Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Route des Kasbahs [Die Strasse der Kasbahs]
de Herbert Popp & Brahim El Fasskaoui

Jean-François Troin
Référence(s) :

Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2017, 400 pages.

Texte intégral

1Diable d’homme que notre collègue géographe allemand Herbert Popp, professeur retraité à l’Université de Bayreuth, qui publie un nouvel ouvrage de grande classe, cette Route des Kasbahs ! Il y a peu, en effet, il signait avec André Humbert un gros livre de photographies aériennes sur l’Anti-Atlas, dont il est rendu compte dans ce même numéro des Cahiers d’EMAM. Il est des universitaires dont la retraite est hyper-productive !

2L’idée est originale : reprenant les photographies d’un géographe allemand, enseignant de lycée, passionné d’histoire et de culture berbères, Werner Wrage (1905-2004), auteur notamment de Die Strasse der Kasbahs, ouvrage édité par deux fois en 1967 et 1969, H. Popp et B. El Fasskaoui, collègue marocain, mettent en parallèle ces documents avec des clichés pris aujourd’hui (jusqu’en 2016) sous les mêmes angles et si possible dans les mêmes proportions. Pour ce faire, Herbert Popp utilise aussi des diapositives non publiées que lui avait confiées Werner Wrage. Les photographies anciennes datent des années 1950 et 1960. Les comparaisons visuelles, face à face, sont accompagnées de notices précises en trois langues : allemand, français et anglais.

3Les photographies anciennes, tout comme les clichés contemporains, sont d’une excellente qualité, les formats sont généreux, des encadrements gris et jaunes différencient aisément les deux périodes : on est là une fois de plus devant la perfection de la reproduction et de l’impression allemandes et l’on pense que nos collègues d’Outre-Rhin ont bien de la chance de trouver des éditeurs disposés à publier luxueusement leurs productions pourtant destinées à un très faible public.

4Cette route des kasbahs s’étire dans l’ouvrage d’Er Rachidia à la région de Ouarzazate, soit sur plus de 300 kilomètres, l’itinéraire étant découpé en neuf séquences. L’iconographie privilégie évidemment l’architecture dont on admire la diversité et le raffinement sur les images anciennes, mais s’attache aussi à montrer, comme le faisait Werner Wrage, les usages et pratiques, l’habillement, les travaux, les loisirs des habitants. Des plans dressés par l’ancien géographe, d’une grande précision, parfois repris sans vergogne ni citation de l’auteur dans des publications ultérieures ou des guides touristiques, complètent le panorama.

5Le livre apporte également des précisions précieuses : il distingue, ce que le touriste de passage ne fera pas, le ksar – qui est un village nettement et collectivement fortifié – du tighremt – qui est une maison forte (nous dirions un château fort) liée à une famille de notables, souvent fort décorée et devenue kasbah en arabe, appellation qui prévaut aujourd’hui.

6La répartition spatiale de ces deux formes de construction est intéressante, comme le montre une carte page 25, le ksar prédominant dans les vallées oasiennes très peuplées (Drâa, Todgha, Ziz), le tighremt étant plus répandu sur l’axe du Dadès et en amont de Ouarzazate, là où le tourisme a popularisé, dès la période du Protectorat, une « route des kasbahs ».

7Outre cette mise en parallèle, pas-à-pas, de deux époques, des pages introductives sur les objectifs du livre, la personnalité de Werner Wrage, l’histoire de l’habitat et de l’économie de la région, la contribution de l’œuvre de Wrage à l’image du tourisme dans le Sud marocain, viennent utilement renseigner le lecteur avant qu’il ne s’abandonne à la contemplation de ces fascinantes images.

8Mais la fascination tourne vite au malaise. Bien rares sont les kasbahs conservées et non défigurées. Beaucoup sont modifiées à un point tel que l’on peine à les reconnaître, d’autres sont réduites à l’état de ruines, voire de simples éboulis. Les pages que les auteurs consacrent à la kasbah de Telouet, qui fut une des résidences du Glaoui, pacha de Marrakech, s’intitulent « Étapes d’un déclin » et montrent l’abandon dans lequel se trouve cet impressionnant édifice implanté en pleine montagne.

9Bien des raisons expliquent cet abandon des kasbahs : la mésentente entre héritiers, la facilité qu’offrent les matériaux d’aujourd’hui (parpaing, béton) pour créer un habitat, la recherche de la proximité de la route qui peut conduire au dédoublement de la kasbah avec une simili-kasbah moderne près de l’axe routier et l’effondrement de la vieille kasbah en pisé à l’arrière-plan.

10Les photographies montrent aussi admirablement le déferlement dans la région de l’urbanisation moderne dans laquelle les kasbahs encore debout sont totalement noyées : l’exemple de Boumalne du Dadès, détaillé sur plusieurs pages, est particulièrement éloquent.

11Quelle que soit la fragilité de ces constructions, on ne peut s’empêcher de penser que la non-reconnaissance de ce patrimoine par ses utilisateurs actuels, les exigences d’une économie nouvelle à la recherche de fonctionnalité, notamment en rapport avec les besoins (supposés) des touristes, ont abouti à une défiguration-destruction de ces édifices. La demande en matière d’habitat liée à la croissance démographique et aux retours des émigrés a fait le reste. La préface du président du Conseil de la région du Drâa-Tafilalet, qui ouvre l’ouvrage, est à ce sujet révélatrice lorsque ce dernier déclare que « cette magnifique architecture [est] apte à assurer l’avenir de la région qui est déjà devenue une destination touristique de premier plan ». Or il s’agit, comme l’écrivent les auteurs, d’une architecture qui n’existe déjà plus.

12Comme pour les agadirs de l’Anti-Atlas, Herbert Popp fait donc, avec son co-auteur marocain, de ce livre un cri d’alarme. Leurs photographies parlent d’elles-mêmes : jusqu’où acceptera-t-on la disparition de pareils témoignages de l’histoire des populations présahariennes et de leur art de bâtir ? Combien de temps encore fermera-t-on les yeux sur les défigurations apportées par le tourisme ou les besoins de l’industrie cinématographique de Ouarzazate (dont le ksar des Aït ben Haddou présente des exemples évidents) ? Quand décidera-t-on de leur protection « officielle » ?

13Pour oublier ces outrages et sans tomber forcément dans la nostalgie d’un monde révolu, il nous reste ces remarquables photographies, ces tonalités ocres de forteresses sur fond de ciel bleu, ces silhouettes à la fois austères et décorées des hautes demeures. Ces clichés d’une grande finesse font aussi de ce livre un livre d’art. Mais, bien plus, il y a là, par la précision et le nombre d’échantillons présentés de ces habitats fortifiés, un catalogue exceptionnel qui apparente ce travail de géographes à une véritable œuvre de muséographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Troin, « La Route des Kasbahs [Die Strasse der Kasbahs]
de Herbert Popp & Brahim El Fasskaoui
 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 20 avril 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1453 ; DOI : 10.4000/emam.1453

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page