Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les jeunes de Douar Hicher et d’Ettadhamen. Une enquête sociologique
de Olfa Lamloum & Mohamed Ali Ben Zina (dir.)

M’hammed Idrissi Janati
Référence(s) :

Tunis, Arabesques & International Alert., 2015, 202 pages.

Texte intégral

1Ciblée sur les formes de la marginalité urbaine dans le contexte de la Tunisie post-Révolution de Jasmin, en regardant du côté de la classe d’âge la plus exposée dans les espaces publics, cette parution – qui constitue le fruit d’une enquête réalisée en 2014 dans le cadre du programme d’International Alert sur les conflits et la marginalisation en Méditerranée – porte sur les jeunes de Douar Hicher et Ettadhamen. Frappés par plusieurs formes de vulnérabilité, ces deux quartiers de Tunis, dont la population a doublé entre 1984 et 1994, furent le théâtre de plusieurs changements aussi rapides que contrastés (p. 21). Ils ont joué un rôle précurseur dans le soulèvement populaire en Tunisie, au cœur duquel les jeunes des « quartiers sensibles » se sont imposés comme un acteur social central, presque en anticipation de ce qui est arrivé dans plusieurs autres pays arabes. Par ailleurs, d’abord perçus comme un « haut lieu de la contestation sociale », ces quartiers sont associés aujourd’hui au « salafisme » suite à la visibilité sur le plan local de cette mouvance. Quatre ans après ces émeutes, ces jeunes vivent toujours dans une obscurité, matérielle et métaphorique, comme tente de l’exprimer l’œil de l’artiste Callum Francis Hugh dont la photographie figure sur la couverture de l’ouvrage.

2Le parti pris des auteurs est d’observer les recompositions sociales et politiques en cours depuis la chute du régime de Ben Ali, non pas depuis la scène politique dominée par les jeux et enjeux des partis politiques, mais depuis un « groupe social subalterne » – au sens gramscien –, les jeunes aux marges de la ville et de l’État – pour faire référence à A. Dias (2013) –, et ce dans un contexte où « le [la] blogueur[se], soucieux[se] des libertés publiques et individuelles, et le [la] diplômé[e] chômeur[se], attentif aux droits économiques et sociaux, sont devenus les emblèmes de la jeunesse tunisienne en marche » (p. 11).

3Les jeunes dont il est question dans cet ouvrage sont des célibataires âgés de 18 à 34 ans. Il s’agit, d’un point de vue sociologique et au sein des populations maghrébines, de la catégorie qui va de l’âge qui permet d’exercer le droit de vote (18 ans), répondant ainsi à l’intérêt des auteurs pour l’analyse de la socialisation politique de ces jeunes, à l’âge du passage à l’âge adulte (34 ans). C’est au cours de cette période que s’opère une rupture avec l’école et avec le domicile parental. Ce groupe social recouvre une grande variété de situations, en rapport avec le genre et la trajectoire sociale. Nonobstant, les auteurs démontrent bien que cette diversité s’emploie sur fond d’une condition partagée convoquant deux formes de marginalité : l’une sociale et politique, relative à l’exposition à la précarité et à l’exclusion de « la scène politique légitime » ; l’autre spatiale, qu’évoque l’accès inéquitable aux ressources offertes par la ville et l’appartenance à un lieu de vie relégué et stigmatisé.

4Le corpus de l’analyse repose sur les données issues de questionnaires, de focus-groupes et d’entretiens semi-directifs, réalisés auprès d’un échantillon de jeunes en situation précaire, d’étudiants, de diplômés-chômeurs et de petits entrepreneurs, distribués en fonction de cinq variables : le quartier, le sexe, le groupe d’âge, le niveau d’instruction et l’activité économique. Au-delà de leurs parcours différenciés, ces jeunes sont, dans leur majorité, alphabétisés et ils estiment disposer de « ressources intellectuelles » (p. 166). Ils sont, pour la plupart, des « salafistes » pour qui la religion occupe la deuxième place parmi les valeurs les plus importantes dans leur vie, juste après le travail. La focale est ainsi bien élargie et les facteurs explicatifs sont multiples.

5Au carrefour de plusieurs courants de la recherche en Sciences sociales, l’ouvrage en question se déploie en six chapitres qui abordent successivement les rapports de ces jeunes au quartier, à la famille, à l’école, au travail, au politique et au religieux. L’objectif consistait à questionner les formes de sociabilité de ces jeunes, leurs représentations sociales, leurs préoccupations, ainsi que leurs attentes ; à cela s’ajoutent les questions relatives à leur socialisation politique, à leurs référents, tout autant que, sur le registre des mobilisations, aux liens associatifs et/ou partisans qu’ils ont pu établir. Derrière le choix pertinent de ces entrées problématiques plurielles et cette double approche empirique, quantitative et qualitative, se dessine l’ambition de proposer une nouvelle réflexion sur la jeunesse tunisienne consistant à offrir à ces jeunes « l’occasion de se présenter par eux-mêmes », et de déconstruire la représentation médiatique dominante qui réduit Douar Hicher et Ettadhamen à des espaces de « désorganisation sociale » et à des « foyers de violence salafiste ».

6S’inspirant des conclusions des travaux de R. Castel (2006) sur les jeunes de banlieue, les auteurs postulent que « l’exploration des territoires aux marges informe en creux sur les dynamiques au centre et permet de mieux appréhender les enjeux sociaux et de pouvoir qui les caractérisent ». Ce faisant, ils posent l’hypothèse que « la marge » est « moins un territoire exotique que la surdétermination de ce qui se joue au cœur d’une société et des enjeux qui la traversent » (p. 13). Le livre semble être traversé, en filigrane, par une interrogation centrale : qu’est ce qui caractérise les recompositions politiques, sociales, culturelles et territoriales des classes populaires à l’œuvre en Tunisie, notamment dans un contexte de redéfinition de la frontière entre le religieux et le politique ?

7Le lecteur apprend que le contenu de la stigmatisation dont font l’objet Douar Hicher et Ettadhamen dans le discours de la population a beaucoup changé depuis la « Révolution » : de la connotation classique : « quartier populaire » (qui pourrait constituer une identité positive du quartier) à une représentation totalement négative attachée au quartier à laquelle renvoient deux mots en vogue depuis 2011 : al-iksa [l’exclusion] et tahmich [marginalité]. Le premier stigmate a une connotation socio-économique qui évoque la précarité et le non-accès aux ressources urbaines ; le second relève d’un registre plutôt politique qui signifie aux yeux des jeunes enquêtés leur mise à l’écart des formes de la démocratie représentative.

8Dans les discours de ces jeunes, cette forme de marginalité est souvent mise en relation avec les acteurs publics. Comme on peut le lire dans les travaux de M. Chabbi (2012) sur les formes d’urbanisation périurbaine en Tunisie en relation à l’action publique qui s’y déployait depuis les années 1970, le processus de stigmatisation qui touche ce type de quartiers est aussi une production de l’État. Ces quartiers sont qualifiés par le haut par une taxinomie dévalorisante à laquelle renvoient des vocables tels que « construction anarchique » et « zones d’ombre », dont « le non-dit peut signifier à l’ombre du développement ».

9Aujourd’hui, la représentation de ces quartiers se décline en termes de « violence », de « déviance » et de « salafisme ». Ce dernier thème est propulsé à la première place des items retenus par les jeunes de Douar Hicher et d’Ettadhamen eux-mêmes, alors qu’il était inexistant avant la « Révolution ». Quoique l’on ne sache pas si ce phénomène est ou non codé par ces jeunes comme pour signaler qu’il désigne un stigmate, le fait que ces quartiers soient si peu identifiés aux protestations sociales qui s’y sont déroulées montre, aux yeux des auteurs, à quel point la sphère publique dans la Tunisie post-soulèvement semble avoir été saturée par d’autres débats qui ont imprimé la perception des jeunes.

10Par ailleurs, malgré les représentations stigmatisées construites notamment dans le regard des autres, en partie intériorisées par les jeunes interviewés par les auteurs, Douar Hicher et Ettadhamen constituent un lieu de résidence où les relations de sociabilité sont intenses, permettant de construire une identité de quartier, des territorialités – quoique sexuées – et la possibilité de mieux résister au stigmate (p. 35). Ce constat – qui contraste avec les conclusions de certains travaux portant sur les quartiers aisés de Tunis – a mené les auteurs à esquisser l’hypothèse que la logique de repli sur le quartier, en tant qu’espace d’appartenance auquel l’on s’identifie, se manifeste par les solidarités qui y constituent une forme d’investissement. Les inégalités urbaines dont sont « victimes » ces jeunes continuent à conditionner leur marginalisation sur la scène politique légitime (p. 116). La « Révolution » n’a pas changé la donne. Ceci valide, en partie, l’hypothèse d’un retour du religieux, après un long processus de sécularisation. Dans ce contexte, d’après les auteurs, « le quartier s’affirme plus que jamais comme l’unique base d’un possible lien associatif ou politique pour ces jeunes, quoique l’offre soit limitée : caritative pour le premier et salafiste pour le second » (p. 143). Cette conclusion pertinente rappelle certains regards portés sur les ressources de proximité que les marges urbaines pauvres offrent au processus d’identification et d’ancrage territorial de leurs habitants (Fol, 2010), ainsi que sur la part explicative de l’espace dans les faits sociaux (Lussault, 2007). Le lecteur comprendra ainsi en quoi ce qu’on appelle Révolution de Jasmin est aussi un objet spatial. L’apport fondamental de cet ouvrage est aussi de nourrir le débat entamé sur les nouvelles jeunesses arabes (Bonnefoy, Catusse, 2013), ou celui sur les géographies de l’espace public après la révolution (Cattedra et al., 2013).

11Tous les aspects de la question des jeunes dans ces deux douars emblématiques de Tunis d’aujourd’hui ne sont bien sûr pas abordés dans ce travail collectif. Nonobstant, on retient, pour conclure ce compte-rendu qui reste toutefois partiel, que le poids démographique de la frange d’âge 18-34 ans dans la population des marges urbaines en Tunisie, à l’instar des autres pays du Maghreb, fait que son intégration sociale, économique et politique constitue l’un des principaux défis pour le gouvernement des villes au Sud de la Méditerranée. À cet égard, on ne saurait trop insister sur l’intérêt, pour les décideurs politiques particulièrement, de cet ouvrage passionnant par le contenu et riche d’ailleurs en extraits d’entretiens, qui restituent les paroles et les récits parfois émouvants des jeunes des deux quartiers étudiés.

Haut de page

Bibliographie

Bonnefoy L., Catusse M. (dir.), 2013, Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 340 p.

Cattedra R., Governa F., Memoli M., Puttilli M., Giua R., 2013, Au centre de Tunis. Géographies de l’espace public après une Révolution, Webdoc, Université de Cagliari. http://webdoc.unica.it/tunisi/it/index.html - Home

Castel R., 2006, « La discrimination négative. Le déficit de citoyenneté des jeunes de banlieue », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2006|4, p. 777-808. https://www.cairn.info/revue-annales-2006-4-page-777.htm

Chabbi M., 2012, L’Urbain en Tunisie. Processus et projets, Tunis, Nirvana, 220 p.

Dias A., 2013, Aux marges de la ville et de l’État. Camps palestiniens au Liban et favelas cariocas, Paris/Beyrouth, Karthala/IFPO, coll. « Hommes et sociétés », 420 p.

Fol S., 2010, « Mobilité et ancrage dans les quartiers pauvres : les ressources de la proximité », Regards sociologiques, no 40, p. 27-43. http://www.ecoledurenouvellementurbain.com/wp-content/uploads/sites/8/2014/03/Fol-MobilitÇ-et-ancrage-dans-les-quartiers-populaires.pdf

Lussault M., 2007, L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 400 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

M’hammed Idrissi Janati, « Les jeunes de Douar Hicher et d’Ettadhamen. Une enquête sociologique
de Olfa Lamloum & Mohamed Ali Ben Zina (dir.) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 27 août 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1724 ; DOI : 10.4000/emam.1724

Haut de page

Auteur

M’hammed Idrissi Janati

Géographe, Professeur, Université Mohamed-V, Rabat (Maroc)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page