Navigation – Plan du site

La remontée des eaux dans la région du Souf : une menace sur un écosystème oasien

Groundwater rise in the Souf region: a threat to an oasis ecosystem
Salima Rayene Kadri et Salah Chaouche

Résumés

S’étendant dans un milieu aride et contraignant, la région du Souf, dans le Bas Sahara oriental, est confrontée à de multiples problèmes de nature variée : les uns liés à la gestion de l’eau (remontée de la nappe phréatique en certaines zones et son rabattement en d’autres, pollution de cette même nappe), les autres aux effets de l’urbanisation (étalement urbain, esquisse de conurbation). Certains d’entre eux posent la question du contrôle de l’urbanisation ; certains autres interrogent sur les orientations de la politique agricole en milieu désertique. Tous s’accompagnent de profondes transformations des paysages et tous mettent les habitants dans des situations de grande incertitude pour leur avenir. Au vu de ces problèmes, le Souf est aujourd’hui devenu un ensemble fragile, et c’est toute la viabilité et la durabilité de l’écosystème oasien qui est menacé.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les sociétés sahariennes traditionnelles ont su gérer pendant longtemps les ressources disponibles en dépit des contraintes qui s’exercent sur elles grâce aux capacités d’adaptation dont ont fait preuve leurs systèmes productifs. Mais, aujourd’hui, la « modernité » a pénétré la société et l’économie locales par de multiples canaux (exploitation du pétrole et du gaz, urbanisation accélérée, irrigation par pompage dans la nappe profonde, etc.), suscitant des dynamiques propres aux populations locales. Il est donc logique, dans ces conditions, que les ressources naturelles locales soient dans bien des cas surexploitées.

  • 1 Le ghout est une méthode de culture des palmiers qui consiste, non pas à les irriguer, comme dans l (...)

2Depuis le début des années 1980, de nombreuses régions du Sahara septentrional (vallée et oasis de l’oued Righ, monts des Ziban, oasis d’Ouargla, El-Goléa) sont confrontées à la remontée des eaux de la nappe phréatique, cause de nuisances pour les activités agricoles et source de risques pour de très nombreuses constructions. Mais ces problèmes ne revêtent nulle part un caractère aussi aigu que dans le Souf (Côte, 2006). Cette région représente en effet un véritable cas d’école, en ce que la rencontre entre le fait saharien et le monde moderne y a produit des transformations accélérées qui ont exercé des effets d’une grande brutalité sur un milieu en équilibre fragile. Or, la société locale avait ici façonné un cadre de vie très particulier, en tirant parti des différences entre micro-milieux de l’erg et en mettant en œuvre une technique particulière (les ghouts) pour cultiver les palmiers1, ce qui a donné naissance à un paysage très original et singulier, reflet d’une société en harmonie avec son milieu (Bataillon, 1955).

  • 2 Le taux d’urbanisation du Souf est passé de 62,6 % en 1998 à 68,8 % en 2008 (RGPH, 1998 et 2008).

3À la fois conséquence des transformations économiques et facteur de fragilisation du milieu et de précarisation de la société locale, la croissance démographique est rapide, De 280 000 habitants en 1987 (RGPH, 1987), elle est passée à 500 000 vingt ans plus tard (RGPH, 2008), soit un taux d’accroissement annuel moyen de 2,6 %. Cette augmentation de la population s’est accompagnée d’une urbanisation accélérée, laquelle atteint un niveau très élevé (plus de deux tiers d’urbains en 20092). Les hommes exercent de ce fait une pression de plus en plus forte sur un milieu naturel dont les ressources s’avèrent d’autant plus insuffisantes que les modes de sa gestion sont peu efficaces.

Figure 1. El Oued dans le Bas-Sahara algérien : proximités et découpage communal.

Figure 1. El Oued dans le Bas-Sahara algérien : proximités et découpage communal.

Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2018.

  • 3 Les ghouts baâli sont ceux qui sont considérés comme sains, en équilibre, et dans lesquels on peut (...)

4De fait, aujourd’hui, l’équilibre, voire la viabilité des systèmes de production du Souf est sérieusement menacé. La question de la durabilité des ressources naturelles est donc posée. Elle l’est d’autant plus que leur dégradation a commencé il y a déjà plusieurs décennies, à cause de la remontée des eaux de la nappe phréatique, très polluées par le fait qu’elle sert de réceptacle aux eaux usées. Le ghout, expression de l’inventivité de la société locale, mais aussi marqueur esthétique et identitaire de la région, est ainsi menacé de disparition : de 9 700 ghouts que comptait la région, il ne reste que 2 355 ghouts baâli3. La sauvegarde de l’écosystème soufi et de son équilibre écologique constitue ainsi un enjeu majeur, pour une large part tributaire de l’évolution démographique de la région, mais également des politiques publiques engagées, ou non, pour réguler ces facteurs de risque. Côte (2006) a bien résumé le paradoxe régional quand il écrit : « Le Souf, une région aride malade de trop d’eau ».

La rupture de l’équilibre hydraulique

5Les oasiens savent bien que, comme il est de règle dans les zones arides, tout réside, pour la vie humaine, dans le rapport entre l’alimentation en eau et son évacuation. C’est ainsi que, dans toutes les oasis, irrigation et drainage sont toujours liés. Mais, aujourd’hui, cet équilibre n’est plus assuré, à la fois parce que l’accès à la ressource est rendu plus aisé par les techniques de pompage, que la consommation s’envole avec l’accroissement démographique, mais, plus encore, dès que l’eau courante parvient aux robinets. Du coup, la nouvelle abondance de l’eau fait passer celle-ci du « statut » de bienfait à celui de menace.

  • 4 Le programme APFA (Loi no 83-18 du 13 août 1983 relative à l’Accession à la propriété foncière agri (...)

6Le passage de l’ère de l’eau rare à celle de l’eau abondante a été heurté et s’est effectué à coups d’investissements et de forages par les pouvoirs publics. La politique ambitieuse que ceux-ci ont promue s’accompagne de procédures de mise en valeur et d´exploitation4 étrangères aux pratiques locales anciennes.

  • 5 L’eau des nappes profonde et très profonde, qui sont des nappes captives, est une eau fossile, qui (...)

7Le Souf a l’immense avantage d’avoir accès à trois nappes : les nappes phréatique, profonde (nappe du complexe terminal, CT dite du pontien) et très profonde (nappe du continental intercalaire, CI dite de l’Albien)5. C’est le jeu réciproque entre ces trois nappes qui pose problème (Côte, 2006). En effet, si la nappe phréatique, unique exutoire, a toujours fonctionné comme réceptacle de débits limités puisés en son sein même, l’eau qu’elle contenait avait été, en quelque sorte, filtrée par les sables et recyclée en un circuit fermé ; or, elle est devenue, en l’absence d’un autre exutoire, le réceptacle unique des énormes quantités puisées dans les nappes profondes. La nappe du CT est la plus sollicitée pour l’alimentation en eau potable (AEP) et l’irrigation. Les débits mobilisés à cet effet se répartissent comme suit : 31 417 131 m³/an pour l’irrigation, et 46 408 644 m³/an pour l’AEP (ANRH, 1993).

  • 6 Dans le Souf, l’agriculture est l’un des secteurs économiques dont le développement est le plus rap (...)

8Pour répondre à la demande exponentielle engendrée par la croissance démographique, l’urbanisation et les exigences du développement économique6, il fut en effet nécessaire de réaliser de nombreux forages à haut débit pour prélever l’eau dans les nappes profonde et très profonde.

  • 7 El Oued, chef-lieu de wilaya, est la principale agglomération urbaine du Souf. Elle a donc été la p (...)
  • 8 Ce sont 211 ghouts qui sont touchés uniquement dans la ville d’El Oued.

9Les premiers forages, assez peu profonds, entrepris dès 1956 dans l’aquifère du complexe terminal pour les besoins en eau potable de la ville d’El Oued7, avaient été limités et sans grands effets sur le niveau de la nappe phréatique. Mais, à partir de 1970, ils ont été multipliés. En 1987, d’autres forages plus profonds ont été réalisé dans la nappe du continental intercalaire, à une profondeur de 1 800 m et avec un débit de 200 litres/seconde par forage. Cela a augmenté considérablement le volume des apports d’eaux déversés dans la nappe phréatique, et a provoqué l’ennoiement des ghouts. En 1973, le premier rapport de la Direction de l’Hydraulique de la wilaya d’El Oued notait l’apparition de traces d’humidité, liées à la remontée des eaux, dans le fond du ghout Sardouke, situé au nord-est de la ville d’El Oued (Fig. 2). Dès lors, la situation n’a cessé de s’aggraver et de s’étendre. En effet, à partir des années 1980, le phénomène provoque d’abord l’inondation de la quasi-totalité des ghouts8 de la ville d’El Oued, ainsi que des zones basses de la ville et de sa périphérie ; puis, le phénomène a progressé au point de toucher une grande partie du Souf, de Guemar au nord jusqu’à El Ogla au sud. Dans un troisième temps, a été concernée une autre zone située à l’est, autour de Zgoum, mais sa superficie est relativement limitée ; puis ce sont les zones éparses autour d’Ourmes, de Reguiba au nord-ouest, d’Oued Alenda et Mih Ouenssa au sud-ouest, qui sont touchées (Fig. 3). Par contre, dans la partie nord-est du Souf, la nappe phréatique, n’ayant pas été touchée par la remontée des eaux, n’est donc pas polluée, ce qui a permis le développement et l’intensification de l’agriculture dans cette zone (Fig. 6).

Figure 2. Première apparition du phénomène de remontée des eaux aux portes de la ville d’El Oued, 1973.

Figure 2. Première apparition du phénomène de remontée des eaux aux portes de la ville d’El Oued, 1973.

Cartographie : S.R. Kadri & Fl. Troin • CITERES 2018.

Figure 3. Évolution de la nappe phréatique dans la région d’El Oued en 2000.

Figure 3. Évolution de la nappe phréatique dans la région d’El Oued en 2000.

Cartographie : S.R. Kadri & Fl. Troin • CITERES 2018.

  • 9 Quelques années plus tard (2012), la consommation moyenne à l’échelle algérienne est estimée à 185 (...)

10Avec la mise en service de nombreux forages dans les nappes captives, l’eau est apparue comme un bien disponible en quantité quasi illimitée. Mais, tandis que le taux de raccordement des ménages à l’eau potable a atteint les 84 % en 1993 (selon DHW de la wilaya), celui de raccordement au réseau d'assainissement n'était que de 32 % à la même date. Dès le début des années 2000, le débit disponible permettait l’eau courante 24 h/24 ; la consommation journalière se situait en moyenne aux alentours de 400 l/hab./jour, mais elle pouvait atteindre certains jours le volume impressionnant de 700 l/hab./jour9 (Farhi, 2006).

Figure 4. Le phénomène de remontée de la nappe phréatique.

Figure 4. Le phénomène de remontée de la nappe phréatique.

Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2018.

  • 10 D’une longueur de 23 km, il assurait le raccordement, pour l’assainissement, de 16% des ménages.

11Mais, dans le même temps, 16 % seulement du volume des eaux usées étaient collectés et traités : en effet, à cette époque, seule la commune d’El Oued disposait d’un réseau d’assainissement – mais il ne couvrait qu’une partie de son territoire10. Les autres communes du Souf ne disposaient d’aucun réseau, hormis celle de Guemar dont le réseau mesurait 6 km, mais n’était pas en fonctionnement.

  • 11 AGEP, 2002
  • 12 D’après une enquête réalisée par l’ANRH (1993), les eaux de la nappe phréatique de l’oued Souf sont (...)

12Les eaux usées urbaines et les eaux de drainage sont évacuées et déversées dans une dépression située à l’est de la ville d’El Oued, formant une lagune. C’est, avec la décharge, le principal « point chaud » de pollution de la région. Par ailleurs, pour les ménages, la pratique de la fosse perdue est absolument prédominante ; on en compte 36 26511 pour les 18 communes touchées. Elles sont très largement responsables de la contamination de la nappe phréatique12. Une étude menée en 1992 par le Centre de développement des techniques nucléaires, consistant à mesurer le niveau piézométrique de la nappe, confirme que l’augmentation du niveau de l’eau de la nappe phréatique est due à quatre causes : l’alimentation naturelle de la nappe par les eaux de pluies ; l’infiltration des eaux du CT utilisées pour l’alimentation en eau potable (AEP) et l’irrigation ; l’apport des eaux du CT et CI dû au mauvais état des tubages de certains forages ; et, enfin, l’apport des eaux usées, mis en évidence par des analyses hydro-chimiques et bactériologiques. Sous l’effet de ces apports exogènes, la nappe phréatique gonfle et affleure, engorgeant et asphyxiant les cultures et les palmiers, d’un côté, et « imprégnant » et fragilisant le tissu urbain, d’un autre côté.

Les conséquences de la remontée de la nappe phréatique : de nouveaux paysages agraires et fragilisation du tissu urbain

13La crise hydraulique dans le Souf s’est rapidement aggravée, en même temps qu’elle se diffusait à travers une bonne partie du territoire. La quasi-totalité de la région est touchée, les palmeraies situées dans le couloir Kouinine-Robbah sont toutes ennoyées, sur 25 km de long. La situation est d’autant plus grave qu’elle affecte le plus nettement la partie méridionale du Souf, celle où se trouvent, au milieu de hautes dunes, les ghouts les plus vastes et les plus profonds, ceux où la palmeraie était la plus étendue. Mais c’est aussi dans cette zone qu’il n’existe aucune alternative à la phœniciculture (Côte, 1998).

Du paysage des ghouts à celui des mini-pivots…

14Ainsi, en deux décennies à peine, on a assisté à la mort d’un paysage agraire élaboré par des générations de Soufis, au prix d’un travail énorme, et à l’apparition de nouveaux paysages radicalement différents. C’est tout l’héritage phœnicicole et toute la base économique d’une société qui disparaissent.

  • 13 Ces communes sont les plus touchées du fait, d’une part, que les 75 forages réalisés pour l’AEP et (...)

15En 1998, un premier bilan dressé par la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya d’El Oued fait état de 3 015 ghouts (32 % du total) affectés par la remontée des eaux ; un tiers d’entre eux (915, soit 10% du total) était complètement inondé et les deux autres tiers (2 100, soit 22 % du total) connaissaient des remontées épisodiques de la nappe ; ce sont des ghouts humides. Les communes alors les plus touchées sont El Oued et Bayadah13.

16En 2001, un nouveau bilan établi par la même direction des services agricoles constate que le processus ne cesse de se poursuivre : par rapport à 1998 – donc en trois années seulement -, elle fait le constat que 534 ghouts supplémentaires sont touchés, dont 452 ennoyés et 82 humides. La diffusion spatiale du phénomène est également spectaculaire, puisque, désormais, 9 communes sont affectées : El Oued, Robbah, Bayadah, Hassani Abdelkrim, Nekhla, Guemar, Kouinine, Taghzout et Ourmes. Enfin, en 2005, un troisième bilan constate que la situation s’est encore aggravée dans trois communes, où, à cette date, les taux de palmiers affectés varient de 90 % (El Oued) à 100 % (Bayadah), en passant par 95 % pour Robbah. Par contre, la situation se stabilise dans les communes de Ourmes, Mih Ouenssa et Reguiba, à cause du développement de l’agriculture irriguée, par aspersion, à partir des mini-pivots, dont le pompage s’effectue directement dans la nappe, ce qui contribue à faire baisser le niveau de la nappe dans ces communes.

17C’est à partir des années 2000 que le Souf connaît un renouveau de son agriculture grâce aux initiatives individuelles qui, à travers les formules étatiques qui la favorisent, trouvent un nouveau souffle pour se développer.

  • 14 En 2006, le nombre de palmiers atteignait les 900 000, alors qu’il n’était que de 300 000 en 1915 e (...)

18Aujourd’hui, se juxtaposent dans le Souf deux formes d’agriculture : l’une, traditionnelle, mais en déliquescence à peu près générale, est celle des ghouts, ces palmeraies-entonnoirs emblématiques de la région ; l’autre, récente et conquérante, est celle des cultures irriguées, une agriculture de surface qui ne concerne pas seulement la filière phœnicicole, mais également les cultures maraîchères, les arbres fruitiers (essentiellement l’olivier) ainsi que des cultures industrielles, comme le tabac14. Cette agriculture irriguée s’effectue en surface, « à fleur de sol », ce qui la distingue fondamentalement de celle des ghouts. Les deux formes d’agriculture coexistent encore, la plus récente n’ayant pas éliminé complètement la plus ancienne, même si elle témoigne d’un actif renouvellement de l’activité agricole.

  • 15 Les exploitants des ghout ont eux aussi bénéficié de ces formules pour créer des palmeraies en terr (...)
  • 16 À l’image des périmètres de Hobba (1956, 188 ha), de Akfadou (1970) ou encore de Sahane Berry (1970 (...)
  • 17 Ces plantations se caractérisent par une culture monovariétale, celle de la variété deglet Nour, la (...)

19Grâce au redéploiement permis par les programmes PNDA et APFA, l’État a mis en place diverses formules (emploi jeunes, périmètres jeunes diplômés, concessions, etc.) pour les agriculteurs qui ne possèdent ni terrains, ni moyens financiers15. Il s’agit de créer des périmètres (clefs en mains) où sont plantés les palmiers dattiers avec alignement régulier16 (Fig. 6), et dans lesquels les services agricoles et hydrauliques se chargent de réaliser le forage des puits profonds (60 m), le réseau de conduites et l’aménagement des sols (Côte, 2006). Ainsi, le développement de la culture du palmier dattier répond essentiellement à une logique d’intensification et de rationalisation de la filière phœnicicole, selon les statistiques de la DSA d’El Oued ces programmes ont permis une augmentation de 44 % de la superficie cultivée pour une augmentation de 55% de la production de dattes17 (DSA, 2009).

Figure 5. Un intrus dans le paysage : apparition du mini-pivot.

Figure 5. Un intrus dans le paysage : apparition du mini-pivot.

Cliché : Auteurs, mars 2010.

  • 18 Un mini-pivot est constitué d’un bras métallique, reposant en son milieu sur une roue au sol et tou (...)
  • 19 Ces exploitants pratiquent ainsi une agriculture « à deux étages » : ils conservent le ghout, mais (...)

20Une autre révolution introduit dans l’espace soufi des paysages radicalement nouveaux, des parcelles circulaires, des cercles réguliers et successifs, lesquels dessinent une ceinture autour du Souf, c’est celle du mini-pivot18. Portée par cette technique développée à partir des années 2000, la culture de la pomme de terre fait son apparition dans le Souf, à l’initiative des agriculteurs ghout agissant en réaction à l’ennoiement de leurs exploitations. Ces derniers avaient d’abord opté, avec l’aide de l’État, pour des cultures maraîchères pratiquées sur des parcelles situées sur les bords des ghout19, et irriguées avec le trop-plein d’eau lié à la remontée des eaux. Mais la pomme de terre a vite fait de devenir une culture dominante dans la région, juste derrière celle de la datte. Cette culture spéculative et très rémunératrice a eu très vite fait d’attirer des « agriculteurs-investisseurs » de tout le pays.

Figure 6. Distribution spatiale de l’agriculture dans le Souf.

Figure 6. Distribution spatiale de l’agriculture dans le Souf.

Cartographie : S.R. Kadri, S. Chaouche & Fl. Troin • CITERES 2018.

  • 20  Selon les données de la DSA, la wilaya d’El Oued aurait produit en 2013 l’équivalent de 12 % de la (...)

21Toutes ces transformations témoignent d’un réel dynamisme régional : partout on installe des mini-pivots, on fore des puits, on nivelle les terrains au bulldozer, on plante des palmiers et des oliviers, on étend la culture de plein champ de la pomme de terre, etc. Le Souf est ainsi passé, en quelques années, d’une agriculture d’autoconsommation à une agriculture de marché ; il est devenu le leader national pour les cultures maraîchères20. La taille des exploitations a notoirement augmenté : si elle se situe entre 1 et 2 ha pour les anciennes exploitations, elle varie de 2 à 4 ha en moyenne dans les zones d’AFPA et peut atteindre de 4 à 10 ha pour une solide catégorie d’exploitants moyens.

  • 21 Selon le rapport d’étude réalisé par Imed Eddine Leghrissi (2012) dans la cadre du projet SIPAM (Sy (...)
  • 22 La topographie de la région est caractérisée aussi par les sahanes, plateaux déprimés ou recouverts (...)

22Cette « révolution agricole » procède des initiatives d’acteurs privés, mais elle n’aurait pu se produire sans les aides considérables fournies par l’État au travers de différents programmes d’équipement, d’aménagement et d’encouragements à la production. Au plan spatial, elle s’est accompagnée d’une migration des zones cultivées sur une assez longue distance, qui s’est opérée dans les zones les moins touchées par la remontée des eaux, là où la nappe phréatique n’a pas encore été contaminée. Une partie des anciens exploitants des ghout (ou du moins ceux qui en avaient les moyens) de la partie méridionale du Souf (Bayadah, Robbah) se sont déplacés à 20 ou 30 km de là pour créer des exploitations irriguées21, aux bords des anciennes palmeraies, par exemple sur la commune de Hassi Khalifa au nord, ou bien sur des secteurs nouvellement aménagés (Oued Alenda). C’est ainsi qu’ont été élargies les palmeraies de Hassani ou de Reguiba. D’autres ont été rénovées sur les secteurs décrépis de Djedida (Debila). Toutes les autres sahanes22 nues (Akfado, Sahane Berry, Sidi Aoun, etc.) (Fig. 6) ont été mises en valeur les unes après les autres (Côte, 2006).

Figure 7. Évolution de l’agriculture dans le Souf.

Figure 7. Évolution de l’agriculture dans le Souf.

Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2018.

23Mais, par un effet de rétroaction (pour le moins prévisible), cette agriculture de surface contribue de manière déterminante à la remontée de la nappe, et, donc, à son assèchement. Les milliers de pivots qui fonctionnent quotidiennement assèchent la nappe, ce qui engendre un « nomadisme » des zones de culture : dès qu’un pivot est asséché, en effet, on se déplace de quelques kilomètres à la recherche d’eau moins profonde et moins polluée. C’est toute la partie nord du Souf – celle, justement, qui avait profité dans un premier temps de l’abandon des ghouts méridionaux – qui souffre actuellement d’une surexploitation de la nappe et de son rabattement consécutif. C’est un véritable cercle vicieux qui s’est ainsi établi, faisant en sorte que, aujourd’hui, l’équilibre de la totalité du système agricole du Souf se trouve menacé.

…et au remodelage de la ville

  • 23 Le dossier de ces sinistrés a été pris en charge par la DLEP. Certains d’entre eux devraient être r (...)
  • 24 Information rapportée par le quotidien El Watan dans son numéro du 20 mars 2006.

24Après avoir affectées la campagne, les conséquences de la remontée des eaux ont progressivement atteint la ville et ses constructions. La remontée de la nappe fragilise les sols et les constructions sur lesquelles elles sont établies. Ses effets se font d’autant plus sentir que, dans ce système oasien, l’espace bâti s’étale jusqu’aux limites des cuvettes, dont certaines sont même enserrées entre les maisons. Ce sont naturellement celles qui dominent au plus près les entonnoirs qui sont les premières atteintes. Les eaux accumulées au fond des cuvettes provoquent l’érosion du bas des entonnoirs et accélèrent le glissement des sables, ce qui, rajouté à la nature du sol favorise la remontée par capillarité des eaux et à l’utilisation massive de matériaux locaux tel que le gypse – lequel se détériore au contact de l’humidité – finit par favoriser l’écroulement des maisons. Les vieux centres urbains sont particulièrement touchés. Dans la ville d’El Oued, c’est le secteur bas de la ville, celui qui correspond aux vieux quartiers, qui a été le plus affecté : El Achache, Messaaba, El Asname, Nezla, Sidi Mestour, ainsi que le quartier Chott. C’est là que l’on dénombre le plus grand nombre de sinistrés. À Sidi Mestour, le président de l’association du quartier, qui compte 5 000 habitants, avance le chiffre de 40023 familles sinistrées24.

  • 25 Les maladies dites hydriques sont celles causées par la consommation d'eau contaminée.
  • 26 La leishmaniose est une maladie parasitaire provoquant des affections cutanées ou viscérales, trans (...)

25L’ennoiement des cuvettes pose par ailleurs de sérieux problèmes de pollution et de santé publique. La remontée de la nappe, polluée, les remplit d’une eau noirâtre et nauséabonde, qui se mêle à toutes sortes de déchets puisque les ghouts servent aussi de décharges sauvages (Fig. 8). La stagnation des eaux favorise, quant à elle, la prolifération des moustiques et l’augmentation du nombre d’habitants affectés par les maladies à transmission hydrique25 : maladies cutanées, leishmaniose26, paludisme et typhoïde. À titre d’exemple, entre 2005 et 2007, plus de 108 cas de typhoïde ont été recensés dans la ville d’El Oued selon les services de la Santé de la wilaya.

Figure 8. Transformation d’un ghout en décharge sauvage.

Figure 8. Transformation d’un ghout en décharge sauvage.

Cliché : S.R. Kadri, 2013.

  • 27 La commune d’El Oued a très souvent dans son histoire profité de sa position frontalière pour dével (...)

26C’est dans la ville d’El Oued que les conséquences de la remontée de la nappe sur la croissance urbaine et les disparités socio-spatiales sont les plus nettes (comparativement aux autres villes du Souf), du fait de la pression que la croissance de la population et la dynamique économique (commerciale)27 exercent sur le foncier.

Figure 9. Développement urbain de la ville d’El Oued.

Figure 9. Développement urbain de la ville d’El Oued.

Cartographie : S.R. Kadri, S. Chaouche & Fl. Troin • CITERES 2018.

  • 28 La population d’El Oued est passée de 51 500 habitants en 1977 à 73 000 en 1987, pour atteindre les (...)

27En premier lieu, la ville manque de place pour répondre à la demande de terrains constructibles émanant des anciens résidents ou des nouveaux arrivants. L’augmentation de la population est rapide : en 2009, la population de la commune d’El Oued atteint les 140 625 habitants28 et les ghouts qui enserrent la ville presque de toutes parts la contraignent à s’étaler principalement le long de la route nationale 16 (dite route de Touggourt). Dans cette direction, le front urbain se trouve actuellement à plus de 25 km du centre, et les nouveaux quartiers d’El Oued sont désormais établis sans solution de continuité avec ceux de Kouinine au nord, de Robbah et Bayadah au sud, aboutissant à la constitution d’une sorte de conurbation de plus de 200 000 habitants en 2009.

28En second lieu, ces dynamiques démo-spatiales inscrites dans le champ de contraintes que nous avons présenté s’accompagne de l’apparition de phénomènes de ségrégation socio-spatiale entre les quartiers.

  • 29 Notamment ceux qui ont fait fortune dans la culture de la pomme de terre ou dans le commerce.

29L’extension de la ville s’effectue vers le sud-ouest, une zone plus élevée et qui n’a pas donc pas été touchée par la remontée des eaux. Cette partie de la ville est ainsi devenue le lieu privilégié d’installation des catégories sociales les plus aisées29, auxquelles appartiennent, entre autres, les propriétaires des anciens ghouts. En conséquence, la baisse des valeurs foncières des terrains situés près des ghouts inondés dans les quartiers bas de la ville a été considérable, de telle sorte que, aujourd’hui, le m² constructible y est 25 fois moins cher que sur la route de Touggourt (Côte, 2006). Dans la partie basse de la ville, à l’est, principalement dans les quartiers Chott et Sidi Mestour, ce sont au contraire les catégories les plus pauvres (issues de l’exode rural ou, pour les plus anciens, réfugiés de retour de Tunisie en 1962) qui investissent les terrains aux abords des ghouts ennoyés.

30Cette forme d’habitat précaire s’insère ainsi au cœur même de la ville et sa présence peut sembler incongrue dans un contexte où la forte structuration communautaire de la société fait en principe de la ville traditionnelle un territoire efficacement contrôlé socialement.

31La densification du bâti qui résulte de cette occupation spontanée des bords des cuvettes des ghouts participe à son tour à l’aggravation des problèmes de salubrité et des risques de dégradation des constructions. En effet, malgré le comblement des entonnoirs, les eaux, souvent polluées, remontent vers la surface par capillarité, et ce d’autant plus que l’absence de tout réseau d’assainissement contribue à son tour à la remontée de la nappe. Ce phénomène contribue donc à son tour à accentuer les menaces qui pèsent sur la viabilité du système oasien du Souf.

Figure 10. Quartier Sidi Mestour (El Oued) : progression de l’habitat précaire.

Figure 10. Quartier Sidi Mestour (El Oued) : progression de l’habitat précaire.

Cartographie : S.R. Kadri & Fl. Troin • CITERES 2018.

La prise de conscience des autorités et de la société locale : vers une stabilisation de la situation ?

  • 30 Il s’agit des communes de Débila, Hassani Abdelkrim, Zgoum, Hassi Khalifa, Magrane, Hamadine, Regui (...)
  • 31 Soit l’équivalent de 250 millions d’euros.
  • 32 Seules Kouinine, Bayadah, El Oued et Robbah nécessitent la mise en place d’un tel système de draina (...)
  • 33 Les eaux récupérées peuvent permettre d’irriguer jusqu’à 650 ha.
  • 34 Ces communes sont celles de Ourmes, Trifaoui, Nakhla, El Ogla, Oued Alenda et Mih Ouenssa.
  • 35 Les deux réseaux déjà existants à El Oued et Guemar ont été réhabilités et ont bénéficié à cette oc (...)

32Grâce aux mesures décidées par l’État et à la prise de conscience de la société locale, la remontée des eaux semble avoir été stabilisée dans plusieurs zones du Souf. Pour éviter (ou repousser) une catastrophe à la fois économique, sociale et environnementale, l’État a en effet mobilisé des moyens conséquents à l’échelle de toute la région. Il a pris, entre 1993 et 2000, des mesures concrètes, telles que l'arrêt des forages dans le CT et le CI aux fins d’irrigation, qui ont été remplacés par des puits dans la nappe phréatique qui ont permis l’aménagement et la mise en valeur de nouveaux périmètres agricoles. Parallèlement, une étude de grande envergure a été lancée par le ministère des Ressources en eau (MRE), en septembre 2000, pour étudier les problèmes liés à l’assainissement et proposer des solutions. Elle a été confiée à un bureau d’études suisse. Elle a débouché sur un schéma directeur d’assainissement (ONA, 2003), qui consiste en l’installation d’un réseau d’assainissement collectif pour 12 communes30 : sa réalisation a mobilisé 22 milliards de DA31, a nécessité la construction de 600 km de canalisations et de collecteurs, ainsi que celle de 53 stations de pompage (relevage/refoulement) et de 4 stations d’épuration (El Oued, Bayadah, Kouinine et Robbah). Cet ensemble est complété par un système de drainage vertical32, qui collecte 22 000 m³/jour grâce à 58 forages connectés à 34 km de conduites. Les eaux usées et celles qui sont épurées (dont une partie est récupérée pour l’agriculture33) sont évacuées par le biais d’un collecteur de direction nord-sud, aboutissant au chott Halloufa, à 47 km d’El Oued. Par ailleurs, six autres communes34 ont bénéficié d’un assainissement autonome amélioré35. Les travaux liés à la mise en œuvre de ce schéma d’assainissement ont commencé en 2005 et se sont achevés en 2008.

  • 36 Source : DSA.
  • 37 Entre 1997 et 2001, on dénombre 650 ghouts ayant été rénovés (selon la Direction des services agric (...)
  • 38 La technique de rénovation n’est pas généralisée à l’ensemble des ghouts touchés par la remontée de (...)

33La société locale, en particulier celle des propriétaires et exploitants agricoles, n’est pas non plus restée totalement indifférente face à la gravité de la situation. Dès 198936, en zone rurale, certains de ces agriculteurs ont promu une technique pour « rénover » les ghouts – l’expression « ghout rénové » est devenue officielle –, largement reprise et diffusée par la suite par les services agricoles, qui en prennent en charge une partie des frais engagés par les exploitants. La technique en question consiste en un comblement partiel du fond du ghout par une couche de sable neuf de 1 ou 2 mètres d’épaisseur, afin d’assainir le terrain (Côte, 2006), et en un creusement de puits pour pomper l’eau, laquelle est destinée à irriguer des cultures autour du ghout. Après plusieurs années de fonctionnement, les résultats semblent probants : les ghouts rénovés sont asséchés, la production dattière a redémarré37. Même si le remède n’est que local38, il peut être valable s’il s’intègre dans une politique d’ensemble.

  • 39 Le lagunage est une technique naturelle pour épurer les eaux qui consiste à les faire décanter dans (...)

34En matière de salubrité publique, c’est le lagunage39 (au nord, vers chott Melghir), fiable et peu onéreux, qui est préconisé. Les résultats en matière de décontamination sont hautement satisfaisants. Comme ils présentent des avantages particuliers en termes d’économie, d’écologie et d’environnement, ils constituent probablement une solution à généraliser.

35La prévention des risques a également conduit les autorités à des actions dont les effets ne se feront sentir qu’à plus long terme. Ainsi, a été initiée une opération de reboisement, qui a consisté en la plantation d’environ 33 000 eucalyptus (Côte, 2006). Cette espèce d’arbre est capable de « pomper » de grandes quantités d’eau. La plantation d’eucalyptus est peu coûteuse et son efficacité est réelle, même si elle ne peut que constituer une simple composante d’une solution globale au problème de la remontée de la nappe. À l’inverse, la tendance, chez certains agriculteurs, à utiliser les eaux usées pour l’irrigation, s’inscrirait bien dans les préconisations des services de l’agriculture, à condition qu’ils ne recourent qu’à des eaux préalablement traitées, ce qui n’est pas toujours le cas. Du coup, une initiative apparemment bienvenue se révèle néfaste, puisque ces eaux non traitées retournent à la nappe.

36Malgré leurs limites, ces programmes publics et initiatives privées ont obtenu des résultats non négligeables en quelques zones, principalement rurales, qui se marquent par la stabilisation du niveau piézométrique des nappes, voire, en certains secteurs, leur baisse, comme dans la zone agricole au nord d’El Oued (- 2,2 m à l’est de Zgoum ; - 2,4 m au nord-est de Guemar). Par contre, dans les secteurs les plus urbanisés, c’est le phénomène inverse qui est observé : ainsi, la nappe n’est-elle plus qu’à 60 cm de la surface à Reguiba et à 40 cm à El Oued. Ces résultats inégaux, et peut-être purement momentanés, ne sont pas suffisants pour que l’on puisse considérer que la vulnérabilité du Souf ait été sérieusement réduite.

Conclusion

37L’exemple de la remontée de la nappe phréatique et le dépérissement de milliers de palmiers dans le Souf rappelle fort à propos que toute action sur un milieu aussi fragile doit tenir compte de l’équilibre naturel et de la préservation des ressources. Les mesures correctives qu’apporte l’assainissement ne peuvent constituer qu’une réponse partielle si l’on ne prend pas en compte l’ensemble des facteurs qui contribuent à préserver l’environnement et à assurer un développement durable. Si le problème majeur est l'eau, il n'en reste pas moins que sa préservation en qualité doit faire appel à l’intervention de l’ensemble des acteurs socio-économiques et des citoyens, pour que chacun joue son rôle.

Haut de page

Bibliographie

Bataillon C., 1955, Le Souf, étude de géographie humaine, Alger, Institut de Recherches Sahariennes, mémoire no 2.

Bisson J., 1983, « L’industrie, la ville, la palmeraie au désert. Un quart de siècle d’évolution au Sahara algérien », Maghreb-Machrek, no 99, p. 5-41.

Bisson J., 1996, « Le Sahara, entre exploration et indépendances », Les Cahiers d’URBAMA, no 12, p. 45-62.

Bisson J., 2003, Mythes et réalités dun sert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan.

Côte M., 1998a, « Dynamique urbaine au Sahara », Insaniyat, no 5, p. 85-92.

Côte M., 1998b, « Des oasis malades de trop d’eau ? », Sécheresse, vol. 9, no 2, p. 123-130.

Côte M. (dir.) 2005, La Ville et le désert. Le Bas Sahara algérien, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM.

Côte M., 2006, Si le Souf métait conté, Constantine, Media Plus.

Farhi A., 2006, « Une wilaya saharienne : El Oued de grandes disparités communales », in Côte M., Si le Souf m’était conté, Constantine, Media Plus.

Kouzmine Y., 2005, « Les villes sahariennes algériennes et le développement durable, ville réelle, ville normative », Bulletin de la Société neuchâteloise de Géographie, no 49, p. 85-104.

Leghrissi I., 2012, « Analyser les modes de gestion des eaux traditionnels et modernes dans les ghouts », Rapport d’étude pour le projet Système ingénieux du patrimoine agricole mondial (SIPAM), FAO.

Nadjah A., 1971, Le Souf des oasis, Alger, Maison du Livre.

Rapport de stage collectif, 2012, Souf et Oued Righ, deux systèmes oasiens. Rapport établi par les étudiants en post-graduation du département d’Architecture de la Faculté des Sciences et de la Technologie de Biskra [enseignants-encadreurs : Alkama D., Côte M., Chibane N., Sahli M.].

Remini B., 2006, « La disparition des ghouts dans la région d’El Oued (Algérie) », Larhyss Journal, no 5, p. 49-62.

Senoussi A., 1995, Dynamique interne du milieu agricole saharien. Introduction d’un nouveau système d’irrigation. Périmètres céréaliers implantés dans les zones arides algériennes (le cas de la région d’Ouargla), Mémoire de DEA, Formation doctorale ESSOR, Université de Toulouse-Le-Mirail.

Voisin A.R., 2004, Le Souf, monographie, Alger, El Walid.

RAPPORTS OFFICIELS

Agence nationale des ressources hydrauliques (ANRH), 1993, Étude hydrogéologique de la région d’El Oued, Rapport DRS, 54 p.

Agence nationale de l’eau potable et industrielle et de l’assainissement (AGEP), 2002, Vallée du Souf : étude d'assainissement des eaux résiduaires, pluviales et d'irrigation. Mesures complémentaires de lutte contre la remontée de la nappe phréatique. Étude d’impact sur l’environnement, 36 p.

Office national de l’assainissement (ONA), 2003, Le phénomène de remontée des eaux dans la vallée d’Oued Souf : problématique et solutions préconisées, 30 p.

Haut de page

Notes

1 Le ghout est une méthode de culture des palmiers qui consiste, non pas à les irriguer, comme dans la plupart des autres oasis, par des puits, des eaux amenées par les foggaras ou par pompage, mais à creuser dans les dunes de vastes cuvettes au fond desquelles la palmeraie est installée. Les cuvettes ont un diamètre variant entre 50 et 200 m et une profondeur de l’ordre de 10 à 20 m ; la palmeraie est donc éclatée en un nombre important de cuvettes, indépendantes les unes des autres, chacune comportant entre quelques dizaines et quelques centaines d’arbres. Partout où l’eau douce est suffisamment abondante, les arbres peuvent ainsi utiliser directement l’eau de la nappe phréatique. Traditionnellement, le sol est fumé en utilisant des excréments des chameaux appartenant aux nomades voisins. Les dattes produites sont d’une espèce recherchée pour sa qualité : la datte muscade. Les palmeraies ainsi créées nécessitent cependant un très gros, et répétitif, effort d’entretien pour remonter régulièrement le sable qui coule le long des pentes de la cuvette ou qui est apporté par les vents ; l’ensablement est donc un risque permanent, même si le processus est freiné par l’implantation, sur tout le pourtour des cuvettes, de haies faites de palmes entremêlées. Quand l’ensablement est trop avancé, on creuse de nouveaux cratères qui se superposent aux premiers, d’où il résulte un paysage d’une très grande originalité.

2 Le taux d’urbanisation du Souf est passé de 62,6 % en 1998 à 68,8 % en 2008 (RGPH, 1998 et 2008).

3 Les ghouts baâli sont ceux qui sont considérés comme sains, en équilibre, et dans lesquels on peut encore pomper directement l’eau de la nappe phréatique.

4 Le programme APFA (Loi no 83-18 du 13 août 1983 relative à l’Accession à la propriété foncière agricole), qui s’appuie sur le principe selon lequel celui qui met en valeur une terre en devient le propriétaire, a marqué le début d’une modernisation de la filière phoenicicole avec la mise en valeur de terrains en surface, et l’apparition de la culture maraîchère sous mini-pivot. Cette tendance a été poursuivie avec le Programme national du développement agricole (PNDA), lancé en 2000, apporte un soutien financier massif à ces nouvelles exploitations. La logique de cette modernisation a été celle de l’intensification et de la rationalisation de la production dattière, dévalorisant inéluctablement les palmeraies ghouts.

5 L’eau des nappes profonde et très profonde, qui sont des nappes captives, est une eau fossile, qui ne se renouvelle pas.

6 Dans le Souf, l’agriculture est l’un des secteurs économiques dont le développement est le plus rapide. Les quantités d’eau pompées pour la satisfaire ne cessent d’augmenter : en 2000, la surface totale irriguée était de 15 600 ha (AGEP, 2002)

7 El Oued, chef-lieu de wilaya, est la principale agglomération urbaine du Souf. Elle a donc été la première équipée pour l’alimentation en eau potable. Mais les autres centres urbains ont rapidement suivi.

8 Ce sont 211 ghouts qui sont touchés uniquement dans la ville d’El Oued.

9 Quelques années plus tard (2012), la consommation moyenne à l’échelle algérienne est estimée à 185 l/hab./j. selon le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER).

10 D’une longueur de 23 km, il assurait le raccordement, pour l’assainissement, de 16% des ménages.

11 AGEP, 2002

12 D’après une enquête réalisée par l’ANRH (1993), les eaux de la nappe phréatique de l’oued Souf sont caractérisées par une minéralisation très élevée et une qualité chimique très dégradée, avec une teneur en nitrates bien supérieure au taux maximal fixé par l’OMS (45 mg/l).

13 Ces communes sont les plus touchées du fait, d’une part, que les 75 forages réalisés pour l’AEP et les 10 pour l’irrigation sont massivement regroupés dans le couloir Kouinine, El Oued et Bayadah, et, d’autre part, que ces communes concentrent le plus grand nombre de populations.

14 En 2006, le nombre de palmiers atteignait les 900 000, alors qu’il n’était que de 300 000 en 1915 et de 154 000 en 1875. Le tabac, qui couvrait 75 ha en 1950 en occupe 1 000 en 2006. Quant au maraîchage, les superficies exploitées sont de l’ordre de 2 500 ha, à quoi s’ajoutent 4 500 ha pour la pomme de terre (Côte, 2006).

15 Les exploitants des ghout ont eux aussi bénéficié de ces formules pour créer des palmeraies en terrain neuf.

16 À l’image des périmètres de Hobba (1956, 188 ha), de Akfadou (1970) ou encore de Sahane Berry (1970), qui ont été planifiés, découpés en lots géométrique et irrigués.

17 Ces plantations se caractérisent par une culture monovariétale, celle de la variété deglet Nour, la plus recherchée pour l’exportation.

18 Un mini-pivot est constitué d’un bras métallique, reposant en son milieu sur une roue au sol et tournant sous la seule pression de l’eau d’arrosage envoyée par la motopompe. Il permet d’irriguer 1 à 2 ha.

19 Ces exploitants pratiquent ainsi une agriculture « à deux étages » : ils conservent le ghout, mais ils travaillent en même temps les terres aménagées en surface, 5 à 10 m plus haut que le fond de la cuvette, sur un côté du ghout. Il s’agit généralement de parcelles irriguées pour le maraîchage (Côte, 2006).

20  Selon les données de la DSA, la wilaya d’El Oued aurait produit en 2013 l’équivalent de 12 % de la production maraîchère nationale, soit 14 millions de quintaux.

21 Selon le rapport d’étude réalisé par Imed Eddine Leghrissi (2012) dans la cadre du projet SIPAM (Système ingénieux du patrimoine agricole mondial), les nouvelles exploitations dans le Souf sont à 53 % polyculturales (dattier + pomme de terre pour la moitié d’entre elles) et à 47 % monoculturales.

22 La topographie de la région est caractérisée aussi par les sahanes, plateaux déprimés ou recouverts d’une croûte gypseuse et enserrés par l’erg. Ils représentent les trois quarts environ de la superficie du Souf.

23 Le dossier de ces sinistrés a été pris en charge par la DLEP. Certains d’entre eux devraient être relogés dans 50 logements ruraux, à construire, tandis que 500 millions de dinars seront octroyés pour la réhabilitation des maisons qui peuvent l’être (El Watan, no du 20 mars 2006).

24 Information rapportée par le quotidien El Watan dans son numéro du 20 mars 2006.

25 Les maladies dites hydriques sont celles causées par la consommation d'eau contaminée.

26 La leishmaniose est une maladie parasitaire provoquant des affections cutanées ou viscérales, transmise à l’homme par une sorte de moustique appelé mouche des sables.

27 La commune d’El Oued a très souvent dans son histoire profité de sa position frontalière pour développer des activités commerciales en direction de la Tunisie et de la Libye.

28 La population d’El Oued est passée de 51 500 habitants en 1977 à 73 000 en 1987, pour atteindre les 100 000 en 1998 (et donc, aujourd’hui, plus de 140 000).

29 Notamment ceux qui ont fait fortune dans la culture de la pomme de terre ou dans le commerce.

30 Il s’agit des communes de Débila, Hassani Abdelkrim, Zgoum, Hassi Khalifa, Magrane, Hamadine, Reguiba, Sidi Aoun, Taghzout, Bayadah, Kouinine, Robbah.

31 Soit l’équivalent de 250 millions d’euros.

32 Seules Kouinine, Bayadah, El Oued et Robbah nécessitent la mise en place d’un tel système de drainage.

33 Les eaux récupérées peuvent permettre d’irriguer jusqu’à 650 ha.

34 Ces communes sont celles de Ourmes, Trifaoui, Nakhla, El Ogla, Oued Alenda et Mih Ouenssa.

35 Les deux réseaux déjà existants à El Oued et Guemar ont été réhabilités et ont bénéficié à cette occasion d’une extension. Par contre, les six communes précédentes, du fait de leur éloignement de ce réseau préexistant, ont dû être équipées d’un réseau autonome.

36 Source : DSA.

37 Entre 1997 et 2001, on dénombre 650 ghouts ayant été rénovés (selon la Direction des services agricoles), étant entendu que la rénovation n’est envisageable que pour les ghouts qui ne sont pas complètement inondés ou morts ; elle est donc limitée à ce que l’on appelle les ghouts humides.

38 La technique de rénovation n’est pas généralisée à l’ensemble des ghouts touchés par la remontée des eaux. Elle concerne principalement ceux situés dans la partie sud-ouest du Souf.

39 Le lagunage est une technique naturelle pour épurer les eaux qui consiste à les faire décanter dans des bassins où les eaux usées vont transiter avant d’être rejetées dans le milieu naturel. C’est dans ces bassins que les phénomènes d’auto-épuration se produisent.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. El Oued dans le Bas-Sahara algérien : proximités et découpage communal.
Crédits Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 2. Première apparition du phénomène de remontée des eaux aux portes de la ville d’El Oued, 1973.
Crédits Cartographie : S.R. Kadri & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-2.png
Fichier image/png, 736k
Titre Figure 3. Évolution de la nappe phréatique dans la région d’El Oued en 2000.
Crédits Cartographie : S.R. Kadri & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-3.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 4. Le phénomène de remontée de la nappe phréatique.
Crédits Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-4.png
Fichier image/png, 709k
Titre Figure 5. Un intrus dans le paysage : apparition du mini-pivot.
Crédits Cliché : Auteurs, mars 2010.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-5.png
Fichier image/png, 5,1M
Titre Figure 6. Distribution spatiale de l’agriculture dans le Souf.
Crédits Cartographie : S.R. Kadri, S. Chaouche & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-6.png
Fichier image/png, 442k
Titre Figure 7. Évolution de l’agriculture dans le Souf.
Crédits Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-7.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 8. Transformation d’un ghout en décharge sauvage.
Crédits Cliché : S.R. Kadri, 2013.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-8.png
Fichier image/png, 6,4M
Titre Figure 9. Développement urbain de la ville d’El Oued.
Crédits Cartographie : S.R. Kadri, S. Chaouche & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 10. Quartier Sidi Mestour (El Oued) : progression de l’habitat précaire.
Crédits Cartographie : S.R. Kadri & Fl. Troin • CITERES 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1554/img-10.png
Fichier image/png, 958k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salima Rayene Kadri et Salah Chaouche, « La remontée des eaux dans la région du Souf : une menace sur un écosystème oasien », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1554 ; DOI : 10.4000/emam.1554

Haut de page

Auteurs

Salima Rayene Kadri

Architecte, Maître-assisatnte à la Faculté d'Architecture et d'Urbanisme, Université de Constantine 3, Algérie & Chercheure au Laboratoire Urbanisme et Environnement (LUE)

salimarayen@yahoo.fr

Salah Chaouche

Architecte, Professeur à la Faculté d'Architecture et d'Urbanisme, Université de Constantine 3, Algérie & Chercheur au Laboratoire Urbanisme et Environnement (LUE)

salahchaouche@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page