Navigation – Plan du site

Les petites exploitations agricoles familiales dans les oasis occidentales du Sahara algérien : état et devenir

The small family farms in the western oases of Algerian Sahara: present and future
Tayeb Otmane et Abed Bendjelid

Résumés

L’exploitation agricole familiale des oasis occidentales du Sahara algérien évolue dans un contexte de difficultés lié au déclin des ressources en eau (amenée par les galeries des foggaras) au faible revenu tiré de l’agriculture et à la diversification des activités, au profit de celles non agricoles, plus rémunératrices. À ces facteurs s’ajoutent les effets d’une atomisation de la propriété agricole oasienne, due à l’indivision foncière en rapport avec l’accroissement démographique. Les oasiens tendent cependant à préserver leurs propriétés agricoles, même si celles-ci ne sont pas travaillées, ce qui participe également à ce processus d’évolution défavorable qui hypothèque l’avenir de l’agriculture oasienne familiale.

Haut de page

Texte intégral

1Affectées par des transformations économiques et sociales majeures, les oasis occidentales du Sahara algérien évoluent dans un contexte naturel difficile et connaissent un accroissement démographique soutenu qui ne s’est pas accompagné d’une extension proportionnelle de la superficie agricole. En conséquence, les palmeraies sont devenues plus exiguës et leurs exploitations agricoles, souvent de type familial, sujettes à l’émiettement foncier, sont menacées de disparition à terme. Notre contribution tente d’expliquer le processus d’évolution de l’exploitation agricole familiale et ses aboutissements dans une région caractéristique du Sahara occidental, la zone du Touat-Gourara-Tidikelt occidental (Fig. 1).

Figure 1. Gourara, Touat et Tidikelt occidental.

Cartographie : T. Otmane & Fl. Troin • 2018.

Les oasis à foggaras du Touat-Gourara-Tidikelt

2Connues comme le « pays des foggaras », les oasis du Touat-Gourara-Tidikelt occidental sont traditionnellement représentées cartographiquement sous forme de petites taches vertes autour du plateau du Tademaït, à la limite des affleurements de la nappe du Continental intercalaire. En puisant dans celle-ci, les fellahs oasiens ont développé un système d’irrigation à foggaras qui a donné une valeur symbolique à l’eau au cours des siècles, comme dans toute zone désertique, mais qui a surtout conditionné de façon très particulière l’organisation spatiale et l’économie des palmeraies. Ce territoire compte en effet encore plusieurs centaines de foggaras fonctionnelles. Les oasis de la région, implantées le long des itinéraires du commerce transsaharien qui se faisait entre le Nord maghrébin et les pays du Sahel, ont assuré au cours de l’histoire un rôle de relais aux caravaniers et de points de rupture de charge éventuels, mais elles ont, en même temps, profité de cette ouverture vers l’extérieur pour se développer (Capot-Rey, 1953 ; Bisson, 2003).

3Essentiellement d’autosuffisance, l’agriculture diversifiée qui est pratiquée dans les palmeraies du Touat-Gourara-Tidikelt occidental découle d’un système agricole relativement simple sur le plan des techniques de travail, mais complexe sur le plan de l’organisation et de la gestion. L’agriculture se pratiquait et se pratique toujours par irrigation via le système des foggaras, lequel impose deux caractéristiques, l’une générale – l’eau de la foggara provient de la nappe et s’écoule dans des galeries souterraines par gravité – et l’autre plus spécifique, correspondant au partage de l’eau qui se réalise selon un mode local de calcul, l’unité de mesure étant la habba, équivalente à 3,5 l/mn. Dans cette région, le nombre de foggaras toujours fonctionnelles est important (908), à l’inverse de la plupart des autres régions sahariennes, faisant en sorte que ce système de partage de l’eau a été préservé.

4Cette agriculture irriguée s’est maintenue à travers le temps en dépit de fortes contraintes environnementales et socio-économiques, contrecarrant ainsi les prévisions pessimistes de nombreux chercheurs qui estimaient que ces oasis allaient péricliter suite à l’arrêt du commerce caravanier ; ainsi, comme le rappelle fort à propos M. Côte (2002), E.-F. Gautier avait annoncé, en son temps, que les oasis ne pourraient subsister longtemps par leurs propres ressources. De fait, le maintien du système oasien est dû, en dépit de tous les bouleversements qui l’ont caractérisé, tant à des facteurs endogènes qu’exogènes.

5Il est fort probable que les mécanismes structurels mis en place par la société oasienne aient joué un rôle prépondérant pour perpétuer le système des oasis à foggaras. En effet, la vie des oasiens dépendait de cette agriculture, ce qui a assuré sa permanence au moment où la main-d’œuvre servile, indispensable à la réalisation et à l’entretien des galeries ainsi qu’au travail de la terre, a cessé d’être acheminée par les caravanes, suite à l’abolition plus ou moins théorique de l’esclavage au milieu du XIXe siècle (Capot-Rey, 1953). Ces oasis vécurent alors une longue période de repli et d’atonie, mais l’attachement au terroir de leurs habitants leur a permis de produire et d’échanger quelques produits agricoles, notamment les dattes, même à des échelles spatiales restreintes. Cette marge d’autonomie par rapport au commerce caravanier leur a évité une disparition précoce.

6L’effort engagé lors de la fondation des oasis à foggaras ne peut être compris que par l’intérêt des caravaniers à mettre en place des oasis-relais pour se reposer et se ravitailler (Otmane, 2010). Le besoin des oasiens de fonder des lieux viables et pérennes est perceptible à travers l’ensemble de ce qui fait l’oasis : les ksour, les casbahs, les foggaras, les palmeraies, aussi bien que les formes d’organisation du travail et la préservation du système de partage de l’eau (Marouf, 1980).

  • 1 La société oasienne est composée de chorfa et mrabtine, propriétaires de l’eau et de la terre ; de (...)

7La cohésion sociale1 entre les diverses fractions de même lignage, voire entre les groupes sociaux, a également conditionné le processus d’appropriation des moyens de production agricole, en l’occurrence l’eau apportée par les foggaras et la terre. Les transactions de la propriété de l’eau ou de celle de la terre se faisaient souvent entre les membres du même groupe social (Maârouf, 1980) ; une stratégie grâce à laquelle les propriétaires maintenaient le pouvoir entre leurs mains et assuraient le maintien de leur domination sur le groupe de travailleurs serviles, les harratine.

8Les oasis à foggaras ont été affectées depuis longtemps par des changements qui se sont intensifiés au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. La création, par l’État indépendant, de nouvelles structures territoriales (wilayas, daïras) a favorisé la création d’un nombre conséquent d’emplois publics, principalement dans les chefs-lieux comme Adrar (Touat, chef-lieu de wilaya), In Salah (Tidikelt, chef-lieu de daïra de la wilaya de Tamanrasset) ou encore Timimoun (Gourara, chef-lieu de daïra de la wilaya d’Adrar) (cf. Fig. 1). Un certain nombre de harratine, particulièrement ceux dont les parents avaient fait le choix précoce de l’éducation, sont ainsi parvenus à accéder aux sphères du pouvoir local, par le biais des élections. La diversification des emplois et la croissance du salariat ont par contre créé de sérieuses difficultés pour le recrutement de travailleurs agricoles. Mais, au bout du compte, même si les oasis ont subi des changements dont les effets ont été contradictoires, elles se sont montrées en mesure de faire preuve de véritables capacités d’adaptation structurelle.

L’agriculture oasienne et les aléas du temps

9Le réseau traditionnel d’irrigation a engendré un parcellaire agricole fortement morcelé et qui renvoie davantage à la notion de jardins qu’à celle d’exploitations agricoles proprement dites. Une relation forte existe entre l’eau et la terre : la quantité d’eau obtenue d’une foggara, ou d’une part de foggara, détermine la surface à cultiver ; c’est pourquoi l’eau s’approprie, se loue et s’achète indépendamment de la terre (Bisson, 2003).

10Une agriculture intensive est pratiquée au sein d’un parcellaire agricole souvent laniéré, cette géométrie résultant de l’irrigation gravitaire et de l’exigence des droits de partage de l’eau. Les cultures se font par complantation selon trois étages de végétation : le palmier dattier, les arbres fruitiers et les cultures herbacées (maraîchage, céréales, fourrages, etc.). Cette forme d’occupation du sol découle, certes, d’un savoir-faire agricole, mais elle est aussi la conséquence d’une exiguïté spatiale que la quantité d’eau de foggara a déterminée en imposant la mise en valeur effective de chaque lopin de terre. Le travail agricole est toujours manuel, la mécanisation n’ayant pas encore trouvé place dans ce système, ce qui explique en partie la faible étendue des exploitations. On distingue deux types d’exploitations agricoles : le premier, qui ne dispose que d’une superficie réduite, relève de l’autosuffisance, tandis que le second, avec des exploitations de taille plus ou moins grande, s’est adapté pour dégager un surplus de production et le valoriser sur le marché. De fait, les motivations intrinsèques de ces deux systèmes sont différentes, mais elles ont permis le maintien de ce type d’agriculture paysanne. La première émane de l’intérêt porté par les familles oasiennes à la consommation des produits locaux, tandis que la seconde provient de l’intérêt économique ; l’ouverture récente du marché a permis aux paysans de trouver des débouchés et de développer des complémentarités régionales, ainsi que des débouchés dans les centres urbains du pays.

11Si des exploitations familiales se maintiennent et continuent à être exploitées, voire à s’agrandir, d’autres, au contraire, connaissent une déprise agricole liée à l’action conjuguée de divers facteurs (rétrécissement du foncier, manque d’eau et de main-d’œuvre, ensablement, etc.).

12L’écart s’est creusé entre le revenu procuré par l’activité agricole et celui issu des autres secteurs économiques (Dubost, 2002) et, de fait, les petits propriétaires se sont trouvés contraints de chercher hors de la palmeraie des revenus pour assurer leur subsistance. « Sur les neuf propriétaires fonciers interviewés, sept ont au moins un membre de leur famille occupé d’une manière permanente au sein des services administratifs ou techniques créés consécutivement à la promotion administrative d’Adrar en tant que chef-lieu de wilaya en 1975 » (Bendjelid et al., 1998). En fait, l’offre d’emplois hors agriculture s’est fortement accrue tant dans le tertiaire que dans le bâtiment, les travaux publics et les hydrocarbures : l’exploitation des champs gaziers d’In Salah au sud a débuté il y a plusieurs décennies, la petite raffinerie de Sbaâ au nord d’Adrar est actuellement opérationnelle et d’autres projets de valorisation des ressources du sous-sol sont en cours de concrétisation. Ce sont ces activités non agricoles qui ont progressivement pris le plus d’importance dans la vie économique régionale ; elles ont favorisé la diversification relativement rapide des sources de revenus des populations. Les changements qui ont affecté la structure de l’emploi et, par conséquent, la vie oasienne, résultent de l’évolution « spontanée » de l’économie régionale, mais également des politiques publiques mises en œuvre ; les comportements des populations pour s’y adapter ou y faire face ont bien sûr joué leur part dans ce façonnement (Otmane, 2010). « Ce bouleversement des rapports sociaux peut expliquer aujourd’hui, au moins en partie, les difficultés connues par l’agriculture ksourienne et la fonction secondaire accordée au travail de la terre par les familles oasiennes » (Bendjelid et al., 1998).

13Les oasis du Touat-Gourara-Tidikelt occidental connaissent une croissance démographique continue : leur population a quintuplé (Bisson et al., 1960) entre 1954 et 2008, passant de 82 018 à 412 535 habitants. La structure de l’emploi s’est complètement inversée entre 1966 et 1998 ; la région est passée d’une dominante agricole à une dominante tertiaire et, sur la même période, l’emploi agricole s’est réduit de plus de la moitié (de 17 465 à 7 756 emplois). Les promotions administratives successives (1975, 1985, 1991), engagées par l’État dans le but d’assurer un encadrement plus serré des territoires, ont impulsé, et continuent d’alimenter, le développement du secteur tertiaire. Le fait marquant dans l’évolution de la structure des emplois tient à ce qu’une partie non négligeable et croissante des populations oasiennes pratique désormais l’agriculture comme activité secondaire, confirmant ainsi la tendance au développement de la pluriactivité. Dans l’oasis de Tiberghamine, dans l’Aoughrout au Gourara, parmi les 76 agriculteurs enquêtés, les deux tiers (64,5 %) sont des salariés : 35 sont employés dans le tertiaire, 6 dans le secondaire et 8 sont en retraite ; 27 enquêtés seulement vivent de façon directe du travail de la terre (Ismain, Tourek, 2011). Une partie de leurs ressources extérieures est utilisée pour financer la campagne agricole et payer la main-d’œuvre saisonnière. La production agricole est en grande partie autoconsommée, mais elle est également commercialisée en petites quantités pour renforcer le budget familial. Ce recours à la pluriactivité a sauvé de nombreuses exploitations agricoles menacées de disparition. Cette recomposition de la structure de l’emploi dans une zone à tradition agricole est révélatrice des stratégies familiales poussant à la diversification des sources de revenus et à un repositionnement social basé sur la réussite économique.

  • 2 La Loi no 83-18 relative à l’accession à la propriété foncière par la mise en valeur agricole (APFA (...)

14Des foggaras sont taries par rabattement de la nappe ou bien du fait de l’absence ou du manque d’entretien des galeries drainantes. En effet, la rareté de la main-d’œuvre capable d’assurer cette tâche très pénible est une des conséquences de la diversification du marché du travail. Le développement de l’hydraulique individuelle, notamment les forages dans les nouvelles aires d’irrigation aménagées par l’État, à savoir les périmètres de la mise en valeur agricole (APFA)2, a par ailleurs accéléré par endroits le rabattement de la nappe et a généré un départ de la main-d’œuvre agricole vers les zones où ont été établis ces nouveaux périmètres, économiquement plus avantageux. Les personnes intéressées par cet aménagement rural ont eu la possibilité de s’approprier un bien public dans le domaine privé de l’État. Le Sahara a été la première contrée où cette action a été mise en œuvre. La loi en question a mis sur un pied d’égalité tous les attributaires potentiels : chorfa, mrabtine, harratine et autres. Une superficie de 115 909 ha a ainsi été attribuée à 11 596 bénéficiaires du Touat-Gourara-Tidikelt occidental, dont 55 % ont été réservés à la « grande » mise en valeur agricole et 45 % à la « petite » mise en valeur, dite « paysanne ». L’acquisition d’une propriété foncière par le biais de l’APFA a donné aux ayants droit la possibilité d’accéder à une eau abondante mobilisée au moyen de forages atteignant la nappe profonde, réalisés par l’État. Par contrecoup, l’eau est devenue de plus en plus rare dans les secteurs d’agriculture traditionnelle alimentés par les foggaras. Outre que les nappes superficielles qui alimentent le réseau de ces dernières sont de moins en moins abondantes, les galeries sont elles-mêmes en mauvais état et mal entretenues. Les causes en sont diverses : il peut s’agir d’une fuite des harratine qui veulent sortir d’un cadre social qui manifeste à leur encontre un fort mépris et les maintient dans une situation d’infériorité permanente ; mais il peut s’agir aussi d’un refus des micro-propriétaires d’investir pour pérenniser une infrastructure alors qu’ils n’envisagent qu’un avenir incertain, du fait que leurs exploitations deviennent de plus en plus exigües. Ainsi s’explique pourquoi les nouveaux périmètres de mise en valeur agricole, établis dans le cadre de la loi d’accès à la propriété foncière, ont attiré une grande partie de la population oasienne ; en effet, ils ont permis aux petits exploitants, aux harratine surtout, de gravir une partie de l’échelle sociale – par l’accès à la propriété – qui leur était jusqu’alors inaccessible. On peut indiquer à ce propos que, parmi les 114 attributaires que nous avons enquêtés dans quelques-uns des périmètres de mise en valeur agricole du Touat-Gourara-Tidikelt occidental, 62 % ne possèdent pas – et ne possédaient pas avant de s’y installer – de propriété agricole dans les oasis traditionnelles (Otmane, 2010).

Les structures agraires du Touat-Gourara-Tidikelt : des exploitations agricoles familiales émiettées et d’autres bloquées par l’indivision foncière

15Les exploitations agricoles dans les oasis à foggaras sont en majorité de nature familiale, au point qu’on les désigne communément, au Sahara, sous le nom de « jardins » (Capot-Rey, 1953).

  • 3 Information obtenue à partir du traitement de l’image Landsat, 2005 (Otmane, 2010).

16Dans le Touat-Gourara-Tidikelt occidental, le parcellaire agricole a tendance à s’émietter du fait de la stagnation de la superficie des palmeraies traditionnelles, dans un contexte de croissance démographique. Les surfaces cultivées ne se sont que faiblement accrues et n’ont donc pas suivi le rythme de l’évolution démographique : la superficie des palmeraies est ainsi passée entre 1954 et 2008 de 9 054 à 14 000 ha3, tandis que la population a quintuplé au cours de la même période. En conséquence, la densité mesurée par le rapport hommes/hectare productif est passée de 9 à 24 en un demi-siècle. Une autre conséquence de cette croissance démographique est la multiplication du nombre des héritiers, qui induit inéluctablement, pour une société fortement attachée à sa terre, un émiettement du foncier agricole (Otmane, 2010).

  • 4 Recensement général de l’agriculture, 2001.

17Cette zone compte 21 665 exploitations agricoles (traditionnelles et de mise en valeur agricole)4, réparties entre le Touat (où leur nombre est de 11 043), le Gourara (8 940) et le Tidikelt occidental (1 682). La moitié de ces exploitations (11 365) a une superficie inférieure à 50 ares : 5 172 au Gourara, 4 962 au Touat et 1 231 au Tidikelt occidental, et seulement un petit quart (5 008 exploitations) se situe entre 50 a et 1 ha (Fig. 2). L’exiguïté peut être extrêmement forte dans certaines oasis, particulièrement celles où l’émiettement, du fait des héritages successifs, a abouti à des propriétés de quelques centiares seulement, voire constituées seulement de quelques palmiers. Tel est le cas de l’oasis de Tamassekhet, dans le Touat, qui compte 78 exploitations pour une superficie cultivée de 8,3 ha : 20 d’entre elles sont comprises entre 0,95 et 1,5 ha, 3 dépassent légèrement 0,3 ha, tandis que 15 ont moins de 950 m² et 11 sont inférieures à 350 m² (Bahi, 2003). Au Gourara, la même situation d’émiettement existe dans la commune d’Aoughrout, dont les oasis de Tala, Ben Ayed et Aboud occupent 250 ha répartis entre 318 exploitations : 40 n’excèdent pas 0,1 ha, 118 sont comprises entre 0,2 et 0,9 ha, tandis que 74 exploitations ont une superficie variant de 1 à 2 ha et que les 86 restantes sont abandonnées (Abadi, Chennoufi, 2003).

18La réduction constante de la superficie des propriétés devient à son tour une cause des difficultés croissantes rencontrées pour procéder à des transactions foncières. Face à elles, les propriétaires préfèrent conserver leurs exploitations, même si elles ne sont pas travaillées, plutôt que de tenter de les vendre. Il en résulte que des centaines d’exploitations sont laissées en jachère ou abandonnées, ce qui empêche ceux qui continuent à cultiver d’agrandir leurs propriétés.

19Il convient d’ajouter que l’organisation sociétale de ces oasis ne favorise pas les transactions foncières. L’attachement à la terre y est particulièrement fort et la vente des parcelles dans l’oasis constitue un acte symboliquement lourd de sens (Bisson, 1957) car, non seulement elle remet en cause le statut social, mais parce qu’elle est perçue aussi comme un signe de déracinement. Néanmoins, les transactions opérées se réalisent le plus souvent à l’intérieur des groupes de même lignage. Toutefois, la diversification du marché du travail et la généralisation de la pluriactivité permettent à certains oasiens, grâce à ces revenus complémentaires, de conserver leurs terres.

  • 5 La constitution en habous privé fait que les revenus des biens qui les composent sont destinés à de (...)
  • 6 Recensement général de l’agriculture, 2001.

20Le morcellement de propriétés déjà exiguës se conjugue avec l’attachement des oasiens à la terre pour rendre compte du très grand nombre de propriétés en indivision ou ayant été constituées en habous5familiaux, une situation qui complique encore davantage le travail de la terre dans le cadre du mode de faire-valoir direct, car il fait perdre aux dévolutaires une partie de l’intérêt économique que ces exploitations représentent et qu’il rend par ailleurs encore plus difficile les transactions foncières les concernant. Si J. Bisson avait déjà constaté, durant les années 1950, que les jardins les plus mal entretenus correspondaient généralement à des terres relevant de l’un ou l’autre de ces types, ce phénomène est devenu aujourd’hui beaucoup plus massif, puisqu’il concerne le 1/5e des propriétés familiales dans les oasis traditionnelles (soit un total de 3 267 ha, près du quart de la superficie des palmeraies6). La taille des exploitations en indivision est en moyenne d’un hectare et le nombre de leurs dévolutaires augmente de génération en génération. Le Touat est le plus concerné par les terres indivises : celles-ci correspondent à 2 276 exploitations couvrant 2 176 ha, soit près des deux-tiers des exploitations indivises des trois sous-ensembles, bien avant le Gourara (626 exploitations, 657 ha) et le Tidikelt occidental (183 exploitations, 654 ha).

21L’héritage, avec ses modalités concrètes, a conduit à la multiplication et à l’éparpillement des parcelles à travers la palmeraie, ainsi que, comme on l’a déjà noté, à la réduction de la taille moyenne des exploitations, comme le montrent les statistiques du Recensement général de l’agriculture et les enquêtes de terrain. En conséquence, la propriété agricole familiale est plus que jamais menacée de disparition (Otmane, 2010).

Figure 2. Les exploitations agricoles selon leur taille au Touat-Gourara-Tidikelt occidental.

Source : RGA, 2001. Graphique : T. Otmane & Fl. Troin • 2018.

La crise de l’emploi agricole, cause de la disparition progressive des modes de faire-valoir traditionnels

  • 7 Le khemassa (khamessat) vient du mot khammès, une personne qui travaille contre le 1/5e de la récol (...)
  • 8 En revanche, la kherrassa (le terme vient du mot kherrass) est une forme qui s’apparente plus au fe (...)

22Des milliers d’hectares plantés dans les palmeraies du Touat, du Gourara et du Tidikelt occidental doivent, en grande partie, leur existence et leur maintien au mode de faire-valoir indirect, qu’il s’agisse du khemassa7 ou du kherrassa8. Ces deux types de faire-valoir ont cependant subi de sensibles transformations au cours des dernières décennies, car ils furent obligés d’évoluer pour tenir compte des transformations d’un ordre social que les propriétaires n’étaient plus en mesure de conserver, les rapports de force ayant été modifiés. Les propriétaires, détenteurs des moyens de production agricole, étaient dans la situation la plus avantageuse lorsque le travail agricole était la seule activité possible et l’unique moyen de survie pour les harratine. Mais une fois que le marché de travail a commencé à s’ouvrir, les contrats de travail ont fait l’objet de tractations entre les groupes sociaux, notamment les harratine et les propriétaires, ces derniers étant désormais dans une moindre position de force.

23Ces deux types de faire-valoir ont été remis en cause au fil du temps, conduisant ainsi à une crise de main-d’œuvre dans les palmeraies. Les effets de l’inégalité exercée dans les contrats de travail traditionnels, de l’exiguïté des exploitations agricoles et de la diminution du volume d’eau amené par les foggaras, conjugués aux opportunités offertes par les programmes d’APFA et par l’ouverture du marché de travail, ont modifié amplement les rapports entre les propriétaires fonciers et la main-d’œuvre traditionnelle. Il n’y avait plus que 38 khammès parmi les 311 agriculteurs enquêtés entre 2001 et 2013 (selon les cas) dans quelques oasis des trois sous-ensembles (Tab. 1) ; cette forme d’exploitation tend donc vers la disparition. Quant à la kherassa, elle aussi s’est adaptée aux nouvelles conditions sociales et économiques et aux exigences du marché d’emploi ; les oasis comptent seulement, parmi les enquêtés, 65 personnes qui travaillent contre la moitié de la récolte. Le faire-valoir direct est devenu dominant ; près des deux tiers des enquêtés assurent le travail agricole dans leurs jardins, à plein temps pour les uns, en fin de journée et pendant les week-ends pour les autres. De nombreuses familles paysannes propriétaires ont ainsi été obligées de renégocier les contrats de travail, autrefois convenus contre le 1/5e de la récolte, dans le sens d’une augmentation de la part du contractant. À défaut, il leur faut employer à la journée une main-d’œuvre salariée ou bien, selon une évolution qu’ils ont du mal à accepter, apprendre à travailler eux-mêmes la terre (Bendjelid et al., 1998). Ce basculement de la situation est une conséquence à la fois de l’évolution de la société sous l’effet de la généralisation de la scolarisation, de l’essor d’un égalitarisme social, de l’ouverture du marché de travail et des conséquences des politiques de développement menées par l’État, soit autant de facteurs qui sont venus contrecarrer l’ordre social traditionnel et ont mis l’emploi agricole en difficulté.

Tableau 1. Types de faire-valoir pratiqués dans les oasis enquêtées (2001 à 2013 selon les oasis).

Sous-
ensembles

Communes

Oasis

Faire-valoir direct

Faire-valoir indirect

Aban-données

Total

khemassa

moitié

location

Touat

Tsabit

El Habla

43

9

1

3

9

65

Tamest

Tamassekhet

30

2

46

78

Tidikelt occ.

Aoulef

Zaouiet Hainoun

83

3

2

88

Gourara

Aoughrout

Tiberghamine

40

24

16

80

Total

196

38

65

3

9

311

Sources : Bahi M.R., 2003 ; Ismain A., Tourek K., 2011 ; Reggani M.-M., Dallil M., 2012 ; Kentaoui A., Keddi A., 2013.

Tendances et devenir des exploitations agricoles familiales oasiennes

24La diversification du marché du travail a eu des effets, le plus souvent pervers, sur de nombreuses exploitations agricoles oasiennes. Les oasis les plus touchées sont, logiquement, celles qui se situent à faible distance des principales agglomérations urbaines régionales (Adrar, Timimoun et Aoulef), à savoir celles où l’essor des activités tertiaires est le plus manifeste et s’effectue le plus rapidement. La possibilité d’obtenir des gains supérieurs en ville fait que c’est là que le plus grand nombre d’exploitations sont abandonnées et les superficies en friche les plus étendues. En outre, une forte pression de l’urbanisation s’y exerce, ce qui favorise des comportements attentistes de la part des propriétaires, qui surveillent attentivement la hausse des prix pour décider du moment de vendre certaines des parcelles qu’ils possèdent. Toutefois, il ne faudrait pas généraliser ce constat négatif : en effet, la diversification des offres d’emploi a permis à d’autres exploitations agricoles de se maintenir en production. En effet, les exploitants qui ont en ville une activité autre qu’agricole peuvent disposer de revenus supplémentaires qui leur permettent de maintenir l’exploitation. D’autres mettent en œuvre le mode de faire-valoir direct pour réduire leurs coûts et soutenir par ce moyen l’activité agricole : dans l’un et l’autre cas, il s’agit de formes de résistance et d’adaptation aux transformations sociales et économiques de la société oasienne. Les « petites » oasis, celles éloignées des villes, sont moins affectées par ces changements qu’elles se trouvent dans le Touat, le Gourara ou le Tidikelt ; la plupart n’en affichent pas moins un réel dynamisme en dépit des contraintes qui entravent leur développement.

25L’attractivité des activités non agricoles explique en partie la situation difficile dans laquelle se trouvent l’emploi agricole, les exploitations agricoles et, notamment, celles familiales. Plusieurs tâches du travail de la terre sont actuellement assurées par les femmes : c’est le cas de l’ensemencement, du désherbage, de la cueillette, etc. Le recours au travail féminin dans les jardins constitue de ce fait une réponse de la famille à la rareté de la main-d’œuvre et un moyen de préserver la propriété familiale, en vue de dégager un surplus de revenus.

  • 9 Direction des services agricoles de la wilaya d’Adrar, 2014.

26Pour faire face à la diminution de l’eau d’irrigation dans les palmeraies à cause du rabattement de la nappe occasionné par les forages de l’APFA, les propriétaires se sont organisés en associations de préservation des foggaras pour défendre leurs intérêts et faire pression sur les autorités locales afin d’obtenir des financements pour entretenir ce réseau. Cette action a porté ses fruits dans la mesure où 130 foggaras9 ont bénéficié d’actions de préservation à la fin de l’année 2013 (nettoiement, renforcement par forage, réhabilitation des puits d’aération et des seguias, etc.). Ces associations ont également obtenu des autorités locales qu’elles se décident à promettre de ne pas accepter la création de nouveaux périmètres de l’APFA sur les lieux de captage de la nappe superficielle par les foggaras. D’autres propriétaires ont recouru au transfert de l’eau potable depuis le ksar jusqu’à leur jardin – ce qui est en principe totalement interdit et lourdement puni – pour renforcer l’irrigation des cultures affaiblies par le pompage des forages d’APFA.

27Ces stratégies multiples développées au Touat comme au Gourara ou au Tidikelt occidental pour assurer le maintien de l’activité agricole révèlent l’attachement des oasiens à leur terroir. Cependant, toutes les actions qu’elles déterminent restent individuelles et ne s’inscrivent dans aucune vision globale d’un futur qui impliquerait les acteurs privés et publics pour la sauvegarde d’un système oasien séculaire] et matrice d’identités très affirmées.

Conclusion

28La taille moyenne des exploitations agricoles ne cesse de diminuer dans les oasis du Touat, du Gourara et du Tidikelt occidental sous l’effet de la stagnation de la superficie agricole utile des palmeraies et de la forte croissance démographique. Ainsi, l’exiguïté spatiale, l’indivision et l’importance du système des habous privés conditionnent-ils fortement l’évolution de l’appropriation foncière dans les palmeraies et mettent-ils en difficulté de nombreuses exploitations agricoles familiales en difficulté. L’accroissement du nombre d’emplois non agricoles, plus rémunérateurs que le travail de la terre, a placé l’activité agricole dans une concurrence inégale et risque d’engendrer à court ou moyen terme une désaffection paysanne générale. L’attachement des oasiens à leur terroir constitue cependant un élément favorable qui, si l’on se place dans une logique de développement, pourrait constituer un facteur de maintien et de reproduction d’un système agricole savant, dont l’importance tient aussi à ce que les identités s’y construisent.

Haut de page

Bibliographie

Abadi A., Chennoufi H., 2003, Contraintes et potentialités de développement agricole dans l’Aoughrout, wilaya d’Adrar, Mémoire d’ingéniorat (en langue arabe), Université d’Oran.

Bahi M.R., 2003, L’exploitation agricole traditionnelle dans l’oasis de Tamassakhet, wilaya d’Adrar, état et perspective, Mémoire d’ingénieur (en langue arabe), Université d’Oran.

Bendjelid A., Dari O., Hadeid M., Hani S., 1999, « Mutations sociales et adaptation d’une paysannerie ksourienne du Touat : Ouled Hadj Mamoun (wilaya d’Adrar, Algérie) », Insaniyat, no 7 (vol III, 1), p. 39-53.

Bisson J., 2004, « Le dilemme agricole saharien, aménagement moderne et milieu oasien, le cas de la Saoura, du Souf et du Touat », p. 91-103, in Bendjelid A., Brûlé J.-C., Fontaine J. (dir.), Aménageurs et aménagés en Algérie. Héritages des années Boumediene et Chadli, Paris, L’Harmattan.

Bisson J., 1957, Le Gourara, étude de géographie humaine, Mémoire no 3, Université d’Alger, Institut de recherches sahariennes, 1957.

Bisson J., 1992, « Les foggaras du Sahara algérien, déclin ou renouveau ? », p. 7-26, in Balland D. (dir.), Les eaux cachées, études géographiques sur les galeries drainantes souterraines, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

Bisson J., 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan.

Bisson J., Vanney J.-R., Wieber J.-C., Flageollet J.-C., 1960, Atlas régional des départements sahariens, Antenne de documentation géographique (État-Major Interarmées, Alger).

Capot-Rey R., 1953, Le Sahara français, Paris, PUF.

Côte M., 1993, « Espoirs et menaces sur le Sahara : les formes récentes de mise en valeur agricole », Cahiers d’URBAMA, no 8, p. 11-27.

Côte M., 2002, « Des oasis aux zones de mise en valeur. L’étonnant renouveau de l’agriculture algérienne », Revue Méditerranée, tome 99, no 3.4, p. 5-14.

Dubost D., 2002, Écologie, aménagement et développement agricole des oasis algériennes, Biskra, Éditions du CRSTRA.

Ismain A., Tourek K., 2011, La structure foncière agricole dans les oasis de Tiberghamine (commune d’Aoughrout, wilaya d’Adrar), Mémoire d’ingéniorat (en langue arabe), Université d’Oran.

Kentaoui A., Keddi A., 2013, La structure foncière agricole dans les oasis d’Aoulef (wilaya d’Adrar), Mémoire d’ingéniorat (en langue arabe), Université d’Oran.

Kouzmine Y., Fontaine J., Yousfi B., Otmane T., 2009, « Étapes de la construction d’un désert : l’espace saharien algérien entre convoitises économiques, projets politiques et aménagement du territoire », Annales de Géographie, no 670 (6/2009), p. 659-685.

Maârouf N., 1980, Lecture de l’espace oasien, Paris, Sindbad.

Ministère de l’Agriculture et du Développement rural, 2011, Recensement général de l’agriculture, Algérie.

Otmane T., 2010, Mise en valeur agricole et dynamiques rurales dans le Touat, le Gourara et le Tidikelt (Sahara algérien), Thèse de Doctorat en géographie, Universités d’Oran et de Franche-Comté (Besançon).

Otmane T, Kouzmine Y., 2013, « Bilan spatialisé de la mise en valeur agricole au Sahara algérien », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, DOI : 10.4000/cybergeo.25732. http://cybergeo.revues.org/25732

Otmane T., Kouzmine Y., 2011, « Timimoun, évolution et enjeux actuels d’une oasis saharienne algérienne », Insaniyat, no 51-52 (vol. XV, 1-2), p. 165- 184.

Reggani M.-M., Dallil M., 2012, La structure foncière agricole dans l’oasis d’El Habla à Tasbit (wilaya d’Adrar), Mémoire d’ingéniorat (en langue arabe), Université d’Oran.

Haut de page

Notes

1 La société oasienne est composée de chorfa et mrabtine, propriétaires de l’eau et de la terre ; de harratine, descendants d’anciens esclaves, principalement des Noirs originaires de l’Afrique sub-saharienne, chargés du creusement et de l’entretien des foggaras, ainsi que du travail de la terre ; et des ahrar (littéralement, hommes libres), nomades sédentarisés ou personnes provenant des régions voisines.

2 La Loi no 83-18 relative à l’accession à la propriété foncière par la mise en valeur agricole (APFA) a permis à toute personne physique jouissant de ses droits civiques ainsi qu’à toute personne morale de statut coopératif, de nationalité algérienne, d’acquérir une exploitation agricole. L’attributaire dispose d'un délai de cinq années pour réaliser son programme de mise en valeur et procéder au transfert de la propriété du domaine privé de l’État à son profit – à la suite de quoi le bien devient de statut privé, melk – contre le versement d’un dinar symbolique au Trésor public. La même Loi a prévu la régularisation des terres libres mises en valeur par des occupants qui n’en avaient pas la propriété, au nom du principe du fait accompli, ce qui renoue avec le droit musulman qui reconnaît la propriété de la terre à celui qui la vivifie.

3 Information obtenue à partir du traitement de l’image Landsat, 2005 (Otmane, 2010).

4 Recensement général de l’agriculture, 2001.

5 La constitution en habous privé fait que les revenus des biens qui les composent sont destinés à des bénéficiaires précisés dans l’acte donc le contenu est d’abord établi oralement. L’administrateur du habous (nadher) est généralement choisi par le constituant. Le cas le plus fréquent est celui où c’est le chef de famille qui le constitue pour préserver la propriété familiale, puisque, dès que le habous est constitué, il est interdit au propriétaire et, ultérieurement, à ses descendants de vendre les biens ainsi institués. Le propriétaire initial en conserve néanmoins l’usufruit pour le reste de sa vie.

6 Recensement général de l’agriculture, 2001.

7 Le khemassa (khamessat) vient du mot khammès, une personne qui travaille contre le 1/5e de la récolte. Le propriétaire assure dans ce contrat l’eau, le fumier, les semences, les outils de travail et c’est lui qui effectue le choix des cultures. Le khammès fournit le travail physique, assure l’irrigation du jardin et participe à l’ensemencement et à la récolte. Il doit aussi contribuer au curage de la foggara, mais, dans ce cas, il reçoit en contrepartie un salaire comme tous les ouvriers d’entretien. Il a aussi la possibilité d’établir plusieurs contrats de ce type (khemassa), concernant plusieurs jardins, avec différents propriétaires.

8 En revanche, la kherrassa (le terme vient du mot kherrass) est une forme qui s’apparente plus au fermage et est beaucoup plus avantageuse que la khemassa. Le kherrass loue (en principe) l’eau et la terre ; il apporte les outils et les semences. Il a la liberté dans le choix des cultures, la production maraîchère lui revient avec en plus une part de la récolte de dattes (part qu’il négocie avec le propriétaire). La kherrassa s’applique à l’eau comme elle peut s’appliquer à la terre. La khemassa et la kherassa sont qualifiées par les chercheurs spécialistes du Sahara, entre autres Capot-Rey et Bisson, comme des formes de métayage ; toutefois, ces deux modes ont quelques spécificités locales.

9 Direction des services agricoles de la wilaya d’Adrar, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tayeb Otmane et Abed Bendjelid, « Les petites exploitations agricoles familiales dans les oasis occidentales du Sahara algérien : état et devenir », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 02 mai 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1488 ; DOI : 10.4000/emam.1488

Haut de page

Auteurs

Tayeb Otmane

Géographe, Professeur à l'Université d'Oran 2

otmanet1@yahoo.fr

Abed Bendjelid

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page