Navigation – Plan du site
Varia

« Alep-Est » et « Alep-Ouest », territoires marqués par des divisions socio-économiques, puis espaces de guerre

“East-Aleppo” and “West-Aleppo”, territories marked by socio-economic divisions and war areas
Abboud Hajjar

Résumés

Les combats armés à Alep ont commencé en juillet 2012 avec l’entrée des groupes rebelles armés dans le quartier de Salaheddine, situé au sud de la ville. Ces combats se sont rapidement propagés dans d’autres quartiers des périphéries sud et est de la ville. La population alépine, depuis fin 2013, commence à voir dans Alep une ville scindée en deux grandes parties : l’une, principalement à l’ouest, sous contrôle des forces régulières syriennes, et l’autre, à l’est, sous contrôle des groupes armés. Ces deux parties se sont totalement isolées l’une de l’autre. La césure spatiale, évoquée ci-avant et clairement observée pendant la guerre, n’est que l’extension d’une situation plus ancienne marquée par un net clivage socio-spatial. La partie ouest de la ville d’Alep correspond ainsi à une majorité de quartiers bourgeois ainsi qu’à de récents quartiers résidentiels à faible densité, alors que l’Est de la ville abrite la plupart des quartiers d’habitat informel et populaire.
L’objectif de cet article est de clarifier les liens entre la géographie de guerre et les clivages socio-économiques qui reflètent une situation se présentant à Alep bien avant la guerre. Pour ce faire, nous avons analysé des processus d’urbanisation qui ont produit ces clivages socio-économiques et des politiques de planification urbaine à l’échelle de l’agglomération alépine.

Haut de page

Texte intégral

Le processus de territorialisation conflictuelle à Alep : 2012-2016

  • 1 La ville d’Alep, considérée comme « la capitale économique » du pays (Ross, Diab, 2009), n’a jamais (...)
  • 2 Le terme Chabbiha était employé en Syrie bien avant la guerre pour désigner certains groupes présen (...)

1Entre mars 2011 et juillet 2012, la ville d’Alep est restée à l’écart des conflits de la guerre syrienne. L’ouvrage codirigé par Boissière et David (2014a) constitue une contribution fondamentale à la connaissance de l’espace et de la société alépins d’avant le moment où la guerre a atteint la ville. La gravité de la situation résultant de l’intensité des combats et des bombardements, du nombre très élevé de morts et de blessés, ainsi que de l’ampleur des destructions ont conduit les deux mêmes auteurs à écrire et publier un article (Boissière, David, 2014b) qui, au moment de la date de sa publication, fait date. Il est essentiel, en effet, pour appréhender la complexité de la situation de guerre à Alep, dans la mesure où il identifie toute une série d’éléments dont la combinaison rend compte de l’entrée tardive d’Alep dans le conflit. Celle-ci résulte en particulier de la position de la bourgeoisie alépine1 qui a soutenu le gouvernement syrien censé lui assurer la prospérité et la sécurité. Cette classe minoritaire mais influente, majoritairement sunnite, a tiré les leçons des années 1980 au cours desquelles l’économie et le développement de la ville d’Alep a subi très négativement les effets des événements liés aux Frères musulmans (1979, 1982). La « passivité » de la ville s’explique aussi par la présence de miliciens issus de tribus sunnites occupant tout particulièrement dans la partie orientale de la ville. Ces groupes, appelés Chabbiha2 par les opposants et lijan Chaabiyé [comités populaires] par les loyalistes, ont contrôlé, courant 2011 et 2012, certains des quartiers et lieux qui auraient pu être des points de départ de manifestations de contestation (sorties des mosquées, places publiques, marchés, etc.). Certains de ces groupes étaient depuis longtemps au service du gouvernement (Famille Berri) et avaient même bénéficié d’une représentation au sein du Conseil des peuples (le Parlement).

2Les combats armés à Alep n’ont commencé qu’en juillet 2012 avec l’entrée de groupes rebelles armés dans le quartier de Salaheddine, situé au sud de la ville. Ce quartier est devenu emblématique dès le début des conflits à Alep puisqu’il a fait l’objet d’affrontements acharnés entre les groupes rebelles et l’Armée syrienne3. Mais les combats se sont rapidement propagés vers d’autres quartiers des périphéries sud et est de la ville qui sont majoritairement des quartiers populaires et informels.

  • 4 Les principaux sites d’informations syriens et arabes ont évoqué, le 8 mai 2014, l’explosion qui a (...)

3Les insurgés ont aussi tenté d’avancer vers le centre-ville, et en particulier vers les quartiers de la vieille ville où se trouve la citadelle d’Alep classée au Patrimoine mondial de l’Humanité ; mais celle-ci est restée sous le contrôle de l’Armée syrienne. En effet, le centre-ville historique s’est transformé durant les quatre années de conflit en un véritable champ de bataille. De sanglants combats et de multiples explosions commises par les différents groupes armés ont entraîné la destruction de nombreux bâtiments à caractère historique, tels que l’Hôtel Carlton4.

  • 5 Comme le Front Al-Nousra et le mouvement d’Ahrar El-Cham.
  • 6 Après la fermeture du passage de Bustan al-Qasr, les habitants d’Alep utilisent la voie tenue par l (...)

4Vers la fin de l’année 2013, la population alépine commence à voir dans Alep une ville scindée en deux grandes parties : l’une, principalement à l’ouest, sous contrôle des forces régulières syriennes ; et l’autre, à l’est, sous contrôle des groupes armés rebelles. Ces deux parties se sont totalement déconnectées l’une de l’autre (Diab, Hajjar, 2014). Un point de passage, Bustan al-Qasr – appelé par les habitants d’Alep le « passage de la mort » –, a permis un mouvement restreint de produits et un déplacement risqué des personnes sous les tirs de snipers. Ce seul point de passage est devenu important dans le quotidien des familles divisées entre les deux secteurs de la ville et les personnels vivant à l’Est et travaillant à l’Ouest. Malgré les tirs et les bombardements des deux côtés de la ligne, certains Alépins continuaient à passer ce checkpoint, en traversant d’abord le barrage de l’Armée syrienne, puis, une centaine de mètres plus loin, celui tenu par les groupes rebelles5. Ces derniers ont décidé la fermeture totale de ce passage à partir du 15 avril 2013 (Hariri, 2015). Au-delà de cette date, seuls demeuraient possibles quelques déplacements arrangés dans le cadre de trêves provisoires établies entre les belligérants avec la coordination du Croissant rouge arabe syrien qui a joué le rôle de médiateur pour assurer la circulation des groupes d’aide humanitaire et des ambulances permettant de déplacer les patients chroniques (Diab, Hajjar, 2014b). Par conséquent, la traversée des habitants d’une partie à l’autre s’est transformée en un long voyage de 12 heures6.

5En suivant l’actualité de la ville d’Alep, on observe que les médias et les réseaux sociaux ont vite adopté, sinon inventé, deux toponymes, « Alep-Est » et « Alep-Ouest », pour désigner ces deux espaces qui sont totalement déconnectés l’un de l’autre. T. Boissière et J.-C. David (2014b) signalent une stabilisation des lignes de conflit, à peu des choses près, entre l’automne 2012 et août 2014. L’exemple du quartier de Salaheddine illustre bien cette situation, car si l’Armée syrienne a tenté, entre 2014 et 2015, d’en reprendre le contrôle, son avancée est restée très limitée (Fig. 1). Toutefois, la limite entre les deux principaux secteurs de guerre a évolué de manière relativement plus sensible entre novembre 2015 et mi-novembre 2016, avec une série d’avancées et de reculs des différents groupes belligérants.

  • 7 Cette route relie les quartiers d’Alep-Est à la route menant à la Turquie. La route de Castello éta (...)
  • 8 « L’armée syrienne a repris le contrôle d’Alep », en ligne sur L’Obs. http://tempsreel.nouvelobs.co (...)

6Après avoir coupé la route de Castello7 au nord d’Alep le 9 juillet 2016, l’Armée syrienne a encerclé mi-septembre les quartiers d’Alep-Est. Elle a intensifié, avec ses alliés, fin novembre, son offensive militaire sur Alep-Est. Sa progression dans les quartiers populaires et les quartiers anciens de la vielle-ville a été rapide puisqu’elle a réussi à reprendre 85 % du territoire « rebelle » en une semaine. Elle a ainsi porté un coup décisif à la rébellion. L’Armée syrienne a ainsi annoncé le 22 décembre 2016, dans un communiqué diffusé sur la chaîne nationale d’informations, la reprise totale de la ville8.

Figure 1. Les territoires de conflit à Alep, novembre 2015 à septembre 2016.

Figure 1. Les territoires de conflit à Alep, novembre 2015 à septembre 2016.

Source : http://syria.liveuamap.com/​ [consulté le 20/09/2016 et le 03/05/2018].

Cartographie : A. Hajjar, sept. 2016.

La compréhension de la géographie de la guerre à Alep : quelques questionnements

7L’évolution rapide de la césure spatiale à Alep durant les quatre années de guerre pose plusieurs questions. Peut-on déterminer son origine ? Y a-t-il une interaction entre cette géographie de la guerre et l’organisation des groupes confessionnels ou celle du tissu socio-économique d’Alep ? Est-ce que le clivage spatial observé durant la guerre est en rapport avec les différents processus d’urbanisation que la ville d’Alep a précédemment connus ? Est-ce qu’il s’agit d’un phénomène unique au Moyen-Orient ou bien peut-on trouver des cas similaires ?

8Notre analyse est basée sur l’hypothèse suivante : la ville d’aujourd’hui est l’écho du passé. La césure spatiale, évoquée ci-avant et clairement observée pendant la guerre, n’est que l’extension et l’accentuation d’une situation plus ancienne qui dessinait déjà de forts clivages socio-économiques : la partie occidentale de la ville d’Alep était marquée par la présence des quartiers bourgeois (Sabil, Mouhafazah, etc.) et le développement de nouveaux quartiers résidentiels à faible densité, alors que sa partie orientale concentrait la plupart des quartiers d’habitat informel et populaire (Hajjar, 2014).

  • 9 Selon le cadre juridique de la planification urbaine, la ville d’Alep, comme toute ville syrienne, (...)

9L’objectif principal de cet article est de clarifier les liens entre la géographie de la guerre et les divisions spatiales qui reflètent une situation se présentant à Alep bien avant la guerre. C’est pourquoi il nous a semblé important de tenter de déterminer l’origine de cette césure spatiale entre l’Est et l’Ouest à Alep et de suivre son évolution dans le temps. Pour ce faire, nous effectuerons une analyse des processus de l’urbanisation alépine, ceux donc qui ont produit les divisions spatiales d’un point de vue confessionnel, socio-économique et fonctionnel, en même temps que nous essaierons de déterminer quels ont pu être les effets des politiques de planification urbaine – qui s’expriment, entre autres, au travers de Master Plans9 établis à l’échelle de l’agglomération alépine –, sur son organisation socio-économique et fonctionnelle.

Histoire d’Alep : une territorialisation confessionnelle ?

  • 10 Durant des siècles, Alep était l’un des principaux centres de production du savoir religieux musulm (...)
  • 11 Il faut préciser que le nombre de juifs en Syrie n’a pas cessé de diminuer depuis la création de l’ (...)

10La dimension confessionnelle peut être un facteur important dans l’organisation spatiale dans une ville ayant eu une importance religieuse comme Alep10 (Pierret, 2014). On peut qualifier Alep, comme d’autres villes du Moyen-Orient (Damas, Homs, Lattaquié et Beyrouth), de ville pluriconfessionnelle. Dans cette ville à dominante musulmane sunnite, nous trouvons en effet depuis longtemps une diversité de groupes confessionnels (musulmans, chrétiens et juifs11).

  • 12 D’après l’historien alépin Ghazzi, le quartier Zukak El-Arbin a été créé en à l’époque du Sultan Sa (...)

11L’histoire urbaine de la ville d’Alep pendant la période ottomane affirme la présence des espaces de vie destinés aux groupes confessionnels non musulmans. Prenons l’exemple des chrétiens à Alep, ils étaient présents dans le quartier de Jdeidé, situé dans le faubourg nord en dehors de la ville intra-muros (David, 1990). L’un des caractères de la période allant du XVIe au XVIIIe siècle était la tolérance des autorités ottomanes à Alep envers les chrétiens afin de les encourager à s’y installer. Il semble que les Sultans ottomans attendaient de l’installation chrétienne à Alep un progrès des activités commerciales. De fait, le nombre des chrétiens à Alep a évolué de 3 000 habitants (5 % de la population totale) au début du XVIe siècle à 20 000 habitants environ (20 % de la population totale) vers la fin du XVIIIe siècle (Raymond, 1991). L’installation chrétienne dans le faubourg nord s’est progressivement poursuivie, à partir du quartier de Jdeidé vers l’est, avec la construction de nouveaux quartiers comme le quartier Zukak El-Arbin12. Selon A. Raymond (1991) qui a exploité pour cela les registres du Tribunal, le nombre de quartiers habités par des chrétiens a évolué de 9 vers 1680 à 12 vers la fin du XVIIIe siècle. On trouve effectivement à Alep à cette époque des quartiers qui sont habités exclusivement par des chrétiens, tel Jdeidé, mais nombreux aussi sont ceux où une mixité confessionnelle peut être observée, en particulier à l’est de Jdeidé, dans des quartiers comme Maraachli, Mawardi ou Aghyur. J.-C. David évoque, dans un article consacré au sujet (1990), la cohabitation confessionnelle dans de multiples quartiers résidentiels dont ceux du faubourg nord. Il estime que, vers 1900, 50 % environ des chrétiens d’Alep cohabitaient avec des musulmans, preuve que le facteur confessionnel n’a pas exercé à Alep une influence déterminante sur la construction et la fragmentation de l’espace urbain (Boissière, David, 2014b). À l’époque ottomane en effet, prévalait une division spatiale de nature socio-économique : d’un côté, des quartiers habités majoritairement par une catégorie sociale aisée (notables musulmans) et, d’un autre côté, des quartiers d’habitat collectif et populaire pour les classes les plus pauvres. Les familles de la classe riche habitaient à proximité du centre et du souk, espaces où les manifestations d’appartenance communautaire s’exprimaient avec une relative discrétion (David, 2002), alors que les groupes à faibles revenus, souvent composés de migrants ruraux, s’installaient majoritairement en périphérie. Cela illustre une tendance déjà ancienne à la ségrégation basée sur le facteur socio-économique, lequel a vu son influence renforcée, parfois jusqu’à l’extrême, au fur et à mesure que, au cours du XXe siècle, la croissance urbaine s’est accélérée et que ses processus ont été largement transformés par rapport aux périodes antérieures.

Les transformations de l’urbanisation à Alep : la modernisation urbaine et l’essor des constructions informelles en tant que facteurs de ségrégation ?

  • 13 Les Tanzimat (mot turc signifiant réorganisation) désignent une époque (1839-1876) durant laquelle (...)

12L’année 1868 constitue une date charnière pour l’histoire urbaine d’Alep puisque c’est à cette date-là que sa Municipalité a été créée par l’Administration ottomane. Dans les années qui suivirent, se produisirent des changements colossaux dans les processus de la fabrication de l’espace urbain et dans les formes en résultant. Ces transformations accompagnèrent les réformes administratives adoptées pendant la période dite des Tanzimat13, période de profonde réorganisation et de modernisation administrative dans l’Empire ottoman. De nouveaux règlements urbains furent alors rédigés, en même temps qu’étaient mises en œuvre des procédures nouvelles, telle que l’expropriation pour cause d’utilité publique. De nouvelles formes et fonctions de l’espace sont apparues et se sont diffusées à travers l’espace urbain alépin : rues larges et bien tracées, jardins publics aménagés, espaces publics centraux, etc. Les paysages urbains d’Alep en furent singulièrement bouleversés.

13Le quartier d’Aziziyé est l’un des premiers quartiers construits après la création de cette jeune Municipalité, à l’initiative d’un groupe de notables, chrétiens en particulier (David, 2002). Il est demeuré jusqu’aux années 1960 le principal quartier résidentiel de la grande et moyenne bourgeoisie chrétienne (Boissière, 2014b). De fait, les quartiers érigés après 1868 reflètent une tendance à un regroupement important des minorités, et surtout les chrétiens : 96 % de chrétiens à Aziziyé, 100 % à Hamidiyé, 95 % à Nayyal (David, 1990). Cette volonté de regroupement n’a cessé de marquer l’appartenance confessionnelle.

  • 14 Le plus ancien jardin public d’Alep a été inauguré en 1896 par Raif Pacha, alors wali d’Alep.
  • 15 Nous faisons allusion ici au boulevard du Roi Fayçal sur lequel se trouve la Fondation Georges et M (...)

14L’implication des chrétiens dans le développement de la ville est allée encore plus loin, puisque ceux-ci constituèrent des acteurs décisifs de l’extension de la ville pendant la période du Mandat français (1920-1946). Le quartier de Sabil, connu par son jardin public de 2,7 ha14 et par ses arbres d’alignement qui encadrent la voirie15, fut créé à cette époque. Il constitue un exemple pertinent pour mieux comprendre le rôle des chrétiens dans l’étalement urbain : en effet, les chrétiens y ont acheté maints terrains et ont organisé la voirie en fonction des édifices à caractère confessionnel pour marquer le territoire (École des Sœurs franciscaines, Fondation Georges et Mathilde Salem, hôpital-hospice d’Al-Kalimé relevant de l’église grecque melkite catholique). Après l’Indépendance, ils ont procédé à la vente d’une partie des parcelles qu’ils possédaient à des notables et bourgeois musulmans, lesquels sont progressivement devenus majoritaires dans ce quartier (David, 1990). Par conséquent, ce quartier donne à voir d’autres facteurs de ségrégation que ceux confessionnels, de nature économique et sociale. Ses habitants bénéficient d’un niveau de vie relativement élevé, qui se justifie par les prix de l’immobilier, nettement supérieurs à ceux enregistrés dans les quartiers populaires. Les marques et les types des voitures particulières possédées par les résidents témoignent immédiatement de leur statut social et du niveau de leurs revenus. Pour toutes ces raisons, le quartier de Sabil est devenu au cours des années 1990 le centre de gravité de la ville bourgeoise moderne (David, 1990). Il a attiré des familles musulmanes sunnites et chrétiennes originaires d’Alep ou installées en ville depuis longtemps qui, se revendiquant d’une certaine citadinité, tiennent à se distinguer – et à se distancier – des familles issues de l’exode rural. Elles estiment en effet que ces « néo-citadins », qui vivent principalement dans les quartiers populaires et informels, conservent souvent des modes de vie marquant trop leur origine. Mais s’il est vrai que des différences culturelles rendent le processus d’intégration de ces dernières populations long et complexe, les familles alépines « de souche » se revendiquant toujours – et affichant l’importance – de ce qu’elles considèrent être leur citadinité historique.

15Le quartier de Sabil a connu des changements profonds dans les années 2000 avec la transformation de certaines rues résidentielles en axes commerciaux, comme la rue Waddah El-Yaman, connue comme étant « la rue des marques », car elle accueille un grand nombre de magasins franchisés dans le domaine de la mode, ainsi que des commerces modernes. La jeunesse dorée alépine fréquente ce quartier et y favorise une dynamique sociale nouvelle qui alimente pour sa part le processus de la ségrégation spatiale à Alep. Elle manifeste une volonté d’occidentalisation à travers de nouvelles pratiques de consommation dans les lieux publics : usage des terrasses de café, junk food locale et internationale, shopping, etc. (Hajjar, Diab, 2015 ; Sauvegrain, 2014). La « bataille d’Alep » a induit dans ce quartier des changements profonds relatifs à la gestion et à l’occupation de l’espace, comme c’est aussi le cas dans d’autres quartiers d’Alep-Ouest : par exemple, le nombre de commerces ambulants vendant des produits alimentaires a très fortement progressé.

16Les divisons spatiales de nature socio-économique sont encore plus visibles de nos jours entre l’Est et l’Ouest. Si l’on partage la ville selon un axe nord-est/sud-ouest qui suivrait la limite de la vieille ville du côté ouest (Fig. 2), on peut identifier deux principales composantes qui se différencient l’une de l’autre en termes de qualité de vie des populations, d’usage du sol, d’organisation des services urbains et de distribution des équipements socio-culturels (Diab, Hajjar, 2014).

Fig. 2. L’organisation spatiale de la ville d’Alep en 2009 montrant les espaces bâtis et les espaces verts.

Fig. 2. L’organisation spatiale de la ville d’Alep en 2009 montrant les espaces bâtis et les espaces verts.

Source : Aleppo Diverse / Open City, Rapport final, 05/02/2010 ; GTZ Überbau, Stellmach & Saad, d’après SIG de la Municipalité d’Alep, 2009.

Cartographie : A. Hajjar & Fl. Troin • CITERES 2018.

17La partie occidentale de la ville localise préférentiellement les classes riches dans les quartiers bourgeois (Sabil, Mouhafazah…), les classes moyennes dans ceux situés à proximité du centre-ville et dans les nouveaux quartiers résidentiels à faible densité développés à l’ouest et qui ont été privilégiés en matière d’espaces publics (jardins) et d’équipements (Université) au détriment de la partie orientale d’Alep (Hajjar, 2014). Cette autre moitié de la ville abrite par contre plusieurs zones industrielles et artisanales, les deux camps de réfugiés palestiniens installés à Alep, Neyrab au sud-est près de l’aéroport international et Handarat au nord (Bouagga, 2014), ainsi que la majorité des quartiers d’habitat informel qui ont attiré une population défavorisée qui n’a pas été en mesure, pour différentes raisons, d’accéder au logement « formel ».

  • 16 Quelques projets d’habitat collectif ont été réalisés, mais surtout à l’ouest de la ville, par des (...)
  • 17 L’État syrien est très centralisé, cela est lié au contexte politique du pays depuis la révolution (...)

18La majorité des logements construits « légalement » l’avaient été dans les zones d’extension urbaine situées à l’ouest ; les prix de l’immobilier y dépassent les capacités financières des populations défavorisées et, parfois même, celles de la classe moyenne. Le développement des quartiers informels à l’est de la ville a ainsi constitué une réponse à l’incapacité des autorités et des différents acteurs de la construction (entreprises privées, associations professionnelles16) à mettre en place une véritable politique de construction de logements à destination des classes moyennes et populaires. Les programmes publics de construction réalisés par l’État syrien17 et ses instances locales, entre 1974 et 2000, sont restés très limités et incapables de répondre à la demande de logements émanant de ces groupes sociaux. Parmi ces programmes publics, nous pouvons mentionner deux grands projets d’habitat collectif : Hamdanieh au sud-ouest et Hanano au nord-est.

  • 18 Selon les données des recensements publiées par le Bureau central des statistiques, la population d (...)

19L’État a ensuite tenté, dans les années 2000, de redynamiser les projets de construction de « logements populaires » à prix abordables (logements pour jeunes, logements pour travailleurs, etc.) en planifiant de nouvelles cités résidentielles au nord de la ville (Maasraniyeh et Achrafiyeh). Mais l’offre proposée ne correspondait pas à la demande18. C’est l’une des raisons pour lesquelles les autorités syriennes ont été obligées, bon gré, mal gré, de tolérer le développement de l’habitat informel, celui-ci constituant de ce fait la seule solution d’accès au logement adaptée aux besoins et moyens des catégories sociales démunies et, éventuellement, moyennes-inférieures (David, 2014). Selon les experts locaux, jusqu’à la veille de la guerre, la moitié de la population alépine vivait dans les zones d’habitat informel (Fig. 2), situées à l’est de la ville (Hajjar, 2014). Ceci explique que ces quartiers se caractérisent généralement aussi par leur forte densité (de logements et de population), laquelle pouvait atteindre avant la guerre 1000 personnes par hectare au sud et au sud-est, comme par exemple dans le quartier Tal El-Zarazir.

  • 19 À cette date, la ville d’Alep n’avait pas encore été directement touchée par la guerre.

20L’opposition formel-informel semble être flagrante à l’échelle de la ville d’Alep. Cette opposition trouve aussi sa place dans la géographie des conflits, tant à Alep que dans d’autres villes syriennes, comme F. Balanche a pu l’affirmer (2011). Dans cet article, rédigé quelques mois après le début de la crise syrienne19, nous avons essayé de montrer que les mouvements de contestation apparus dans différentes villes syriennes sont partis des quartiers les plus pauvres et informels. De fait, l’évolution des territoires de conflits à Alep (Fig. 1) suit clairement l’organisation socio-spatiale de la ville (Fig. 2) même si la guerre à Alep a commencé plus tard.

Les plans d’aménagement urbain : la programmation d’un développement déséquilibré entre l’Est et l’Ouest

  • 20 Cette société a été fondée à Paris en 1919 (ou 1923, la date fait débat) par les frères René et Ray (...)

21L’idée d’organiser le développement de la ville d’Alep, comme d’autres villes du Moyen-Orient, grâce à un plan d’aménagement urbain, remonte à l’époque du Mandat français. La municipalité d’Alep a signé à cette fin, en 1931, un accord avec la Société des plans régulateurs de villes des frères Danger20. Sa mission consiste à étudier le plan d’Alep. Même après l’Indépendance, les plans d’aménagement urbain continuent à être souvent conçus par des urbanistes étrangers, comme ce fut le cas du Plan de 1954 par le Français André Gutton ou celui du Schéma d’organisation générale (SOG) de 1974 par le Japonais Gyoji Banshoya.

  • 21 Selon l’article no 1 du décret législatif no 5 de 1982, relatif à la planification urbaine en Syrie

22Le cadre légal en Syrie prévoit, pour toute ville, un Schéma d’organisation générale qui a pour objectif de « définir la future vision de l’agglomération et son extension future, en précisent les limites administratives, les principaux réseaux routiers, l’usage du sol par un zonage et les règlements de construction dans le périmètre du Schéma conformément aux normes de la planification et au programme statique de planification »21. Des similitudes peuvent être observées entre les objectifs fixés aux SOG des villes syriennes et ceux des anciens Schémas directeurs (SD) institués en France par la loi no 67-1253 de 1967, dite « Loi d’orientation foncière » (Chakar, 2010). Cependant, dans le cas d’Alep, ce document d’aménagement s’inscrivait dans les seules limites administratives de la ville – lesquelles furent, certes, différentes selon la date d’élaboration de ces documents –, alors que, en France, les Schémas directeurs étaient fréquemment intercommunaux (Hajjar, 2014).

  • 22 Professeure d’Urbanisme à l’Université d’Alep (Faculté d’Architecture), elle a mené des recherches (...)

23Afin de comprendre la politique urbaine menée par la municipalité d’Alep, nous avons analysé l’évolution des plans d’aménagement urbain. Le plan de 1954 a favorisé le développement de nouveaux quartiers vers l’ouest (Sakkal, 2014), alors que les zones industrielles se sont développées ailleurs (Kallasé au sud et Arkoub à l’est). Plus tard, le Schéma d’organisation général de 1974 de G. Banshoya a proposé la construction de vastes quartiers résidentiels à l’ouest, avec de faibles densités et une absence de mixité fonctionnelle (Fig. 3). Ce SOG a prévu par ailleurs un développement des zones d’« habitat populaire » au nord, au sud et à l’est de la ville. Ces zones correspondent exactement au périmètre de l’habitat illégal et informel qui s’est développé entre les années 1970 et 2000, avec une grande tolérance et un faible contrôle des autorités locales. De ce point de vue, Jean-Claude David estime que l’informel est toléré comme outil de correction ou de confirmation du plan directeur théorique (David, 2014). S. Sakkal22, pour sa part, juge que le SOG de 1974 a été un document globalement respecté, puisque l’informel s’est développé sous le contrôle de la Municipalité (Sakkal, 2014).

Figure 3. Schéma d’organisation générale de la ville d’Alep de 1974.

Figure 3. Schéma d’organisation générale de la ville d’Alep de 1974.

Source : Municipalité d’Alep.

24Les plans directeurs d’Alep ont toujours été très lentement élaborés et leur application n’a été, à chaque fois, que partielle. Le dernier en date, à savoir le SOG élaboré en 2004 et approuvé seulement en 2012 (Fig. 4), année marquée par le début de la guerre à Alep, a défini un nouveau périmètre urbain, dont la superficie couvre désormais 39 500 ha au lieu des 16 500 inscrits dans les limites de 1974. Un élargissement d’une telle ampleur dépasse très largement les besoins de la ville pour les vingt années à venir (Stellmach, Saad, 2010). Mais le choix en faveur d’un étalement urbain a été soutenu par l’oligarchie alépine qui s’est précipitée dans la promotion foncière à court terme et la spéculation immobilière.

Figure 4. Le SOG 2012 de la ville d’Alep.

Figure 4. Le SOG 2012 de la ville d’Alep.

Sources : Municipalité d’Alep.

Cartographie : A. Hajjar, 2012.

25Le SOG de 2012 tel qu’il a été approuvé ne permet pas de réduire les disparités spatiales qu’Alep connaît entre ses parties orientale et occidentale. Il favorise en effet plutôt le renforcement des inégalités socio-économiques, en programmant des zones de développement des quartiers modernes plus vastes à l’ouest qu’à l’est (Fig. 5).

Figure 5. Le SOG 2012 et les déséquilibres programmés entre l’Est et l’Ouest d’Alep.

Figure 5. Le SOG 2012 et les déséquilibres programmés entre l’Est et l’Ouest d’Alep.

Source : Aleppo Diverse / Open City, Rapport final, 05/02/2010 ; GTZ Überbau, Stellmach & Saad, d’après Masterplan, Municipalité d’Alep, 2010.

Cartographie : A. Hajjar & Fl. Troin • CITERES 2018.

La géographie des conflits à Alep : constats et enjeux pour la reconstruction post-guerre

  • 23 Cette place était le lieu de convergence de toutes les festivités d’Alep qu’elles soient ponctuelle (...)

26Les groupes rebelles avaient l’intention de prendre le contrôle de toute la ville. Après avoir rapidement occupé sa partie orientale, ils ont à plusieurs reprises imposé le blocus des quartiers d’Alep-Ouest, contrôlés par des forces régulières syriennes. Ce blocus a provoqué des pénuries en produits alimentaires, en essence, et en maints autres biens nécessaires à la vie quotidienne. L’Armée syrienne était amenée à utiliser la route de Khanaser pour relier ces quartiers aux territoires encore tenus par elle (Homs, Hama, Lattaquié, Damas, etc.). Les groupes rebelles ont ainsi lancé des offensives miliaires, en particulier le 27 octobre 2012, sur Alep-Ouest. Ils se sont infiltrés dans les quartiers de Syrian Al-Jdidé et Sabil. Ils ont cependant échoué à occuper ces quartiers. Cette offensive n’a duré que quelques heures, mais elle a marqué les esprits des habitants de ces quartiers et ne les a pas incités à manifester beaucoup d’empathie envers les groupes rebelles armés. Bien au contraire, de nombreuses manifestations pro-gouvernementales ont été organisées dans certains quartiers d’Alep autour de la place Saadallah Al-Jabri23 ou de celle de l’Université, en face de la Faculté de médecine. Ces manifestations de soutien semblent avoir été une réponse aux quelques manifestations de contestation qui eurent lieu en avril 2011 aux abords de l’Université et qui furent surtout marquées par la participation d’étudiants dont la majorité d’entre eux n’étaient pas originaires d’Alep, mais plutôt des régions qui s’étaient déjà soulevées, comme le mohafaza d’Idleb, au nord (Boissière, David, 2014a). Dans cette phase du conflit, en effet, les manifestations étaient devenues une façon d’occuper l’espace public afin d’empêcher l’autre partie de le faire.

27Contrairement à la ville de Beyrouth pendant la guerre civile des années 1975-1990 (Davie, 1997), la division spatiale est-ouest à Alep ne recouvre pas entièrement une partition confessionnelle. S’il est en effet indiscutable que l’opposition socio-économique entre quartiers défavorisés à l’est et « beaux quartiers » à l’ouest constitue l’une des clés de lecture de la géographie de la guerre à Alep (Boissière, David, 2014b ; Diab, Hajjar, 2014), il n’en reste pas moins qu’il convient probablement de « corriger » le facteur socio-économique en mobilisant d’autres éléments. Et cette correction est d’autant plus nécessaire à opérer qu’on se trouve dans un contexte de guerre qui possède plusieurs dimensions, dont certaines dépassent même l’échelle nationale (géopolitique, etc.).

28Les destructions qui ont atteint et largement ruiné tant les quartiers populaires non-réglementaires que le centre historique, classé au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1986, sont l’une des conséquences de cette guerre urbaine. Après avoir repris le contrôle de la ville, le gouvernement syrien est confronté au défi considérable que représente la reconstruction. Selon les médias officiels syriens, un plan de reconstruction a été préparé et annoncé par le gouvernement syrien courant janvier 2017. Le projet prévoit des travaux permettant d’assurer la fourniture d'eau et d'électricité à tous les quartiers, et d’ouvrir les routes reliant les deux parties de la ville. Il comporte également un plan d’urgence pour la rénovation des équipements publics (écoles, dispensaires, hôpitaux) et des grandes infrastructures (aéroport international d’Alep). Cependant, les effets de la guerre ne se limitent pas aux seuls dégâts matériels, quelque considérables qu’ils soient – même si ceux-ci conditionnent généralement la problématique de la reconstruction post-guerre du bâti. Les quatre ans de guerre à Alep ont en effet été marquées par un autre type de destruction, celui qui a touché le tissu social des quartiers informels populaires en obligeant leurs habitants à modifier leurs pratiques de et dans l’espace public, ainsi que leurs modes de vie. On trouvera dans l’article déjà cité de David et Boissière (2014b), auquel nous renvoyons, une analyse fine des conséquences sociales de la destruction, intentionnelle et non intentionnelle, du patrimoine matériel et immatériel d’Alep, sans oublier leurs effets sur les identités urbaines.

29Certes, la reconstruction ne réparera ni les divisions profondes générées par la guerre, ni celles que des politiques urbaines inéquitables avaient provoquées, mais elle pourra (peut-être) constituer une fenêtre d’opportunité pour proposer une vision du futur qui favorise la réconciliation. Dans ce cadre, il conviendrait sûrement d’envisager que cette « réconciliation » s’inscrive sur le long terme et vise à réduire les oppositions sociales et économiques entre les différentes parties de la ville. Cet objectif ne peut être atteint en peu de temps pour peu que l’on veuille vraiment que la reconstruction s’accompagne d’une réduction des inégalités territoriales qui sont, probablement, une des causes de cette guerre (Diab, Hajjar, 2014).

  • 24 La protection du patrimoine constituait un moyen permettant aux autorités syriennes de continuer à (...)

30La destruction des monuments historiques dans le centre-ville préoccupe l’opinion internationale24. La reconstruction du centre-ville est essentielle, mais elle doit être pensée dans le cadre d’une vision globale qui inspirerait un plan intégré pour toute la ville, y compris les quartiers informels d’Alep-Est, désormais largement détruits. Ce plan intégré devrait exprimer prioritairement les besoins locaux, sociaux et économiques, plutôt que de répondre aux préoccupations de ceux qui se consacrent aux investissements immobiliers – et à la spéculation qui les accompagne. La reconstruction du centre-ville de Beyrouth devrait servir de contre-exemple, dans la mesure où elle a été financée sur des crédits privés qui ont privilégié la constitution d’un important pôle d’affaires, tourné vers le monde de la finance, à l’image de certaines villes de la région, en particulier Dubaï, qui commençaient dès cette époque à développer un modèle urbain et urbanistique très particulier (Marot, Yazigi, 2012). Dans le même temps, les auteurs de la reconstruction ont manifesté un très faible intérêt – pour ne pas dire un mépris – pour les résultats des fouilles archéologiques entreprises sur le site (Loret, 2010), pendant que les périphéries continuaient à être complétement négligées, au point où les stigmates de la guerre y sont encore parfois visibles.

31Quoiqu’il en soit de ces interrogations et des orientations possibles pour une reconstruction, il ne fait aucun doute que reconstruire l’économie locale et convaincre les familles alépines de retourner vivre dans leurs quartiers constitueront des éléments décisifs pour que renaisse non seulement une ville dans son cadre matériel, mais aussi une véritable société urbaine. Et le problème, bien sûr, ne se limite pas à Alep…

Haut de page

Bibliographie

Balanche F., 2011, « Géographie de la révolte syrienne », Outre-Terre, no 29, p. 437-458.

Boissière T., 2014, « Entre développements des espaces de commerce et mutations urbaines, le quartier de ‘Aziziyyé à Alep », p. 369-394, in David J.-C., Boissière T., Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo.

Boissière T., David J.-C., 2014a, « Introduction générale : Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011) », p. 27-36, in David J.-C., Boissière, T., Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo.

Boissière T., David J.-C., 2014b, « Guerre contre l’État, guerre contre la ville : Alep, otage des combats en Syrie », Moyen-Orient, no 24, p. 84-91.

Bouagga Y., 2014, « Aux marges d’Alep : les camps de réfugiés palestiniens », p. 245-263, in David J.-C., Boissière T., Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo.

Chakar H., 2010, La faisabilité d’une réorganisation territoriale de la métropole d’Alep : approche politico-administrative en référence au cas du « Grand Lyon », Thèse de Doctorat, Urbanisme, Université Paris-Est.

David J.-C., 1990, « L’espace des chrétiens à Alep. Ségrégation et mixité, stratégies communautaires (1750-1850) », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, vol. 55, no 1 (« Villes au Levant. 1. Hommage à André Raymond », sous la dir. de J.-P. Pascual), p. 150-170. En ligne : http://www.persee.fr/doc/remmm_0997-1327_1990_num_55_1_2340 [consulté le 03/05/2018].

David J.-C., 2002, « Les espaces publics à Alep depuis la fin du XIXe siècle. Urbanisme et pratiques des usagers », Géocarrefour, vol. 77, no 3 (« L’espace public au Moyen-Orient et dans le monde arabe), p. 235-244. En ligne : http://www.persee.fr/doc/geoca_1627-4873_2002_num_77_3_2748 [consulté le 03/05/2018].

David J.-C., 2014, « Production et qualification de l’espace urbain : entre informel et corruption », p. 179-195, in David J.-C., Boissière T., Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo.

David J.-C., Boissière T. (dir.), 2014a, Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo.

David J.-C., Boissière T., 2014b, « La destruction du patrimoine culturel à Alep : banalité d’un fait de guerre ? », Confluences Méditerranée, 2/2014, no 89 (« Tragédie syrienne », sous la dir. de B. Mikaïl), p. 163-171.

Davie M.F., 1997, « “Beyrouth-Est” et “Beyrouth-Ouest” : territoires confessionnels ou espaces de guerre ? », p. 17-49, in Davie M.F. (dir.), Beyrouth. Regards croisés, Tours, Urbama, coll. « Villes du Monde arabe », no 2.

Diab Y., Hajjar A., 2014, « Alep, de la ségrégation socio-spatiale à la guerre urbain », Urbanisme, no 39, p. 24-29.

Fries F., 1994, « Les plans d’Alep et de Damas, un banc d’essai pour l’urbanisme des frères Danger (1931-1937) », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, vol. 73, no 1 (Figures de l’orientalisme en architecture, sous la dir. de C. Bruant, S. Leprun, M. Volait), p. 311-325. En ligne : http://www.persee.fr/doc/remmm_0997-1327_1994_num_73_1_1684 [consulté le 03/05/2018].

Hajjar A., 2014, La construction d’un cadre méthodologique pour l’élaboration de projets urbains durables en Syrie, Thèse de Doctorat, Aménagement de l’espace et Urbanisme, Université Paris-Est.

Hajjar A., Diab Y., 2015, « Alep : une dualité dans la fabrique d’espace public », communication au colloque La fabrique des espaces publics dans les villes non-occidentales, Rennes, 1-5 juin 2015 (Rencontres internationales en urbanisme, APERAU) [texte non publié].

Hariri N., 2015, « Le deuxième encerclement d’Alep : un éventuel retour de barrages ? », Al-Hayyat, Beyrouth, publié le 5 novembre 2015 [en arabe].

Loret S., 2010, « Enjeux de la mise en image des objets historiques dans la reconstruction du centre-ville de Beyrouth », in Cattedra R., Garret P., Miller C., Volait M. (dir.), Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains. Exemples marocains, libanais, égyptien et suisse, Rabat/Beyrouth, CJB/Ifpo. En ligne : http://books.openedition.org/ifpo/891 [consulté le 03/05/2018].

Marot B., Yazigi S., 2012, « La reconstruction de Beyrouth : vers de nouveaux conflits ? », Métropolitiques. En ligne : http://www.metropolitiques.eu/La-reconstruction-de-Beyrouth-vers.html [mis en ligne le 11/05/2012 ; consulté le 03/05/2018].

Pierret T., 2014, « Le clergé sunnite alépin : provincialisation et affirmation de l’élément tribalo-rural », p. 265-279, in David J.-C., Boissière T., Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo.

Raymond A., 1991, « Alep à l’époque ottomane (XVIe-XIXe siècles) », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, vol. 62, no 1 (Alep et la Syrie du Nord, sous la dir. de V. Fuglestad-Aumeunier), p. 93-109. En ligne : http://www.persee.fr/doc/remmm_0997-1327_1991_num_62_1_1525 [consulté le 03/05/2018].

Ross P., Diab Y., 2009, La création des partenariats locaux pour un développement urbain et territorial. Centre territorial du développement durable, Programme de modernisation de l’Administration municipale, Damas [en arabe].

Sakkal S., 2014, « Croissance et contrôle de l’espace. L’informel et l’urbanisme, la municipalité et l’État », p. 197-228, in David J.-C., Boissière T., Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo.

Sauvegrain S., 2014, « Pratiques quotidiennes et modes de consommation des jeunes à Alep », p. 229-244, in David J.-C., Boissière T., Alep et ses territoires. Fabrique et politique d’une ville (1868-2011), Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo.

Stellmach T., Saad A., 2010, Aleppo Diverse/Open City. An Urban Vision for the Year 2025 [La ville d’Alep diverse et ouverte. Une vision urbaine pour 2025], rapport établi pour la GIZ, Programme de développement urbain de la ville d’Alep, Alep [en anglais].

Haut de page

Notes

1 La ville d’Alep, considérée comme « la capitale économique » du pays (Ross, Diab, 2009), n’a jamais cessé d’exercer un pouvoir d’attraction économique sur les gouvernorats voisins et même sur ceux situés plus à l’est, vers la frontière irakienne. Outre l’importance de son rôle commercial et de ses activités artisanales traditionnelles, elle possède un tissu industriel constitué d’entreprises nombreuses et variées (textile, agro-alimentaire, produits pharmaceutiques, etc.) dont la plupart sont la propriété de chefs d’entreprise alépins.

2 Le terme Chabbiha était employé en Syrie bien avant la guerre pour désigner certains groupes présents dans la région côtière, en particulier à Lattaquié. Ils y exerçaient des activités délictueuses (trafic du tabac, change illégal de devises, etc.).

3 « Syrie : des quartiers d’Alep bombardés ». En ligne : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/08/09/97001-20120809FILWWW00259-syrie-des-quartiers-d-alep-bombardes.php [mis en ligne le 09/08/2012 ; consulté le 03/05/2018].

4 Les principaux sites d’informations syriens et arabes ont évoqué, le 8 mai 2014, l’explosion qui a entraîné la destruction de l’hôtel et de bâtiments environnants à caractère historique, des tonnes d’explosifs ayant été entreposés dans les tunnels creusés sous le secteur.

5 Comme le Front Al-Nousra et le mouvement d’Ahrar El-Cham.

6 Après la fermeture du passage de Bustan al-Qasr, les habitants d’Alep utilisent la voie tenue par l’Armée syrienne, appelée la « route militaire » ou bien la route de Khanaser (village situé à 8 km au sud-est d’Alep). Cette route constitue une voie stratégique pour l’Armée syrienne puisqu’elle est la seule voie routière reliant Alep aux villes syriennes encore tenues par elle (Homs, Hama, Lattaquié, Damas, etc.). Les groupes se revendiquant de l’État islamique ont tenté à plusieurs reprises de couper cette route. Voir l’article : « L’EI coupe une route menant à Alep », en ligne sur Lefigaro.fr (avec Reuters). http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/23/97001-20160223FILWWW00113-l-ei-coupe-une-route-menant-a-alep.php [mis en ligne le 23/02/2016 ; consulté le 03/05/2018].

7 Cette route relie les quartiers d’Alep-Est à la route menant à la Turquie. La route de Castello était la dernière voie d’approvisionnement pour les groupes armés rebelles.

8 « L’armée syrienne a repris le contrôle d’Alep », en ligne sur L’Obs. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/guerre-en-syrie/20161222.OBS3015/l-armee-syrienne-a-repris-le-controle-d-alep.html [mis en ligne le 22/12/2016 ; consulté le 03/05/2018].

9 Selon le cadre juridique de la planification urbaine, la ville d’Alep, comme toute ville syrienne, est gérée par un Schéma d’organisation générale.

10 Durant des siècles, Alep était l’un des principaux centres de production du savoir religieux musulman sunnite au Moyen-Orient (Pierret, 2014).

11 Il faut préciser que le nombre de juifs en Syrie n’a pas cessé de diminuer depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948. Les vagues d’immigration des familles juives syriennes vers l’étranger, en particulier vers les États-Unis, se sont multipliées avec les conflits arabo-israéliens (1967, 1973), malgré l’interdiction de quitter le pays jusqu’au mois d’octobre 1992. Depuis cette date, la présence juive à Alep est quasiment inexistante.

12 D’après l’historien alépin Ghazzi, le quartier Zukak El-Arbin a été créé en à l’époque du Sultan Salim (1512-1520) pour accueillir 40 familles chrétiennes, d’où vient son nom (Raymond, 1990). Il se trouve dans la périphérie de Jdeidé.

13 Les Tanzimat (mot turc signifiant réorganisation) désignent une époque (1839-1876) durant laquelle furent engagées d’importantes réformes dans l’Empire ottoman.

14 Le plus ancien jardin public d’Alep a été inauguré en 1896 par Raif Pacha, alors wali d’Alep.

15 Nous faisons allusion ici au boulevard du Roi Fayçal sur lequel se trouve la Fondation Georges et Mathilde Salem et le Consulat général de France. Sur tout son long, ce boulevard était planté d’arbres sur chacun de ses côtés. Ceux-ci ont été abattus dans les années 2000 par la Municipalité d’Alep pour élargir les voies et rendre plus fluide la circulation automobile.

16 Quelques projets d’habitat collectif ont été réalisés, mais surtout à l’ouest de la ville, par des associations professionnelles organisées sous la forme de coopératives (ingénieurs, médecins, pharmaciens, professeurs des Universités, etc.).

17 L’État syrien est très centralisé, cela est lié au contexte politique du pays depuis la révolution du parti Baath et sa prise du pouvoir en 1963 ; sa conception jacobine de l’État, combinée à ses options « socialistes », a favorisé son interventionnisme en tous domaines, y compris bien sûr celui de l’urbanisme.

18 Selon les données des recensements publiées par le Bureau central des statistiques, la population d’Alep serait passée d’environ un million d’habitants en 1981 à 2 132 100 habitants en 2004 (Hajjar, 2014).

19 À cette date, la ville d’Alep n’avait pas encore été directement touchée par la guerre.

20 Cette société a été fondée à Paris en 1919 (ou 1923, la date fait débat) par les frères René et Raymond Danger (voir Friès, 1994).

21 Selon l’article no 1 du décret législatif no 5 de 1982, relatif à la planification urbaine en Syrie.

22 Professeure d’Urbanisme à l’Université d’Alep (Faculté d’Architecture), elle a mené des recherches sur la croissance urbaine informelle et a participé à l’élaboration du SOG 2004.

23 Cette place était le lieu de convergence de toutes les festivités d’Alep qu’elles soient ponctuelles ou récurrentes (le Festival du Coton, la Fête de l’Indépendance, les marches militaires organisées par l’État ou les autorités locales). Elle était aussi le lieu central des festivités organisées pour célébrer la désignation d’Alep, en 2006, comme capitale de la culture islamique.

24 La protection du patrimoine constituait un moyen permettant aux autorités syriennes de continuer à avoir des liens avec certains pays occidentaux : plusieurs hauts fonctionnaires syriens de la Direction générale des antiquités et des musées ont ainsi été invités, à plusieurs reprises, à des Conférences internationales. En France, des bourses de mobilité ont été proposées à de jeunes chercheurs pour former des archéologues syriens.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les territoires de conflit à Alep, novembre 2015 à septembre 2016.
Légende Source : http://syria.liveuamap.com/​ [consulté le 20/09/2016 et le 03/05/2018].
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1544/img-1.png
Fichier image/png, 3,9M
Titre Fig. 2. L’organisation spatiale de la ville d’Alep en 2009 montrant les espaces bâtis et les espaces verts.
Légende Source : Aleppo Diverse / Open City, Rapport final, 05/02/2010 ; GTZ Überbau, Stellmach & Saad, d’après SIG de la Municipalité d’Alep, 2009.
Crédits Cartographie : A. Hajjar & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1544/img-2.png
Fichier image/png, 9,0M
Titre Figure 3. Schéma d’organisation générale de la ville d’Alep de 1974.
Légende Source : Municipalité d’Alep.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1544/img-3.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Figure 4. Le SOG 2012 de la ville d’Alep.
Légende Sources : Municipalité d’Alep.
Crédits Cartographie : A. Hajjar, 2012.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1544/img-4.png
Fichier image/png, 2,8M
Titre Figure 5. Le SOG 2012 et les déséquilibres programmés entre l’Est et l’Ouest d’Alep.
Légende Source : Aleppo Diverse / Open City, Rapport final, 05/02/2010 ; GTZ Überbau, Stellmach & Saad, d’après Masterplan, Municipalité d’Alep, 2010.
Crédits Cartographie : A. Hajjar & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1544/img-5.png
Fichier image/png, 2,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abboud Hajjar, « « Alep-Est » et « Alep-Ouest », territoires marqués par des divisions socio-économiques, puis espaces de guerre », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1544 ; DOI : 10.4000/emam.1544

Haut de page

Auteur

Abboud Hajjar

Architecte, Docteur en Aménagement de l'espace et Urbanisme & Chercheur associé au Lab'Urba

aboud.hajjar@u-pem.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page