Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Écrire la révolution égyptienne de 2011 : entre témoignage et fiction

Ahmed Galal

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Littérature et civilisations, sous la direction de Sobhi Boustani (Professeur, Inalco) et Delphine Pages-El Karoui (Maître de conférences, Inalco), soutenue le 8 décembre 2017 à l’Inalco (Paris)

Caractère innovant de la thèse et intérêt scientifique

Contexte

1Dans les pays arabes, et plus spécifiquement en Égypte, notre terrain de recherche, les peuples avaient longuement gardé le silence face à des régimes politiques méprisants. L’Égypte connut bien, de temps à autre, quelques tentatives de soulèvement populaires, mais qui furent chaque fois violemment réprimées. La réussite du soulèvement tunisien en janvier 2011 a fortement encouragé les Égyptiens à emprunter la même voie. La mobilisation égyptienne a commencé le 25 janvier 2011 par une série d’événements sans précédents : manifestations massives, grèves, occupation de l’espace public, destruction des bâtiments et des symboles du pouvoir. La Révolution de 2011 a abouti à la démission du président de la République Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 1981, et au transfert du pouvoir à l’Armée.

Description de la recherche

2Il s’est agi pour nous d’examiner des productions appartenant à la littérature égyptienne contemporaine pour déterminer les liens, explicites ou implicites, entre les tendances de l’écriture dès 2011 et les mouvements révolutionnaires arabes. En effet, le cas égyptien a fait l’objet de nombreuses analyses d’ordre politique, sociologique, religieux, psychanalytique, géographique et historique. Les écrits littéraires à son sujet méritent eux aussi d’être étudiés et permettent de s’interroger sur la Révolution comme force productrice en littérature. Plus précisément, notre sujet consiste en une analyse à la fois littéraire et sociocritique d’œuvres récentes qui abordent ces événements. Entre 2011 et 2017, nous nous sommes intéressé à la manière dont ce moment de trouble politique est archivé dans les différents genres d’écriture. Cette production évoque les moments émotionnels des dix-huit jours de révolte (solidarité entre manifestants, mélange de classes sociales, unité citoyenne entre coptes et musulmans, départ de Moubarak). Elle analyse aussi les malaises d’avant et d’après la Révolution (contestations syndicales, conflits de pouvoir entre les forces politiques, chômage, insécurité, effondrement économique).

3Après vingt ans d’oppression et de censure, le champ littéraire égyptien passe par une période de fausse ouverture et de tolérance apparente, dans la décennie 2000. Les écrits sur la Révolution forment-ils une rupture ou s’inscrivent-ils en continuité avec les tendances littéraires de la dernière décennie ?

Définition du corpus et approches méthodologiques

Corpus

4Dans la sélection du corpus d’étude, nous avons pris en considération l’aspect thématique des œuvres. Ces œuvres sont au nombre de cinq : Ayyam al-Tahrir [Les Jours de Tahrir] d’Ibrahim Abd Elmeguid (2011), Agnihat al-farasha [Les Ailes du papillon] de Muhammad Salmawi (roman, 2011), Sab‘at ayyam fi al-Tahrirr [Sept jours à Tahrir] de Hisham al-Khishin (roman, 2011), Tawra 2.0 [Révolution 2.0] de Waël Ghonim (autobiographie, 2012) et Cairo: My city, Our revolution [Le Caire : ma ville, notre révolution] de Ahdaf Soueif (2012). Elles racontent les différents moments de la Révolution, ainsi que son avant et son après.

5En outre, la confrontation des genres d’écriture nous semble particulièrement pertinente à ce moment précis de l’histoire littéraire égyptienne, un carrefour tant politique qu’intellectuel. En effet, l’hésitation et le brouillement des idées règne dans le milieu culturel en Égypte. Entre l’attachement aux genres littéraires classiques (roman, autobiographie) et le réexamen des règles du jeu par la reformulation du fond et de la forme (insertion de passages Facebook, termes anglais arabisés, slogans des manifestants), notre corpus représente une pièce maîtresse pour saisir les métamorphoses culturelles que subit l’Égypte postrévolutionnaire.

Méthodologie

6Il nous a semblé pertinent d’emprunter, dans ce travail de thèse, à l’analyse littéraire, la dialectologie, la sociologie, l’histoire contemporaine et la communication, les outils nécessaires, afin de cerner un sujet qui se trouve au carrefour de plusieurs champs disciplinaires. D’un côté, des sources en études et critiques littéraires (étude de la généricité, de la littérature personnelle, du roman) ont été mobilisées. Ces ouvrages de nature générale sont complétés par d’autres plus spécialisés en littérature égyptienne.

7D’un autre côté, nous avons consulté des travaux provenant soit du domaine de l’Histoire (notamment celle des autres Révolutions égyptiennes), soit des essais politiques (abordant la Révolution dans ses points de départ et ses répercussions sur le présent et l’avenir du pays), soit des études en matière du numérique (surtout l’usage des réseaux sociaux dans le monde arabe pour des fins politiques).

8Notre méthodologie de recherche réside principalement dans un commentaire de la structure narrative des œuvres, dans une étude des usages dialectaux au sein de la langue littéraire et dans une sociocritique des représentations de la Révolution. Ces analyses seront mises en perspective par la contextualisation des œuvres dans la période qui nous intéresse. Cela nous mènera à observer des phénomènes nouveaux dans le champ littéraire égyptien contemporain.

Hypothèses et perspectives de recherche

Hypothèses

9Tout au long de la thèse, notre objectif a été d’apporter des éléments de réponse aux deux questions suivantes :

10– Dans quelle mesure la perception de la Révolution dans ces textes, entre témoignage et fiction, peut-elle aider à comprendre la manière dont l’événement s’est produit ?

11– Quelle est la place des œuvres retenues dans le champ littéraire et paralittéraire égyptien et arabe ? En quoi ces œuvres sont-elles particulièrement représentatives du moment historique de la Révolution ?

12En outre, nous avons examiné l’hypothèse suivante : les périodes de crise, de Révolution en l’occurrence, sont des moments où l’on cherche à donner du sens à ce qui nous arrive et à nous constituer en tant que sujet de notre propre histoire. Il s’agit donc de voir comment les pratiques littéraires témoignent des manières d’être soi et de définir sa propre identité.

Résultats

13Notre thèse propose d’abord un portrait des écrits portant sur la Révolution égyptienne de 2011 et établit de façon étoffée une analyse et une critique de ces projets d’écriture. Elle rejoint en cela des travaux très récents en littérature arabe contemporaine en montrant par quels processus se construit, à partir de 2011, un événement collectif, ensuite érigé en « objet d’expression par l’écriture ».

14Ayant cherché à identifier les traits distinctifs de ce courant d’addabiyat al-tawra [les littératures de la Révolution], nous insistons sur la diversité des formes adoptées. Ces formes montrent notamment comment se côtoient des parcours personnels (des personnages des romans ou des narrateurs auto-diégétiques) et des parcours collectifs (de la foule). Les œuvres du corpus dépeignent incontestablement certaines figures emblématiques présentes tout au long du texte. Elles identifient les jeunes comme les acteurs les plus centraux auxquels se joignent des personnages anonymes ou méconnus.

15Nous décrivons également comment les œuvres s’emparent de la double composante, spatiale et temporelle, du récit révolutionnaire en montrant notamment comment la « réappropriation de l’espace public » et le « vivre ensemble » rencontrent la démarche très subjective de l’écriture.

16Vient ensuite la question de choix formels pour écrire, et plus particulièrement la fabrication du récit dans le cadre d’un genre littéraire donné. Nous observons ici en quoi le caractère hétéroclite des cinq œuvres mobilisées démultiplie les réponses possibles. Plusieurs stratégies narratives s’entrecroisent. Il est difficile de les ranger dans la rubrique traditionnelle (fiction/histoire vraie, écriture testimoniale/documentaire/des mémoires). Les dispositifs narratifs se constituent donc par arbitrages et dosages entre ces diverses approches.

17Outre son aspect le plus manifeste, prendre la plume de la part des écrivains prolixes au même titre que des romanciers novices ou des personnages n’ayant jamais écrit, notre thèse met l’accent sur une logique plus profonde : le développement d’un impératif de s’exprimer, de témoigner et de rendre hommage.

18S’emparer de l’épisode révolutionnaire pour en raconter l’expérience personnelle pose avec acuité la question de la place de l’intellectuel : le contexte révolutionnaire a-t-il favorisé une modification du statut de l’écrivain issu de la Nahda (Renaissance dans le monde arabe du XIXe siècle) ? Il n’existe aucune réponse simple à une telle question. En plus de l’étude diachronique, nous avons exploré ce que les données synchroniques pouvaient permettre d’avancer comme hypothèses à ce sujet.

19N’ambitionnant pas d’être en mesure de fournir des résultats valables pour tout le champ littéraire égyptien, nous avons abordé le problème à petite échelle (le corpus) et sur un intervalle de temps limité (œuvres publiées seulement en 2011 et en 2012). Dans ce cadre, il est possible de soutenir que les écrits de la Révolution égyptienne n’ont pas rejeté les genres traditionnels : ils en ont modifié les contours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ahmed Galal, « Écrire la révolution égyptienne de 2011 : entre témoignage et fiction », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 27 août 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1662 ; DOI : 10.4000/emam.1662

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page