Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale
d’Hélène Blais

Jacques Fontaine
Référence(s) :

Fayard, Paris, 2014, 348 pages et 16 planches HT.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Hélène Blais (aujourd’hui professeure d’Histoire contemporaine à l’ENS) est issu de son dossier d’Habilitation à diriger des recherches, soutenu en 2012. C’est un ouvrage novateur dans l’histoire de l’Algérie coloniale car il place la carte – quelle qu’en soit la forme précise (vague croquis fait à main levée ou carte élaborée telle la Carte de l’Algérie divisée par tribus de Carette et Warnier de 1846) – au cœur de la démarche de recherche ; ainsi la dimension spatiale de la colonisation, souvent trop peu développée par nos collègues historiens, est bien restituée dans une approche où l’auteur mêle avec bonheur deux chronologies croisées, celle de l’histoire de la colonisation et celle de l’histoire des savoirs.

2Cette analyse des documents cartographiques permet de mieux comprendre l’attitude des différents acteurs de la colonisation, de ses prémices, avec la constitution d’une « bibliothèque coloniale » fondée souvent sur des textes anciens tant la connaissance de l’Afrique du Nord était lacunaire au début du XIXe siècle, jusqu’au début du XXe siècle où la question du Sahara ne cesse de prendre de l’importance, jusqu’à devenir centrale pendant la Guerre de Libération avec la création, en 1957, de l’OCRS (Organisation commune des régions sahariennes), ultime mirage colonial de plus de 4 000 000 de km² qui ne survécut pas aux Accords d’Évian.

3L’auteure montre comment la construction de la carte, du fait des travaux qu’elle nécessite (travail de terrain, collecte d’informations, enquêtes, etc.), affirme l’autorité du pouvoir colonial sur le territoire colonisé et ses habitants. Le projet colonial ne se résume pas à ses aspects politique et militaire – certes largement dominants dans la première phase de la colonisation de l’Algérie. Il intégrait aussi les sciences et les arts et avait donc une dimension culturelle qui contribuait à lui donner une dimension impériale. Les savoirs géographiques ont donc joué un rôle fondamental dans « l’invention de l’Algérie coloniale » et, par là même, ont été l’un des instruments de l’impérialisme français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Fontaine, « Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale
d’Hélène Blais
 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 02 mai 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1482 ; DOI : 10.4000/emam.1482

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page