Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Étalement urbain et inégalités environnementales dans le Grand Sfax (Tunisie)

Maha Bouhlel-Abid

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de Ali Bennasr, soutenue le 5 décembre 2016 à l’Université de Sfax (Tunisie).

  • 1 Il s’agit d’un mouvement qui est né aux États-Unis dans les années 1980 pour lutter contre les effe (...)

1Notre travail envisage d’interroger la relation entre l’étalement urbain et les inégalités environnementales en ville. Cette dernière notion a suscité de très nombreux travaux, parmi lesquels on peut citer, entre autres, ceux de Diebolt et al. (2005), d’Emelianoff (2006) ou encore de Charles et al. (2007). Ces auteurs sont tous d’accord pour reconnaître que les prémices de la notion sont apparues aux États-Unis et se sont développés à propos de la notion de la « justice environnementale »1. Cependant, la question des inégalités environnementales pose un grand nombre de problèmes, tant conceptuels qu’opérationnels. Les tentatives de définition qui en ont été proposé font l’objet d’intenses discussions, chacune suscitant des critiques. Pour notre part, nous avons choisi d’appliquer notre recherche à trois grands types d’inégalités environnementales – celles d’exposition aux nuisances et aux risques, celles d’accès aux services publics et celles qui se manifestent dans les capacités d’action des habitants. Cette typologie trouve sa source dans plusieurs travaux (Laigle, Oehler, 2004 ; Bellan et al., 2007 ; Chaumel, La Branche, 2008). Et, comme très peu d’études relatives à cette thématique de recherche ont à ce jour porté sur des villes tunisiennes, nous avons tenté de combler une partie de ce vide en accordant notre attention à la situation du Grand Sfax (Tunisie).

2Notre hypothèse de départ est la suivante : l’étalement urbain du Grand Sfax a-t-il généré et/ou accentué certaines inégalités environnementales, lesquelles seraient fréquemment corrélées à des inégalités sociales ? Partant de là, nous nous sommes posée les questions suivantes : Existe-il des inégalités environnementales dans le Grand Sfax ? Peut-on les caractériser et sont-elles territorialisées ? Dans quelle mesure résultent-elles de l’étalement urbain ? Et dans quelle mesure encore recouvrent-elles ou recoupent-elles des inégalités sociales ? Ces inégalités sont-elles connues et reconnues par les documents de planification, ainsi que par les acteurs en charge de la gestion de la ville ?

3La Première Partie pose les bases de notre réflexion à travers une approche conceptuelle de la ville durable et des inégalités environnementales. Interroger la relation entre l’étalement urbain et les inégalités environnementales fait inévitablement surgir le débat sur la ville durable (Chapitre 1. La ville durable : émergence et définitions). Au fur et à mesure que la ville durable prend de l’ampleur, on assiste à une véritable remise en cause de l’étalement de la ville, en ce que ce dernier révèle de plus en plus nettement ses externalités négatives, notamment en tant qu’il génère des inégalités environnementales (Chapitre 2. Les inégalités environnementales : conséquence de l’étalement urbain ?). Cette notion d’inégalité environnementale est largement ignorée dans les pays du Sud ; les recherches scientifiques qui lui sont consacrées demeurent limitées et insuffisantes.

  • 2 Jnens : en arabe, le terme désigne le jardin. Ici, la désignation s’applique à la ceinture de verge (...)

4La Deuxième Partie porte sur le processus de développement urbain du Grand Sfax et l’émergence des inégalités. L’évolution urbaine de la ville a été appréhendée selon deux approches : la première est historique (Chapitre 3. Évolution de la croissance urbaine du Grand Sfax) et elle nous a permis d’identifier trois grandes phases d’urbanisation de l’agglomération sfaxienne. La deuxième est opérationnelle (Chapitre 4. Mesure de l’étalement urbain dans le Grand Sfax) : elle consiste à tenter de mesurer les transformations récentes du tissu urbain du Grand Sfax. Pour ce faire, nous avons évalué l’évolution des surfaces bâties à travers le traitement de quatre images satellites de différentes dates : Landsat 4 (1987), Landsat 7 (2001), Landsat 7 (2006) et Google Earth (2014). Nos résultats ont montré que les surfaces bâties dans le Grand Sfax sont passées de 7,3 % de la surface totale de la ville en 1987 à 35,2 % en 2014, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 6 %. Mais l’évolution la plus considérable correspond à la période 1987-2001 au cours de laquelle ce taux monte à 8,1 % par an. Les extensions de la ville sont alors essentiellement guidées par le tracé des grandes radiales qui convergent vers le centre de Sfax (médina et ville nouvelle) et elles s’opèrent au détriment des jnens2 familiaux. À l’heure actuelle, le Grand Sfax continue de connaître de fortes mutations spatiales : si l’étalement des zones urbanisées se poursuit selon des modalités comparables à celles des périodes antérieures, on note cependant, simultanément, une tendance nette à la densification et à la verticalisation, lesquelles se produisent d’abord dans la zone centrale avant de se diffuser peu à peu le long des radiales à partir du centre.

  • 3 Thyna : c’est la délégation qui occupe le littoral Sud du Grand Sfax, connue pour sa concentration (...)

5L’évolution urbaine de l’agglomération sfaxienne, conjuguée à ses spécificités foncières d’une part et à ses problèmes environnementaux d’autre part (plaine alluviale à risques élevés d’inondation, installations industrielles polluantes, notamment les unités d’engrais et de produits chimiques, sous-équipement des quartiers périphériques, etc.), génère un espace ségrégé qui offre des cadres de vie fortement différenciés, expression des inégalités tant environnementales que sociales (Chapitre 5. Le constat des inégalités dans le Grand Sfax). Pour ce faire, nous nous sommes basée sur la spatialisation des risques environnementaux et l’estimation de la population exposée. Les résultats obtenus concernent essentiellement les inégalités d’exposition aux risques et aux nuisances ainsi que les inégalités d’accès aux services publics. Il en ressort que la répartition spatiale des inégalités touche plusieurs zones de la ville. Ainsi, la délégation de Thyna3 apparaît comme la zone la plus concernée par les différents types d’inégalités environnementales. Elle rassemble de nombreuses formes de nuisances allant du cône de bruit de l’aéroport à la pollution atmosphérique générée par les implantations industrielles, notamment celle de la Société industrielle d’acide phosphorique et d’engrais (SIAPE) qui y constitue la source de pollution principale, étant entendu que cette unité industrielle ne déverse pas ses fumées sur cette seule délégation mais sur l’ensemble du Grand Sfax. Cette délégation de Thyna se caractérise en même temps par un sous-équipement en services publics extrêmement fort, de telle sorte que sa population éprouve de très grandes difficultés pour y accéder. Ces inégalités sont corrélées à d’autres inégalités sociales, puisque ce même espace regroupe une population socialement défavorisée, pauvre et à faible niveau d’étude, et dont la capacité à faire face aux risques qu’elle encourt sont très faibles, ce qui augmente sa vulnérabilité.

  • 4 Processus au cours duquel un individu utilise un ou plusieurs de ses sens pour appréhender l’inform (...)
  • 5 R’bat : ou faubourg, du terme arabe R’badh. Le terme R’bats désigne actuellement à Sfax les quartie (...)
  • 6 L’appellation quartier populaire désigne, selon la définition des autorités tunisiennes que reprend (...)
  • 7 Le test du χ2 est utilisé pour apprécier la force de l’association des variables catégorielles nomi (...)

6La Troisième Partie se préoccupe de la perception que se font les habitants de ces problèmes environnementaux, ainsi que de la façon dont en traitent les documents de planification urbaine et dont se les représentent les différents acteurs concernés. L’appréciation du cadre de vie est en fait, dans une large mesure, profondément subjective. C’est pourquoi il nous a semblé important d’étudier les inégalités environnementales à l’échelle du Grand Sfax selon une approche basée sur la perception4que les habitants se faisaient de ces inégalités (Chapitre 6. La perception des inégalités environnementales dans le Grand Sfax). Pour cela, nous avons mené une enquête de terrain auprès de 205 ménages répartis entre quatre zones (centre-ville, R’bats5, quartiers populaires6, jnens). L’analyse des données recueillies a principalement cherché à vérifier l’hypothèse selon laquelle le lieu de résidence exerce un effet sur la perception de l’environnement et du cadre de vie à travers le test du χ² (test du khî-2)7, lequel a montré que la relation entre les deux variables était très significative. La fréquence de la sensibilité aux problèmes environnementaux augmente généralement dans les quartiers populaires et les R’bats, alors qu’elle est très réduite ailleurs, notamment dans la zone des jnens. Dans les premiers de ces quartiers, on note en effet une accumulation d’inégalités environnementales. La majorité de leurs populations considère que l’infrastructure dont ils sont dotés est défaillante et détériorée. Cette même population indique que lles lieux où ils habitent sont privés de calme et d’espaces verts, et que la propreté des lieux publics n’y est pas assurée. Ces inégalités environnementales sont corrélées à des inégalités sociales. La médiocrité de l’environnement des zones populaires (quartiers populaires et R’bats) s’accompagne souvent d’un taux de chômage très élevé et du sentiment aigu d’un manque de sécurité. De même, ces populations socialement défavorisées, pauvres et à faible niveau d’étude, sont regroupées dans des zones à risques (pollution atmosphérique, inondation, etc.). Leurs capacités à faire face aux risques encourus sont très faibles, ce qui augmente leur vulnérabilité. Leur accès aux services publics, aux espaces de sociabilité et de santé demeure limité. À l’opposé de ces quartiers, la zone des jnens est perçue, selon ses habitants, comme une zone où le cadre de vie est très agréable tant sur le plan environnemental que social. Ceci peut être expliqué par : l’éloignement des jnens par rapport aux sources de pollution, un habitat pavillonnaire généralisé, des constructions au sein de jardins familiaux arborés, un niveau de vie élevé par rapport aux quartiers populaires – niveau de vie qui, grâce à la possession d’un ou plusieurs véhicules, permet une grande liberté de déplacement et d’action.

  • 8 Le projet Taparura, dont la mise en œuvre a commencé en 2006, vise à traiter les dépôts de phosphog (...)

7La confirmation de Sfax comme un espace d’inégalités environnementales nous a incitée à interroger les différents documents de planification urbaine ainsi que les différents acteurs de la ville sur leur connaissance et reconnaissance de ces inégalités (Chapitre 7. Documents de planification urbaine et discours d’acteurs à l’épreuve des faits). Le questionnement des plans d’aménagement urbain a montré que, malgré l’engagement de la Tunisie en général et du Grand Sfax en particulier, dans le processus mondial de développement durable, la reconnaissance des inégalités environnementales semble en être absente. Toutefois, on peut noter, d’une part, plusieurs injonctions de lutte contre l’étalement pour favoriser une plus grande compacité de la tache urbaine et, d’autre part, la proposition d’une succession d’interventions et de stratégies qui visent l’amélioration du cadre de vie des quartiers populaires, notamment de ceux de type informel et non-réglementaire, ainsi qu’un ancrage progressif des principes de développement durable. L’interrogation des différents acteurs de la ville a fait l’objet d’entretiens semi-directifs auprès de quelques responsables de l’Administration, de la municipalité ou de la société civile. Ils révèlent que tous sont d’accord pour admettre une dégradation du cadre de vie du Grand Sfax. Cependant, les représentations qu’ils se font des inégalités sont formées à partir d’une connaissance parcellaire des réalités. Dès lors qu’il en est ainsi pour des acteurs importants et parfois même décisionnels, un grand risque existe que la puissance publique ne soit pas en mesure de prendre en compte la gravité des problèmes liés aux inégalités environnementales. Et ce risque est d’autant plus grand que l’on sait bien que ce sont déjà les inégalités (sociales-économiques et spatiales) qui sont, pour une large part, à la source de la Révolution de 2011. De même, sous-estimer ce risque peut nuire à la solidarité citoyenne qui s’est construite dans l’opposition à certains des problèmes environnementaux les plus graves du Grand Sfax, par exemple en revendiquant la délocalisation de la SIAPE ou le traitement prioritaire des dépôts de phosphogypse. Or, malgré toutes les revendications, le déplacement de l’usine d’engrais n’a toujours pas eu lieu, tandis que le projet Taparura ne démarre pas8.

Haut de page

Bibliographie

Bennasr A., 2003, « Étalement urbain de Sfax », Revue tunisienne de Géographie, no 36, p. 49-87.

Bellan G., Bellan-Santini D., Dauvin J.-C., 2007, « À propos de quelques utilisations des termes “Inégalités écologiques” : simples impropriétés de langage ou accaparement abusif ? », Développement durable et territoires. En ligne : http://developpementdurable.revues.org/3426

Charles L., Emélianoff C., Ghorra-Gobin C., Roussel I., Roussel F.-X., Scarwell H., 2007, « Les multiples facettes des inégalités écologiques », Développement durable et territoires. En ligne : http://developpementdurable.revues.org/3892

Chaumel M., La Branche S., 2008, « Inégalités écologiques : vers quelle définition ? », Espace Populations Sociétés, no 2008/1, p. 101-110.

Diebolt W., Hélias A., Bidou D., Crépey G., 2005, Les inégalités écologiques en milieu urbain, Rapport de l’inspection générale de l’environnement, Ministère de l’écologie et du développement durable. En ligne : developpementdurable.revues.org/document4262.html

Emélianoff C., 2006, « Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ? », ESO Travaux et Documents, no 25, p. 35-43.

Évrard Y., Pras B., Roux E., 2003, Market. Études et recherches en marketing, Paris, Dunod.

Laigle L., Oehler V., 2004, Les Enjeux spatiaux et environnementaux du développement urbain : la question des inégalités écologiques, Recherche exploratoire pour le PUCA/MELT.

Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, 2010, Stratégie de Développement du Grand Sfax : Phase II. Étude des zones urbaines populaires, rapport définitif, Architecture et Innovation.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un mouvement qui est né aux États-Unis dans les années 1980 pour lutter contre les effets discriminatoires que peuvent avoir, par exemple, des décharges toxiques ou la résidence à proximité d’industries civiles ou militaires fabriquant ou utilisant des produits dangereux. Le mouvement établit que la discrimination environnementale vient en ce cas ajouter ses effets à ceux de la discrimination sociale ou raciale, comme cela ressort particulièrement des études menées dans certaines zones des États du Sud, majoritairement peuplées de Noirs.

2 Jnens : en arabe, le terme désigne le jardin. Ici, la désignation s’applique à la ceinture de vergers qui entoure la ville de Sfax et qui s’étendait à l’origine des abords immédiats des faubourgs jusqu’à environ 6 km du centre- ville (Bennasr, 2003). Au-delà s’étend la grande oliveraie sfaxienne.

3 Thyna : c’est la délégation qui occupe le littoral Sud du Grand Sfax, connue pour sa concentration de quartiers populaires pauvres à fortes densités.

4 Processus au cours duquel un individu utilise un ou plusieurs de ses sens pour appréhender l’information qui lui parvient et interpréter un ou plusieurs stimuli auxquels il est soumis.

5 R’bat : ou faubourg, du terme arabe R’badh. Le terme R’bats désigne actuellement à Sfax les quartiers populaires péricentraux (SDGS 2, 2010).

6 L’appellation quartier populaire désigne, selon la définition des autorités tunisiennes que reprend l’AFD, « les quartiers programmés ou spontanés en majeure partie auto-construits sur des parcelles non viabilisées » (SDGS 2, 2010).

7 Le test du χ2 est utilisé pour apprécier la force de l’association des variables catégorielles nominales (Évrard et al., 2003).

8 Le projet Taparura, dont la mise en œuvre a commencé en 2006, vise à traiter les dépôts de phosphogypse accumulés au nord de Sfax, lesquels rendaient quasi impossible l’accès aux plages. Il porte sur 420 ha et doit permettre la création d’un nouveau pôle urbain (immobilier résidentiel et de bureaux, touristique et de loisirs) dans un environnement désormais dépollué. Le projet a été bloqué pendant des années et les travaux n’ont redémarré qu’en 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maha Bouhlel-Abid, « Étalement urbain et inégalités environnementales dans le Grand Sfax (Tunisie) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2018, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1442 ; DOI : 10.4000/emam.1442

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page