Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’homme et l’invisible chez les Touaregs de l’Ahaggar. Tome 1 : Essuf et Cosmogonie, pratiques sacrées et thérapies au Sahara
de Faïza Arkam-Seddik

Jacques Fontaine
Référence(s) :

Éditions universitaires européennes, Sarrebrück, 2017, 675 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage est tiré de la thèse de socio-anthropologie de Faïza Arkam-Seddik, soutenue en 2008 à l’Université de Franche-Comté. Berbérophone et arabophone, l’auteure a pu s’entretenir dans leur langue maternelle avec de nombreux (et nombreuses) tradipraticien(ne)s, en particulier des femmes initiées, et a ramené un matériau de première main qui contribue largement à la connaissance de la culture touarègue marquée par l’oralité et le rôle particulièrement important des femmes dans cette société matrilinéaire.

2L’auteure a étudié les différents acteurs et surtout actrices du champ thérapeutique et religieux touareg qui sont issus de différentes composantes sociales et ont tous une fonction distincte. Ayant un rôle de médiateurs, « ces acteurs de l’invisible » sont des intermédiaires incontournables se prévalant d’avoir à leur service « des entités invisibles spirituelles » qui leur permettent de pousser à bout leur propre initiation, de maîtriser leur propre maladie et de « devenir à leur tour tradipraticiens et spécialistes de l’invisible ». Ils se rapprochent ainsi du chamanisme, mais un chamanisme largement islamisé qui reste aussi bien l’affaire des hommes que des femmes.

3L’auteure a mis au centre de ses préoccupations le traitement de la maladie et du sacré au sein d’une population saharienne de tradition nomade, les touaregs Kel Ahaggar, pour lesquels le rapport à l’espace invisible de l’essuf (extérieur, vide, solitude) est toujours une donnée fondamentale structurante. Mais cette société nomade, qui a perdu ses repères spatio-temporels en raison de la régression du pastoralisme nomade et d’une modernité de plus en plus présente, en particulier dans la ville de Tamanrasset, tente de s’adapter aux nouvelles données sociales en utilisant son « paysage magico-religieux et thérapeutique riche et varié ».

4Un second tome, consacré à la musique et à la possession, est en projet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Fontaine, « L’homme et l’invisible chez les Touaregs de l’Ahaggar. Tome 1 : Essuf et Cosmogonie, pratiques sacrées et thérapies au Sahara
de Faïza Arkam-Seddik
 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 02 mai 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1486 ; DOI : 10.4000/emam.1486

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page