Navigation – Plan du site

Impact des inondations et problématique de la gestion des risques naturels en milieu urbain saharien algérien.

Les cas de Béchar et d’Adrar
Impact of floods and the problem of natural risk management in the Algerian Saharan urban space. The cases of Béchar and Adrar
Mohamed Hadeid

Résumés

Ces dernières années, les villes sahariennes ont été sérieusement touchées par des catastrophes naturelles. Elles en ont d’autant plus souffert que ni les citoyens, ni les autorités locales n’étaient prêts à y faire face, aussi bien au plan matériel qu’humain. Les inondations qui sont survenues à intervalles rapprochés, en 2004, 2008 et 2009, ont fait la preuve que de sérieux problèmes accompagnaient la gestion d’un tel risque. Les plans d’urbanisme en vigueur n’avaient pas intégré cette dimension et leur application laxiste a laissé faire les constructions à fins d’habitat, et parfois même d’équipements publics, dans les zones inondables. Parce que les régions sahariennes sont connues pour leur aridité, l’impréparation des responsables peut néanmoins s’expliquer ; mais il est plus difficile de comprendre les défaillances ou les dysfonctionnements qui ont accompagné les programmes de reconstruction et de relogement, même si l’ampleur de la catastrophe s’est rapidement avérée être au-dessus des moyens de réponse des autorités locales. Les stratégies de contournement systématiquement mises en œuvre par les « bénéficiaires » des aides à la réhabilitation ou la reconstruction de leurs maisons, ainsi que par ceux ayant obtenu un logement social pour y réinstaller leurs familles, montrent l’absence de concertation entre les citoyens et les services et administrations responsables. Le fonctionnement bureaucratique pour l’attribution des aides a occasionné des retards considérables dans l’avancement des travaux. Nous nous interrogeons in fine sur les solutions qui sont envisageables à court et moyen termes pour prévenir des risques dont la fréquence est probablement appelée à devenir plus grande, et sur l’applicabilité, dans le contexte algérien, de ces solutions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À Aoulef, 1 013 habitations ont été touchées par ces intempéries, dont 55,3 % ont été détruites pre (...)
  • 2 Pour Timimoun et Aoulef, les enquêtes ont été effectuées par des étudiants de géographie de l’Unive (...)

1Ce n’est pas parce que les villes sahariennes de l’Algérie sont situées dans un milieu caractérisé par son aridité qu’elles ne sont pas susceptibles d’être frappées sévèrement par de violentes intempéries, comme ce fut le cas en octobre 2008 et en janvier 2009. Ces pluies très abondantes se sont concentrées cette fois-ci sur l’espace saharien et ses marges septentrionales (steppe), causant des dégâts matériels conséquents1. À leur suite, et parce qu’elles sont des lieux de forte concentration de populations, les villes sahariennes ont été l’objet d’une grande attention de la part de l’État, soucieux, en manifestant sa prompte sollicitude, d’apaiser les souffrances, de compenser les pertes matérielles et, plus largement, de désamorcer toutes les sources de contestation ou de conflit potentiels. En effet, les dégâts engendrés par ces intempéries ont privé un nombre important de citoyens de leurs maisons, soit parce qu’elles n’ont pas résisté du fait de leur vétusté et de la nature des matériaux avec lesquels elles étaient construites, soit parce qu’elles se situaient sur les rives de l’oued Béchar. De fait, les réactions de l’État pour prendre en charge les populations sinistrées ont été rapides. Les solutions retenues furent soit la réhabilitation des constructions lorsque cela était envisageable, soit le relogement dans des immeubles neufs. Compte tenu des délais que ces travaux ne manqueraient pas de nécessiter, des solutions temporaires ou, pour certaines, intermédiaires furent décidées, tel que l’octroi d’une indemnité mensuelle devant permettre aux sinistrés de payer le prix de la location d’un autre logement en attendant le leur. Comme on pouvait s’y attendre, le comportement des populations a été différent selon les solutions qui s’appliquaient en principe à eux et selon le degré de dégradation de leurs habitations. L’objectif de notre recherche est donc d’une part d’identifier, avant de tenter de les expliquer, les stratégies définies par les populations affectées par ces intempéries pour tirer le meilleur parti des aides de l’État, et, d’autre part, de rendre compte de la manière dont ce dernier, à travers les institutions et les services qui le représentent à l’échelle locale (daïras et wilayas), a pu et su gérer cette situation relativement inédite en ce qu’elle a concerné des villes plus connues pour la rareté des précipitations qu’elles reçoivent que pour leur excès. Les implications spatiales et sociales de ce type de risque nous ont ainsi semblé particulièrement intéressantes à étudier, notamment dans ces espaces singuliers que sont les villes sahariennes, non pas tant pour quantifier les dégâts que pour voir comment les autorités gèrent les situations qui découlent de ce type de risque, dont les effets ont été d’une ampleur inconnue jusqu’alors ; et pour nous demander si, à l’avenir, elles prendront les mesures de prévention nécessaires et adopteront les moyens indispensables à leur application. Pour élucider ces questions, nous nous sommes basé essentiellement sur des enquêtes menées sur le terrain auprès des populations sinistrées, ainsi qu’auprès des autorités locales responsables de la gestion de la phase post-aléa. Ces enquêtes ont concerné le chef-lieu de la wilaya de Béchar (Béchar-ville) et deux villes de la wilaya d’Adrar (Aoulef et Timimoun)2 (Fig. 1).

Figure 1. Les villes sahariennes étudiées.

Cartographie : M. Hadeid & Fl. Troin • CITERES 2018.

Les lourds effets des intempéries et des inondations sur quelques villes sahariennes : les cas de Timimoun, Béchar et Aoulef

2Les épisodes successifs d’intempéries qui ont touché les zones sahariennes, en particulier les villes de Timimoun (2004), de Béchar (2008) et d’Aoulef (2009), ont causé des dégâts matériels considérables : habitations totalement ou partiellement détruites, infrastructures gravement détériorées, équipements collectifs dévastés, etc.

3À Béchar, il est tombé 90 mm de précipitations en deux jours ; 63 mm à Timimoun et 30 mm à Aoulef en une journée pour chacun de ces lieux. À l’aune des moyennes annuelles, cela en représente 100 % à Béchar, plus de 50 % à Timimoun et plus du double à Aoulef, une petite ville située dans une zone hyperaride. Ainsi s’explique que, dans les quartiers touchés, les habitants n’aient plus été en mesure de continuer à vivre sur place, sauf à leurs risques et périls.

4Les intempéries passées, les autorités devaient à court terme panser les plaies les plus béantes ; à moyen terme, reconstruire les infrastructures et équipements détruits, mais surtout reloger les ménages qui n’avaient plus de toit ; et, à long terme, il leur fallait envisager des mesures pour éviter la répétition d’une telle catastrophes ou, plus exactement, faire en sorte qu’une catastrophe de ce type, si elle advenait une nouvelle fois, n’ait pas des effets aussi graves sur la vie et les biens des habitants. Mais, avant toutes choses, les autorités locales lancèrent des enquêtes en vue de recenser les dégâts, mais surtout pour identifier les ménages sinistrés et les dénombrer, selon qu’ils avaient perdu en totalité leur logement ou que celui-ci n’était que partiellement détruit.

Figure 2. Une maison en toub sérieusement endommagée par les pluies.

Figure 2. Une maison en toub sérieusement endommagée par les pluies.

Cliché : Commune d’Aoulef, février 2009.

Figure 3. Les îlots touchés par les inondations à Aoulef.

Figure 3. Les îlots touchés par les inondations à Aoulef.

Source : Reconstitution de l’auteur, d’après données DLEP d’Adrar, 2010.

Cartographie : M. Hadeid & Fl. Troin • CITERES 2018.

  • 3 Un ksar [pl. ksour] est en principe, en Afrique du Nord, un village fortifié. C’étaient parfois des (...)
  • 4 Le toub est un mélange de terre et de paille, séché au soleil.
  • 5 Le non-respect des dispositions relatives aux constructions dans les zones inondables mériterait à (...)

5À vrai dire, l’importance des dégâts dans les trois villes que nous avons étudiées n’est pas due seulement au caractère exceptionnel des précipitations qu’elles ont reçues. Celles-ci n’ont eu autant d’effets que parce que de très nombreuses habitations des vieux quartiers (ksour3) sont construites en toub4, qu’elles sont vétustes et mal entretenues (Fig. 2 et 3). Ce type de dégâts a été particulièrement important à Aoulef et Timimoun. Mais les précipitations ont eu d’autres effets : elles ont provoqué la crue des oueds sur les rives desquels de très nombreuses maisons d’habitation avaient été construites, avec ou sans autorisation, au cours des dernières décennies. Ainsi, à Béchar, la plus grosse part des dégâts occasionnés l’a été par la crue de l’oued Béchar, qui traverse la ville du nord-est au sud-ouest. Tout ce qui était situé dans les secteurs inondables a été sérieusement touché, que ce soient les maisons d’habitation ou les quelques équipements collectifs qui y avaient été localisés. Il va de soi que ces secteurs n’auraient jamais dû être urbanisés – les constructions y étaient effectivement interdites –, mais comme ils se trouvaient en plein centre-ville, il s’exerçait sur eux de telles pressions que les autorités fermaient les yeux sur le non-respect des plans d’urbanisme. Dans une agglomération comme Béchar, la tension sur le foncier urbain est extrême : en l’occurrence, elle a conduit à ce que des lotissements soient aménagés par la commune en pleine zone inondable, où l’on n’a pas hésité à autoriser la construction d’une école primaire (Fig. 4)5.

Figure 4. Effets des inondations sur une partie de la ville de Béchar (quartier E’Nour).

Figure 4. Effets des inondations sur une partie de la ville de Béchar (quartier E’Nour).

Source : Images Google Earth et mentions de l’auteur.

Cartographie : M. Hadeid & Fl. Troin • CITERES 2018.

6Les enquêtes réalisées par les services de la Direction de l’urbanisme et de la construction (DUC) de la wilaya d’Adrar ont établi que plus de 55 % des habitations touchées par les pluies abondantes étaient inhabitables, la plupart d’entre elles étant jugées trop endommagées (si ce n’est détruites), les autres parce que les dommages, certes partiels, étaient tels que les réparations s’avéraient impossibles ou trop coûteuses. Les 45 % restants nécessitaient des réparations, mais elles ont néanmoins été déclarées habitables. Le bilan est moins lourd à Béchar, puisque près du quart seulement des maisons touchées y ont été déclarées inhabitables par la DUC de sa wilaya. Cette situation critique a conduit les autorités locales à envisager tout un programme de relogement, qui comporte plusieurs formules.

Politiques de relogement et stratégies différenciées des populations

7L’intervention de l’État est, en Algérie, automatique et souvent de grande ampleur à chaque fois que des catastrophes naturelles affectent l’une ou l’autre des régions du pays. S’il importe bien sûr d’analyser les composantes des mesures (d’urgence ou à plus long terme) adoptées en ces circonstances, il s’avère également très instructif d’étudier les réactions des populations sinistrées envers elles, tant la question de savoir comment est gérée l’après-catastrophe permet d’en faire un bilan et d’en tenter une évaluation, dont les résultats seront (peut-être) utiles afin d’éviter le renouvellement d’erreurs éventuelles. Erreurs d’autant plus envisageables, en effet, que les autorités locales algériennes ne sont pas véritablement formées pour gérer de telles situations.

Des solutions d’urgence nécessitant une intervention massive des services de l’État et des collectivités locales

  • 6 Pendant les deux premières journées d’intempéries, la distribution aléatoire et tardive des tentes (...)

8Malgré quelques insuffisances6 dans la prise en charge des familles sinistrées durant les premiers jours de la catastrophe, les services de la wilaya sont, très rapidement ensuite, intervenus en vue de répondre aux besoins des populations sinistrées. Soutenues par le pouvoir central, ces structures, accompagnées par les communes (municipalités), ont mobilisé tous leurs moyens pour venir en aide aux ménages dont les logements avaient été partiellement ou totalement détruits. Pour Aoulef, le ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté nationale à l’étranger a envoyé deux avions chargés de vivres aux sinistrés, dont la plupart avaient trouvé refuge dans des écoles et des salles omnisports ; 600 tentes ont aussi été distribuées, à quoi se sont ajoutés des dons de produits alimentaires et de médicaments (Fig. 5).

Figure 5. Des sinistrés provisoirement relogés sous des tentes.

Figure 5. Des sinistrés provisoirement relogés sous des tentes.

Cliché : Commune d’Aoulef, février 2009.

9À Béchar, sept centres d’hébergement ont été aménagés et ont accueilli une centaine de familles sinistrées. L’ampleur de la catastrophe a été telle que les services de la wilaya ont été rapidement dépassés, obligeant à une intervention des autorités centrales seules en mesure de mobiliser les moyens matériels et humains suffisants. Quant à Timimoun, les populations sinistrées ont été relogées provisoirement dans des écoles.

10Une fois passée la période d’urgence et une fois la situation des sinistrés à peu près stabilisée, le temps est venu, pour les autorités, d’entreprendre des opérations de déblaiement et de nettoyage pour dégager les terrains sur lesquels pouvaient être envisagées des opérations de relogement. Ces opérations, particulièrement urgentes (Fig. 6 et 7), apparaissaient comme les seules à même d’apporter une réponse pérenne aux problèmes des familles. Pourtant, à Aoulef, ces opérations ont été fortement critiquées par des associations locales défendant le patrimoine, car elles ont conduit à la démolition intégrale de toutes les habitations endommagées du ksar et de celles se situant à sa proximité, sous prétexte que l’exiguïté des ruelles ne permettait pas aux agents de la Protection civile d’intervenir rapidement pour apporter leur aide aux populations en difficulté. Mais, en réalité, cela permettait surtout aux engins de déblaiement de pénétrer à l’intérieur du ksar, d’accélérer les travaux de destruction des constructions et de préparer rapidement les terrains pour y entreprendre les travaux de reconstruction. Quant à Béchar, les travaux d’urgence ont privilégié l’aménagement de l’oued proprement dit, avec le déblaiement de son lit, des travaux de renforcement des berges et la restauration des digues, sérieusement endommagées par la crue. Il a fallu en outre engager rapidement la reconstruction des deux ponts qui reliaient le quartier de Debdaba au centre-ville, car ils permettaient aux habitants de ce faubourg d’aller travailler dans la ville, d’y faire la plupart de leurs courses et d’accéder aux services publics et aux équipements de base. Leur destruction avait créé une situation insupportable pour les résidents de Debdaba.

Figure 6. Bulldozer en activité pour faire place nette dans le ksar d’Aoulef.

Figure 6. Bulldozer en activité pour faire place nette dans le ksar d’Aoulef.

Cliché : Commune d’Aoulef, février 2009.

Figure 7. Après les crues, travaux de déblaiement du lit de l’oued Béchar et reconstruction d’un pont reliant la ville au quartier de Debdaba.

Figure 7. Après les crues, travaux de déblaiement du lit de l’oued Béchar et reconstruction d’un pont reliant la ville au quartier de Debdaba.

Cliché : DLEP de Béchar, décembre 2008.

Le relogement des populations sinistrées : une opération difficile à concrétiser en raison des stratégies de contournement adoptées par les sinistrés

11Une fois obtenus les résultats des enquêtes portant sur les ménages sinistrés, les autorités décidèrent d’agir en plusieurs temps.

L’octroi d’une aide financière, trop souvent détournée de son but

12Dans un premier temps, le plus urgent était de sortir les sinistrés du dénuement, eux qui avaient tout perdu ou presque. Les autorités décidèrent ainsi d’accorder une aide financière à chaque ménage, d’un montant de l’ordre de 12 000 dinars algériens [DA] (soit 100 € environ). Dans son principe, cette aide était destinée à permettre à chaque famille de payer la location d’une maison et à faire en sorte qu’elle se trouve dans une situation acceptable en attendant que son ancien logement soit réparé ou reconstruit. Cette disposition a été bien accueillie puisqu’elle montrait la volonté de l’État de prendre à bras le corps les difficultés des sinistrés et d’élaborer des mesures susceptibles de limiter, au moins dans un premier temps, les effets (économiques et financiers) des intempéries.

  • 7 À Aoulef, près du quart des sinistrés a utilisé des constructions situées à l’extérieur du ksar, qu (...)
  • 8 Le pourcentage (2 %), identique à Béchar et à Timimoun, est le fait d’un pur hasard. Il représente (...)

13Malgré ce bon accueil, les résultats ne furent pas ceux que les autorités attendaient, tant il est vrai que celles-ci semblent n’avoir tenu aucun compte des caractéristiques des sociétés locales et de leurs modes de fonctionnement. En effet, dans les villes sahariennes en général et dans celles étudiées en particulier, les solidarités familiales constituent toujours la trame des rapports sociaux. De ce fait, dans un centre comme Aoulef, près de la moitié (43,5 %) des bénéficiaires de l’aide ne l’ont pas utilisée, pour la bonne et simple raison qu’ils ont été accueillis, avec leurs familles, par l’un ou l’autre de leurs parents. Parmi ceux qui n’ont pas bénéficié de cet accueil dans la grande famille, certains ont pu utiliser d’autres habitations qu’ils possédaient7 ou se sont installés sous des tentes montées sur l’emplacement même de leur maison détruite. Cette solidarité familiale a joué par contre un rôle très limité à Béchar et Timimoun, puisque moins de 2 %8 des ménages sinistrés ont été pris en charge par leurs proches dans chacune de ces villes. Il est probable que ce taux très faible s’explique par le fait que ces deux centres urbains sont nettement plus peuplés qu’Aoulef, que leur économie et leur société ont été transformées depuis plus longtemps et plus profondément, faisant en sorte que les solidarités familiales s’y sont érodées. En définitive, les sinistrés des trois villes étudiées qui ont réellement utilisé l’aide financière accordée par les autorités pour louer une maison ne représentent que près du quart des ménages concernés.

14Informées et conscientes (un peu tard, sans doute) de ces contournements opérés par les chefs de ménage sinistrés, les autorités locales ont préféré fermer les yeux en se justifiant par le caractère provisoire d’une aide qui n’avait été distribuée qu’en attendant un relogement « définitif ». La tolérance manifestée par ces autorités avait pour but essentiel d’éviter que les esprits ne s’échauffent et de conserver ainsi le contrôle d’une situation logiquement tendue. On est cependant légitimement en droit de s’interroger sur l’efficacité d’un tel comportement, alors que le détournement des aides octroyées exerce des effets (négatifs) directs sur l’économie et la société urbaines et qu’il crée des inégalités entre ceux qui ont été obligés de l’utiliser pour se loger et ceux qui ont pu en disposer plus librement.

Les opérations de réhabilitation des habitations et de relogement des sinistrés, une entreprise compliquée et aux effets imprévus

  • 9 Cela concerne principalement les sinistrés qui n’ont pas, pour diverses raisons (âge, état de santé (...)
  • 10 Informations obtenues de la DLEP d’Adrar.

15Soutenir les populations au plan financier est une chose, engager les opérations pour le relogement est une tout autre affaire, singulièrement plus compliquée, et dont les enjeux sont incomparablement plus grands. D’une part, elle impose à l’État de mobiliser des sommes très élevées, car il s’agit à la fois de reconstruire des logements, mais aussi les infrastructures et équipements indispensables à la vie quotidienne ; et, d’autre part, elle représente pour les habitants devant être relogés l’inscription dans un nouveau cadre de vie et, souvent, l’obligation de modifier leur mode d’habiter. Concrètement, le relogement s’est opéré selon deux formules :
– La première a consisté à allouer une somme de 1 million de dinars aux chefs de ménage en vue de la construction d’une nouvelle maison. La somme peut être utilisée pour rémunérer un entrepreneur, qui organisera le chantier, recrutera les ouvriers nécessaires et fera appel aux artisans spécialisés selon les besoins9 (Fig. 8) ; ou bien, dans le cas où la personne sinistrée veut reconstruire sa maison elle-même, elle peut utiliser cette somme à cette fin, comme bon lui semble (pour acheter des matériaux de construction, rémunérer une aide, etc.), pour l’autoconstruction, en quelque sorte. Le versement de cette somme est prévu en trois tranches, et sous réserve d’un contrôle favorable, opéré par l’institution en charge de l’opération, du respect des conditions d’octroi : le premier versement, pour 40 % du total, est destiné à la réalisation des fondations ; la deuxième tranche doit servir à la toiture, pour 40 % du total encore ; enfin, les 20 % restants sont destinés à assurer les travaux de finition. Dans la ville d’Aoulef, 709 ménages ont bénéficié de la première formule (logements à 1 million de dinars), dans le cadre de l’autoconstruction, sans avoir recours aux entrepreneurs et 295 ménages ont bénéficié de la même opération, mais la construction a été faite par des entrepreneurs. Alors que les sinistrés de Béchar n’ont pas été concernés par cette aide, ceux de Timimoun ont pu bénéficier de 146 logements rentrant dans cette formule10.
– La seconde formule est celle d’un relogement pris en charge entièrement par l’État dans des appartements aménagés dans des immeubles neufs, réalisés par des entreprises privées. À Aoulef, les 200 logements sociaux programmés sont de type F3 dans des immeubles de trois étages. Ces logements n’ont été livrés qu’au mois de juin de l’année 2012. Les sinistrés de Timimoun ont reçu 500 logements sociaux répartis sur deux sites différents (262 et 238 logements).

  • 11 APC : Assemblée populaire communale (l’équivalent d’un conseil municipal).
  • 12 Le relogement, ici, recouvre à la fois l’option « logement social » et celle « autoconstruction ».
  • 13 Pour Béchar, nous n’avons trouvé aucune information sur ce sujet.
  • 14 Selon le Service technique de la daïra de Timimoun, cet « assainissement » a été effectué après qu’ (...)

16Face à ces deux possibilités qui leur sont offertes, les sinistrés – ou ceux qui se déclarent sinistrés – vont déployer des stratégies variées, mais dont toutes visent, en fonction de leur situation effective, à en tirer le meilleur parti. Elles commencent à se manifester en jouant sur le nombre des bénéficiaires. Il apparaît en effet très rapidement que personne ne sait vraiment combien il y a d’ayants droit, les différents organismes concernés fournissant des chiffres qui comportent des écarts, parfois minimes, mais parfois plus significatifs. Ainsi, la DLEP d’Adrar, enquêtant auprès de l’APC11 d’Aoulef, relève que 1 273 chefs de ménage figurent sur une liste établie après un premier recensement, alors que, peu de temps après, la même municipalité fournit une liste longue de 1 322 noms. Liste qui, dans un troisième temps, a été « assainie » pour être réduite à 1 013 ! Quant à la DLEP, le listing qu’elle établit de son côté est légèrement inférieur : le nombre de ménages bénéficiaires et susceptibles de bénéficier d’un relogement12 serait de 1 004. Des disparités du même ordre de grandeur se retrouvent à Timimoun13 pour l’établissement de la liste des bénéficiaires : la liste initiale recensait 1 242 constructions touchées ; après « assainissement » effectué par la DLEP, ce nombre était abaissé à 1 11514. La tendance de la DLEP à « tirer vers le bas » les chiffres peut être aisément comprise : c’est elle qui finance les opérations ! Force alors est de tirer deux conclusions de cet état de choses : ou bien les différents services concernés (DLEP, DUC et APC) sont mal ou pas coordonnés, et aucun d’eux ne maîtrise véritablement la situation ; ou bien il y a vraiment « du jeu » dans la prise en compte des bénéficiaires au plan de la commune, un lieu de décision où, sans doute, les stratégies de contournement des citoyens pour bénéficier des aides de l’État ont le plus de chances d’être couronnées de succès ; le prix de la proximité, sans doute ! La connaissance du terrain qui est la nôtre nous permet cependant d’affirmer que l’alternative entre les deux hypothèses que nous venons de formuler est probablement trop tranchée ; en vérité, les deux explications rendent compte de manière complémentaire de la situation et les contournements sont d’autant plus nombreux que les autorités n’ont aucune expérience de ces situations de gestion de crise(s).

17Les distorsions qui se manifestent entre les différentes sources officielles quant au nombre de sinistrés à prendre en considération ont plusieurs causes. L’une des principales réside dans le fait que nombre d’habitants a tenté de faire recenser comme habitations détruites ou touchées par les intempéries des constructions abandonnées depuis plus ou moins longtemps, donc inhabitées, voire jamais destinées à l’habitation. Les signes extérieurs de dégradation physique qu’elles présentaient ont suffi pour que, sollicités par leurs propriétaires, les enquêteurs en charge du relevé initial les aient retenues et fait figurer sur les listes. Ce fut tout particulièrement le cas dans le vieux ksar d’Aoulef. Dès que les premières inscriptions de ce type furent connues, le nombre des demandeurs a rapidement gonflé, ce qui est aisément compréhensible dans la mesure où une maison abandonnée et donc difficile à réhabiliter pouvait donner droit à son propriétaire à une aide d’un million de dinars ! Malgré les efforts entrepris en vue de l’« assainissement » des listes initiales, quelques propriétaires de maisons abandonnées ont réussi à passer entre les mailles du filet et à se faire recenser (avant de toucher l’aide promise). À Aoulef, on estime leur nombre à une dizaine, mais il conviendrait d’ajouter, parmi les fraudeurs, quelques autres chefs de ménage – dont le nombre est inconnu – qui ont volontairement démoli certaines parties de leur habitation pour faire croire qu’elle avait été endommagée, et qui sont parvenus à se faire inscrire sur les listes (initiale, puis « assainie »).

18D’autres manières de « contourner » les conditions d’octroi des aides concernent les modalités de construction des maisons lorsque le sinistré a fait le choix de faire procéder aux travaux de remise en état ou de reconstruction par un entrepreneur. À l’origine, les autorités avaient envisagé que toutes les maisons devaient être réalisées par des professionnels. Mais cette décision a suscité les récriminations de nombre de concernés, qui ont revendiqué le droit de reconstruire par eux-mêmes, sans passer par l’intermédiaire d’un entrepreneur. À Aoulef, cette requête a fini par être entendue, de telle sorte que, au bout du compte, sur les 1 004 propriétaires retenus pour bénéficier de l’aide de 1 million de DA, plus de 70 % ont procédé par autoconstruction. Si, sur ce point, la pression sociale a été très forte – suffisamment en tout cas pour faire reculer les autorités, pas dupes pour autant des raisons qui la sous-tendaient –, c’est que recevoir la somme promise permet de n’en consacrer qu’une partie à la reconstruction de la maison et d’utiliser le solde à d’autres fins : achat de biens de consommation ; aménagement d’un petit commerce au rez-de-chaussée de l’habitation, etc.

  • 15 Relevés de contrôle effectués par la DLEP d’Adrar, arrêtés au 31 décembre 2009.

19Quels que soient les comportements adoptés, ils ont eu de sérieuses conséquences sur l’état d’avancement des constructions : ainsi, une année après le début de l’opération, aucune maison n’avait encore vu le jour à Aoulef15 ! Si, pour la très grande majorité d’entre elles, les chantiers étaient effectivement engagés, tous ceux-ci accusaient un retard plus ou moins important selon le rythme de versement des aides : les entrepreneurs, en effet, ne travaillent que lorsqu’ils ont reçu des fonds de la part des propriétaires, et ces derniers ne sont en mesure de les leur verser que lorsque eux-mêmes ont reçu des autorités la part de l’aide à laquelle ils ont droit. Des tensions supplémentaires sont générées par l’augmentation très rapide, en cette deuxième moitié des années 2000, du prix des matériaux de construction, tout particulièrement le ciment. Les entrepreneurs ne sont pas prêts à en faire l’avance ; les propriétaires attendent pour en acheter en espérant que les prix baisseront ; et comme cela n’advient pas, les sommes dont ils disposent ne leur permettent plus d’acheter les quantités suffisantes, de telle sorte que les travaux n’arrivent jamais à s’achever. Du coup, le paysage urbain d’Aoulef se présente comme un immense chantier, éternellement renouvelé.

  • 16 Le chercheur ne peut manquer pour sa part d’être surpris en constatant la surprise (réelle ou appar (...)

20Aux difficultés inhérentes aux opérations financées par un versement direct aux propriétaires, à charge pour eux d’auto-construire ou d’utiliser les services d’un entrepreneur, sont venues s’en ajouter d’autres relatives au relogement des populations sinistrées dans des logements neufs (appartements en immeubles). Dans ce cas de figure, les autorités semblent avoir été prises au dépourvu, car elles pensaient initialement ne devoir résoudre que des problèmes techniques (choix du site, types de logements, etc.). Or, elles ont été confrontées à de multiples manifestations de mécontentement de la part des populations concernées, soit avant même que le relogement n’ait lieu, soit après16. Ce sont ces tensions dont il nous faut préciser les causes, avant de présenter les solutions adoptées par les responsables du relogement.

Les contraintes de l’opération de relogement en appartements des populations sinistrées

  • 17 CNL : Caisse nationale du logement. Les textes officiels, que la CNL est tenue d’appliquer, précise (...)
  • 18 Date de l’enquête que nous avons menée sur le terrain.

21Pour ceux qui ne pouvaient pas bénéficier d’une aide pour un relogement direct, l’État n’a eu d’autres solutions que d’envisager la construction de logements sociaux où seraient réinstallés les sinistrés et leurs familles. En théorie, la situation était claire et il suffisait de résoudre les problèmes techniques de construction et de dégager les enveloppes financières nécessaires pour que le problème soit en voie de règlement. Pourtant, les enquêtes effectuées par la CNL pour vérifier que les sinistrés qui devaient bénéficier d’un tel logement social remplissaient bien les conditions requises17, firent le constat que près de la moitié d’entre eux possédaient déjà un logement financé par l’État et que, par conséquent, ils se trouvaient hors du champ d’application des textes réglementaires. Quant à l’autre moitié des bénéficiaires potentiels, ils ont refusé cette solution, car ils ne voulaient pas devenir locataires, alors qu’ils étaient propriétaires auparavant. En l’absence de données exactes sur ceux qui ont réellement refusé cette option, il faut savoir que cette attitude n’a été que provisoire et elle ne s’est manifestée par aucune réaction concrète auprès des autorités compétentes. Ainsi, sans solution alternative, sauf à vivre et à coucher avec leurs familles sous les tentes d’urgence, ils finirent par accepter d’intégrer leurs appartements. Ils découvrirent alors d’autres sources d’insatisfaction. À Aoulef, près de 60 % (58,6 %) des relogés se plaignent de l’exigüité des logements (50 m2 avec deux pièces), inadaptés à la taille de leurs familles, et de leur architecture, si différente de celle des maisons du ksar et s’avérant à l’usage totalement incompatible avec leurs modes de vie traditionnels. Cela explique probablement, outre les problèmes de solvabilité, les réticences que les sinistrés relogés dans des logements sociaux manifestent pour payer leur loyer : c’est le cas à Timimoun, où 69,7 % d’entre eux n’en ont encore payé aucun jusqu’en 201118.

  • 19 Sur un plan plus général, toujours selon nos enquêtes, près de 30 % des relogés à Timimoun n’utilis (...)
  • 20 L’intérêt que les « étrangers » porte à ces logements s’explique par le faible montant de leurs loy (...)

22Rien d’étonnant, donc, à ce que les ménages réinstallés dans des logements sociaux aient, après un laps de temps plus ou moins long, fini par les quitter, d’autant que leur localisation en périphérie des villes ne jouait pas en faveur du maintien sur place des attributaires. L’enquête de terrain établit ainsi que, à Timimoun, 62,2 % des « bénéficiaires » n’étaient pas satisfaits du lieu où ils avaient été relégués19. Beaucoup d’entre eux ont donc préféré regagner leurs habitations anciennes du ksar, qu’ils ont retapées par eux-mêmes en mobilisant leurs propres ressources financières et, éventuellement, des aides familiales. Pour justifier ce retour, malgré les conditions de vie difficiles et les dépenses supplémentaires qu’il engendre, ils insistent, dans les entretiens que nous avons eus avec eux, sur les avantages que représente la situation centrale du ksar et les opportunités d’intégration, économique et sociale, qu’il leur permet. Du coup, les locataires « bénéficiaires » qui ont abandonné leurs logements sociaux (appartements) choisissent pour presque une majorité d’entre eux (47 %) de les louer à des particuliers, souvent des personnes « étrangères » à la ville, pour la plupart venus du nord du pays20. Il arrive même que quelques-uns, rares toutefois (2,5 % des cas) les vendent, illégalement bien sûr, puisqu’ils n’en sont pas propriétaires !

Conclusion

  • 21 Encore faudrait-il que la solution préconisée ne consiste pas à raser les maisons en toub, ce qui, (...)

23À l’évidence, les autorités locales ont été prises de court par les stratégies élaborées et mises en œuvre par les sinistrés. À leur décharge, on doit rappeler l’ampleur des dégâts matériels et humains et le fait que, pour la première fois de leur existence, elles ont été confrontées à une catastrophe de cette envergure. Il ne fait aucun doute toutefois que de tels événements climatiques se reproduiront à plus ou moins long terme, sans doute avec une fréquence – et peut-être une violence – accrue du fait des conséquences du changement climatique. La prise de conscience de ce type de risques doit inciter les autorités à préparer des plans de prévention, par exemple en élaborant une cartographie des effets prévisibles des risques d’inondation – comme cela semble effectivement envisagé – et à préparer leurs services techniques à une meilleure gestion de ceux-ci : soit en amont, par exemple en refusant tout laxisme quant à l’attribution des permis de construire dans les zones inondables, ou encore en se préoccupant dès à présent de la rénovation de l’habitat ancien du ksar21 ; soit en aval, en tirant les leçons des difficultés multiples rencontrées pour la réhabilitation ou la reconstruction des habitations détruites et le relogement des ménages sinistrés, par exemple en accélérant le versement aux bénéficiaires des différentes tranches des subventions qui leur ont été accordées, en prenant mieux en considération les modes de vie et modes d’habiter des populations concernées, et en évitant leur relégation dans des périphéries lointaines.

Haut de page

Bibliographie

Ballais J.-L., 2005, « Les villes sahariennes et les risques naturels », p. 59-71, in Côte M. (dir.), La ville et le désert. Le Bas-Sahara algérien, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM.

Bekkouche A., 2007, « Construire en zone à risques, le cas de la Calère à Oran », Méditerranée, no 108. En ligne : http://mediterranee.revues.org/index196.html [consulté le 15/05/2018].

Bendjelid A., Brûlé J.-C., Fontaine J. (dir.), 2004, Aménageurs et aménagés en Algérie. Héritages des années Boumediene et Chadli, Paris, L’Harmattan.

Chettouf F., 2011, Gestion des risques dans une ville saharienne : cas des inondations à Timimoun, Mémoire d’ingénieur en géographie, Université d’Oran (en langue arabe).

Conseil national économique et social, 1998, Rapport sur l’urbanisation et les risques naturels et industriels en Algérie : inquiétudes actuelles et futures, Alger.

Dauphiné A., Provitolo D., 2007, « La résilience : un concept pour la gestion des risques », p. 115-125, Annales de géographie, no 654.

Ghazli M.-A., 2009, Risque des inondations dans la wilaya de Béchar, Mémoire d’ingénieur en géographie, Université d’Oran (en langue arabe).

Hamidi A., 2006, Mutation d’un quartier périphérique d’une ville moyenne en centre d’animation. Debdaba à Bechar, Mémoire de magister en géographie, Université d’Oran.

Keddi A., Maatellaho Y., 2010, Gestion des risques dans une petite ville saharienne, cas des inondations à Aoulef (wilaya d’Adrar), Mémoire d’ingénieur en géographie, Université d’Oran (en langue arabe).

Le Ray J., 2006, Gérer les risques. Pourquoi ? Comment ? Paris, AFNOR.

Moriniaux V. (dir.), 2003, Les risques, Paris, Éditions du Temps, coll. « Questions de géographie ».

• Lois & Décrets

Loi no 3-12 du 27 Joumada Ethania 1424 (26 août 2003) portant l’obligation d’assurance des catastrophes naturelles et à l’indemnisation des victimes.

Loi no 4-20 du 25 décembre 2004 relative à la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable.

Décret exécutif no 9-399 du 29 novembre 2009 définissant les instruments de prévision des crues.

Haut de page

Notes

1 À Aoulef, 1 013 habitations ont été touchées par ces intempéries, dont 55,3 % ont été détruites presque totalement. À Timimoun, elles sont au nombre de 1 115 à avoir été endommagées, dont 57 % sont devenues inhabitables. Quant à Béchar, plus de 4 300 logements ont été sérieusement détériorés. Si, pour Aoulef, les maisons endommagées représentent plus du quart du parc logement de la ville, ce taux ne dépasse pas les 20,5 % à Timimoun, tandis qu’il tombe à 13 % à Béchar.

2 Pour Timimoun et Aoulef, les enquêtes ont été effectuées par des étudiants de géographie de l’Université d’Oran à l’occasion de la réalisation de leurs mémoires, sous ma direction, sur la question des risques naturels en milieu urbain saharien (cf. Chettouf, 2011 ; Keddi, Maatellaho, 2010). Pour Béchar, les données recueillies l’ont été auprès des services de la wilaya de Béchar (Direction du logement et des équipements publics [DLEP]).

3 Un ksar [pl. ksour] est en principe, en Afrique du Nord, un village fortifié. C’étaient parfois des greniers où étaient stockées les récoltes et que l’on défendait contre les rezzous [sg. razzia]. Le terme désigne aujourd’hui, plus largement, des villages traditionnels, tantôt perchés, tantôt seulement situés sur les rives plus ou moins escarpées des oueds.

4 Le toub est un mélange de terre et de paille, séché au soleil.

5 Le non-respect des dispositions relatives aux constructions dans les zones inondables mériterait à lui seul une étude précise. Le plus souvent, si les autorités locales fermaient plus ou moins les yeux sur les constructions à usage d’habitation, elles manifestaient plus de fermeté envers les localisations des équipements publics. Mais le cas de l’école primaire de Béchar montre que, même en ce cas, tout est relatif.

6 Pendant les deux premières journées d’intempéries, la distribution aléatoire et tardive des tentes et des denrées alimentaires a provoqué le mécontentement des sinistrés.

7 À Aoulef, près du quart des sinistrés a utilisé des constructions situées à l’extérieur du ksar, qu’ils possédaient. Cette proportion est bien plus faible à Béchar et à Timimoun (aux alentours de 2 % dans chacun de ces cas)

8 Le pourcentage (2 %), identique à Béchar et à Timimoun, est le fait d’un pur hasard. Il représente la part de ceux qui ont été pris en charge par les membres de leurs familles et non de ceux ayant bénéficié de l’aide financière.

9 Cela concerne principalement les sinistrés qui n’ont pas, pour diverses raisons (âge, état de santé, veuves ou femmes célibataires), la possibilité de construire par eux-mêmes.

10 Informations obtenues de la DLEP d’Adrar.

11 APC : Assemblée populaire communale (l’équivalent d’un conseil municipal).

12 Le relogement, ici, recouvre à la fois l’option « logement social » et celle « autoconstruction ».

13 Pour Béchar, nous n’avons trouvé aucune information sur ce sujet.

14 Selon le Service technique de la daïra de Timimoun, cet « assainissement » a été effectué après qu’il eut été vérifié que certains ménages ne disposaient pas déjà d’un logement ; ont en principe été également exclus de la liste des bénéficiaires ceux qui n’avaient pas occupé les tentes mises à leur disposition au début des opérations de secours.

15 Relevés de contrôle effectués par la DLEP d’Adrar, arrêtés au 31 décembre 2009.

16 Le chercheur ne peut manquer pour sa part d’être surpris en constatant la surprise (réelle ou apparente) des autorités en charge du relogement. Pourtant, les mécontentements et revendications exprimés par les sinistrés devant être relogés, ou venant de l’être, reproduisent presque exactement ceux et celles exprimés par les bidonvillois quand ceux-ci sont sommés de déguerpir, en échange de la promesse selon laquelle, « en remplacement » de leur baraque, ils bénéficieront d’un appartement dans un immeuble installé dans une périphérie urbaine.

17 CNL : Caisse nationale du logement. Les textes officiels, que la CNL est tenue d’appliquer, précisent que, pour bénéficier d’un logement social, le demandeur est soumis à un contrôle local (wilaya), puis à un contrôle régional (en l’occurrence celui de la direction régionale de la Caisse, à Ouargla) et, enfin, à un contrôle national (Alger) dans le but, entre autres, de vérifier qu’il n’a pas déjà bénéficié d’un logement ou d’un lot de terrain.

18 Date de l’enquête que nous avons menée sur le terrain.

19 Sur un plan plus général, toujours selon nos enquêtes, près de 30 % des relogés à Timimoun n’utilisent pas les nouveaux logements qui leur ont été attribués.

20 L’intérêt que les « étrangers » porte à ces logements s’explique par le faible montant de leurs loyers, de l’ordre de 2 000 à 4 000 DA par mois, à comparer aux 7 000 DA qu’il convient au moins de payer pour un logement dans un autre quartier de Timimoun. Les qualités de confort limitées des logements sociaux sont tolérées par ce type de locataires, dans la mesure où la plupart d’entre eux n’envisage qu’un séjour de courte durée à Timimoun, pas plus de 2-3 ans en moyenne.

21 Encore faudrait-il que la solution préconisée ne consiste pas à raser les maisons en toub, ce qui, pour certains « techniciens », constitue la mesure la plus efficace, d’autant qu’elle garantit une reconstruction « moderne » !

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2. Une maison en toub sérieusement endommagée par les pluies.
Crédits Cliché : Commune d’Aoulef, février 2009.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1516/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Figure 3. Les îlots touchés par les inondations à Aoulef.
Légende Source : Reconstitution de l’auteur, d’après données DLEP d’Adrar, 2010.
Crédits Cartographie : M. Hadeid & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1516/img-2.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Figure 4. Effets des inondations sur une partie de la ville de Béchar (quartier E’Nour).
Légende Source : Images Google Earth et mentions de l’auteur.
Crédits Cartographie : M. Hadeid & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1516/img-3.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figure 5. Des sinistrés provisoirement relogés sous des tentes.
Crédits Cliché : Commune d’Aoulef, février 2009.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1516/img-4.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 6. Bulldozer en activité pour faire place nette dans le ksar d’Aoulef.
Crédits Cliché : Commune d’Aoulef, février 2009.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1516/img-5.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 7. Après les crues, travaux de déblaiement du lit de l’oued Béchar et reconstruction d’un pont reliant la ville au quartier de Debdaba.
Crédits Cliché : DLEP de Béchar, décembre 2008.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1516/img-6.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Hadeid, « Impact des inondations et problématique de la gestion des risques naturels en milieu urbain saharien algérien. », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1516 ; DOI : 10.4000/emam.1516

Haut de page

Auteur

Mohamed Hadeid

 

Géographe, Professeur, Laboratoire EGEAT (Espace géographique et Aménagement du territoire), Université d’Oran 2, Oran, Algérie & Chercheur associé au CRASC, Oran, Algérie

hadeid009@yahoo.fr

 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page