Navigation – Plan du site

En Algérie, quand les enfants jouent, la société se dévoile

In Algeria, when children play, the society is revealed
Abdelkader Lakjâa et Amaria Lachelache

Résumés

L’article ci-après synthétise les résultats issus de deux enquêtes de terrain menées auprès d’enfants et d’adolescents de deux villes de l’Ouest algérien : Oran, en mai 2012 et Aïn Temouchent, en mai 2016. Les résultats majeurs permettent de soutenir que, dans le monde des enfants/adolescents des quartiers populaires des deux villes, l’apprentissage de la ville et de la citoyenneté n’a pas pour terrain l’association ni même l’école, du moins pas comme terrains prioritaires, mais l’espace religieux. En effet, l’acculturation qu’opère l’école est vécue comme allant à l’encontre de la socialisation conduite par la famille. Ce conflit des rationalités, opposant une raison modernisatrice dépouillée des « tares » de la culture locale – représentée ici par l’école –, à une raison qui se veut fidèle à la culture locale avec une vision instrumentale de la modernité – représentée ici par les familles modestes –, trouve sa pleine expression dans la sphère religieuse et la rupture entre la socialisation assurée par la famille et celle que l’école peine à assurer à ses « potaches ».

Haut de page

Texte intégral

« Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit
“Parlez-nous des Enfants”.
Et il dit : “Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
Vous pouvez leur donner votre amour
mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain,
Que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux,
Mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier” ».
Khalil Jibran, Le Prophète, 1986

Introduction

1Comme contribution à une anthropologie de l’enfance et de la jeunesse en Algérie, nous proposons une réflexion sur les rapports des enfants aux espaces publics que nous abordons comme des réseaux de relations sociales et culturelles entre les générations. Pour leur analyse, nous soumettons ces espaces à la grille de lecture propre à la culture enfantine qui se déploie comme « l’ensemble des savoirs et des savoir-faire qui caractérise un groupe d’enfants et fonde son identité » (Delalande, 2010).

2En s’engageant librement, dans leur relative autonomie par rapport aux adultes et aux parents, dans des groupes d’amitié et d’intimité, les enfants nouent et entretiennent différentes relations entre eux via les espaces publics. Nous nous interrogerons alors sur leurs pratiques et leurs discours par lesquels ils interviennent dans l’appropriation de ces espaces dans un pays berbéro-arabo-musulman comme l’Algérie. Mais aussi, en contrepartie, comment ces espaces publics participent-ils à leur socialisation ? C’est-à-dire comment contribuent-ils à la socialisation des enfants par les adultes, et à la socialisation horizontale, entre pairs, essentielle dans le monde enfantin (Felouzis, Perroton, 2009). Cela signifie, aussi, que les espaces publics seront saisis dans leur dimension matérielle, qui fournit aux acteurs le support à leurs activités quotidiennes et sociales, mais aussi dans leur dimension idéelle qui aide à lever le voile sur les représentations en faisant un construit social porteur de sens et de valeurs (David, 2010). Qu’y-a-t-il alors de plus révélateur chez les enfants que l’activité ludique ?

  • 1 Cette date marque, avec l’occupation et la colonisation françaises, le début de la mutation de la s (...)

3Par cet exercice de réflexion, nous visons à comprendre comment sont en train de se construire les rapports aux espaces publics urbains chez les enfants sous l’impact des changements sociaux que les Algériens vivent depuis le début de la deuxième moitié du XIXe siècle1. Comme processus d’acculturation, l’urbanisation se déploie en Algérie comme une transformation profonde du mode de vie et fait de la ville le creuset d’une culture nouvelle – en 2008, la population urbaine représente 70 % de la population total (les urbains) de la population totale, alors que ce taux ne dépassait pas les 33 % en 1966 (ONS, 2011). C’est dire qu’en une quarantaine d’années, la société algérienne a muté d’une société majoritairement rurale à majoritairement urbaine.

4Aussi devient-il pertinent de comprendre comment ces jeunes « habitent » la ville, ou encore de savoir comment ils pratiquent les espaces urbains, ou enfin de vérifier s’ils reproduisent les mêmes façons d’être, de penser et d’agir que celles de leurs parents ou s’ils parviennent à en produire des différentes. Ces questionnements nous ont amenés à opter pour la démarche compréhensive, parce que seule « la compréhension permet de recomposer le sens d’une activité » et, puisque cette dernière « se définit comme la conduite que le sujet investit d’une signification, comprendre veut dire retourner au processus de production du sens, qui s’exprime dans les différents motifs par lesquels les sujets rendent compte de leurs comportements » (Gonthier, 2004).

5Dans la conduite de notre enquête, comparativement aux espaces familial et scolaire, les enfants sont approchés comme « producteur[s] de données capables d’interprétation », et « producteurs de savoir originaux et légitimes » (Le Guern, Thémines, 2011). Nous nous sommes laissés guider, en effet, par l’hypothèse que la rue ou la place apparaissent chacune « comme un espace qu’enfants et adultes s’approprient et se représentent très différemment » (ibid.), en conséquence de quoi il convient de « prendre en considération l’enfant derrière l’élève, ou encore l’enfant dans toutes ses dimensions » (David, 2010).

Méthodologie et écueils méthodologiques

  • 2 À Oran, l’enquête a été réalisée pour le compte de l’UNICEF Algérie et l’association Santé Sidi el (...)

L’enquête de terrain a permis de rentrer en contact direct avec 1 081 enfants et adolescents2, par entretien et par questionnaire, à Oran et à Aïn Temouchent, deux villes de l’Ouest algérien, à deux dates différentes. Si la technique de l’entretien (30 garçons et filles à Oran et 30 autres à Aïn Temouchent) a rendu possible l’accès au monde subjectif des enfants, celle du questionnaire (851 garçons et filles à Oran et 230 à Aïn Temouchent) a permis de pallier le manque de données quantitatives qui fondent l’objectivation des analyses des résultats d’une enquête en sciences sociales. Il s’est agi de mettre l’accent sur les représentations et les pratiques, ces dernières puisant leur sens et légitimité sociale des premières.

  • 3 En Algérie, les quartiers populaires sont souvent assimilés aux violences urbaines. L’accusation se (...)

La première partie de l’enquête, auprès de 851 enfants et adolescents âgés de 10 à 19 ans, a pris pour terrain, en mai 2012, trois quartiers « populaires » d’Oran3. Ces enfants se répartissent en trois catégories d’âge : 113 filles et 141 garçons de 10 à 13 ans (29,8 %), 98 filles et 133 garçons de 13 à 16 ans (27,1 %) et 176 filles et 190 garçons de 16 à 19 ans (43 %). Selon les niveaux scolaires, ils étaient au primaire/moyen (78,5 %), secondaire (17 %), universitaire (1,5 %), école coranique (0,5 %), non scolarisés (0,5 %). Quant au pourcentage de non-réponses, il ne dépasse pas les 2 %. Les questionnaires ont été renseignés dans les rues et dans les classes d’école pour les 10-13 ans, et les entretiens enregistrés dans les locaux d’une association à Sidi el Houari.

Tableau A. Effectifs du 1er terrain, Oran, mai 2012.

Filles

Garçons

Total

soit en %

Primaire moyen

78,5

10-13 ans

113

141

254

29,8

Secondaire

16,8

13-16 ans

98

133

231

27,1

Universitaire

1,4

16-19 ans

176

190

366

43,1

École coranique

0,6

Total

387

464

851

100,0

Non scolarisés

0,5

Pas de réponse

2,2

Sociologiquement, il s’agit d’une population relativement pauvre et souffrant de stigmates. Jusqu’au début des années 1980, et bien après, durant la décennie de la Guerre civile, les quartiers des Planteurs et de Ras el Aïn ont été des réceptacles des flux migratoires de l’Ouest algérien ; ils ont constitué le plus grand bidonville en Algérie (Lakjâa, 1992).

La deuxième partie de l’enquête a permis, en mai 2016, à 230 enfants de la ville de Aïn Temouchent, âgés de 10 à 13 ans, d’exprimer leurs représentations de l’espace public urbain et de nous entretenir de leurs pratiques. Approchés dans quatre écoles, ils se répartissaient entre six classes de 5e et dernière année du primaire. Les écoles sont implantées dans trois quartiers de composition sociale différente : Les Oliviers, à dominante « classes moyennes » et habitat de type villas ; Saint-Roch, quartier populaire avec habitat ancien et relativement dégradé ; Akid Othmane avec habitat collectif en immeubles, mais récent (érigé après le séisme de 1999). La ville d’Aïn Temouchent est située à 60 km à l’ouest d’Oran.

Tableau B. Effectifs du 2e terrain, Aïn Temouchent, mai 2016.

Filles

Garçons

Total

Classes de 5e
et dernière année
du primaire

6

10-13 ans

124

106

230

Mais bien que pensée pour que les thèmes abordés dans les entretiens collectifs semi-directifs et les questionnaires, sélectionnés et formulés à la suite d’une incursion exploratoire dans l’univers enfantin, amènent les enfants à exprimer librement leurs propres représentations de l’espace public, notre démarche ne s’est pas réalisée sans écueils.

Premier écueil. Il réside dans le paradoxe selon lequel l’entrée en contact du chercheur avec les enquêtés est altérée du fait qu’elle « transite » par l’école, alors que le chercheur s’intéresse aux pratiques extra-institutionnelles des adolescents ; toutefois, « [...] les institutions constituent une voie d’entrée privilégiée, voire unique, pour le chercheur, alors même que les adolescents souhaitent s’émanciper de la tutelle de ces institutions et éprouvent, pour certains, une relative méfiance à leur égard » (Oppenchaim, 2012). Dans les quartiers populaires en Algérie, particulièrement quand il s’agit d’être mis en relation avec des filles, la réalité du terrain fait de l’institution scolaire une voie d’entrée incontournable.

  • 4 Cette ressemblance ne se limite pas seulement aux représentations de l’espace public chez les uns e (...)

Deuxième écueil. Il semble découler du premier, dès lors que, face aux discours et représentations des enfants qui ne présentent presque pas de dissemblances significatives avec ceux des adultes (Kerrou, 2010 ; Bouchaala, 2012)4, nous nous interrogeons si leur présence dans l’institution scolaire, au moment de l’enquête, n’aurait pas biaisé leur discours en les amenant à le normer sur celui des enseignants, en particulier pour certains aspects. Par exemple, la question : « Que pensez-vous de vos camarades qui jettent les ordures dans la rue ? » a récolté les réponses du type : « Ne sont pas citoyens », « Ceci relève d’un comportement non civique et pas responsable », « Il faut les punir ». Pour d’autres aspects, c’est le discours des parents qui a fonctionné ; par exemple, à la question : « Selon vous, qu’est-ce qui manque le plus dans votre quartier ? », les réponses des enfants se confondent à s’y méprendre avec celles des adultes : « Le manque d’éclairage public, d’eau, de gaz, de dispensaires, de travail et plus particulièrement de sécurité et de présence de la police », une fillette d’Aïn Temouchent répond en imputant le manque de propreté dans son quartier à l’État qui ne respecte pas les règles élémentaires de l’urbanisme : « Au départ, les autorités concernées ne respectent pas les normes et le plan lors de l’aménagement du quartier ». Et comme pour appuyer sa camarade, un garçonnet de la même classe soutient, face à la question : « Avez-vous quelque chose que vous souhaitez ajouter », qu’« Il est important de signaler que le progrès est dans les opérations de nettoyage avec les outils et moyens nécessaires, car les pays propres investissent de grosses sommes d’argent pour que le pays reste propre et sensibilisent les travailleurs en premier et ensuite la population, et si le citoyen remarque la permanence de ces campagnes de nettoyage avec de gros moyens mobilisés... et les moyens d’information ont aussi un rôle à jouer. C’est cela que nous recherchons ».

Troisième écueil. Il est d’un autre ordre : en effet, si l’on aligne, à côté de ces propos « adultes », ceux qui relèvent de la sphère religieuse et dont les enfants se servent fort généreusement, l’on ne peut alors s’empêcher de se demander si la famille qui éduque ne serait pas en train de l’emporter sur l’école qui enseigne et, d’autre part, si « l’enfant » ne serait pas en train de faire taire « l’élève » que l’école tente de faire naître en lui. Tout suggère l’hypothèse que la socialisation assurée par la famille est en rupture avec celle que l’école peine à assurer à ses potaches. Les difficultés d’atteindre les fillettes et adolescentes qui ne sortent pas de chez elles, plus particulièrement dans le quartier de Ras el Aïn, relèvent selon nous, pour leur interprétation, de cette même hypothèse. Certaines filles rencontrées à l’extérieur de l’espace domestique ont refusé de s’entretenir avec les enquêtrices, de crainte d’être surprises par leur père, ou leurs frères ou même leurs voisins.

Quatrième écueil. Il renseigne sur la perception qu’ont les enfants, principalement ceux de 10 à 13 ans, des limites de leur quartier. Il aurait été plus productif, du point de vue de la pertinence, de leur parler de « leur » immeuble, de « leur » rue ou encore de leur haouma et non du quartier. Car, de fait, les enfants habitent une rue, un immeuble, une haouma mais pas un quartier auquel ils ne parviennent pas à s’identifier parce qu’il va au-delà des limites de leur autonomie de mouvement (Authier, Lehman-Frisch, 2012).

La re-socialisation par la ville ?

6En Algérie, l’urbanisation est un phénomène relativement récent qui a induit un changement social se déployant sur fond de re-socialisation depuis le XIXe siècle (Bourdieu, Sayad, 1964). L’acclimatation à la ville a nécessité une masse énorme d’efforts psychologiques que les migrants déracinés ont dû investir dans leur apprentissage du mode de vie urbain. La ville, enivrante par les nouveaux airs de liberté, s’ouvrait à eux avec ses espaces, ses temporalités, sa culture, ses goûts, mais aussi ses pollutions, ses maladies, ses violences et sa criminalité. L’apprentissage prenait alors le sens d’une expérience exaltante, certes, mais tout aussi exténuante. Dans La Révolution urbaine, H. Lefebvre soutient que les psychiatres ont beaucoup à nous apprendre sur les habitants des villes (Lefebvre, 1970 ; Boucebci, 1979 ; Cornaton, 1967 ; Lakjâa, 2014).

7Dans ce nouveau contexte socio-culturel et politique postcolonial, nous nous intéressons aux effets de ce changement sur les enfants et à leurs rapports aux espaces publics. Nous sommes en effet partis de questionnements liés, d’une part, aux effets du changement brusque des conditions de vie objectives et subjectives sur le lien social, mais aussi à l’émergence des nouveaux rapports aux espaces urbains extérieurs chez les néo-urbains. Selon le point de vue adopté dans cette réflexion, ce qui est fondamentalement concerné par ce changement réside dans la renégociation du lien individu-société et, par conséquent, la refondation du lien social (Lakjâa, 2009).

8Focaliser ainsi sur les enfants permet de saisir le sens et la teneur des effets de la re-socialisation des adultes, et en premier lieu des parents sur les enfants et les adolescents. Il s’agit, comme le note Chombart de Lauwe (1980), d’un double processus de transmission sociale et de socialisation des enfants. La recherche des indices de cette transmission, particulièrement quand il s’agit des espaces publics, nous a conduits à considérer le discours des enfants comme registre des représentations qui leur parviennent des adultes. Mais nous ne réduisons pas pour autant les enfants à des « boîtes noires » qui réceptionneraient et reproduiraient fidèlement ce que leur transmettent les adultes, parents ou autres, puisque nous les approchons comme des acteurs de l’espace public. Car si nous pensons que les représentations dictent les comportements et les attitudes, nous pensons aussi que les enfants contribuent à leur élaboration en les re-construisant. En effet, le long de notre investigation sur les représentations sociales portées par les enfants face aux espaces publics, nous ne perdions pas de vue que celles-ci « se jouent sur un équilibre entre l’individuel et le social, cet équilibre peut être conflictuel [...]. Les représentations sociales sont génératrices de comportements » (Chombart de Lauwe, 1980).

9Nous savons aussi que bon nombre de publications récentes ont souligné le peu d’études consacrées au thème des espaces publics selon le point de vue des jeunes (Danic, 2016 ; Authier, Lehman-Frisch, 2012). T. Paquot, s’appuyant sur les travaux de M.J. Chombart de Lauwe, rappelle que « […] c’est avec l’arrivée de “la société des loisirs” » qu’est posée, enfin, la question des enfants dans la ville. En 1965, la même auteure souligne que « l’enfant est devenu un personnage important : il est le héros de films, de romans, il sert de motif à la propagande commerciale… Mais, paradoxalement, la place où il peut jouer heureux et en sécurité n’est guère prévue en dehors de la maison ». Plus loin, elle constate que « l’enfant dont la personnalité est en pleine formation est, en ville, sévèrement coupé du milieu naturel. La ville, pour tout ce qu’elle offre d’inaccessible à l’enfant, provoque chez lui bien des frustrations qui se traduisent par de l’agressivité, de la révolte, du dégoût, ou par la recherche de moyens détournés ou illégaux pour satisfaire ses désir » (Chombart de Lauwe, 1965, citée par Paquot, 2005). En Algérie, comme dans la quasi-totalité des pays arabes, ce thème est encore bien loin d’être pensé en objet de recherche.

10Si la présente contribution vise à connaître comment les enfants appréhendent leur univers urbain immédiat, à la lumière de leur propre point de vue, elle vise encore plus à comprendre comment les adultes les socialisent en leur transmettant leurs propres représentations de l’espace public.

L’univers des enfants : tout pour le jeu, tout par le jeu

11Si l’on adhère à l’idée que « l’étude des représentations ne peut être dissociée des activités réelles du sujet, de ses pratiques, de ses attitudes, de ses réactions dans des situations vécues » (Lafosse-Marin, 2010), il faudra par conséquent admettre que, pour les enfants, c’est à travers les activités ludiques (Curnier, 2014), pour ce qu’elles mobilisent en réserves imaginatives et sens de l’organisation, que peuvent être observées et décryptées leurs représentations.

12Nous considérons que le jeu avec les copains, à l’extérieur, relève de l’espace public parce qu’il nécessite élaboration collective de règles et négociations pour les faire admettre aux autres partenaires. En focalisant sur ces activités, l’objectif consiste à décrypter les représentations qui structurent chez les enfants leurs rapports à l’espace public. Notre terrain d’enquête, dominé sociologiquement par des familles relativement défavorisées économiquement, tant à Oran qu’à Aïn Temouchent – excepté, pour ce deuxième terrain, la cité des Oliviers habitée par des couches moyennes –, dicte de limiter l’observation aux espaces du quotidien non aménagés pour que les enfants y jouent, mais détournés pour ce faire.

  • 5 Durant les années 1960 et 1970, à l’approche des grandes vacances scolaires, les enfants le fabriqu (...)
  • 6 Le philosophe de la ville T. Paquot écrit à ce propos (2005) : « Car voici le point clé du problème (...)

13La non-spécialisation concerne, ici, tout autant l’espace, qui prend un autre sens par la volonté des enfants qui s’y rassemblent, que les jeux spontanément élaborés ou même inventés. Une cannette en aluminium peut se transformer par la magie du jeu en ballon qui circulera entre plusieurs joueurs; des bouteilles en plastique seront écrasées et plaquées aux semelles des chaussures pour assurer la glissade sur l’asphalte ; les deux faces d’une boîte d’allumettes soigneusement découpées se métamorphosent en jeu de cartes, donnant lieu à des compétitions intra et inter-quartiers dont personne ne peut se risquer à se prononcer sur l’origine du nom – si ce n’est que celui-ci, cartecas, est à résonnance hispanique ; les noyaux d’abricot deviennent, par la volonté des garçons, les cibles stratégiques d’un jeu de lancer de haute précision organisé sur le trottoir ; et les osselets servent aux fillettes à prouver leur dextérité, tandis qu’elles manifestent leurs capacités créatrices avec le papier aluminium des paquets de cigarettes qui se transforme en bijoux qu’elles exhibent sur elles-mêmes ou dont elles parent leurs poupées. Mais cette liste serait injustement clôturée s’il n’y était pas inclus le karikou5, ce jouet génial roulant, tout droit sorti de l’imagination enfantine et mû par la seule force des copains6 pousseurs. Le karikou est généralement l’apanage des enfants des quartiers populaires ; il est un jeu exclusivement masculin.

14Il s’agit d’un détournement de sens et d’usage des objets et des espaces par lequel « les joueurs transforment leurs actes en leur donnant un sens autre. Ils créent un non-lieu extérieur au monde quotidien dont la logique obéit aux règles que suivent ou se donnent par négociation les joueurs. Les actions prennent leur sens dans la logique du jeu qui modifie ainsi le monde extérieur créant un espace et un temps spécifiques. Les objets dont s’empare le joueur peuvent ainsi prendre place dans cet espace et se voir doter de nouvelles significations. C’est tout l’environnement qui est ainsi soumis à la logique du jeu » (Brougère, 1991).

  • 7 Le cinéaste algérien B. Tsaki (1980) a rendu compte de ce monde enchanté des enfants, de leur imagi (...)

15Une des pistes de réflexion suggérées par l’observation de ces activités, dans les espaces extérieurs des villes algériennes, est bien que les jeux informels l’emportent souvent sur les jeux formalisés par des règles et des éléments conçus par les adultes pour les enfants. Dans les premiers, l’enfant évolue socialement avec ses copains et exerce librement son imagination et sa capacité d’improvisation, comme le montrent merveilleusement les films du cinéaste algérien B. Tsaki, tel Les Enfants du vent7.

16Dans cet univers, l’espace public est un espace parmi d’autres que l’enfant s’ingénie à soumettre à son jeu (Brougère, 1991). La voirie est ainsi mobilisée par les jeux collectifs avec à leur tête le football et, ces dernières années, l’apparition des baby-foots sur les places publiques. La circulation automobile, de plus en plus dense dans les villes algériennes, depuis au moins les trois dernières décennies, parvient certes à entraver l’usage de la voirie pour le jeu, mais sans l’éliminer totalement. Aux yeux des enfants, l’automobile est responsable de la présence des détritus dans leur quartier. À la question « Pourquoi, selon toi, ton quartier n’est-il pas propre ? », certains enfants incriminent l’automobile : « Parce qu’il est exigu et qu’il y a des voitures stationnées qui nous empêchent de jouer et même de circuler ». La distinction privé/public ou encore, mais à un degré moindre, intérieur/extérieur, n’est pas encore suffisamment intégrée chez l’enfant du fait qu’il évolue selon le principe de l’usage et non celui de la propriété qui domine chez les adultes. En effet, si « la taille de l’espace conquis n’apparaît pas comme un enjeu majeur pour les adolescents » (Ramos, de Singly, 2016), c’est parce que plus ils prennent de l’âge, plus ils s’autonomisent et plus leurs rapports au quartier diminuent (Authier, Lehman-Frisch, 2012).

Tableau 1. Oran : jeunes exprimant leur souhait de quitter leur quartier selon leur classe d’âge.

Classes d’âge

Nb. de jeunes
voulant quitter
leur quartier

en %
de la classe d’âge

en %
du total des enquêtés

10-13 ans

154

60,62

8,18

13-16 ans

131

56,70

15,46

16-19 ans

222

60,65

26,21

Total
(G + F)

507

59,85

Source : Enquête 2012, Oran.

Tableau 2. Oran : jeunes exprimant leur souhait de quitter leur quartier selon leur sexe.

Sexe

Population enquêtée
par sexe

Nb. de jeunes
voulant quitter
leur quartier

en %
du total
« partants »

en %
de la pop. enquêtée

Féminin

387

255

50,29

65,89

Masculin

464

252

49,71

54,31

Total

851

507

100,0

59,57

Source : Enquête 2012, Oran.

17Tout suggère l’idée que l’image ou la représentation que se font les enfants de l’espace public se révèle plus par le type de regroupement suscité par cet espace que par le type de jeu (collectif ou individuel, informel ou formel, électronique ou improvisé) qui les réunit. Autant dire que les regroupements d’enfants relèveraient plus d’une dynamique sociale que d’une dynamique ludique. Même quand ils jouent à des jeux individuels, les enfants aimeraient le faire à l’extérieur, avec leurs copains, évoluant ainsi dans un « processus d’individualisation [qui] s’inscrit davantage dans la recherche d’un “nous” alternatif au “nous” familial et passe par “l’espace de l’extrospection” » (Ramos, de Singly, 2016). Cette recherche d’un « nous » alternatif amène les enfants à choisir leur confident(e) presque autant parmi leurs amis que leurs parents, mais rarement parmi leurs frères et sœurs.

Tableau 3. Oran : le meilleur confident des enfants/adolescents (10-19 ans).

Qualité du ou de la confident.e

Filles

Garçons

Nombre

soit en %

Nombre

soit en %

Parents

129

33,3

182

39,2

Un ou une ami/amie

118

30,5

107

23,1

Pas de confident/confidente

72

18,6

84

18,1

Frère ou sœur

33

8,5

18

3,9

Autres

32

8,3

62

13,4

L’imam

4

0,9

Pas de réponse

3

0,8

7

1,4

Total

387

100,0

464

100,0

Source : Enquête 2012, Oran.

18Mais tout comme les jeux informels l’emportent sur les jeux formels, les jeux collectifs l’emportent sur les jeux individuels, vu que ce qui prime, c’est l’esprit de compétition dont la première condition est, bien sûr, la présence des copains. Chez les enfants, en effet, l’espace public est perçu comme une « conjonction d’un environnement appropriable, de représentations et de probabilités fortes de rencontres qui offre des occasions de jeu dans un espace non aménagé pour cela » (Ramos, de Singly, 2016). Et si toute activité est transformée par les enfants en jeu, c’est parce que le jeu seul leur permet de pratiquer leur sociabilité spontanée. La force et la magie de la socialisation horizontale fait que « l’espace est ici valorisé en fonction de ceux que l’on y rencontre » (Lafosse-Marin, 2010). C’est pourquoi la façon pour les chercheurs d’appréhender la représentation que les enfants se font de l’espace public, gagnerait à privilégier deux entrées : celle de « l’activité ludique [qui] s’impose comme une grille de lecture de l’espace urbain attendue des enfants » (Le Guern, Thémines, 2011) et celle du discours qui, lui, permet d’accéder à leurs représentations.

Les enfants dévoilent la société

19Que disent alors les enfants sur leurs espaces publics quotidiens les plus proches, c’est-à-dire leur quartier ? Celui-ci est abordé selon deux entrées : ce qu’ils disent de ce qui y manque, ce qu’ils disent et ce qu’ils font face au phénomène des ordures qui s’y pose.

20Le discours des enfants sur leur quartier permet l’expression d’une expérience spatiale, au sens où les contenus ne renvoient pas seulement à des images ou même à des représentations, mais à des rapports à l’espace (Ramadier, Depeau, 2010). Mais, au-delà de son déploiement dans l’espace public, cette expérience est aussi une expérience urbaine qui renseigne sur l’apprentissage de la ville par les enfants. Celui-ci est vécu selon une pédagogie par laquelle l’enfant se trouve amené à intégrer du nouveau à l’ancien, selon des repères se situant entre l’intérieur et l’extérieur, entre le familier et l’étranger, entre le privé et le public. C’est par ces processus d’intégration de ce qu’il découvre de lui-même à ce que les adultes (parents, voisins, école) lui ont transmis que l’enfant imprime sa propre empreinte, ce qui lui permet d’« être chez soi dans l’espace public ». En conquérant ainsi la ville, l’enfant conquiert en même temps sa citoyenneté, car « chaque jour la ville est le cadre d’un procès individuel et collectif pour accéder à la civilité, à la citoyenneté. L’urbanité est peut-être semblable à une plante qui ne pousse qu’au milieu de la pollution, au bord des voies rapides les plus fréquentées et des usines les plus polluantes. Le citoyen est celui qui a participé à la conquête de la ville. Celui qui l’a faite sienne individuellement dès son enfance » (Borja, 1990). C’est là l’enjeu principal de ce qui se joue, aujourd’hui, sous nos yeux de sociologues/anthropologues explorateurs de la ville algérienne : conquête de la ville et accès à la citoyenneté.

21Dans notre approche des rapports des enfants à l’espace public, les représentations se révèlent incontournables parce qu’elles interviennent en « processus de médiation entre le sujet et le monde », constituant à cette occasion « des réseaux de communication entre les individus et particulièrement entre les générations » (Lafosse-Marin, 2010). Elles contribuent ainsi à la socialisation primaire, assurée entre générations, et à la socialisation horizontale, assurée entre pairs. Ces deux facettes du processus de socialisation sont indissociables et complémentaires dans le sens où les informations qui sont transmises, à travers l’une et l’autre, aux jeunes générations, le sont de telle façon qu’elles doivent assurer chez le jeune sujet son adhésion aux croyances, mythes, rationalité, images et représentations du groupe.

22Les dangers que sont censées encourir les filles dans l’espace public en fournissent une illustration que nous puisons du discours des enfants et qui traduit leur adhésion à la subjectivité de leur groupe social d’appartenance. En effet, cette illustration permet de souligner que la famille, tout en assurant à ses enfants leur socialisation primaire, leur assure une socialisation différentielle entre garçons et filles. Les résultats de notre enquête permettent de pointer le processus d’intériorisation des représentations socialement dominantes et relatives à la division sexuelle de l’espace : le même espace public sera ainsi représenté comme valorisant pour les garçons et menaçant ou dégradant pour les filles, et inversement pour l’espace domestique. À travers les réponses à la question de type ouvert : « Que manque-il selon vous dans votre quartier ? », les filles sont plus nombreuses (18,3 %) à exposer les problèmes liés aux conditions de logement (l’espace privé) que les garçons (10,9 %), et ce quel que soit leur quartier oranais de résidence. Mais quand il s’agit des infrastructures, qui relèvent de l’espace public, la situation s’inverse puisque les garçons sont plus de deux fois plus nombreux (46,5 %) que les filles (18,34 %) à les citer.

Tableau 4. Aïn Temouchent : participation aux campagnes de volontariat pour le nettoyage du quartier.

Participation

Filles

Garçons

Total

Nombre

soit en %

Nombre

soit en %

Nombre

soit en %

Oui

79

63,7

51

48,1

130

56,5

Non

45

36,3

55

51,9

100

43,5

Total

124

100,0

106

100,0

230

100,0

Source : Enquête 2016, Aïn Temouchent.

Tableau 5. Aïn Temouchent : compagnie préférée par les enfants lors des campagnes de volontariat.

Compagnie

Filles

Garçons

Total

Nombre

soit en %

Nombre

soit en %

Nombre

soit en %

Amis du quartier

28

35,0

30

58,8

58

44,6

Voisins

25

32,0

14

27,5

39

30,0

Famille

22

28,0

7

13,7

29

22,3

Autres

4

5,0

4

3,1

Total

79

100,0

51

100,0

130

100,0

Source : Enquête 2016, Aïn Temouchent.

23Ces deux tableaux issus de l’enquête auprès des enfants des écoles primaires d’Aïn Temouchent suggèrent deux idées principales qui renseignent fort bien sur les rapports qu’adoptent les filles et les garçons face à l’espace public. La première est que les filles sont plus socialisées « par et pour la famille » : face aux garçons qui sont moins d’un sur deux (48,1 %) à participer à ces campagnes de volontariat pour nettoyer leur espace résidentiel, les filles sont presque deux sur trois (63,7 %) à y prendre part. Lors d’une enquête précédente, réalisée par A. Lachelache en 2009 (Lachelache, 2011), il a été montré que, dans les familles d’Oran et d’Aïn Temouchent, la charge de sortir les poubelles est de façon quasi automatique confiée « aux bons soins » des femmes de la maisonnée.

24La deuxième idée renseigne sur la compagnie préférée par chacun des deux sexes pour l’accomplissement de ce volontariat. Les résultats confirment ce que nous avons noté plus haut à propos des rapports différentiels qu’adoptent les filles et les garçons face à l’espace public. Si les filles préfèrent se porter volontaires pour nettoyer les espaces extérieurs de leur quartier avec leur parents et voisins (60 %), les garçons, eux, préfèrent le faire avec leurs amis (58,4 %). Ainsi, si les premières, du moins jusqu’à l’âge de l’école primaire et du collège, sont tournées vers l’espace privé familial, les seconds sont happés par l’espace extérieur avec son monde d’amis et de copains. Cette situation finira par changer avec l’entrée de la fille dans le monde de l’adolescence, dans lequel elle tentera, par des négociations et des manœuvres, de s’émanciper de sa famille et de son voisinage.

25Si certaines de nos observations permettent de montrer comment l’espace public est utilisé, et parfois même réaménagé le temps d’une partie de jeu, ou encore comment il structure les jeux, d’autres résultats nous conduisent à souligner la force que mettent les enfants eux-mêmes dans leurs demandes d’espaces spécialisés pour les jeux. En cela, les enfants des quartiers populaires d’Oran et d’Aïn Temouchent ne sont pas en dehors de la tendance à la spécialisation des espaces, que les jeunes expriment ici sous la forme de demandes d’infrastructures et d’équipements.

Tableau 7. Oran : ce qui manque dans le quartier
selon les enfants de 10 à 19 ans (en % des réponses).

Infrastructures

Ordre

Sécurité

État

Logement

Tout

Rien

Autre

Non-réponse

Total

40,5

22,5

14,0

12,0

6,0

2,0

3,0

100,0 %

Source : Enquête 2012, Oran.

Tableau 8. Aïn Temouchent : ce qui manque dans le quartier
selon les enfants scolarisés de 10 à 13 ans (en % des réponses).

Espaces
de jeux

Endroits
pour ordures

Espaces
verts

Autres

Total

33,9

31,7

27,4

7,0

100,0 %

Source : Enquête 2016, Aïn Temouchent.

26En réponse aux demandes d’infrastructures et équipements émanant des jeunes des quartiers populaires, les pouvoirs publics et, depuis les quatre ou cinq dernières années, des investisseurs privés implantent, dans les grandes et moyennes villes algériennes, de grands complexes de jeux pour enfants et adultes, ainsi que des piscines communales dans les wilayas du Sud : on n’est plus au temps du simple « concept » de jardin public avec des variétés de plantes et d’animaux (à Oran, le Jardin public date des années 1950 et fait face au Palais des sports, construit à la même époque).

  • 8 Nous entendons par « jeux informels » ceux qui se déroulent selon des règles élaborées spontanément (...)

27Durant les dix dernières années, bon nombre de quartiers populaires d’Oran, comme de beaucoup d’autres villes algériennes, ont été dotés de stades aménagés où peuvent être pratiqués les sports collectifs et individuels. Dans ce même contexte de spécialisation des espaces, doit être mentionné aussi l’ouverture de salles de jeux électroniques dans la quasi-totalité des quartiers des grandes et moyennes villes en Algérie. Cependant, cette dynamique ne parvient pas à « contenir » l’investissement extensif d’espaces non spécialisés par le jeu informel des enfants8. Même si, en parallèle, se développe, avec la même intensité, le jeu réglementé qui s’arroge, lui aussi, de plus en plus d’espace (complexes, salles de jeux, parcs). On est passé du paradigme de la ville éducative (jardins d’essai) au paradigme de la ville ludique (parcs d’attractions, salles de jeux).

28Si certains auteurs ont mis en corrélation le développement de la culture de la chambre et celui des médias domestiques chez les enfants, d’une part et, d’autre part, le déclin de la rue (Rivière, 2016), en Algérie, et pas seulement dans les quartiers populaires, l’heure de ce déclin n’a pas encore sonné. Selon T. Paquot, P. Ariès a été l’un des premiers à s’inquiéter du retrait des enfants et de leurs jeux spontanés de la ville et n’a pas manqué de noter que cette désertion allait transformer les villes en « anti-villes » ou encore en « non-villes », selon ses propres expressions :

« Dans le passé, l’enfant appartenait tout naturellement à l’espace urbain, avec ou sans ses parents. Dans un monde de petits métiers et de petites aventures, il était une figure familière de la rue. Pas de rues sans enfants de tous âges et de toutes conditions. Ensuite, un long mouvement de privatisation l’a retiré peu à peu de l’espace urbain, qui cessait dès lors d’être un espace de vie épaisse où le privé et le public ne se distinguaient pas, pour devenir un lieu de passage réglé par les logiques transparentes de la circulation et de la sécurité […]. Cette ville où les enfants vivaient et circulaient, nous l’avons perdue […]. Ce qui l’a remplacée n’est pas une autre ville, c’est la non-ville, l’anti-ville, la ville intégralement privatisée. »
P. Ariès, 1973, cité par T. Paquot, 2005

29Le retrait des enfants des espaces urbains s’accompagnait de leur cloisonnement dans des espaces spécifiques tels que l’école, isolée au cœur même de la ville par des murs d’enceinte de plus en plus hauts, et tous les autres espaces affectés à cette frange de la société. À l’origine de ce cloisonnement se trouve aussi une image fonctionnaliste de l’espace que véhiculent les adultes ; une image selon laquelle l’aménagement d’espaces de jeu spécialisés libèrerait la rue.

30Pour les adolescentes, comme abordé plus haut, le discours surprotecteur des parents à leur égard est solidaire du cloisonnement légitimé socialement par le principe du contrôle social. Cette attitude ségrégative des parents conduit les filles à vouloir poursuivre et étendre leur expérience urbaine loin du quartier dans lequel elles résident (Dris, 2004 ; Semmoud, 2011 ; Naceur, 2017). Ailleurs, elles deviennent « invisibles » et, d’une certaine façon, anonymes, parce qu’elles se sentent ainsi moins jugées. Elles doivent aller ailleurs pour respirer l’air de la ville dont elles attendent leur libération, selon l’adage allemand (Weber, 1982).

31Ainsi, parmi les jeunes Oranais de 10 à 19 ans, les filles sont plus nombreuses (66 %) que les garçons (54 %) à souhaiter changer de quartier. La destination souhaitée est intéressante à connaître parce qu’elle renseigne sur la volonté d’échapper au contrôle social : 73 % souhaitent changer de quartier, mais demeurer à Oran ; 17 % autres projettent de partir à l’étranger et 10 % souhaitent changer de ville. Parmi les raisons invoquées par les filles, « la mentalité des gens du quartier » vient en troisième position (17,6 %), après les problèmes du logement (26 %) et l’insécurité/la violence (18 %). Chez les garçons, l’insécurité, parce que menaçant « leur » espace public, vient en tête des raisons (36,7 %) invoquées pour le changement de résidence, suivie par la stigmatisation de leur quartier (18,3 %), ainsi que le manque de logement et la vétusté des habitations (15,9 %) et enfin, en dernière position, la « mentalité des gens du quartier » (10,3 %).

  • 9 Le terme de haouma traduit l’esprit communautaire qui lie entre eux les habitants d’un quartier ou (...)
  • 10 Ce phénomène, qui inquiète fortement l’opinion publique, a été signalé dans plusieurs régions du pa (...)

32Chez les enfants d’Aïn Temouchent, l’enquête révèle les mêmes sentiments d’insécurité et de violence que dans les quartiers d’Oran. Leurs propos traduisent la même demande de sécurité que chez leurs camarades oranais. À ce sujet, une fillette déclare : « Notre quartier, il lui manque la police pour que nous puissions jouer et que nous n’ayons pas peur » ; et un garçonnet abonde dans le même sens : « Il nous manque la protection dans la haouma »9. Ces propos revêtent toute leur gravité quand on les relie au phénomène du kidnapping d’enfants de 3 à 12-13 ans, des deux sexes, qui sévit depuis 5 à 6 ans dans les wilayas du Nord du pays10. Aussi les enfants de cet âge sont-ils partagés entre les contraintes des parents, qui veulent qu’ils soient toujours à portée de regard ou au moins à portée de voix, et la nécessité de s’affirmer face à leurs pairs en étant avec les copains pour s’approprier les espaces proches qu’ils transforment ainsi en espaces semi-privés (Brougère, 1991).

33Dans cette même logique, et comme pour forcer le trait de l’image négative de leur quartier, un certain nombre d’enfants enquêtés à Oran considèrent que, à leurs yeux, le quartier où ils résident est un quartier pauvre ou encore un bidonville abandonné. Cette perception est présente chez 69 % des jeunes Oranais enquêtés, qui sont persuadés que les autres Oranais se représentent leur quartier comme synonyme de violences, de pauvreté, de bidonville, d’abandon, etc. Aussi l’on ne s’étonne point qu’en deuxième position, dans la liste de ce qui manque à leur quartier, les jeunes placent l’ordre/la sécurité/l’État (22,5 %), après les infrastructures (40,5 %).

  • 11 Pour les Oranais, les trois quartiers en question représentent le bastion de la rodjla, un « mixte  (...)

34L’appropriation sexuée des espaces publics fait, bien sûr, que le degré d’attachement au quartier chez les garçons est inversement proportionnel à celui que manifestent les filles. En effet, les garçons sont plus à l’aise au sein de « leur » quartier et se disent même fiers d’y habiter. Quand on connaît la place occupée par les trois quartiers dans l’imaginaire urbain des Oranais11, on déduit que l’appartenance à Sidi el Houari (plus que Les Planteurs et Les Planteurs plus que Ras el Aïn) est, chez les garçons, le fondement même de leur identité oranaise, voire de leur identité masculine. Cet ensemble d’attitudes se confirme aussi par la façon dont les garçons et les filles organisent leur temps libre. Chez les premiers, mais aussi relativement chez les secondes, il est juste de souligner la toute-puissance de la pratique sportive, bien que le sport demeure une occupation beaucoup plus masculine (football) que féminine (handball, natation, basketball, aérobic, fitness).

35Inversement, la télévision se révèle être la pratique culturelle majoritaire chez les filles et relativement moindre chez les garçons. Consommée dans l’espace privé, la télévision est aux filles ce que le sport, pratiqué dans l’espace public, est aux garçons. Ce sont ces mêmes rapports différenciés à l’espace public qui président aux taux de présence des garçons et des filles dans les cybercafés. En effet, si 55 % des garçons déclarent fréquenter ces lieux de la sociabilité virtuelle, chez les filles cette proportion ne dépasse pas les 40 %. Sous un angle comparatif, le cybercafé, qui se positionne après le sport et la télévision, parvient toutefois à faire se rencontrer 18 fois plus de jeunes que les associations.

Tableau 9. Oran : l’usage du temps libre des enfants/adolescents
de 10 à 19 ans.

Télé-vision

Sport

Cyber-café

Salle
de jeux

Café

Mosquée

Travail
associatif

Autre

Sport
et autres*

TV
et autres*

Total

150

111

54

19

13

9

3

123

223

146

851

17,6

13,0

6,3

2,2

1,5

1,1

0,4

14,5

26,2

17,2

100,0

* Pratique (sport ou TV) comme activité principale, menée avec deux ou trois autres occupations.

Source : Enquête 2012, Oran.

36Les adolescents de 10 à 13 ans passent majoritairement leur temps libre devant la télévision (17,7 %), à pratiquer un sport (14,9 %), mais aussi à la mosquée puisque, parmi les 9 jeunes qui y vont, 5 ont moins de 13 ans. Les tendances qui se dessinent à la lumière de la variable sexe se maintiennent et se consolident avec l’âge : plus de télévision et plus de sport chez les 16 à 19 ans que chez les 10-13 ans, par exemple. Mais, avec l’âge, le café revendique sa place dans la vie du jeune homme comme haut lieu de sociabilité et il en va de même pour le cybercafé, alors que la fréquentation des salles de jeux diminue.

37Seules les pratiques religieuses semblent réduire relativement les écarts dans les attitudes et les pratiques entre les deux sexes. La prière comme pratique quotidienne en est une illustration, puisque la différence est peu significative : 63 % chez les filles et 58 % chez les garçons. Elle finit même par s’estomper quand on s’intéresse à l’âge ou au quartier. Pour l’âge, les 10 à 16 ans sont 60 % à pratiquer la prière et les 16 à 19 ans 57 %. De même, la répartition par quartier ne révèle pas autre chose : si 62 % des jeunes de 10 à 19 ans prient à Sidi el Houari, ils sont 56 et 57 % aux Planteurs et à Ras el Aïn. C’est le propre de la religion dans les quartiers populaires : elle se déploie en fait social total. Mais il importe d’ajouter, toutefois, que le lieu où l’on prie n’échappe pas, lui aussi, à la ségrégation sexuelle de l’espace public : les résultats de notre enquête permettent de soutenir que la seule différence pertinente entre garçons et filles est bien celle du lieu où se pratiquent les cinq prières du jour. Les filles, parce que socialisées pour être invisibles dans l’espace public, font leurs prières quotidiennes chez elles (96 %). Les garçons, parce que socialisés pour s’affirmer dans l’espace public, vont plus à la mosquée pour leurs prières quotidiennes (86 %).

38Même si l’espace public paraît être, à première vue, mixte, « la vie collective au sein du quartier se structure selon une ségrégation sexuée de l’espace et des lieux » (Lelou, 2013). Par exemple, dès leur jeune âge, les garçons considèrent qu’il leur incombe d’exercer le contrôle social à l’égard des filles ; celles-ci ne doivent pas se retrouver dans les espaces extérieurs, si ce n’est pour les traverser furtivement, en allant d’un endroit fermé à un autre. Elles déploient alors des stratégies leur assurant l’invisibilité, comme le port « volontaire » du hidjab, dès l’adolescence (Kerrou, 2010 ; Guenaoui, 2011). Mais, malgré cette ségrégation sexuée liée à l’espace public, le degré d’attachement à la mixité de genre chez les filles (60 %) ne diffère pas de façon remarquable de celui enregistré chez les garçons (52 %).

Tableau 10. Oran : attitude des filles/garçons de 10 à 19 ans
face à la mixité de genre.

Pour

Contre

Pas de réponse

Total

Nombre

soit
en %

Nombre

soit
en %

Nombre

soit
en %

Nombre

soit
en %

Filles

232

59,95

150

38,76

5

1,29

387

100,00

Garçons

241

51,94

218

46,98

5

1,08

464

100,00

Total

473

55,58

368

43,24

10

1,17

851

100,00

Source : Enquête 2012, Oran.

  • 12 Notre interprétation peut sembler paradoxale au vu de ce résultat. Il convient toutefois de rappele (...)
  • 13 Cette détermination des rapports sociaux entre les sexes par les espaces de socialisation semble de (...)

39Bien qu’une majorité des questionné(e)s se prononce en faveur de la mixité de genre, nous interprétons cependant12 les réponses des filles et des garçons enquêté(e)s comme exprimant « une demande de lieux et de temps non-mixtes »13. Il nous semble en effet que les attitudes que ces réponses « participent des sociabilités juvéniles et de la construction de l’identité de ces adolescents des quartiers populaires » (Blanchard, Hancock, 2017). Et si cette interprétation va dans le sens de nos questionnements sur la signification et les objectifs assignés à la mixité de genre dans certains discours politiques et intellectuels en Algérie, c’est parce qu’« il existe une tendance à interpréter les demandes de non-mixité comme résultant d’oppressions ou de “cultures” misogynes intériorisées, alors même qu’elles peuvent être aussi des demandes témoignant d’un refus de la part des femmes et jeunes filles d’être “maintenues à leur place” et d’un réel processus d’empowerment » (Vinet, 2015, cité par Blanchard, Hancock, 2017). Les réponses des jeunes Oranais suggèrent l’idée que la mixité de genre n’est pas la seule voie menant à l’égalité homme-femmes. Tout comme il existe une tendance forte dans le monde intellectuel algérien à interpréter la généralisation du port du hidjab par les femmes et les jeunes filles comme résultat d’oppressions et de soumission. Pourtant, en Algérie, tout indique que l’autonomisation des femmes est en train de se frayer son chemin sous le hidjab (Kerrou, 2010 ; Guenaoui, 2012).

Conclusion

40La majorité des enfants rencontrés à Oran et à Aïn Temouchent ont une vision relativement négative de leur quartier. Mais ils se prononcent presque tous pour une société policée, avec ordre et sécurité, et revendiquent même « un peu plus d’État » dans leur quartier. C’est leur façon d’afficher leur acceptation/soumission aux règles du vivre-ensemble. D’autre part si, chez les garçons, l’appartenance au quartier s’avère être un élément constitutif de leur identité oranaise, voire masculine, les filles se disent contraintes de poursuivre leur expérience urbaine loin de leur quartier de résidence. Ce qu’elles souhaitent y changer tient beaucoup plus à la « mentalité » des « gens du quartier » à leur égard qu’au manque d’infrastructures et équipements. Si la ville peut alors devenir, pour les garçons, cette « immensité intime » – pour reprendre l’expression de G. Bachelard (1989) (cité par Raynal, 1996), dans l’espace immédiat qu’est le quartier, les filles s’ingénient à aller chercher ailleurs, souvent dans la même ville, « l’immensité anonyme » – comme nous la désignons.

  • 14 Cette date marque le début de la Guerre civile en Algérie, dont les causes principales ne se limite (...)

41Dans le monde des enfants des quartiers populaires, l’apprentissage de la ville et de la citoyenneté n’ont pas pour terrain l’association ni même l’école, du moins pas comme terrains prioritaires, mais l’espace religieux. En effet, l’acculturation qu’opère l’école est vécue comme allant à l’encontre de la socialisation (Chombart de Lauwe, 1980) conduite par la famille : dans cet affrontement culturel, sournois jusqu’au début des années 199014, chacune des deux institutions se réfère et fonctionne selon ses propres patterns culturels. Ce conflit des rationalités, opposant une raison modernisatrice dépouillée des « tares » de la culture locale, représentée ici par l’école, à une raison qui se veut fidèle à la culture locale avec une vision instrumentale de la modernité, représentée ici par les familles modestes, trouve sa pleine expression dans la sphère religieuse et la rupture entre la socialisation assurée par la famille et celle que l’école peine à assurer à ses « potaches ».

42Si l’approche selon les variables classiques tels que l’âge, le sexe, le niveau scolaire, le lieu de résidence permet de souligner, chez les filles et les garçons, des rapports différentiels à l’espace public, l’approche par les pratiques religieuses montre une similitude entre les deux sexes. L’objection selon laquelle la ségrégation est au cœur même du religieux, puisque les unes et les autres ne prient pas dans le même espace – les premières le font à l’intérieur (dans la maison) et les seconds à l’extérieur (à la mosquée) –, perd de son sens dès que cette différence est replacée dans son contexte épistémique (Wallerstein, 2008), celui dans lequel baignent les sociétés berbéro-arabo-musulmanes. Comme illustré par la fréquentation des mosquées par chacun des deux sexes, laquelle fréquentation se décrypte selon la pratique sexuée des espaces publics, les résultats de notre enquête montrent comment près de la moitié des garçons et des filles se déclarent contre la mixité de genre et comment les jeunes filles s’approprient les espaces publics en fonction de lieux et de créneaux horaires non mixtes. Ceci signifie aussi que l’un des enjeux majeurs du changement social que connaît la société algérienne aujourd’hui est bel et bien la renégociation du lien individu-société et, par conséquent, la refondation du lien social, mais le tout se jouant à la lumière de l’épistémè islamique. C’est cette idée de « noyau dur » de l’épistémè islamique qui nous amène à noter, à la suite d’A. Djeghloul (2004) que « l’égalité entre les hommes et les femmes ne se heurte pas aux mêmes obstacles épistémiques dans les sociétés occidentalo-chrétiennes et dans les sociétés musulmanes ».

43Aussi nous demandons-nous si certains des écueils méthodologiques qui se sont dressés sur la route de notre recherche – et que nous avons signalés en supra – ne relèveraient pas de ces obstacles épistémiques. Si tel est le cas, il nous faudra alors méditer encore plus mûrement la réflexion de A.-G. Haudricourt : « N’importe quel objet, si vous l’étudiez correctement, toute la société vient avec » (selon des propos rapportés par Thomas, Bouquiaux, 2011). Ici, ce sont les enfants qui dévoilent la société algérienne de demain.

44Bibliographie

Sitographie

Haut de page

Bibliographie

Ariès P., 1973 [1960], L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Le Seuil.

Authier J.-Y., Lehman-Frisch S., 2012, « Variations sur un thème. Les manières d’habiter des enfants dans les quartiers gentrifiés à Paris, Londres et San Francisco », Métropoles, 11 | 2012. http://journals.openedition.org/metropoles/4584 [mis en ligne le 12/12/2012 ; consulté le 04/09/2019].

Bachelard G., 1989, La Poétique de l’espace, Paris, PUF.

Blanchard S., Hancock C., 2017, « Enjeux de genre et politiques urbaines : les enseignements d’une recherche à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) », Géocarrefour, 91/1 | 2017. http://journals.openedition.org/geocarrefour/10054 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10054 [mis en ligne le 31/01/2017 ; consulté le 04/09/2019].

Borja J., 1990 « La cité conquise. Un point de vue de la sociologie », p. 389-397, in La ville éducatrice, 1er congrès international des villes éducatrices, Barcelone.

Boucebci M., 1979, Psychiatrie, société & développement, Alger, SNED.

Bouchaala A., 2012, « L’émergence du concept d’espace public dans les contextes sociopolitiques maghrébins : réflexions sur le cas algérien », p. 9-12, in Cornu L., Ravaz B. (éd.), Multimed (Revue du réseau transméditerranéen de recherche en communication). https://bdigital.ufp.pt/bitstream/10284/3506/1/9-19.pdf

Bourdieu P., Sayad A., 1964, Le Déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Minuit.

Brougère G., 1991, « Espace de jeu et espace public », Arch. & Comport./Arch. Behav., vol. 7, no 2, p. 165-176.

Chombart de Lauwe M.J., 1965, « Introduction. L’enfant et ses tensions dans la cité moderne », Informations sociales, no 4, numéro spécial : « Les loisirs de l’enfant dans la cité ».

Chombart de Lauwe M.J., 1980, « Intégration et intériorisation des modèles sociaux par les enfants. Rapport de synthèse », Enfance, tome 33, no 4-5, p. 161-166. https://www.persee.fr/doc/enfan_0013-7545_1980_num_33_4_3321 ; DOI : 10.3406/enfan.1980.3321 [consulté le 04/09/2019].

Clerc V., 2010, « Du formel à l’informel dans la fabrique de la ville. Politiques foncières et marchés immobiliers à Phnom Penh », Espaces et sociétés, 2010/3, no 143, p. 63-79. https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=ESP_143_0063 ; DOI : 10.3917/esp.143.0063 [mis en ligne le 14/03/2011 ; consulté le 04/09/2019].

Cornaton M., 1967, Les Regroupements de la décolonisation en Algérie, Paris, Les Éditions ouvrières, coll. « Développement et civilisations » [préface de G. Tillion].

Curnier S., 2014, « Programmer le jeu dans l’espace public ? », Métropolitiques. https://www.metropolitiques.eu/Programmer-le-jeu-dans-l-espace.html [mis en ligne le 10/11/2014 ; consulté le 04/09/2019].

Danic I., 2016, « Les places des adolescents.e.s en zone urbaine sensible, entre attribution, appropriation et retrait », Les Annales de la recherche urbaine, no 111, p. 78-89.
http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/ARU111-06.pdf [consulté le 04/09/2019].

David O., 2010, « Introduction générale », p. 7-12, in Danic I., David O., Depeau S. (dir.), Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Delalande J., 2010, « La socialisation des enfants dans la cour d’école : une conquête consentie ? », p. 35-47, in Danic I., David O., Depeau S. (dir.), Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Djeghloul A., 2004, Nouvelles lettres pour l’Algérie, Oran, Dar el Gharb.

Dris N., 2004, « Espaces publics et limites. Les implications du genre dans les usages de la ville à Alger », p. 249-264, in Denèfle S. (dir.), Femmes et Villes, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Felouzis G., Perroton J., 2009, « Grandir entre pairs à l’école. Ségrégation ethnique et reproduction sociale dans le système éducatif français », Actes de la recherche en sciences sociales, 2009/5, no 180, p. 92-100. https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2009-5-page-92.htm ; DOI : 10.3917/arss.180.0092 [mis en ligne le 01/01/2010 ; consulté le 04/09/2019].

Gonthier F., 2004, « Weber et la notion de “compréhension” », Cahiers internationaux de sociologie, 2004/1, no 116, p. 35-54. https://www.cairn.info/revue-cahiers-internationaux-de-sociologie-2004-1-page-35.htm ; DOI : 10.3917/cis.116.0035 [mis en ligne le 03/10/2017 ; consulté le 04/09/2019].

Guenaoui Y., 2011, Le Hidjab et l’urbanité, Mémoire de magister en Sociologie urbaine, sous la dir. d’A. Lakjâa, Université d’Oran (en arabe).

Kerrou M., 2010, Hidjâb, nouveaux voiles et espaces publics, Tunis, Cérès.

Lachelache A., 2011, Approche anthropologique de la problématique des déchets ménagers dans les villes algériennes. Le cas de la ville d’Oran, Mémoire de magister en Sociologie urbaine, sous la dir. d’A. Lakjâa, Université d’Oran (en arabe).

Lachelache A., 2017, Les Ordures ménagères et l’espace public. Enquête de terrain à Aïn Temouchent (Algérie), Thèse de doctorat en Sociologie, sous la dir. d’A. Lakjâa, Université d’Oran 2 (en arabe).

Lafosse-Marin M.-O., 2010, Les Représentations des scientifiques chez les enfants, filles et garçons. Influence de la pratique des sciences à l’école primaire, Thèse de doctorat en Sciences de l’éducation, sous la dir. de N. Mosconi, Université Paris-Ouest Nanterre.

Lakjâa A., 1992, La Religion dans l’espace résidentiel, Oran, URASC.

Lakjâa A., 2008, « Oran : une ville reconquise. Un centre historique en mutation », L’Année du Maghreb, IV | 2008, p. 441-556. https://journals.openedition.org/anneemaghreb/472 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.472 [mis en ligne le 01/10/2011 ; consulté le 04/09/2019].

Lakjâa A., 2009, « Les périphéries oranaises : urbanité en émergence et refondation du lien social », Les Cahiers d’EMAM, 18 | 2009, p. 29-44. https://journals.openedition.org/emam/184 ; DOI : 10.4000/emam.184 [mis en ligne le 10/02/2012 ; consulté le 04/09/2019].

Lakjâa A., 2014, « Algérie : sens et enjeux d’une urbanisation par le bas », p. 325-372, in Carmes M., Noyer J.-M., Devenirs urbains, Paris, Presses des Mines.

Lakjâa A., 2015, « Les jeunes en Algérie : un désordre sociétaire porteur de nouveaux liens sociaux », SpécifiCités (Université de Nanterre), no 6, Champ Social, p. 234-255.

Le Guern A.-L., Thémines J.-F., 2011, « Des enfants iconographes de l’espace public urbain : la méthode du parcours iconographique », Carnets de géographes, 3 | 2011. http://www.carnetsdegeographes.org/PDF/Terrain_03_02_Leguern_Themines.pdf [consulté le 04/09/2019].

Lefebvre H., 1970, La Révolution urbaine, Paris, Gallimard.

Lelou É., 2013, « Filles et garçons dans l’espace public », Association Émulsion. https://www.emulsion-photos.com/penser-l-égalitée/filles-et-garçons-dans-l-espace-public/ [consulté le 04/09/2019].

Naceur F., 2017, « Des femmes dans l’espace public. Places et jardins à Batna », Les Annales de la recherche urbaine, no 112, p. 107-115. http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/aru112-10.pdf [consulté le 04/09/2019].

ONS, 2011, Armature urbaine. Collections Statistiques no 163/2011, Série S : Statistiques sociales, Ve Recensement général de la population et de l’habitat 2008 (résultats issus de l’exploitation exhaustive).

Oppenchaim N., 2012, « Pourquoi et comment favoriser la participation d’adolescents de ZUS à une recherche sur leurs mobilités urbaines ? », Carnets de géographes, 3 | 2012. http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_terrain/terrain_03_03_Oppenchaim.php consulté le 04/09/2019].

Paquot T., 2005, « Les enfants dans la ville », Diversité, no 141, p. 59-63.

Ramadier T., Depeau S., 2010, « Approche méthodologique (JRS) et développementale de la représentation de l’espace urbain quotidien de l’enfant », p. 61-74, in Danic I., David O., Depeau S. (dir.), Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Ramos E., de Singly F., 2016, « La construction d’un espace “à nous” : la mobilité spatiale à l’adolescence », Les Annales de la recherche urbaine, no 111, p. 58-67. http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/ARU111-04.pdf [consulté le 04/09/2019].

Raynal M., 1996, « Avant-propos », Lire & savoir, numéro hors-série « Lire la ville ».

Rivière C., 2016, « “Les temps ont changé”. Le déclin de la présence des enfants dans les espaces publics au prisme des souvenirs des parents d’aujourd’hui », Les Annales de la recherche urbaine, no 111, p. 6-17. http://www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/ARU111-00.pdf [consulté le 04/09/2019].

Semmoud N., 2011, « La ville rend libre ? L’urbanité au féminin dans le Maghreb », Égypte/Monde arabe, 9 | 2012, p. 37-54. https://journals.openedition.org/ema/2991 ; DOI : 10.4000/ema.2991 [mis en ligne le 12/12/2012 ; consulté le 04/09/2019].

Thomas [M.C.] J., Bouquiaux L., 2011, « Haudricourt, un marginal philosophe antiphilosophe », le portiQue, 27 | 2011, document 1. http://journals.openedition.org/leportique/2530 [mis en ligne le 04/08/2013 ; consulté le 04/09/2019].

Vinet E., 2015, Non-mixité dans les structures socio-éducatives et de loisirs. De l’injonction aux expériences, communication à la Journée d’études « Mixité » du DIM GID (Genre, Inégalités, Discriminations) de la région Île-de-France, cité in Blanchard S. et Hancock C.

Wallerstein I., 2008, L’Universalisme européen. De la colonisation au droit d’ingérence, Paris, Demopolis [trad. P. Hutchison].

Weber M., 1982, La Ville, Paris, Aubier Montaigne [trad. de l’allemand et introduit par P. Fritsch, préface de J. Freund].

Les Enfants du vent, de Brahim Tsaki, 1980 :
http://www.algeriades.com/brahim-tsaki/article/les-enfants-du-vent-de-brahim
http://www.algeriades.com/brahim-tsaki-%D8%A8%D8%B1%D8%A7%D9%87%D9%8A%D9%85/article/brahim-tsaki

Haut de page

Notes

1 Cette date marque, avec l’occupation et la colonisation françaises, le début de la mutation de la société algérienne de majoritairement rurale à majoritairement urbaine ; ce processus s’accélérera lors des premières années de l’Indépendance en 1962.

2 À Oran, l’enquête a été réalisée pour le compte de l’UNICEF Algérie et l’association Santé Sidi el Houari (SDH) implantée à Sidi el Houari (l’un des trois quartiers concernés par l’enquête). Un premier compte-rendu de cette enquête a donné lieu à une contribution à la revue SpécifiCité (Lakjâa, 2015). À Aïn Temouchent, l’enquête a été menée dans le cadre de la thèse de doctorat en Sociologie de A. Lachelache, soutenue à l’Université d’Oran en décembre 2017.

3 En Algérie, les quartiers populaires sont souvent assimilés aux violences urbaines. L’accusation selon laquelle les populations qui habitent ces quartiers sont sources de violences urbaines sert à les stigmatiser. Il s’agit en fait d’un processus de fabrication du berrani [l’étranger] qui signifie, dans le contexte algérien, celui qui n’appartient pas à la famille, ou à la haouma, ou même à la ville et qui fait l’objet d’une altérisation. Cette discrimination s’abat sur les néo-urbains de condition socio-économique modeste. À la différence de la situation française, où les quartiers populaires sont souvent assimilés aux familles immigrées, ici, ils ont souvent été dans un passé proche des bidonvilles ou encore des zones d’habitat informel que la dynamique urbaine a fini par intégrer dans la ville formelle. Aussi la question de la temporalité s’avère-t-elle pertinente (Clerc, 2010 ; Lakjâa, 2008).

4 Cette ressemblance ne se limite pas seulement aux représentations de l’espace public chez les uns et les autres mais relève aussi d’un esprit de défiance à l’égard des autorités, ainsi que le montre A. Bouchaala (2012).

5 Durant les années 1960 et 1970, à l’approche des grandes vacances scolaires, les enfants le fabriquaient avec une planche de 50 à 60 cm² et trois roulements à billes, deux à l’arrière et un à l’avant pour la direction assurée par le jeu des pieds. Le karikou se joue toujours à l’extérieur, au moins à deux ou à trois, puisqu’il faut se faire pousser par les copains. Quand un enfant n’avait pas droit au vélo ou aux patins à roulettes, il était heureux avec son karikou.

6 Le philosophe de la ville T. Paquot écrit à ce propos (2005) : « Car voici le point clé du problème : le bonheur ne se décrète pas, il résulte d’une curieuse alchimie, qui puise ses ingrédients aussi bien dans la vieille ville, cabossée, dépenaillée, lépreuse, que dans la cité-jardin impeccablement taillée ou la “résidence privée” au crépi ocre qui rappelle les vacances et le mas provençal… C’est la ville natale qui prime. Celle de votre enfance, celle que vous évoquez avec émotion et nostalgie. Celle de vos découvertes et de vos rencontres, de vos peurs et de vos rêves. Existe-t-elle ? ».

7 Le cinéaste algérien B. Tsaki (1980) a rendu compte de ce monde enchanté des enfants, de leur imagination et de la puissance de leurs rêves à travers son long métrage Les Enfants du vent. « Dans ce film en trois tableaux et en noir-et-blanc, le cinéaste observe avec tendresse les jeux de l’enfance. Qu’il s’agisse de ceux de Sidi Yacoub qui s’exercent à créer des mécaniques à partir de matériaux de récupération (La Boîte dans le désert), d’un jeune vendeur de roses de sable face aux promesses du poste de télévision (Djamel au pays des images) ou d’un petit garçon qui vend des œufs dans les bars et découvre une autre face du monde des adultes et de l’alcool (Les Œufs cuits), le film nous introduit, sans paroles, dans le dénuement et la solitude, mais aussi dans les jeux et les ressources mises par les enfants à vivre et protéger leurs rêves, dans un monde d’adultes qui ne leur fait pas de place » ; voir Sitographie en fin d’article.

8 Nous entendons par « jeux informels » ceux qui se déroulent selon des règles élaborées spontanément par les enfants eux-mêmes, tandis que, dans les jeux « réglementés », les règles leur sont imposées de l’extérieur.

9 Le terme de haouma traduit l’esprit communautaire qui lie entre eux les habitants d’un quartier ou d’un sous-quartier, qui peut parfois s’étendre sur une ou deux rues adjacentes ou perpendiculaires, ou encore parallèles.

10 Ce phénomène, qui inquiète fortement l’opinion publique, a été signalé dans plusieurs régions du pays. Si les hypothèses qui cherchent à l’expliquer sont nombreuses, telles le trafic d’organes, les demandes de rançons, la sorcellerie, etc., aucune ne semble, du moins pour l’instant, avoir été retenue par la Police ou la Justice.

11 Pour les Oranais, les trois quartiers en question représentent le bastion de la rodjla, un « mixte » de virilité et de machisme, qui est au centre de l’identité oranaise. Cette image est indissociable de la notion de quartier populaire.

12 Notre interprétation peut sembler paradoxale au vu de ce résultat. Il convient toutefois de rappeler que la majorité statistique que le tableau indique doit être relativisée par le fait que les enfants/adolescents enquêtés sont encore à l’école ou sont passés par l’école, qui les a « formés » à l’idée que la mixité « va de soi ». C’est pour cette raison que nous avons considéré que les 43 % de réponses qui se prononcent contre la mixité (en 2012) sont plus significatives, dans un pays qui s’est targué d’être le plus moderne, le plus industrialisé, voire le plus occidentalisé de tout le monde arabe, que les 55 % de réponses positives.

13 Cette détermination des rapports sociaux entre les sexes par les espaces de socialisation semble devoir expliquer l’inauguration de salons de thé et de cafés exclusivement réservés à la seule clientèle féminine, comme il a été rapporté par la presse nationale voilà déjà quelques années pour la ville de Constantine, à l’est du pays. Le phénomène semble s’étendre à d’autres wilayas puisque, tout récemment, en février 2018, il a été fait état de l’inauguration à Mascara, une ville de l’ouest du pays, d’une cafétéria réservée exclusivement aux femmes (Le Quotidien d’Oran, no 7069, 17/02/2018, édition nationale).

14 Cette date marque le début de la Guerre civile en Algérie, dont les causes principales ne se limitent pas aux seuls aspects de la répartition inégale des richesses, mais renseignent aussi sur les enjeux culturels du conflit des rationalités opposant le courant moderniste/occidentalisant au courant conservateur/traditionnalisant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdelkader Lakjâa et Amaria Lachelache, « En Algérie, quand les enfants jouent, la société se dévoile », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 04 septembre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1746 ; DOI : 10.4000/emam.1746

Haut de page

Auteurs

Abdelkader Lakjâa

Professeur, Sociologue-Anthropologue, Université d’Oran 2, Algérie

lakjaa2016abdelkader@gmail.com

Articles du même auteur

Amaria Lachelache

Enseignante vacataire, Sociologue-Anthropologue, Université d’Oran 2, Algérie

lachelache27@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page