Navigation – Plan du site

AccueilTroisième série20Savoirs experts et réforme social...

Savoirs experts et réforme sociale : réflexions sur l’histoire de l’économie politique en Égypte, 1892-1922

Experts knowledge and social reform: reflections on the history of political economy in Egypt, 1892-1922
Malak Labib
p. 95-110

Résumés

Cet article examine l’émergence de l’économie politique et sociale comme champ d’expertise dans l’Égypte du premier quart du XXe siècle. Il montre comment cet ensemble d’écrits contribue à la mise en problème de la question sociale, ouvrant la voie à l’émergence de nouvelles formes d’intervention gouvernementale. À travers l’analyse de cette littérature économique, produite par des juristes, notables et entrepreneurs égyptiens et européens, l’article se propose également de mener une réflexion critique autour de la notion de « science coloniale ».

Haut de page

Texte intégral

« Nous pouvons dire que l’économie politique appliquée, ou l’économie politique pratique, s’est développée en Égypte avant l’économie politique pure ou l’économie politique théorique ; en d’autres termes, l’on s’est intéressé à l’art de l’économie politique, tandis que l’on a ignoré la science économique. Cette situation s’est maintenue jusqu’à récemment, lorsque le ministère de l’Éducation a introduit cet enseignement à l’école de droit. Depuis, l’économie politique en Égypte a connu un nouvel élan » (Al-Rifâ‘î 1928 :18).

1Ces lignes sont extraites d’un manuel arabe d’économie politique, publié en 1928. L’auteur, Husayn Alî al-Rifâ‘î, y fait un premier bilan du développement de la discipline en Égypte, où il distingue clairement entre champ académique et pratique. La présente contribution se propose de revenir sur l’histoire des savoirs économiques en appréhendant de manière conjointe, plutôt que séparée, l’histoire de la connaissance savante et des savoir-faire pratiques. Elle s’intéresse, en particulier, aux rapports entre savoirs économiques et débat réformiste, dans l’Égypte du premier quart du xxe siècle, et interroge la manière par laquelle cet ensemble de savoirs a contribué à la « mise en problème » de la question sociale, au cours de la période étudiée.

2De ce point de vue, mon étude s’inspire en partie des travaux pionniers d’Alain Roussillon, consacrés à l’histoire des sciences sociales en Égypte. Dans ses écrits, il s’est intéressé aux modalités d’émergence des sciences sociales coloniales – par lesquelles s’est construit le projet de « réforme » de la société égyptienne – ainsi qu’aux démarches visant à inscrire les savoirs nouveaux dans des cadres intellectuels et des systèmes de représentation endogènes ; ces démarches impliquant des formes de traduction, d’appropriation et d’instrumentalisation de la science occidentale, à l’intérieur du champ intellectuel égyptien en voie de constitution (Roussillon 1992, 2002).

  • 1 Sur cette opposition, voir aussi El Shakry, 2007.
  • 2 Pour une réflexion critique autour de la notion de science coloniale et des différentes échelles d (...)

3Ma contribution vise ainsi à prolonger cette analyse des « savoirs réformistes », tout en proposant une réflexion critique autour de la notion de « science coloniale », notion fondée sur une série d’oppositions entre savoirs et techniques « exogènes » et « endogènes »1. En d’autres termes, elle vise à analyser la production des savoirs économiques en situation coloniale, tout en tenant compte des dynamiques spatiales complexes qui sous-tendent la production et la circulation de ces savoirs2. Le corpus mobilisé pour cette analyse comprend une sélection d’écrits économiques – ouvrages, revues spécialisées, littérature de vulgarisation, etc. – publiés au cours des décennies 1900-1920. Outre les écrits publiés en français et en anglais, je me penche également sur la production en arabe, qui est restée, à ce jour, peu explorée.

L’économie politique : espaces de production et de circulation d’un savoir

4Les premiers enseignements d’économie politique en Égypte se développent au sein des écoles de droit, à partir des années 1890, mais l’espace de production et de diffusion des savoirs économiques ne se limite pas à ce cadre. L’économie politique se présente, de ce point de vue, comme un ensemble de savoirs et de savoir-faire se développant à la croisée de l’université, de l’administration, de l’univers de la presse et des sociétés savantes.

  • 3 Le droit égyptien a été largement francisé avec l’adoption des codes des tribunaux mixtes (1876), (...)
  • 4 Ibid., p. 119-120.
  • 5 Sur les rapports entre droit et économie politique en France, voir notamment Breton et Lutfalla, 1 (...)
  • 6 Dar al-Wathâ’iq al-qawmiyya, Abdîn, 0069-004476, Comptes rendus des séances du Conseil d’administr (...)

5L’introduction d’une formation économique au sein de l’École khédiviale de droit, puis de l’École française de droit, est à comprendre dans le cadre des évolutions que connaissent ces institutions dans les années 1890. Destinées à former des juristes professionnels initiés au droit français3, les écoles de droit développent progressivement une conception plus technicienne et pragmatique de la discipline4. L’économie politique figure en réalité, à partir des années 1870, au programme des facultés de droit en France ; elle y acquiert une légitimité institutionnelle avec la création d’un cursus spécifique et d’un mode de recrutement différencié pour les étudiants d’économie politique5. En dehors des écoles de droit, l’économie politique figure également au programme de l’Université égyptienne, fondée en 1908, à l’initiative d’intellectuels nationalistes soutenus par le Palais. À ses débuts, l’Université propose un enseignement entièrement tourné vers les lettres (littérature, histoire, philosophie), et ne délivre que des doctorats sanctionnant le cursus d'étudiants ayant complété leurs études en Europe. Elle réoriente cependant très vite son enseignement vers des formations plus professionnalisantes ; en témoigne la création, en 1912, d’un département de droit et d’un autre consacré aux sciences économiques, politiques et sociales (Reid 1990). Dans un rapport de 1912, préparé par le Conseil d’administration de l’Université, l’accent est mis sur la nécessité d’avoir, dans un pays où l’agriculture constitue la principale source de richesse, « des hommes ayant une parfaite connaissance de l'administration publique et privée, ainsi que des questions économiques et sociales »6.

  • 7 La thèse sera publiée en 1910 sous le titre de L’origine et la fonction économique des villes. Mar (...)

6Aussi bien à l’Université que dans les écoles de droit, l’enseignement de l’économie politique est, dans un premier temps, majoritairement dispensé par des juristes-économistes français, même si l’on note la présence d’un certain nombre de Britanniques et d’Italiens. Pour bon nombre de ces économistes français, c’est la pénurie des débouchés universitaires en métropole qui les amène à s’expatrier. C’est en l’occurrence le cas de René Maunier, qui soutient une thèse à la faculté de droit de Paris sur « La localisation des industries urbaines »7, avant d’arriver au Caire en 1911 pour y enseigner l’économie politique ; ou encore de Georges Blanchard, docteur en droit avec deux thèses – sur la « formation et la constitution de l’État indépendant du Congo » et « sur la loi de 1898 relative à la responsabilité des accidents du travail » – et qui est nommé, en 1912, professeur d’économie politique à l’École française de droit (James 1949 : 240). Dans le cadre de cet enseignement, il publie son Cours d’économie politique, qui connaîtra deux éditions.

  • 8 À la tête du mouvement national égyptien, le Parti Wafd de Sa‘d Zaghlûl doit son nom à la délégati (...)

7Les années 1900 marquent par ailleurs l’entrée en carrière des premiers diplômés égyptiens de droit, formés en économie politique. Yûsuf Nahhâs obtient, en 1901, son doctorat à la faculté de droit de Paris avec une thèse sur la situation économique et sociale du fallâh (paysan) égyptien (Nahas 1901). S’il est, à ce titre, l’un des premiers Égyptiens à avoir reçu une formation professionnelle en économie politique, Nahhâs ne mène pas carrière à l’université. À son retour de Paris, il devient le secrétaire général du Syndicat des agriculteurs égyptiens, principal groupe de pression des grands propriétaires égyptiens. Ses interventions fréquentes dans le débat économique – Nahhâs devient membre du Conseil économique en 1922 – sont liées à son double statut de membre de l’élite égyptienne et d’expert en économie politique, en particulier sur la question agricole. C’est également à la frontière entre le champ universitaire naissant et l’univers politique que s’inscrit la carrière de Muhammad Husayn Haykal. Celui-ci obtient son doctorat en sciences politiques et économiques à Paris, avec une thèse sur la dette publique égyptienne – travail qui se veut à la fois un historique factuel de l’histoire de la dette et un plaidoyer politique en faveur de l’indépendance de l’Égypte. Haykal sera d’ailleurs un fervent partisan du Wafd pendant la révolution nationale de 19198. Il s’en distancie cependant quelques années plus tard, contribuant à fonder le Parti des libéraux constitutionnels, parti majoritairement composé de grands notables ruraux. En 1922, Haykal quitte l’Université égyptienne, où il enseignait le droit pénal et l’économie politique, et devient rédacteur en chef d’al-Siyâsa, organe de presse des libéraux-constitutionnels (Reid 1990 : 74). On le voit, Haykal ou Nahhâs apparaissent avant tout comme des figures de l’élite sociale et politique égyptienne, membres de partis politiques ou de groupes d’intérêts. Plus que leur bagage académique, c’est leur positionnement social et politique qui marquera leurs parcours.

8D’ailleurs, la production intellectuelle en économie politique est loin de se limiter à l’espace de l’université. On le voit, en l’occurrence, si l’on se tourne vers les profils des auteurs et traducteurs de manuels et d’ouvrage d’économie politique. À côté des manuels composés par les enseignants, on note l’apparition d’ouvrages en arabe, composés ou traduits par des avocats, hauts-fonctionnaires, ou écrivains. En 1908, paraît ainsi le premier manuel d’économie en arabe, écrit par l’avocat des tribunaux nationaux (al-mahakim al-ahliyya), Muhammad Fahmî Husayn, intitulé Mabâdi’ al-iqtisâd al siyâsî (Principes d’économie politique) (Husayn 1909). L’auteur inscrit son travail dans une visée clairement nationaliste, affirmant que « le meilleur moyen pour l’Égyptien de faire compétition à l’étranger dans les principaux domaines d’activité économique passe par l’obtention d’une formation scientifique », notant par ailleurs que son ouvrage s’adresse aussi bien à « l’étudiant qu’au commerçant, qu’à l’agriculteur et à l’ouvrier » (Ibid.: 6). Quant aux premières traductions d’ouvrages d’économie politique, elles sont le fait de fonctionnaires ou d’écrivains, sans formation spécifique en la matière. Parmi ces traductions figurent notamment The Theory of Political Economy de William Stanley Jevons et le Précis d’économie politique de Paul Leroy-Beaulieu (Leroy-Beaulieu, 1913). Ce dernier est publié en 1913 par le ministère de l’Instruction publique, et l’introduction de l’ouvrage indique qu’il est destiné à être enseigné dans les écoles du gouvernement. Confiée aux deux poètes et journalistes Hâfiz Ibrâhîm et Khalîl Mutrân, la traduction du Précis implique un travail d’arabisation des termes d’économie politique, dont les deux auteurs s’attachent d’ailleurs à expliciter les choix et partis pris, dans un lexique de traduction annexé à chacun des trois tomes du manuel.

  • 9 Voir par exemple, Dâgher, 1902, p. 64-66 ; Kildân, 1902, p. 232-235 ; Al-Muqtataf, 1903, p. 61-63.

9La presse et les sociétés savantes apparaissent enfin comme des lieux privilégiés de diffusion des savoirs économiques. L’on voit par exemple paraître sur les pages de la revue de vulgarisation scientifique Al-Muqtataf de courts articles sur des sujets d’actualité économique et sociale, notamment sur les coopératives d’ouvriers en Europe ou sur les grèves, qui se multiplient en Égypte, au tournant du siècle, dans plusieurs secteurs industriels9. Certains de ces articles mobilisent des références théoriques en économie politique pour débattre de ces questions. Quant à L’Égypte Contemporaine, organe de presse de la Société khédiviale d’économie de statistique et de législation (SKEP), elle se veut avant tout un forum de débats sur des questions pratiques d’économie politique et sociale, ses principaux collaborateurs étant des notables, industriels, commerçants et législateurs ou experts, directement en prise avec ces questions.

Économie politique et réforme sociale

10« L’économie politique est la science des lois naturelles qui gouvernent la production et la circulation des richesses entre les membres de la société, ainsi que la distribution de ces richesses et leur consommation » (Husayn 1908 :28). C’est en ces termes que Husayn définit la discipline dans son manuel, paru en 1908. Quant aux sociétaires de la SKEP, ils assignent à leur revue la mission de « déterminer aussi exactement que possible, au moyen de données impartiales et de statistiques précises, les conditions dans lesquelles prend naissance et se développe en Égypte la richesse publique, sur laquelle s’édifie le crédit du pays » (L’Égypte Contemporaine 1910 : 345). Or, comme l’indique Jacques Lumbroso, l’un des auteurs de l’Égypte Contemporaine, « étudier la situation économique de l’Égypte revient en somme à étudier sa situation agricole, car le développement de toutes les branches du commerce et de l’industrie dépend presque exclusivement de la récolte du coton et du prix de vente qu’on en tire » (Lumbroso 1910: 257). On le voit, si la délimitation du domaine propre à l’économie politique ne diffère guère des définitions que l’on retrouve dans les manuels contemporains en Europe, en Égypte la question cotonnière occupe une place centrale (Roussillon 1992: 229).

11Cependant, la littérature économique ne se limite pas à cette étude – qui se veut « scientifique » – de la production et de la circulation des richesses, notamment liées à l’agriculture. Dans un contexte marqué par un essoufflement du secteur agricole, une montée de l’exode rural, et une inquiétude croissante face à la montée des tensions sociales, c’est une réflexion autour de la réforme économique et sociale – c’est à dire à la fois sur les modalités possibles de régulation étatique de l’activité économique et sur le rôle de l’initiative privée, sur des questions telles que l’encadrement du travail, ou la correction des « maux sociaux » – qui est menée. Cette réflexion apparaît par ailleurs indissociable de la collecte et l’analyse des « faits », selon une approche empirique et inductive. La réforme se veut en effet « scientifique », et elle construit en partie sa légitimité par le langage de l’expertise (Topalov 1999 ; Rodogno, Struck et Vogel 2015).

12Arrêtons-nous, en l’occurrence, sur le traitement réservé, dans les articles et ouvrages d’économie politique, aux petites industries, question qui se situe à la croisée d’un certain nombre de problèmes économiques et sociaux perçus comme centraux en ces premières décennies du siècle : crise de la production agricole, croissance démographique, nouvelles « maladies sociales » associés à l’urbanisation croissante (chômage, criminalité, vagabondage, etc.). L’un des premiers objets d’investigation abordés au sein de la SKEP porte ainsi sur les conditions de travail dans la petite industrie égyptienne, et le constat de départ est celui de l’absence d’une documentation scientifique sur la question. « Il y a déjà un commencement d’enquête sur les conditions du travail industriel, notamment pour l’égrenage du coton et le fellah constructeur de Karnak, mais en dehors de ces points spéciaux les documents font défaut, ce qui empêche d’aborder actuellement l’étude générale des conditions de travail dans telle ou telle branche de l’industrie. La tâche première qui s’impose est donc de créer des documents », souligne ainsi l’économiste Bernard Michel, lors d’un débat au sein de la section d’économie sociale de la SKEP (L’Égypte Contemporaine 1910 : 340-341). Les avis divergent cependant sur la méthode à adopter. Certains sociétaires, parmi lesquels ʿUmar Lutfî, notable égyptien et l’un des pionniers du mouvement coopératif, proposent le recours à des monographies sur des familles d’ouvriers, en s’inspirant des méthodes du sociologue français Frédéric Le Play ; d’autres suggèrent plutôt le recours à des monographies d’ensemble sur diverses branches de l’industrie. Le débat de méthode porte par ailleurs sur la classification des industries : Albert Geiss, de l’Institut français du Caire, élabore un plan d’étude, distribuant les diverses industries en quatorze classes principales, classification largement inspirée de celle adoptée à l’exposition universelle de Paris en 1900. Un accord s’établit finalement sur une première monographie d’ensemble sur l’industrie du tissage. Ce choix n’est pas anodin : employant une main d’œuvre nombreuse – dans des petits ateliers ou à domicile –, l’industrie locale du tissage subit la concurrence du prêt-à-porter d’importation, concurrence d’autant plus vive que le secteur d’importation est favorisé par la politique douanière libre-échangiste du pouvoir d’occupation britannique. Conduite dans les principaux lieux d’implantation de cette industrie – Asyût, Abû-Tîj, Jirjâ, Akhmîm, Qûs en Haute-Égypte et Mahalla al-Kubrâ, dans le Delta – l’enquête est réalisée par l’intermédiaire des agents de la nouvelle administration de l’enseignement technique, fondée en 1906, la SKEP ne disposant pas, à cette date, d’un réseau indépendant de correspondants dans les provinces. La lecture des rapports, publiés dans l’Égypte Contemporaine, montre par ailleurs que, malgré les ambitions scientifiques affichées, l’observation de terrain n’a pas été conduite selon une méthode homogène : certains enquêteurs dressent un recensement exhaustif des ateliers de tissage, tandis que d’autres limitent leurs investigations aux principaux ateliers de la localité étudiée ; certains incluent dans leurs recherches l’industrie à domicile, tandis que d’autres se limitent à la production d’atelier.

13Peu uniformes sur le plan méthodologique, les rapports le sont tout aussi peu du point de vue de leurs conclusions. Nous disposons, en l’occurrence, de deux témoignages opposés sur l’état de l’industrie du tissage en Haute-Égypte. W. Shearer, directeur des ateliers modèle de tissage à Asyût, dresse un bilan peu optimiste du développement du secteur : « the industry is declining on account of the competition with European fabrics. I should say that the number of looms at work in the town is about 70. The number has been much greater at one time; I am told that 300 looms were working a few years ago » (Shearer, 1910 : 185). Ce témoignage contraste cependant avec celui de ʿAttiyya Shunûda, directeur de l’école technique d’Abû-Tîj, également dans la province d’Asyût, qui met au contraire l’accent sur la croissance que connaît l’industrie en Haute-Égypte, croissance due, selon son analyse, au développement de la demande au sein de la population locale (Chenouda, 1910: 187-191).

14L’année même où cette enquête est menée, le rédacteur en chef de l’Égypte contemporaine, Louis Germain-Martin, publie une étude historique et ethnographique portant sur les « industries traditionnelles » de la capitale, qu’il intitule Les bazars du Caire et les petits métiers arabes (Germain-Martin 1910). L’auteur distingue en réalité peu entre les dimensions historique et contemporaine de son étude, puisqu’il voit précisément dans les métiers arabes contemporains une manifestation vivante de techniques très anciennes. Sa description des petits métiers relève clairement de l’imaginaire orientaliste, associant le caractère « archaïque » des industries cairotes à la persistance de l’esprit de routine et aux « lenteurs d'un tempérament anémié par le climat ». La dimension socio-économique n’est cependant pas absente de l’analyse de Germain-Martin. L’auteur prend en particulier pour cible la politique libre-échangiste suivie par le pouvoir d’occupation britannique, politique qui a bloqué le développement de la grande industrie, en même temps qu’elle a maintenu les petits métiers dans un état de stagnation (Ibid. :49). Et c’est un tableau sombre des conditions de travail et de vie de la main-d’œuvre artisanale que dresse l’ouvrage : longues heures de travail, faibles salaires, conditions d’hygiène déplorables (aussi bien à l’atelier qu’au domicile), malnutrition, etc. Les données chiffrées présentées par l’auteur – nombre d’heures de travail journalier, salaire moyen pour chaque métier, budgets des familles ouvrières – sont directement issues de son enquête de terrain. Quand les chiffres font défaut, ce sont les impressions personnelles recueillies par Germain-Martin, où l’on retrouve les lieux communs sur le « genre de vie » des milieux ouvriers en contexte urbain (consommation abusive de hachich, polygamie, violences domestiques, etc.) qui sont offertes au lecteur. L’on relève une description similaire dans le manuel d’économie politique de Husayn, l’auteur ne distinguant pas par ailleurs entre les ouvriers de la petite et de la grande industrie :

« Malheureusement, les ouvriers (sunna‘), pour une bonne partie d’entre eux, ne se préoccupent pas de leurs conditions de vie, ils ne mangent que les aliments qui les affaiblissent et ils s’adonnent parfois à des plaisirs qui n’apportent que malheur. Ils ne savent pas que cela va les affecter et diminuer leurs revenus. Les besoins quotidiens des ouvriers comprennent le logement, la nourriture ainsi que les vêtements. Pour ce qui est des logements où vivent les ouvriers, surtout dans les grandes villes, ils ressemblent en réalité à des tombeaux ; ces logements ne reçoivent que très peu de soleil et d’air, et la plupart d’entre eux sont si étroits qu’ils suffisent à peine à satisfaire leurs besoins essentiels. Par ailleurs, la plupart des ouvriers sont privés des aliments nourrissants, et cela alors même qu’ils ont besoin, plus que quiconque autre, de bien se nourrir, afin de compenser l’effort physique qu’ils dépensent. Quant à leurs vêtements, ils ne les protègent ni de la chaleur ni du froid […]. De ce fait, nombreux sont ceux qui, dans les pays européens, se sont donnés comme mission l’amélioration du sort de l’ouvrier, qui est le producteur principal des richesses, ainsi que son relèvement moral et matériel […]. Mais l’ouvrier en Égypte est dans un état déplorable, et l’économiste ne peut ici qu’attirer l’attention des gens respectables, quant à la nécessité de fonder des associations (en faveur de ces groupes) […] et attirer l’attention des ouvriers eux-mêmes sur la nécessité de dépenser une part de leurs revenus pour obtenir des aliments nourrissants au lieu de les dépenser sur des plaisirs vils » (Husayn, 1910: 76-77).

  • 10 Sur ce point, voir El Shakry, 2007.
  • 11 Le thème de la coopération en industrie est, notons-le, également abordé dans d’autres publication (...)
  • 12 Sur cette évolution, et la redéfinition des responsabilités entre État et initiative privée, voir (...)
  • 13 Voir par exemple, Kaheel, 1911, p. 175.

15On le voit ici, élites locales et « experts » européens partagent une même représentation paternaliste des classes laborieuses, vues comme souffrant d’une misère non seulement matérielle mais aussi morale10. La mission de la réforme incombe, selon cette logique, à la fois aux élites et aux travailleurs eux-mêmes. Husayn s’attarde notamment sur les multiples bienfaits de la coopération en industrie, dont le développement contribuerait, selon lui, à la diminution des grèves, ainsi qu’à l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, et à la croissance de la productivité industrielle11. Dans d’autres travaux, en revanche, l’accent est plutôt mis sur le rôle de l’État, et c’est là ce qui distingue la perspective réformiste, telle qu’elle se développe dans les années 1900-1920, de la philanthropie sociale du siècle précédent12. L’on peut mentionner, en l’occurrence, les travaux de Maunier sur l’apprentissage dans la petite industrie en Égypte (Maunier, 1912 : 341-369). Son constat de départ est celui d’un déclin général de la petite industrie, en Europe comme en Égypte, dont les causes paraissent cependant varier en fonction des contextes. Si en Europe ce déclin s’explique principalement par le développement de la grande industrie, dans le cas égyptien c’est la disparition des corporations de métiers, ainsi que la « décadence » de l’enseignement professionnel qui sont en cause. Passant en revue les différentes formes d’intervention gouvernementale dans ce domaine à l’échelle internationale, Maunier insiste particulièrement sur les failles du dispositif égyptien d’enseignement technique : « Les efforts fragmentaires et timides » menés dans le cadre associatif ne semblent pas compensés par l’action de l’État, souligne-t-il. Tout en saluant la création récente de nombreuses institutions publiques d’enseignement technique, Maunier déplore l’absence de réglementation juridique de la durée et des conditions de travail des apprentis en atelier, et s’en remet notamment aux études publiées dans l’Égypte Contemporaine sur l’industrie du tissage. Il prône une intervention plus énergique du gouvernement en matière d’enseignement technique et de réglementation du travail en atelier, qui permettrait de dynamiser les petites industries existantes et, en définitive, de diversifier une économie, encore exclusivement dépendante de la production du coton. Cette diversification constituerait, en outre, un remède aux problèmes de chômage et de criminalité juvénile. Notons que l’association entre « crise » des petites industries et croissance de la délinquance est un lieu commun de la littérature économique de cette période13.

16Dans une étude parue en 1994, l’anthropologue Kristin Koptiuch souligne que ces écrits sur les petites industries reflètent une alliance ad hoc entre les élites locales et les représentants du capital français, en même temps qu’ils contribuent à la construire ; les intérêts de ces deux groupes étant, en effet, lésés par la politique libre-échangiste menée par l’occupation britannique (Koptiuch, 1994 : 50). A. Roussillon fait une observation similaire dans son analyse des travaux de la SKEP, en mettant l’accent sur le discours critique développé au sein de la société savante vis-à-vis du pouvoir d’occupation. « Au total, la SKEP apparaît comme le lieu privilégié d’un nationalisme ‘cosmopolite’ où se concrétise l’alliance de fait des couches dirigeantes égyptiennes et des représentants des différentes ‘colonies’ étrangères dont les intérêts sont compromis par la politique de plus en plus exclusive de défense des intérêts du Lancashire mise en œuvre par les proconsuls britanniques », souligne-t-il, insistant, par ailleurs, sur la sous-représentation marquée des Britanniques au sein de l’association (Roussillon, 1992 : 244).

  • 14 Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, l’Égypte devient officiellement un protector (...)
  • 15 Sur le recensement de 1917, voir Owen, 1996 ; Labib, 2005.

17Sans nier les enjeux de cette rivalité, l’on peut noter que l’économie politique contribue, dans le même temps, à constituer la question socio-économique comme terrain de connaissance et d’intervention gouvernementale, à une période marquée par un renforcement du contrôle colonial sur l’Égypte, et par le développement de modes plus directs de gestion de l’économie14. Pour reprendre l’exemple développé plus haut, l’on peut dire que les écrits en économie politique contribuent à constituer la question du travail industriel comme « problème », appelant un dispositif spécifique d’investigation et d’intervention. De ce point de vue, les enquêtes privées autour du travail, produites dès les années 1900, préparent le terrain à l’émergence de nouvelles formes d’intervention dans ce domaine. Avec le recensement de 1917, l’on voit en effet la question de la mesure de la force de travail devenir l’une des préoccupations centrales de l’appareil statistique étatique. À la différence du recensement de 1907, qui avait adopté une nomenclature réduite à une quarantaine de professions, celui de 1917, conduit sous la direction du Britannique James Craig, adopte in extenso le « Code alphabétique des professions et des occupations » de Bertillon en l’adaptant aux spécificités égyptiennes : il distribue la population susceptible d'être "occupée" (les plus de cinq ans) selon 326 catégories, chaque catégorie pouvant regrouper plusieurs professions ou occupation. Le questionnaire du recensement contient, en outre, une question relative à la condition des travailleurs (s’ils travaillent à domicile ou à l’extérieur) (Craig, 1917 : 218)15. Quant au Rapport sur le commerce et l’industrie, publié à l’issue des travaux de la commission mise en place en 1916, il met l’accent sur la nécessité d’une amélioration de la condition morale et matérielle des travailleurs, comme condition essentielle du développement de l’industrie dans le pays, s’appuyant notamment sur une enquête de terrain menée par ses membres et des « experts » externes (Gouvernement égyptien 1925). On le sait, la mise en place de la commission résulte directement des conditions imposées par la Grande Guerre et de l’interruption des flux commerciaux internationaux, qui rendent nécessaire le développement de la production locale. Et si le rapport qui en est issu reste sans effet immédiat, son importance réside en réalité en ce qu’il marque une première reconnaissance officielle du rôle de l’industrie dans le développement économique du pays (Owen, 1978 : 497). Ajoutons que par l’attention qu’il porte aux conditions de vie et de travail de la main d’œuvre artisanale et par le discours qu’il développe sur la nécessité d’une éducation, non seulement technique mais également morale des travailleurs dans la petite industrie, le rapport se fait l’écho de toute la littérature économique produite sur la question, depuis le tournant du siècle.

L’économie politique et sociale, une science coloniale ?

18Si la littérature en économie politique contribue à constituer la question socio-économique comme terrain de connaissance et d’intervention gouvernementale, dans quelle mesure peut-elle être considérée comme une « science coloniale » ? En d’autres termes, dans quelle mesure cet ensemble de savoirs et de savoir-faire peuvent-ils être analysés en termes de transfert de grilles, d’outils et de modèles « occidentaux » à la réalité locale ? Pour Alain Roussillon, la spécificité de la science sociale coloniale, telle qu’elle se développe en Égypte au tournant du siècle, résiderait dans le double rapport qu’elle entretient à la légitimité : sa légitimité se construirait ainsi sur l’affirmation d’une supériorité des savoirs et modèles importés, mais aussi sur l’espace que cette science ménage à l’expression de légitimités endogènes, dont on attend qu’elles confirment « la validité des transferts de civilisation » (Roussillon, 1992 : 249).

19Il serait cependant possible de revenir sur l’histoire des sciences sociales, et ici en particulier de l’économie politique et sociale, en nuançant l’opposition entre savoirs « exogènes » et « endogènes », opposition qui suppose l’existence de sciences qui se forment et s’institutionnalisent en Europe, avant d’être exportées vers le monde colonial. Une lecture attentive de l’histoire de l’économie politique tendrait en effet à questionner ce schéma d’analyse. En Europe même, les champs de savoir que constituent l’économie politique et l’économie sociale connaissent en réalité un renouvellement profond dans les dernières décennies du xixe siècle : en France, en l’occurrence, l’institutionnalisation de l’économie politique au sein des facultés de droit, dans les années 1870, s’accompagne de débats doctrinaires et méthodologiques importants ; la nouvelle économie universitaire se veut, en effet, en rupture avec l’économie libérale, qui dominait jusque-là le champ intellectuel français (Pénin, 1999 : 95-119). Au cours de la même période, par ailleurs, l’on assiste à un renouveau de l’économie sociale. Si le terme « économie sociale » apparaît en France dès les années 1820, c’est avec l’Exposition universelle de 1889 qu’il reçoit une forme institutionnelle dans le monde de la réforme sociale : il en vient alors à désigner une science et un ensemble d’institutions du « progrès social » (Topalov 1999 : 29-31). Pour Charles Gide, chef de file des nouveaux économistes des facultés de droit, l’économie sociale « descend de ces sphères sereines dans la réalité et dans les préoccupations de la vie : elle étudie de préférence les rapports volontaires, contractuels, quasi contractuels ou légaux, que les hommes forment entre eux en vue de s’assurer une vie plus facile, un lendemain plus certain, une justice plus bienveillante et plus haute que celle qui porte pour tout emblème les balances du marchand. […] Elle croit à la nécessité et à l’efficacité de l’organisation voulue, réfléchie, rationnelle » (Gide, 2001 : 241). Parmi les institutions et les formes d’organisation promues par l’économie sociale, figurent notamment les coopératives, les syndicats professionnels, la participation aux bénéfices dans l’industrie ainsi que la législation et les organismes publics visant à l’amélioration de la condition des travailleurs. Ajoutons que l’étude de ces réseaux réformateurs serait incomplète si elle n’intégrait pas la dimension impériale : comme nous l’avons noté plus haut, nombreux parmi les nouveaux économistes universitaires font en partie carrière loin de la métropole.

20Le renouvellement que connaissent l’économie politique et sociale doit par ailleurs être situé dans un cadre transnational. La fin du xixe et le début du xxe siècle marquent en effet une internationalisation croissante des réseaux de la réforme sociale, avec la multiplication des congrès, revues et associations à caractère international sur des thèmes tels que l’assurance sociale, le chômage, la législation du travail, la protection de l’enfance. Ces espaces s’imposent comme des lieux privilégiés d’échange entre experts, administrateurs et acteurs de l’univers associatif, autour de l’ensemble des questions qui concernent la « réforme sociale » (Rodogno, Struck et Vogel, 2015). Si ces réseaux réformateurs restent dominés par des acteurs d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord, l’espace de circulation des savoirs, savoir-faire et des expériences dépasse en réalité ce cadre. Comme l’a ainsi noté Pierre-Yves Saunier, dans son article sur les régimes circulatoires du domaine social, les « bassins de ces configurations circulatoires touchaient aux antipodes, aux pays de l’Amérique du Sud, de l’Asie et de l’Afrique, eux-mêmes pris dans des bassins circulatoires propres […] » (Saunier 2008 : 21). L’Égypte ne fait pas exception ici. L’on voit, en l’occurrence, des personnalités égyptiennes ou des experts étrangers résidant en Égypte prendre part aux rencontres internationales où sont débattus des thèmes tels que la protection de l’enfance ou la réforme pénale, comme par exemple Mégalos Caloyanni, qui représente l’Égypte au premier congrès international de la protection de l’enfance, tenu à Bruxelles en 1913, ou encore Alî Abû-l-Futûh qui participe au congrès de l’Union internationale de droit pénal en 1910, avec une intervention sur le concept de délinquance dans la législation égyptienne. De même, l’on voit paraître des articles relatifs à l’Égypte dans des publications telles que la Revue économique internationale, publiée à Bruxelles sous le patronage d’économistes français, allemands, belges et autrichiens, ou encore dans le Bulletin mensuel des Institutions économiques et sociales, publié par l’Institut International d’Agriculture, et qui s’intéresse aux questions de coopération, d’assurance et de crédit agricoles. Cette observation ne doit pas faire oublier qu’au sein de cette « sphère transnationale », les termes de l’échange sont loin d’être égaux, et que « le paysage des circulations n’est pas nivelé mais asymétrique », selon les termes de Saunier (Ibid. : 14). Il n’empêche que la prise en compte de ces circulations tend à complexifier l’analyse de la production en sciences sociales au-delà de la dualité du rapport colonial.

21Un autre indice de ces circulations transnationales réside dans le recours très fréquent à la pratique comparative dans les écrits socio-économiques. En Égypte, comme ailleurs, la réflexion sur la réforme économique et sociale passe en partie par la comparaison raisonnée et la confrontation des expériences (Ibid. :18). Aussi bien dans les travaux sur les petites industries et la législation du travail, que ceux sur les coopératives agricoles, ou encore la criminalité urbaine et la délinquance juvénile, on observe un recours constant aux expériences et « modèles » pratiqués ailleurs. Or, pour les acteurs de ces débats, il s’agit moins d’identifier un unique modèle européen ou occidental à suivre – modèle qui en réalité n’existe pas – que de confronter la multiplicité des pratiques et des expériences étrangères. Dans certains cas, ce sont divers « modèles » issus de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord qui sont comparés, selon une démarche visant à mettre en évidence les aspects à adopter, ou au contraire à éviter, dans tel ou tel modèle. Dans d’autres cas, le débat dépasse ce cadre : on peut l’observer, en l’occurrence, dans les écrits sur les coopératives agricoles. Ici, l’univers des références inclut, au-delà de l’Europe de l’Ouest et des États-Unis, d’autres expériences pratiquées en Europe de l’Est, en Extrême Orient ou en Amérique Latine. L’on voit ainsi les auteurs se référer par exemple au cas de la Roumanie, où le mouvement coopératif s’est développé rapidement malgré le faible taux d’éducation au sein de la population (Michel, 1914 : 377-412) ; ou encore au cas du Japon, où l’État a joué un rôle central dans le développement et le contrôle des coopératives agricoles (Lévi 1923 : 591-603) ; ou enfin à l’exemple de l’Argentine, marqué également par le développement de diverses formes d’association en agriculture (L’Égypte Contemporaine 1914 : 261-262).

Conclusion 

  • 16 Voir par exemple, Al-Rifâ‘î, 1928 ; Ibrâhîm, 1928 ; Fahîm, Khalîfa et Kâmil, 1927.

22En 1924, paraît à Bagdad la traduction arabe du Cours d’Économie Politique de Charles Gide (Gide, 1924). Dans une note introductive au manuel, le traducteur, Tawfîq al-Suwaydî, fait référence aux traductions antérieures d’ouvrages d’économie politique dans le monde arabe. Il mentionne en particulier la traduction par Mutrân et Ibrâhîm du Cours d’Économie Politique de Leroy-Beaulieu, notant que malgré le caractère pionnier de la traduction, son utilité est restée limitée, en raison notamment de son « style littéraire », et de son manque de précision du point de vue scientifique. Au cours des mêmes années au Caire, on note la multiplication des manuels arabes d’économie politique destinés aux élèves et étudiants16, signe de l’institutionnalisation croissante de la discipline.

23La présente étude s’est précisément intéressée aux dynamiques qui ont présidé à l’émergence de l’économie politique et sociale comme champ d’expertise, au cours du premier quart du xxe siècle. J’ai souligné comment cette littérature économique contribuait à la mise en problème de la question sociale et préparait ainsi le terrain à l’émergence de nouvelles formes d’intervention dans ce domaine. Dans le même temps, cette étude a tenté de montrer l’intérêt d’une analyse de cette production intellectuelle qui dépasse la notion de « science coloniale », par la prise en compte des dynamiques transnationales qui contribuent au développement des « savoirs réformistes ». Cette analyse pourrait être prolongée en explorant plus précisément la manière par laquelle les acteurs qui prennent part aux débats sur des questions telles que les coopératives ou la protection de l’enfance s’inscrivent dans des réseaux transnationaux, et en s’intéressant dans le même temps à la manière par laquelle ces acteurs mobilisent les références aux expériences étrangères pour défendre des positions dans des discussions contextualisées, inscrites dans le cadre national.

Haut de page

Bibliographie

Alleaume G., 1995, « La réforme sociale vue par les dirigeants de l’industrie agricole » in Alain Roussillon (éd.), Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Egypte, Le Caire, Cedej, p. 411-420.

Alleaume G., Denis E., 1998, « L’Égypte à l’aube du xxe siècle : pays, bourgs, cités en des temporalités divergentes », in Jocelyne Dakhlia (éd.), Urbanité arabe : Hommage à Bernard Lepetit, Arles, Sindbad-Actes Sud, p. 225-256.

Botiveau B., 1993, Loi islamique et droit dans les sociétés arabes, Paris, Khartala.

Breton Y. et Lutfalla M. (dir.), 1991, L’Économie Politique en France au xixe siècle, Paris, Economica.

Chenouda A., 1910, « Notes sur l’industrie du tissage », L’Égypte Contemporaine, vol. 1, no 1, p. 187-191.

Craig J. I., 1917, “The Census of Egypt”, L’Égypte Contemporaine, vol. 8, no 32, p. 209- 234.

Dâgher A., 1902, « I‘tisâb al-‘ummâl », Al-Muqtataf, vol. 27, no 1, p. 64-66.

L’Égypte Contemporaine, 1910, « Extraits des procès-verbaux des séances », vol. 1, no 2, p. 340-352.

Fahîm M., Khalîfa H., Kâmil S., 1927, Mabâdi’ al-iqtisâd al-siyâsî, Le Caire, Matba‘at Misr.

Germain-Martin L., 1910, Les bazars du Caire et les petits métiers arabes, Le Caire, Université égyptienne.

Gide C., 1924, Al-iqtisâd al-siyâsî [Cours d’Économie Politique], Traduit du français par Tawfîq al-Suwaydî, Baghdad, Matba‘at dâr al-salâm.

Gide C., 2001, « L’économie sociale au xxe siècle », in Œuvres, vol. IV, Paris, L’Harmattan.

Gouvernement égyptien, 1921, Rapport de la Commission du Commerce et de l’Industrie, Le Caire, Imprimerie Nationale.

Husayn M. F., 1908, Mabâdi’ al-iqtisâd al siyâsî, Le Caire, Matba‘at al-sa‘âda.

Ibrâhîm, M., 1928, Al-iqtisâd al-siyâsî, Le Caire, Matbaʿat al-iʿtimâd.

James E., 1949, « Georges Blanchard (nécrologie) », Revue d’économie politique, vol. 59, no 3, p. 240.

Khaleel G., 1911, “Production and encouragement of national products”, in Recueil des travaux du 1er Congrès égyptien réuni à Héliopolis, 29 Avril-4 Mai 1911, Alexandrie, Imprimerie d'Alexandrie, p. 174-178

Kildân T., 1902, « Al-i‘tisâb wa madâruhu », Al-Muqtataf, vol. 27, no 3, p. 232-235.

Koptiuch K., 1994, “Other Workers: A Critical Reading of Representations of Egyptian Petty Commodity Production at the Turn of the Twentieth Century”, in Zachary Lockman, Workers and Working Classes in the Middle East: Struggles, Histories, Historiographies, Albany, State University of New York Press.

Labib M., 2005, La Statistique d’État en Égypte à l’ère coloniale : Finances, espace public et représentation, 1875-1922 (thèse de doctorat non publiée), Aix-Marseille Université.

Le Van-Lemesle L., 1983, « L’économie politique à la recherche d’une légitimité », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 47, no 1, p. 113-117.

Levi I.G., 1923, « Le mouvement coopératif au Japon », L’Égypte Contemporaine, vol. 14, no 75, p. 591-603.

Leroy-Beaulieu P., 1913, Mujaz fî ʿilm al-iqtisâd [Précis d’économie politique], Traduit du français par Hâfiz Ibrâhîm et Khalîl Mutrân, Le Caire, Matbaʿat al- maʿârif.

Lumbroso J., 1910, « Le coton, son influence sur la prospérité générale de l’Égypte », L’Égypte Contemporaine, vol. 1, no 2, p. 257-276.

Markou E., 2003, « Sociologie, géographie et économie politique au début du xxe siècle. René Maunier et la localisation des industries », Sociétés Contemporaines, no 49-50, p. 139-165.

Maunier R., 1912, « L’apprentissage dans la petite industrie en Égypte. L’organisation et les réformes possibles », L’Égypte contemporaine, vol. 3, no 11, p. 341-369.

Michel B., 1914, « Le contrôle privé et l'intervention de l'État en matière de coopératives », L’Égypte Contemporaine, vol. 5, no 19, p. 377-412.

Al-Muqtataf, 1903, « Sharikat al-‘ummâl », vol. 28, no 1, p. 61-63.

Nahas J., 1901, La situation économique et sociale du fellah égyptien, Paris, Librairie nouvelle de droit et de jurisprudence.

Owen R., 1996, “The Population Census of 1917 and its Relationship to Egypt’s Three 19th Century Statistical Regimes”, Journal of Historical Sociology, vol. 9, no 4, p. 457-472.

Owen R., 1978, “The Attitudes of British Officials to the Development of the Egyptian Economy, 1882-1922”, in M. A. Cook, Studies in the Economic History of the Middle East from the Rise of Islam to the Present Day, Oxford, Oxford University Press, 1978, p. 485-500.

Pénin M., 1999, « Un solidarisme interventionniste : la revue d'économie politique et la nébuleuse réformatrice, 1887-1914 », in C. Topalov, Laboratoires du nouveau siècle, la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l'EHESS, p. 95-119.

Reid D. M., 1990, Cairo University and the Making of Modern Egypt, Cairo, American University in Cairo Press.

Al-Rifâ‘î H., 1928, Khulâsat al-Iqtisâd al-siyâsî, Le Caire.

Rodogno D., Struck B., Vogel J. (eds.), 2015, Shaping the Transnational Sphere. Experts, Networks and Issues from the 1840s to the 1930s, New York, Berghahn.

Roussillon A., 1992, « Le partage des savoirs. Effets d’antériorité du savoir colonial en Égypte », Annales islamologiques, vol. 26, p. 207-249.

Roussillon, A., 2002, « Sociologie et identité en Égypte et au Maroc : le travail de deuil de la colonisation », Revue d'Histoire des Sciences Humaines, vol. 7, no. 2, pp. 193-221.

Saunier P., 2008, « Trajectoires, projets et ingénierie de la convergence et de la différence : les régimes circulatoires du domaine social 1800-1940 », Genèses. Sciences sociales et histoire, Belin, pp.4-25.

El Shakry O., 2007, The Great Social Laboratory: Subjects of Knowledge in Colonial and Postcolonial Egypt, Stanford, Stanford University Press, 2007.

Shearer W. V., 1910, « Report on the Weaving Industry in Assiout », L’Égypte Contemporaine, vol. 1, no 1, p. 184-186.

Tilley H., Africa as a Living Laboratory: Empire, Development, and the Problem of Scientific Knowledge, 1870-1950, Chicago, University of Chicago Press.

Topalov C., 1999, « Les ‘réformateurs’ et leurs réseaux : enjeux d’un objet de recherche » in C. Topalov, Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France (1880-1914), Paris, Editions de l’EHESS, p. 11-58.

Haut de page

Notes

1 Sur cette opposition, voir aussi El Shakry, 2007.

2 Pour une réflexion critique autour de la notion de science coloniale et des différentes échelles de circulation des savoirs, voir Tilley, 2011.

3 Le droit égyptien a été largement francisé avec l’adoption des codes des tribunaux mixtes (1876), et nationaux (1883). Sur ce point, voir Botiveau, 1993, p. 139-165.

4 Ibid., p. 119-120.

5 Sur les rapports entre droit et économie politique en France, voir notamment Breton et Lutfalla, 1991 ; Le Van-Lemesle, 1983, p. 113-117.

6 Dar al-Wathâ’iq al-qawmiyya, Abdîn, 0069-004476, Comptes rendus des séances du Conseil d’administration de l’Université égyptienne, 1912. Notons cependant que ces formations professionnalisantes ne sont maintenues que quelques années. Lorsque l'Université égyptienne devient publique, en 1925, elle comprend seulement les facultés de lettres, de sciences et de médecine. L'enseignement à vocation professionnelle est réservé aux écoles spécialisées, déjà existantes (droit), ou nouvellement créées (commerce, agriculture).

7 La thèse sera publiée en 1910 sous le titre de L’origine et la fonction économique des villes. Markou, 2003, p. 139-165.

8 À la tête du mouvement national égyptien, le Parti Wafd de Sa‘d Zaghlûl doit son nom à la délégation (wafd) qu’il tenta d’envoyer à la conférence de la paix de Versailles, en 1919, pour y négocier l’indépendance politique de l’Égypte.

9 Voir par exemple, Dâgher, 1902, p. 64-66 ; Kildân, 1902, p. 232-235 ; Al-Muqtataf, 1903, p. 61-63.

10 Sur ce point, voir El Shakry, 2007.

11 Le thème de la coopération en industrie est, notons-le, également abordé dans d’autres publications, telles qu’Al-Muqtataf.

12 Sur cette évolution, et la redéfinition des responsabilités entre État et initiative privée, voir Roussillon, 1992 ; Alleaume, 1995.

13 Voir par exemple, Kaheel, 1911, p. 175.

14 Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, l’Égypte devient officiellement un protectorat britannique et le pouvoir d’occupation met en place une série de commissions et d’organes gouvernementaux visant à réguler le marché national.

15 Sur le recensement de 1917, voir Owen, 1996 ; Labib, 2005.

16 Voir par exemple, Al-Rifâ‘î, 1928 ; Ibrâhîm, 1928 ; Fahîm, Khalîfa et Kâmil, 1927.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Malak Labib, « Savoirs experts et réforme sociale : réflexions sur l’histoire de l’économie politique en Égypte, 1892-1922 »Égypte/Monde arabe, 20 | 2019, 95-110.

Référence électronique

Malak Labib, « Savoirs experts et réforme sociale : réflexions sur l’histoire de l’économie politique en Égypte, 1892-1922 »Égypte/Monde arabe [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ema/6684 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.6684

Haut de page

Auteur

Malak Labib

Malak Labib est chercheur post-doctorante à la Freie Universität Berlin/EUME. Elle a obtenu sa thèse à Aix Marseille Université/ Institut de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman (2015). Ses recherches portent sur l’histoire de la statistique, de la dette publique, ainsi que sur l’histoire du développement.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search