Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Quelle citoyenneté dans les camps de réfugiés ? Les Palestiniens au Liban
de Glenda Santana De Andrade

Myriam Ababsa
Référence(s) :

Paris, L’Harmattan, 2016, 218 pages.

Texte intégral

1Tiré d’un Mémoire de maîtrise de sociologie, et appuyé sur un terrain en immersion de 45 jours réalisé en 2015 dans trois camps palestiniens du Liban (Chatila, Ain Heloueh et Nahr el Bared) et l’agglomération de Qasimyeh près de Tyr, la sociologue Glenda Santana De Andrade aborde la citoyenneté contrainte des réfugiés, par leurs modes de mobilisation sociale. Son travail présente une double originalité : celle de montrer la mobilisation contre l’UNRWA, tout d’abord, et celle de convier des concepts élaborés dans l’étude du Brésil esclavagiste du XVIIIe siècle, ensuite.

2L’ouvrage s’organise en deux parties. La première, sur les décennies de refuge, fait un point très documenté sur l’histoire des Palestiniens au Liban et l’espace des camps. La seconde, qui porte sur le devenir politique de l’espace des camps, montre les dynamiques d’opposition qui s’y manifestent et fait la typologie des répertoires de l’action collective.

3S’inscrivant dans la foulée des travaux de Michel Agier, la jeune sociologue montre que la citoyenneté n’est pas reconnue dans les camps, les réfugiés y étant régis par un droit humanitaire dont ils ne sont que les récipiendaires, contrairement aux citoyens acteurs du droit politique. Dans les camps, le temps passe autrement : c’est celui de l’attente. Or cette attente, au sein de l’espace exceptionnel du camp, ne permet pas le processus d’« usucapion », ou prescription acquisitive, qui désigne l’acquisition d’une propriété par une possession paisible et publique prolongée. G. Santana De Andrade est la première à appliquer cette notion d’usucapion aux camps palestiniens. L’usucapion figure dans le Code civil français, le Code civil brésilien, et est connue sous le terme de vivification dans le code foncier ottoman. Elle consiste en l’acquisition d’une terre vierge de taille réduite par sa mise en valeur prolongée, après un délai de prescription. Elle est très répandue au Moyen-Orient, en particulier sur les terres de parcours pastoral [wajahat] situées en périphérie urbaine (voir les travaux d’O. Razzaz, 1991).

4G. Santana De Andrade suit le développement de la citoyenneté des camps, qui évolue en parallèle du gouvernement humanitaire. Suivant la division classique de la citoyenneté selon T.H. Marshall – politique, civile et sociale –, l’auteure associe la construction d’un logement et l’urbanisation de l’espace des camps au socle nécessaire à la citoyenneté civile. Le développement des partis politiques, non étudié en soi, constitue la citoyenneté politique. C’est le seul point faible du mémoire qui aurait gagné à rappeler la longue bibliographie sur le sujet. La construction de leur habitat par les réfugiés est analysée comme l’expression de leur citoyenneté civile. Enfin, la consommation engagée de produits commercialisés au sein de l’espace des camps, en priorité à ceux hors des camps, constitue une forme de citoyenneté sociale.

5L’auteure mobilise avec finesse le concept de « cordialité » pour qualifier le moyen de faire face au gouvernement humanitaire, considéré comme ennemi. Ce concept a été introduit par l’historien brésilien Sérgio Buarque de Hollanda pour l’étude des relations entre esclaves et colons. Selon ce dernier, l’inoffensivité est un moyen de combat. Elle permet aux pétitionnaires de ne pas perdre le soutien du milieu dans lequel ils vivent. Elle est d’autant plus nécessaire que le droit de revendication n’est pas institutionnalisé par l’UNRWA.

6Cet ouvrage constitue une contribution précieuse à l’étude des processus d’élaboration d’une citoyenneté des camps au Liban, et à la créativité des réfugiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Ababsa, « Quelle citoyenneté dans les camps de réfugiés ? Les Palestiniens au Liban
de Glenda Santana De Andrade », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 28 août 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1692 ; DOI : 10.4000/emam.1692

Haut de page

Auteur

Myriam Ababsa

Géographe, Chercheure associée, IFPO, Amman (Jordanie)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page