Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Politique et mouvements sociaux au Maroc. La révolution désamorcée ?
de Frédéric Vairel

Aziz Iraki
Référence(s) :

Paris, Presses de Sciences Po, 2014, 362 pages.

Texte intégral

1Le livre de Frédéric Vairel est issu d’un travail de terrain, mené entre 2000 et 2003, aux fins de réalisation d’une thèse de Science politique. Cela explique le peu d’éléments innovants qu’il renferme sur l’après « Printemps arabe » au Maroc. De fait, l’objectif principal de l’auteur vise l’établissement d’une rétrospective des mouvements protestataires, principalement ceux de défense des Droits de l’Homme, des islamistes et des féministes en replaçant leur action dans le cadre d’un régime longtemps demeuré autoritaire et répressif, mais qui va enregistrer ensuite une évolution assez notable. Cela le conduit à étudier l’étroite relation de ces mouvements au processus de réforme de l’État, ce qui nécessite qu’il se place « au carrefour de la sociologie de la construction des problèmes publics et de la sociologie des mobilisations ».

2F. Vairel se propose ainsi, d’une part, d’interroger les acteurs protestataires sur leur itinéraire militant, leurs pratiques, la raison donnée à leur action et le fonctionnement des mobilisations dans un contexte autoritaire et, d’autre part, d’analyser la restructuration du pouvoir engendrée par l’espace protestataire. Analyse justifiée par le fait que son étude se situe dans une période de transition au cours de laquelle le régime est passé d’une configuration autoritaire répressive à une autre, plus ouverte, celle des années 1990-2000.

3En revenant aux origines du système répressif qui a sévi au Maroc dans les années 1950-1960 (chapitre 1), l’auteur nous fait toucher du doigt la professionnalisation et la dépolitisation du secteur sécuritaire, avec une Armée établie avec le « statut » d’agence du pouvoir où dominent le Roi et des professionnels de la sécurité (Oufkir, Dlimi, puis Basri) à l’origine de la mise en place d’un réseau combinant Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), Direction de la surveillance du territoire (DST) et Forces Auxiliaires (forces armées chargées du maintien de l’ordre).

  • 1 Al Adl [équité] Oua Al Ihhsan [bienfaisance, don de soi] est une association qui ne peut être sépar (...)

4L’auteur visite ensuite une phase cruciale du mouvement de protestation, celle qui se situe entre les émeutes survenues à Fès en décembre 1990 et les gigantesques manifestations organisées contre la Guerre du Golfe, au cours desquelles est vilipendée l’implication de la monarchie parce qu’elle a envoyé des troupes en Arabie Saoudite en 1991 (chapitre 2). Ces manifestations, non autorisées, expriment une « décomposition conjoncturelle du leadership politique ». Les réformes qui ont suivi (engagement d’une procédure de révision de la Constitution de 1972, ayant abouti en 1992), puis l’établissement d’un gouvernement dit d’alternance (mars 1998) scellant une « dépolitisation consensuelle de la scène politique » avec l’arrivée des partis du mouvement national (Istiqlal et USFP), vont modifier les espaces de soutien des acteurs protestataires dès lors que les formes les plus répressives du contrôle politique (enlèvements, torture…) sont délaissées. Viennent ensuite les attentats terroristes de 2003. Le dispositif sécuritaire se met alors aux normes américaines, avec la loi contre le terrorisme. Mais cette évolution s’effectuera en maintenant une constante essentielle : la reconnaissance de la qualité de Commandeur des Croyants attribuée au Roi, ce qui permet de contenir l’association islamiste la plus radicale (Al Adl Oua Al Ihssan)1 dans un entre-deux, dans lequel elle est tout à la fois « interdite, mais tolérée, empêchant [ainsi que s’établissent] les routines militantes ».

5Le cœur de l’ouvrage correspond aux descriptions et récits effectués par des militants, défenseurs des Droits de l’Homme, féministes ou islamistes, de leurs histoires de vie et de leurs pratiques (chapitres 3 et 4). Le choix de mettre en parallèle ces différentes catégories de militants permet, certes, d’identifier certaines régularités de leurs parcours (importance du syndicat étudiant, l’UNEM, dans leur formation militante ; relative similitude des caractéristiques sociales ; la place de la prison ; liens d’interconnaissance, etc.), mais elle efface l’objet même de leur militantisme et ses implications dans leur pratique militante. Les militants des Droits de l’Homme, les plus longuement décrits, veulent « montrer une vertu politique, dénoncer les gouvernants, s’autonomiser du champ politique, séparer les Droits de l’Homme du champ partisan, lutter contre l’impunité dans un domaine n’ayant pas de relais sur le marché politique ». Par l’étude de leurs pratiques, l’auteur veut insister sur « un espace protestataire, résultat des compétitions entre le palais, le gouvernement, les partis, les services de sécurité, les groupes mobilisés », un espace qui ne serait donc pas un simple espace de jeu octroyé.

6Par rapport à la période antérieure, par leurs pratiques, les militants ont déplacé le sens et la portée des réformes ; ils ont infléchi les enjeux à défendre (Droits de l’Homme, des femmes, etc.) et fait accepter de nouveaux moyens d’action (l’usage de la rue) comme légitimes. Par extension, « ils imposent des principes : établir la vérité, réhabiliter les victimes, empêcher la reconduction des anciennes pratiques répressives, obtenir des excuses de l’État, ajuster les droits des femmes aux standards internationaux ».

7Pour l’analyse des mobilisations futures (celles des années 2011 et au-delà) et des militants impliqués, l’ouvrage insiste sur l’importance des liens noués entre militants bien avant les mobilisations elles-mêmes. Pour ce faire, il retrace l’historique tant des familles de victimes enlevées que des prisonniers politiques, ce qui révèle des lieux privilégiés de rencontre. Il a fini par se constituer une coalition de militants qui invente des collectifs et réseaux, montrant la continuité avec la lutte de l’extrême gauche marocaine.

  • 2 Un flou subsiste toujours à ce sujet et l’Administration l’entretient sciemment. L’organisation d’u (...)

8La période qui s’ouvre avec les années 2000 révèle qu’un nouveau type de mobilisation est devenu essentiel dans le répertoire d’action : le sit-in (chapitre 5). L’auteur l’analyse comme un mode routinier d’expression de l’indignation qui exprime aussi une nouvelle forme d’expression de la contrainte. Pour les protestataires, il est peu contraignant au niveau de son organisation, tandis qu’il permet d’attirer l’attention des pouvoirs publics et des médias au moindre coût ; d’un autre côté, pour les services sécuritaires, il reste facile à contrôler ou à réprimer, et il s’inscrit donc aisément dans le système toléré des mobilisations. Le sit-in témoigne ainsi d’une forme d’autolimitation des acteurs. Pour F. Vairel, il se tient toujours dans un « contexte de contraintes légales », qui sont toujours là et qui sont marquées : pour les militants, par des arrestations et intimidations ; pour les associations, par le flou pouvant entourer leur statut (interdit/toléré) ; et pour les organisateurs, par les demandes d’autorisation (pas toujours obtenues, d’un côté, et dont ils ne savent pas toujours, d’un autre côté, s’il faut les solliciter à l’avance2). Ainsi, la thèse de l’autolimitation repose sur une double explication. La première veut qu’il convient de retenir ses coups après une longue période de violence, afin d’éviter les risques d’une confrontation avec le régime et l’irruption de situations dont pourraient profiter des acteurs plus radicaux. La seconde postule l’existence d’une nouvelle posture des militants des Droits de l’Homme, qui ne chercheraient plus le renversement du régime, mais la démocratisation de son fonctionnement. Pour les islamistes autorisés (ceux du PJD, Parti Justice et Développement), l’abandon de l’option révolutionnaire a été à la base de leur autorisation ; l’objectif affiché est désormais d’« utiliser la politique à des fins de réformes sociales dans une perspective islamique ». Il en est de même pour l’« association » Al Adl Oua Al Ihssan du Cheikh Abdessalam Yacine, même si la préférence des responsables de cette dernière demeure la manifestation – car elle rend visible leur capacité mobilisatrice. Dans l’un et l’autre cas, l’autolimitation devient la règle (abandon des manifestations, préférence accordée aux options pacifiques à l’occasion des « sorties » de conflits).

9F. Vairel examine ensuite (chapitre 6) comment les effets de la répression, combinés à l’aide internationale apportée par des ONG (diffusion de référentiels, aides matérielles et logistiques aux associations militantes marocaines), agissent sur l’espace protestataire, en particulier par l’ouverture à la labellisation, la rationalisation de l’action militante, l’intégration des militants dans les réseaux internationaux, et, in fine, l’apparition du militant-expert.

  • 3 L’instance Équité et Réconciliation a été créée en janvier 2004. Une première dans le monde arabe e (...)

10Une phase particulièrement importante de la restructuration de l’exercice du pouvoir d’État est celle de la mise en place et du fonctionnement de l’Instance Équité et Réconciliation3 (IER) (chapitre 7). Pour les militants, sa création était l’occasion de démocratiser le fonctionnement des institutions et réhabiliter la société. Pour le Palais, c’était le moyen de « tourner la page des années de plomb » et de « mobiliser [pour ce faire] les compétences expertes valorisées à l’international ». Pour F. Vairel, cette phase renseigne non pas tant sur un éventuel changement de nature du régime, que sur le passage d’une configuration autoritaire à une autre. Cette lecture pèche selon nous en ce qu’elle nuance trop peu la rétroaction entre mouvement protestataire et forme d’exercice du pouvoir, car nous pouvons conclure autant à une nouvelle forme d’autoritarisme et de contraintes que de réformes graduelles de promotion de la démocratie, réformes qui, si elles ne sont pas à proprement parler octroyées, n’en sont pas moins engagées sous contrainte.

11Le dernier chapitre de l’ouvrage (chapitre 8) a été quant à lui écrit après que le travail de terrain effectué pour recueillir les matériaux nécessaires à la thèse eut été achevé ; et après, aussi, le déclenchement du mouvement du 20 février (M20F). L’auteur poursuit son analyse en termes d’autolimitation des acteurs. Mais, sans doute parce qu’il n’était pas sur place pendant les manifestations de cette période, la grande continuité entre l’action des coordinations militantes [tansikiiates] contre la vie chère, pour le droit au logement, pour la liberté de conscience, et le M20F n’est pas étudiée, quand bien même l’auteur reconnaît que les meneurs de ce mouvement ne sont pas de nouveaux venus à l’action politique, mais bien des militants du Parti de l’avant-garde socialiste (PADS), du Mouvement Unicité et Réforme (MUR), de l’Association marocaine des Droits de l’Homme (AMDH) ou du Mouvement alternatif pour les libertés individuelles (MALI). Selon F. Vairel, la force et la faiblesse du M20F résident « dans un lissage des identités spécifiques [ayant rendu] possible la constitution d’une large coalition, marquant par là même sa fragilité ». Le M20F a « mis à distance le champ politique institutionnel, mais n’a pas pu fédérer les mobilisations des diplômés chômeurs, des internes en médecine, des ingénieurs… Des micro- mobilisations subsistent sans que le mouvement n’ait pu créer un lieu de cristallisation de la mobilisation à l’image de la place Tahrir au Caire ». L’autolimitation a concerné aussi les forces de l’ordre (avec la volonté d’éviter les martyrs) qui n’ont fait état qu’épisodiquement d’un déploiement de la violence, mais qui ont fixé (aux organisateurs des manifestations) les limites du faisable ou de l’acceptable, les lieux autorisés, etc. La description/décryptage du M20F à laquelle/auquel procède F. Vairel le conforte dans sa thèse d’un processus d’autolimitation des militants marocains. Une autolimitation qui porterait sur « les modes d’action (pratiques, slogans), les lieux, les alliances, au point d’affecter la forme même de l’espace protestataire », mais qui « ne traduit aucunement une forme de transition démocratique ». Cette question de la transition nous semble peu porteuse en termes d’analyse, car elle ne peut être que normative. Autant cet ouvrage s’est intéressé – et nous a intéressé – à la manière dont le mouvement protestataire se fraie un chemin en milieu contraint, hostile, autant il ne met pas suffisamment en exergue les changements, parfois profonds, obtenus dans le champ des réformes constitutionnelles et ses répercussions. En effet, le changement s’opère aussi dans les interstices qu’ouvrent ces réformes (notamment la nouvelle Constitution de 2011 et les diverses lois organiques qui en ont découlé) aux acteurs (association, élus…). Savoir jusqu’où ces derniers s’en emparent et s’en servent dans les rapports de forces en présence devient essentiel pour comprendre les dynamiques sociales et politiques.

12De la même manière, la thèse de l’autolimitation défendue par l’auteur et qui se focalise sur l’espace protestataire voit dans le système autoritaire « une continuité des pratiques répressives, des structures qui les portent et des acteurs qui les mènent ». Or, selon nous, il s’agit d’un processus agissant dans les deux sens. L’appareil sécuritaire s’est effectivement réformé. Le nouveau concept de l’autorité n’a pas été qu’un slogan. Un travail de recherche reste à faire sur le changement en profondeur qui s’est opéré au sein même du ministère de l’intérieur depuis D. Basri, avec, par exemple, l’introduction de technocrates (des gouverneurs se proclamant managers territoriaux), les changements souhaités quant aux curricula de ceux qui souhaitent intégrer la formation des cadres du ministère (caïds), le nouveau visage du Département chargé des collectivités territoriales, etc. Il est vrai que ces transformations se confrontent aux tenants d’une culture maison (puisque, de longue date, ce ministère représenterait l’intérêt général : il est oum al ouizarat, la mère des ministères). Néanmoins, la dynamique qui résulte de cette confrontation n’est pas à négliger. D’un autre côté, le système sécuritaire a aussi évolué dans ses pratiques. Il s’efforce désormais de montrer son respect du droit (limitation de la durée de la garde à vue), et l’on peut constater une régression de certaines pratiques répressives (violence, disparitions, enlèvements), un essai de communication à travers une revue publique de la Direction de la sécurité nationale, la mise à disposition de statistiques jusque-là indisponibles (sur le nombre d’agressions, de crimes, de sit-in). Mais, là aussi, ce processus d’« ouverture » est l’expression d’un rapport de forces et de tendances à l’intérieur même du système sécuritaire lié au Palais et dans ses rapports au mouvement protestataire : rapports qu’il s’agirait d’étudier pour mieux apprécier les dynamiques actuelles.

Haut de page

Notes

1 Al Adl [équité] Oua Al Ihhsan [bienfaisance, don de soi] est une association qui ne peut être séparée de sa figure emblématique et de son guide suprême : Cheikh Abdeslam Yacine, idéologue influent de l’islamisme marocain, auteur d’une dizaine d’ouvrages (arrêté et mis en prison plusieurs fois par le régime dans les années 1980) qui déclara sa création en 1987, après l’interdiction qui lui a été formulée oralement après le dépôt des statuts de l’association, qui existait antérieurement – depuis 1982 – sous le nom d’Al Jama’a. Pour Mohamed Tozy (Monarchie et islam politique au Maroc, 1999, Presses de Sciences Po), l’organisation de cette association renvoie autant à une culture des Frères musulmans qu’au modèle confrérique marocain. Abdeslam Yacine a toujours réfuté la place de Commandeur des Croyants au Roi, mais il refuse aussi la violence et l’activisme clandestin ; et s’il considère ses concurrents comme des apostats, il admet la démocratie comme un moindre mal et une solution provisoire.

2 Un flou subsiste toujours à ce sujet et l’Administration l’entretient sciemment. L’organisation d’un sit-in ne nécessite pas en principe de déposer une demande préalable pour son autorisation. Mais l’occupation de l’espace public est toujours problématique. Les forces de l’ordre peuvent intervenir à tout moment en arguant de « troubles à l’ordre public ».

3 L’instance Équité et Réconciliation a été créée en janvier 2004. Une première dans le monde arabe et musulman ! Sa composition écarte le personnel des services de renseignement et de sécurité et met en avant la volonté de se conformer aux standards internationaux (commissions de réconciliation dans les situations de sortie de violence) en intégrant des personnalités faisant autorité pour leurs compétences et leur intégrité intellectuelle, juristes (55 % des membres), enseignants universitaires (30 %), membres de partis politiques et anciens prisonniers politiques et exilés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aziz Iraki, « Politique et mouvements sociaux au Maroc. La révolution désamorcée ?
de Frédéric Vairel », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 28 août 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1686 ; DOI : 10.4000/emam.1686

Haut de page

Auteur

Aziz Iraki

Architecte & Géographe, Professeur, INAU Rabat (Maroc)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page