Navigation – Plan du site

AccueilTroisième série20Visées allogènes et endogènes de ...

Visées allogènes et endogènes de la réforme des subventions à la consommation en Égypte

Exogeneous and endogeneous aims of subsidies to consumption reform in Egypt
Marie Vannetzel
p. 127-155

Résumés

Cet article analyse la réforme du système des subventions à l’alimentation et à l’énergie en Égypte à l’aune de la problématique du réformisme développée par A. Roussillon. Cette réforme, lancée à l’été 2014, est d’abord resituée dans l’histoire des discours institutionnels qui ont construit le « problème » des subventions dans le cadre de la conditionnalité croisée du FMI et de la Banque mondiale. L’article examine plus précisément la période 2004-2014 comme un moment de redéfinition du cadrage de ce « problème », en éclairant la production internationale et locale de l’expertise et en soulignant son articulation aux soulèvements de 2011. Enfin, il confronte ce cadrage aux discours présidentiels du Maréchal al-Sissi (2014-2017) et montre comment celui-ci non seulement se réapproprie et traduit cette expertise, mais plus encore fait de la réforme une condition sine qua non de la souveraineté de l’État. Ainsi, alors que la réforme des subventions est typiquement abordée comme un effet du « système d’emprise » des institutions financières internationales, nous revisitons la dichotomie allogène/endogène et analysons comment se combine à cette emprise l’affirmation du réformisme du nouveau régime, qui prétend formuler sa vision du projet social-historique égyptien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chanson de Sayyid Darwish : « Serre-toi la ceinture, il n’y a rien d’autre d’utile à faire ».

« Shedd el hizam ‘ala wostak ghayroh mayefidek »1

Introduction

1Le mandat présidentiel de Sissi a débuté à l’été 2014 avec le lancement d’une réforme de grande ampleur du système de subventions à la consommation (SSC). Destiné à rendre accessibles au plus grand nombre l’énergie (carburants, gaz, électricité) et les denrées alimentaires de base (pain, huile, sucre, etc.), ce système de subventions a longtemps été conçu comme l’un des principaux canaux de la redistribution sociale et comme un symbole du rôle « développeur » de l’État (Sachs 2012).

  • 2 Il s’agit d’un prêt destiné à « répondre rapidement aux besoins de financement extérieur d’un pays (...)
  • 3 D’après la fiche technique officielle du FMI, ce mécanisme est défini comme suit : « Lorsqu’un pay (...)
  • 4 « Les mesures préalables sont des mesures que le pays consent à prendre avant l’approbation d’un f (...)

2D’abord mises en place durant la Seconde Guerre mondiale en tant que système de rationnement pour faire face aux pénuries, les subventions à la consommation ont été élargies et systématisées sous Nasser puis Sadate. Le SSC se voit pour la première fois remis en cause alors que ce dernier entame des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) pour signer un « accord de confirmation » (Stand-by agreement)2 d’un montant d’environ 150 millions de dollars. En janvier 1977, le président annonce des coupes importantes dans les subventions et, par conséquent, des hausses de prix immédiates (allant de 4 % à 67 %) pour plusieurs produits alimentaires et autres (Alderman 1986). L'annonce est suivie de révoltes massives qui incitent le gouvernement à révoquer ces décisions dès le lendemain. Tout au long des années 1985-2000, sous la présidence Moubarak, des mesures graduelles sont prises afin de réduire les coûts du SSC de manière peu visible (en modifiant les critères d’éligibilité, les types et quantités de produits subventionnés etc.). Suite à la Révolution de 2011, le gouvernement intérimaire du Conseil suprême des forces armées (2011-début 2012), puis le président Morsi (juin 2012-juillet 2013), engagent des négociations avec le FMI pour obtenir un nouveau prêt, mais celles-ci échouent. Ce n’est qu’en novembre 2016 qu’un prêt de 12 milliards de dollars est finalement accordé par le FMI à l’État égyptien, dans le cadre d’un « mécanisme élargi de crédit » 3 (Extended Fund Facility, EFF/2016). Or, la réforme des subventions à l’énergie a été l’une des trois « mesures préalables » (Program prior actions)4 devant être nécessairement adoptées et mises en œuvre par le gouvernement en amont de l’octroi du prêt. C’est ainsi que l’année fiscale 2014 (commençant au 1er juillet) s’était ouverte avec l’annonce d’une augmentation des prix des carburants et de l’électricité (Tableau 1). Les deux autres mesures préalables à l’EFF/2016 ont été la mise en place d’une TVA et le flottement de la livre égyptienne, précédé d’une dévaluation de 48 %. Elles ont été adoptées en septembre et novembre 2016, en même temps qu’une nouvelle augmentation des tarifs de l’énergie.

  • 5 Le plus fort taux d’inflation, auparavant, avait été de 24 % en 1987 (Gad, Moussa, Mikawi 2017).

3Alors que, sous l’effet de ces mesures, l’inflation atteint des sommets records (30 % en 2017)5, les subventions à l’énergie ont donc chuté de 6,6 % du PIB en 2013 à 3 % en 2015, l'objectif affiché étant de les supprimer totalement d’ici 2020 (WB 2017, 24). Dans le même temps, s’il n’a pas connu une telle réduction budgétaire (de 1,9 % du PIB en 2013 à 1,3 % en 2016), le système des subventions à l’alimentation a été profondément modifié (Abdalla, Shawarbi 2018).

Tableau 1. Résumé de la réforme du SSC de 2014

Subventions à l’énergie

Réforme de 2014 à 2018

Gasoline

Augmentation cumulée des prix de 33 % (G95), 365 % (G92), 511 % (G80)

Gaz naturel (ménages <30m3)

Augmentation cumulée du prix de 775 %

LPG (bouteilles de gaz)

Augmentation cumulée du prix de 525 %

Diesel

Augmentation cumulée du prix de 400 %

Électricité (ménages <50Kw)

Augmentation cumulée du prix de 340 %

Subventions alimentaires

Pain baladi

Auparavant distribué au tout-venant, désormais limité à cinq pains par personne par jour et seulement accessible pour les porteurs d’une carte à puce ; subvention versée ex-post aux boulangeries suivant le nombre de pains vendus

Autres aliments

Remplacement des cartes en papier par des cartes à puce, crédit de 50 LE par personne par mois, limité à quatre personnes par foyer (puis 25 LE par personne supplémentaire) ; liste des produits disponibles dans les épiceries subventionnées variant chaque mois selon l’approvisionnement (sauf sucre, huile, riz qui sont permanents)

Sources : Élaboration propre ; chiffres tirés de WB, 2017 et de Egypt Oil & Gas Newspaper  (diverses années) ; synthèse des informations issues de Abdalla, Shawarby, 2018 et observations de terrain (janvier 2018).

4La conditionnalité imposée par le FMI a donc joué un rôle certain dans cette réforme de grande ampleur du SSC. Cependant, d’une part, cette conditionnalité ne peut être appréhendée comme la simple imposition d’une volonté allogène auprès d’acteurs égyptiens passifs. D’autre part, dans un contexte où le régime actuel tente d’asseoir sa légitimité sur la réaffirmation de la souveraineté et du prestige de l’État (haybat al-dawla), la question se pose de savoir comment ces deux options – conditionnalité allogène et souveraineté endogène – se combinent dans la formulation de cette réforme.

5C’est ici que s’impose l’un des apports majeurs des travaux socio-historiques d’Alain Roussillon, à savoir la définition particulière qu’il a donnée à la notion de réformisme. Dans le livre pionnier qu’il dirigeait en 1995, Entre réforme sociale et mouvement national. Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), il introduisait une distinction conceptuelle entre la réforme en tant que pratique et le réformisme qui relèverait essentiellement de l’ordre du discours :

« De la réforme au(x) réformisme(s), tout l’intervalle est rempli par des effets de discours : ensemble d’attitudes et de visées indissolublement ‘cognitives’ — au principe de la production même du sens — et ‘politiques’ — en ce qu’elles président à la formulation du projet social-historique endogène — induites par le constat, au départ largement impuissant, de l’antécédence de la pratique réformatrice de l’Autre qui impose au Soi les modèles et les modalités de son accès à ce qui se désigne alors comme la Civilisation » (Roussillon 1995).

6Transposée à la période la plus contemporaine et à notre objet, cette question du réformisme peut se reformuler ainsi : comment « le système d’emprise » (Ibid.) constitué des exigences du FMI, mais aussi, on le verra, des recommandations de la Banque mondiale (BM), s’articule-t-il aux dispositifs de production de sens déployés par l’État égyptien — ou plutôt, par celui qui entend en incarner la grandeur, à savoir le président de la République et Maréchal de l’armée ‘Abd al-Fattah al-Sissi ? Le régime dirigé par ce dernier est-il ainsi identifiable comme « réformiste », au sens où, comme le dirait A. Roussillon, il imposerait sa propre représentation de ce que devrait être le devenir de la société qu’il prétend gouverner ?

  • 6 Nous souscrivons cependant à la vision défendue par Vincent Gayon sur la nécessité d’une analyse s (...)

7Cet article s’appuie sur deux types de sources : d’une part, les rapports produits par les deux principales institutions financières issues de la conférence de Bretton Woods, sur la nécessité d’une refonte du SSC, et d’autre part, les discours présidentiels de Sissi, afin d’y repérer les procédés de justification de cette refonte. Bien entendu, la seule étude des écrits et discours officiels affichés ne suffit pas à analyser les relations de pouvoir qui sous-tendent la réforme, ni même à comprendre pleinement ces matériaux scripturaux et discursifs. Une série d’entretiens, en cours de réalisation avec des agents internationaux et gouvernementaux, nous permet déjà d’affiner la compréhension de leurs contextes d’énonciation. La contextualisation consiste aussi à les situer dans les trajectoires des acteurs institutionnels qui en sont porteurs, en s’appuyant sur la sociologie des organisations internationales et sur notre connaissance de la configuration sociopolitique égyptienne6.

8Dans ce cadre, nous chercherons tout d’abord à situer l’émergence des discours institutionnels sur la nécessité d’une réforme du SSC en retraçant rapidement l’histoire de la conditionnalité du FMI en Égypte, ainsi que celle de l’expertise produite par la BM. Ensuite, nous interrogerons l’hypothèse d’un « Arab spring turn » mise en avant par les deux institutions internationales comme moment de redéfinition de leurs objectifs et stratégies afin de contribuer à la reconstruction d’un « nouveau contrat social ». Nous montrerons que le cadrage de la réforme du SSC de 2014 est en fait bien antérieur à la Révolution. Enfin nous analyserons la rhétorique présidentielle à partir d’une sélection de discours, formels et informels, prononcés par Sissi entre 2014 et 2017. Leurs vidéos diffusées sur la télévision égyptienne, qui circulent sur les réseaux sociaux, ont été transcrites et traduites par nos soins.

La réforme du SSC entre conditionnalité, expertise et (géo)politique

9Contrairement à une idée courante, l’histoire du FMI en Égypte ne commence pas avec l’accord de confirmation de 1977 (Tableau 2). Les premiers accords ont été signés sous Nasser, et les prêts ont été sollicités en raison des déficits chroniques de la balance commerciale et surtout de celle des paiements qui, selon les termes du mandat défini par Bretton Woods, justifient l’intervention du FMI. L’approbation du FMI constitue aussi une véritable caution, gage de crédibilité pour obtenir des prêts d’autres créanciers publics et privés.

Les débuts du « problème » : distorsion des prix et déficit budgétaire

  • 7 D’après les chiffres du ministère de l’Economie et de la coopération économique et de la Banque ce (...)

10Dès le début des années 1960, le FMI réclame la modification du taux de change et la dévaluation de la livre égyptienne (qui valait en 1961 2,84 $). Priorité est donnée, dans les recommandations du FMI, à la réduction des mesures visant à ajuster les prix du marché intérieur. Les subventions ne sont donc appréhendées qu’indirectement, en ce qu’elles ont un effet de distorsions sur les prix (Laobooncharoen, 2004, 134 et suiv.). C’est plus tard, face à l’explosion des prix mondiaux du blé, que le « problème des subventions » commence à émerger plus nettement, car ces dernières commencent à être considérées comme la principale cause du déficit budgétaire étatique : les dépenses de l’État en subventions directes à la consommation passent de 3 à 321 millions de LE entre 1970 et 1976 (soit de 2 % du PIB à 10 %) (WB, 19787). De plus, cette explosion des prix du blé, première marchandise importée par l’Égypte, fait réapparaître le déficit structurel de la balance des paiements.

Tableau 2. Histoire des prêts du FMI en Égypte (jusqu’au 31 décembre 2016 ; d’après le site officiel du FMI)

Tableau 2. Histoire des prêts du FMI en Égypte (jusqu’au 31 décembre 2016 ; d’après le site officiel du FMI)

11De nouvelles négociations s’ouvrent alors avec le FMI en 1974, en vue d’un accord de confirmation. Le FMI réclame de nombreuses mesures, que la politique d’infitah conduite par Sadate ne suffit pas à satisfaire : par exemple, alors que cette dernière a introduit un « marché parallèle » destiné à l’import/export sur lequel le taux de change est beaucoup plus bas, le FMI demande le passage à un taux de change flottant. Il réclame aussi la hausse des taux d’intérêts, l’abolition des subventions alimentaires et l’augmentation des prix de l’énergie et des produits agricoles. La Banque mondiale appuie ces demandes : elle s’en remet au principe de cross conditionality (« conditionnalité croisée »), c’est-à-dire qu’elle n’accepte pas de prêter si les mesures demandées par le FMI ne sont pas adoptées (Laobooncharoen 2004 : 163). Mais dans le contexte géopolitique post-1973, Sadate parvient à capitaliser sur le soutien des États-Unis (pour lesquels la priorité allait au processus de paix avec Israël) et des États du Golfe. En avril 1976, ces derniers fondent l’Organisation du Golfe pour le développement de l’Égypte (OGDE), qui s’engage sur une promesse de prêt de 2 milliards de dollars, décaissable sur cinq ans. Cette promesse permet au gouvernement égyptien de rejeter l’accord de confirmation avec le FMI (Ibid. : 170).

  • 8 Il est intéressant de noter que dans le rapport de recherche établi pour la Banque mondiale en 200 (...)

12Cependant, il apparaît rapidement que l’OGDE refuse de décaisser les tranches du prêt promis tant que les conditions réclamées par le FMI ne sont pas acceptées par l’État égyptien. En décembre 1976, les négociations reprennent, et les mêmes demandes sont posées par le FMI comme « mesures préalables » à la signature d’un accord de confirmation. C’est ainsi que la réduction des subventions, et donc des augmentations de prix considérables, sont annoncées lors de la présentation du budget de 1977, puis partiellement annulées face aux révoltes des 18 et 19 janvier8. Cette question demeure le principal point de discorde lors des négociations de l’accord de confirmation d’avril 1977, puis du mécanisme élargi de crédit (EFF) de 1978, mais un engagement de principe de l’État égyptien permet de faire aboutir la signature de ces prêts ainsi que de débloquer le prêt de l’OGDE.

13Pourtant, la mise en œuvre des conditions de l’EFF/1978 s’avère finalement très partielle, ce qui entraîne le retrait du programme (seule la première tranche de crédit est décaissée). La résistance de l’Égypte à la conditionnalité du FMI s’explique en partie par le rétablissement de la balance des paiements, grâce au prêt de l’OGDE, de l’aide massive apportée par les États-Unis dans le cadre de l’accord de Camp David avec Israël, et des remises envoyées par les travailleurs expatriés dans le Golfe, bénéficiant du boom pétrolier. Ce n’est qu’après la chute des cours du pétrole, que le problème de balance des paiements refait surface, entraînant un nouveau cycle de négociations à partir de 1985.

14C’est à cette période que, pour la première fois semble-t-il, l’hypothèse du remplacement du SSC par un système d’allocations monétaires ciblant les plus pauvres (targeted cash transfers) est émise par le premier ministre ‘Ali Lutfi. Il est limogé, le président Moubarak et les autres ministres privilégiant une approche très progressive (Laobooncharoen 2004 : 211). En réalité, les mesures susceptibles d’entraîner une hausse des prix à la consommation trop abrupte (suppression des subventions et flottement du taux de change principalement) rencontrent la résistance du gouvernement qui agite le spectre des révoltes de 1977 et du soulèvement algérien de 1988. Grâce au soutien des États-Unis et d’autres pays européens pour qui la priorité était de maintenir la « stabilité » du régime de Moubarak, ce dernier parvient à alléger les conditions du FMI.

Conditions et expertises croisées : les subventions dans l’ajustement structurel

15À partir de 1989, le FMI renonce à exiger la baisse des subventions sur les produits alimentaires essentiels, mais insiste sur l’augmentation des prix de l’énergie (Ibid. : 237). Cela devient, pour le FMI comme pour la BM mais aussi l’USAID, une condition prioritaire à l’octroi ou au décaissement de prêts. Si la Guerre du Golfe permet à l’Égypte d’annuler une partie considérable de sa dette (la dette militaire de l’Égypte vis-à-vis des États-Unis est effacée), elle ne lui offre pas la possibilité de renégocier les conditions du FMI, les États-Unis s’en tenant à la cross conditionality. Le gouvernement égyptien accepte d’augmenter les prix de l’énergie en 1989 puis en mai 1991. Dans les deux cas, aucune annonce n’en est faite publiquement : il en sera ainsi tout au long de l’ère Moubarak, les hausses successives des prix de l’énergie se feront généralement sans publicité (Ibid. : 244).

16Ces mesures contribuent à débloquer la signature du SBA/1991. Dans la foulée, la BM qui avait signé, en mars, un accord pour un Plan d’ajustement structurel (PAS) assorti d’un prêt de 300 millions de dollars accepte de décaisser la première tranche. L’accord prévoyait que l’ensemble des subventions à l’énergie serait totalement éliminé à l’horizon 1995, et que seule une courte liste de produits alimentaires demeureraient subventionnés (WB 1991a : 25).

17C’est aussi la première fois que la BM — plus précisément l’une de ses deux composantes, la BIRD, qui est active dans les pays à revenu intermédiaire comme l’Égypte — s’engageait dans la restructuration de la fiscalité en Égypte. Historiquement, la BM a commencé à intervenir dans les pays en développement en finançant des projets d’infrastructures (routes et barrages). Ses secteurs d’intervention se sont élargis sous la présidence de Robert McNamara (1968-1981) qui a mis l’accent sur le « développement rural », c’est-à-dire sur les prêts finançant des projets agricoles et des infrastructures supposées productives, dans l’optique de satisfaire aux besoins basiques des populations, et ainsi, de réduire la pauvreté (Cling et al. 2011). Cependant, à la fin des années 1970, l’endettement massif des pays du Sud a été imputé à la faillite de leur modèle étatique et plus largement à l’échec du keynésianisme, alors même que la BM était au moins co-responsable de l’ampleur de cette dette et du faible retour sur investissement des projets de « développement » pour lesquels les États s’étaient endettés (Goldman 2005). La crise de la dette a aussi été précipitée par le brusque accroissement des taux d’intérêts états-uniens en 1979. C’est dans ce contexte que la proposition d’un nouvel instrument, appelé Prêt d’Ajustement structurel (PAS), est faite lors du sommet annuel de la BM et du FMI : il est officiellement lancé en 1980 par McNamara afin « d’ajuster » les « déséquilibres » des grands agrégats macro-économiques. Cet instrument prévoit deux phases : la première, dite de « stabilisation », est prise en charge par le FMI et consiste à supprimer les déficits de la balance des paiements et des finances publiques, tout en assurant le service de la dette. Elle est suivie par une phase de « réforme structurelle » de l’économie concernée – incombant à la BM – visant à « relancer » la croissance et à lever les « blocages et distorsions » structurels qui seraient responsables de la récurrence des déficits (Petit 1993). Il s’agit ainsi de dévaluer les monnaies pour promouvoir les exportations, supprimer des mécanismes de contrôle des prix, privatiser le secteur public, etc. (Easterly 2005). Durant la décennie 1980, les PAS reposaient donc sur le paradigme de la « Trickling down growth » ̶ la théorie du ruissellement ̶ c’est-à-dire sur l’idée que l’ajustement structurel entraînerait mécaniquement la croissance économique et l’élimination de la pauvreté (Vetterlein 2007).

18Cependant, au début des années 1990, devant l’ampleur de l’échec de ce paradigme et des critiques adressées à la BM (Hart 2001), cette dernière remet en avant le thème de la « réduction de la pauvreté » (poverty alleviation), comme nécessaire à une croissance économique durable, tout en maintenant le cadre strict de l’austérité budgétaire et de la privatisation, considérées comme des remparts aux « mauvais usages » des fonds publics, voire à la corruption. La dimension « morale » de ce projet, mais surtout la phénoménale production de savoir qui le soutient (Goldman 2005), cherchent à restaurer l’image de la BM, même si les objectifs et stratégies en sont largement questionnables (Lautier 2001). Ainsi, lorsqu’il est lancé en Égypte dans les années 1990, le PAS est associé à la création d’un fonds social, comme dans d’autres pays : le Social Fund for Development (SFD), financé par de multiples bailleurs (pays donateurs, BM, Union européenne, PNUD…) mais placé sous l’autorité du Premier ministre égyptien, a eu pour vocation de financer des micro-crédits à des groupes cibles, touchés par les effets supposés temporaires du PAS (licenciés des entreprises publiques, diplômés sans emploi…). Le SFD était aussi un moyen, pour l’État, de tenter d’absorber l’économie informelle. Mais les résultats en ont été très illusoires : c’est l’endettement des micro-entrepreneurs qui a pris le pas sur l’empowerment, et le SFD a plutôt permis à des hommes d’affaires de contourner certaines réglementations qu’ils jugeaient trop contraignantes (Elyachar 2005). Il a aussi été la première expérience de programme « social » ciblé, amorçant les mutations de la protection sociale en Égypte (El-Meehy 2009).

19En 1991, un important rapport sur la pauvreté en Égypte est publié par la BM, sous le titre Poverty Alleviation during structural adjustments. Il souligne le dilemme entre « stabilisation » macroéconomique (déséquilibres internes et externes) et « stabilité » sociale, et fait de la « protection des segments plus vulnérables de la société » la condition de réussite du PAS (WB 1991b). Les subventions sont analysées en tant que type de « transferts de revenus », et l’évaluation de leurs effets sur la pauvreté est hésitante : le rapport reconnaît leur impact globalement positif mais suggère qu’en l’état, elles passent « probablement » à côté de nombreuses personnes pauvres. Il admet qu’en l’absence de connaissances suffisantes, la conclusion ne peut pas être tranchée. Mais le lien entre protection sociale et subventions, qui était avancé par le gouvernement égyptien pour justifier du maintien du SSC, commence ici à être sérieusement mis en doute.

  • 9 Les programmes sont abandonnés et les prêts non décaissés car la balance des paiements est rétabli (...)
  • 10 Le chômage augmente ; le taux de pauvreté n’est que temporairement baissé puis rebondit dès les an (...)

20Au cours des années 1990, les subventions à l’énergie sont « substantiellement » réduites, selon les évaluations de la BM et du FMI (WB 1996 ; IMF 1997a). Toutefois, plus que les subventions, ce sont les thèmes de la privatisation des entreprises, de la libéralisation du commerce et de la dévaluation de la livre qui dominent l’agenda négocié entre l’Égypte, le FMI et la BM tout au long des années 1990, conduisant à la signature de nouveaux accords en 1993 et 19969. Bien que, dans les faits, le PAS n’ait en rien résolu les problèmes structurels de l’économie10 (Ghannam, Gad 2016), l’Égypte devient peu à peu un « bon élève » du consensus de Washington (Richards, Waterbury 2008). Elle ne sollicite plus de prêts du FMI puisque les indicateurs macroéconomiques sont « au vert », tandis que les principaux prêts de la BM sont destinés au financement d’infrastructures, au Social Fund for Development, et à la réforme du secteur financier. La discussion sur les subventions perd donc en importance jusqu’au milieu des années 2000.

« Towards a New Social Contract » ? Du gouvernement Nazif à la Révolution

  • 11 Voici comment le site du FMI décrit ces consultations : « Article IV consultations usually take pl (...)
  • 12 Les rapports de 1996 et 1997 saluent la « réduction effective » des subventions à l’énergie, et re (...)

21La lecture des rapports des « consultations Article IV », c’est-à-dire les documents de « surveillance » émis par le FMI11, montre que la question des subventions réapparaît clairement à partir de 200512. Cela est dû à une évolution paradoxale sous le gouvernement néolibéral d’Ahmed Nazif formé en 2004, qui voit le volume de subventions à l’énergie augmenter à nouveau, tandis qu’en parallèle, plusieurs plans d’élimination totale de ces dernières sont lancées. Cette période est aussi marquée par l’émergence d’un nouveau cadrage national et global de la question liant la réduction des subventions à la construction de « nouveaux filets de sécurité sociale » (social safety nets).

Le cadrage du problème des « subventions corrosives »

22Le rapport Article IV de 2005 souligne tout d’abord « l’engagement fort » du gouvernement Nazif, qui a augmenté les prix de l’électricité et des carburants à l’automne 2004, et rendu les subventions plus apparentes dans le budget. Dans le rapport de 2006, le ton se fait plus alarmiste : un encadré met l’accent sur « l’augmentation dramatique » des subventions à l’énergie (de 1,1 % du PIB en 1998 à 6,9 % en 2005-2006), et dans une moindre mesure, des subventions alimentaires (de 0,9 % en 2000 à 2,1 % en 2004). Cette augmentation des subventions est largement due à la dévaluation de la livre (de 30 %) et à la hausse des prix alimentaires mondiaux (Frerichs 2015) ̶ et non à un changement de perspective du gouvernement. Mais le rapport mobilise toute une série d’arguments de type « social » pour accélérer leur suppression (IMF 2006) : les subventions concurrenceraient directement les dépenses sociales dans l’éducation et la santé ; elles profiteraient surtout aux industries et aux segments les plus riches de la population ; du fait des prix très bas de l’énergie, elles contribueraient à orienter les investissements dans « des activités aux rendements sociaux sous-optimaux » ; et en somme, en dépit de leur prétendue visée sociale, elles n’auraient pas empêché l’augmentation récente de la pauvreté ; pire, elles pourraient même en avoir été un facteur. Le rapport renvoie ici à une étude de la BM qui a été largement citée et qui, dès 2005, pose les jalons de la réforme globale de 2014.

23Intitulée Egypt – Towards a More Effective Social Policy : Subsidies and Social Safety Net, cette étude s’ouvre sur ce qui est décrit comme un constat : celui de la nouvelle « stratégie de réforme » du gouvernement Nazif, et plus encore, de « la redéfinition du rôle de l’État » et du passage à « un nouveau contrat social ». La performativité normative de ce discours, qui encourage autant, sinon plus, qu’il ne « constate », est ici saisissante :

« The Government of Egypt (GOE) has embarked on an ambitious program of economic, social and political transformation. The reforms are wide-ranging, extending beyond macroeconomic stability, and include measures to reform the financial sector and state-owned enterprises, modernize fiscal and monetary systems and policies to better allocate public resources. This reform strategy is driven by the need to raise and sustain broad-based economic growth, and ensure that the poor contribute to and benefit from economic growth. It also entails a redefinition of the role of the State. The State can no longer be seen as the main provider of jobs, goods and subsidies for its citizens: in the new ‘social contract’ that the country is moving to, the role of the State is to oversee the public interest and protect the poor and vulnerable in an essentially private-sector-led economy » (WB 2005 ; je souligne ).

24L’étude « constate » ensuite que le gouvernement « a commencé à se préoccuper du rôle des politiques sociales, en particulier dans le domaine des filets de sécurité sociale et des subventions ». Elle se donne alors pour objectif d’évaluer, précisément, les effets des politiques sociales sur la pauvreté, et d’identifier les éléments à préserver ou à changer. Le résultat majeur est que « les programmes existants de subvention en nature (in-kind) — qui forment la base du filet de sécurité sociale actuel — sont coûteux, inefficaces (ineffective), créent des distorsions de marché et des inefficiences, et bénéficient aux riches beaucoup plus qu’aux pauvres ». L’étude donne alors des recommandations détaillées et nuancées (Tableau 3), et chiffre les coûts d’opportunité « sociaux » engendrés par le maintien du SSC : le taux de pauvreté passerait ainsi de 19,6 % à 13,5 % si la moitié des dépenses en subventions à l’énergie était réallouée à un programme de transferts monétaires (cash tranfers), inspiré des expériences menées en Amérique Latine dont le rapport fait un bilan comparatif. Il propose enfin des outils techniques pour procéder au ciblage des populations pauvres.

Tableau 3. Recommandations par produit subventionné (élaboration d’après WB 2005)

Subventions à l’énergie

Réforme conseillée

Gasoline

Éliminer

Kerosène

Maintenir sur le moyen-terme (profite aux pauvres)

LPG (bouteilles de gaz)

Éliminer progressivement selon un séquençage prudent

Gaz naturel

Étendre la couverture des ménages

Diesel

Plus d’études d’impact nécessaires

Fuel

Plus d’études d’impact nécessaires

Subventions alimentaires

Pain baladi

Ne pas modifier sur le court-terme, envisager un ciblage géographique

Pain à base de farine raffinée

Éliminer

Autres aliments

Réviser et appliquer des conditions d’éligibilité

25On a donc ici formulées les trois grandes caractéristiques de la réforme qui sera lancée en 2014, mais dont les bases conceptuelles et techniques commencent à être posées dès 2005. Premièrement, il s’agit non pas d’engager une suppression globale et uniforme du SSC, mais de mettre en œuvre un éventail de réformes différenciées selon les produits et circonstanciées selon les pratiques concrètes de consommation des différents quintiles de la population, en s’appuyant sur des mesures fines des incidences positives et négatives des formes de subventions sur la pauvreté. Deuxièmement, ce rapport entend livrer les fondements scientifiques d’un nouveau modèle de protection sociale, centré sur les allocations monétaires ciblées et non plus sur les transferts en nature. L’idée n’est plus simplement d’amortir les effets pervers de l’austérité fiscale, ou de compenser les impacts sociaux de la réduction des subventions. Elle est de contrer les effets pervers du SSC lui-même, qui n’est pas seulement un « matelas social » usé à remplacer par un autre, mais bien, en ce qui concerne les subventions à l’énergie, l’une des causes structurelles de la persistance de la pauvreté puisqu’il accapare les ressources de l’État et les détourne d’une authentique politique sociale. Troisièmement, le surplus budgétaire dégagé de l’élimination de ce type de subventions est donc établi comme principale condition de possibilité de la construction d’un nouveau modèle de cash transfers.

  • 13 Respectivement : Economic Research Forum, Economic Center for Economic Studies, Egyptian Network f (...)

26À partir du milieu des années 2000, donc, les subventions à l’énergie sont fermement dénoncées comme « corrosives » (WB 2014), alors que la mise en cause des subventions alimentaires est plus nuancée — à plus forte raison lorsqu’éclate la crise alimentaire mondiale de 2008. La focalisation sur l’énergie rejoint aussi le « green turn » de la BM qui construit un puissant discours environnemental (Goldman 2005). La lutte contre les subventions à l’énergie, présentées comme un mal global mais affectant particulièrement la région MENA, est déployée de façon systématique par le FMI à la suite de plusieurs publications majeures (Feltenstein 2017). Mais parce qu’elle est désormais intrinsèquement liée à la réinvention des modèles de protection sociale, elle est aussi reprise par les différentes agences des Nations Unies (UNICEF, WFP, FAO, BIT) et par des ONG, think-tanks et centres de recherche locaux (ERF, ECES, ENID, ECPPS13…) qui en formulent leurs propres variantes.

27Cette circulation des discours nous conduit à reconsidérer la division entre visées allogènes et endogènes. En effet, comme l’a brillamment montré Michael Goldman, on ne peut pas comprendre l’hégémonie exercée par la BM si l’on ne comprend pas que la production de savoir, soutenue et exploitée par la BM, émane en grande partie d’experts et universitaires locaux, dont les visées, loin d’être réductibles à « un complot de banquiers et de capitalistes » (Goldman 2005 : 33), sont effectivement de trouver des « solutions » à la permanence de la pauvreté dans leurs pays. De fait, les rapports de la BM qui font autorité sur la question sont le fruit du travail d’économistes égyptiennes, universitaires qualifiées et reconnues de tous. L’externalisation des études pratiquée par la BM rencontre aussi des facteurs structurels en Égypte (faiblesse des salaires à l’université surtout) qui expliquent cette participation endogène à la production scientifique de la BM.

« If not now, then when ? »14 Le Printemps des subventions

  • 14 Référence au titre du rapport préparé par le staff du FMI sur la réunion annuelle des ministres de (...)
  • 15 Voir la conférence de presse donnée par Dominique Strauss-Kahn (Managing Director du FMI) le 7 avr (...)

28Les « Printemps arabes » de 2011 constituent un important point d’appui endogène à la valorisation politique de ce cadrage scientifique. En Égypte, comme ailleurs dans la région, ils contribuent à l’accélération des réformes initiées en amont. Les institutions internationales affichent leur intention de prendre acte des demandes sociales des peuples qui se sont soulevés, et qui n’ont pas été suffisamment entendus. En Égypte, alors que les critiques et protestations fusent contre la négociation des prêts de 2011 et 2012, les dirigeants du FMI procèdent à un mea culpa, en reconnaissant qu’ils n’ont pas assez pris en compte l’importance de la redistribution sociale en Égypte et ailleurs15.

29La BM, quant à elle, refonde une « New MENA strategy » intitulée « Economic and Social Inclusion for Peace and Stability » dont l’objectif prioritaire est de « renouveler le contrat social, pour engendrer un nouveau modèle de développement construit sur une plus grande confiance des citoyens ; la protection plus efficace des personnes pauvres et vulnérables ; une fourniture de services plus responsable, transparente et inclusive ; et un secteur privé plus fort qui puisse créer des emplois et des opportunités pour les jeunes de la région »16. Concernant l’Égypte, la BM reconnaît, dans son programme d’action de 2012, qu’elle devra s’engager « dans des consultations plus larges que par le passé, avec une dissémination plus grande de l’analyse et de l’information, […] et l’introduction de mécanismes de participation pour davantage d’acteurs sociaux » (WB 2012). Un nouveau fonds fiduciaire pour financer l’aide technique (MENA Transition Fund) est inauguré en 2011 dans le cadre du G8 qui lance, avec la BM, le FMI et les États de la région, le Partenariat de Deauville : son but officiel est de « soutenir les pays du monde arabe engagés dans une transition vers des sociétés libres, démocratiques et tolérantes ».

30Même si, dans les faits, les politiques et recommandations promues s’inscrivent dans la continuité avec la période antérieure (Hanieh 2015), ce tournant discursif donne un nouvel élan à la réforme des subventions en Égypte et dans la région : elle est placée au cœur de la refonte du pacte social, ce qui n’est pas à proprement parler nouveau, comme nous l’avons vu, mais qui, dans le contexte post-2011, acquiert une force particulière tant les événements donnent prise à cette mise en récit. Ils incitent aussi les institutions financières internationales à une forme de politisation du discours dont elles sont peu coutumières, mais qui, de ce fait, renforce l’impression d’un changement.

31Dans un rapport intitulé Towards a New Social Contract (WB 2015a), Shanta Devarajan, économiste en chef pour la région MENA à la BM de 2013 à 2017, dresse un bilan de la faillite du contrat social dans les pays de la région, qu’il se risque à qualifier d’ « authoritarian bargain ». Les « citoyens ont perdu confiance dans leurs gouvernements » en raison notamment de « l’incapacité de ces derniers à les servir ». Tandis que le secteur public a cessé d’embaucher, le secteur privé « n’a pas grandi assez rapidement pour absorber le grand nombre de jeunes éduqués entrant sur le marché du travail » ; et la qualité des services publics est déplorable car les gouvernements, les administrations et leurs agents (médecins, enseignants…) ne sont pas « accountable » devant les citoyens. Or, explique le rapport, les subventions ont eu pour effet d’aggraver cette irresponsabilité (« Significantly, subsidies make it difficult for consumers to hold service providers, such as utilities, accountable », p. 20). Cette distorsion politique qui serait « causée » par les subventions s’ajoute donc à la série de distorsions socio-économiques élaborée jusqu’ici.

32La réforme des subventions à l’énergie – c’est-à-dire leur suppression séquencée à moyen-terme – a ainsi été instituée comme l’une des trois priorités majeures de la BM dans son Systematic Country Diagnostic (2015), dans son Country Partnership Framework (2015-2019), et dans le programme « Fiscal consolidation, sustainable energy, and competitiveness » qui a jusqu’à présent fait l’objet de trois prêts (4,15 milliards de dollars engagés entre 2015 et 2018), les plus importants jamais fournis par la Banque à l’Égypte. Un autre prêt de 400 millions de dollars est destiné à soutenir la mise en place du programme de cash transfers intitulé Takaful wa Karama, censé constituer un pilier du nouveau filet de protection sociale. Dans tous ces documents, est soulignée la détermination du gouvernement et du « nouveau président élu en 2014 », à mener un ambitieux programme de « réformes difficiles et souhaitables depuis longtemps », visant à « remettre l’économie en route » et à « soutenir l’inclusion sociale » dans un climat de « restauration graduelle de la stabilité et d’élévation des niveaux de confiance ». On salue le fait que, grâce à la réforme systématique du SSC lancée en 2014, « les dépenses de l’État pour la santé et l’éducation ont dépassé — pour la première fois — celles pour les subventions à l’énergie en 2015 » (WB 2015b : 10-11 et 22). Ce lien entre accroissement des dépenses sociales et réforme du SSC est d’ailleurs opportunément mis en avant par le FMI dans son document de suivi de l’EFF/2016 (IMF 2017b : 11).

33C’est donc suivant un cadrage construit en amont de la Révolution de 2011, mais augmenté du récit de « grande transformation » autorisé par la situation révolutionnaire, que la réforme du SSC prend place. Par contraste avec les modifications incrémentales réalisées le plus souvent en catimini durant l’ère Moubarak (y compris sous le gouvernement Nazif), elle bénéficie d’une forte publicité gouvernementale. Or, dans cette mise en forme discursive de la réforme, dimension qu’on aurait tort de sous-estimer tant elle est essentielle à la compréhension des mécanismes de l’hégémonie, le rôle joué par le nouveau président Sissi est fondamental.

Sissi réformiste ? Les discours présidentiels sur la réforme du SSC

  • 17 La sélection des discours étudiés a été opérée comme suit : d’abord, par une recherche par mots-cl (...)
  • 18 Certains Égyptiens y voient la mise en avant du nationalisme ; d’autres le paternalisme du préside (...)

34Plus que tout autre président avant lui, Sissi s’illustre par la fréquence de ses prises de parole, et par un style qui lui est propre : extrêmement rares sont les discours dans lesquels il s’exprime en arabe littéral selon un texte préparé à l’avance. La grande majorité de ses prises de parole se font en arabe dialectal égyptien, parfois au pupitre mais le plus souvent assis au premier rang du public lors d’inaugurations diverses ou lors de conférences en province ou dans des shows télévisés destinés à mettre le président au « contact direct » des gouvernés17. Il s’adresse à ces derniers par l’interpellation de « Ya Masriyyin » (Ô ! Égyptiens) qui est singulière et sujette à des réceptions diverses18.

  • 19 Entretiens avec T. et M., avril 2016 et janvier 2018, Le Caire.

35Selon des responsables du bureau de la BM en Égypte, une importante campagne de communication avait été préparée, en coopération avec le gouvernement égyptien, afin de préparer l’annonce de la réforme du SSC en 2014. Cependant, cette campagne n’a pas été utilisée. À leur grande surprise, le président Sissi a pris l’initiative d’endosser seul ce rôle, misant sur la grande popularité dont il jouissait au moment de son élection, début juin 201419.

36Le candidat Sissi n’avait pourtant pas fait montre de cette intention lors de la campagne électorale. Le 7 mai 2014, dans une longue interview télévisée, il avait expliqué qu’ « il était impossible de supprimer les subventions d’une façon directe, par une pure et simple augmentation des prix » :

« Si tu viens aujourd’hui et que tu parles d’électricité sans aucune subvention ou de gaz sans aucune subvention, les gens ne vont pas pouvoir supporter. Je veux auparavant, auparavant, rendre les gens plus riches. Au lieu de gagner 1000, qu’ils gagnent 1500, ou 2000. Grâce à tous les projets d’emploi dont nous parlons, les usines, les cultures, mettre au travail, faire bouger, et permettre aux gens de vivre (litt. ‘de manger du pain’), alors seulement nous pourrons commencer à changer les subventions ».

  • 20 Observation de terrain, à Helwan, juillet 2014.

37L’annonce du budget de 2014/2015, tout début juillet, pose cependant les principales mesures de la réforme, et en particulier l’augmentation du prix des carburants allant jusqu’à 78 %. Dans un contexte de discussion généralisée — des plateaux de talk-show aux microbus des quartiers populaires20 — sur les bienfaits et méfaits de cette réforme, le président prend la parole, le 7 juillet 2014, pour s’en justifier : il déploie ce que j’appellerai ici « une pédagogie du basit », en jouant sur le double sens du terme qui signifie à la fois « simple » et « pauvre ». C’est-à-dire que, si on y retrouve les différents éléments du cadrage expert, les explications sont délibérément simplifiées, rendues accessibles aux moins éduqués, et axées sur la protection des pauvres.

La pédagogie du basit

38C’est à l’occasion de la commémoration du 10 de Ramadan (date du début de la guerre de 1973), que le président prononce ce discours. Pourtant c’est bien la réforme du SSC qui en constitue le cœur :

« Je vous parle de cela maintenant parce que depuis deux jours il y a beaucoup de débats à propos de la mise en mouvement des prix [tahrik al-as‘ar] visant à faire face à la facture des subventions. […] Écoutez-moi vraiment bien. Et comprenez bien où nous allons. Quand je parle de façon simple des subventions et du budget, le but est que vous soyez mes partenaires. Pour que le citoyen simple qui vend quelque chose, même sur le trottoir, soit avec moi ; pour que le chauffeur de microbus soit avec moi. Attention ne croyez pas qu’ils n’ont pas de rôle, et que c’est seulement le rôle de l’État, et que chacun est de son côté. Non, nous sommes ensemble. Nous sommes ensemble. Car le danger est sur nous tous ».

39L’orateur précise ensuite que son entourage lui a conseillé d’éviter cette « décision », de la remettre à plus tard, afin de préserver sa popularité, mais il invoque la « mission » pour laquelle il a été « convoqué » : celle de « sauver et construire la patrie ». Il se lance dans une description simplifiée des contraintes budgétaires de l’État, mettant en exergue l’ampleur de la dette et de ses intérêts (« Nous payons chaque jour, ces chiffres-là, pour que vous imaginiez bien. Ce n’est pas moi qui paye, c’est l’Égypte qui paie, vous les payez. Combien ? À peu près, je vous donne un chiffre que vous puissiez retenir, que vous n’oubliez pas, nous payons chaque jour 600 millions de LE pour les intérêts de la dette »), ainsi que le coût quotidien des traitements de fonctionnaires (600 millions LE) et enfin celui des subventions (400 millions LE) :

« Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que nous sortons de notre poche là [il fait le geste], nous sortons 600 et 600 et 400. On trouve l’argent où pour payer tout ça ? (Byegilna eh ‘ashan nesadded da ?) Est-ce qu’on ne nous a pas appris et habitués à ce que chacun doive toujours dépenser dans les limites de ce qu’il reçoit ? Ou bien moins ? Mais s’il dépense plus ? Il reçoit 100 et il dépense 200 ? Il va où comme cela ? (Masiroh eh ?) »

40Cette façon de rapporter les contraintes budgétaires étatiques à celles d’un ménage ordinaire ou d’un individu, accompagné des gestes et phrasés populaires et de l’appel au bon sens commun, donne un caractère concret à l’abstraction comptable. La diction est lente, et nombreuses sont les phrases répétées plusieurs fois, à la manière d’une leçon d’école. Après une rapide allusion aux révoltes de 1977, pour justifier de l’urgence de la réforme et du courage dont le président ferait preuve, le même procédé de « concrétisation populaire » des mécanismes économiques est utilisé dans le second volet du discours, qui vise à démontrer la contribution de la réforme à la lutte contre la pauvreté et contre l’injustice. L’opposition entre el-qader et el-mesh-qader organise le propos :

« Celui qui a les moyens (el-qader) n’a pas de problème, au contraire [il sourit]. Vous savez pourquoi ‘au contraire’ ? Le propriétaire de villa est subventionné par le gouvernement à hauteur de 4000 LE par mois pour son électricité, ou plus, selon sa consommation. Celui qui a une villa. Alors que celui qui a une maison ou un appartement avec une seule chambre [il joint l’index et le pouce pour désigner une petite quantité], il ne prend que 50 LE par mois ou moins. Ça veut dire que celui qui a les moyens prend 4000 ou 5000, en raison du système qui est en place. Et le meskin, celui qui n’a pas les moyens (el-mesh-qader), il prend 50. On devrait faire l’inverse. […] On ne fait pas tout ça pour celui qui a les moyens, on fait cela pour le citoyen qui ne trouve pas de travail, on fait cela pour augmenter le revenu du misérable ».

  • 21 Allusion au fonds Tahya Misr, institué par Sissi et destiné à recevoir les dons des hommes d’affai (...)

41La charge continue ensuite d’être portée contre « ceux qui ont les moyens » (« Et maintenant je m’adresse à ceux qui ont les moyens, et je reparle du fonds21 que j’ai créé : vous n’allez pas mettre la main à la poche pour aider l’Égypte ? »), et ceux qui « pressurisent leur frère le pauvre » et « ne le prennent pas en pitié » (les vendeurs et chauffeurs qui « profitent » de la réforme pour augmenter leurs prix). Le discours se conclut enfin par l’affirmation de l’État dans sa capacité à agir et à protéger les citoyens, non sans insinuer que la seule alternative qui se présente serait celle du « terrorisme » islamiste et de la guerre civile :

« Le gouvernement s’active nuit et jour pour que le citoyen misérable ne souffre pas, et pour que l’État soit aux côtés de celui qui n’a pas les moyens. […] N’oubliez pas qu’il y a un groupe qui ne connaît pas notre Seigneur ; ils essaient de détruire l’État égyptien, et ils appellent ça une guerre sacrée, n’oubliez pas, je n’oublie pas, et je vous demande de ne pas oublier. Faites attention à l’utilisation de la religion comme moyen de détruire l’État. Et je vous dis à tous, regardez bien, regardez ce qui se passe dans nos pays frères. Est-ce que cela peut arriver en Égypte ? [Il sourit] Non wallahi, ça n’arrivera pas en Égypte. »

  • 22 Discours aux forces armées, lors de la Fête de libération du Sinaï, 7 mai 2015.

42Cette tonalité pédagogique, « sociale » et rassurante, est maintenue dans plusieurs interventions présidentielles de 2014 à 2016 sur la question des prix et des subventions. À de nombreuses reprises, Sissi annonce que les prix ne vont pas augmenter d’avantage ou que l’arrêt de l’inflation est proche. En mai 2015, il demande aux Égyptiens de mettre en sourdine les demandes sectorielles : « Nous allons faire des efforts tous ensemble, dans chaque institution, dans chaque usine, c’est le moment pour nous d’endurer, de patienter tous ensemble, pour que nous puissions, avec l’aide de Dieu, traverser la crise et faire face aux menaces ». S’il reconnaît qu’il y a un problème particulier avec les prix, il explique que l’État fait tout pour que le citoyen « basit » n’en supporte pas le coût et pour ajuster les prix, en particulier en construisant des réseaux routiers et des points de vente (manafiz) afin de simplifier « le trajet du champ au consommateur » et supprimer « la bureaucratie ». Il faut du « temps, des efforts, et du travail », et le concours de tout un chacun, mais, assure-t-il, « nous pouvons réaliser cet espoir et ce rêve ; beaucoup pensent que ce n’est pas pour bientôt, mais non, je vous le dis, c’est pour bientôt »22.

43Un épisode isolé, mais très remarqué, est pourtant annonciateur d’une ligne discursive différente : en novembre 2015, une journaliste de télévision interpelle le président à son arrivée à Charm al-Cheikh, et lui demande comment faire face aux rumeurs pour faire revenir les touristes. Sissi, agacé, répond alors :

« Tu connais quelqu’un qui peut faire plier les Égyptiens ? Depuis deux ans, je le répète, tant que les Égyptiens… On ne mange pas, on ne mange pas, mais on construit notre pays […]. L’important, c’est ‘soyez comme ça’ [il plie le bras et sert le poing ; le geste semble exprimer à la fois l’unité et la fermeté]. S’il ne faut pas manger, on ne mangera pas ; si on doit avoir faim, on aura faim, c’est quoi le problème ? »

« Tu veux que l’État se lève ou qu’il reste mort ? »

44En 2016, le régime de Sissi est confronté à deux épreuves de grande ampleur : au printemps, la cession des îles Tiran et Sanafir à l’Arabie saoudite vaut au président le reproche de vendre le pays. En novembre, en vue de la signature de l’EFF, la banque centrale procède à la plus grande dévaluation de l’histoire de la livre égyptienne : on passe ainsi de 8-9 livres pour un dollar à plus de 18 livres. Ces deux décisions ouvrent la voie à l’expression de critiques au nom de la souveraineté nationale : une souveraineté que Sissi avait pourtant mise en avant pour justifier du renversement de Morsi — accusant ce dernier de n’avoir aucune ferveur nationaliste et de démanteler l’Égypte au profit de puissances extérieures. Dans ce contexte, où la répression déjà intense s’accentue vis-à-vis de toute forme d’opposition, les discours du président sur les questions sociales prennent progressivement une tonalité beaucoup plus injonctive et comminatoire, qui se combine à la « pédagogie du basit » mais tend peu à peu à la remplacer.

45En mai 2016, lors de l’inauguration de la saison de moisson du blé, après avoir rappelé qu’il « n’a pas peur » et dressé le bilan des grands projets nationaux qu’il a lancés, le président conclut :

« Il y a un dernier projet national dont je n’ai pas parlé, et dont je ne peux parler, car c’est une autre histoire. Cet État doit devenir un véritable État ; un véritable État ; nous ne sommes pas dans un véritable État ; faites attention, tout ce qui est dans votre pays, eh oui, ce n’est qu’un semblant d’État, ce n’est pas un vrai État ; je parle d’un État de droit, un État d’institutions, un État qui se respecte et que le monde respecte ; et ne pensez pas que les forces du mal vont nous laisser faire cela tranquillement ; ils ne nous laisseront pas ; plus nous réussirons, plus ils s’organiseront […] On doit tous rester comme ça [geste du poing], et vous ne devez permettre à personne de nous mettre en désaccord ».

46Le schème argumentatif de la faiblesse de l’État devient dominant : le discours ne rappelle pas simplement la nécessité de développer le pays, comme dans la séquence précédente, mais insiste sur la situation de grave détérioration de l’État. Et les raisons en sont, d’une part, les impacts négatifs des guerres successives (de 1956 à 1973), du terrorisme, et de la corruption ; mais aussi, d’autre part, « la réaction des gens », qui refusent la réforme. Dans un discours improvisé, prononcé le 26 avril 2017 lors des « Assises pour la lutte contre la hausse des prix », dans le contexte de l’inflation record suite au flottement de la livre, Sissi établit une causalité entre le manque de conscience « des gens » — c’est-à-dire à la fois des citoyens et des gouvernants précédents qui auraient caché la « vérité » aux citoyens —et la faiblesse de l’Etat. La mise en garde est très nette contre toute velléité de mobilisation populaire, qui précisément empêcherait l’Etat de se relever :

« Pendant plus de 50 ans les gens ont eu peur de prendre des mesures pour construire un véritable État, qui tienne debout et qui regarde devant. Ils ont eu peur. Peur de cette réaction qui est présente chez nous. Et les choses ont continué depuis à se dégrader, et quand les gens ont bougé en 2011, il y avait une grande partie de l’image qui n’était pas vraie, ce qu’on vous disait sur l’ampleur du problème n’était pas vrai. Il n’y a personne d’autre que moi qui peut vous dire ça, parce qu’ils vont tous reconsidérer et ajourner... La description du problème qu’on vous fait depuis 30 ans n’est pas vraie, c’est une tromperie [khida‘], ça vous donne une fausse conscience. […] Tu veux bouger encore, vas-y, bouge, mais tu vas mener l’Égypte à sa perte, tu vas mener ton pays à sa perte, tu vas perdre ton avenir, et celui de tes enfants, et celui des enfants de tes enfants. Je vous dis cela et j’en suis comptable devant Dieu, pas devant vous, devant notre Seigneur. Notre État est pauvre, ses ressources sont minces [shahiha], et c’est comme ça depuis de longues années. Cet État-là a été égorgé en 1967 [etdabahet, terme utilisé pour le sacrifice des animaux]. Et son développement s’est arrêté à ce moment-là. […] Apparemment l’opinion publique ne s’intéresse pas à la vérité parce que, comme on dit, l’opinion publique ne peut pas tout comprendre, au final, elle veut manger et boire et s’occuper de son travail. C’est vrai, c’est acceptable et je comprends ça. Mais j’ai pris un autre chemin. Parce qu’en 2011, lorsqu’il s’est passé ce qui s’est passé, je disais déjà qu’un des grands dangers c’est l’absence d’une véritable conscience – pas une conscience illusoire et fausse [wa’i mozayyef] — une véritable conscience, chez les gens, pour que tu comprennes pourquoi on est comme ça. Je veux vous faire comprendre la vérité.  »

47À de nombreuses reprises, dans ce discours comme dans tous ceux de cette période, Sissi martèle, par des envolées de voix autoritaire, des injonctions à la patience et à l’endurance :

« La déficience [al-khalal] se trouve dans toutes nos institutions. La déficience. Oui je vous le dis ! Je le dis en direct pour que vous sachiez à quel point le problème est grand. Pourquoi ? Pour que vous patientiez et que vous enduriez ! Que vous patientiez et enduriez ! Il n’y a rien d’autre à faire ! Rien d’autre ! Rien d’autre ! ».

48Comme le montre ce discours de façon exemplaire, le procédé discursif  consiste en un va-et-vient entre ces injonctions, des références au passé, des allusions aux polémiques en cours ainsi que des informations chiffrées mais très floues sur plusieurs aspects économiques présents, qui sont évoqués pêle-mêle sans démonstration cohérente :

« On fait tout cela en raison de ce qu’a dit le ministre de la Solidarité sociale et de l’Approvisionnement [sic : il s’agit en réalité de deux ministères différents] : nous voulons augmenter l’offre. Il me faut un gros volume de produits qui descendent [vers le consommateur], je veux augmenter le nombre de magasins [de produits subventionnés], depuis un an et demi je dis cela au ministre, qu’il faut le faire avant le flottement du gineh, on a amené des investisseurs pour faire un volume de magasins qui couvrent l’Égypte, je leur ai donné 15 jours, 6 mois parce qu’on a trop tardé jusque là [allusion aux gouvernements précédents]. Est-ce que c’est fait ? Non. Est-ce qu’on va le faire ? Oui. Comment ? On doit changer le système des grossistes. Il y a 50 ans, c’était 16 millions de personnes que je subventionnais, pas moi, l’Égypte, 16 millions ça va tu peux payer la somme, mais maintenant tu te retrouves à subventionner 90 millions, c’est une autre somme. Est-ce qu’on a cette somme ? Est-ce que l’État produit suffisamment ? Il y a des pays où les prix sont bien plus élevés que chez nous mais où le volume du revenu et du travail permet cela. Alors on entend maintenant ceux qui disent ‘regardez cet homme qui nous parle de la fakka [petite monnaie], qui veut qu’on mange un jour sur deux’ ! Vous voyez cette ironie qu’ils font de notre situation…Oui c’est cela notre situation, et vous avez enduré, et vous endurez et je sais que vous allez encore endurer. Je vous le dis vous allez encore endurer un an de plus, et ensuite il y a les élections. Vous n’avez qu’à choisir et notre Seigneur aidera celui qui vient. Ecoutez moi [Esma’o el-kalam, expression aussi utilisée pour donner un ordre aux enfants] ! Donnez la main à votre pays, pas à moi. Les conditions qu’a traversées l’Égypte, combien de guerres ? Quel est le prix de ces guerres ? Imaginez si Sadate n’avait pas fait la paix…[…] Quand Sadate a fait la réforme de 1977, nous avons tous bougé contre la réforme, parce que nous ne savions pas, et qu’il a eu peur…non il n’a pas eu peur mais les choses sont sorties de son contrôle. ‘Attends tu nous parles vraiment de cette histoire, alors qu’on parle des prix ?’ Oui je vous parle de cette histoire, et je continuerai d’en parler […]. L’Égypte ne se lèvera pas sans la patience de son peuple, ni sans son travail ni sans son sacrifice [tadhia]. Elle ne se lèvera pas sans cela ! Est-ce que quelqu’un d’autre que moi peut trouver une solution différente ? Écoutez-moi ! Je vous ai déjà abandonné ? Je ne vous abandonnerai pas sauf si vous me dites de partir [cris de soutien dans le public]. Mais écoutez-moi enfin, s’il vous plaît ! ».

49Le président prend à partie son public, lui intime le silence même quand celui-ci (invités triés sur le volet) ne fait que crier son soutien. Il se met en scène comme victime de l’ironie médiatique et populaire, faisant allusion aux réactions qu’ont suscité plusieurs de ses déclarations récentes selon lesquelles lui aussi avait vécu dans des conditions difficiles et n’aurait longtemps eu rien d’autre que de l’eau dans son réfrigérateur. Il avait également proposé de récupérer la petite monnaie pour financer des dépenses publiques. La veille du discours ici retranscris, il avait lancé que celui qui vivait avec 10 000 LE devait désormais apprendre à vivre avec 300 LE et à se priver un jour sur deux. Cette injonction au sacrifice, et la mise en scène de sa propre victimisation, lui permettent de dresser un parallèle avec Sadate, que Sissi décrit comme injustement critiqué alors que lui aussi avait voulu emprunter une voie difficile mais bonne : celle-là même que Sissi entend reprendre et poursuivre. La date de 1977 devient récurrente dans la rhétorique présidentielle, en tant qu’elle symbolise une réforme avortée qui aurait pu changer la trajectoire de l’Etat, et qu’il s’agit aujourd’hui d’achever. Dans un autre discours, antérieur, Sissi expliquait ainsi :

« La première tentative de véritable réforme c’était en 1977, et quand la réaction des gens a été le refus, l’Etat est revenu sur cette réforme, et n’a cessé de reporter cette réforme jusqu’à aujourd’hui. Ils ont reculé et ont liquidé la réforme, par peur de la mauvaise réaction des gens. […] Depuis 1977, tous les gouvernements ont reculé et ont eu peur des réactions. Parlons un peu de chiffres, on parle de coûts, on veut simplement que les projets qu’on a fait puissent rentrer dans leurs frais, et ce n’est pas le cas. La dernière tentative d’augmenter les prix du métro…Attention ne déformez pas mes propos ! Vous savez quel est le coût véritable d’un ticket de métro ce n’est pas 1 LE ni 2 ni même 10 LE ? L’augmentation de quelques centimes ou de quelques petites livres sur ta facture d’électricité, suis-moi bien, ça va rapporter plus de 20 milliards de LE au secteur de l’électricité. Je veux te dire que ça fait une grosse somme quand c’est rassemblé, ne demande pas... Mais toi… Quand le gouvernement donne Takaful et Karama, quand le gouvernement augmente le salaire minimum, tu dis c’est pas beaucoup. Mais quand on augmente de quelques petites livres l’électricité ou le métro, tu dis s’il vous plaît c’est trop ! [Il rit]. Nos livres à nous ne valent rien, mais les vôtres valent quelque chose ? » (13 août 2016, lors de l’inauguration d’un complexe pétrochimique, quelques semaines après une nouvelle hausse des tarifs de l’électricité et au moment de la négociation finale du prêt du FMI).

  • 23 Voir par exemple le discours prononcé le 8 décembre 2016 (Fête de la naissance du Prophète) au len (...)

50Comme le montre cet extrait, la « pédagogie du basit » ne disparaît pas complètement23, mais les propos émanant « du bas » sont désormais disqualifiés. En mai 2017, une nouvelle déclaration fait polémique lorsque le président s’exclame « moi aussi je suis pauvre ! » face aux taux d’inflation records atteints à cette période. Puis, une altercation avec un député, qui interpelle le président lors d’une inauguration de projet, montre comment ce dernier entend bien clore fermement le débat. Comme pour disqualifier l’inculture populaire, il s’en remet à l’argument de la connaissance scientifique (les « études »), sur lequel il prétend appuyer son propre récit :

« Le député — S’il vous plaît, supprimez la hausse des prix des carburants et de l’électricité, car en vérité celui qui supporte le coût de cette hausse est le citoyen basit, c’est le citoyen basit qui paie la vraie facture, car les patrons des usines répercutent la hausse de l’électricité et des carburants sur les prix de leurs produits, et maintenant, ceux qui ont un faible revenu ne peuvent plus endurer cette hausse. Donc je vous demande de la supprimer et d’augmenter le salaire minimum à 3000 LE pour qu’ils puissent ‘absorber’ ça.

Le président, très énervé — Qui es-tu ?! Tu as étudié le sujet dont tu parles là ?! Tu l’étudies ? C’est quoi ça ! Vous étudiez les choses dont vous parlez ?! Tu réfléchis quand tu dis des choses comme ça, sur un sujet si important, tu viens et tu dis ‘recule, recule’. Tu veux que l’État se lève ou qu’il reste mort ?! Non s’il vous plaît ! Étudiez et apprenez ce qu’il se passe dans votre pays ! 3000 LE, le salaire minimum, dans combien de temps ? Combien ? Non, bien sûr, je pourrais me taire et dire d’accord, mais non ! Non, non ! » (23 mai 2017).

Conclusion : le « folklore » des subventions 

« Le sens commun est le folklore de la philosophie ; il est toujours le moyen terme entre le véritable folklore (c’est-à-dire le folklore tel qu’on l’entend communément) et la philosophie, la science, l’économie des savants. Le sens commun crée le futur folklore, c'est-à-dire une phase relativement solidifiée des connaissances populaires d'un temps et d'un lieu déterminés. » (Gramsci 2014 : n.19, 1021)

51Cette citation de Gramsci éclaire la manière dont se constitue, depuis de longues années, le « folklore » des subventions en Égypte. À la mémoire des révoltes de 1977, qui véhicule à la fois l’idée que les subventions sont cruciales à la survie du peuple, qu’elles sont le talon d’Achille du régime autoritaire, et le point de pression des forces extérieures, se combine une théorie scientifique et philosophique, produite par circulation transnationale et sédimentation nationale, selon laquelle leur suppression est inéluctable dans un monde qui serait plus « développé » et plus « démocratique ». Dans cette combinaison, la distinction entre visées allogènes et endogènes n’est pas si claire qu’il n’y paraît. La théorie scientifico-philosophique est le produit de l’histoire globale des institutions financières internationales mais aussi celui de l’historicité de leurs interactions avec l’État égyptien, dans la configuration plus large des interdépendances économiques et politiques que ce dernier entretient avec ses autres créanciers (États-Unis, Golfe). La conditionnalité allogène des transferts financiers, qui s’appuie sur, et renforce, cette théorie, s’accommode la plupart du temps d’une formulation, acceptable aux yeux des dirigeants de l’État, de leur propre souveraineté. Quand cette souveraineté est bouleversée, alors la conditionnalité ne peut plus se dire de la même façon : elle est contrainte à un rhabillage, comme le montre la séquence post-2011.

52Dans le même temps, la théorie des subventions s’enrichit des événements locaux, qui sont incorporés en ce qu’ils font démonstration, à l’instar de la demande d’accountability à laquelle répondrait la réforme du SSC. Cette théorie est également produite par des cadres ministériels et experts tout aussi locaux, dont la sociologie reste cependant à faire pour en comprendre le degré d’extraversion. Elle est enfin intégrée par une partie importante de la population qui, sans pour autant l’accepter, s’est accoutumée à l’idée que c’en est bientôt fini des subventions. La théorie se diffracte dans les commentaires médiatiques, apologétiques ou critiques, et dans les fuites feintes ou stratèges (tel responsable « laissant échapper », en réunion, qu’une nouvelle réduction se prépare), qui filtrent jusqu’aux fonctionnaires locaux et se diffusent en rumeurs dans les champs, épiceries, fours et microbus du pays. Il est à cet égard fascinant de constater à quel point la relation entre prix quotidiens/cours des devises/subventions/« santé » de l’économie, qui est une abstraction scientifico-philosophique, est massivement réappropriée dans les raisonnements des gouvernés, tant pour exprimer une allégeance (« Je suis content que le prix de l’essence augmente, ça veut dire qu’on se développe ! » lance un chauffeur), que pour dire son angoisse (« Tu as vu le prix de l’essence ? On étouffe ! » déplore un autre) ou sa déception : « À combien est le dollar aujourd’hui ? » est devenue une réponse courante lorsque quelqu’un est sollicité pour donner son avis sur le gouvernement.

53Le réformisme des dirigeants égyptiens, qui aurait jadis affirmé l’endogénéité du projet social-historique, se serait-il donc effacé derrière cette co-production de la pratique réformatrice d’un Autre dont les contours se fondent partiellement dans ceux du Soi ? N’opposerait-il donc aucune vision particulière ? Dans l’ordre du discours, ce réformisme demeure pourtant bien repérable. Les discours du président Sissi ne sont pas simplement illustratifs du sens commun, frotté de théorie autant que mâtiné de langage vernaculaire et gestes populaires. Ce qui nous paraît le plus important est la manière dont ils procèdent à un double renversement cognitif.

54Le premier renversement, à l’œuvre dans la « pédagogie du basit », consiste à démontrer que la réduction des subventions relève de la geste providentielle de l’État protégeant ses pauvres. On y retrouve certes le cadrage théorique des « subventions corrosives », c’est-à-dire régressives, inefficaces et inefficientes. Mais l’élément spécifique est le blâme personnifié que le président inflige aux figures bien locales des profiteurs sans scrupules, que seraient le marchand, le chauffeur, le propriétaire de villa et le bureaucrate. Ce n’est pas la réduction budgétaire qui provoquerait la hausse des prix, ni la pression des bailleurs internationaux, singulièrement absents des discours ; c’est la façon dont ces figures endogènes utiliseraient les subventions pour accroître leur profit.

  • 24 La réforme du SSC est cruciale mais elle n’est pas la seule : le président fait une utilisation an (...)

55Dans le second renversement, le blâme est élargi à deux autres figures endogènes : les gouvernants précédents et les citoyens, coupables de peur, de réaction négative, de falsification de la vérité, de manque de compréhension, toutes choses entraînant, in fine, la dégradation de l’État. Dans ce discours, si l’État est faible, s’il n’est que l’ombre de lui-même ou un semblant d’État (shabah dawla), ce serait parce que les réformes, dont celle, emblématique, du SCC, n’auraient pas eu lieu24. La réforme de 2014 viendrait donc remettre en marche le train du développement de l’État qui s’est arrêté 40 ans plus tôt : pour construire l’État, il faudrait réformer les subventions. La réforme, en ce sens, serait l’affirmation même de la visée du président Sissi d’ériger la souveraineté de l’État.

56Ce qui est paradoxal est la manière dont la rhétorique du prestige de l’État passe par la négation de ce dernier, qui ne serait que « déficience » (khalal). Or, c’est bien là le propre de la logique réformiste que cette « vocation paradoxale des élites gouvernantes » s’efforçant d’« inscrire dans la réalité sociale un ordre autre que celui qui la régit, par-là qualifié comme désordre, alors même que c’est celui-ci qui les constitue comme élites et comme légitimes » (Roussillon 1995).

Haut de page

Bibliographie

Abdalla M., Al-Shawarby S., 2018, “Egypt’s Tamween Food Subsidy System: Evolution and Recent Implementation Reforms”, in H. Alderman, U. Gentilini, and R. Yemtsov (eds), The 1.5 Billion Question: Food, Vouchers, or Cash Transfers?, Washington, DC: World Bank.

Abdel Haliem R., 2014, Revisiting the growth-poverty nexus in Egypt, EIPR (Egyptian initiative for personal rights), Economic and Social Justice Unit.

Alderman H., 1986, “Food subsidies and state policies in Egypt”, in A. Richards (ed.), Food, States and Peasants: Analyses of the Agrarian Question in the Middle East. Westview Press, Boulder, Colo., USA.

Cling J., Razafindrakoto M., Roubaud F., 2011, « La Banque mondiale, entre transformations et résilience », Critique internationale, 53,(4), 43-65.

Easterly W., 2005, “What did structural adjustment adjust? The association of policies and growth with repeated IMF and World Bank adjustment loans”, Journal of Development Economics, 76, 1-22.

El-Meehy A., 2009, Rewriting the Social Contract: The Social Fund and Egypt’s Politics of Retrenchment, PhD thesis, Political Science, University of Toronto.

Elyachar J., 2005, Markets of Dispossession: NGOs, Economic Development, and the State in Cairo, Duke University Press.

Feltenstein A., 2017, Subsidy Reforms and Implications for Social Protection: An Analysis of IMF Advice on Food and Fuel Subsidies, IEO Background Paper, Independent Evaluation Office of the International Monetary Fund, July 5, 2017.

Frerichs S., 2015, « Egypt’s Neoliberal Reforms and the Moral Economy of Bread: Sadat, Mubarak, Morsi », Review of Radical Political Economics, 48, 4, 610-632.

Gad M., Moussa D., Mikawi A. H., 2017, Mata yantahi al-ghala’ fi misr ?, Le Caire, Dar el Maraya, Rosa Luxemburg Stiftung.

Gad M., Ghannam O., 2016, From the 1990s until now : the IMF loan and exacerbating the crisis, ECESR papers.

Gayon V., 2016, « Écrire, prescrire, proscrire. Notes pour une sociogénétique de l’écrit bureaucratique », Actes de la recherche en sciences sociales, 3, 213, 84-103.

Goldman M., 2005, Imperial Nature. The World Bank and Struggles for Social Justice in the Age of Globalization, New Haven, Yale University Press.

Gramsci A., 2014, Gramsci dans le texte. De l’avant aux derniers écrits de prison (1916-1935), édition électronique par J.-M. Tremblay, 2e partie, 1re section, « Introduction à l'étude de la philosophie et du matérialisme historique ».

Hanieh A., 2015, "Shifting Priorities or Business as Usual? Continuity and Change in the post-2011 IMF and World Bank Engagement with Tunisia, Morocco and Egypt", British Journal of Middle Eastern Studies, 42, 1, 119-134.

Hart G., 2001, “Development Critiques in the 1990s: Culs De Sac and Promising Paths” Progress in Human Geography, 25, 4, 649-658.

IMF, 1997a, Arab Republic of Egypt - 1996 Article IV Consultation; and Stand-By Arrangement (EBM/96/93-1 - Final) (http://archivescatalog.imf.org)

IMF, 1997b, Arab Republic of Egypt - Staff Report for the 1997 Article IV Consultation and Third and Fourth Reviews Under the Stand-By Arrangement (EBS/97/238)

IMF, 1999, Arab Republic of Egypt - Staff Report for the 1998 Article IV Consultation (SM/98/274)

IMF, 2000, Arab Republic of Egypt - Staff Report for the 2000 Article IV Consultation (SM/00/151)

IMF, 2001, Arab Republic of Egypt - Staff Report for the 2001 Article IV Consultation (SM/01/303)

IMF, 2002, Arab Republic of Egypt - Staff Report for the 2002 Article IV Consultation (SM/02/326)

IMF, 2004, Arab Republic of Egypt - Staff Report for the 2004 Article IV Consultation (SM/04/155)

IMF, 2017a, If not now then when ? Energy Price Reform in Arab Countries, Annual meeting of Arab Ministers of Finance, Rabat, Morocco, avril 2017, prepared by the IMF Staff.

IMF, 2017b, Arab Republic of Egypt : First Review Under the Extended Arrangement Under the Extended Fund Facility and Requests for Waivers for Nonobservance and Applicability of Performance Criteria, 26 septembre 2017.

Laobooncharoen N., 2004, IMF conditionality: imposition or ownership? The case of Egypt, Durham theses, Durham University : http://etheses.dur.ac.uk/3032/

Lautier B., 2001, « Sous la morale, la politique. La Banque mondiale et la lutte contre la pauvreté », Politique africaine, 2, 82, 169-176.

Richards A., Waterbury J., 2008, A political economy of the Middle East, 3rd ed., Boulder, Colo. : Westview Press.

Roussillon A., 1995, « Introduction. La modernité disputée : réforme sociale et politique en Égypte », Entre réforme sociale et mouvement national : Identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire : CEDEJ - Égypte/Soudan.

Sachs R., 2012. On Bread and Circuses: Food Subsidy Reform and Popular Opposition in Egypt, PhD Thesis, Center for International Security and Cooperation, Stanford University.

Petit B., 1993, « L'ajustement structurel et la position de la Communauté européenne» , Tiers-Monde, 34, 136, 827-850.

Vetterlein A., 2007, « Economic Growth, Poverty Reduction, and the Role of Social Policies: The Evolution of the World Bank's Social Development Approach », Global Governance, 13, 4, 513-533.

World Bank (WB), 1978, Arab Republic of Egypt : Economic Management in a Period of Transition, Volume IV: Financial resources, Country Programs Department, Europe Middle East and North Africa Region, May 8, 1978.

WB, 1991a, Report and recommendations of the President of IBRD on a Proposed structural adjustement loan to the Arab Republic of Egypt, June 1991.

WB, 1991b, Egypt - Alleviating Poverty during Structural Adjustment, IBRD, Washington DC.

WB, 1996, Implementation Completion Report, Arab Republic of Egypt, Structural Adjustment Loan, Loan 3353-EGT, January 22, 1996.

WB, 2005, Egypt – Towards a More Effective Social Policy : Subsidies and Social Safety Net, Social and Economic Development Group, Middle East and North Africa Region, December 16, 2005.

WB, 2014, Corrosive Subsidies, MENA Economic Monitor, World Bank Middle East and North Africa Region, October 2014.

WB, 2012, Interim Strategy Note for the Arab Republic of Egypt, IBRD, IFC, Egypt Country Management Unit Middle East and North Africa Region, May 31, 2012.

WB, 2015a, Towards a New Social Contract, Social and Economic Development Group, Middle East and North Africa Region, March 15, 2005.

WB, 2015b, First « fiscal consolidation sustainable energy and competitiveness » Programmatic development policy financing, November 23, 2015.

WB, 2017, Third « fiscal consolidation sustainable energy and competitiveness » Programmatic development policy financing, November 7, 2017.

Haut de page

Notes

1 Chanson de Sayyid Darwish : « Serre-toi la ceinture, il n’y a rien d’autre d’utile à faire ».

2 Il s’agit d’un prêt destiné à « répondre rapidement aux besoins de financement extérieur d’un pays », d’après la définition donnée par le FMI (cf. Fiches techniques du FMI, https://www.imf.org/en/About/Factsheets).

3 D’après la fiche technique officielle du FMI, ce mécanisme est défini comme suit : « Lorsqu’un pays se heurte à de graves problèmes de balance des paiements à moyen terme en raison de faiblesses structurelles qui tarderont à être corrigées, le FMI peut apporter son concours au processus d’ajustement dans le cadre du mécanisme élargi de crédit. Par rapport au soutien qu’offre la formule d’un accord de confirmation, ce concours prévoit un accompagnement plus prolongé du FMI à l’appui d’un programme – pour aider les pays à mener des réformes ».

4 « Les mesures préalables sont des mesures que le pays consent à prendre avant l’approbation d’un financement par le Conseil d’administration du FMI. Elles garantissent que le programme repose sur des bases adéquates pour pouvoir être mené à bien ou qu’il sera remis sur la bonne voie s’il s’écarte des politiques convenues » (Fiche technique officielle du FMI).

5 Le plus fort taux d’inflation, auparavant, avait été de 24 % en 1987 (Gad, Moussa, Mikawi 2017).

6 Nous souscrivons cependant à la vision défendue par Vincent Gayon sur la nécessité d’une analyse sociogénétique des écrits bureaucratiques – dont relèvent certainement les rapports du FMI et de la BM. Cet objectif n’est pas ici atteint, car cet article est une étape préalable dans une enquête en cours. Nous espérons que, par la suite, celle-ci permettra de procéder à une telle étude du document comme « forme sociale », c’est-à-dire une analyse « de l’espace structuré de relations qui s’objective dans sa rédaction et sa circulation, et tient par elles » (Gayon 2016 : 86).

7 D’après les chiffres du ministère de l’Economie et de la coopération économique et de la Banque centrale égyptienne. Ces chiffres sont cependant très incertains : d'autres sources indiquent que les dépenses étaient de 11 millions de LE en 1970 et représentaient 0,4 % du PIB (Abdalla, Shawarby 2018).

8 Il est intéressant de noter que dans le rapport de recherche établi pour la Banque mondiale en 2000, devenu une référence sur le sujet des subventions, Richard H. Adams présente ces mesures comme relevant de la décision propre du gouvernement égyptien, et passe sous silence le rôle du FMI (Adams 2000). Il cite à cet effet une interview donnée par le ministre de l’Économie au New York Times en février 1977, expliquant que parmi les quatre postes majeurs de dépenses dans le budget — les dépenses militaires, l’investissement, le service de la dette et les subventions — seul le dernier pouvait être réduit.

9 Les programmes sont abandonnés et les prêts non décaissés car la balance des paiements est rétablie. Mais ils sont tout de même signés pour attribuer le « sceau » de crédibilité du FMI (et obtenir de ce fait l'étalement et l’allègement de la dette égyptienne auprès du Club de Paris).

10 Le chômage augmente ; le taux de pauvreté n’est que temporairement baissé puis rebondit dès les années 2000 ; les réserves de devises s’érodent sur le long terme ; l’investissement public décroît ce qui entraîne la vétusté généralisée des infrastructures.

11 Voici comment le site du FMI décrit ces consultations : « Article IV consultations usually take place once a year. IMF economists visit the member country to gather information and hold discussions with government and central bank officials, and often private investors and labor representatives, members of parliament, and civil society organizations. Upon its return, the mission submits a report to the IMF’s Executive Board for discussion. The Board’s views are subsequently summarized and transmitted to the country’s authorities ».

12 Les rapports de 1996 et 1997 saluent la « réduction effective » des subventions à l’énergie, et restent muets sur les subventions alimentaires (IMF, 1997a et b). Les rapports de 1998 à 2004 n’en disent pas un mot (IMF 1999, 2000, 2001, 2002, 2004). En 1999 et 2003, les consultations n’ont pas eu lieu.

13 Respectivement : Economic Research Forum, Economic Center for Economic Studies, Egyptian Network for Integrated Development, Egyptian Center for Public Policy Studies. La sociologie de ces réseaux d’acteurs dépasse le cadre de cet article et sera traitée ailleurs.

14 Référence au titre du rapport préparé par le staff du FMI sur la réunion annuelle des ministres des finances « arabes » (sic), en avril 2017 à Rabat, mettant clairement la suppression des subventions à l’énergie sur l’agenda de tous les pays de la région, producteurs ou non de pétrole (IMF 2017a).

15 Voir la conférence de presse donnée par Dominique Strauss-Kahn (Managing Director du FMI) le 7 avril 2011 en réponse à une question sur l’Égypte : http://www.imf.org/en/News/Articles/2015/09/28/04/54/tr040611  ; et le discours de Christine Lagarde, nouvelle Managing Director, en 2012 : http://www.imf.org/external/mmedia/view.aspx?vid=1769369608001

16 Voir par exemple : http://www.worldbank.org/en/region/mena/brief/our-new-strategy

17 La sélection des discours étudiés a été opérée comme suit : d’abord, par une recherche par mots-clés sur Google et sur Youtube, pour repérer les discours faisant place à la question des subventions, souvent appréhendée à travers la question jumelle de la hausse des prix. Ensuite, le choix de séquences discursives particulières s’est fondé sur la notoriété de certaines phrases du président, notoriété constatée au cours d’une enquête ethnographique menés dans différentes localités en Égypte.

18 Certains Égyptiens y voient la mise en avant du nationalisme ; d’autres le paternalisme du président ; ou encore la proximité qu’il chercherait à créer en recourant à cette formule assez informelle ; et enfin, d’autres reçoivent ce terme comme une mise à distance méprisante d’un président qui d’une part ne reconnaîtrait pas la citoyenneté de ses gouvernés (il ne les appelle pas « Ô citoyens »), et d’autre part, se placerait au-dessus d’eux (comme s’il n’était pas lui-même partie de ce tout nommé « Égyptiens »).

19 Entretiens avec T. et M., avril 2016 et janvier 2018, Le Caire.

20 Observation de terrain, à Helwan, juillet 2014.

21 Allusion au fonds Tahya Misr, institué par Sissi et destiné à recevoir les dons des hommes d’affaires pour financer des projets de développement.

22 Discours aux forces armées, lors de la Fête de libération du Sinaï, 7 mai 2015.

23 Voir par exemple le discours prononcé le 8 décembre 2016 (Fête de la naissance du Prophète) au lendemain de la dévaluation de la livre, où Sissi explique qu’il s’agit de « traverser un petit canal » pour ne pas avoir à « traverser une mer » plus tard, et que les prix élevés ne vont durer que six mois, car le dollar est surévalué et va peu à peu baisser. Il rappelle que l’État distribue 450 millions de pains par jour.

24 La réforme du SSC est cruciale mais elle n’est pas la seule : le président fait une utilisation analogue, par exemple, de la question des titres de propriété des terres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Histoire des prêts du FMI en Égypte (jusqu’au 31 décembre 2016 ; d’après le site officiel du FMI)
URL http://journals.openedition.org/ema/docannexe/image/6779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Vannetzel, « Visées allogènes et endogènes de la réforme des subventions à la consommation en Égypte »Égypte/Monde arabe, 20 | 2019, 127-155.

Référence électronique

Marie Vannetzel, « Visées allogènes et endogènes de la réforme des subventions à la consommation en Égypte »Égypte/Monde arabe [En ligne], 20 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ema/6779 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ema.6779

Haut de page

Auteur

Marie Vannetzel

Marie Vannetzel est chercheure en sociologie politique au CNRS, au Centre universitaire de recherche sur l’action publique et le politique (CURAPP) à Amiens. Elle est également chercheure associée au CEDEJ, et vacataire à la Faculté d’économie et de science politique de l’Université du Caire depuis septembre 2017. Elle a soutenu sa thèse de doctorat en 2012 à Sciences Po Paris et mène des recherches sur l’Égypte depuis plus de dix ans. Son projet actuel porte sur la réforme des politiques de subvention à la consommation et la mise en place de nouveaux programmes sociaux ciblés, dans une approche de sociologie qualitative et ethnographique.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search