Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’habitat menaçant ruine au Maroc. Les procédures administratives à l’épreuve des effondrements
de Imane Bennani / Préface de Jean-Pierre Frey

Bernard Pagand
Référence(s) :

Paris, L’Harmattan, 2016, 307 pages.

Texte intégral

1Pour qui s’est promené dans une médina ou éloigné dans certains quartiers plus récents de villes maghrébines, il est toujours surprenant de constater, ici, ce qui paraît comme du désintérêt pour des éléments bâtis de nature patrimoniale, et là, ce qui montre la négligence qui a pu présider à la fabrication de certaines constructions ou à leur entretien. Et pour qui a pu survoler quelque carte de l’état du bâti dans les centres anciens ou modernes, il est affligeant de constater que les années passées, voire les décennies, n’en ont changé la teneur que de façon négative, le plus souvent.

2Dans son ouvrage, Imane Bennani s’intéresse avec opiniâtreté à l’un des segments de ce bâti négligé ou en état d’abandon, qui est l’habitat menaçant ruine (HMR). Opiniâtreté, car dénouer les fils qui conduisent à un état des lieux catastrophique est une tâche ardue, tant les acteurs – Administration et autres –, les causes réelles, les connaissances utilisées ou méconnaissances avérées, n’ont jamais fait l’objet d’une approche globale, d’une part, et n’intéressent pas ou trop peu les chercheurs ou les techniciens, d’autre part.

3Le phénomène analysé dans le cas marocain est impressionnant. Il concerne les quartiers anciens et informels, mais aussi des éléments bien plus larges du tissu urbain ou rural. Les unités recensées passent de 10 000 en 1999 à près de dix fois plus en 2000 (90 000) puis à 350 000 en 2006 ; une multiplication par 35 en moins de dix ans. Ceci montre soit l’ampleur exponentielle du problème soit des bases et des attentions très mal maîtrisées pour le mesurer et y pallier. Ce constat nécessitait impérativement ce qu’I. Bennani présente comme une étude (p. 18), mais qui a valeur de recherche conceptuelle et méthodologique, pour cerner, comprendre et parvenir à corriger le phénomène. L’auteure s’appuie sur une documentation très ample croisant données administratives et données de la presse, parfois plus réactive et précise, et sur un important travail de terrain, d’enquêtes et d’entretiens.

4• Dans sa première partie, le travail vise à la compréhension contextuelle et conceptuelle du phénomène de l’HMR, qui s’inscrit comme une problématique nouvelle, ce qui explique aussi probablement la soudaine mesure de son ampleur. Ce n’est qu’à la fin des années 1990 que la notion est clairement exprimée, même si médinas, ksour et habitat non réglementé avaient déjà fourni de nombreux cas reconnus d’HMR, autrement désignés. Dans les années 2000, l’Administration s’empare du dossier, non qu’elle ne s’y fut pas intéressée auparavant, mais en le traitant de façon plus globale et en nommant une commission spécialisée. Pour avancer, une définition scientifique et efficace est d’évidence nécessaire, mais celle-ci ne semble pas être encore circonscrite, trop large, trop étroite, imprécise, etc., et surtout pas unifiée parmi les acteurs, ce qui, entre autres éléments, permet de comprendre l’incapacité à mesurer précisément le phénomène. On s’étonne du poids et de l’inefficacité des organismes centraux attelés à la question et de la quasi-absence de l’échelle locale et du maire (p. 47) ; ceci explique-t-il cela ? Quelques exemples à Fès, Rabat ou Ouezzane montrent les difficultés rencontrées pour parvenir à une stratégie commune entre acteurs, l’indéfinition des attributions et missions respectives et, dans le cas d’actions efficientes, l’irruption d’autres problèmes, multipropriété, relogement, détournement du classement HMR pour procéder à des expulsions, etc. L’un des acteurs déplore « une politique de constat plus que d’intervention » et il faut même convenir que la vraie situation échappe à la connaissance, y compris du point de vue technique, puisque des effondrements peuvent se produire dans des lieux non répertoriés, donc non définis comme HMR.

5• La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse au phénomène en tant que tel et sur le terrain. Elle vise principalement à mettre en évidence certaines carences de l’Administration pressenties précédemment et à faire le bilan du problème HMR et des effondrements au Maroc. Or, un inventaire exhaustif auprès des administrations n’est pas réalisable, car non réalisé. Le recours à la presse a paru à l’auteure un moyen de pallier les difficultés, avec raison. Cette approche a permis d’étendre la question à d’autres types d’habitat que ceux seulement répertoriés par l’Administration, comme l’habitat nouveau ou l’habitat en cours de construction et, plus grave, de constater l’absence apparente de préoccupation pour les victimes humaines (absence de références administratives), y compris les ouvriers sur chantiers dangereux. La ville de Fès, où plus de 150 décès à la suite d’effondrements ont été recensés en vingt ans (1985-2004) – dont 49 pour la seule année 1999 –, a fait l’objet d’une attention spéciale, grâce, entre autres, à la mise en œuvre d’une collaboration impliquant le holding Al Omrane, seul opérateur de l’État, et de nombreux autres acteurs concernés à différents titres ; ce qui a généré une dynamique particulière. Mais, selon I. Bennani, les quartiers touchés en 1999 restent des foyers d’HMR. D’autres cas étudiés ayant débouché sur des drames – l’effondrement d’un édifice en cours de chantier à Kénitra en 2007 ou celui d’un minaret à Meknès en 2010 – montrent clairement les carences préventives, voire la faiblesse réactive aux situations de crise. L’analyse détaillée du cas de Rabat confirme, par ailleurs, la médiocre qualité des diagnostics, dans un sens ou dans l’autre, et valide le constat de divergence entre cas effondrés et cas d’HMR répertoriés ; elle met aussi en évidence les très multiples causes aux situations d’effondrement dans les différents types d’habitat. Ce constat à charge renforce l’idée d’une Administration mettant en œuvre des moyens inefficaces face à la problématique HMR, et ceci y compris face aux enjeux sociaux.

6• La troisième et dernière partie s’attache à un regard plus technique, en particulier du côté constructif et de ses différents aspects, depuis les études préalables (sols, portance, etc.) jusqu’à la conception et la réalisation des opérations en passant par l’organisation des chantiers. Elle accorde aussi une place importante au volet législatif, textes réglementaires et normatifs, obligations liées à l’acte de bâtir, etc.  L’ensemble des points sur lesquels il serait nécessaire de porter attention est examiné et confronté aux acteurs, Administration, corporations de l’étude et de la réalisation du bâti, mais aussi acteurs de l’habitat clandestin. Les causes réelles détaillées de l’HMR et des effondrements apparaissent, y compris celles directement liées à de la négligence ou de l’inconscience et celles, plus indirectes, qui résultent de la corruption. Ces bilans qui pointent bien des défaillances du secteur « à haut risque » du bâtiment au Maroc permettent en creux une redéfinition de la question et une ouverture vers des solutions adaptées. Cette partie porte heureusement son attention sur un autre segment de l’habitat, corollaire de l’HMR, celui de l’habitat insalubre. L’auteure tente d’en clarifier les caractéristiques, plus larges que celles de l’HMR, mais qui permettent une meilleure classification, au sein de laquelle l’HMR s’inscrit évidemment à un niveau négatif majeur.

7Bien que posée en filigrane, une question frappe le lecteur, c’est l’attention portée aux populations captives de l’habitat insalubre et de l’habitat menaçant ruine. Il semble que les conditions économiques et sociales des habitants des secteurs concernés n’intéressaient, jusqu’à il y a peu, qu’exceptionnellement les acteurs, effondrements catastrophiques médiatisés, visite du Roi. Si de l’ordre de 350 000 unités d’HMR ne sont qu’une partie de l’habitat insalubre, le nombre de ménages et, donc, la population confrontée à ces modes de logement est très importante. L’inefficacité et la négligence – par déphasage quant aux questions de terrain, fiabilité de la mesure réelle des problèmes, pertinence des actions conduites - mises en évidence dans ce travail reflèteraient-elles une société à deux vitesses ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Pagand, « L’habitat menaçant ruine au Maroc. Les procédures administratives à l’épreuve des effondrements
de Imane Bennani / Préface de Jean-Pierre Frey », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 28 août 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1680 ; DOI : 10.4000/emam.1680

Haut de page

Auteur

Bernard Pagand

Architecte & Géographe, Maître de conférences honoraire, INSA Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page