Navigation – Plan du site

In Memoriam. Abed Bendjelid

Jean-Claude Brûlé

Texte intégral

1Je suis particulièrement reconnaissant à mes collègues de m’avoir confié la rédaction de cet hommage à la mémoire d’Abed Bendjelid, un ami cher avec lequel j’ai partagé une longue aventure professionnelle.

  • 1 Il s’agit d’un Programme de coopération interuniversitaire algéro-française (« Partenariat Hubert C (...)
  • 2 Bendjelid A., Kouzmine Y. (dir.), 2011, « Le Sahara et ses marges », Insaniyat, no 51-52, CRASC, Or (...)

2Lui dédier ce numéro thématique des Cahiers d’Emam, consacré au Sahara algérien, s’imposait : la tenue du colloque dont ces textes sont issus lui doit beaucoup ; il était en effet très attaché – professionnellement, mais aussi sentimentalement – au Sahara. La lecture assidue des travaux de l’Institut de recherches sahariennes pendant son séjour algérois n’y est pas étranger. Certes, son décès ne lui a pas permis de lire la totalité des textes produits lors des deux colloques relatifs au Sahara, organisés dans le cadre du PHC-Tassili no 07.MDU.710 CRASC-ThéMA-Université d’Oran1. Il a pu néanmoins en connaître l’essentiel et contribuer à l’établissement des conclusions de cette action de coopération. Et il a été la cheville ouvrière de la publication du volume no 51-52 de la revue Insaniyat, qui en valorise les premiers résultats2.

3Mais ce que l’on peut aujourd’hui présenter comme une œuvre – des centaines de notes, d’analyses, de comptes-rendus d’ouvrages, de communications – ne concerne pas que le Sahara : elle s’étend à l’ensemble de l’Algérie, résultat d’un « nomadisme professionnel » qui l’a mené de l’Oranie, où il est né, à l’Algérois, puis au Constantinois et, enfin, de nouveau à Oran, sa ville de cœur, un « nomadisme » qui lui est spécifique, comme l’est le fait, à chacune de ses haltes, d’avoir été immergé dans des contextes universitaires particulièrement dynamiques.

4C’est à Alger qu’Abed Bendjelid obtient sa licence d’histoire-géographie. Il y étudie dans une ambiance de fraternité, attestée unanimement par les anciens de ces premières promotions. Les relations enseignants-étudiants relèvent alors plus du tutorat que du mandarinat. La pratique du terrain est érigée en dogme, les voyages d’étude en nécessité absolue, la participation à des projets concrets de développement en obligation.

5L’Algérie vient d’obtenir son Indépendance à l’issue une guerre qui lui a coûté la quasi-totalité de ses cadres. Elle lance les études nécessaires au Plan de développement triennal (1967-1970) : le Secrétariat au Plan absorbera littéralement tous les étudiants diplômés, dont les géographes, évidemment. Abed Bendjelid sera de ceux qui auront la tâche essentielle d’établir le nouveau découpage administratif de l’ensemble du territoire algérien et d’élaborer une carte des zones homogènes physiques, considérée comme indispensable pour la planification territoriale… Rude école, mais très formatrice et excellente, de l’avis des intéressés.

  • 3 Dresch J., 1979, Un Géographe au déclin des empires, Paris, Maspéro, coll. « Hérodote ».

6A posteriori, certains ont voulu créer une polémique sur le thème d’une géographie française qui aurait influencé la géographie algérienne naissante. La question semble bien académique et futile ! S’il s’agit de la géographie française de la décennie 1960-1970, aux conceptions et pratiques d’un autre temps, la réponse est clairement non. Mais s’il s’agit de la géographie française prônant la participation au développement sociétal, impulsée depuis déjà plus de vingt ans par Jean Dresch, le géographe anticolonialiste militant auteur du livre Un Géographe au déclin des empires3, alors la réponse est clairement oui. C’est cette conception-là qui est entrée en résonance avec les projets des premières promotions des géographes algériens.

7Quand Abed Bendjelid quitte Alger, les prémices d’une géographie appliquée existent.

8C’est à Constantine, où il restera jusqu’en 1973, qu’Abed Bendjelid a vécu la plus importante mutation de la jeune géographie algérienne. Il y a accompli son service militaire comme chef du Département de géographie à l’Université de Constantine, qui vient d’être créée. Comme à Alger, une « fraternité des géographes » naît très rapidement. À la différence de celle d’Alger, toutefois, elle réunit de jeunes étudiants et enseignants algériens et des coopérants, du même âge, issus du Volontariat du service national actif français. Mais l’engagement est le même.

9Le contexte constantinois est difficile, les moyens matériels insuffisants. Mais ce qui peut apparaître comme un handicap se révélera être un atout : pas de mandarinat, pas de lourdeurs administratives à vaincre, toutes les innovations sont possibles.

  • 4 Soutenue à l’Université Paris I en 1976, sous la direction de Michel Rochefort.

10L’Algérie engage le lancement de son premier Plan quadriennal de développement. Les géographes y participent massivement : cartographie foncière, études socio-économiques, campagnes de vaccinations, etc. Lorsqu’il s’agit de rédiger les nouveaux modules voulus par la Réforme de l’enseignement supérieur de 1971, ils portent naturellement l’empreinte de ces pratiques de terrain. Écrits collectivement, testés immédiatement, peaufinés et complétés à Alger, ils sont à l’origine de la création des IGAT (Instituts de géographie et d’aménagement du territoire) et du diplôme d’ingénieur-géographe. Abed Bendjelid participe intensément à tous ces travaux, tout en préparant sa thèse de Troisième cycle sur l’industrialisation du triangle Constantine-Skikda-Annaba4.

11C’est à Oran, où il arrive fin 1973, qu’Abed Bendjelid contribue largement à la poursuite de l’évolution de la géographie algérienne : l’ouverture aux sciences humaines, en particulier l’architecture et l’urbanisme, la sociologie, l’histoire, l’anthropologie. L’Université d’Oran et l’IGAT sont particulièrement dynamiques. L’équipe des géographes d’Oran s’est en outre étoffée avec l’arrivée de plusieurs enseignants d’Alger et de Constantine.

12Abed Bendjelid favorise cette évolution par de très nombreuses publications, directions de recherches, gestions de projets. Son accession à la fonction de rédacteur en chef d’Insaniyat, revue du CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle), sera l’aboutissement logique de ce que l’on peut désormais appeler une œuvre, nourrie par deux réalisations simultanées : sa thèse de Doctorat d’État et la préparation d’un ambitieux colloque visant à traiter des rapports complexes et plutôt conflictuels entre aménageurs et aménagés.

  • 5 Soutenue à l’Université Paris I en 1990, sous la direction de Michel Rochefort ; publiée en 1994 à (...)

13L’intitulé de sa thèse, L’Organisation urbaine des bassins intérieurs oranais. Formation et fonctionnement d’un réseau urbain dans un pays à l’économie planifiée5, est révélateur des réorientations que son auteur veut donner à ses recherches : ces bassins intérieurs constituent en effet un terrain d’études privilégié pour qui veut montrer l’importance de la dimension historique pour l’analyse géographique. Les résultats démontrent le poids des grandes permanences sociétales sur les structures spatiales et, surtout, la variété des stratégies des sociétés face aux actions de développement des acteurs étatiques, ou privés. Il montre aussi l’intensité croissante des enjeux fonciers.

  • 6 Jean-Claude Brûlé, Maître de conférences à l’Université de Tours ; Jacques Fontaine, Maître de conf (...)
  • 7 Ouvrage publié à Paris, aux éditions L’Harmattan, sous la direction de A. Bendjelid, J.-C. Brûlé et (...)

14Tout en préparant sa thèse, Abed Bendjelid organise un important colloque pluridisciplinaire qui doit conclure l’Action intégrée franco-algérienne no 88-MES 81 intitulée Aménagement du territoire et réorganisation wilayale en Algérie. Cette recherche collective associe l’IGAT d’Oran et le laboratoire URBAMA (UMR 6592 du CNRS et de l’Université de Tours), sous la responsabilité conjointe d’Abed Bendjelid et de Jean-Claude Brûlé, avec la collaboration active de Jacques Fontaine6. Ce colloque, qui s’est tenu du 24 au 28 novembre 1991 à Oran, n’aurait pu se tenir sans le réseau de quelque cinquante chercheurs et praticiens tissé patiemment par Abed Bendjelid. Ses Actes ont été publiés en 2004 sous le titre Aménageurs et aménagés en Algérie. Héritages des années Boumediene et Chadli7.

15À l’IGAT, il est tout aussi actif : il collabore régulièrement, entre autres travaux, aux Cahiers Géographiques de l’Ouest.

16L’intérêt d’Abed Bendjelid pour le Sahara est très ancien : il date de ses années de formation à Alger. Rares sont les oasis qu’il n’ait pas visitées à plusieurs reprises dans des contextes différents : simples séjours exploratoires, sorties inter-universitaires, encadrement de jeunes chercheurs, études personnelles ou en équipe. Les transformations sociétales liées aux dynamismes urbains récents et les reconfigurations oasiennes ont toujours été au centre de ses observations et préoccupations scientifiques. Il n’a cependant jamais envisagé d’écrire une synthèse collective comme celle, pionnière, de Robert Capot-Rey8 ou celle, érudite, de Jean Bisson9. Mais, en encadrant nombre de jeunes chercheurs – dont des Sahariens, en particulier dans le Sud-Ouest algérien –, il la rendait envisageable.

17Le bilan de l’enseignant-chercheur est impressionnant : presque tous les thèmes de la géographie (humaine et sociale) ont été abordés par lui, le plus souvent par des approches transversales.

18On peut néanmoins en dégager certains qui constituèrent ses centres d’intérêt majeur :
– l’analyse fouillée des logiques de comportement des communautés ou collectivités de toutes natures (familles, aïla, arouch, villages, quartiers, entreprises, collectivités locales, réseaux de décideurs, etc.),
– la mise en évidence de la variété des stratégies réciproques des aménageurs et aménagés,
– la prise en compte d’aspects de la géographie trop souvent délaissés (le fonctionnement des réseaux commerciaux, les mécanismes de la prise de décision, le rôle des représentations, etc.),
– l’importance croissante de l’enjeu foncier.

19La contribution d’Abed Bendjelid à la gestion de la logistique indispensable à la recherche est encore largement sous-estimée. Il a géré administrativement et animé scientifiquement de nombreux échanges interuniversitaires avec des centres de recherche algériens, maghrébins et européens, par exemple avec URBAMA (Université de Tours), ThéMA (Université de Franche-Comté), mais aussi avec les Universités de Montpellier, Glasgow, Passau, Uppsala…

20L’homme était très estimé. Tous ceux qui ont travaillé avec lui louent ses qualités de chercheur, mais aussi ses qualités de médiateur, de passeur de savoir. Il a pratiqué avec discrétion et constance l’art de la maïeutique : faire découvrir à l’interlocuteur, par l’écoute et le dialogue, les potentialités qu’il a en lui.

21Beaucoup de géographes – et de non-géographes – ont participé à la construction d’une géographie algérienne originale. Abed Bendjelid y a une place particulière. Il restera dans nos mémoires comme celui qui a su saisir les opportunités conjoncturelles proposées aux géographes et les mettre au service de la communauté scientifique.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un Programme de coopération interuniversitaire algéro-française (« Partenariat Hubert Curien », PHC-Tassili), signé entre le Laboratoire ThéMA de l’Université de Franche-Comté et le CRASC (Oran) pour la période 2007-2010. Il a été co-dirigé par le Pr. Serge Ormaux pour la partie française et le Pr. Abed Bendjelid pour la partie algérienne. Le titre de ce programme 07.MDU.710 était : Approches des milieux urbains sahariens (wilayas de Béchar et d’Adrar).

2 Bendjelid A., Kouzmine Y. (dir.), 2011, « Le Sahara et ses marges », Insaniyat, no 51-52, CRASC, Oran.

3 Dresch J., 1979, Un Géographe au déclin des empires, Paris, Maspéro, coll. « Hérodote ».

4 Soutenue à l’Université Paris I en 1976, sous la direction de Michel Rochefort.

5 Soutenue à l’Université Paris I en 1990, sous la direction de Michel Rochefort ; publiée en 1994 à Alger par l’OPU (Office des publications universitaires).

6 Jean-Claude Brûlé, Maître de conférences à l’Université de Tours ; Jacques Fontaine, Maître de conférences à l’Université de Franche-Comté, sont alors membres statutaires d’URBAMA. Abed Bendjelid en est membre associé depuis 1986.

7 Ouvrage publié à Paris, aux éditions L’Harmattan, sous la direction de A. Bendjelid, J.-C. Brûlé et J. Fontaine. Avec, outre les contributions financières de l’IGAT et d’URBAMA, celle de ThéMA (UMR 6049 du CNRS et de l’Université de Franche-Comté).

8 Capot-Rey R., 1953, Le Sahara français, Paris, PUF.

9 Bisson J., 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Brûlé, « In Memoriam. Abed Bendjelid », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 19 avril 2018, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1457 ; DOI : 10.4000/emam.1457

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Brûlé

Géographe, Maître de conférences honoraire de l'Université de Tours, membre d'URBAMA

hjeanclaude.brule@gmail.com

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page