Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Cartographie du Cycle de Nedjma de Kateb Yacine : modélisation spatiale d’un récit littéraire

Juliette Morel

Texte intégral

Thèse en Littérature française, sous la co-direction de Anne Douaire-Banny (professeure de Littérature française, Université Rennes 2, CELLAM) et de Louis Dupont (professeur de Géographie, Université Paris-Sorbonne, ENeC), soutenue le 14 décembre 2016 à l’Université de Rennes 2.

1Inscrite dans une démarche interdisciplinaire d’Humanités numériques, cette recherche de thèse a pour objectif la modélisation de la spatialité d’une œuvre littéraire par les méthodes de traitement et les outils de représentation géomatiques. Face au constat de la complexité et de la spatialité du Cycle de Nedjma de Kateb Yacine (1929-1989), nous proposons en effet d’utiliser des méthodes de connaissances et des modes de discours non-linéaires afin d’explorer autrement l’œuvre littéraire. L’objectif est également de faire apparaître le rôle spécifique du récit dans la construction géographique de l’œuvre. Cette proposition résulte d’une réflexion épistémologique approfondie sur les potentialités de la modélisation spatiale en géographie et en littérature. Elle se fonde sur les hypothèses de recherche suivantes : l’espace littéraire est un espace au sens propre ; les différents types d’espaces (espace géographique, espace géométrique, espace de la figure poétique, espace de l’imagination, espace textuel, espace littéraire) peuvent être décloisonnés ; l’étude de leurs relations informe la connaissance du récit littéraire. La méthodologie mise en place consiste à réaliser une base de données géographiques afin de formaliser, de répertorier et de représenter cartographiquement les données géographiques et narratives extraites du roman Nedjma. La série de cartes résultante met à jour la co-construction de l’espace géographique et de l’espace littéraire katébien. Par des effets d’éclatement et de rapprochement narratifs, l’espace de l’est de l’Algérie est en effet reconfiguré, jetant les bases pour la construction d’une nation algérienne ouverte et réticulaire. Pour répondre à ces questionnements, la thèse se compose de trois Parties.

2La Première Partie explore les conditions épistémologiques de la rencontre entre littérature, cartographie et modélisation. Pour ce faire, elle traite successivement des questions de la modélisation en sciences sociales et humaines et en géographie en particulier, de celle de la modélisation en littérature, et enfin, comme une synthèse des deux premières, de la rencontre entre cartographie et littérature, ou, plus exactement, de l’intérêt du recours à la modélisation cartographique dans le cas de l’étude des récits fictionnels narratifs. Le constat le plus fécond que l’on peut faire à l’issue de l’exploration de l’état de l’art de cette rencontre est le suivant : il n’est pas possible de rendre compte d’un phénomène spatial littéraire – toujours complexe – par une carte statique unique, autant d’un point de vue de l’échelle que de la nature des données et de l’espace représentés. Le recours aux techniques de formalisation plus complexe que celle de la simple carte de synthèse, comme l’élaboration de base de données géographiques relationnelles complexes et de catégorisations – qui doivent néanmoins intégrer la flexibilité littéraire –, est nécessaire pour modéliser au mieux l’espace déployé en littérature.

3La Deuxième Partie de la thèse est consacrée à l’étude purement textuelle de la spatialité – de l’espace géographique à l’espace littéraire – dans le corpus d’étude qui est le nôtre : Le Cycle de Nedjma de Kateb Yacine. Cet ensemble littéraire est composé de plusieurs ouvrages dont les principaux sont Nedjma, roman publié en 1956, Le Cercle des représailles, recueil théâtral publié en 1959 et Le Polygone étoilé, œuvre hybride et totale, publiée en 1966. Des textes fragmentaires viennent compléter ces ouvrages, publiés par Jacqueline Arnaud en 1984 dans L’œuvre en fragments ou restés inédits jusqu’à ce jour. Une cohérence d’ensemble est construite entre ces différents textes par des correspondances entre les thèmes, les personnages, les histoires racontées, le contexte géographique – les histoires se déroulent majoritairement dans l’est de l’Algérie –, ou encore les métaphores poétiques développées. Parallèlement à ces phénomènes de transtextualité, le Cycle de Nedjma est marqué par la fragmentation, l’éclatement temporel et spatial, l’hétérogénéité, la multiplicité (des genres, des textes, des personnages, des tonalités, etc.). Transtextualité et éclatement définissent un système littéraire complexe et déroutant. Dans Nedjma par exemple, le découpage très systématique du roman en chapitres (six chapitres, découpés chacun en douze ou deux fois douze sous-chapitres) n’offre paradoxalement aucun repère : les sous-chapitres sont des objets textuels très différents les uns des autres : ils peuvent mesurer de 5 mots à 5 pages, ils peuvent aussi regrouper plusieurs épisodes ou, au contraire, les épisodes peuvent déborder d’un chapitre sur l’autre.

  • 1 La formule « Chaque fois les plans sont bouleversés », répétée de manière récurrente dans Le Polygo (...)

4Face à cette complexité, la thèse propose d’adopter une lecture spatiale du récit et de remettre au centre de l’attention l’influence de l’espace dans la construction narrative. Une telle démarche met en lumière la construction réticulaire du récit et son influence sur la géographie construite par l’œuvre, et démontre inversement que la géographie est une clef de compréhension du système narratif katébien. Plus spécifiquement, l’attention portée aux figures géométriques, récurrentes dans l’œuvre de Kateb Yacine, permet de mettre en lumière l’articulation et la connexion entre l’espace géographique et l’espace littéraire. L’exemple le plus frappant est celui du polygone et sa transfiguration dans le polygone étoilé. Le Cycle de Nedjma a pour situation géographique et contexte politique l’est de l’Algérie coloniale, la guerre d’Algérie, puis l’Algérie récemment décolonisée. Le territoire colonisé est symbolisé chez Kateb Yacine par le polygone. Cette métaphore, motivée par l’utilisation coercitive et prescriptive de la cartographie en contexte colonial, est une critique poétique de la notion de territoire surfacique importée et imposée par la colonisation à l’Algérie ; celle-ci devant au contraire construire son identité anticoloniale et indépendante à travers de nouvelles figures. L’œuvre de Kateb Yacine participe pleinement à cette redéfinition et propose une autre figure, celle du polygone étoilé, pour signifier un territoire réticulaire, une identité complexe, hybride, stratifiée et connectée à l’international anticolonial. Or la figure du polygone étoilé est également métalittéraire, en tant qu’elle trace concrètement la structure narrative des œuvres, « chaque fois bouleversée »1 mais cohérente, comme en témoigne le schéma de la structure du roman Nedjma ci-dessous (Fig. 1). Le polygone étoilé transcende donc le discours purement géopolitique pour le lier intrinsèquement à la création poétique. Kateb Yacine propose ainsi une cartographie aussi bien de la géographie anticoloniale vers laquelle il tend que de son œuvre.

Figure 1. Schématisation de la structure en polygone étoilé du roman Nedjma.

Figure 1. Schématisation de la structure en polygone étoilé du roman Nedjma.

Conception & Réalisation : J. Morel, 2016.

  • 2 Par souci de faisabilité, nous avons en pratique focalisé notre attention sur le roman Nedjma, pris (...)
  • 3 Genette G., 1972, Figure III. Le Discours du récit, Paris, Seuil.

5Prenant au mot cette proposition méta-cartographique, la Troisième Partie de la thèse consiste à utiliser les techniques cartographiques et les technologies géomatiques pour explorer, dans sa complexité et en détail, le système narratif spatial ainsi construit dans l’œuvre de Kateb Yacine. En prenant en compte les conclusions tirées de l’étude des initiatives de cartographies littéraires existantes entreprise dans la première Partie de la thèse, l’objectif était de construire un système d’information géographique à partir du Cycle de Nedjma2. Dans ce cadre, un soin particulier a été porté à la justification de la méthode et des choix opérés pour définir les unités géo-narratives, les extraire (leur extraction devait être exhaustive pour être significative), les formaliser et les stocker dans une base de données à la structure appropriée. La difficulté était de construire une méthode de modélisation robuste mais en même temps assez flexible pour accueillir les riches fluctuations de la littérature. Pour ce faire, nous avons fondé notre modélisation sur les définitions de narratologie établies par G. Genette3, en y donnant un poids particulier à l’espace (et en minimisant le poids du temps, souvent mis au centre des études narratologiques).

  • 4 Kateb Y., 1956, op. cit., p. 64.

6Enfin, la dernière étape de la thèse consistait à exposer les cartes et visualisations graphiques issues du système d’information construit et à analyser leur apport heuristique quant à la spatialité du Cycle de Nedjma. Différentes séries de cartes ont été produites et analysées, toutes se complétant dans l’étude des interactions entre récit, spatialité et géographie. L’étude des cartes en trois dimensions construites par la mise en relation de la localisation géographique des unités narratives, leur localisation dans la diégèse (l’histoire racontée) et leur localisation dans la narration (la manière de raconter), permet de comprendre l’influence de la narration sur la géographie de l’est de l’Algérie de Kateb Yacine (Fig. 2 et 3). On voit que l’enchaînement entre les différentes unités narratives définit un réseau dont les villes – Bône (aujourd’hui, Annaba), Constantine, la ville de X, Sétif, Guelma – sont autant de pôles, liant et distribuant, chacun à sa manière, le récit. À cet égard, la comparaison entre le traitement narratif de Bône et celui de Constantine – couple de villes centrales dans le roman – est exemplaire. Les deux villes sont indissociables dans la diégèse et comparables d’un point de vue de leur importance dans le récit, mais elles fonctionnent de manière opposée d’un point de vue narratif. Bône est une ville dans laquelle le temps diégétique est concentré et la narration relativement linéaire : c’est un nœud de concentration du récit. C’est ce que montre la même concentration des unités narratives se déroulant à Bône sur les deux cartes ci-dessous (unités entourées en rouge). C’est effectivement à Bône que se noue l’intrigue amoureuse entre Nedjma et les quatre amis. Constantine, au contraire, est annexe d’un point de vue diégétique, parce qu’il ne s’y passe pas grand-chose à part le souvenir des rivalités amoureuses des parents des quatre protagonistes. Constantine est en fait un espace qui concentre le temps historique, d’une manière inverse à Bône : l’amplitude historique des épisodes qui s’y déroulent et qui sont tous racontés de manière condensée, mais nullement chronologique, au Chapitre 4 de Nedjma est immense. C’est ce que montre l’extension du nuage de points (entouré de bleu) associé à Constantine sur la carte de droite ci-dessous. Constantine distribue le récit dans la profondeur de l’histoire des conquêtes de l’Algérie. C’est une « ville [véritablement] palimpseste »4, pour reprendre l’expression de Kateb Yacine lui-même. L’amplitude de la différence entre le traitement narratif de Bône et celui de Constantine ne devient manifeste que par la comparaison des deux cartes ci-dessous et par la différence entre les formes géométriques associées à chacune d’elles.

Figure 2. Localisation des récits dans l’espace-temps de la narration de Nedjma.

Figure 2. Localisation des récits dans l’espace-temps de la narration de Nedjma.

Conception & Réalisation : J. Morel, 2016.

Figure 3. Localisation des récits dans l’espace-temps de la diégèse de Nedjma.

Figure 3. Localisation des récits dans l’espace-temps de la diégèse de Nedjma.

Conception & Réalisation : J. Morel, 2016.

  • 5 Édouard Glissant, dans le cadre de sa théorie de la Relation, définit les « lieux » comme des espac (...)

7La visualisation cartographique a permis de mettre en évidence l’influence de la structuration du récit dans la géographie littéraire. La construction formelle du récit participe en effet à la création de régions narratives, c’est-à-dire de régions dont la cohésion provient de la manière dont la narration met en lien les lieux plutôt que des logiques socio-économiques, culturelles ou biographiques externes au récit. Cette géographie narrative est marquée par une spatialité en réseau, constituée de points-lieux, espaces concentrés symboliquement, diégétiquement, émotionnellement, historiquement, etc., reliés par les allers-retours des personnages et l’enchaînement de la narration. Le récit fragmente et éclate l’espace géographique. L’Est algérien existe dans Nedjma, néanmoins il ne correspond pas à une région homogène, mais à un réseau de villes, de vies, d’histoires. Il n’existe pas de territoire surfacique dans le récit de Kateb Yacine, voilà ce qu’enseignent finalement les cartes. Les territoires ne sont que des concepts théoriques, évoqués avec distance et ironie, notamment à travers la figure du polygone, que nous avons vu être un avatar caricatural et critique du territoire européen. Le territoire politique n’existe pas comme pratique géographique racontée dans les œuvres, ni dans les perceptions ou les définitions des protagonistes, que ce soit dans Nedjma ou dans Le Polygone étoilé (où l’espace est parcouru en ligne par l’émigré et ponctué de lieux – Alger, Marseille, Lyon, Paris). En effet, le territoire surfacique, assez homogène pour qu’il soit délimité par des frontières définies et définitives, coïncidant avec les limites d’une souveraineté populaire, n’est pas une condition spatiale ni politique possible dans l’Algérie colonisée et postcoloniale, l’histoire de l’Algérie étant marquée par des vagues de colonisations et d’usurpations territoriales successives, par une complexité culturelle, linguistique et ethnique, ou encore par des fondements tribaux ancestraux. Sans encore en affirmer l’édification, Kateb Yacine répond à cette impossibilité en posant dans Nedjma les bases d’une nation algérienne réticulaire et ouverte, non hermétique, comme l’anticipation des « lieux incontournables »5 et de la Relation d’Édouard Glissant.

Haut de page

Notes

1 La formule « Chaque fois les plans sont bouleversés », répétée de manière récurrente dans Le Polygone étoilé, concerne la géopolitique, la reconstruction de l’Algérie et l’œuvre littéraire qui en rend compte. Kateb Y., 1966, Le Polygone étoilé, Paris, Seuil, 182 p. (voir p. 10, 11, 13, 96 et 131).

2 Par souci de faisabilité, nous avons en pratique focalisé notre attention sur le roman Nedjma, pris comme une sorte d’échantillon représentatif du fonctionnement du Cycle de Nedjma dans son ensemble, entre cohérence et éclatement du récit.

3 Genette G., 1972, Figure III. Le Discours du récit, Paris, Seuil.

4 Kateb Y., 1956, op. cit., p. 64.

5 Édouard Glissant, dans le cadre de sa théorie de la Relation, définit les « lieux » comme des espaces qui concentrent l’expérience, l’imaginaire, le langage et le paysage, qui sont à la fois extrêmement singuliers et identitaires et en même temps ouverts sur le monde et agents de la Relation. Le lieu localisé est alors à la fois profondeur historique et convergence, notamment culturelle. Voir à ce propos l’article de G. Belugue, 1999, « Du lieu incontournable à la relation », dans Poétiques d’Édouard Glissant, textes réunis par J. Chevrier, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schématisation de la structure en polygone étoilé du roman Nedjma.
Crédits Conception & Réalisation : J. Morel, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1444/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 2. Localisation des récits dans l’espace-temps de la narration de Nedjma.
Crédits Conception & Réalisation : J. Morel, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1444/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 3. Localisation des récits dans l’espace-temps de la diégèse de Nedjma.
Crédits Conception & Réalisation : J. Morel, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1444/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Morel, « Cartographie du Cycle de Nedjma de Kateb Yacine : modélisation spatiale d’un récit littéraire », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1444 ; DOI : 10.4000/emam.1444

Haut de page

Auteur

Juliette Morel

Géomaticienne, Docteure en Littérature, Post-doctorante au laboratoire CRIHAM, Université de Limoges (mai 2018).

juliettelena.morel@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page