Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Un géographe au Sahara. « Arneb civil » au Grand Désert*
de Jean Bisson

Jean-François Troin
Référence(s) :

Ouvrage publié sous la forme d’un numéro hors-série de la revue Le Saharien, 2014, 492 pages.

Texte intégral

  • * Le sous-titre fait allusion au lapin domestique (arneb civil) différencié du lièvre (arneb en arabe (...)

1Biographie d’une extrême richesse, mêlant les résultats scientifiques et les anecdotes, dont une partie est rapportée dans des notes en fin d’ouvrage, qu’il faut absolument lire car elles offrent un autre regard sur le travail et la vie de l’auteur, le livre de Jean Bisson peut être considéré comme un ouvrage inhabituel. En effet s’interpénètrent ici des récits personnels et des démonstrations de géographe, comportant de nombreux aspects techniques, qui pourront parfois rebuter le lecteur non spécialiste, mais qui sont indispensables à sa démonstration. Fort heureusement, un glossaire et des sortes d’encadrés – on pourrait dire plutôt des a parte – viendront utilement, tout au long du texte, éclairer la lecture et initier au Sahara ceux qui le découvrent à travers cette œuvre.

2Le livre refermé, on demeure admiratif devant le courage de l’homme qui a effectué de multiples missions dans ce milieu saharien difficile (les méharées à dos de chameau pendant des jours et des jours ne sont pas des parties de plaisir, contrairement à ce que pourraient penser les touristes qui se font photographier sur ces « vaisseaux du désert » lors de leurs courtes vacances au Maroc ou en Tunisie). On est frappé par la ténacité du géographe, à la recherche d’indices pouvant conforter ses hypothèses, en s’enfonçant vers des oasis lointaines ou sur des regs particulièrement hostiles. On admire son respect des hommes, sa gratitude maintes fois exprimée envers ceux qui l’ont accompagné ou aidé dans ses expéditions. On est enthousiasmé par son ardeur à réfuter des théories ou idées qu’il juge inexactes, notamment sur la désertification. Enfin, on est surpris par la formidable mémoire de l’auteur qui nomme et décrit avec une précision stupéfiante ses compagnons de séjours et de missions, soixante ans plus tard, comme si cette cohabitation datait seulement d’hier.

3Quelles remarquables leçons de terrain que ces pages denses pour les plus jeunes (qui n’en font guère – de terrain – ou plus du tout) ou même pour les plus âgés qui en ont connu toutes les difficultés et côtoyé les risques et les méprises !

4Ajoutons encore qu’une abondante et remarquable illustration en cartes, croquis, photographies ponctue les différents chapitres, constituant une précieuse documentation, ce qui ajoute encore à l’intérêt de cette transcription minutieuse des tournées sahariennes de Hadj Bissoun el Gourari, surnom qui lui fut donné par ses étudiants et collègues à la suite de sa première publication : Le Gourara (1957).

5Le livre succède à une véritable somme publiée onze ans plus tôt, en 2003 : Mythes et réalités d’un désert convoité, le Sahara (L’Harmattan, Paris), synthèse de cinquante années de recherches et... de passion. Mais il revêt une toute autre forme narrative, proche de l’évocation de souvenirs intimes, de Mémoires pourra-t-on penser, un conte en quelque sorte, mais toujours doublé de solides apports et argumentations scientifiques.

6L’ouvrage est bâti selon une trame chronologique que je reprendrai ici.

7Il débute par l’évocation de la découverte par le petit Bisson, à 8 ans, du Sahara dans la voiture de ses parents (mère institutrice, père militaire en Algérie), découverte que l’auteur qualifie « d’initiation prémonitoire ». Il se poursuit par le récit des années d’apprentissage de la géographie au lycée Bugeaud d’Alger, puis à la Faculté des Lettres où l’on note le rôle déterminant de Robert Capot-Rey. Celui-ci lui propose d’étudier pour son mémoire de DES (Diplôme d’études supérieures, l’ancêtre de la Maîtrise, puis du Master 1) la région du Gourara, un « isolat zénète » saharien, un îlot de population berbérophone, à partir du chef-lieu de Timimoun (aujourd’hui dans la wilaya d’Adrar) comme base d’exploration. Situé à la bordure sud du Grand Erg occidental et faisant face au plateau du Tadmaït, l’ensemble des oasis du Gourara se trouve à plus de 1 200 kilomètres d’Alger : c’est donc une immersion profonde dans le Grand Désert qu’entame Jean Bisson.

8L’auteur décrit chaleureusement l’accueil que lui font les Français en poste dans cette zone reculée d’Algérie, puis ses premières « expéditions » et découvertes à dos de chameau. Ksour, palmeraies, systèmes d’irrigation, cordons dunaires, rien n’échappe à son observation minutieuse et à sa sagacité comme en témoignent ses notes de terrain et ses croquis fouillés. Plusieurs mois de tournées, enquêtes, relevés donneront naissance à un mémoire soutenu à Alger en 1954 devant un jury composé de R. Capot-Rey, J. Despois et M. Tabuteau (excusez du peu !). Ce travail sera publié en 1957 dans la collection de l’Institut de recherches sahariennes de l’Université d’Alger et deviendra un ouvrage de référence qu’utiliseront même les officiers français en poste au Sahara pour mieux connaître leur zone de commandement.

9Un intermède fait suite à cette initiation saharienne, celui de la préparation de l’agrégation à Paris (« Paris, le vrai désert », dit l’auteur qui s’y trouve particulièrement isolé).

10Mais ce sera bientôt le « retour au Sahara sous l’uniforme » selon le titre donné à une sous-partie du Livre Trois. En effet, affecté à l’Antenne de documentation géographique de l’État-major interarmées à Alger en 1958, Jean Bisson, simple soldat de 1re classe, va réunir une documentation copieuse sur le Sahara auprès des institutions algéroises, tout en vivant le 13 mai 1958 dans sa caserne, et préparer des missions futures au désert. Grâce à l’appui clairvoyant d’un commandant, il pourra ainsi exécuter diverses missions et réaliser un Atlas régional des départements sahariens, une commande militaire faite à des civils sous les drapeaux, et ce travail restera finalement l’aspect le plus positif d’un séjour de 28 mois à l’Armée. C’est peu avant la fin de son temps militaire que je ferai sa connaissance, ayant été comme lui affecté à cette même antenne pour la dernière année de mes 28 mois de service de décembre 1960 à fin décembre 1961. Je n’aurai pas l’occasion de réaliser un pareil travail de synthèse mais seulement des études quelque peu surréalistes sur le potentiel géo-économique du Centre et de l’Ouest algérien dans l’hypothèse d’une partition entre une Algérie demeurée « française », occidentale, riche, peuplée largement d’Européens et une Algérie que l’on céderait alors aux Algériens, orientale, bien plus pauvre et à dominante « indigène ». L’Indépendance, survenue quelques mois plus tard, rendra ce fantasme colonial totalement caduc.

11Pendant cette période militaire, notre auteur explore le Sahara occidental (le pays des Rguibat), la région d’Ouargla où est en train de naître l’exploitation pétrolière, et surtout Djanet et le Tassili des Ajjer (« une forme d’apothéose », écrit-il).

12Pendant une quinzaine d’années, le Sahara sera « éclipsé », cette interruption correspondant à sa nomination comme assistant à l’Université de Clermont-Ferrand. Il y préparera – résigné, puisque le terrain saharien est devenu difficilement accessible – une thèse de doctorat d’État sur les Îles Baléares. Thèse ou parenthèse (?) écrit-il, car il ne perd pas l’espoir de retrouver « son » désert. Nommé ensuite professeur à l’Université de Tours, il va retrouver en 1977 l’Algérie et le Sahara par le biais d’une équipe de recherches associée au CNRS, l’ERA 706, qui deviendra ultérieurement URBAMA. Il y conduira de solides études, à l’interface du rural et de l’urbain, dont une grande partie sera publiée dans les collections d’URBAMA. Entre autres, il rédigera avec P. Signoles un chapitre entier de notre livre collectif Le Maghreb, Hommes et espaces (A. Colin, 1985), participera au fascicule Petites villes et villes moyennes dans le monde arabe (URBAMA,1986), coordonnera le volume Le nomade, l’oasis et la ville (URBAMA, 1989), écrira des articles dans Les Cahiers d’URBAMA (1993, 1996), pour terminer sa vie universitaire par une mission dans le programme Oasis 2000.

13Retraité, il ne lâche pas pour autant le Sahara et devient avec son épouse guide-conférencier pour diverses agences de voyages spécialisées dans le domaine désertique. Il poursuit ensuite, à titre personnel, ce guidage pour des groupes d’amis et ce travail de vulgarisation sur le terrain le mènera dans le Grand Erg occidental, en Libye à de nombreuses reprises, en Mauritanie, prolongeant ainsi son expérience universitaire et la restituant en même temps aux néophytes en mal de Sahara, groupes amicaux dont je fis partie par deux fois en terre libyenne.

14Deux livres sur la Libye accompagneront cette période post-universitaire : La Libye, véritable manuel de découverte d’un pays en 2 tomes : « Identité libyenne » et « Itinéraires » (L’Harmattan, 1999), en collaboration avec D. Bisson et J. Fontaine, et un superbe livre d’art Libye d’hier et d’aujourd’hui, réalisé en famille (avec Danielle et Vincent Bisson) aux Éditions ACR (Courbevoie, 2002) qui publieront également en 2005 un Mauritanie signé de Danielle et Vincent Bisson. Le Sahara est devenu l’affaire de toute la famille.

15Pour notre auteur, ces cinquante ans de fréquentation du plus grand désert au monde ont donc été très productifs, comme le révèle la bibliographie de l’auteur à la fin de ce Un géographe au Sahara. On ne saurait ici développer tous les travaux publiés et l’on voudra bien se référer à cette liste de publications pour de plus amples détails. Je voudrais simplement me référer à quelques titres de chapitres ou de sous-parties du livre qui résument de façon concise et pédagogique – car l’auteur a le sens des formules – quelques-uns de ses grands thèmes de recherche. Au détour des pages on trouve ainsi : « L’oasis, monument historique déclassé », « L’espace urbain entre planification étatique et paix sociale », « La luzerne a remplacé le khammès », « Le nomade entre campement et ville », « Ouverture de la société… fermeture de la maison… ». Ces formules synthétisent en quelques mots l’évolution, les paradoxes, les mythes du Sahara revisité bien plus que ne le feraient de longs discours.

16Certains penseront que voilà un compte-rendu de complaisance, une opération de « brosse à reluire » que l’on se doit de pratiquer envers un vieux copain de plus de cinquante ans. Pas du tout ! J’estime que rares sont ceux qui peuvent écrire avec autant de précision et de naturel les épisodes d’une vie de chercheur en même temps que donner de précieux résultats scientifiques, le tout entremêlé dans le même livre, et Jean Bisson est de ceux-là. Les éléments de sa vie et son œuvre se confondent étroitement dans la relation qu’il nous donne de sa progression en âge et en savoir. Et cela peut se résumer tout simplement dans cette incantation figurant sur une carte postale éditée en Belgique qu’il cite à la fin de son ouvrage : « Va au désert, non pour fuir la vie, mais l’y trouver ».

17C’est bien ce qu’a fait, sa vie durant, notre « Géographe au Sahara ».

Haut de page

Notes

* Le sous-titre fait allusion au lapin domestique (arneb civil) différencié du lièvre (arneb en arabe), une façon de présenter avec modestie l’irruption d’un néophyte – Jean Bisson – dans le désert saharien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Troin, « Un géographe au Sahara. « Arneb civil » au Grand Désert
de Jean Bisson
 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 20 avril 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1451 ; DOI : 10.4000/emam.1451

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page