les circonstances et les relations du moment que par des positions idéologiques ou doctrinales - en l’occurrence, la préséance de la communauté (umma) et celle des musulmans en son sein.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

Muhammad Rashîd Ridâ (1865-1935), acteur central, acteur décentré
‘Âmma, khâssa, et espace public
Rashîd Ridâ et Muhammad ‘Umar
La khâssa publiciste et ses lecteurs
‘Âmma, éducation et opinion publique
De quelques soupçons, en guise de conclusion

Aperçu du début du texte

Néologisme forgé simultanément au Mont-Liban et en Égypte au XIXe siècle, la hay’a ijtimâ‘iyya (corps social, société) va constituer, au tournant du siècle, la cheville conceptuelle autour de laquelle « le social » va s’articuler dans l’espace public émergeant des sociétés levantines de la fin de l’Empire ottoman. Solidement arrimé à la sémantique khaldounienne de la civilisation (où le ‘umrân a été revisité par le tamaddun) et à celle, réformiste, de l’intérêt général (la maslaha ‘âmma), le social s’impose progressivement aux acteurs de la Nahda à la fois comme une réalité, en soi et incontournable (Khuri-Makdisi 2014), et comme un horizon d’attente, un projet politique. Ceci, au gré des violences interconfessionnelles et économiques, paysannes et ouvrières, dans la Syrie rurale et citadine et sous le régime d’embrigadement du Pacha d’Égypte ; grâce à de nouveaux outils pour les représenter par presse interposée et genres littéraires inédits ; et, à la faveur d’un brassage d’idées ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dyala Hamzah, « « Production des classes moyennes » et émergence du « social » pendant la Nahda : Et le confessionnel (tâ’ifiyya) dans tout cela ? », Égypte/Monde arabe,Troisième série, 20 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/ema/6569 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.6569

Haut de page

Auteur

Dyala Hamzah

Dyala Hamzah est agrégée de philosophie et titulaire d’un doctorat d’histoire et d’islamologie (EHESS, Université Libre de Berlin). Elle est professeure d’histoire du Monde arabe contemporain à l’Université de Montréal. Elle a dirigé l’ouvrage collectif The Making of the Arab Intellectual (Routledge, 2013) et est l’auteure de Muhammad Rashid Rida ou le “tournant salafiste ». Intérêt général, Islam et opinion publique dans l'Égypte coloniale (CNRS Éditions, 2019)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d’études et de documentation économiques juridiques et sociales (CEDEJ)
  • OpenEdition Journals