Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La dimension territoriale de développement rural au Maroc. Étude géographique
de Aziz Iraki & Mohamed Tamim

Pierre Signoles
Référence(s) :

Rabat, Publications de l’INAU, 2013, 311 pages.

Texte intégral

1Professeurs à l’Institut national d’Aménagement et d’Urbanisme (INAU) de Rabat, les auteurs, qui se présentent l’un comme architecte-géographe, l’autre comme économiste-géographe, se sont engagés dans une entreprise ambitieuse quant à ses objectifs – effectuer un bilan de l’organisation territoriale du développement rural au Maroc – et originale quant à la démarche suivie, aux matériaux mobilisés et au résultat final. Ces qualités procèdent d’abord des partis pris qu’ils ont explicitement adopté : si, d’une certaine manière, l’analyse de l’action publique à travers les programmes d’équipement du milieu rural est classique, sa dimension spatiale et ses effets économiques et sociaux sont évalués en privilégiant la manière dont les populations rurales peuvent les ressentir. Elles résultent en second lieu de la longue pratique (d’environ trois décennies !) qu’ont les deux auteurs des milieux étudiés : outre le fait qu’ils travaillent en duo depuis longtemps et qu’ils exercent dans la même institution, ils ont accumulé l’un et l’autre des expériences très diverses : recherches personnelles, pilotage ou participation à des projets de recherche collectives, réalisation de rapports pour différents ministères marocains, actions menées dans le cadre d’associations agissant dans le milieu rural, etc. S’y ajoutent les multiples stages de terrain, réalisés par leurs étudiants en fin d’études, qu’ils ont (co-)encadré et dont ils ont exploité les résultats. C’est de cet ensemble qu’ils tirent leur capacité à privilégier l’approche « par le bas », dans l’idée que c’est ainsi qu’il est envisageable de contribuer à améliorer la prise en compte des populations et des territoires ruraux par l’action publique. Ce positionnement justifie l’importance que les auteurs accordent à la notion de territoire(s) et de territorialité(s), en tant qu’ils sont « fondés sur le sentiment d’appartenance, des niveaux d’organisation et règles communes ou collectives de gestion des ressources » (p. 11).

2Difficile, dans ces conditions, de catégoriser ce livre. Ce n’est pas, à proprement parler, un manuel universitaire – même s’il s’y apparente par certains aspects, particulièrement dans sa première partie –, car il n’envisage pas un traitement systématique de tous les thèmes que recouvre son titre ; ce n’est pas non plus un guide de recherche, quand bien même il problématise telle ou telle question, justifie tel ou tel angle d’analyse, insiste sur l’intérêt des changements d’échelle et l’approche globale (et donc pluridisciplinaire) du milieu rural ; et il ne cherche pas plus, du moins pas uniquement, à traiter des fondements idéologiques qui sous-tendent les politiques publiques en milieu rural, préférant étudier avec précision les effets de certaines d’entre elles et vérifier si de nouveaux modes de faire du développement rural se sont imposés au Maroc depuis 1994, date à laquelle des programmes ambitieux d’équipement des campagnes ont été lancés (p. 14).

3L’ouvrage comporte deux grandes parties, la première (170 p.) divisée en quatre chapitres, la seconde (100 p.) en comptant trois.

4• La première partie est une présentation de la diversité des territoires et territorialités de la paysannerie marocaine, en insistant sur les changements qui les affectent dans le contexte de la mondialisation et de la libéralisation de l’économie. Deux angles d’approche sont privilégiés [très géographiques !] : les lieux et modes d’ancrage des populations et leurs mobilités. On retiendra tout particulièrement la manière dont les auteurs traitent la question du douar, de sa définition théorique et de sa réalité (chapitre II), en s’interrogeant sur l’existence de lien social en ce type de lieu : « Autrement dit », écrivent-ils, « qu’est-ce qui fonde le “nous” qui se donnerait à voir à travers les notions de “tribu”, “fraction de tribu” et “douar” rencontrées en traitant du milieu rural au Maroc ? ». Malgré le constat – attendu – que les solidarités anciennes tendent à s’amenuiser et l’attention accordée à des configurations « nouvelles » de territoires d’action collective, tels que les fractions de tribu ou les espaces inter-villageois, les auteurs concluent que « l’espace fonctionnel de base reste le douar, lieu de résidence et de la vie quotidienne, et de l’expression des demandes sociales » (p. 37). Toutefois, des exemples très précisément étudiés (par exemple dans les Zemmour) donnent à voir une dissociation croissante entre le finage agraire et le territoire du groupe, une évolution qui, selon les auteurs, interroge le contenu du douar (p. 51). Le chapitre consacré aux territorialités, appréhendées en termes de mobilités (géographiques et quotidiennes, à savoir migratoires, de circulation et de pratiques de l’espace) (chapitre III), comporte des développements relativement classiques, du moins en apparence, sur l’exode rural, avant que la complexité et l’extrême diversité du phénomène ne se révèlent dès que la focale est modifiée. Les auteurs étudient alors avec précision quatre terrains sélectionnés en fonction de leur localisation, de leurs caractéristiques géographiques et des traits particuliers des populations qui y vivent (Azilal dans le Haut Atlas ; Fqih Ben Salah dans le Tadla ; Aïn Bni Mathar dans l’Oriental ; et Dar Bouazza dans la périphérie « rurale » de Casablanca) (p. 73-96). Poursuivant leurs analyses, mais en privilégiant cette fois les méthodes et outils de l’anthropologie sociale, A. Iraki et M. Tamim s’interrogent sur les effets de la mobilité sur la structure des ménages et les solidarités familiales. Pour ce faire, ils font se succéder des études centrées sur des terrains jugés emblématiques (Chefchaouen dans le Rif occidental ; Tiflet, dans les Zemmour [arrière-pays de Rabat] ; Souk el Arbâa dans le Rharb) et des extraits d’entretiens avec des migrants dont la mobilité relève de causes diverses, extraits suffisamment longs pour restituer l’histoire des individus, donner à comprendre les motivations du départ, rendre compte des itinéraires, préciser le maintien des liens avec le douar d’origine et, dans certains cas, appréhender les modalités de l’ancrage territorial dans le nouveau lieu habité. Parce que les auteurs se donnent suffisamment de place (p. 115-155) pour traiter ces cas, ce qui est plutôt rare dans des ouvrages de ce type, ce chapitre est d’une très grande richesse, d’autant que le matériau mobilisé à partir d’enquêtes approfondies sert à la construction de typologiques et donne lieu à des conclusions suffisamment formalisées pour servir efficacement à de (jeunes) chercheurs envisageant de s’engager sur des sujets de ce type. Quant au dernier chapitre (chapitre IV) de la première partie, il est plutôt une sorte de synthèse des développements antérieurs, visant à identifier les « articulations ville-campagne qui font système et demandent une action publique qui pense le territoire comme un ensemble intégrant les milieux ruraux et urbains » : on retiendra tout particulièrement, à ce propos, l’importance que les auteurs accordent à la « petite région » autour des petites villes, tout en s’interrogeant sur la question de savoir à quelles conditions ces unités socio-spatiales pourraient être fonctionnelles.

5• Malgré son titre très général (« État et reproduction sociale en milieu rural marocain »), c’est à cette question, du moins à certaines de ses composantes, que la seconde partie de l’ouvrage veut apporter une réponse. À cette fin, elle s’intéresse aux « caractéristiques et aux résultats de l’action publique marocaine dans le domaine des services et équipements de base, au regard de la configuration des espaces de vie quotidiens de la population ». Une fois le thème de la pauvreté rurale posé et discuté le rôle que peuvent jouer les services publics, en particulier les services sociaux de base, en milieu rural, A. Iraki et M. Tamim s’attachent à présenter et à démonter trois programmes sectoriels : celui des routes rurales avec son corollaire de l’accessibilité ; celui de l’alimentation en eau potable et celui de l’électrification rurale globale. L’intérêt particulier des développements consacrés à ces programmes n’est pas tant d’en présenter les objectifs et leurs modalités, puis leur évolution et leurs modes de financement, que d’essayer d’en mesurer l’efficience en mobilisant aux fins de comparaison des indicateurs officiels et en vérifiant sur le terrain ce qu’il en est réellement. Ainsi, concernant le Programme national des routes rurales, les auteurs constatent-ils que « la piste reliant le douar à la route goudronnée ou à la piste aménagée constitue de plus en plus un besoin ressenti par les populations rurales…, qui le remplissent souvent par leurs propres moyens » (p. 214). Sans sous-estimer l’intérêt de ce programme, ils n’en montrent pas moins combien le désenclavement des campagnes est encore un objectif lointain, une part encore élevée des populations étant maintenue dans l’exclusion, ce qui génère des situations socio-économiques très inférieures à la moyenne nationale (forte mortalité maternelle, insuffisante scolarisation au collège, particulièrement marquée pour les filles). C’est une trame similaire qui est suivie pour présenter le Programme d’approvisionnement groupé en eau potable des populations rurales (PAGER), dont les objectifs ont été définis en 1994, mais qui, en 2002, étaient loin de les avoir atteints, justifiant ainsi une augmentation sensible des crédits d’investissement à lui consacrer. Les indicateurs d’accessibilité sont l’occasion d’analyses fines, permettant de nuancer sérieusement les satisfecits que s’adressent les autorités et les organismes en charge de la réalisation du programme. Pour améliorer le plus rapidement possible le taux de desserte des populations rurales, ces organismes privilégient en effet les douars dont la taille moyenne est relativement importante, faisant en sorte que le défi que constitue l’approvisionnement des zones d’habitat plus dispersé apparaît comme de plus en plus difficile à surmonter (p. 223) – ce qui explique probablement que la progression du taux d’accès s’essouffle à partir de 2008. Le dernier programme étudié est celui de l’électrification rurale globale (PERG), l’approche privilégiée étant toujours celle de l’accessibilité vue à travers ses dimensions géographique, économique et sociale, soit une acception du terme qui diffère beaucoup de celle de l’opérateur public, l’Office national de l’électricité (ONE). Pour ce dernier, en effet, l’accessibilité se limite à la mise sous tension de telle ou telle localité. Or, précisent A. Iraki et M. Tamim, la disponibilité de l’électricité ne signifie pas usage par les populations (rurales) (p. 242) et, de ce fait, le taux d’électrification rurale calculé par l’ONE est fallacieux. Les auteurs abordent le cas particulier des ménages pauvres avec leurs difficultés à financer le branchement individuel au réseau, puis les coûts d’abonnement. Au-delà des bienfaits – que personne ne conteste – qu’apporte l’électrification, plusieurs études de cas montrent comment, très concrètement, l’apparition d’effets pervers l’accompagne, dont deux des moindres ne sont pas le dévoilement des inégalités et la compétition sociale entre les ménages, les uns pouvant faire l’effort financier et les autres ne le pouvant pas.

6Au terme de leurs analyses, les auteurs tirent une série d’enseignements : absence d’indicateurs d’accessiblité pertinents ; offre en services inadaptée aux capacités financières des plus démunis ; insuffisante couverture, par les programmes nationaux sectoriels, des zones les plus reculées et les plus sous-équipées ; médiocre, voire inexistante, participation des collectivités locales et de la population à la définition des objectifs, à leurs modalités de réalisation et à l’établissement d’une évaluation objective, etc. Et c’est, logiquement, à cette question essentielle de la participation des populations qu’est consacré le dernier chapitre de l’ouvrage.

7La publication que nous livrent A. Iraki et M. Tamim présente le grand intérêt d’appréhender les politiques de développement rural par le bas et d’accorder, de ce fait, une grande place au « ressenti » des populations. Au-delà d’analyses générales de politiques sectorielles, on appréciera la concrétude des situations présentées, les auteurs ayant multiplié les études de cas à grande échelle, correspondant à des situations géographiques, économiques et sociales très diverses, et mobilisant une masse considérable de matériaux de première main. Quand bien même on peut regretter certains défauts (des tableaux statistiques parfois trop nombreux et pas toujours suffisamment commentés ; des chapitres où la multiplication des sigles freine la lecture de ceux qui ne sont pas spécialistes du Maroc ; un trop petit nombre de cartes à grande échelle, interdisant à ce lecteur de visualiser le dispositif spatial de la zone étudiée), l’ouvrage en question mérite une lecture attentive et contribue à donner une image du milieu marocain bien plus nuancée et contrastée que celle qui en est généralement donnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Signoles, « La dimension territoriale de développement rural au Maroc. Étude géographique
de Aziz Iraki & Mohamed Tamim », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 28 août 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1673 ; DOI : 10.4000/emam.1673

Haut de page

Auteur

Pierre Signoles

Géographe, Professeur émérite de l’Université de Tours & UMR CITERES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page