Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Libye, des Ottomans à Da’ech : 1835-2016
d’André Martel

Ali Bensaad
Référence(s) :

L’Harmattan, Paris, 2016, 308 pages ; Préface d’Olivier Pliez, Postface de Jacques Frémeaux

Texte intégral

  • 1 Martel A., 1965, Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie (1881-1911), Tunis, Publications de (...)
  • 2 Martel A., 1991, La Libye, 1835-1990. Essai de géopolitique historique, Paris, PUF, 256 p.

1Grand spécialiste de l’histoire militaire, André Martel est l’auteur d’un ouvrage monumental qui a marqué par sa connaissance du terrain, son érudition et la pertinence de ses analyses tous ceux qui ont travaillé, à un moment ou à un autre, sur les pays du Maghreb oriental1. Assumant, pendant des années son rôle de rare spécialiste français de la Libye, un pays pour lequel son intérêt n’a jamais faibli, André Martel est l’auteur, en 1991, d’un essai de géopolitique historique qui traite de l’émergence et de la construction de l’État-Nation tout en fournissant, dans un même mouvement, une analyse très éclairante de l’intérieur du régime libyen2. Considérant que la liquidation, en 2011, de Mouamar Kadhafi et de son régime, la Jamahriya, nécessitait une révision de ce dernier ouvrage, et que l’occasion lui était ainsi offerte d’en entreprendre une réédition actualisée et augmentée, l’auteur nous offre donc un essai dont le titre manifeste bien la continuité qu’il opère avec le précédent.

2Pour autant, dès lors que notre recension paraît dans un numéro thématique centré sur le Sahara, nous avons choisi un angle particulier pour rendre compte de ce livre. Nous avons souhaité en effet mettre l’accent sur la part saharienne de la Libye, car, au-delà du cas de ce pays et des différentes phases qui ont construit l’identité du territoire d’où il émergera comme pays, l’ouvrage apporte une connaissance essentielle sur le Sahara, sur les dynamiques qui l’ont animé et sur les enjeux dont il fut l’objet et qui façonneront pour une part essentielle la Libye. A. Martel est l’un des rares auteurs (francophones) en mesure d’aborder, de façon érudite et sur le temps long, la géopolitique du Sahara, et pas seulement celle du Sahara libyen. Mais pouvait-il en être autrement quand on veut comprendre ce pays, dès lors qu’il est celui du Maghreb où la prégnance du Sahara est la plus forte ? Celle-ci n’est pas uniquement de l’ordre de la géographie physique, même si la part du Sahara dans le territoire est écrasante et, surtout, que son extension le fait arriver jusqu’aux proximités du rivage (à 50 km de la Méditerranée au droit du golfe de Syrte), au point qu’on ait pu parler de « Méditerranée saharienne ».

3Le Sahara a surtout pesé sur le devenir social et historique de la Libye, au point que l’on pourrait dire qu’il l’a enfantée. Si les Italiens sont ceux qui ont nommé le pays – qui gardera après l’Indépendance le nom (Libye) qu’ils lui ont donné –, ce sont les Ottomans qui, quatre siècles avant son indépendance, ont façonné la matrice territoriale d’où va naître le pays. Ce dernier est essentiellement structuré par le Sahara, du fait de la fonction de transit que celui-ci remplit. André Martel rappelle comment la Libye, dans ses limites actuelles, est certes d’abord redevable à une conjoncture précise, celle de l’affrontement hispano-ottoman en Méditerranée dans la première moitié du XVIe siècle – lequel aboutit à faire basculer Tripoli, comme Alger et Tunis, sous la souveraineté turque. Mais, ajoute-t-il, « Tripoli n’est pas seulement une base navale face à Malte, c’est aussi une tête de ligne vers l’Afrique noire ». Le golfe de Syrte sépare alors deux « pays » (au sens que donne à ce terme l’école géographique française), la Cyrénaïque et la Tripolitaine, aux trajectoires historiques et géopolitiques divergentes. Mais c’est aussi là que se croisent les routes littorales avec la principale des pistes transsahariennes, celle qui relie les côtes tripolitaines aux bassins du Niger et du Tchad par le Fezzan. Là se trouve la raison pour laquelle le pouvoir local basé à Tripoli s’étend aux deux « pays » ; de fait, le golfe qui, en apparence, les sépare, contribue plutôt à les réunir dans une même unité « administrative » qui se place entre deux autres entités, elles aussi sous de souveraineté ottomane : l’Égypte et la Tunisie. André Martel montre ainsi que, quatre siècles avant que ne naisse la Libye indépendante, son cadre territorial était déjà fixé dans ses limites actuelles, établi pour l’essentiel autour de cette route transsaharienne. Sa fonction de lien entre Méditerranée et Sahel a toujours primé sur celle entre Maghreb et Machrek, quoique la route reliant ces deux grandes régions ait été également importante et constitutive de l’identité du territoire. Hasard ? Sûrement pas, puisque c’est l’axe transsaharien que, neuf siècles auparavant, Okba ben Nefaa a emprunté, après sa conquête de la Tripolitaine, faisant ainsi découvrir le monde africain alors ignoré. Il entreprend par cet itinéraire une expédition qui le mènera jusqu’au Kawar, au Niger, où il razzie 300 esclaves. Il inaugurait ainsi les routes transsahariennes et leur commerce, même si, après ce raid, il poursuivit sa route vers l’Ouest et que la première route transsaharienne véritablement établie et empruntée ne voie le jour que 70 ans plus tard, à partir du Souss marocain.

4À partir du XVIe siècle et de l’occupation de Tripoli dont ils ont chassé les Chevaliers de Malte, les Turcs ne se contenteront pas d’occuper les ports. André Martel montre comment ils vont méthodiquement s’emparer de tous les carrefours caravaniers, plus particulièrement au Fezzan. Puis, à partir de 1570, « par Morzouk, ils entretiennent des relations religieuses, diplomatiques et commerciales avec les rois musulmans du Bornou ». Le Sahara constitue dès lors la structure principale du territoire dont les limites correspondent déjà à celles du pays actuel. Lorsqu’une dynastie d’origine turque, mais « autochtonisée » (celle des Qaramanlis) s’installe et s’autonomise de la régence turque qui, à défaut de pouvoir la renverser, reconnaît son autorité sur ces mêmes limites territoriales (Tripolitaine, Fezzan et Cyrénaïque), elle est en mesure de renforcer encore plus l’axe saharien. Pour consolider son assise nationale et s’adapter aux mutations régionales marquées notamment par le déclin de la course, elle développe le commerce avec Malte et s’établit comme le principal relais entre la Méditerranée et l’Afrique. Lorsque, un peu plus d’un siècle plus tard, en 1835, la Turquie ferme la parenthèse de l’autonomie et revient asseoir son autorité directe sur le pays pour contrer l’expansion française – qui l’a déjà chassée d’Algérie -, elle accorde une attention particulière à la reprise en mains des routes caravanières. Ainsi, les agglomérations voisines de Tripoli une fois dégagées des forces de la dynastie des Qaramanlis, les Turcs débarquèrent à Misurata, un port stratégique en ce qu’il constitue le terminus sur la Méditerranée de la route du Bornou par le Fezzan. Dans la même perspective, ils nomment un nouveau gouverneur en Cyrénaïque pour asseoir leur autorité sur les ports de Derna et Aoujila, chacun étant l’un des débouchés de la piste reliant l’Égypte au Fezzan. Mais le Sahara s’établit alors comme un des principaux lieux de résistance à ce retour de la Turquie. Et les stratégies concurrentielles des grandes puissances qui, par ailleurs, ont alimenté une relative résilience de l’empire ottoman, tentent de s’y greffer. Se joue alors dans cet espace saharien un épisode dont les effets se font encore sentir aujourd’hui et qui mobilise des acteurs qui continuent à l’incarner dans les mêmes postures. La tribu des Ouled Slimane, qui gouverne le Fezzan à travers la famille Seif En Nasr, opposera une résistance farouche à ce retour. C’est autour de cette résistance et sur le territoire du Fezzan qu’éclate la rivalité franco-britannique. La France, comme un prélude aux futures alliances qui se scelleront un siècle plus tard, fournit des armes aux Ouled Slimane et obtient même la concession d’une mine de soufre. Mais les Anglais, tout comme les Ottomans, ne pouvaient accepter l’éventualité d’une implantation française au débouché du Bornou. La tribu des Ouled Slimane en paiera le prix fort en nombre de morts ; elle sera contrainte à une nouvelle vague d’exil, suivie par de nombreuses autres, les fugitifs étant par la suite décimés pour ne pas perturber le stratégique trafic caravanier, restauré. Le Sahara devient alors le lieu de confrontation entre les Ottomans et la France, qui cherche à étendre son autorité à partir du sud de l’Algérie. Et lorsque, à l’issue de la guerre de Crimée où les deux États étaient alliés, les relations s’améliorent entre eux, les Ottomans n’en continuent pas moins à essayer d’établir « face au Sud constantinois, un véritable glacis à l’abri duquel ils créent des bases sahariennes ». Les Français, de leur côté, créent dans le Sahara algérien une sorte de véritable vice-royauté au profit de féodalités locales dont « l’objectif n’est pas [tant] de tenir le Sud Algérien [que] de créer un espace “arabe” vassal, face aux Ottomans de Tripoli ».

5Pendant que Français et Ottomans piétinent au Sahara, un nouvel acteur y apparaît, la Sanusiya, confrérie soufie qui, en s’y implantant, confère un rôle encore plus stratégique à celui-ci. Elle y transfère son siège, de La Mecque à Djaghboub. Un choix dicté essentiellement par le besoin de se placer au débouché des pistes du Waddaï et de mieux contrôler ses intérêts économiques fondés sur les échanges avec le Sahel. Si la Sanusiya est, certes et avant tout, une organisation religieuse, elle est aussi une structure socio-économique qui organise et exploite un espace, celui des échanges transsahariens, mais sans prétention à un pouvoir étatique. Aussi, c’est avec l’aval des Turcs qu’elle établit un réseau de zaouïas superposé au maillage des tribus rivales et assurant des fonctions religieuses arbitrales, pédagogiques, hospitalières, caritatives et économiques. Sa participation aux activités caravanières, qui bénéficient de ce maillage, en fait bientôt une puissance économique majeure du Sahara. Elle développe ses réseaux vers les profondeurs sahariennes, d’abord vers le Tchad suivant un axe Koufra-Abéché, puis finit par contrôler la totalité du Fezzan et sa pointe avancée vers l’Algérie, Ghat. Elle se trouve de ce fait aux avant-postes face aux Français auxquels elle compte bien barrer l’accès au Sahara oriental. Une guerre par nomades interposés s’engage : d’un côté, les Chaânba, devenus supplétifs de l’Armée française, de l’autre les Touaregs très influencés par la Sanusiya. Cette guerre, qui est aussi une guerre de territoire nourrie de vieux contentieux entre les deux groupes nomades, devient ainsi une guerre par procuration qui, sans les compromettre directement, oppose Français et Turcs, ces derniers s’appuyant sur la Sanusiya dont ils couvrent l’expansion saharo-sahélienne.

6Pour la période qui fait suite aux années 1880, A. Martel restitue toute la complexité d’une situation géopolitique saharienne où s’entremêlent une multiplicité d’acteurs pour lesquels les enjeux se situent au Sahara et hors de lui, générant une multiplicité de conflits territoriaux. Les uns mettent en jeu toutes les puissances européennes pour le partage des possessions africaines, le Sahara y étant inclus ou impliqué ; d’autres opposent les seules puissances coloniales présentes sur le terrain, comme la France et la Turquie, dans un premier temps, puis l’Italie, ainsi que leurs alliés changeants ; d’autres encore concernent les pouvoirs locaux dans leurs rivalités respectives, chacun mobilisant des alliances fluctuantes ; sans compter l’apparition de nombreux entrepreneurs et aventuriers, bâtissant des pouvoirs construits sur l’instabilité et l’incertitude qui se sont emparés de la région. L’auteur s’applique à restituer l’enchevêtrement particulièrement complexe de ces conflits, dont les interactions s’effectuent à de multiples échelles territoriales.

7Il faudra un demi-siècle, du fait surtout de l’irruption d’un bouleversement majeur à échelle planétaire, la Seconde Guerre mondiale, pour que ces conflits soient tranchés ou du moins semblent l’être définitivement. Ce sont d’abord les Français qui arrachent le Fezzan aux Italiens et y asseoient leur autorité, en s’alliant à la famille traditionnellement régnante des Seif En Nasr et de leur tribu des Ouled Slimane. Ainsi semble se réaliser le rêve saharien des vieux coloniaux élaboré un siècle plus tôt : « Occuper Ghadâmes, Ghat, Morzouk et ainsi assurer la libre jonction de la Méditerranée au Tchad ». Cette occupation confirme la projection stratégique dont le Fezzan a été l’objet depuis l’occupation de l’Algérie. Les Français y installent une administration à l’algérienne et préparent son annexion aux territoires du Sud (saharien algérien) avec pour ambition de faire de Sebha la plaque tournante routière et aérienne d’un empire modernisé. Pour André Martel, « […] la présence française s’inscrit dans une perspective mondiale. Elle marque à la fois l’achèvement d’un espace colonial cohérent et le désir d’en tirer parti pour la construction d’une Union française ». Il s’agit, en plus du désir de prendre une option sur les possibles ressources pétrolières et minières, de s’assurer une place stratégique entre Méditerranée et Afrique centrale : ce sont de 600 à 1 000 km qui sont gagnés entre Paris et Brazzaville ou Tananarive en transitant par ou en faisant escale au Fezzan. Cette position de carrefour est d’ailleurs également convoitée par les deux grandes puissances sorties de la guerre (URSS et USA), alors que la volonté d’indépendance s’exprime en Libye, appuyée par plusieurs pays, avant que l’ONU ne se saisisse en 1949 de cette revendication. Mais, au Fezzan, les Français agissent en décalage de ce processus et, pour convaincre du bien-fondé de leur présence populations et ONU, ils se lancent dans une frénésie de réalisations : aménagement d’aérodromes, pistes aplanies pour améliorer la circulation des véhicules, construction de dispensaires, d’écoles et de puits. Cela n’empêchera pas les populations du Fezzan de se prononcer massivement pour l’indépendance, que l’ONU fixe au 31 décembre 1951. Pour autant, la France y conservera une présence jusqu’en 1956 (troupes, techniciens, médecins et enseignants). Quand la guerre d’Algérie s’intensifie, le Fezzan devient l’un des lieux principaux d’acheminement des armes pour le FLN algérien, l’approvisionnement via la Méditerranée ayant été tari par le verrouillage des accès méditerranéens. Les Touaregs Ajjer ayant rallié le FLN (même si le souvenir des répressions de 1915-1917 les dissuade d’entrer ouvertement en insurrection), le Fezzan en général, et Ghat plus particulièrement, deviennent une base arrière essentielle du FLN.

  • 3 CEN-SAD est l’acronyme arabe de la Communauté des États saharo-sahéliens ; elle a été fondée en 199 (...)
  • 4 L'Organisation commune des régions sahariennes est une collectivité territoriale créée par la Franc (...)

8Dans sa version première, celle de 1991, l’essai d’André Martel s’achève avant que la politique africaine de Kadhafi n’ait pris sa pleine mesure et qu’elle ne confirme encore une fois la place géostratégique du Fezzan dans l’organisation spatiale libyenne. Kadhafi n’aura de cesse de la faire fructifier et de l’instrumentaliser symboliquement et stratégiquement. Ainsi, par une politique d’aménagement extrêmement volontariste, il tentera de procéder à un complet retournement de l’espace libyen en le recentrant sur le Sahara, pour ancrer spatialement le mythe « bédouin » qui lui sert à légitime son pouvoir. Un mythe qu’il instrumentalise aussi pour faire contrepoids à la bourgeoisie et aux élites urbaines tripolitaines de plus en plus réfractaires au contrôle politique et social établi par le régime kadhafiste, ainsi qu’à celles de la Cyrénaïque sous tropisme égyptien. Le Fezzan servira également, par le recrutement de Touaregs et Toubous sahéliens, de base pour faire pression et déstabiliser les pays voisins – dont un grand nombre sont originaires –, pays que Kadhafi voulait faire entrer dans son orbite. Sous de multiples formes, y compris celle d’agressions militaires – comme l’occupation d’une partie du Tchad –, Kadhafi caressera l’ambition mégalomaniaque d’un empire saharien dont le Fezzan serait la base. Le projet de CEN-SAD3, dont il a tenté de faire son instrument diplomatique, en est un des multiples avatars. Consciemment ou non, il y reprend en partie l’esprit du projet français de l’OCRS4, conçu alors pour détacher le Sahara algérien, où le pétrole commençait à couler, du reste de l’Algérie au moment où la probabilité d’indépendance devenait forte. Ce projet visait ainsi à constituer un vaste ensemble saharien transnational. Mais ce projet a également été conçu, au lendemain de l’accord franco-libyen de 1956, pour permettre l’évacuation du Fezzan par la France. Le projet ne réussira pas à voir le jour, notamment parce que les Touaregs Ajjer le rejetteront et appuieront le FLN. Ces Touaregs sont une partie du vaste ensemble Ajjer. L’autre partie se trouve justement côté libyen, autour de Ghat, qui avait à cette époque-là fait barrage aux velléités d’expansion française en Libye. Quelque part, les deux projets, OCRS et CEN-SAD, se font écho et, même si c’est pour l’instrumentaliser, l’un et l’autre prenaient acte du caractère transnational du Sahara.

Haut de page

Notes

1 Martel A., 1965, Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie (1881-1911), Tunis, Publications de l’Université de Tunis, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, vol. V., publié et diffusé par Paris, PUF, 2 vol., 824 + 428 p.

2 Martel A., 1991, La Libye, 1835-1990. Essai de géopolitique historique, Paris, PUF, 256 p.

3 CEN-SAD est l’acronyme arabe de la Communauté des États saharo-sahéliens ; elle a été fondée en 1998 à Tripoli autour de 5 pays sahariens initialement (Mali, Niger, Soudan, Tchad et Libye), avant de s’étendre à 29 pays. La Libye en a été le promoteur et le financeur.

4 L'Organisation commune des régions sahariennes est une collectivité territoriale créée par la France au Sahara en 1957 qui visait à regrouper les parties sahariennes de tous les pays colonisés par la France : il s’agissait de les soustraire des pays auxquels ils appartenaient jusqu’alors (Algérie, Mali, Niger et Tchad) pour les confier à un ministère spécifique (ministère du Sahara). Le projet de création d’une OCRS a été élaboré par Gaston Deferre, alors ministre de la France d’Outre-Mer. L’OCRS sera liquidée en 1963.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ali Bensaad, « La Libye, des Ottomans à Da’ech : 1835-2016
d’André Martel
 », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 30 | 2018, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/emam/1569 ; DOI : 10.4000/emam.1569

Haut de page

Auteur

Ali Bensaad

Géographe, Professeur, Institut de Géopolitique, Université Paris 8

bensaadali@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page