Navigation – Plan du site

Systèmes oasiens traditionnels, entre pérennité et abandon.

Les cas de Sidi Khaled et Tolga
The traditional oasis systems between growth and abandonment. The cases of Sidi Khaled and Tolga
Abdallah Khiari

Résumés

Le Sahara algérien connaît depuis trois décennies une forte croissance urbaine, mais aussi un réel dynamisme de son agriculture qui, l’un et l’autre, bouleversent les systèmes oasiens traditionnels. Néanmoins, les effets de ces phénomènes diffèrent largement selon les oasis considérées. L’analyse de deux oasis traditionnelles appartenant à une même aire géographique, les Ziban, illustre cette diversité de réaction en matière d’organisation spatiale et de système de production agricole. Dans ce contexte de profondes mutations, Sidi Khaled, sur la rive nord de l’oued Djedi, en marge du centre de gravité des Ziban (Biskra), résiste aux transformations agricoles et urbaines, grâce à son organisation linéaire longeant l’oued Djedi qui la préserve du processus d’étalement urbain. Inversement, l’oasis du vieux Tolga est cernée au nord par la ville (plus récente) de Tolga, dont les extensions contribuent au mitage de son territoire, tandis que, au sud, les périmètres de mise en valeur agricole qui la jouxtent épuisent la nappe superficielle utilisée par les oasiens et favorisent la dégradation progressive de la vieille oasis. L’étude de ces deux cas vise à rendre compte de la diversité des mécanismes en jeu, ainsi que des facteurs qui tantôt sont à l’origine de la crise et tantôt favorisent le maintien de ces écosystèmes oasiens.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’extension rapide des espaces cultivés dans le Sahara algérien au cours des trois dernières décennies a bouleversé les systèmes oasiens traditionnels, lesquels avaient déjà été fortement affectés dès les années 1970 par la croissance démographique des villes et ses corollaires, l’étalement urbain (y compris dans les palmeraies) et l’essor des activités tertiaires. Les oasis traditionnelles de la wilaya de Biskra ont été particulièrement touchées par ces phénomènes du fait de l’extension extraordinaire qu’y revêt l’urbanisation et de l’ampleur des mises en valeur agricoles récentes.

2Afin d’analyser ces phénomènes, deux oasis traditionnelles de la wilaya de Biskra ont été retenues, Sidi Khaled, au sud-ouest, à 107 km du chef-lieu de wilaya et sur la rive gauche de l’oued Djedi, et Tolga, dans le Zab el Gharbi, à 36 km à l’ouest de Biskra sur la route de Bou Saâda (Fig. 1). Ce sont deux oasis dont l’existence est avérée depuis plusieurs siècles, mais qui, bien que situées dans une même aire géographique et dans un environnement semblable, sont différemment affectées par les bouleversements des mondes urbain et rural de ces dernières décennies. Leurs différences se situent aux plans de leur organisation, de leur fonctionnement et du degré de conservation du patrimoine oasien. Cet article est essentiellement fondé sur un travail d’investigation sur le terrain.

Figure 1. Les deux villes étudiées dans la wilaya de Biskra (découpage communal).

Figure 1. Les deux villes étudiées dans la wilaya de Biskra (découpage communal).

Source : ONS Constantine.

Cartographie : A. Khiari & Fl. Troin • CITERES 2018.

Sidi Khaled : une ville de sédentarisation massive des nomades

3Dans une Algérie dont la population urbaine a augmenté très rapidement depuis son Indépendance (1962), la croissance démographique de Sidi Khaled n’en paraît pas moins exceptionnelle, du moins dans un premier temps. Si l’on compare en effet l’évolution de sa population à celle des principales villes des Ziban (Tab. 1), on constate que, jusqu’à la fin des années 1980, c’est elle qui présente le rythme le plus élevé. Sa population passe ainsi d’un peu moins de 7 000 habitants en 1966 à un peu plus de 22 000 en 1987, soit un rythme d’accroissement annuel moyen de 10,5 %. Toutefois, les années 1990 et 2000 sont marquées par un net ralentissement de cette croissance (2,8 % par an sur la période 1987-2008), ce qui est cependant aussi le cas de tous les autres centres urbains des Ziban. En conséquence, en 2008, Sidi Khaled dépasse à peine les 35 000 habitants.

Tableau 1. Évolution de la population des principaux centres urbains des Ziban (1966-2008).

Ville

Pop.
1966

Pop.
1987

Taux d’accroiss.
annuel moyen
1966-1987

Pop.
1987

Pop.
2008

Taux d’accroiss.
annuel moyen
1987-2008

Biskra

52 519

128 281

6,8

128 281

178 054

1,8

Sidi Khaled

6 890

22 170

10,5

22 170

35 277

2,8

Tolga

8 384

24981

9,4

24 981

42 316

3,3

Ouled Djellal

13 866

28 438

5,0

28 438

45 622

2,8

Sidi Okba

7 488

14 600

4,5

14 600

26 139

3,7

National

6 408 920

16 287 085

7,3

16 287 085

23 780 669

2,2

Sources : Recensements généraux de la population et de l’habitat, ONS.

Une croissance urbaine d’abord très rapide, liée à la sédentarisation des nomades

  • 1 La ville est distante de plus de 100 km de Biskra, le chef-lieu de la wilaya à laquelle elle appart (...)

4Parce que sa position marginale au sein des Ziban n’en fait pas un pôle « naturellement » attractif1, on ne peut comprendre la dynamique démographique de Sidi Khaled qu’en la mettant en relation avec le processus de sédentarisation des nomades du plateau steppique des Ouled Djellal. En effet, si l’on ventile le croît démographique entre solde naturel et solde migratoire, le second représente à peu près les deux tiers du total pour la période 1966-1987. C’est donc lui le principal responsable de l’explosion urbaine. Par contre, dans la seconde période, le solde migratoire s’effondre et il ne contribue plus que pour moins d’un tiers à la croissance urbaine. Ce sont donc les variations du solde migratoire qui constituent la variable explicative des fluctuations du taux de croissance urbaine.

5Ce seraient les Khoualid qui auraient été les fondateurs du noyau de la ville actuelle de Sidi Khaled. Ils seraient arrivés au XVe siècle, si l’on en croit la tradition orale, en provenance du sud-ouest de l’Atlas saharien. Ils se seraient installés à proximité du mausolée d’un saint homme (Sidi Khaled ibn-Sinan el Absi, originaire d’Arabie), situé à 2 km environ au sud de l’oued Djedi et de la ville actuelle. Dans un second temps, ils se déplacèrent vers le nord, pour s’installer sur la rive gauche de l’oued, où se trouvent actuellement l’oasis et le ksar de Sidi Khaled. Les Khoualid constituent aujourd’hui la majorité des habitants du ksar, appelé localement dechra. Au recensement de 2008, la vieille ville (autrement dit, le ksar) abritait 7 200 habitants, soit 20,5 % de la population urbaine totale. Les Khoualid sont des sédentaires et ce sont eux qui sont à l’origine de la création de la palmeraie de Sidi Khaled, dont ils tirent, aujourd’hui encore, l’essentiel de leur subsistance et de leurs ressources.

6C’est autour de ce ksar que sont venus se sédentariser des familles appartenant aux Ouled Harket, Ouled Sassi, Bouazid et Ouled Rahma. Il s’agit de tribus dont les lignages nomadisaient sur le plateau des Ouled Djellal (Fig. 2). Leur arrivée en ville s’est effectuée en plusieurs vagues. Les premières sont anciennes, et remontent à la période d’avant l’Indépendance (années 1920 à 1956), mais elles n’ont concerné qu’une centaine de familles, sans doute relativement aisées puisqu’elles ont pu acheter quelques parcelles de palmiers-dattiers aux ksouriens. La deuxième vague correspond à la période allant de 1956 à 1987, avec un summum entre 1977 et 1987 : elle a mené en ville d’abord ceux qui ont été victimes de la guerre de Libération, puis ceux chassés par les grandes sécheresses des années 1970 et attirés par le lancement du programme d’habitat inscrit au plan quinquennal 1979-1984 qui a créé des centaines d’emplois, une occasion inespérée pour des nomades contraints de rejoindre la ville. Ce programme d’habitat était destiné à résorber l’habitat précaire accumulé autour des villes algériennes. À partir de 1987, le flux se tarit, preuve que les populations nomades du plateau des Ouled Djellal sont désormais quasi totalement sédentarisées. Cependant, beaucoup d’entre elles continuent à élever des troupeaux de moutons qu’elles confient soit à certains de leurs membres restés sur le plateau, soit à des bergers payés en nature (5 % du croît du cheptel chaque année) ou en espèces.

Figure 2. Parcours résidentiel (sédentarisation) d’une famille nomade de la tribu des Ouled Sassi.

Figure 2. Parcours résidentiel (sédentarisation) d’une famille nomade de la tribu des Ouled Sassi.

Source : A. Khiari.

Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2018.

7Au bout du compte, la population actuelle de l’agglomération s’identifie aux quatre groupes tribaux précédemment nommés, mais surtout aux Khoualid, les « fondateurs » de l’oasis.

8Chef-lieu de daïra (arrondissement), dotée entre autres de 3 lycées, 8 collèges (CEM), 33 écoles primaires, d’un dispensaire et d’un centre médical entre autres, la ville de Sidi Khaled constitue un pôle d’attraction pour les populations des deux communes du plateau placées sous sa tutelle administrative (Ras el Miad et Besbes), lesquelles sont dépourvues de certains équipements de base, notamment d’établissements d’enseignement secondaire.

Sidi Khaled : une société oasienne qui résiste aux changements

9Dans ce contexte de fort dynamisme urbain, la société oasienne résiste tout en s’adaptant. Ainsi, le vieux ksar demeure bien peuplé (plus de 20 % de la population urbaine y réside encore) ; dans l’oasis, 35 % des exploitations sont en faire-valoir direct, soit le plus fort pourcentage de la région des Ziban ; les techniques d’irrigation par puits traditionnels et séguias demeurent fonctionnelles, et les cultures sous palmiers toujours pratiquées. Les raisons de cette permanence des formes traditionnelles de la vie urbaine et agricole sont multiples.

L’oued Djedi et la disposition linéaire de la palmeraie

10Le choix du site du ksar et de la disposition de l’oasis traditionnelle de Sidi Khaled, dont les origines remontent, comme on l’a vu, au XVe siècle, sont étroitement liés à l’oued Djedi et à ses crues périodiques qui alimentent la nappe. Le cours de l’oued a en effet guidé la disposition en ligne, d’est en ouest, de la palmeraie (Fig. 3), ce qui a, dans une certaine mesure, protégé celle-ci de l’avancée des constructions, qui s’effectue préférentiellement en direction du nord. L’écoulement temporaire de l’oued Djedi (qui est à l’origine d’une dizaine d’oasis dans sa partie aval), assure l’alimentation suffisante de la nappe, que les ksouriens continuent à ce jour à exploiter par puits traditionnels.

Figure 3. Disposition de l’oasis de Sidi Khaled le long de l’oued Djedi.

Figure 3. Disposition de l’oasis de Sidi Khaled le long de l’oued Djedi.

Source : Google Earth/CNES Airbus 2018.

Cartographie : A. Khiari & Fl. Troin • CITERES 2018.

11Les aménagements récents destinés à la mise en valeur agricole ont commencé à être effectués dans les années 1980, dans le cadre de l’application de la loi no 83 du 13 août 1983, laquelle autorise les exploitants à accéder à la propriété foncière agricole (APFA) sur le Domaine de l’État (terres désertiques). Ces appropriations ont eu principalement lieu en deux zones distinctes : d’une part, au sud de l’oued Djedi ; et, d’autre part, à l’est de ville sur la rive gauche de l’oued. Ces extensions des surfaces cultivées réalisées sur le plateau aride n’ont cependant affecté la nappe phréatique que de manière limitée, l’irrigation par puits étant toujours le mode d’irrigation dominant. Le rabattement de la nappe ne s’est donc pas encore manifesté.

Un faire-valoir direct qui perdure

12Rares sont les oasis traditionnelles dans les Ziban à être entretenues par leurs propriétaires eux-mêmes, vivant encore dans leur ksar. À cet égard, l’oasis de Sidi Khaled fait figure d’exception. L’activité agricole y demeure largement assurée par les ksouriens, même si une bonne partie de la génération post-Indépendance, attirée par les activités tertiaires de la ville, a abandonné le travail de la terre. Un bon tiers de ses propriétaires (35 %) exploite toujours l’oasis, soit qu’ils assurent eux-mêmes la totalité du travail agricole, soit qu’ils aient recours à une main-d’œuvre saisonnière pour les récoltes. Il n’est pas rare toutefois que de jeunes actifs, bien qu’ayant une activité urbaine, viennent apporter leur aide à leurs familles pour la cueillette des fruits ou la récolte des dattes, ou bien encore lorsqu’il faut effectuer le remplacement des vieux palmiers par de jeunes plants. Pour autant, la très petite taille moyenne des exploitations (80 % disposent de moins d’un hectare), ajoutée à une productivité très médiocre (30 kg/palmier en moyenne annuelle) liée au fait que la plupart des palmiers sont très âgés, n’encouragent pas les jeunes ksouriens à s’investir dans l’agriculture pour leur propre compte, les revenus envisageables étant trop faibles.

13L’entretien des exploitations se révèle relativement différencié, même si la plupart d’entre elles se ressemblent quant à l’utilisation du sol : sous le couvert des palmiers, on trouve des arbres fruitiers, ainsi que des cultures de légumineuses et de céréales (Fig. 4). Si une majorité d’entre elles se caractérisent par l’ancienneté des palmiers et par l’irrigation par puits traditionnels, quelques autres témoignent d’un réel dynamisme qui se traduit par la plantation de jeunes palmiers – jouxtant les plus vieux – et l’introduction de l’irrigation avec des tuyaux en plastique, qui se substituent aux seguias et dont le succès s’explique par le moindre entretien qu’ils nécessitent.

Figure 4. Cultures sous palmiers et jeunes plants dans l’oasis de Sidi Khaled.

Figure 4. Cultures sous palmiers et jeunes plants dans l’oasis de Sidi Khaled.

Cliché : A. Khiari, 2010.

La préservation relativement étonnante du ksar et de l’oasis

14Au sud de la ville et en immédiate contiguïté avec celle-ci, le ksar et l’oasis de Sidi Khaled ne semblent pas être affectés par les formes récentes de l’étalement urbain, dont la direction privilégiée se fait surtout vers le nord. La proximité des services urbains – et donc leur accès facile – fait en sorte que les ksouriens peuvent en user aussi aisément que les habitants de la ville proprement dite. Cela constitue probablement un facteur déterminant du maintien de la population dans le ksar, laquelle, de ce fait, peut éviter la rupture, toujours traumatisante, qu’un déménagement hors du lieu d’origine engendre habituellement. En outre, comme nous avons déjà eu l’occasion de le signaler, l’allongement est-ouest de l’oasis sur les terrasses alluviales de l’oued Djedi a largement contribué à la préserver de l’installation de tout aménagement urbain ou de tout lotissement d’envergure.

15L’habitat du ksar reste globalement en bon état, malgré les dégâts causés par les inondations de 1969. Beaucoup d’habitations ont été restaurées et les ruelles sont bien entretenues (Fig. 5).

Figure 5. Une ruelle du ksar de Sidi Khaled.

Figure 5. Une ruelle du ksar de Sidi Khaled.

Cliché : A. Khiari, 2010.

16Pendant la période coloniale, le ksar de Sidi Khaled était administré par un Bureau arabe, qui assurait la relation avec les autorités militaires. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la population locale put disposer d’une école, d’un dispensaire et d’une poste, construits par des prisonniers allemands. La présence de ces équipements au sein même du ksar a contribué à stabiliser la population.

17Le ksar présente une forme rectangulaire, s’allongeant parallèlement à l’oued Djedi à l’est. Il s’ouvre sur l’extérieur par quatre portes [beb] : celle de l’ouest mène à la palmeraie [beb gharbia], celle de l’est ouvre sur le chemin qui conduit à la ville de Ouled Djellal [beb charragua] (Fig. 1), celle du sud [beb guappela] permet d’accéder à l’oued Djedi et celle du nord [beb dahara] est empruntée pour accéder aux terrains de parcours. Une mosquée et une place du marché occupent le centre du ksar. Certains équipements (2 écoles, 1 collège) ont été construits, aux alentours des années 1980, sur l’emplacement de terrains plantés de vieux palmiers, qui ont été arrachés.

  • 2 Le toub se présente généralement sous la forme de briques de terre crue, séchée au soleil. La terre (...)

18Les ruelles du ksar sont entretenues par la collectivité locale. Quant aux habitations, elles ont été majoritairement « restaurées », ce qui signifie que la plupart des constructions en toub2 ont été détruites et remplacées par des maisons « modernes », en béton. Le financement de ces améliorations a été généralement assuré par la génération née après l’Indépendance. Éduqués, nombre de ses représentants sont devenus des salariés soit à Sidi Khaled même, soit dans d’autres villes d’Algérie ; certains d’entre eux sont parvenus jusqu’à de hautes fonctions à Alger.

19Globalement, le ksar de Sidi Khaled et sa palmeraie gardent leurs aspects originaux, malgré quelques modifications dues au développement de la ville de Sidi Khaled.

Tolga : une ville d’immigration qui s’étale aux dépens de l’oasis du vieux Tolga

Une ville d’immigrants, majoritairement originaires des petites villes-relais de la région

20Tolga, située à 35 km à l’ouest de Biskra, sur la route nationale 46 qui relie ce chef-lieu de wilaya à Alger via Bou Saâda, a connu un accroissement urbain assez comparable à celui de Sidi Khaled – alors qu’on s’attendrait, eu égard à sa localisation –, à un dynamisme plus affirmé. Une croissance démographique néanmoins très rapide dans un premier temps (9,4 % de moyenne annuelle entre 1966 et 1987), puis un ralentissement très sensible (3,3 % entre 1987 et 2008) (cf. Tab. 1), même si le freinage est moins brutal qu’à Sidi Khaled. Au cours de la première période, à peu près les deux tiers du croît sont dus à un solde migratoire positif, ce qui représente une contribution supérieure à celle enregistrée à Sidi Khaled. Mais les raisons de l’immigration en diffèrent nettement. Point ici de sédentarisation massive des nomades, mais des flux de sédentaires trouvant leur origine dans la crise qui sévit dans la dizaine de petites oasis environnantes, dont les effets ont été aggravés en 1969 par des inondations catastrophiques. Les constructions en toub des ksour y ont été ruinées, les possibilités agricoles fortement amoindries pendant un temps long. Tolga a alors joué le rôle de refuge où la plus grande partie de ces immigrants est restée, l’autre partie s’étant servie de la ville comme d’un relais. Toutefois, la capacité de rétention de Tolga fut favorisée par le démarrage d’un grand programme de constructions – un contexte finalement très semblable à celui de Sidi Khaled, même si ce n’est pas le même type de population qui en a profité – inscrit dans le plan quinquennal 1979-1984.

  • 3 Le Zab el Gharbi (Zab occidental) est un ensemble de monts constitutifs du massif des Ziban.

21La deuxième vague migratoire, qui correspond à la période 1987-1998, a produit un solde de 2 315 personnes, dont 1 700 environ (77 %) sont originaires des autres communes de la wilaya de Biskra et 670 (23 %) de l’extérieur de cette wilaya. Deux raisons principales à cette attractivité. En premier lieu, le développement du secteur agricole en dehors de la vieille oasis, portant d’abord sur la production de dattes et le maraîchage ; c’est le secteur d’El Ghrouss à l’ouest de Tolga qui est le plus concerné ; en second lieu, conséquence induite de l’augmentation de la production, l’essor des activités commerciales (les dattes en constituant la principale composante). Ce dynamisme économique attire des investisseurs et de la main-d’œuvre en provenance des communes de la wilaya de Biskra et même de plus loin (wilayas voisines). Un phénomène assez étonnant est même à l’œuvre : parmi les 1 700 individus composant le solde migratoire, un peu plus de 900 avaient comme dernière résidence la ville de Biskra, dont un nombre non négligeable (malheureusement non mesurable) étaient même nés à Tolga et s’étaient établis au chef-lieu, parfois depuis plusieurs années. Ces retours – retours « à la campagne », si l’on veut – résultent, autant que nos enquêtes l’ont établi, des possibilités nouvelles de travail à Tolga et des ressources que ce dynamisme économique offre aux nouveaux installés. Ainsi, contrairement à Sidi Khaled, réceptacle d’une sédentarisation massive de nomades, l’expansion de Tolga est due au développement agricole et commercial qui, petit à petit, va en faire la capitale économique du Zab occidental3.

L’oasis du vieux Tolga : une crise sévère

22Vieillissement des palmiers, rendements dérisoires en dattes, recul manifeste des cultures sous palmiers, abandon quasi total du vieux ksar, tels sont les principaux signes trahissant la situation de crise sévère que traverse le système oasien traditionnel de ce qui était, il y a à peine quelques décennies, la plus importante oasis des Ziban.

Un recul notable de la production agricole

23L’oasis du vieux Tolga, réputée pour l’étendue de ses palmeraies et la qualité de ses dattes, est dans un état préoccupant. Cernée par le tissu urbain d’une ville qui compte désormais 42 000 habitants et qui étale ses constructions dans les périphéries (surtout au nord), et par les périmètres de mise en valeur agricole récemment aménagés dans le secteur de Draa el Battikh (au sud) (Fig. 6), elle connaît une crise économique et sociale extrêmement sévère.

Figure 6. L’extension de la ville de Tolga, aux dépens de l’oasis.

Figure 6. L’extension de la ville de Tolga, aux dépens de l’oasis.

Source : Google Earth/Digital Globe 2018.

Cartographie : A. Khiari & Fl. Troin • CITERES 2018.

24La dégradation de la situation peut être datée des années 1970. Comme à Sidi Khaled, ce sont les inondations de 1969 qui en sont le déclencheur, de très nombreuses habitations du ksar du vieux Tolga ayant été détruites ou endommagées. Cette situation favorisa le départ massif des habitants du ksar vers la ville qui se trouve à 2 km au nord. Les emplois offerts dans le secteur de la construction ont drainé une bonne partie de la main-d’œuvre qui était employée dans l’agriculture du ksar vers Tolga. Nombre de ces habitants sont concentrés aujourd’hui dans le quartier de Ras Souta au sud de la ville, qui est rapidement devenu un centre très actif pour le commerce des dattes. La deuxième génération issue de ce déplacement des ksouriens est éduquée ; elle a pu accéder à des emplois parfois qualifiés dans les différentes branches du secteur tertiaire (enseignement, administration, commerce).

25Les changements qui ont affecté le ksar et sa population – ou ce qu’il en reste – ont abouti à ce que, à 70 %, les exploitations du vieux Tolga ne survivent que par le travail des khammès. C’est un résultat étonnant, puisque ce statut avait pratiquement disparu dans la région des Ziban (mais aussi ailleurs en Algérie) depuis le début des années 1970 et le lancement de la Révolution agraire. Il resurgit donc en force depuis quelques années, témoignant à la fois d’un vieillissement des propriétaires (qui ne peuvent plus faire face à toutes les fatigues occasionnées par le travail agricole), d’un relatif manque d’intérêt pour une activité faiblement rémunératrice et par la quasi-impossibilité où ils se trouvent d’obtenir de leurs fils qu’ils reprennent l’exploitation. Quant aux exploitations en faire-valoir direct, qui ne représentent plus que 30 % du total, elles doivent faire appel à une main-d’œuvre saisonnière au moment des récoltes. Aujourd’hui, le vieux Tolga, au sud, et la ville « moderne », au nord, sont quasiment jointives ; le tissu bâti est continu ; les boutiques et les échoppes des commerçants se succèdent le long de la rue qui relie le ksar à la ville. Nul ne remarque cependant que, derrière cette rue-façade commerçante, se trouve un ksar dévasté, quasiment vidé de ses habitants.

Une modernisation agricole aux effets pervers sur la vie de l’oasis traditionnelle

26La promulgation de la loi no 83-18 du 13 août 1983 sur l’accession à la propriété foncière agricole (APFA, 1983) a eu des effets très sensibles sur l’économie et la société de l’oasis ancienne, ainsi que sur son hydraulique.

Figure 7. Extrait de la loi de 1983 sur l’accession à la propriété foncière agricole.

Figure 7. Extrait de la loi de 1983 sur l’accession à la propriété foncière agricole.
  • 4 Soit entre 2 000 et 3 000 € au taux de conversion de 2017.

27Dotées de techniques modernes (forage, plasticulture) et usant régulièrement de fumier, les exploitations créées dans le cadre de l’APFA dans les secteurs de Draa el Battikh et Maktoufa procurent des revenus deux à trois fois supérieurs à ceux des exploitations traditionnelles. Leur production est variée (dattes, maraîchage sous serre) et les nouvelles palmeraies ainsi créées atteignent des rendements records (80 à 100 kg/palmier). Dans l’ancienne oasis, les exploitants ne peuvent pas résister : le vieillissement des palmiers, le manque d’eau, l’entretien défaillant ont réduit considérablement la productivité (le rendement est de l’ordre de 25 à 35 kg/palmier et la qualité des dattes produites est médiocre). Par ailleurs, les cultures maraîchères, qui ont toujours constitué l’étage inférieur des cultures sous arbres dans les oasis traditionnelles, ne sont plus pratiquées aujourd’hui à Tolga. De ce fait, une exploitation traditionnelle constituée d’une centaine de palmiers produira un revenu annuel compris entre 250 000 et 300 000 DA4, tandis qu’une exploitation nouvelle, disposant d’une cinquantaine de palmiers et de deux serres, permettra un revenu variant entre 1 000 000 et 1 200 000 DA, soit 4 à 5 fois plus. Voici deux cas assez représentatifs de ces différences.

28Les deux exploitations qui nous servent à illustrer la situation précédemment décrite sont, pour l’une, située à 100 m du vieux ksar de Tolga, et, pour l’autre, installée dans le nouveau secteur d’aménagement de Maktoufa (Fig. 6).
• La superficie de la première est de l’ordre de 0,30 ha. Elle est tenue par son propriétaire, qui ne possède que 40 palmiers, dont 10 seulement ont moins de 40 ans, les trente autres en ayant plus de 80 ! En 2009, chaque palmier a produit en moyenne 30 kg de dattes, soit une production totale de 12 q. Vendues sur place, elles ont rapporté 120 000 DA. Les charges se montent à 34 000 DA, se répartissant entre consommation d’électricité pour le puits collectif (30 000 DA) et le paiement de la main-d’œuvre saisonnière (4 000 DA). L’exploitant n’utilise plus de fumier depuis dix ans, jugeant que son prix a augmenté dans des proportions excessives, ce dont il rend responsable les nouvelles mises en valeur agricole.
• La seconde exploitation s’étend sur 4 ha, occupés par 300 palmiers encore jeunes, puisque une centaine seulement sont entrés en production depuis 5 ans. Elle possède aussi quatre serres. La production de dattes a atteint en 2009 un total de 95 q, pour un prix de vente estimé de 1 000 000 DA. Avant d’être vendue, et en attendant que les prix atteignent le niveau espéré par l’exploitant, la récolte est entreposée dans une chambre froide qui lui appartient. La production des quatre serres, d’une valeur estimée à 800 000 DA, est écoulée au marché d’El Ghrouss, gros marché régional situé à 10 km de Tolga. Les revenus totaux de l’exploitation sont donc de l’ordre de 1 800 000 DA, tandis que les charges, évaluées à 280 000 DA, se répartissent entre la main-d’œuvre permanente (deux personnes) et saisonnière, le fumier, l’électricité pour un forage individuel et divers travaux d’aménagement ou d’entretien.

29Toutes les exploitations modernes se livrent à la phœniciculture, possèdent des serres ou bien font les deux. En général, les exploitants préfèrent investir au départ dans la plasticulture, parce que celle-ci leur assure des revenus immédiats et réguliers, les produits maraîchers (tomates et poivrons essentiellement) se vendant à un bon prix. De fait, si l’investissement pour une serre se situe entre 80 et 100 000 DA, les revenus annuels que l’on peut en tirer sont au moins deux fois supérieurs (de 200 à 240 000 DA). L’amortissement de la serre s’effectue en général sur une seule année.

30Ces nouvelles exploitations, créées sur des terrains steppiques qui s’étendent au pied du mont du Zab et qui sont utilisés pour le parcours des troupeaux, ont produit un paysage radicalement nouveau. En effet, si les exploitations traditionnelles se caractérisent par leur parcellaire asymétrique, leurs palmiers plantés dans le désordre et leur irrigation grâce au réseau de séguias (généralement en terre), les nouvelles exploitations, établies sur des terres appartenant au Domaine de l’État, donnent à voir un parcellaire géométrique et les aménagements indispensables à une culture plus intensive (plantations de palmiers « en ligne », serres, systèmes d’irrigation, etc.) (Fig. 8). D’une taille moyenne (de 2 à 4 ha) supérieure à celle des exploitations établies dans les oasis, les nouvelles exploitations pratiquent essentiellement la culture du palmier et des légumineuses sous serres (Fig. 9). Les palmiers-dattiers sont alignés en rangs espacés de 8 m et irrigués grâce à des tuyaux en plastique qui tirent l’eau d’un forage collectif. Les cultures sous serres accompagnent souvent les plantations de palmiers, car elles assurent des revenus immédiats aux exploitants en attendant la maturité des jeunes plants, qui n’advient qu’au bout de 8 à 10 années ; leurs cultures sont irriguées par le système du goutte-à-goutte, qui se généralise aux Ziban. Par contre, l’irrigation à partir de pivots, utilisée dans d’autres régions du Sahara algérien, notamment dans le Souf pour la production de pommes de terre (primeurs) et dans la région d’Adrar pour la culture des céréales, est méconnue dans les Ziban, aucune de ces cultures n’y étant pratiquée.

Figure 8. Nouveau parcellaire dans le secteur de Maktoufa en comparaison avec l’ancien parcellaire, oasis de Tolga (même échelle).

Figure 8. Nouveau parcellaire dans le secteur de Maktoufa en comparaison avec l’ancien parcellaire, oasis de Tolga (même échelle).

Source : Cadastre général, Biskra & Service de l’Urbanisme, département de Batna, 1960.

Figure 9. Nouveau paysage agricole dans le secteur de Maktoufa.

Figure 9. Nouveau paysage agricole dans le secteur de Maktoufa.

Source : Google Earth/Digital Globe 2018.

Cartographie : A. Khiari & Fl. Troin • CITERES 2018.

31En termes de productivité, les exploitations traditionnelles sont incapables de résister aux nouvelles. L’âge moyen élevé des palmiers en est certainement une des causes, tout comme d’ailleurs celui des exploitants, mais il existe des raisons structurelles à la crise agricole, qui pèsent d’un poids infiniment plus lourd.

32Une prédominance de la micropropriété et un poids important des « grands » propriétaires

33Comme dans la quasi-totalité des oasis sahariennes, la micropropriété est très largement répandue : elle constitue la caractéristique principale des structures agraires. Mais la création de nouvelles exploitations modernes dans le cadre de l’accès des propriétaires privés au foncier agricole s’est accompagnée de la constitution de propriétés de taille moyenne ou grande – comme on l’a noté précédemment –, ce qui introduit désormais une caractéristique nouvelle, celle de la très forte inégalité dans la répartition du sol (Tab. 2).

34Plus des trois quarts des 1 467 propriétaires recensés en 2000 sont des micro-propriétaires, exploitant moins de 2 ha. Mais ils ne possèdent que le tiers de la SAU. Ils se concentrent essentiellement dans l’oasis traditionnelle du vieux Tolga. Par contre, la plupart des exploitations supérieures à 2 ha s’inscrivent dans les périmètres de l’APFA. Leur nombre augmente rapidement et elles tendent à s’étendre en direction du nord et du sud de la commune, dans les secteurs de Maktoufa et Draa el Battikh.

35Disponibilité des terrains et de l’eau, ces deux éléments sont favorables à la multiplication des nouvelles formes de mise en valeur, ce qui ne peut manquer d’amplifier la crise de l’ancienne oasis. Le risque le plus grand, cependant, réside en ce que de nombreux micro-propriétaires du vieux Tolga se portent candidats à l’accession à la propriété foncière, ou bien, si leur demande ne reçoit pas une suite favorable, recherchent en ville une activité plus lucrative. L’oasis pourrait ainsi, dans peu de temps, se retrouver avec toujours un grand nombre de micro-propriétaires, mais sans que ceux-ci exploitent le sol.

Tableau 2. Structure agraire dans la commune de Tolga.

moins de 2 ha

2 à 5 ha

5 à 10 ha

plus de 10 ha

Total

Nb.

Superficie totale
en m2

Nb.

Superficie totale
en m2

Nb.

Superficie totale
en m2

Nb.

Superficie totale
en m2

Nb.

Superficie totale
en m2

1 128

1 092,3

222

594,7

62

385,0

55

1 251,7

1 467

3 323,7

Source : Recensement général de l’agriculture (RGA), 2000.

36Trois éléments clés sont à l’origine de ces changements :
– la loi de 1983 (Fig. 7) qui, comme nous l’avons déjà signalé, ouvre le droit à l’accession à la propriété foncière agricole (APFA) ;
– la généralisation des techniques de forage ;
– les prix rémunérateurs des produits tirés du maraîchage.

37La conjonction de ces éléments a incité un grand nombre de petits propriétaires, mais aussi de personnes sans terre, à se porter candidats à l’APFA. Autant que l’on sache, ce serait au total plusieurs dizaines d’anciens habitants du ksar qui auraient bénéficié des attributions dans les périmètres créés par les collectivités locales dans la commune de Tolga. Et ces attributaires sont les acteurs principaux de cette dynamique agricole facilitée par les décisions politiques et par la diffusion des techniques du forage et de la plasticulture.

L’eau des forages : un substitut à l’eau des sources pour l’oasis du vieux Tolga ?

38L’ère de l’eau abondante des sources du piémont des Ziban est révolue et l’accès à l’eau par puits traditionnel est désormais rare, la nappe phréatique étant quasi épuisée. Pour y suppléer, il faut accéder aux nappes semi-profondes en pratiquant des forages. C’est la seule solution pour sauver l’oasis – ou ce qui peut encore en être sauvé. Mais, compte tenu du microfundium largement dominant, il est impossible de procéder à des forages individuels. Les exploitants se sont alors regroupés en différentes associations : celles-ci rassemblent des exploitants (de 10 à 30) d’accord sur l’objectif, et dont les propriétés sont voisines pour faciliter à tous l’accès à l’eau. Le creusement du forage s’effectue au nom du collectif et à son compte. Au total, 90 % des exploitations de l’ancienne oasis sont concernées par le système, preuve que les agriculteurs sont capables de maintenir, dans un contexte de tensions sur la ressource, une réelle capacité d’organisation collective.

39Cette solidarité autour du forage commence par l’engagement des exploitants à respecter les différentes clauses que prévoit l’accord d’association. Chaque membre doit ainsi accepter la visite d’un expert des services hydrauliques pour examiner le terrain de chaque exploitation afin de choisir l’endroit propice au creusement du forage. Ce choix n’est pas sans importance, puisque l’exploitation ainsi désignée aura droit à une part et demie dans le tour d’eau pour compenser la perte de surface occasionnée par le puits (et sa tige de sondage). La distribution de l’eau se fait par rotation, chaque exploitant disposant d’un nombre d’heures calculé en fonction de sa superficie.

40À titre d’exemple, on peut citer le cas d’un collectif qui s’est créé en 1982, comprenant 14 exploitants dont les parcelles sont situées à proximité de la zaouïa El Athmania, dans le vieux ksar de Tolga. Pour effectuer le creusement de ses forages, le collectif a fait appel à un expert pour désigner sa localisation optimale. Ses services ont coûté 840 000 DA, chaque exploitant a donc versé 60 000 DA pour sa rémunération. Chaque membre du collectif reçoit une part d’eau qui revient tous les 14 jours. Le collectif se réunit une fois par an pour débattre des problèmes de l’association et régler la facture annuelle de l’électricité consommée par le pompage, soit un montant global de 420 000 DA, nécessitant une contribution individuelle de 30 000 DA, versée au trésorier de l’association. S’y ajoute l’emploi d’une personne, payée 6 000 DA l’année, chargée d’effectuer la distribution de l’eau en respectant la rotation prévue pour chaque exploitation.

L’abandon du ksar du vieux Tolga et le déclin de sa zaouïa : témoins de la crise de l’oasis

41Le ksar de Tolga, que les habitants désignent par le terme de dechra, est sans doute le plus ancien des ksour sahariens. Les vestiges de l’époque romaine qui parsèment le ksar témoignent de l’ancienneté de l’occupation humaine : ainsi, sur l’emplacement d’une église paléochrétienne dont il demeure quelques traces archéologiques, a été érigée la mosquée El Atiq (ou Djamaa el Djoumouaa). Au début de la décennie 1980, le ksar abritait encore une population estimée à 2 000 habitants ; il n’en compte plus aujourd’hui qu’une centaine. Endommagées, voire détruites, par les fortes inondations de 1969, les habitations du ksar, en toub, sont toutes désormais en ruine (Fig. 10). Les quelques habitants qui y résident encore ont dû construire sur les décombres de nouvelles maisons en dur, mais celles-ci sont de qualité médiocre. Il s’agit, pour la plupart d’entre eux, de personnes originaires du Hodna, plus particulièrement des environs de Bou Saâda et de Bensrour, qui travaillent soit comme khammès chez les propriétaires dans l’oasis, soit comme journaliers chez les vendeurs de dattes, où ils s’occupent de charger et décharger les camions de livraison. Quant aux familles qui ont quitté le ksar, dont les effectifs sont bien plus nombreux que ceux de celles qui y sont demeurées, elles se sont installées dans le secteur de Ras Souta au sud-ouest de la ville de Tolga.

Figure 10. Ksar du vieux Tolga en ruines.

Figure 10. Ksar du vieux Tolga en ruines.

Cliché : A. Khiari, 2009.

  • 5 La Rahmaniyya est une confrérie soufie fondée en 1774. Elle a connu un grand rayonnement dans le Co (...)

42La décrépitude du ksar est accentuée par le déclin de l’autre symbole de l’oasis du vieux Tolga, à savoir la célèbre Zaouïa El Athmania qui rayonnait, depuis le XVIIe siècle, sur l’ensemble de l’Algérie orientale. Dépendant de la confrérie de la Rahmaniyya5, cette zaouïa exerçait une fonction importante en matière d’enseignement coranique. L’aire de recrutement de ses élèves couvrait principalement l’ensemble du Nord-Est algérien, ce qui n’empêchait pas la présence d’originaires d’autres régions du pays. Après sa restauration, son agrandissement et sa modernisation, qui eurent lieu dans les années 1980 et s’accompagnèrent de l’aménagement d’équipements sportifs, la zaouïa accueillait encore, vers la fin du XXe siècle, près de 300 élèves. Ils ne sont plus, en 2009, qu’une petite dizaine. Cette désaffection s’explique par la non-reconnaissance du diplôme délivré par la zaouïa pour postuler à un emploi dans la Fonction publique, et ce depuis la création en Algérie d’universités et d’instituts publics délivrant un enseignement islamique. Les dortoirs et les classes de la zaouïa sont désormais quasi vides. Est-ce la fin de sa mission ?

Conclusion

43Les flux migratoires établis durant les trois premières décennies qui ont fait suite à l’Indépendance ont largement contribué à la très rapide croissance de la plupart des villes algériennes. Les villes sahariennes ne font pas exception.

44Les deux oasis des Ziban que sont Sidi Khaled et Tolga ont réagi de manière presque opposée à cette pression. L’essor démographique de la première a largement bénéficié de la sédentarisation des nomades du plateau des Ouled Djellal, ce qui l’a placée au 5e rang des villes des Ziban, malgré une situation géographique marginale. Mais, dans une large mesure, si les nouveaux quartiers – dont la construction a accompagné cette croissance démographique – ont contribué à l’étalement des espaces urbanisés, ils n’ont pas trop empiété sur l’espace oasien et n’en ont bouleversé ni l’organisation hydraulique ni le système de production. Du coup, Sidi Khaled fait un peu figure de « conservatoire » dans la région, avec un maintien de la micropropriété et une modernisation agricole limitée. Par contre, Tolga a accueilli des migrants provenant d’une aire plus large, culturellement plus diversifiés (avec une majorité de sédentaires), au moment où des inondations catastrophiques (1969) vidaient pratiquement son ksar au profit de la ville « moderne ». Dans le même temps, à proximité immédiate de l’oasis et du vieux Tolga, ont été aménagés grâce à des forages profonds des périmètres irrigués modernes, plus productifs et plus rentables que les exploitations de l’ancienne oasis. La survie de ces dernières est désormais menacée.

Haut de page

Bibliographie

Boukhlifi Kouider D., 2009, Dynamique agricole dans les Ziban, Mémoire de Magister, ENS Constantine (en langue arabe).

Bendjelid A., Brûlé J.-C., Fontaine J. (dir.), 2004, Aménageurs et aménagés en Algérie. Héritages des années Boumediene et Chadli, Paris, L’Harmattan.

Côte M., 1995, « Mise en valeur nouvelle sur une vieille frange présaharienne, le piémont des Ziban (Algérie) », p. 173-208, in Kassah A., Belhedi A., Hayder A. (dir.), Les oasis au Maghreb, mise en valeur et développement, Tunis, Cahiers du Cérès, Série géographique no 12.

Direction du cadastre de la wilaya de Biskra, Documents cadastraux des Ziban.

Dolle V., Toutain G., 1990, Les systèmes agricoles oasiens, Actes du séminaire de Tozeur, Tunisie, 19-21 novembre 1988, Montpellier, CIHEAM/DG.VIII.

Khiari A., 2002, « Une région pionnière dans le Sahara algérien : El Ghrouss », Méditerranée, no 3-4, p. 27-30.

Mazouz S., 2005, « Mémoires et traces : le patrimoine ksourien », p. 124-156, in Côte M. (dir.), La ville et le désert. Le Bas-Sahara algérien, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM.

Les migrations internes intercommunales à travers les résultats du RGPH 2008, Alger, ONS, Collections statistiques, no 159.

Nacib Y., 1986, Cultures oasiennes. Bou-Saada : essai d’histoire sociale, Alger, ENAL.

Otmane T., Koumzine Y., 2013, « Bilan spatialisé de la mise en valeur agricole au Sahara algérien. Mythes, réalisations et impacts dans le Touat-Gourara-Tidikelt », Cybergeo. En ligne : http://cybergeo.revues.org/25732 [19/02/2013 ; consulté le 18/05/2018].

Haut de page

Notes

1 La ville est distante de plus de 100 km de Biskra, le chef-lieu de la wilaya à laquelle elle appartient. Et, surtout, elle se trouve relativement éloignée des principaux axes routiers.

2 Le toub se présente généralement sous la forme de briques de terre crue, séchée au soleil. La terre peut être mélangée, en proportions variables, à du sable, de la paille, du gravier, de l’argile. Les constructions en toub sont typiques de l’architecture rurale méditerranéenne traditionnelle, particulièrement au Maghreb et en Anatolie méridionale.

3 Le Zab el Gharbi (Zab occidental) est un ensemble de monts constitutifs du massif des Ziban.

4 Soit entre 2 000 et 3 000 € au taux de conversion de 2017.

5 La Rahmaniyya est une confrérie soufie fondée en 1774. Elle a connu un grand rayonnement dans le Constantinois et en Kabylie, son fondateur, Sidi M’hamed, étant originaire de Grande Kabylie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les deux villes étudiées dans la wilaya de Biskra (découpage communal).
Légende Source : ONS Constantine.
Crédits Cartographie : A. Khiari & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-1.png
Fichier image/png, 535k
Titre Figure 2. Parcours résidentiel (sédentarisation) d’une famille nomade de la tribu des Ouled Sassi.
Légende Source : A. Khiari.
Crédits Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 3. Disposition de l’oasis de Sidi Khaled le long de l’oued Djedi.
Légende Source : Google Earth/CNES Airbus 2018.
Crédits Cartographie : A. Khiari & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-3.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Figure 4. Cultures sous palmiers et jeunes plants dans l’oasis de Sidi Khaled.
Crédits Cliché : A. Khiari, 2010.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-4.png
Fichier image/png, 284k
Titre Figure 5. Une ruelle du ksar de Sidi Khaled.
Crédits Cliché : A. Khiari, 2010.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-5.png
Fichier image/png, 409k
Titre Figure 6. L’extension de la ville de Tolga, aux dépens de l’oasis.
Légende Source : Google Earth/Digital Globe 2018.
Crédits Cartographie : A. Khiari & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-6.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Figure 7. Extrait de la loi de 1983 sur l’accession à la propriété foncière agricole.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-7.png
Fichier image/png, 223k
Titre Figure 8. Nouveau parcellaire dans le secteur de Maktoufa en comparaison avec l’ancien parcellaire, oasis de Tolga (même échelle).
Légende Source : Cadastre général, Biskra & Service de l’Urbanisme, département de Batna, 1960.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-8.png
Fichier image/png, 938k
Titre Figure 9. Nouveau paysage agricole dans le secteur de Maktoufa.
Légende Source : Google Earth/Digital Globe 2018.
Crédits Cartographie : A. Khiari & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-9.png
Fichier image/png, 7,2M
Titre Figure 10. Ksar du vieux Tolga en ruines.
Crédits Cliché : A. Khiari, 2009.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1531/img-10.png
Fichier image/png, 268k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdallah Khiari, « Systèmes oasiens traditionnels, entre pérennité et abandon. », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 18 mai 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1531 ; DOI : 10.4000/emam.1531

Haut de page

Auteur

Abdallah Khiari

Géographe, Maître de conférences, École normale supérieure de Constantine (ENSC), Constantine, Algérie

khiariabdallah2017@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page