Navigation – Plan du site

Introduction. Mutations sahariennes

Introduction. Mutations of Sahara
Abed Bendjelid, Jean-Claude Brûlé, Jacques Fontaine, Yaël Kouzmine et Serge Ormaux

Texte intégral

1Ce numéro thématique des Cahiers d’EMAM se situe dans le droit fil du numéro double de la revue Insaniyat intitulé « Le Sahara et ses marges » (no 51-52, 2011). Ces deux publications sont issues du programme inter-universitaire de coopération PHC-Tassili no 07.MDU.710 porté par le CRASC d’Oran et le Laboratoire ThéMA de Besançon entre 2007 et 2010, dont l’objectif était le développement des travaux de recherche en géographie sur le Sud-Ouest algérien.

2À l’image de cette précédente publication, il s’est agi pour les responsables et participants du programme de penser l’espace saharien algérien comme un ensemble qui met en relation le Monde africain avec le Monde méditerranéen, tout en gardant à l’esprit son rôle géostratégique dans un monde en profonde transformation. Les thématiques privilégiées sont illustrées ici au travers de sept contributions. Il n’a en effet pas été possible de reprendre toutes les communications présentées lors du second colloque tenu dans le cadre du programme franco-algérien à Oran – celles du premier colloque, tenu à Besançon, ont fait l’objet du numéro d’Insaniyat déjà signalé. Les textes réunis dans le présent numéro se consacrent principalement aux questions d’aménagement urbain et rural du Sahara algérien, en accordant, pour nombre d’entre eux, une place particulière aux aspects environnementaux.

Des territoires en mutation

3En raison du retard accumulé en matière de développement, pendant la période coloniale, en Algérie en général et au Sahara en particulier, la première tâche de l’État après l’Indépendance fut d’engager des actions d’aménagement, plus ou moins importantes, de développement économique, de contrôle des territoires, de consolidation des institutions locales, de réalisation d’équipements collectifs et d’infrastructures de relation. Cinq décennies après l’Indépendance, il est incontestable que les décisions du pouvoir politique central ont produit localement des effets d’entraînement dans des espaces pauvres et sous-équipés et généralement en forte croissance démographique. En dépit des disparités spatiales toujours sensibles, c’est la formidable croissance des villes sahariennes, qui s’exprime à travers ses différentes composantes (étalement urbain et habitat, diversité des activités, vie sociale et échanges), qu’il s’agit d’analyser à travers des études de cas. En même temps, il convient d’accorder attention aux transformations profondes qui affectent le monde rural (nouvelles palmeraies, exploitations nées de la mise en valeur agricole, habitat rural), à la fois parce qu’elles participent du changement social et qu’elles contribuent à la dynamique urbaine. Enfin, l’intérêt doit être également porté sur le développement régional à travers la réalisation de grandes actions structurelles publiques, voire privées, et la concrétisation de grands travaux d’infrastructures de base (routes, aéroports). L’ensemble de ces changements démographiques, économiques et sociaux a exercé de fortes pressions sur les territoires ruraux et urbains, dont il s’avère donc indispensable de mesurer, aujourd’hui, quels en furent les impacts environnementaux dans un milieu aride dont on sait l’extrême fragilité.

4De manière générale, les réalisations économiques sont à mettre à l’actif du pouvoir central, ce qui, aujourd’hui, semble être source de tensions dans la mesure où les « aménagés » (habitants, associations, groupes sociaux, notabilités, confréries religieuses) demandent à être davantage associés aux programmes d’équipement et d’aménagement de leur territoire. En tant que processus, cette démarche participative – assimilée à une gouvernance –, localement multiple, doit être décryptée au travers d’études de cas analysant ses divers mécanismes : motivations, besoins sociaux, diversité des acteurs et modalités de concertation et négociation. Cette revendication d’une concertation sociale plus systématique est cependant loin d’aller contre les intérêts des pouvoirs politiques centraux et locaux, en ce qu’elle ouvre la voie à une nouvelle façon de « faire de l’aménagement », nécessitant la mise en place de formes de travail collectif dont sont susceptibles de bénéficier à la fois les gestionnaires publics et la population et contribuant par là, de façon plus efficace, au développement local tant recherché par les uns et par les autres.

5Naturellement, l’implication des populations locales dans le développement reste différenciée en fonction des territoires, de l’histoire et des hommes qui ont aménagé l’espace durant des siècles. Ces communautés sociales, tant sédentaires que pastorales ou nomades, brassées sur le temps long, se sont façonnées par un mélange d’ethnies, de langues, de coutumes, de rites et de savoir-faire qui ont fini par se sédimenter et donner forme à des cultures locales particulières.

6Les populations des territoires du Sahara algérien, qui connaissent et vivent la fragilité de leur milieu naturel, savent aussi garder leur espace ouvert au monde moderne (médias, échanges frontaliers, migrations internationales), façonnant ainsi leur perception des apports, risques, contraintes et conflits de diverses natures (idéologiques, ethniques) et de diverses formes (banditisme, terrorisme, commerce informel) ; ceci est favorisé par l’importance géostratégique du Sahara et de ses ressources. Malgré cela, nous n’aborderons pas ici la dimension sécuritaire et le sujet des conflits armés, ouverts ou larvés, qui pèsent sur les différents Etats sahariens, bien qu’ils soient très présents à l’esprit de tous les auteurs qui ont contribué à ce numéro.

Villes, urbanisations et développement

7La thématique complexe du développement urbain, qui s’exprime localement de manière très différenciée, est abordée ici au travers de quatre articles qui croisent les échelles d’analyse, du quartier à la ville et à l’ensemble du Sahara algérien.

8Ces textes mettent l’accent, de manière concordante, sur la contradiction (apparente ?) entre, d’un côté, une augmentation continue et forte de la population urbaine au Sahara algérien, en raison d’un accroissement naturel qui demeure élevé et d’un solde migratoire toujours positif (interne comme externe) et, d’un autre côté, son évolution politico-économique. Celle-ci se fait en effet par à-coups, en fonction des changements politiques (passage d’un socialisme étatique à un libéralisme mal assumé au tournant des années 1980, puis clairement affirmé quelques années plus tard) et en fonction de l’évolution du prix du pétrole : la manne financière résultant de la rente pétrolière a autorisé l’État à redistribuer, entre 2000 et 2010, des largesses d’un volume qui était inimaginable dans les périodes antérieures (1986 à 2000). Cette non-concordance temporelle entre les deux processus entraîne une évolution urbaine contrastée qui se remarque de manière particulièrement évidente dans des tissus urbains composites, fragmentés, c’est-à-dire là où les différents quartiers apparaissent comme juxtaposés les uns aux autres, sans véritable cohérence. L’explosion des mobilités locales et régionales, rendues possibles par les investissements étatiques dans les infrastructures de communication et induites par ailleurs par les nouvelles formes d’activités économiques, a largement participé à redessiner les contours et les morphologies des villes sahariennes, participant ainsi à leur extension et fragmentation.

9Yaël Kouzmine et Jacques Fontaine cherchent à rendre compte de la rapide mutation démographique du Sahara algérien au cours du dernier demi-siècle, laquelle se traduit par une urbanisation accélérée et l’apparition d’un réseau urbain étoffé, en particulier dans le nord-est de la région. Cette évolution est due essentiellement à deux causes. En premier lieu, ellle s’explique par un accroissement naturel encore élevé, bien que variable selon les régions (il reste particulièrement important dans les zones de nomadisme du piémont méridional de l’Atlas saharien central et dans le Sahara touareg). Et, en second lieu, elle est la conséquence de politiques développementistes et de contrôle du territoire de l’État algérien qui impliquent des migrations de travailleurs, cadres principalement, mais aussi de forces de sécurité, vers les villes sahariennes : les exemples de Tamanrasset et Tindouf (aux rôles militaire et administratif affirmés), de Hassi Messaoud et Hassi R’Mel (rôle économique) et de Adrar et Illizi (rôle administratif) sont particulièrement éclairants. De ce fait, si la tête de la hiérarchie urbaine a peu changé – les sept premières villes actuelles par la taille étaient déjà les plus importantes en 1966, avec un classement légèrement différent –, l’évolution ultérieure a profondément modifié cette armature urbaine en renforçant des pôles urbains du Sud comme Tamanrasset et Adrar, ou des villes pétrolières comme Hassi Messaoud, au détriment des villes des Ziban, du M’Zab ou de l’Oued Righ. Les auteurs s’attachent également à analyser la structure démographique de ces territoires et proposent des éléments de décryptage de l’emploi saharien, un sujet faisant régulièrement l’objet de fortes revendications sociales.

10Badreddine Yousfi s’attache à la création et à l’extension des infrastructures routières après l’Indépendance pour montrer en quoi elles ont été un facteur d’augmentation des mobilités et de développement des wilayas de Béchar et Adrar et, par voie de conséquence, de structuration du réseau urbain. Cette évolution s’est faite en deux phases, la première, étatique et « socialiste », la seconde, libérale. Pendant la première période (1962-1988), l’État algérien démiurge décidait et octroyait. C’est ainsi qu’il imposa que la première route à construire au-delà de Béchar soit celle de Tindouf, pour des raisons stratégiques, après la « Guerre des sables » avec le Maroc de l’été 1963. C’est seulement ensuite que fut réalisée la RN 6, la « piste impériale » de Gao, dans un premier temps jusqu’à Adrar, puis jusqu’à Reggane. Des liaisons furent également établies entre la RN 6 et la RN 1, d’abord par Timimoun, puis par Aoulef. Parallèlement, des systèmes étatiques de transport de marchandises et de voyageurs furent mis en place, sous la forme de sociétés publiques. Entrées en crise après le début de la libéralisation du secteur, elles finirent par disparaître. Pendant cette période, l’État algérien poursuivit néanmoins ses investissements routiers, bien qu’à un rythme variable, selon ses priorités et ses moyens financiers, ou, plus précisément, en fonction du montant des ressources qu’il attribua aux collectivités locales, en particulier à partir de 2006. La privatisation des transports de voyageurs entraîna leur développement et leur réorganisation selon trois niveaux : national (inter-wilayas), régional (intra-wilaya) et local. L’essentiel du trafic reste orienté vers l’Algérie du Nord, marquant ainsi l’intégration de plus en plus profonde du Sahara au territoire national et à l’économie algérienne. Ce développement du réseau routier et l’accroissement de la mobilité ne sont pas sans conséquences sur l’organisation de l’espace saharien : l’implantation de la plupart – et des plus étendus – nouveaux périmètres agricoles se fait à proximité des routes, tandis que certains ksour, situés à l’écart de ces routes, se dédoublent, acquérant, ainsi que d’autres ksour implantés le long d’elles, de nouvelles fonctions qui participent à l’établissement de petits centres ruraux, échelons de base d’un réseau urbain en voie de différenciation.

11Hadj Mohammed Maachou, Larbi Belouadi et Sidi Mohammed Trache analysent le cas particulier du quartier spontané de Bni Ouskout (« Construis et tais-toi », en arabe dialectal) à Adrar. Cas particulier, certes, mais non exceptionnel : on retrouve ce genre de quartier dans diverses villes du Sahara algérien comme, par exemple, celui de Gataa el Oued à Tamanrasset. Parfaitement intégré à la ville, du moins physiquement (il est situé en position péricentrale), il semble paradoxalement vivre en marge de celle-ci ; cette marginalité socio-spatiale est spécifique et n’a pas grand-chose à voir avec les quartiers informels des villes du Nord du pays. Elle est en effet surtout le produit de l’attractivité de la ville (dans laquelle l’État algérien a concentré d’importants investissements à partir de 1975, date de la promotion d’Adrar comme chef-lieu de wilaya) sur des populations déclassées provenant soit de communes sahariennes rurales, soit des zones saharo-sahéliennes du Niger et du Mali. Il s’agit souvent de populations d’éleveurs touaregs qui continuent à pratiquer le petit élevage. La diminution de population que l’on peut constater dans le quartier entre 1998 et 2008 (moins 1 100 hab., soit - 15 %) est le résultat d’un double phénomène : d’un côté, la politique de recasement d’une partie de la population qui, de ce fait, a quitté Bni Ouskout, ainsi que, sans doute, d’autres départs ; et, d’un autre côté, la poursuite du flux d’arrivée de nouveaux migrants, principalement sahéliens (en 2010, près de 25 % de la population vivait dans le quartier depuis moins de 10 ans). Bni Ouskout continue ainsi à être un relais dans la migration transsaharienne à destination du Nord du Maghreb et, si possible, de l’Europe. Cette population est extrêmement pauvre (la moitié est au chômage et beaucoup vivent d’activités précaires), ce qui explique le développement d’activités illégales (trafics de stupéfiants, d’alcool, prostitution...), et elle vit dans des habitations de fortune sommairement équipées. Des tentatives de recasement et de restructuration du quartier ont eu lieu, mais l’entreprise s’avère délicate, une partie importante de la population étant peu motivée car, semble-t-il, elle craint que cela ne remette en cause ses activités illicites ou/et illégales... La restructuration complète du quartier est donc peu probable, au moins à court terme, obligeant à faire le constat que se situe là une vraie limite à l’intervention publique.

12Mohamed Hadeid pose la question de la vulnérabilité aux risques naturels des villes du Sahara algérien, sous l’angle des comportements sociaux. Les villes sahariennes, plutôt connues pour leur climat aride, sont en effet de plus en plus sujettes à des épisodes d’inondation. Au-delà des types de réponses des populations face aux catastrophes naturelles, c’est aussi la question des stratégies imaginées par les habitants pour tirer parti au maximum des aides de l’État lors de l’après-catastrophe qui est posée ; ces stratégies peuvent compromettre les opérations de reconstruction, pourtant rapidement mises en œuvre par l’État. Les exemples des communes de Timimoun, Béchar et Aoulef après les inondations de 2004, 2008 et 2009 illustrent bien la manière dont les citoyens tendent à se comporter : gonflement du nombre de personnes bénéficiaires, inclusion de maisons abandonnées depuis longtemps dans la liste des édifices touchés par les intempéries, utilisation des montants reçus pour autre chose que la reconstruction. Cela se traduit par d’importants retards dans la reconstruction, liés aux vérifications nécessaires et à la lenteur manifestée par les bénéficiaires ; c’est finalement tout le dispositif mis en place par l’État et les collectivités qui se trouve mis à mal. Quoi qu’il en soit, les autorités sont apparues mal préparées à la gestion de telles situations et doivent tirer les leçons, pour ici et pour ailleurs, de ces épisodes et des défaillances qu’ils ont révélées.

Reconfiguration des systèmes agricoles oasiens

13Les systèmes oasiens traditionnels rassemblaient trois éléments fortement imbriqués : la palmeraie, l’habitat et la ressource en eau, source de toute activité agricole en espace désertique. L’urbanisation massive comme les politiques de développement mises en œuvre par l’État algérien ont conduit à reconfigurer les systèmes agricoles oasiens, notamment en ouvrant le jeu social, en générant de nouvelles activités économiques ainsi qu’en redéfinissant le lien entre les sociétés sahariennes et leurs écosystèmes.

14Trois articles permettent de saisir une partie des enjeux et problématiques générées par ces évolutions. L’évolution de l’agriculture familiale dans le Sud-Ouest saharien conduit à montrer, dans le premier cas, son caractère rémanent, ses capacités d’adaptation à la nouvelle donne économique et sociale, mais aussi sa diversité. En deuxième lieu, le lien entre dynamiques d’urbanisation (croissance et étalement urbain) et dynamiques de l’agriculture de palmeraie questionne, dans les Ziban, la durabilité des systèmes oasiens dans leur ensemble et interroge la pertinence de modèles agricoles encore peu productifs. Un troisième article analyse les mésusages de l’eau dans une région bien particulière, le Souf, et ses conséquences.

15Tayeb Otmane et Abed Bendjelid analysent la manière dont l’exploitation agricole familiale du Sud-Ouest saharien en Algérie a évolué et s’est adaptée au fil des mutations qui ont marqué ces territoires depuis l’Indépendance. Ce « pays de foggaras » est caractérisé par l’existence d’une structure agraire relativement simple, mais dont la gestion traditionnelle dépend d’enjeux croisant problématique de propriété et d’accès aux ressources en eau et pesanteur des structures sociales et familiales. Ce système s’est maintenu dans le temps, tout en se réaménageant, malgré de fortes contraintes environnementales et socio-économiques. Cependant, la rapide croissance démographique et les mutations récentes de la vie sociale et économique de ces territoires ont contraint ces systèmes à évoluer et à s’ouvrir. Dans un contexte de stagnation de l’assiette foncière, la tendance est au morcellement des exploitations, ce qui provoque, d’une part, un abandon ou des mises en jachère régulières et, d’autre part, une réduction de la productivité et des bénéfices qui incite à diversifier les revenus en les recherchant dans des activités hors de l’exploitation (bâtiment, secteur de l’énergie). La tendance à la pluriactivité est donc aujourd’hui très marquée, faisant en sorte que l’agriculture constitue une activité de plus en plus secondaire, ne jouant parfois plus qu’un rôle d’appoint. Par ailleurs, l’emploi féminin dans les exploitations – rémunéré ou non – est en croissance, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre agricole ; il s’avère donc nécessaire à la pérennité de ces exploitations encore faiblement mécanisées. Ainsi, aujourd’hui, coexistent dans la région deux modes d’exploitation, la petite exploitation d’auto-subsistance et celle qui valorise ses produits sur les marchés, ces deux formes participant au maintien et au renouvellement d’une agriculture familiale.

16Abdallah Khiari restitue pour sa part les trajectoires d’évolution de deux oasis algériennes des Ziban (région de Biskra), aux destins sensiblement contrastés. La première, Sidi Khaled, au sud-ouest de la région, présente un ancrage encore réel de la population dans son ksar, malgré la forte dynamique urbaine de la ville dont l’attractivité a reposé sur une immigration des zones steppiques environnantes. L’étalement urbain a été fortement contraint par la configuration spatiale du site et la présence, le long de l’oued, de dépôts alluviaux difficilement urbanisables. Le maintien d’une population dynamique dans le ksar s’explique par sa très grande proximité de la ville moderne, ce qui réduit les coûts d’accès aux emplois, services et aménités urbaines, ainsi que par la vivacité d’une agriculture encore conduite par les propriétaires eux-mêmes – fait rare dans la région – et caractérisée par une prédominance de très petites exploitations (moins de 1 ha) qui souffrent de faibles rendements. À la différence de la précédente, l’oasis de Tolga, la plus importante de la région, enserrée entre le tissu urbain au nord et ses extensions récentes, et les nouveaux périmètres de mise en valeur agricole au sud, connaît un déclin multiforme. Privée d’une main-d’œuvre agricole du fait de l’attractivité exercée par les activités urbaines et tertiaires sur les khammès et les petits fellahs, l’agriculture traditionnelle y est essentiellement assurée par des métayers, dans un contexte de vieillissement des palmiers et de faibles rendements du produit dattier. L’émergence de nouvelles formes de mise en valeur agricole modernes, alimentées par des forages, a considérablement réduit les ressources en eau accessibles aux micro-propriétés de l’ancienne oasis et compromet leur productivité. À cette concurrence entre modèles agricoles, s’est ajouté le déclin démographique du ksar qui comptait 2 000 habitants en 1960 et n’en rassemble plus qu’une centaine aujourd’hui.

17Salima Kadri et Salah Chaouche se penchent quant à eux sur la crise hydraulique que connaît la région du Souf (Algérie) depuis les années 1970 et sur les actions récemment entreprises pour en limiter les effets. Le système oasien soufi traditionnel, formé de ghouts, entonnoirs creusés permettant aux palmiers de capter naturellement l’eau des nappes proches, constitue la particularité du paysage de la région, ainsi qu’une résultante du « paysage invisible des règles juridiques » où chaque ghout appartenait à une exploitation familiale (Côte, 2006). La maîtrise de la ressource hydraulique et son utilisation parcimonieuse assuraient traditionnellement le maintien de l’écosystème dans un espace endoréique, sans exutoire naturel. Mais la très forte croissance démographique régionale allait profondément changer la donne. La remontée de la nappe phréatique, signalée dès 1974 à El Oued et dans sa proche périphérie, liée aux rejets croissants d’eaux urbaines usées, engendra la mise en péril des cultures pratiquées dans les ghouts, la fragilisation des habitations (menaces d’effondrement) de certains quartiers ainsi que la dégradation des conditions sanitaires liées à la permanence d’eaux stagnantes. Ces problèmes sont aggravés par l’utilisation de certains ghouts comme lieux de décharge ou d’épanouissement de l’habitat informel. Face à cette situation de risque multiforme, les pouvoirs publics ont engagé des politiques volontaristes de drainage, de création de réseaux d’assainissement efficients et de stations de traitement des eaux, en parallèle du comblement de certains ghouts. Le système oasien soufi en est-il pour autant préservé ?

Haut de page

Bibliographie

Bisson J., 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan.

Casajus D. (dir.), 2011, L’année du Maghreb, VII|2011, Dossier : « Sahara en mouvement. Prostestations sociales et “révolutions”. Le Maghreb à la croisée des chemins ». En ligne : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/1090

Choplin A., Pliez O. (dir.), 2011, Mappemonde, no 103, Dossier « Sahara et Sahel, territoires pluriels ». En ligne : https://mappemonde-archive.mgm.fr/num31/index.html

Côte M., 2012, Signatures sahariennes : terroirs et territoires vus du ciel, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence.

Hérodote, 2011, no 142 : « Géopolitique du Sahara ».

Insaniyat, 2011, no 51-52 : « Le Sahara et ses marges ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abed Bendjelid, Jean-Claude Brûlé, Jacques Fontaine, Yaël Kouzmine et Serge Ormaux, « Introduction. Mutations sahariennes », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 20 avril 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1476 ; DOI : 10.4000/emam.1476

Haut de page

Auteurs

Abed Bendjelid

Articles du même auteur

Jean-Claude Brûlé

Articles du même auteur

Jacques Fontaine

Articles du même auteur

Yaël Kouzmine

Articles du même auteur

Serge Ormaux

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page