Navigation – Plan du site

Démographie et urbanisation au Sahara algérien à l’aube du XXIe siècle

Demography and urbanization of the Algerian Sahara in the early XXIth century
Yaël Kouzmine et Jacques Fontaine

Résumés

La population du Sahara algérien continue, depuis plus d’un demi-siècle, à s’accroître plus rapidement que celle de l’Algérie du Nord. Plus d’un Algérien sur dix vit actuellement au Sahara, contre un sur quinze à la veille de l’Indépendance. Cette population est de plus en plus citadine et les villes importantes ne sont plus rares aujourd’hui au Sahara. Cette évolution est principalement liée à deux phénomènes, d’une part, un accroissement naturel qui reste élevé et, d’autre part, les effets des politiques de développement et de contrôle du territoire de l’État algérien qui ont largement reconfiguré les dynamiques économiques des territoires. Mais cette évolution n’est pas uniforme, ni selon les périodes ni sur l’ensemble du territoire. En mobilisant les données du dernier recensement de 2008, cet article propose une analyse de la croissance et de la structure démographiques actuelles de la population saharienne, ainsi que du mouvement d’urbanisation qui a marqué le Sahara algérien depuis 1950.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis l’Indépendance algérienne en 1962, l’essor démographique exceptionnel qui a caractérisé les régions sahariennes constitue un des marqueurs essentiels des mutations de ces territoires qui, de terres d’exil, en stagnation voire en déclin démographique, devinrent des terres d’appel, des terres d’accueil (Bisson, 2003). Ce dynamisme démographique, qui a articulé une croissance endogène liée à une natalité plus élevée et un jeu favorable des migrations intérieures (Office national des statistiques) et extérieures (Bellil, Dida, 1995 ; Bensaad, 2002, 2005), s’inscrit dans, et s’explique par, la concrétisation d’une ambition d’intégration nationale, guidée par le centralisme et l’égalitarisme, tous deux facilités par l’explosion des ressources financières issues de la manne pétrolière (Benderra, 2005 ; Ainas et al., 2012). Depuis 1962, les investissements massifs de l’État démiurge (Brûlé, Fontaine, 1988) ont littéralement construit et restructuré progressivement les territoires sahariens, en instituant une forte organisation administrative et politique, en favorisant la généralisation des services publics et en développant les axes de communication, dans le cadre de la politique d’aménagement du territoire (Kouzmine et al., 2009). Cependant, l’attractivité renouvelée de ces régions sahariennes algériennes doit également à la dynamique économique impulsée par les acteurs privés, dans le domaine agricole (grande mise en valeur et renouveau oasien), industriel et pétrolier (opérateurs nationaux et étrangers), mais aussi dans le secteur tertiaire (commerces et services). Ces dynamiques, pour structurantes qu’elles soient en Algérie, peuvent être mises en regard des situations connues à l’échelle saharienne (Pliez, 2003 ; Côte, 2002) qui, bien que de manière contrastée entre rives nord et sud du Sahara, conduisent à la polarisation des activités et à l’urbanisation des populations.

2En effet, la croissance démographique considérable du Sahara algérien – une multiplication par 5,4 en 54 ans – est avant tout venue alimenter une armature de villes à l’urbanité naissante, et a ainsi accompagné l’émergence de pôles essentiels d’animation de ces territoires, reliés au cœur des réseaux de centralités politiques et socio-économiques (Kouzmine, 2012).

3Peuplé de 3 570 000 habitants, le Sahara algérien, photographié au travers du recensement de 2008, n’a donc plus guère de rapports avec celui d’avant la guerre de Libération. La population y est très largement urbanisée, avec 70 % de citadins en 2008 ; soit un taux plus de trois fois supérieur à celui de 1954 (22 %). Signe de la réussite des politiques d’intégration, la scolarisation y est massive (plus de 85 % des enfants entre 6 et 15 ans), alors qu’elle était l’exception avant l’Indépendance. Enfin, les Sahariens sont très majoritairement actifs dans le secteur tertiaire, alors qu’ils vivaient essentiellement de l’agriculture pendant la période coloniale et au lendemain de l’indépendance.

4Cet article a pour ambition de retracer l’évolution démographique des régions sahariennes en Algérie entre 1954 et 2008, date du dernier recensement, puis de donner à voir son corollaire, la dynamique d’urbanisation, pour enfin décrire quelques éléments de structures de la démographie saharienne actuelle.

La croissance démographique saharienne depuis 1954

5En 1954, aux prémices du conflit pour l’Indépendance algérienne, le Sahara algérien ne rassemblait qu’environ 660 000 habitants (Fontaine, Flitti, 2010), soit 80 000 de plus que la seule agglomération d’Alger (Prenant, 2010). Sa population fut multipliée par 5,4 en 50 ans pour approcher les 3 600 000 habitants en 2008, soit 10,5 % de la population algérienne répartie sur 90 % du territoire algérien (Tab. 1).

6La croissance démographique saharienne depuis 1954 a été globalement plus forte que celle du nord de l’Algérie, quelles que soient les périodes considérées, car alimentée par des taux de natalité plus élevés et des migrations positives, notamment vers, et à proximité, des zones de production d’hydrocarbures (Fontaine, Kouzmine, 2009). Cette dynamique a été renforcée par la politique étatique d’aménagement du territoire et de contrôle des frontières du sud et de l’est.

7Sur l’ensemble de la période 1954-2008, le taux de croissance annuel moyen saharien est ainsi demeuré supérieur à 3 %, avec quelques fluctuations et un fléchissement continu de la croissance depuis 1977, plus tardif donc que dans le nord algérien ; les taux demeurent néanmoins encore élevés, aujourd’hui (+ 2,45 %/an entre 1998 et 2008).

Tableau 1. La population saharienne et nationale entre 1954 et 2008.

Pop.
saharienne

en %
de la pop.
de l’Algérie

Pop.
Nord
de l’Algérie

en %
de la pop.
de l’Algérie

Pop.
Algérie

1954

659 878

6,92

8 869 848

93,08

9 529 726

TCAM (%)

+2,68

+1,9

+1,95

Acc. absolu

+246 562

+ 2 245 712

+ 2 492 274

1966

906 440

7,54

11 115 560

92,46

12 022 000

TCAM (%)

+3,89

+3,11

+3,17

Acc. absolu

+472 860

+ 4 453 140

+4 926 000

1977

1 379 300

8,14

15 568 700

91,86

16 948 000

TCAM (%)

+3,73

+3,06

+3,12

Acc. absolu

+619 586

+5 471 356

+6 090 942

1987

1 998 886

8,68

21 040 056

91,32

23 038 942

TCAM (%)

+3,12

+2,05

+2,15

Acc. absolu

+803 364

+5 258 557

+6 061 921

1998

2 802 250

9,63

26 298 618

90,37

29 100 868

TCAM (%)

+2,45

+1,49

+1,59

Acc. absolu

+767 731

+4 206 317

+4 974 048

2008

3 569 981

10,48

30 504 930

89,52

34 074 911

TCAM (%)
1954-2008

+3,12

+2,27

+2,34

Acc. absolu
1954-2008

+2 910 103

+21 635 082

+24 545 185

TCAM : Taux de croissance annuel moyen.
Acc. absolu : accroissement absolu.

Sources : RP 1954 et ONS & RGPH 2008.

8Cette croissance globalement forte masque de réelles disparités entre les territoires qui composent le Sahara. Nous avons pris ici comme cadre spatial le découpage régional réalisé par A. Bendjelid et J.-C. Brûlé (Brûlé, 2004) qui propose trois échelles spatiales articulées :
– niveau 1 : les quatre grandes régions « classiques » : Algérie centrale, occidentale, orientale et saharienne ;
– niveau 2 : 19 régions, dont 4 en Algérie saharienne ;
– niveau 3 : 91 petites régions ou espaces de référence identitaire (ERI), dont 19 en Algérie saharienne.

9En 2008, la population saharienne est très largement concentrée dans le Nord-Est : le Bas-Sahara à lui seul (1 858 000 hab. sur 16,5 % du territoire) rassemble plus de 50 % de la population saharienne, soit un peu plus qu’en 1954. Les Ziban, région de Biskra (600 000 hab.), demeurent la région saharienne la plus peuplée, devant le Souf (500 000) avec El Oued et Oued Righ (350 000) qui compte Touggourt comme pôle d’envergure régionale. La densité moyenne (5,5 hab./km²) n’est pas significative en raison des immensités quasi vides du Grand Erg oriental et du Sahara pétrolier (en dehors de Ouargla et Hassi Messaoud), mais si l’on ne retient que les trois régions septentrionales, les densités moyennes sont néanmoins significatives.

10Le Bas-Sahara a connu une croissance forte et permanente depuis 1954, légèrement supérieure à la moyenne saharienne (Tab. 2). Elle a davantage bénéficié au Souf (région d’El Oued), dont le taux de natalité a été particulièrement élevé pendant toute la période, et plus encore au Sahara pétrolier dont le développement des infrastructures a généré de considérables besoins de main-d’œuvre. Pour la période récente, si l’on excepte le Grand Erg oriental très peu peuplé, les différences de croissance entre les territoires sont relativement faibles (Fig. 1).

11Le Sahara nord-central est un peu moins peuplé (1 476 000 hab.), mais sur un territoire plus de deux fois plus vaste : les groupes d’oasis sont moins importants et plus isolés, seuls la Saoura (région de Bechar), le M’Zab (région de Ghardaïa) et la région des Daïas (où se localisent les installations gazières de Hassi R’Mel) dépassent les 200 000 habitants, principalement du fait de la présence de grandes villes (Béchar, Ghardaïa et Laghouat) qui concentrent parfois plus de la moitié de la population régionale.

12Le Sahara nord-central a globalement connu une croissance plus faible que les régions précédemment évoquées. Mais les oppositions régionales sont assez fortes : la région des Daïas, du Touat (du fait du développement de la ville d’Adrar) et du Tidikelt ont manifesté un dynamisme certain, alors que le Piémont saharien occidental a laissé émigrer une part importante de ses habitants et s’est partiellement dévitalisé. Pour la dernière période intercensitaire, le Piémont saharien central a vu sa population augmenter rapidement du fait d’un très fort dynamisme démographique, ainsi que les Daïas, à un degré moindre ; à l’inverse le M’Zab, le Gourara et la Saoura ont connu une croissance plus faible (Fig. 1).

13Le Sahara touareg a connu pour sa part une croissance très forte et continue, en particulier à partir de 1977. Sa population a été multipliée par plus de dix en une cinquantaine d’années : la volonté algérienne de contrôle des frontières méridionales (création de points de contrôle et développement par la suite de petites agglomérations : Tin Zaoutine, Bordj Badji Mokthar) et les migrations sahéliennes expliquent l’importance de cet accroissement aux points de fixation frontaliers, mais également dans les agglomérations qui maillent cet immense espace, comme Tamanrasset, Djanet ou Illizi.

Figure 1. La population saharienne : répartition 2008 et dynamique 1998-2008.

Figure 1. La population saharienne : répartition 2008 et dynamique 1998-2008.

Source : RGPH, 1998 et 2008.

Cartographie : Y. Kouzmine & Fl. Troin • 2018.

Tableau 2. La population par grandes régions sahariennes.

Population 1954

Population 2008

Évolution 1954-2008

Superficie
en km2

Pop.

soit en %

Densité

Pop.

soit en %

Densité

Acc.
absolu

Évolution
en %

Sahara
nord-central

716 464

286 102

43,3

0,40

1 476 117

41,3

2,06

1 190 015

+ 415,9

Bas-Sahara

337 343

334 758

50,7

0,99

1 857 548

52,0

5,51

1 522 790

+ 454,9

Sahara
occidental

219 766

23 410

3,5

0,11

54 271

1,5

0,25

30 861

+ 131,8

Sahara
touareg

764 197

15 788

2,4

0,02

182 045

5,1

0,24

166 257

+ 1053,1

Totaux/
Moyennes

2 037 770

660 058

100,0

0,32

3 569 981

100,0

1,75

2 909 923

+ 440,9

Sources : RP 1954 et ONS & RGPH 2008.

14Le Sahara occidental, très peu peuplé (environ 55 000 habitants, pour l’essentiel implantés à Tindouf), a connu une décroissance démographique jusqu’en 1977, puis une croissance particulièrement forte, en particulier ces dernières années du fait des forts investissements étatiques réalisés à Tindouf (chantiers de construction liés au développement de la ville, chef-lieu administratif et nœud militaire). La proximité de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et de ses camps de réfugiés, principalement implantés dans cette wilaya de Tindouf (Corbet, 2006), explique une partie de la dynamique démographique régionale, sans qu’il soit aisément possible d’en chiffrer la contribution.

15Les marges sahariennes occidentale et méridionale demeurent très peu peuplées. Néanmoins, le Sahara occidental et le Sahara touareg s’opposent clairement. Alors que le premier a vu sa part relative nettement diminuer du fait du départ de nombreux nomades Reguibat entre 1954 et 1966, la part du second s’est fortement accrue en raison de la volonté algérienne de contrôler son espace et ses frontières ainsi que de réguler les migrations sahéliennes liées aux sécheresses et aux conflits militaires qui ont frappé le Mali et le Niger depuis les années 1970.

Un désert largement urbanisé

16Corollaire du développement démographique, l’urbanisation massive du Sahara depuis le milieu du XXe siècle constitue certainement le principal marqueur du changement qui a caractérisé la région, notamment en contribuant à redessiner et polariser la répartition géographique des Sahariens.

17La définition officielle de l’urbain, produite par les services statistiques algériens, a sensiblement varié dans le temps, en particulier entre 1954 et 1977 : en 1954, la définition de l’urbain en Algérie est uniquement administrative : seules 46 communes, dites « de plein exercice », sont considérées comme urbaines, dont une seule au Sahara, Biskra. En 1966, la nouvelle définition proposée par l’Office national des statistiques (ONS) est mixte : elle comprend à la fois un critère administratif (toute unité urbaine doit être chef-lieu de commune, ce qui exclut toutes les agglomérations secondaires, y compris en milieu urbain ou suburbain), une limite statistique (plus de 4 000 habitants) et différents autres critères, concernant notamment l’activité. En 1977, cette définition devient spatiale et statistique (une unité urbaine est une agglomération formée d’au moins une centaine de constructions dont la distance minimale qui les sépare est inférieure à 100 m), et elle le reste jusqu’à aujourd’hui, mais elle est accompagnée de divers critères socioéconomiques et d’équipement dont la liste et les niveaux varieront d’un recensement ultérieur à l’autre. La mesure du taux d’urbanisation (et de la croissance urbaine) qui est toujours un exercice délicat, est d’autant plus difficile quand les critères de l’urbain varient ainsi d’un recensement à l’autre et que l’urbanisation se fait de manière accélérée, de nombreuses agglomérations passant de la strate rurale à la strate urbaine entre chaque recensement. Pour une harmonisation a minima de l’ensemble des données, nous avons considéré comme urbaines, en 1954 et 1966, toutes les agglomérations de plus de 10 000 habitants. Nous avons gardé les définitions officielles de l’urbain aux autres recensements (1987, 1998, 2008), malgré de légères différences qui, selon nous, ont un impact réduit (Tab. 3).

18En 1954, les sept agglomérations que nous avons considéré comme urbaines rassemblaient 146 000 citadins, soit un taux d’urbanisation d’environ 22% ; l’urbanisation correspondait alors strictement aux centres de colonisation du Bas-Sahara et de Bechar : pôles agricoles pour les premiers et point militaire stratégique à la frontière marocaine pour le second.

Tableau 3. Évolution de l’urbanisation de 1954 à 2008.

Sahara

1954

1966

1977

1987

1998

2008

Nb. de villes

7 (1)*

11 (6)*

37

43

51

73

Nb. de citadins

146 258

299 733

627 678

1 123 534

1 780 691

2 507 932

Tx d’urb.

22,2 (8,0)*

33,1 (24,7)*

45,5

56,0

63,3

70,3

Algérie
du Nord**

1954

1966

1977

1987

1998

2008

Nb. de villes

55

89

184

404

528

678

Nb. de citadins

2 105 427

3 554 576

6 059 107

10 320 715

15 186 246

19 963 247

Tx d’urb.

23,7

32,0

38,9

49,1

57,8

65,4

* Données officielles de 1954 et 1966 indiquées entre parenthèses.

** Seules les données officielles ont été utilisées.

Sources : Recensement 1954 et ONS & RGPH 1956, 1977, 1987, 1998 et 2008.

19Le nombre de citadins sahariens double entre 1954 et 1966, année où le taux d’urbanisation atteint 33 %, mais cette urbanisation reste concentrée dans le Bas-Sahara et ses bordures, à l’exception de Bechar et El Menia (ex-El Golea). Sur la période suivante (1966-1977), elle double encore pour représenter 47 % des Sahariens. Cette dynamique est liée à la mise en valeur pétrolière du Sahara, à la politique de promotion administrative (création de nouvelles wilayas et daïras et, donc, de chefs-lieux à équiper en infrastructures et moyens humains) et d’aménagement du territoire qui favorisent l’attractivité migratoire des villes sahariennes aux échelles régionale et nationale. Sur cette période, l’urbanisation se diffuse également vers le sud : Adrar, Tamanrasset, Djanet, Beni Abbes émergent alors comme des pôles structurants de leurs régions.

20Entre 1977 et 1987, l’urbanisation s’accroît moins rapidement ; elle concentre néanmoins 56 % de la population, notamment grâce à la densification du réseau de petites et moyennes agglomérations du Sahara du nord-est.

21Pendant la dernière décennie du XXe siècle, la progression du nombre d’agglomérations est moins forte au Sahara que dans le nord du pays : peu de nouvelles agglomérations y accèdent au statut urbain, alors que, inversement, du fait des nouveaux critères de l’ONS, certaines en sont rejetées. Malgré ces modifications, l’augmentation de la population citadine reste élevée en valeur absolue.

22La période 1998-2008 voit à nouveau un accroissement de l’urbanisation saharienne plus rapide que dans le nord du pays, quel que soit le critère retenu : évolution du nombre d’agglomérations ou de la population citadine.

  • 1 Pour une analyse plus précise de l’évolution des nomenclatures de l’urbain en Algérie, se reporter (...)
  • 2 Dont certaines furent dans le passé qualifiées d’urbaines, mais déclassées en 1988, à l’image de Bo (...)

23Au total, entre 1954 et 2008, la population urbaine a été multipliée par 16, pour atteindre 2 500 000 citadins répartis dans 73 agglomérations. Dans une hiérarchie par rang de taille, ces agglomérations (Tab. 4) sont classées du semi-urbain (42 agglomérations) à l’urbain supérieur (8), en passant par l’urbain (23)1. Le nombre d’agglomérations urbaines s’est considérablement étoffé au Sahara depuis 1998 avec la qualification comme « urbaines » de 27 nouvelles agglomérations2 qui représentent, par leur seule prise en compte, plus de 35 % de la croissance urbaine absolue entre 1998 et 2008. Par ailleurs, et compte tenu des phénomènes de divisions administratives parfois surprenants lors du découpage territorial de 1985, d’étalement urbain et de coalescence entre pôles urbains, 7 des 73 agglomérations sahariennes sont aujourd’hui intercommunales : Adrar (avec Ouled Ahmed et Ouled Brahim), El Menia, El Oued (Robbah, Bayadah et Kouinine), Ghardaïa (El Atteuf et Bounoura), Guemar (et Taghzout), Ouargla (et Rouissat) et, enfin, Touggourt (Nezla, Tebesbest et Zaouïa el Abidia).

  • 3 La « strate urbaine supérieure » est composée, selon l’ONS, des agglomérations peuplées de plus de (...)

24La strate « urbaine supérieure » (US), qui rassemble les grandes agglomérations3, s’est étoffée depuis 1998 en intégrant quatre nouvelles agglomérations (Adrar, El Oued, Ghardaïa et Touggourt). Ce type d’agglomération demeure cependant relativement peu fréquent, n’étant composé que de Biskra (205 000 hab.), El Oued (187 000), Ouargla (170 000), Bechar (169 000), Touggourt (143 000), Ghardaïa (143 000), Laghouat (134 000) et Adrar (68 000). Il concentre en 2008 environ un citadin saharien sur deux. Cette évolution de la composition de la strate US a fait en sorte qu’elle intègre désormais des agglomérations dont la population était insuffisante, en 1998, pour justifier leur appartenance à cette classe, alors que, de facto, elles disposaient dès cette époque de fonctions et jouaient un rôle régional similaires aux agglomérations sahariennes de plus grande taille.

Tableau 4. Ventilation de la population urbaine saharienne par strates en 2008.

Nombre d’agglomérations

soit en %

Population urbaine 2008

soit en %

Urbain supérieur

8

11,0

1 215 186

48,5

Urbain

23

31,5

860 682

34,3

Semi-urbain

42

57,5

432 064

17,2

Total

73

100,0

2 507 932

100,0

Source : ONS, RGPH 2008.

25Les rythmes de croissance de ces agglomérations sont variés : les plus forts taux sont enregistrés par Laghouat (+ 35 %) et Touggourt (+ 25 %) ; l’agglomération intercommunale d’El Oued a connu une croissance tout à fait exceptionnelle (+ 77 %), liée à l’intégration de nouveaux territoires urbanisés dans le périmètre de l’agglomération. Il en va de même pour Adrar (+ 60 %), récemment classée dans l’urbain supérieur et dont l’agglomération intercommunale (AIC) bénéficie de l’apport de deux autres territoires urbanisés.

26Les quatre autres agglomérations conservent des taux de croissance élevés, compris entre + 12 % pour l’agglomération intercommunale de Ghardaïa et + 23 % pour Bechar. Quant à Biskra, première agglomération urbaine saharienne, elle a dépassé le seuil des 200 000 habitants, malgré une croissance relativement plus faible (+ 15,6 %) qu’au cours des périodes précédentes.

27Entre 1998 et 2008, et en apport net d’habitants, Laghouat (+ 35 000), Ouargla (+ 30 500) et Bechar (+ 30 700) sont les agglomérations sahariennes les plus dynamiques. Cependant, et bien que se situant à un niveau moindre, Biskra (+ 27 600), Adrar (+ 25 500) ou même Ghardaïa (+ 15 000) n’en ont pas moins bénéficié d’une augmentation encore notable de leur population. La croissance exceptionnelle de El Oued (+ 81 000) est, quant à elle, liée à la nouvelle définition des limites de l’agglomération (à périmètre constant, l’AIC d’El Oued n’a gagné que 40 000 habitants).

28La strate qualifiée d’« urbaine » regroupe 23 agglomérations et 860 682 habitants (soit 34,3 % des citadins). Cependant, derrière l’unité apparente de la définition, ces agglomérations recouvrent des réalités urbaines, démographiques et fonctionnelles très variables, de telle sorte qu’il existe de grandes différences entre, par exemple, Tamanrasset (81 000 hab.), centre structurant du Sud-Touareg, et Tamacine, petite bourgade de la wilaya de Ouargla qui dépasse à peine les 20 000 habitants. En moyenne, ces agglomérations ont connu entre 1998-2008 des taux de croissance supérieurs aux grandes agglomérations évoquées ci-dessus : + 41 % contre + 33 %.

29Six d’entre elles ont été caractérisées par une croissance supérieure à 40 %, dont Tindouf – son rôle militaire face au Maroc méridional et au Sahara occidental a été évoqué – qui a presque doublé sa population (+ 82,7 % et 45 600 habitants en 2008). L’agglomération de Guemar, au nord d’El Oued, qui a élargi son périmètre avec l’intégration de Taghzout, a vu sa population multipliée par trois, tandis que Tamanrasset, la plus grande agglomération de cette strate, connaissait une croissance de + 25 %. Quant à Hassi Messaoud, ville-centre de l’exploitation pétrolière, dont la population avait augmenté considérablement à la fin du XXe siècle (elle avait plus que quadruplé entre 1987 et 1998), elle a connu un assez sensible ralentissement de sa croissance entre 1998 et 2008 : + 18,5 %.

30La majorité des agglomérations sahariennes (57,5 %) compte moins de 20 000 habitants et rassemblent 432 000 habitants, soit 17 % de la population urbaine. C’est dans cette strate « semi-urbaine » que se sont insérées toutes les nouvelles agglomérations reconnues comme urbaines en 2008. Certaines ont fait preuve d’un dynamisme démographique soutenu entre 1998 et 2008 : c’est notamment le cas de Illizi, dont les fonctions administratives (chef-lieu de wilaya) ont été renforcées, ce qui a entraîné un doublement de sa population (+ 118 % et 13 000 hab. en 2008). Djanet et Hassi R’Mel ont connu une croissance avoisinant les + 40 %. Bien que, en termes absolus, cette croissance soit relativement faible à l’échelle de l’ensemble du Sahara, ses effets n’en sont pas moins localement très sensibles en ce qu’ils contribuent efficacement à reconfigurer ce réseau de petites agglomérations qui fait tampon entre mondes urbains et ruraux (Côte, 1999).

Figure 2. L’urbanisation saharienne algérienne en 2008.

Figure 2. L’urbanisation saharienne algérienne en 2008.

Source : RGPH 2008.

Cartographie : Y. Kouzmine & Fl. Troin • 2018.

31Si, donc, l’armature urbaine s’est notablement étoffée depuis 1966 par l’apport de nouvelles agglomérations, le haut de la hiérarchie urbaine est demeuré relativement stable. Et si la croissance urbaine a affecté diversement, tant en volume qu’en intensité, les différentes agglomérations depuis les lendemains de l’Indépendance, l’écart entre les plus grandes d’entre elles et les autres a tendu à s’accroître au fil du temps.

32Sur les treize agglomérations de plus de 50 000 habitants qui composent le sommet de la hiérarchie de 2008, onze figuraient déjà parmi les agglomérations les plus peuplées en 1966, tandis que deux autres sont venues compléter le haut de la hiérarchie urbaine (Tamanrasset et Adrar), témoignant du dynamisme démographique, pour partie lié aux migrations internationales, du Grand Sud. Au cours de la même période, l’agglomération d’El Oued passe du sixième au deuxième rang. Ouargla du septième au troisième entre 1966 et 2008, suivant une évolution continue et très marquée à la hausse de sa population. C’est également le cas de Tamanrasset qui, en 1987, figurait au 33e rang de la hiérarchie et se classe en 8e position en 2008. Adrar a connu une évolution similaire, mais légèrement plus lente, en passant du 23e rang en 1977 au 9e rang en 2008. À l’inverse, les autres agglomérations n’ont pas enregistré de reclassements aussi remarquables : Biskra, première agglomération saharienne en 1966 (et même dès 1954), le demeure jusqu’à aujourd’hui ; Touggourt a gardé la même position dans ce classement, tandis que Bechar, Laghouat et surtout Ghardaïa ont perdu de leur importance en termes relatifs (autrement dit, elles ont reculé dans la hiérarchie régionale établie par rang de taille).

33Par ailleurs, des agglomérations sahariennes ont progressivement intégré le haut de la hiérarchie urbaine nationale. Si, en 1954, seules deux villes sahariennes figuraient parmi les 25 premières agglomérations du pays (Biskra et Ghardaïa), leur nombre a triplé en 2008 : outre Biskra (10e rang) et Ghardaïa (26e), en font désormais partie El Oued (12e), Ouargla (17e), Bechar (18e), Touggourt (25e). Cette évolution démontre la force du processus d’urbanisation au Sahara et sa continuité depuis 1954, date à laquelle elle n’était que très réduite et localisée.

La jeunesse et l’emploi, deux défis à relever

34Cette population saharienne, largement urbanisée, est dans son ensemble plus jeune mais moins active qu’à l’échelle nationale. Ce double constat participe à nourrir des frustrations croissantes en matière d’intégration économique, notamment dans les territoires qui génèrent, du fait de leurs ressources, la manne financière sur laquelle repose le budget de l’État algérien.

La structure par âge de la population du Sahara algérien

35L’analyse démographique des strates par âges de 2008 fait apparaître une population globalement plus jeune au Sahara que dans le Nord algérien (Fig. 3 et Tab. 5).

  • 4 L’effet de taille entre les entités considérées, le Nord algérien représentant environ 88 % de la p (...)

36De 0 à 25 ans, la population saharienne est surreprésentée par rapport à la moyenne nationale, comme par rapport à celle du Nord4. Ce constat se vérifie notamment pour la tranche d’âge 0-14 ans qui constitue 34,1 % de la population saharienne totale contre 27,3 % dans le Nord. Ce résultat procède de la réunion dans le même ensemble saharien de régions où la transition démographique est en cours, de régions traditionnellement natalistes (comme le Souf et Oued Righ) et de régions marquées par une présence importante de populations immigrées issues du Sahel (subsaharien) et présentant des comportements natalistes marqués par de forts taux de fécondité (Bensaad, 2002).

37Dans les tranches d’âges supérieures, cet écart tend à se tasser pour arriver à un équilibre pour la tranche d’âge 20-24 ans (11,04 %). La part de la population saharienne âgée de plus de 25 ans est inférieure, plus ou moins cependant, aux moyennes du Nord algérien et du pays dans son ensemble. L’effectif de population pouvant être considérée comme active (15-59 ans) est inférieur de cinq points, en termes relatifs, à celui du Nord, tandis que les personnes âgées de plus de 60 ans sont elles aussi, avec 5,8 % de la population totale au Sahara contre 7,6 % dans le Nord, sous-représentées. Ce constat peut traduire trois phénomènes, parfois articulés : l’existence d’un chômage structurel plus important dans ces régions qui, pour certaines, souffrent d’un sous-développement endémique ; la force d’une économie informelle, qui en découle ; ainsi que l’ampleur des mouvements migratoires au départ de certaines zones sahariennes vers les régions les plus actives de ce même Sahara ou du Nord algérien.

Tableau 5. Comparaison des structures par âge aux échelles du Sahara, de l’Algérie du Nord et de l’Algérie entière, en 2008.

Classes d’âge

Algérie
du Nord

Sahara

Total
Algérie

0-4 ans

9,72

12,24

9,99

5-9 ans

8,21

10,67

8,48

10-14 ans

9,37

11,18

9,56

15-19 ans

10,56

11,54

10,67

20-24 ans

11,04

11,04

11,04

25-29 ans

10,10

9,54

10,04

30-34 ans

8,17

6,98

8,04

25-39 ans

6,97

6,06

6,87

40-44 ans

6,02

5,09

5,92

45-49 ans

4,84

4,30

4,78

50-54 ans

4,05

3,18

3,95

55-59 ans

3,22

2,28

3,12

60-64 ans

2,15

1,59

2,09

65-69 ans

1,90

1,47

1,85

70-74 ans

1,53

1,11

1,48

75-79 ans

1,09

0,85

1,07

80-84 ans

0,57

0,41

0,55

85 ans et +

0,39

0,34

0,39

ND

0,10

0,13

0,10

Total

100,00

100,00

100,00

Source : ONS, RGPH 2008.

38Spatialement, la répartition des communes les plus marquées par une prépondérance de populations jeunes (moins de 15 ans) appelle différents constats (Fig. 3).

39En premier lieu, la moitié environ des communes présente une part de population jeune (0-15 ans) supérieure à la moyenne saharienne (34,4 %), elle-même supérieure de sept points à la moyenne du Nord algérien. Les taux communaux les plus élevés se trouvent dans le Souf (régions d’El Oued), la partie méridionale (donc saharienne) de la wilaya de Djefla, les wilayas d’Illizi, Tamanrasset et, dans une moindre mesure, dans celle d’Adrar. La part de population jeune, non active, varie fortement entre les deux extrêmes que sont la commune de Oum Laddham (wilaya de Djelfa) avec 50,4 % et la commune de Tamert (wilaya de Bechar) avec 23 %. À l’inverse, les wilayas de Biskra et de Bechar comptent une part de population jeune inférieure à la moyenne.

40En second lieu, on observe une dualité urbain/rural assez nette dans cette répartition des jeunes. À l’exception d’El Oued (35,4 %), oasis historiquement fortement nataliste, et de Tamanrasset (38,9 %), affectée par des mouvements migratoires de grande ampleur, les grandes communes urbaines connaissent des taux inférieurs à la moyenne saharienne, ce qui traduit des comportements natalistes se rapprochant des standards nationaux. Quant aux trente communes « les plus jeunes » (avec des taux supérieurs à 40 %), ce sont pour la plupart de petites communes rurales ou semi-rurales, encore marquées par des comportements traditionnels conservateurs natalistes.

41En troisième lieu, il semble bien que l’importance de la part des jeunes dans la population totale soit liée au dynamisme naturel des populations. Trois exemples de wilayas à forte croissance démographique permettent de saisir plus précisément ces dynamiques qui, par ailleurs, en caractérisent aussi d’autres (Fig. 3) :
– la wilaya de Djelfa, longtemps marquée par le pastoralisme et le nomadisme est l’une des plus pauvres d’Algérie et elle a le taux d’alphabétisation le plus faible du pays (64 %, soit 13 points de moins que la moyenne nationale) ; c’est également la wilaya où la transition démographique est la moins avancée ;
– la wilaya d’El Oued, correspondant au Souf ; elle est caractérisée par ses fortes traditions culturelles, se traduisant par une natalité toujours élevée ;
– quant à la wilaya de Tamanrasset et, plus largement, le Sahara touareg, elle cumule une fécondité « locale » restée traditionnelle et la très forte fécondité des migrants sahéliens, particulièrement nombreux dans le Grand Sud algérien.

Figure 3. Répartition (par communes) de la population saharienne selon les classes d’âge (2008).

Figure 3. Répartition (par communes) de la population saharienne selon les classes d’âge (2008).

Source : RGPH 2008.

Cartographie : Y. Kouzmine & Fl. Troin • 2018.

42La géographie des communes marquée par une surreprésentation de la population en âge d’être active (15-59 ans) s’inscrit en négatif de celle de la population jeune (Fig. 3). Les wilayas de Tamanrasset, Illizi, El Oued, comme le sud de la wilaya de Djelfa sont caractérisées par des taux inférieurs à la moyenne saharienne (59,9 %), elle-même inférieure de 4,5 points à la moyenne nationale.

43À l’exception de Tamanrasset, Ghardaïa et El Oued, les grandes communes urbaines connaissent des taux supérieurs à la moyenne : Biskra (63,6 %), Béchar (64,7 %), Laghouat (62 %), Ouargla (61,2 %) et Adrar (62,3 %). La polarisation des emplois dans les grandes agglomérations urbaines tend à se renforcer, du fait, à la fois, de l’agglomération croissante des populations et de la consolidation de leurs pouvoirs économiques et sociopolitiques. Sur les dix communes dont les taux sont les plus élevés, compris entre 64,5 % et 68,5 %, neuf appartiennent à la wilaya de Bechar, pôle régional d’envergure ; quant à Hassi Messaoud, la dixième, elle est la seule commune de la catégorie qui soit extérieure à cette wilaya ; elle se distingue avec son taux élevé de 65,4 %, dû à l’importance des migrations régionales et nationales de travail vers cette ville pétrolière.

44Les wilayas et les communes marquées par un fort taux de populations âgées (Fig. 3) correspondent peu ou prou à celles évoquées précédemment, caractérisées par un taux élevé de populations ayant entre 15 et 59 ans. La moyenne saharienne (5,7 %) s’établit 1,7 point en deçà de la moyenne nationale (7,4 %). Presque 60 % des communes sahariennes ont un taux supérieur à cette moyenne, avec néanmoins des écarts significatifs entre Metarfa ou Mekhdama (5,7 %) et Abadla (10,4 %) ou Adrar (9 %). À l’inverse, dans les wilayas où cette tranche de population est sous-représentée (Tamanrasset, Illizi, Ouargla et le sud de Djelfa), les taux varient entre 1,9 % et 5,6 %. On doit cependant regarder avec scepticisme (ou avec réserves) ces taux lorsqu’ils sont aussi faibles : il est en effet possible que certaines personnes âgées, ne disposant pas de pièces d’identité officielles, se soient quelque peu rajeunies au moment de déclarer leur âge aux agents recenseurs.

La géographie des actifs

45En 2008, la population saharienne comptait en proportion moins d’actifs que le Nord du pays (42 % contre 44,1 % des plus de 15 ans) (Tab. 6) et le très fort déséquilibre entre taux d’actifs masculins et féminins est particulièrement marqué au Sahara (rapport de 1 à 5,5, contre 1 à 5 dans le Nord) (Tab. 7 et Fig. 4).

46Mais ces chiffres globaux masquent des disparités interrégionales importantes (Fig. 4). Les forts taux d’actifs (masculins comme féminins) se retrouvent essentiellement dans :
– les zones frontalières du Sud, du Sud-Est et du Sud-Ouest. Fortement corrélée à la dynamique démographique globale de ces zones, l’explication de taux d’actifs élevés dans ces communes doit être trouvée dans la volonté étatique d’aménager et contrôler ces zones, deux ambitions génératrices d’investissements et d’emplois, particulièrement dans les secteurs les plus enclavés ;
– les grandes agglomérations urbaines qui polarisent les emplois du secteur industriel (par exemple Ghardaïa et Biskra) mais surtout tertiaire, secteur dont les effectifs, à l’échelle nationale, ont bondi de + 75 % entre 1966 et 2011 (passant de 32 % à 52,5 %) et qui structure fortement l’économie des agglomérations sahariennes, quasiment toutes faiblement industrialisées ;
– et les zones de production d’hydrocarbures qui, depuis les années 1950, polarisent les flux de travailleurs à l’échelle saharienne, mais également nationale : Bas-Sahara et bassin de Hassi R’Mel.

47En négatif, des taux particulièrement bas d’actifs caractérisent les régions du Touat, du Gourara, du Souf et du Grand Erg oriental, hors agglomérations urbaines (Fig. 4). Ces régions, marquées par des économies encore fortement agricoles et par une relative faiblesse de la dynamique économique locale, sont de fait génératrices de migrants économiques vers des grandes villes proches, des villes en essor dont les chantiers créent un appel d’air à l’échelle macrorégionale (Bechar et Tindouf) ou encore vers des zones pétrolières (du Souf vers Hassi Messaoud par exemple).

Figure 4. Taux d’activités et disparités d’activité hommes-femmes au Sahara algérien (2008).

Figure 4. Taux d’activités et disparités d’activité hommes-femmes au Sahara algérien (2008).

Source : RGPH 2008.

Cartographie : Y. Kouzmine & Fl. Troin • 2018.

Tableau 6. Les disparités d’emploi entre hommes et femmes.

Pop. masculine + 15 ans

Pop. féminine + 15 ans

Pop. totale + 15 ans

Algérie
du Nord

11 108 814

10 979 890

22 088 074

Sahara

1 234 026

1 201 490

2 435 516

Total Algérie

12 342 840

12 181 380

24 523 590

Hommes

Femmes

Total

Nb.
d’actifs

En %

Nb.
d’actifs

En %

Femmes
au foyer

En %

Nb.
d’actifs

En %

8 148 814

73,4

1 591 717

14,5

7 162 867

65,2

9 740 531

44,1

Algérie
du Nord

872 855

70,7

150 023

12,5

786 287

65,4

1 022 878

42,0

Sahara

65,2

65,4

65,3

9 021 670

Total Algérie

1 022 878

10 763 410

43,9

Source : ONS, RGPH 2008.

48Le profond déséquilibre entre taux d’emploi masculin et féminin, qui se traduit statistiquement par un écart moyen de 60 points entre les taux d’actifs masculin (70,7 %) et féminin (12,5 %) et qui constitue un fait structurel de l’économie algérienne, se trouve encore davantage affirmé au Sahara.

49Ici encore (Fig. 4), la distribution spatiale fait apparaître des disparités qui marquent de manière particulièrement négative une partie des Ziban, le Piémont central, le Souf et le Grand Erg oriental, ainsi que les communes limitrophes du Mali. Ces régions se caractérisent par une structure économique encore fortement marquée par les activités agricoles, où l’emploi féminin semble souvent sous-déclaré et relèverait d’activités économiques familiales.

50Les disparités régionales demeurent fortes et les contrastes sont grands entre les espaces « modernisés » (centres administratifs et politiques, régions de production d’hydrocarbures) et les espaces demeurés plus traditionnels : zones marquées par le pastoralisme ou les espaces enclavés et aux marges.

Conclusion

51Les résultats du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) de 2008 confirment l’évolution de la population saharienne constatée depuis l’indépendance. Cette population conserve un grand dynamisme démographique du fait de sa croissance naturelle plus élevée que celle enregistrée dans l’Algérie du Nord. Par ailleurs, en raison des politiques conduites par l’État algérien (développement économique et social, contrôle du territoire, etc.), le Sahara – et en particulier ses villes – conserve une grande attractivité, même s’il demeure largement sous-peuplé comparativement à l’Algérie du Nord. Cet accroissement de la population profite principalement aux villes qui concentrent plus de 70 % de la population saharienne. Néanmoins, ce dynamisme démographique n’est pas uniforme : les zones frontalières méridionales, le Piémont saharien central et l’axe méridien Laghouat-Tamanrasset (sauf le M’Zab), ainsi que certaines villes (Adrar, Tindouf, El Oued) ont connu un accroissement rapide grâce à la forte implication de l’État pour contrôler les zones frontalières ou assurer la promotion de certaines villes. À l’inverse, d’autres régions ont connu une croissance beaucoup plus lente, notamment la Saoura, le Gourara, ainsi que le M’Zab.

Haut de page

Bibliographie

Ainas Y., Ouarem N., Souam S., 2012, « Les hydrocarbures : atout ou frein pour le développement de l’Algérie ? », Revue Tiers Monde, 2/2012 (no 210), p. 69-88.

Bellil R., Dida B., 1995, « Les migrations actuelles des Touaregs du Mali vers le Sud », Études et documents berbères, no 12, Paris, Inalco, p. 79-98.

Benderra O., 2005, « Pétrole et pouvoir en Algérie : les avatars de la gestion de la rente », Confluences méditerranéennes, no 53, p. 51-58.

Bensaad A., 2002, « La grande migration africaine à travers le Sahara », Revue Méditerranée, tome 99, no 3.4, p. 41-52.

Bensaad A., 2005, « Le Sahara, vecteur de mondialisation », Maghreb-Machrek, no 185, p. 7-12.

Bisson J., 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan.

Brûlé J.-C., 2004, « Une carte des espaces vécus, vers une cartographie des espaces de référence identitaire », p. 298-306, in Bendjelid A., Brûlé J.-C., Fontaine J., Aménageurs et aménagés en Algérie. Héritages des années Boumediene et Chadli, Paris, L’Harmattan.

Brûlé J.-C., Fontaine J., 1988, L’Algérie : volontarisme étatique et aménagement du territoire, Alger, OPU.

Corbet A., 2006, « Les campements de réfugiés sahraouis en Algérie : de l’idéel au réel », BAGF, no 1, p. 9-21.

Côte M., 1999, « Macrocéphalie et micro-urbanisation, cas du Sud algérien », in Actes du séminaire international : L’architecture de la ville face aux défis du XXIe siècle, Université de Biskra (Algérie), 20-21 novembre.

Côte M., 2002, « De quelques villes nouvelles au Sahara », Revue Méditerranée, tome 99, no 3.4, p. 71-76.

Fontaine J., Flitti M., 2010, « L’évolution de la population du Sahara algérien de 1954 à 1998 », p. 105-125, in Bendjelid A. (dir.), Villes d’Algérie, formation, vie urbaine et aménagement, Oran, CRASC.

Fontaine J., Kouzmine Y., 2009, « Infrastructures et migrations au Sahara algérien », p. 403-426, in Benghabrit-Remaoun N., Haddab M., L’Algérie 50 ans après. État des savoirs en sciences sociales en Algérie, Oran, CRASC.

Frey J.-P., 2013, « Adrar et l’urbanisme ou la sédentarisation erratique des oasis du Touat », Les Cahiers d’EMAM, no 22. En ligne : http://emam.revues.org/579.

Grégoire E., 2010, Touaregs du Niger, le destin d’un mythe, Paris, Karthala.

Kouzmine Y., 2012, Le Sahara Algérien. Intégration nationale et développement régional, Paris, L’Harmattan.

Kouzmine Y., Fontaine J., Yousfi B., Otmane T., 2009, « Étapes de la construction d’un désert : l’espace saharien algérien entre convoitises économiques, projets politiques et aménagement du territoire », Annales de Géographie, no 670 (6/2009), p. 659-685.

Minvielle R., 2011, « Migrants (subsahariens) en transit à Tamanrasset: du passage à l’impasse ? », Mappemonde, Numéro 103. En ligne : http://mappemonde.mgm.fr/num31/articles/art11301.html

Otmane T., Kouzmine Y., 2013, « Bilan spatialisé de la mise en valeur agricole au Sahara algérien », Cybergeo : European Journal of Geography. En ligne : http://cybergeo.revues.org/25732 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25732.

Pliez O., 2003, Villes du Sahara, urbanisation et urbanité dans le Fezzan libyen, Paris, CNRS Éditions.

Prenant A., 2010, « Traits généraux de l’évolution des structures urbaines dans l’histoire algérienne (19e et 20e siècles) », p. 19-38, in Bendjelid A. (dir.), Villes d’Algérie, formation, vie urbaine et aménagement, Oran, CRASC.

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse plus précise de l’évolution des nomenclatures de l’urbain en Algérie, se reporter à Kouzmine, 2012.

2 Dont certaines furent dans le passé qualifiées d’urbaines, mais déclassées en 1988, à l’image de Bordj Badji Mokhtar, puis à nouveau considérées comme urbaines en 2008.

3 La « strate urbaine supérieure » est composée, selon l’ONS, des agglomérations peuplées de plus de 100 000 habitants ; toutefois y sont ajoutées certaines agglomérations (telle Adrar) n’atteignant pas ce chiffre, mais disposant de fonctions urbaines relevant du tertiaire supérieur.

4 L’effet de taille entre les entités considérées, le Nord algérien représentant environ 88 % de la population algérienne totale, justifie la similitude des taux entre Nord du pays et Algérie dans son ensemble. Cet état de fait conditionne également le reste de l’analyse développée dans la suite de ce texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La population saharienne : répartition 2008 et dynamique 1998-2008.
Légende Source : RGPH, 1998 et 2008.
Crédits Cartographie : Y. Kouzmine & Fl. Troin • 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1426/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 2. L’urbanisation saharienne algérienne en 2008.
Légende Source : RGPH 2008.
Crédits Cartographie : Y. Kouzmine & Fl. Troin • 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1426/img-2.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Figure 3. Répartition (par communes) de la population saharienne selon les classes d’âge (2008).
Légende Source : RGPH 2008.
Crédits Cartographie : Y. Kouzmine & Fl. Troin • 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1426/img-3.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 4. Taux d’activités et disparités d’activité hommes-femmes au Sahara algérien (2008).
Légende Source : RGPH 2008.
Crédits Cartographie : Y. Kouzmine & Fl. Troin • 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1426/img-4.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaël Kouzmine et Jacques Fontaine, « Démographie et urbanisation au Sahara algérien à l’aube du XXIe siècle », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 18 avril 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1426 ; DOI : 10.4000/emam.1426

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page