Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit

Marie Bonte

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction de Myriam Houssay-Holzschuch (Professeure, Université Grenoble-Alpes) et Karine Bennafla (Professeure, Université Jean-Moulin, Lyon 3), soutenue le 8 décembre 2017 à l’Université Grenoble-Alpes

  • 1 La photographie est reproduite avec l’aimable autorisation de l’auteure, qu’elle soit remerciée ici (...)
  • 2 Zallal Z., « Dans la solitude des nuits de Myriam Boulos », L’Orient-Le Jour, 24/04/2015. https://w (...)

1En avril 2015, la photographe Myriam Boulos présente à Beyrouth la série Nightshift, regroupant les clichés de jeunes noctambules qui boivent, dansent et font la fête sur le toit d’un immeuble industriel. Au premier plan ici1, une jeune femme ferme les yeux et sourit, emportée par le son de la musique : un moment de plénitude solitaire, où elle se détache de la foule plus compacte. Les corps sont serrés mais l’ensemble est relâché, du jean/t-shirt à l’enceinte devenue table improvisée, en passant par les gobelets en plastique. Rapprochements, ivresses : à travers ces « flagrants délits de superficialités »2, Myriam Boulos questionne la place de la jeunesse beyrouthine et l’importance des festivités nocturnes, qui permettent de se retrouver, de se perdre et de se montrer.

2Cette série photographique rappelle que la nuit est essentiellement affaire d’images, servant à alimenter un branding territorial qui montre que la concurrence internationale entre les métropoles se joue aussi sur l’offre nocturne. Largement réceptive aux modèles globaux de la fête, la capitale libanaise se met donc en scène la nuit. Certains clubs sont devenus de véritables icônes urbaines, que ce soit pour leur architecture – voir le B018 conçu par l’architecte Bernard Khoury – ou pour leur taille monumentale – comme le O1NE ou le saisonnier Gärten, construits sur les remblais. Derrière ces attributs de la cité du spectacle, ces images interrogent aussi la production, les pratiques et les perceptions des espaces nocturnes. Elles questionnent enfin les possibles formes de subversion morale et politique qui s’inscrivent à l’encontre des déterminations imposées par l’éclatement de la Guerre civile (1975-1990) et la reconstruction, et à l’encontre des représentations persistantes d’une ville à la destinée violente (Verdeil, 2012).

3Ma thèse de géographie sur les espaces de la vie nocturne à Beyrouth se situe à la croisée de ces problématiques. Sous le terme de « vie nocturne », la recherche a porté sur l’espace physique des bars et des boîtes de nuit, regroupés sous le terme anglais de nightscape (Chatterton, Hollands, 2003), sur l’ensemble des pratiques et des sociabilités qui leur sont associées – notamment liées à la consommation d’alcool, la musique, la danse – et sur les diverses catégories d’acteurs se situant soit du côté de la « nuit qui s’amuse » (Gwiazdzinski, 2005), soit du côté de la production et de la régulation des loisirs de nuit. L’enjeu de ma thèse a été d’analyser et de comprendre les spatialités, les sociabilités et les discours nocturnes à Beyrouth ainsi que leur portée sociale et politique dans le contexte beyrouthin, que l’on peut qualifier de post-conflit. Le choix du préfixe « post- » permet de caractériser une situation présente influencée par une ou différentes périodes précédentes : la guerre de 2006 et la guerre civile libanaise. Si les bornes temporelles établies de la guerre civile se situent entre 1975 et 1990, le moment de rupture devant marquer son arrêt a été remplacé par un « effilochement progressif » (Houssay-Holzschuch, 2010) des affrontements, auquel s’ajoutent le désinvestissement de l’État des processus de réconciliation et, enfin, l’incorporation par ce même État des logiques de la guerre civile, en particulier du système milicien (Picard, 1994). Ainsi, l’influence du conflit se pense-t-elle dans de nombreux domaines : le politique, l’économique, la reconstruction et les rapports sociaux. Spatialement, cela revient à dire que certains motifs du passé continuent d’être visibles. Ils se manifestent par une territorialisation des appartenances héritées du conflit, dans laquelle les critères politiques et confessionnels composent avec les problématiques socio-économiques, mais aussi ethniques et de genre. Ainsi, les différentes barrières entre les individus ou les groupes se recomposent, s’atténuent parfois, mais leur franchissement demeure un enjeu.

4Partant de là, il s’agissait de se demander comment la vie nocturne à Beyrouth pouvait représenter une manière de « faire avec » le post-conflit, c’est-à-dire élaborer, au quotidien, un possible vivre ensemble dans une ville offrant peu d’espaces partagés susceptibles d’être le support de pratiques de rencontres (Mermier, 2008). J’ai pour cela privilégié trois lectures de l’espace nocturne de Beyrouth. D’abord, l’espace physique et urbain investi par les établissements et les individus : leur analyse donne à voir une géographie prioritaire et concentrée en quartiers nocturnes. Ensuite, l’espace social des relations entre acteurs, qui a permis de mettre en évidence des logiques de concurrence, de hiérarchie ou de connivence, mais aussi des logiques d’exposition de soi et d’adhésion à un ethos nocturne rappelant la dimension scénique des pratiques des noctambules. Enfin, je me suis attachée à analyser l’espace politique et critique de la nuit, en explorant les « possibilités de ville » (Leroy, 2010) énoncées ou revendiquées via différents empiètements et transgressions qui visent à remettre en cause, même de manière éphémère ou marginale, un ordre urbain établi.

5Mon travail de thèse s’inscrit dans le champ récent des études sur les nuits urbaines, dont les contributions privilégient trois approches majeures dans lesquelles les aires culturelles occidentales dominent largement. La première est économique et étudie l’industrie des loisirs nocturnes (désignée sous le terme de night-time economy) et leur standardisation à l’échelle planétaire (Chatterton, Hollands, 2003). La deuxième est centrée sur les questions d’aménagement et de régulation des espaces urbains la nuit, qu’il s’agisse de transports, d’éclairage ou d’encadrement des pratiques (Mallet, 2011). Enfin, la troisième approche est centrée sur les pratiques et les représentations : elle considère la nuit comme un temps de modification des rapports à l’espace et des interactions entre les individus (Bouillon, 2000). Ma contribution aux études sur les nuits urbaines a été celle d’un décloisonnement entre ces différentes approches, en inscrivant la géographie des espaces nocturnes dans une dimension quotidienne et routinière, avec tout ce qu’elle implique d’« arts de faire » (De Certeau, 1990) et de « politiques du style » (Fouquet, 2014). Le choix d’un terrain d’études libanais m’a aussi permis de m’inscrire dans la mouvance du Southern Turn, et de réévaluer les concepts de manière décentrée. Enfin, l’approche des sociétés du monde arabe par les loisirs et la jeunesse (Catusse, Bonnefoy, 2013) m’a permis d’augmenter la compréhension des enjeux socio-politiques d’une région trop souvent analysée au seul prisme du conflit.

6Pour montrer comment les diverses pratiques nocturnes pouvaient constituer une manière d’habiter la ville post-conflit, cette recherche s’est appuyée sur une méthodologie qualitative solide, qui mêle entretiens, observations (directe, participante, mais aussi travail dans un établissement nocturne), recension et cartographie des lieux festifs, lecture de sources écrites (articles de journaux à partir des années 1940, articles de blogs) et enfin utilisation des réseaux sociaux, qui constituent un outil de communication majeur en amont et en aval des évènements festifs.

7Les résultats de la thèse s’organisent en trois temps. Le premier analyse l’évolution de la vie nocturne de Beyrouth, que j’ai pu retracer en croisant les entretiens et la lecture d’archives de journaux. Cet historique a permis de mettre en évidence les modalités d’émergence des premiers quartiers nocturnes dans les années 1940 et 1950. Il a aussi permis de montrer comment les mutations spatiales liées à la Guerre civile (1975-1990) et à l’instauration d’une logique milicienne ont marqué le paysage nocturne en provoquant son éclatement, puis en laissant place, dans les années 1990, à sa lente recomposition via des lieux pivots et des quartiers pionniers prospérant d’abord dans des espaces que le conflit avait contribué à vider. Il apparaît également que l’offre et les pratiques nocturnes actuelles constituent une manière de retracer des points de continuité entre le passé et le présent, essentiellement sur un mode nostalgique : plusieurs établissements font référence, dans leurs noms comme dans le décor choisi, au Beyrouth d’avant 1975 ou au Beyrouth de la Guerre civile. Dans le second cas, le rôle d’échappatoire qu’ont joué les bars et les clubs de la ville est régulièrement invoqué. Il demeure pertinent tant que persistent les irrésolus des conflits, lesquels constituent aussi un horizon d’attente.

8La deuxième conclusion revient à considérer le Beyrouth nocturne comme un espace géographique et social dynamique. À l’échelle de la ville, les quartiers nocturnes, qui condensent la majeure partie des établissements, présentent des logiques d’émergence et de déclin rapide chevillés au processus de gentrification. Ils constituent un espace social dans lequel il est possible d’évoluer, de s’énoncer et de s’exposer. Ainsi, la nuit est le moment d’afficher son appartenance à un monde (Becker, 1988) dont il s’agit de maîtriser les codes, qui se perçoit comme ouvert, branché et tolérant, et qui érige la nuit en un marqueur social (Fouquet, 2014). La dimension scénique de la vie nocturne explique les emprunts récurrents, dans ma thèse, au vocabulaire dramaturgique. Par exemple, le terme de « coulisses » (Goffman, 1973) désigne les espaces de soustraction aux regards, propices à diverses transgressions. Considérer la dimension sociale de l’espace nocturne permet également de souligner l’importance des problématiques liées à la question du genre. Les sociabilités nocturnes sont en effet un moyen d’exposer une adhésion à des modèles construits de masculinité et de féminité, modèles selon lesquels l’embellissement et l’exposition des corps occupent une place prépondérante. Néanmoins, en tant qu’espace de performances, la vie nocturne de Beyrouth n’est pas uniquement le reflet des normes de genre qui dominent au sein de la société ; il est aussi leur terrain de subversion et de négociations, au moyen de pratiques, d’attitudes et de postures engageant les corps.

9La troisième conclusion réside ainsi dans la dimension politique des espaces nocturnes, lesquels, dans leur diversité, offrent une panoplie d’usages militants qui reflètent les revendications de la jeunesse beyrouthine. Ces usages ont été analysés via la notion d’empiètement (Bayat, 2013), dont l’étude des espaces de sociabilité nocturne homosexuelle offre un exemple. Il s’agit, à travers les registres festifs et pour des populations habituellement marginalisées, de négocier une mise en visibilité de leur identité et une insertion dans la ville. Plus globalement, par des modes de fonctionnements alternatifs ou par le soutien à diverses mobilisations – par exemple au moment de la crise des déchets survenue à l’été 2015, – les lieux festifs permettent l’expression de prises de positions. Enfin, les établissements nocturnes constituent des espaces de rencontre et d’échange où les nombreuses lignes de division sociales, économiques, politiques et confessionnelles de la société libanaise peuvent être temporairement contournées ou fragilisées. Le nightscape de Beyrouth prend alors l’aspect d’une « canopée cosmopolite » (Anderson, 2011), où s’expérimente et se met en scène une société imparfaitement pacifiée, constituant autant de manières de « faire avec » la ville post-conflit. Ainsi, les loisirs de nuit peuvent étendre leur portée au-delà de leurs usages habituels (la consommation et le plaisir), et permettent de penser le politique et les formes de mobilisation en dehors des cadres traditionnels ou institutionnels (Bayat, 2013).

Bibliographie

Anderson E., 2011, The cosmopolitan canopy. Race and civility in everyday life, New York, W.W. Norton & Company, 337 p.

Becker H.S., 1988, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, coll. « Champs Arts », 380 p.

Bouillon F., 2000, « Des escales dans la nuit : les snacks égyptiens à Marseille », Annales de la recherche urbaine, no 87, p. 43-51.

Catusse M., Bonnefoy L. (dir.), 2013, Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 340 p.

Chatterton P., Hollands R., 2003, Urban Nightscapes: Youth Cultures, Pleasure Spaces and Corporate Power, Londres, NewYork, Routledge.

De Certeau M., 1990, L’Invention du quotidien. Tome 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 347 p.

Fouquet T., 2014, « Esquisses d’un art de la citadinité subalterne : les aventurières de la nuit dakaroise », in Diouf M., Fredericks R. (éd.), Les Arts de la citoyenneté au Sénégal. Espaces contestés et civilités urbaines, Paris, Karthala, coll. « Hommes et Sociétés », 384 p.

Goffman E., 1973, La Mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1 : La présentation de soi, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun ».

Gwiazdzinski L., 2005, La Nuit, dernière frontière de la ville, Paris, L’Aube.

Houssay-Holzschuch M., 2010, Crossing boundaries. Tome 3 : Vivre ensemble dans l’Afrique du Sud post-apartheid, Mémoire pour l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne.

Leroy S., 2010, « La possibilité d’une ville. Comprendre les spatialités homosexuelles en milieu urbain », Espaces et sociétés, no 139, p. 159-74.

Mallet S., 2011, « Paysage-lumière et environnement urbain nocturne », Espaces et sociétés, no 146, p. 35-52.

Mermier F. (dir.), 2008, Liban : espaces partagés et pratiques de rencontre, Beyrouth, IFPO, coll. « Les Cahiers de l’IFPO », no 01.

Picard É.,1994, « Les habits neufs du communautarisme libanais », Cultures & Conflits, no 15-16, p. 49-70.

Verdeil É., 2012, « Beyrouth : les nouvelles lignes de front de la recherche urbaine », Métropolitiques, 21/05/2012. https://www.metropolitiques.eu/​Beyrouth-les-nouvelles-lignes-de.html

Haut de page

Notes

1 La photographie est reproduite avec l’aimable autorisation de l’auteure, qu’elle soit remerciée ici.

2 Zallal Z., « Dans la solitude des nuits de Myriam Boulos », L’Orient-Le Jour, 24/04/2015. https://www.lorientlejour.com/article/922041/dans-la-solitude-des-nuits-de-myriam-boulos.html

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Bonte, « Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 27 août 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1646 ; DOI : 10.4000/emam.1646

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page