Navigation – Plan du site

Du patrimoine au Liban-Sud : le château de Šaqyf/Beaufort, entre ressources et conflits

Heritage in South Lebanon: the Castle of Šaqyf/Beaufort, between Ressources and Conflicts
Zara Fournier

Résumés

Cet article questionne les modalités de distinction et de mise en scène de lieux au Liban-Sud, région oscillant entre conflits et post-conflits, en prenant l’exemple du château appelé « château de Šaqyf/Beaufort ». Les ruines de cette construction, occupées pendant 18 ans par l’Armée israélienne, ont fait l’objet d’un projet de patrimonialisation de la part du ministère de la Culture libanais visant non seulement à mettre en scène son histoire, mais aussi à en faire un moyen de dépasser le conflit. Mais, en réalité, tant la pluralité d’images et de discours produits par la nébuleuse d’acteurs agissant autour du lieu que les rapports de force entre eux pour l’appropriation du site montrent que le château et sa visibilité induite par le projet de réhabilitation sont en réalité autant d’outils pour mettre en scène des appartenances et des identifications concurrentielles, dans un contexte territorial instable. Dès lors, qualifier le château de Šaqyf/Beaufort de « patrimoine » permet aussi de mettre sous le boisseau, de rendre inaudibles et d’occulter les revendications et les mémoires concurrentes du lieu, notamment celles des Palestiniens, faisant ainsi du patrimoine un outil de continuation du conflit.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Mouvement politique libanais fondé en 1992 par le général Michel Aoun. Ce dernier, chrétien maronit (...)
  • 2 L’appellation Šaqyf renvoie à la désignation du château aussi bien par nos interlocuteurs arabophon (...)

1Le 25 mai 2017, le Courant patriotique libre1 publie, sur son compte Tweeter, une photographie du château de Šaqyf/Beaufort2 prise dès le lendemain du retrait israélien du Sud-Liban, le 25 mai 2000. Cette photographie portait la légende suivante : « Le 25 mai, le jour où l’Histoire écrit que le Liban est le pays de la Résistance » (Fig. 1). Au premier plan, les ruines du château, perchées au sommet d’une colline à côté du village d’Arnoun, surplombent les plaines du territoire que l’Armée israélienne occupa de 1982 à 2000. Sur l’une des tours, les couleurs rouge et blanche du drapeau libanais attirent l’œil. L’image du château, choisie pour commémorer la « journée de la Libération » en cette année 2017, circule sur les réseaux du parti politique. Mais le jour-même, aucune festivité n’est prévue sur place, et les pierres du château, dont les travaux de réhabilitation sont officiellement terminés depuis janvier 2015, sont marquées par les graffitis de visiteurs, libres d’aller et venir sur le site. Ce constat est révélateur de la position ambivalente du château : un lieu mis en images, en circulation et médiatisé par une pluralité d’acteurs, mais dont la portée symbolique contraste avec l’état actuel du site.

Figure 1. Post Tweeter du Courant patriotique libre (CPL).

Figure 1. Post Tweeter du Courant patriotique libre (CPL).

Source : Compte Tweeter du CPL, 2017.

  • 3 L’appellation ǧabal āmil renvoie au territoire devenu le Liban-Sud en 1920, même si elle persiste j (...)
  • 4 Le mandat initial de la FINUL consistait à « confirmer le retrait des troupes israéliennes du Sud d (...)
  • 5 Entretien avec le responsable de la Direction générale des Antiquités pour la région Liban-Sud.

2Le Liban-Sud est une région de conflits récurrents (Jaber, 2007). Elle fait l’objet de disputes, depuis plusieurs siècles, entre protagonistes variés – Croisés, Ayyoubides, Ottomans, familles féodales chiites de la région du ǧabal āmil3, etc. –, du fait de sa position stratégique au carrefour entre la Syrie, le Liban, ainsi que, plus récemment, entre la Cisjordanie puis les territoires occupés de la Palestine et l’État hébreu. À la fin des années 1960, l’arrivée de combattants palestiniens sur le territoire du Liban-Sud sert de prétexte à l’invasion et à l’occupation – de 1978 à 2000 – de cette partie du territoire libanais par l’Armée israélienne. Cette période voit l’exil d’une partie notable de la population qui y vit, du fait des destructions matérielles et des exactions sur les personnes qui accompagnent l’occupation. Pendant cette période, l’activité économique de la zone frontalière est aussi affectée et reconfigurée en direction d’Israël ; en effet, l’État hébreu exploite la situation économique et sociale sinistrée de la région et instrumentalise la donnée communautaire en offrant des services sociaux et de santé à certains habitants du Sud et en octroyant des permis de travail aux populations restées sur place et contraintes d’accepter la présence de l’occupant (Beydoun, 1992). Parallèlement, l’économie de la région est progressivement étouffée, les denrées produites dans le Sud ne pouvant ni entrer en Israël, ni être distribuées sur le reste du territoire libanais. Dès 1978, l’ONU décide de la création d’une force spéciale, la FINUL, dont le mandat, initialement temporaire, se prolonge jusqu’à aujourd’hui4. En bref, le Liban-Sud se retrouve coupé du reste du Liban tout comme celui-ci est amputé de son Sud. Depuis le retrait israélien en mai 2000, la région vit une situation de post-conflit, pendant laquelle « différentes temporalités du changement » s’entremêlent (Gervais-Lambony, 2003, p. 81-98), entre tentative de réintégration à l’entité nationale libanaise, reconstruction matérielle de la région et développement foncier, et temporalités des usages et des représentations, marquées par les résurgences de l’occupation. Dans ces conditions, l’entité territoriale dénommée « Sud » représente un espace aux limites variables, où, à l’instar de l’espace post-yougoslave étudié par C. Blondel (2016), le « normal » est vécu à la fois comme passé et comme aspiration et où « nous » et « les autres » sont des entités aux contours plus ou moins fixes (Blondel et al., 2015, p. 7-34). Or, dans ce cadre où fluidité et instabilité sont la norme, le projet de réhabilitation du château de Šaqyf/Beaufort, envisagé au lendemain quasi immédiat du retrait israélien, par le président de l’époque, Émile Lahoud, se devait d’être un symbole de l’indépendance du Liban (Volk, 2008, p. 291-314) et de son unité désormais reconquise. Finalisé en 2015, ce projet est chargé, pour remplir les objectifs fixés, de faire en sorte que le château réhabilité « raconte une histoire nationale et pas une histoire politique »5. Comment le conflit et l’occupation israélienne ont-ils alors influencé le processus de mise en scène territoriale dont le château de Šaqyf/Beaufort serait l’emblème ? Comment les acteurs de cette mise en scène ont-ils « mobilisé » le château et quels ont été les effets de cette entreprise ? C’est à ces questions que nous tenterons de répondre dans les développements qui suivent.

3Le patrimoine et le processus de patrimonialisation qui le produit nous serviront de prisme pour analyser les reconfigurations socio-spatiales d’un territoire en situation de post-conflit. Si plusieurs auteurs ont mis en avant le lien intrinsèque entre histoire, mémoire et espaces (Halbawchs, 1994 ; Nora, 1992), il convient de considérer aussi le fait que les situations conflictuelles entraînent la reconfiguration de ces liens, car dans de tels contextes, l’enjeu que représente le patrimoine en tant qu’expression des rapports de pouvoir et de domination est exacerbé (Veschambre, 2008). Si, comme l’écrit Rautenberg (2010, p. 2), « la notion est couramment associée à celle de ressource, de bien commun, de régulation », je souhaite – tout en partageant la position de cet auteur – utiliser le terme dans une acception plus large, qui le considère comme un processus de sélection, de reconnaissance, et de (re)qualification d’éléments, d’espaces et de temporalités, opérations effectuées via le marquage et la distinction de traces par les acteurs divers de la patrimonialisation (Veschambre, 2008 ; Bondaz et al., 2012, p. 9-22). Ajoutons que parler du patrimoine « revient à parler non seulement de choses […] mais également d’une certaine manière d’entretenir et de se représenter ces objets que l’on qualifie de patrimoniaux » (Bondaz et al., 2012, p. 9-22). C’est ainsi qu’il est possible de replacer au cœur de notre démarche la question des temps et des rythmes, dimensions essentielles dans des situations de conflits. Un conflit ouvert entraîne en effet des absences – de personnes, de rythmes, d’infrastructures –, des destructions et des occultations (Rousso, 2016), mais il laisse aussi des traces.

4En quoi ces traces produisent-elles de nouveaux espaces-temps qui sont alors marqués, désignés en tant que patrimoine (Partie 1) ? Ce dernier, présenté par les « entrepreneurs patrimoniaux » (Rautenberg, 2003) comme un moyen de dépasser le conflit et la mémoire de l’occupation (Partie 2) serait en réalité un lieu de mémoires concurrentielles et susceptible de raviver des frictions entre les parties en concurrence. Il deviendrait par là-même un instrument de prolongation du conflit, notamment parce que le lieu est aussi l’expression de manques générés pendant la période d’occupation et à son issue (Partie 3).

Le château de Šaqyf/Beaufort sous l’occupation israélienne : une ressource militaire

  • 6 Pour des précisions concernant le déroulé de l’occupation israélienne du Liban-Sud, voir Beydoun, 1 (...)
  • 7 Le château de Beaufort relève d’abord du royaume de Jérusalem, l’un des États latins (ou francs) cr (...)

5La période de conflits qui s’est étendue de 1975 à 20006 a re-consacré l’importance stratégique du fort et l’a établi comme une ressource pour plusieurs catégories d’acteurs, alors pourtant que le lieu avait été délaissé depuis le milieu du XIXe siècle. Si la fondation précise du château n’est pas datée, plusieurs historiens retiennent l’année 1139 comme celle de sa prise par les Croisés. Jusqu’en 1837, date à laquelle un violent tremblement de terre ébranle les fondations du château, tous les occupants successifs du fort7 se l’approprient pour sa position géographique stratégique, en surplomb de la vallée du Litani (Liban-Sud et partie septentrionale d’Israël). Chaque occupant marque alors son passage de nouvelles extensions (Grussenmeyer, Yasmine, 2003) et le nom arabe du château, Šaqyf, sert d’éponyme à la région qui l’environne. Après le tremblement de terre et les destructions qui en découlent, le fort est abandonné jusqu’au début des années 1960, quand les combattants palestiniens du Fatah s’approprient le lieu et en font l’épicentre de leurs combats contre l’Armée israélienne.

Tsahal à Šaqyf : occuper le château pour asseoir sa domination

  • 8 Les accords du Caire, accords secrets, furent signés entre les délégations libanaises et l’Organisa (...)
  • 9 L’Armée du Liban arabe est une milice fondée par le lieutenant Ahmad el Khatib en 1976, suite à ses (...)
  • 10 « Au cours d’un accrochage entre l’ALA et d’autres militaires, les Israéliens bombardent Beaufort e (...)

6Si l’arrivée de réfugiés palestiniens au Liban-Sud commence dès le lendemain de la Nakba en 1948, les guerres israélo-arabes de 1963 et 1967 et les accords du Caire de 19698 favorisent l’arrivée des combattants armés de l’Organisation pour la Libération de la Palestine (OLP). Il en résulte « un déplacement du conflit israélo-palestinien vers le Liban-Sud » (Seguin, 1989). Après le début de la guerre civile au Liban, en février 1976, plusieurs groupes de l’OLP aidés par les milices armées de partis progressistes libanais, s’emparent du château d’où ils concentrent leurs tirs contre l’Armée israélienne, faisant ainsi de Beaufort une ressource stratégique et militaire de première importance pour atteindre leurs objectifs. Jusqu’en 1982, les échanges de tirs et les combats font régulièrement rage entre l’armée israélienne, l’OLP et l’Armée du Liban arabe9. Pendant cette période, les villages environnants, notamment Arnoun, Marjeyoun, Kleyaa et Khiam, sont disputés par les différents groupes armés en présence et subissent bombardements et destructions10. Ces combats concentrés autour du château provoquent certes destructions et déplacements forcés pour la population locale, mais ils n’en contribuent pas moins à ce que certains partis politiques libanais et populations des camps palestiniens construisent des récits et des imaginaires autour de la Résistance palestinienne.

  • 11 Le Front national de la résistance libanaise est une alliance de partis de gauche libanais et pales (...)
  • 12 Le livre d’Ali Mazraani, activiste de Nabatiyeh, Catalogue de Jabal Amel. Liban-Sud, recueille et é (...)

7En effet, dès l’installation des forces de l’OLP au château en 1976, celui-ci devient l’objet d’une production écrite et imagée qui le constitue rapidement en un emblème du combat et de la résistance palestiniens. Les affiches politiques de l’époque, éditées par le Parti Communiste Libanais (Fig. 2), le Front national de la résistance libanaise11 ou encore l’OLP, associent l’image du château à celles de fusils et de combattants mais aussi aux notions de Sumwud [Résistance] et de Naṣr ḷntiṣār [Victoire]. Deux batailles entre combattants de l’OLP, leurs alliés et l’Armée israélienne font date, celle du 19 août 1980 et celle de juin 1982, appelées l’une comme l’autre « Bataille du Château de Šaqyf ». Lors de ces deux affrontements, une importante production d’images accompagne leur large couverture par les médias, lesquels relatent en détail les affrontements armés. Les affiches politiques mettant en scène, en ces occasions, le château, font figurer des sous-titres et des mots d’ordre tels que tels que « Šaqyf, le château de la résistance », « Gloire aux héros du Château de Šaqyf, symbole de la Résistance libanaise et palestinienne12 ». À titre d’exemple, le magazine de l’OLP, Falesṭyin ālṯwura [La Palestine Résistante], illustre la couverture de son édition du 25 août 1980 d’une photographie du château avec, en gros titre : « Šaqyf vaincra ». Le château est donc associé à plusieurs événements qui en font un symbole du combat palestinien, mais aussi des partis libanais laïcs et de gauche, alliés à l’OLP. Ceux-ci lui attribuent en effet de grandes valeurs, puisqu’il incarne à leurs yeux les hauts faits de la résistance armée, en même temps qu’il matérialise un horizon d’attente, celui de la victoire finale.

Figure 2. Le château mis en images dans une affiche du parti communiste libanais.

Figure 2. Le château mis en images dans une affiche du parti communiste libanais.

Source : Zeina Maasri, signsofconflict.com.

8Malgré la prise d’Arnoun et du château par l’Armée israélienne au terme des affrontements de juin 1982, l’un et l’autre n’en n’ont pas moins continué à représenter la « Résistance » et « la Victoire » pour les combattants de l’OLP. Les combats qui ont eu lieu au long de cette année-là, et notamment la « Bataille finale » qui a cédé le fort à l’Armée israélienne, ont en effet favorisé, de la part de ces combattants, la naissance de mythes et la « fabrication » de héros (Al Taher, 2015, p. 146-155), mais ils sont aussi commémorés individuellement par nombre de ceux qui y ont participé.

  • 13 Voir Kamm H., « Captured Castle is visited by Begin », New York Times, 08/06/1982.

9Tsahal, quant à lui, fait du château un enjeu de pouvoir et de domination territoriale. Une fois le château pris et occupé, il est l’objet d’une mise en scène médiatique bien orchestrée de la part des autorités israéliennes. La première opportunité consiste en la visite du site que fait M. Begin, alors Premier ministre d’Israël, pour y rencontrer A. Sharon, à l’époque ministre de la Défense, et à ce titre, principal initiateur et organisateur de l’opération Paix en Galilée (1982) qui provoque l’invasion du Liban par l’Armée israélienne. Le caractère symbolique de la rencontre et du lieu choisi est relevé par plusieurs médias. Le New York Times, par exemple, compare à cette occasion l’intérêt du site du château à celui du plateau du Golan, « un endroit stratégique duquel les ennemis [syriens, en l’occurrence] observaient et menaçaient leurs villes et colonies [israéliennes] » et qui, pour cette raison, fut pris et occupé par l’Armée israélienne pendant la guerre des Six Jours (juin 1967)13. Le parallèle avec le Golan est aussi souligné par un groupe de touristes israéliens venus visiter le château en 1982. Ces touristes, filmés par E. Saïd dans son documentaire Shadow of the West (1986), argumentent sur le fait que Beaufort, à l’instar du plateau du Golan, serait stratégique, car même si ni l’un ni l’autre n’appartiennent au territoire de l’État hébreu, ils n’en seraient pas moins indispensables à sa survie. Quant aux habitants d’Arnoun qui ont vécu cette période, ils nous décrivent, à l’occasion des entretiens que nous avons eus avec eux, l’arrivée régulière de cars de touristes venus pour visiter le château, sous la surveillance et la protection de l’Armée israélienne, pendant les premières années de l’occupation du fort. Ces pratiques et le marquage du château par la venue de personnalités politiques israéliennes sont révélateurs de l’enjeu d’image et de pouvoir qu’il représente pour les Israéliens : il s’est agi pour eux de se réapproprier par les armes, mais aussi par l’image, un lieu symbolique de la résistance et du combat palestiniens.

La « première libération » du château : un « événement spatial »

  • 14 L’expression est d’un participant à la manifestation (entretien du 17/08/2016).
  • 15 Amal est une milice politique chiite fondée en 1975 et issue du « Mouvement des Déshérités » impuls (...)
  • 16 Selon S. Mervin (2006), la Ḥusainya est, historiquement, un « lieu de culte chiite où se tiennent l (...)

10L’occupation israélienne du site se prolonge jusqu’au 25 mai 2000, date à laquelle l’Armée israélienne se retire du territoire libanais. Mais, auparavant, le 26 février 1999 plus exactement, un événement survient à Arnoun, le village voisin du château, qui mobilise une nouvelle fois son image comme emblème et symbole de revendications portées par plusieurs groupes politiques et sociaux. Plusieurs de mes interlocuteurs originaires d’Arnoun m’ont relaté que la présence des Palestiniens à Beaufort à partir du milieu des années 1970 avait déjà causé la fuite d’une partie de la population du bourg, qui s’était alors réfugiée dans les banlieues de la ville voisine de Nabatiyeh, ou même partie s’exiler à Beyrouth ou à l’étranger. Mais quand l’Armée israélienne envahit le château en 1982, elle n’inclut pas le village avoisinant dans la zone d’occupation ; ce n’est qu’en janvier 1999 qu’Israël décida subitement de l’annexion du village – afin, selon elle, d’agrandir sa « zone de sécurité » –, cernant ainsi Arnoun de barbelés et emprisonnant, de fait, les quelques habitants restés au village. La matinée du 26 février 1999, des militants appartenant à des collectifs politiques de gauche – dont de nombreux étudiants –, partis de Beyrouth en protestation de cet élargissement, se rassemblèrent devant les barbelés encerclant le village pour protester contre l’occupation israélienne. Ce qui devait être « une petite manifestation »14 se transforme rapidement en un événement médiatique avec l’arrivée d’agences de presse internationales lorsque le cortège de manifestants parvient à briser les barbelés environnant le village; par la suite et en l’espace de quelques heures, de nombreux habitants des villes et des villages alentour – dont des ressortissants d’Arnoun à Nabatiyeh – se joignirent à l’événement, dont beaucoup portaient les couleurs, les sigles et les drapeaux du mouvement Amal15, et « libérèrent » les quelques habitants restés au village. La présence, en masse, des militants et des sympathisants d’Amal dans le cortège des manifestants pour « briser les chaînes » d’Arnoun, selon l’expression employée par la Ḥusainya16 de Nabatiyeh, est certainement significative de l’assise populaire de ce parti au sein de la population de la région pendant l’occupation israélienne. En effet, à cette époque, comme le rappelle A. Beydoun (1992), « la population s’identifiait beaucoup plus à Amal qu’au Hezbollah qui était beaucoup plus isolé au niveau populaire ». Et si le Parti de Dieu conduisait, à la fin des années 1990, la majorité des opérations de résistance contre l’Armée israélienne, Amal disposait toujours d’un ancrage social beaucoup plus solide que lui.

  • 17 Voir « Allô maman ? Nous avons libéré Arnoun ! », Courrier International, 07/01/2005.

11Les médias et les journalistes, les étudiants présents sur place le 26 février témoignent de scènes de liesse et de réjouissances collectives : « Fadi et Antoine poursuivent l’histoire de la reconquête. “Le moment où nous avons pénétré dans Arnoun était magique. Il flottait dans l’air un parfum de folie. Les gens du coin pleuraient de joie, ils criaient : Vive la jeunesse ! Vive nos enfants ! Les hommes applaudissaient, les femmes poussaient des youyous, tout le monde avait les larmes aux yeux. C’était une atmosphère de folie collective »17. Si le village est repris et de nouveau annexé au territoire occupé par Tsahal quelques jours plus tard et le demeure jusqu’au retrait définitif de l’Armée israélienne le 25 mai 2000, cette action politique estudiantine relayée par les habitants et les partis politiques locaux est représentée comme une « Libération » par mes différents interlocuteurs et dans les médias.

12L’engouement populaire ainsi suscité, mais aussi la couverture médiatique et la tournure politique que prend l’événement, font de cette « Libération » un événement à la fois historique et spatial. Historique, l’évènement l’est en ce que ce jour instaure une rupture : il y aura désormais un avant février 1999 et un après, cette date devenant ainsi un référent temporel pour les habitants d’Arnoun, mais aussi pour les acteurs de la patrimonialisation du fort qui m’ont évoqué cet épisode à plusieurs reprises. Par ailleurs, la date du 26 février devient jour de commémoration lorsque, en février 2014, un panneau est érigé à l’entrée d’Arnoun rendant hommage au cheikh Abd el Hussein Sadek (un membre du clergé chiite de Nabatiyeh) qui « chassa l’occupant du village d’Arnoun le 26 février 1999 ». L’écriteau mentionne également le château, qui serait un symbole de « liberté et de dignité ». Cet acte commémoratif, à l’initiative de la municipalité d’Arnoun, témoigne certainement de la récupération de cet événement par les acteurs locaux et de l’inscription d’une mémoire particulière, celle portée par la municipalité d’Arnoun, sur la place publique du village. En effet, les étudiants venus de Beyrouth, pourtant premiers instigateurs de cette « libération », n’ont pas leur place sur la plaque commémorative. Le 26 février 1999 est aussi un événement spatial car, pour la première fois en 22 ans d’occupation, l’emprise territoriale de l’Armée israélienne sur le Liban-Sud est directement remise en cause ; c’est précisément ce message qui est diffusé par les images d’Associated Press (AP) sur les ondes mondiales, mais aussi par les films et les images produits par la Ḥusainya, ou encore par les médias diffusés localement. Et qu’importe si l’Armée israélienne reprend le contrôle de ce territoire une semaine après l’événement, le 26 février 1999 devient malgré cela la date de ce qui est vu comme un grand échec territorial de l’Armée israélienne, Arnoun intégrant en conséquence la carte imaginaire des villages « résistants » à Israël.

  • 18 L’expression ici reproduite est celle dont usent les personnes interviewées ; elle ne préjuge pas d (...)
  • 19 Selon la formulation inscrite sur la stèle commémorative de l’événement à l’entrée d’Arnoun.
  • 20 D’après la terminologie employée par la Ḥusainya dans le documentaire qu’elle a produit sur l’événe (...)
  • 21 Film Et les chaînes se sont brisées [ānkasara alquywud], 2010, Ḥusainya de Nabatiyeh.
  • 22 Ibid.

13Les récits et images produites autour de cet événement associé au château sont variables en fonction de leurs producteurs (mouvement Amal, habitants de Arnoun, habitants de Nabatiyeh, Ḥusainya, etc.), mais, quels qu’en soient leurs auteurs, ils instituent le fort comme symbole de la libération et de la résistance « des gens du Sud »18 – pour reprendre une expression employée par la Ḥusainya dans le film qu’elle a réalisée sur le 26 février 1996 Et les chaînes se sont brisées –, autour de mots d’ordre et de valeurs. Ainsi sont évoqués « les fils d’Arnoun »19 venus libérer « la fiancée du Sud »20 – métaphore employée pour désigner le château –, laquelle désignation « Sud » représente des entités territoriales variées, allant de la région « Sud » au territoire national « Liban ». Ces expressions témoignent de la revendication d’une affiliation et d’une appartenance territoriale par des institutions politiques et religieuses comme peut l’être la Ḥusainya de Nabatiyeh, mais ce sont aussi des éléments de langage commun utilisés par mes interlocuteurs lorsqu’ils relatent l’événement. Il s’opère aussi, avec ces expressions, un changement d’échelle : le château de Šaqyf/Beaufort se transmue en « symbole du Sud »21, dans le temps où les habitants du village d’Arnoun sont érigés en représentants du « Liban tout entier »22.

14Beaufort, pendant la période de conflits et d’occupation israélienne du territoire du Liban-Sud, est donc le lieu d’une succession d’événements qui, à la fois, laissent des traces sur le site et en font aussi une ressource disputée – donc concurrentielle – par les acteurs du conflit en présence. Ces événements ponctuels, mais aussi, plus largement, toute la période contemporaine où des conflits aux enjeux très larges ont pris le château dans leurs filets, ont eu des effets notables sur le château de Šaqyf/Beaufort, liés à la phase de sortie du conflit et de la période post-occupation israélienne : le château comme symbole de l’occupation et de la réunification nationale sera en effet le principal argument pour justifier de la mise en œuvre d’un important projet de réhabilitation in situ. Ce projet, présenté par ses concepteurs comme moyen de dépasser le conflit et de s’engager dans la voie de la réconciliation, s’avère toutefois, à l’analyse, l’arène où se déploient des rapports de force pour dominer le fort, devenant par là-même le lieu d’expressions de réminiscences à la fois de la période d’occupation israélienne et de conflits non encore résolus.

Réhabiliter pour dépasser l’occupation israélienne et réunifier le territoire ?

Le château pour l’État libanais : une injonction à la réunification du territoire national

15Lorsque l’Armée israélienne entreprend son retrait du Liban-Sud entre le 23 et le 25 mai 2000, elle opère la destruction de ses installations et de son équipement militaire, laissant ainsi un château à l’état de ruines, ses murailles réduites à de simples éboulis. Compte tenu des conditions du retrait israélien – une décision unilatérale et non négociée avec l’État libanais –, le président de la République, É. Lahoud, décide de ne pas redéployer l’Armée nationale au Liban-Sud. Mais, à la fois pour marquer le retour à l’intégrité territoriale et aux fins de restauration de l’autorité de l’État, il engage plusieurs mesures symboliques. Ces mesures participent d’une politique patrimoniale et mémorielle qui vise, selon L. Volk (2008), à « soutenir l’image d’une communauté nationale unifiée » et à construire « un espace symbolique qui guérirait les blessures de la guerre civile libanaise » (Volk, 2008, p. 291-314). Cette politique prend ici la forme de deux initiatives qui, si elles relèvent d’échelles très différentes, participent toutes deux à la construction d’un récit national dont le Château offrirait l’opportunité.

16La première de ces initiatives est engagée très rapidement après le retrait israélien du château. Le président Lahoud fait poser une stèle en marbre à ses abords pour célébrer la « Victoire » et la « Libération » de la région. Elle porte l’inscription suivante : « Le 24 mai 2000, la libération est proclamée sous l’ère du président le général Émile Lahoud » [trad. de l’Auteure] (Fig. 3).

Figure 3. Stèle en marbre commémorative de la libération posée à l’entrée de Beaufort.

Figure 3. Stèle en marbre commémorative de la libération posée à l’entrée de Beaufort.

Cliché : Z. Fournier, 2015.

  • 23 Les stèles commémoratives de Nahr el Kelb correspondent à des inscriptions sculptées dans les relie (...)

17Simultanément, le Président fit poser une exacte réplique de cette stèle dans la vallée de Nahr el Kelb, au nord de Beyrouth, qui est un lieu où les différents pouvoirs ayant occupé le territoire libanais ont successivement marqué leur présence et leur domination, depuis les Egyptiens jusqu’à la France mandataire23. Par ce marquage symbolique du lieu, l’histoire particulière du château de Beaufort, symbole de l’occupation israélienne mais aussi de la Résistance locale qui s’est opposée à elle, y compris par les armes, est inscrite dans l’histoire générale du Liban, que son Président cherche alors à incarner. L. Volk (2008), dont les travaux portent entre autres sur la patrimonialisation de Nahr el Kelb, a écrit à ce propos :

  • 24 « En érigeant son inscription à Beaufort, Lahoud n’a pas seulement marqué l’histoire de la libérati (...)

“By mounting his inscription of Beaufort, Lahoud not only marked the actual historical site of liberation but also symbolically attached Beaufort (read: the South with its largely Shi’i population) to Nahr el Kelb (read: the North, with Christian population) claiming that both were, literally and metaphorically, on the same page.”24

18Mais, selon elle, la stèle placée à Beaufort a été rapidement recouverte par des messages politiques qui témoignent d’une contestation forte de l’autorité de Lahoud et refusent de lui reconnaître le rôle qu’il s’attribue dans la libération du territoire. Ces mêmes graffitis proclament la domination régionale du Hezbollah et glorifient le mouvement pour être celui qui a rendu possible la « Victoire » contre Israël. Depuis cette époque, la stèle doit régulièrement être nettoyée, afin d’effacer les slogans qui contestent le Président Lahoud et mettent à mal sa légitimité. Mais la stèle est toujours là aujourd’hui, à l’entrée officielle du site. Elle trône entre deux autres stèles qui marquent l’une le début et l’autre la fin officielle des travaux de réhabilitation du château.

  • 25 Nous avons établi la chronologie du déroulement du projet de réhabilitation du Château en croisant (...)
  • 26 Entretien avec l’architecte en chef du projet, 23/01/2015.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid.

19La deuxième initiative patrimoniale prend la forme d’un projet de réhabilitation et d’aménagement du site du château, proposé par l’État libanais et dont la mise en œuvre s’étend de 2002 à 201525. C’est G. Salamé, alors ministre de la Culture, qui eut l’initiative du projet en 2001, avec la volonté de l’inscrire dans la continuité de l’action de valorisation voulue par le président Lahoud. La Direction générale des Antiquités (DGA) du ministère de la Culture prend alors en charge le projet qui, selon elle, doit « refléter les différentes périodes qu’a traversées le Château […] pour que tous puissent se l’approprier »26. Le projet doit aussi être un moyen de dépasser le conflit : « [Le Château] est un lieu où l’on apprend le passé, c’est une plateforme où l’on se parle autrement que par les armes »27. Ces objectifs se traduisent dans l’organisation et dans la scénographie pensées du site : en sus des vingt panneaux explicatifs conçus pour raconter les différentes étapes et occupations qui ont « construit » l’histoire du château, un soin particulier a été accordé à la mise en scène de la période de l’occupation israélienne, celle dont le château est emblématique. En effet, deux bunkers construits par l’Armée israélienne autour du château ont été conservés, dont l’un a été reconverti en un lieu destiné à l’accueil les visiteurs et en espace d’exposition (Fig. 4). Cette conservation des traces de l’occupation israélienne du fort doit refléter « la sauvagerie honnie de l’ennemi »28. Quant à la période précédente, celle de la présence des combattants du Fatah, elle est également mise en scène, avec la conservation de plusieurs graffitis de l’époque (Fig. 5) et d’un tunnel creusé dans les fondations du fort. Mais il s’est agi aussi, pour la DGA et les autres acteurs publics engagés sur le site, d’y rendre visible la période de la Libération : des « arbres de la Libération » furent ainsi plantés en 2016 par la municipalité d’Arnoun, tandis que, la même année, une « Journée nationale du château de Šaqyf » est organisée à l’occasion de la commémoration du retrait israélien le 25 mai.

Figure 4. L’occupation israélienne mise en scène.

Figure 4. L’occupation israélienne mise en scène.

Cliché : Z. Fournier, 2015.

Figure 5. Graffitis du Fatah.

Figure 5. Graffitis du Fatah.

Cliché : Z. Fournier, 2016.

20Ces deux initiatives peuvent être lues comme l’expression d’un « consensus patrimonial » affiché (Bondaz et al., 2013, p. 9-22), qui ferait du château, une fois réhabilité, un lieu d’apprentissage et de dialogue autour d’une histoire riche mais partagée, grâce à l’action patrimoniale.

  • 29 L’installation du mobilier n’est pas finalisée, le centre pour les visiteurs pas ouvert, les gardie (...)
  • 30 Le CDR, mis en place dès 1977 en pleine guerre civile libanaise, est l’institution chargée de la pl (...)
  • 31 Sur un budget total de 3,3 millions de dollars, 1,3 a été apporté par l’État (DGA et CDR) et 2 mill (...)
  • 32 Entretien avec un habitant d’Arnoun présent lors de la cérémonie, 25/01/2015.
  • 33 Responsable de la DGA pour la région du Liban-Sud, entretien du 18/01/2015, jour de l’inauguration (...)

21Malgré ses ambitions initiales, le projet a connu de sérieuses difficultés, financières et politiques, pour se concrétiser. De fait, son exécution s’est étalée sur une douzaine d’années (2002-2015), sans que, d’ailleurs, elle soit encore véritablement achevée aujourd’hui (fin 2016)29. Les complications bureaucratiques dont sont souvent victimes les actions de la DGA sont largement responsables de ce retard, le projet étant resté pratiquement bloqué jusqu’en 2007. À cette date, la DGA confie finalement la responsabilité du dossier au Conseil du développement et de la reconstruction (CDR)30, dont le fonctionnement est plus souple. Les financements que lui attribue l’État libanais s’avèrent cependant très vite insuffisants : le budget des travaux, initialement estimé aux alentours de 2 millions de dollars, a rapidement explosé, de telle sorte qu’il a fallu faire appel au Fonds de développement du Koweït, vite devenu le principal contributeur du projet31. Mais le rôle que joue ce Fonds est tout, sauf neutre, car il est, dans le contexte de l’époque, un allié objectif du mouvement Amal – le parti dominant dans le Liban-Sud en général et à Arnoun en particulier – et de son principal dirigeant, Nabih Berri, par ailleurs Président du Parlement. L’achèvement des travaux a d’ailleurs donné lieu, le 18 janvier 2015, à une cérémonie sur le site du Château, qui est une bonne illustration de ces relations de pouvoir. Elle s’est déroulée sous le patronage de Randa Berri, l’épouse de Nabi Berri, par ailleurs présidente de l’Association pour la préservation du patrimoine du Sud, en présence de nombreuses personnalités politiques. Plusieurs interlocuteurs qui ont assisté à l’événement nous ont fait part de leur regret « que l’on ait donné trop d’importance au politique et pas assez au culturel »32 ce jour-là, confirmant par ce constat l’enjeu de pouvoir que représentait une telle manifestation. Cette inauguration peut être analysée comme une consécration patrimoniale, dans la mesure où les acteurs qui y étaient présents y exprimaient de manière explicite, dans leurs discours, l’entrée du château dans une nouvelle ère patrimoniale : « À compter d’aujourd’hui le château de Šaqyf entre dans une nouvelle période de son histoire. C’est maintenant un lieu touristique et patrimonial dans la région de Nabatiyeh. Bravo au Sud, bravo à tout le Liban »33. « Patrimoine, ce n’est pas un nom, c’est un verbe » (Harvey, 2001, p. 327) qui est conjugué par plusieurs groupes politiques et sociaux pour négocier leur place, leurs pratiques et leurs représentations. Ces négociations se traduisent par des rapports de force dont Šaqyf/Beaufort est à la fois la scène et l’enjeu.

Le château de Šaqyf/Beaufort comme enjeu de pouvoir, ou la constitution d’une « arène patrimoniale »

  • 34 « Parti de Dieu » est la traduction littérale, en français, de la dénomination en arabe du Hezbolla (...)
  • 35 Entretien avec un membre de la municipalité d’Arnoun, 05/01/2015.
  • 36 Selon la définition que donne du mythe le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CN (...)
  • 37 Aucune source écrite n’existe à ce sujet.
  • 38 Voir à nouveau la définition du mythe, déjà signalée.

22Dès le lendemain du retrait israélien, le château de Šaqyf/Beaufort constitua un enjeu d’importance pour les acteurs politiques du Liban-Sud, qui mirent tout en œuvre pour créer en leur faveur un rapport de forces leur permettant de s’assurer l’appropriation du château et le contrôle de sa gestion. D’un côté, le Hezbollah : à cette époque, il fait figure de grand vainqueur, ayant par son action et le sacrifice de ses combattants gagné la bataille contre Israël et obtenu la « Libération » de la région (Mervin, 2007, p. 103-110). Fort de cette aura, il fait déployer sur le site du château drapeaux et oriflammes, ainsi qu’une grande banderole proclamant la « Date of the Ignonimous Departure 24/05/2000 » [« Date du départ innominé 24/05/2000 »]. Ainsi le Parti de Dieu34 veut-il afficher l’importance militaire du lieu, mais aussi sa valeur symbolique. Mais, par cet affichage, il exacerbe les tensions avec le mouvement Amal. De fait, pendant les premières années qui ont suivi le retrait israélien, une « bataille des drapeaux » a eu lieu entre les deux partis – une occasion de « [mettre] en évidence [leurs] rapports de pouvoir et [leurs] conflits » (Veschambre, 2007, p. 361-381) – pendant laquelle le château est successivement marqué par leurs emblèmes : « Eux (le Hezbollah) mettaient un drapeau, nous on en mettait un ; eux en mettaient deux, nous on en mettait deux ; ça a continué comme ça pendant quelques années, jusqu’à ce que les touristes arrivent »35. Si cette jouxte s’est arrêtée avec l’arrivée de visiteurs étrangers au château et l’avancement du projet de réhabilitation, Beaufort est bien, à ce moment-là, la scène d’un conflit partisan. Car, d’un autre côté, il y a Amal, un mouvement-parti dont le Liban-Sud constitue la principale base militante et territoriale. C’est sans doute grâce à cet ancrage historique que le rapport de forces tourne rapidement à l’avantage d’Amal, qui, depuis 2002, dispose d’une majorité au conseil municipal d’Arnoun. Il domine donc la scène politique locale mais aussi la gestion du projet patrimonial, lequel participe alors à la construction d’une certaine territorialité partisane et donne lieu à des discours « politisant les groupes et les territoires » (Avanza, Laferté, 2005, p. 134-152). C’est ainsi que plusieurs habitants, soit vivant à proximité du château, soit en charge de son entretien ou de sa gestion, m’ont relaté un événement qui, à leurs yeux et à ceux dont ils tenaient le récit, revêtait une grande importance politique et symbolique. Selon eux, en effet, N. Berri serait allé « [pour] sauver le château de Šaqyf/Beaufort des explosions israéliennes […] plaider sa cause auprès de J. Chirac et à l’Unesco ». Mais l’architecte en chef du projet est plus sceptique quant à l’authenticité de cette histoire, tant elle participe, pour lui, de la construction d’un mythe, à savoir une construction imaginaire qui est « une représentation idéalisée et parfois fausse concernant un fait, un homme, une idée et à laquelle des individus isolés ou des groupes confirment leur manière de penser, leur comportement »36. Je ne disposais d’aucun moyen pour savoir si, réellement, N. Berri avait rencontré J. Chirac ou s’était rendu en personne à l’Unesco, à Paris, pour solliciter de l’un et de l’autre une intervention afin de faire cesser les bombardements israéliens sur le château37. Mais, au bout du compte, que l’histoire soit vraie ou pas, peu importe, car les mythes ne se nourrissent pas de vérités : ce qui compte, c’est qu’elle m’a été racontée par différentes personnes en des occasions très diverses – cérémonie d’inauguration ; présentation de soi lors d’un entretien ; récit visant à rendre compte du projet de réhabilitation ; etc. –, mais où il était question à chaque fois pour mon interlocuteur de justifier l’importance occupée par Amal dans la gestion du site. C’est donc une histoire sans cesse réactivée au travers des discours, idéalisant Nabih Berri à travers son initiative supposée, cet homme, dirigeant d’un parti politique, auquel « des groupes confirment leur manière de penser, leur comportement »38. Quoi qu’il en soit, la force principale d’Amal procède, dans ce cas de figure, de ce que les acteurs « qui comptent » pour faire aboutir le projet de réhabilitation lui sont liés, directement ou indirectement, qu’il s’agisse des responsables locaux du ministère de la Culture, des élus municipaux ou encore du propriétaire du complexe hôtelier avoisinant, le Qalaa Resort. C’est ce dense réseau politique étendant sa maille sur tout le territoire d’Arnoun qui assure à Amal un rapport de forces favorable dans sa confrontation avec le Hezbollah autour de la gestion du site. Aujourd’hui, cette « lutte des places » (Lussault, 2007) a été remplacée par une répartition des tâches négociée entre les deux partis, si j’en crois mes interlocuteurs locaux (affiliés à Amal) : selon eux, le Hezbollah s’est approprié, avec l’accord au moins tacite d’Amal, les terrains situés aux alentours immédiats du château pour en faire un usage militaire, tandis que, en contrepartie, le contrôle, par Amal, du site du château et du village d’Arnoun ne serait pas contesté par le Hezbollah.

23Dans un tel champ de forces, la marge de manœuvre de l’État libanais et de la DGA est limitée. Les responsables de la DGA font état de négociation permanentes, ce qui les oblige à adapter en continu les composantes du projet patrimonial pour le faire avancer. Un exemple parmi d’autres : il était prévu, dans le projet initial de réhabilitation, que l’un des bunkers établis au pied du château serait détruit. Le Hezbollah s’y est opposé, dans un premier temps. À l’issue de longs pourparlers, le Parti de Dieu a finalement accepté sa destruction, mais, à ce moment-là, ce sont des personnes agissant au nom d’Amal qui s’y sont opposées, craignant que « le Hezbollah n’empiète sur leur territoire ». Finalement, après plusieurs allers et retours entre les différents protagonistes du litige, les responsables de la DGA ont dû se plier au compromis établi entre les deux partis, selon lequel le bunker constituerait désormais une composante du projet de réhabilitation du site. Ces conflits, ces tensions, nés souvent de questions apparemment anodines, montrent toutefois que la période d’occupation israélienne a fait du château un enjeu territorial et a, en quelque sorte, tracé les grandes lignes du projet de réhabilitation ; c’est en effet autour des constructions militaires intégrées au château et à ses alentours immédiats que se joue la sélection – disputée – de composantes susceptibles d’intégrer le processus de patrimonialisation.

24Tout le temps qu’ont duré les opérations de sa réhabilitation, Beaufort a constitué une « arène patrimoniale », selon l’expression de D. Fabre (2009, p. 43-47), soit un lieu où « se (re)négocie la place de certains groupes » (Bondaz et al., 2012, p. 9-21). Si, durant les années qui suivent la récupération du château, il représente principalement un enjeu politique dont l’avenir se définit à coups de compromis entre Amal et le Hezbollah, une fois le site officiellement réhabilité, ce sont essentiellement des conflits d’usage et d’appropriation qui surgissent.

L’occupation israélienne, une période dont les effets se font encore sentir ?

Appropriations et usages alternatifs

25S’intéresser à la « manière de traiter, d’entretenir et de se représenter ces objets que l’on qualifie de patrimoniaux » (Tornatore, 2010) fait ressortir les tensions et les dissonances relatives à ce que l’on nomme patrimoine. Les objets en question deviennent ainsi des « sites contestés » (Sinischalchi, 2008, p. 54-55). Depuis l’inauguration du projet patrimonial porté par la DGA, Šaqyf/Beaufort est principalement l’objet de conflits relatifs à ses usages, aux pratiques qui s’y déroulent et aux représentations qui exploitent son image.

  • 39 Quatre séjours de terrain ont été effectués depuis janvier 2017 sur un total d’un an cumulé.

26Les observations régulières que nous avons effectuées depuis janvier 201539 révèlent un gel des travaux d’aménagement touristique du lieu : la billetterie n’est toujours pas ouverte, le site n’est pas entretenu ni sécurisé, le mobilier d’aménagement et les panneaux d’explication ne sont toujours pas installés, le centre pour les visiteurs n’est toujours pas accessible. Une autre conséquence de cette suspension des travaux tient en la dégradation physique du site par rapport à son état au moment de l’inauguration du projet. Le blocage de la situation, qui dure depuis janvier 2015, résulte de causes multiples et de responsabilités partagées. D’une part, c’est le flou qui caractérise la répartition des tâches et des compétences entre les différentes parties prenantes au projet, à savoir le ministère de la Culture et la municipalité d’Arnoun : chacune accuse l’autre d’être responsable du mauvais état actuel du site. La DGA soutient que c’est elle qui a soumis le projet, une fois finalisé, au pouvoir local, alors que ce dernier estime que le ministère de la Culture n’a pas rempli toutes ses obligations envers le site, par exemple celle d’assumer la rémunération du personnel d’entretien du château. Conséquence de ces bisbilles, les animations du site ne se font qu’au coup par coup, sans programmation préalable ni vision à long ou moyen terme ; les lieux ne sont nettoyés et équipés qu’à l’occasion de festivités organisées par des associations locales, et à condition qu’elles aient obtenu l’accord préalable d’Amal. Mais, d’autre part, cet immobilisme s’explique aussi par des conflits d’intérêts et les doubles casquettes endossées par certains acteurs en charge du projet, qui, recevant des injonctions contradictoires, ne savent plus sur quel pied danser.

27Parce qu’il dure depuis maintenant plus de deux ans, ce statu quo génère une réelle paralysie des contrôles, rendant aisé le contournement des règles et préconisations qui s’appliquent aux sites classés, notamment celui des normes de construction qui interdisent l’édification de bâtiments à moins de 500 m d’eux. Or, le complexe hôtelier adjacent au château (Fig. 6) ainsi qu’un bâtiment en construction (Fig. 7) attenant au site ont pu être érigés grâce à des autorisations attribuées par la municipalité d’Arnoun. Non seulement les normes de construction sont contournées, mais les caractéristiques architecturales du fort – tours, murailles – sont souvent réinterprétées et pastichées. Parce que de telles pratiques témoignent que leurs auteurs se considèrent comme propriétaires du lieu – et qu’ils peuvent donc se l’approprier comme ils l’entendent –, elles sont logiquement sources de conflits entre les responsables de ces projets d’aménagement et la DGA.

Figure 6. Qalaa Resort, le complexe hôtelier aux abords du château.

Figure 6. Qalaa Resort, le complexe hôtelier aux abords du château.

Cliché : Z. Fournier, 2016.

Figure 7. Maison de particuliers construite à côté du château.

Figure 7. Maison de particuliers construite à côté du château.

Cliché : Z. Fournier, 2016.

28Malgré l’inachèvement du projet de réhabilitation, le château est investi et pratiqué par différents types d’usagers. Les uns le fréquentent régulièrement, l’absence de gardiens surveillant et contrôlant l’accès au site laissant toute liberté à ceux qui le souhaitent d’y venir à maintes reprises dans la même journée ou dans la semaine, selon qu’ils habitent à proximité immédiate ou un peu plus loin dans la région. En semaine et hors saison touristique, la fréquentation est la plus forte en fin d’après-midi, à l’heure des sorties de classe ou de bureaux. Les jeunes investissent aussi, en assez grand nombre, les lieux : pour eux, Beaufort est avant tout un lieu de loisirs, mais aussi un lieu de drague ou de rendez-vous galants, un endroit où l’on peut se montrer en se mettant en valeur. L’accès libre s’accompagne toutefois de dégradations régulières : les panneaux d’information, demeurés vides, sont couverts de graffitis, de même que les murs du fort, au désespoir des architectes de la DGA. Pourtant, de tels comportements peuvent exprimer un souci, de la part de leurs auteurs et auteures, d’appropriation du lieu. Participent probablement de la même démarche les multiples photographies que les visiteurs prennent du château – et d’eux-mêmes ou leurs familles devant les ruines –, lesquelles circulent ensuite très largement sur les réseaux sociaux : preuve de la valeur qu’ils reconnaissent au site et de la considération qu’ils lui portent, même si ces manifestations d’intérêt se situent en total décalage avec les ambitions des acteurs de la patrimonialisation. D’une certaine manière donc, il est possible de considérer ces différentes pratiques comme « des bricolages, des réemplois et des contournements des conditions sociales et économiques et culturelles que les patrimonialisations induisent » (Bondaz et al., 2012, p. 9-21).

29Dans la durée où il s’inscrit, le projet de mise en patrimoine du château de Šaqyf/Beaufort constitue donc une scène où s’expriment des rapports de force qui visent à assurer la domination politique d’un groupe, en l’occurrence le mouvement Amal, sur le reste des parties prenantes du lieu. Parce qu’ils sont déséquilibrés en termes de pouvoir, ils se traduisent dans l’espace par le fait que les dominants arbitrent à la fois l’avancement du projet et sa mise en œuvre, le rythme et le type des investissements par l’État libanais qui y sont effectués, mais aussi l’accès au site. Ils arbitrent également la manière dont la période d’occupation israélienne est mise en scène dans le cadre du projet de réhabilitation du château et quelle histoire y est racontée. Le château s’établit alors comme un lieu de mémoires concurrentielles ; certaines, notamment celles des combattants palestiniens de l’OLP ayant combattu dans le fort, sont tues, la plupart sont douloureuses, mais les raisons pour lesquelles les unes sont mises en exergue et les autres plus ou moins passées sous silence sont révélatrices des rapports de force, que nous avons déjà évoqués, entre les parties qui « portent » ces mémoires.

Šaqyf/Beaufort, lieu de mémoires concurrentielles

  • 40 Ain el Helweh aux abords de Saida, Rashidiyyeh, Al Buss et Borj Shamali dans les banlieues de Tyr, (...)

30Lorsqu’un objet est en cours de patrimonialisation, les questions que l’on se pose à son propos – patrimonialisé « par qui ? » et « pour qui ? » – interpellent d’autant plus en situation de post-conflit, c’est-à-dire lorsque les différents groupes qui construisent et investissent ces objets ont « des limites aux contours variables » (Blondel et al., 2015, p. 7-34) et s’identifient à des territoires, à des lieux et à des temporalités également fluctuants. L’arène patrimoniale peut aussi permettre aux voix auxquelles le silence s’impose, ou marginalisées ou contestataires de s’exprimer. Le château de Šaqyf/Beaufort, en tant qu’il est un « site contesté » (Sinischalchi, 2008), fait l’objet de revendications mémorielles concurrentielles de la part des Palestiniens – des anciens combattants de l’OLP qui y ont combattu mais aussi des habitants des camps palestiniens de la région40 –, qui profitent du projet patrimonial pour les exprimer et les mettre sur la place publique.

31Le château représente effectivement un lieu de mémoire pour les anciens combattants du Fatah qui l’ont investi dans les années 1970. Les lieux de mémoire, concept créé par Pierre Nora, « sont des territoires, des espaces, des édifices, des objets et des symboles qui nous rattachent au passé et qui surgissent au moment où disparaissent les milieux de mémoire, c’est-à-dire les vecteurs qui en avaient assuré la transmission […]. On ressent le besoin de lieux de mémoire lorsque le passé apparaît menacé, quand il ne palpite plus dans le présent » (Traverso, 2016, p. 117). De fait, sont apparus au cours des deux années suivant l’inauguration du projet patrimonial (2015-2017) des « producteurs culturels » (Wacquant et al., 2014) et mémoriels qui contestent, d’une part, la version officielle de l’histoire du château de Šaqyf/Beaufort, et qui, d’autre part, le revendiquent entant qu’objet matériel emblématique d’une certaine mémoire palestinienne, celle de la résistance à Israël.

  • 41 Traduction de l’auteure.

32Deux formes principales d’expression peuvent être repérées quand il s’agit de mettre en cause cette « histoire officielle ». La première prend la forme d’une série d’articles, publiés par le chercheur et écrivain M. Al Taher, par ailleurs ancien commandant de l’une des brigades du Fatah présente à Beaufort. Cet auteur revendique le château au titre de l’« héritage de la résistance palestinienne » (Al Taher, 2015) et réclame sa reconnaissance comme lieu de pèlerinage pour « les martyrs de 1982 » (Al Taher, 2016). La « grande bataille de 1982 », explique-t-il dans son premier article sur le sujet, publié en 2015 dans la revue scientifique Le journal des études palestiniennes, aurait fait de Šaqyf un symbole du combat et de la cause palestiniens et les aurait institués en un héritage à transmettre : « le château de Šaqyf/Beaufort », poursuit-il, « est fixé à jamais dans les esprits de notre peuple, les Palestiniens ; il est gravé dans leur histoire et dans leur héritage, un héritage de la résistance qu’on ne peut que rattacher à cette région, à notre pays »41. Dans un deuxième article publié dans le journal en ligne Al Arabi en juillet 2016, Al Taher fustige l’action du ministère libanais de la Culture qui aurait « truqué l’histoire » en mettant la présence dans le fort des forces de l’OLP de 1976 à 1982 sur le même plan que son occupation par l’Armée israélienne de 1982 à 2000. Le ministère aurait en effet employé le même terme, « occupation », pour qualifier les deux épisodes sur la frise chronologique du château qu’il a faite confectionner pour être exposée, pendant un temps, sur le site même. Il ressort de ces textes la volonté de contester, voire de dénoncer une histoire officielle jugée falsifiée ; celle de produire à la place une « vraie » histoire du fort, qui soit celle de « l’ensemble du peuple palestinien » et qui justifierait d’inscrire cette histoire sur le site même du château : « Pensez-vous », demande en effet Al Taher (2015), « que les martyrs des combats qui se sont déroulés au château de Šaqyf en 1982, martyrs qui ont donné l’exemple avec leur courage et leur héroïsme, ne méritent pas un panneau commémoratif qui rappellerait ce courage ? Et un monument commémoratif qui, au début du circuit de visite du château, immortaliserait leur héroïsme ? ». De tels écrits contribuent à instituer le château de Šaqyf/Beaufort comme un lieu de mémoire pour les Palestiniens, aux fins de lutter contre les risques d’occultation, voire de disparition, de leur histoire. À ce titre, ils participent de formes de « compensation [...] et de demande de reconnaissance politique de groupes et peuples dont l’histoire est oubliée » (Bondaz et al., 2013, p. 9-21).

  • 42 Comme me l’ont dit des visiteurs originaires du camp palestinien de Burj al Chamali, situé à 3 km à (...)

33Quoi qu’il en soit de ces discours, les visiteurs palestiniens du château sont relativement nombreux. Il m’a été donné d’observer régulièrement l’arrivée de cars transportant des Palestiniens originaires de différents camps du Liban, qui effectuaient le déplacement parce que le fort est à leurs yeux « un lieu de la résistance »42. C’est probablement lors de ces visites que certaines personnes inscrivent des graffitis indiquant qu’elles sont d’« anciens combattants » ; citons, à titre d’exemple, lorsque, le 10 décembre 2015, les panneaux initialement destinés à afficher les informations pédagogiques du ministère libanais de la Culture dans l’enceinte du fort ont été constellés de messages tels que : « Le combattant X était ici / La Palestine occupée / De Detroit à la Palestine occupée » (Fig. 8). Il ne m’a pas été donnée d’observer moi-même de telles pratique, mais elles sont révélatrices de la volonté de leurs auteur(e)s de faire savoir qu’ils ou elles sont membres d’une communauté qui se définit comme appartenant à « la Palestine » et que, à ce titre, ils ou elles ont quelque légitimité à « s’afficher » sur le site du château. Ce marquage revêt probablement pour eux (elles) d’autant plus d’importance qu’il est effectué à un moment où le lieu est revalorisé et que sa fréquentation touristique en est intensifiée.

Figure 8. Graffitis d’usagers et de visiteurs du château.

Figure 8. Graffitis d’usagers et de visiteurs du château.

Cliché : Z. Fournier, 2016.

34Ces marquages, ces discours et usages déployés par ceux qui se revendiquent, en face de moi, comme Palestiniens témoignent donc d’une volonté affirmée de s’approprier le lieu. Mais ces paroles et ces gestes sont loin de faire consensus, notamment auprès de certains habitants d’Arnoun qui vivaient dans le village ou à sa proximité lorsque le Fatah était installé dans le fort – « occupait » le fort, selon leurs dires. Cela « passe mal », aussi, auprès de ceux qui, localement, assurent la gestion du site. La présence de l’OLP à Arnoun, qui a duré de 1976 à 1982, est toujours un sujet sensible pour certains habitants ayant vécu le début de la guerre civile et de l’invasion israélienne, sous les échanges de tirs entre Palestiniens et Libanais d’un côté, et Israéliens, de l’autre côté. Les discours exprimant une profonde rancœur à l’encontre des Palestiniens ne sont donc pas rares, même s’il est souvent considéré comme « politiquement incorrect » d’en faire état. Un interlocuteur, habitant d’Arnoun et contraint de quitter son village en 1975 à cause des bombardements « causés par les Palestiniens », selon ses dires, me fit ainsi part de son avis :

« Là, je vais te dire quelque chose que tu n’as sûrement pas beaucoup entendu […]. Mais les Palestiniens, je les déteste. On en a beaucoup souffert ; ils n’ont pas respecté le fait que le Liban, et le Sud, c’est [quelque chose] de particulier ; qu’on a été pour eux, qu’on les a soutenus […] ; il s’est passé tout le contraire. »
Entretien du 23/11/2015, traduit de l’arabe au français par l’auteure

35Outre la rancœur, ce sont aussi la déception et l’injustice qui s’expriment au travers de ces paroles. Quant aux Libanais qui combattaient à l’époque au côté des Palestiniens du Fatah, ils semblent systématiquement oubliés. Il se joue ici une contradiction entre le soutien idéologique communément répandu accordé à la « cause palestinienne » et le vécu, au quotidien, de la présence des Palestiniens, comme une occupation; la reformulation qu’a effectuée ce même interlocuteur lorsqu’il aborda la présence du Fatah au fort, comme une « occupation » au même titre que celle des Israéliens dans les années 1970, est probablement aussi révélatrice de cette contradiction : « Les Palestiniens ont occupé [āḥtalwu] […], enfin, se sont regroupés [tamarkazwu] au château » (entretien du 23/11/2015).

36La position ambivalente des Palestiniens dans les années 1970 au Liban-Sud ainsi que l’instrumentalisation de leur présence par l’Armée israélienne, expliquent probablement ces conflits internes. En effet, comme le rappelle A. Beydoun (1992), historien originaire de Bint Jbeil, la présence de combattants palestiniens sur le territoire du Sud du Liban a coûté aux villages sudistes d’intenses bombardements par l’armée israélienne, ce non seulement afin d’éliminer les forces armées de l’OLP mais aussi dans le but de terroriser la population locale. Épuisés par ces exactions armées répétées, les habitants de la région ont plusieurs fois, via des pétitions ou des déclarations, sommé les milices de l’OLP de déplacer leurs combats vers des zones non-occupées, demande que lesdites milices n’ont respecté qu’à moitié (Beydoun, 1992). Dans ce contexte, le soutien populaire initialement acquis au Fatah s’est progressivement détérioré pour céder la place à une hostilité, plus ou moins larvée, vis-à-vis de la présence palestinienne.

37Toujours est-il que ces conflits mémoriels, ces souvenirs tantôt exprimés avec colère, tantôt occultés ou non-dits, expliquent probablement la rapidité avec laquelle les graffitis tracés par les Palestiniens ont toujours été effacés – alors que ceux produits par des visiteurs dont l’identité n’était pas affirmée ne le sont pratiquement jamais. Quant au gestionnaire local du site, il nous affirme qu’il préfèrerait ne pas voir de Palestiniens visiter le lieu. Au bout du compte, les tentatives des Palestiniens pour rappeler leur présence en ces lieux, en les inscrivant dans la pierre pour que les visiteurs se la remémorent, sont vouées à rester à l’état de tentatives, tant grandes et nombreuses sont les volontés, venues d’autres parties, de les effacer.

38Ainsi, les conflits mémoriels à l’œuvre à Arnoun sont-ils révélateurs d’un « passé qui ne passe pas », pour reprendre la formule désormais célèbre de l’historien H. Rousso (2016). Tant la présence des Palestiniens, que la question de la collaboration et de l’acceptation de la présence de l’Armée israélienne par une partie de la population du Liban-Sud, sont des sujets tabous auprès de certains protagonistes ou interlocuteurs, qui provoquent de vives réactions de la part d’autres ou de la gêne de la part d’une troisième catégorie. Mais, dans tous les cas, tous ces sujets sont sources d’expressions et de discours très ambigus. Le « consensus patrimonial » autour du château de Šaqyf/Beaufort en tant qu’il symboliserait la « Résistance » ne serait-il donc pas aussi une manière d’invisibiliser ces conflits mémoriels et ces rapports de force ?

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Al Taher M., 2015, « La bataille du château de Šaqyf/Beaufort... Deux récits », Journal of Palestinian Studies, no 101, p. 146-155.

Al Taher M., 2016, « Le château de Šaqyf/Beaufort et le ministère de la Culture », Journal Al Arabi, 27/07/2016.

Avanza M., Laferté G., 2005, « Dépasser la “construction des identités” ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses, p. 134-152.

Beydoun A., 1992, “The South Lebanon Border Zone: A Local Perspective”, Journal of Palestinian Studies, p. 35-53.

Blondel C., 2016, Aménager les frontières des périphéries européennes. La frontière Serbie/Croatie à l’épreuve des injonctions à la coopération et à la réconciliation, Thèse en Aménagement de l’espace et Urbanisme, sous la dir. de Jean-Paul Carrière et Florian Bieber, Université de Tours.

Blondel C., Javourez G., Van Effenterre M., 2015, « Avant-propos », Revue d’études comparatives Est-Ouest, no 46, p. 7-34.

Bondaz J., Isnart C., Leblon A., 2012, « Au-delà du consensus patrimonial », Civilisations, 61-1 | 2012. http://journals.openedition.org/civilisations/3113 ; DOI : 10.4000/civilisations.3113 [mis en ligne le 30/12/2012, consulté le 30/08/2019].

Fabre D., 2009, « Habiter les monuments », p. 17-52, in Fabre D., Iuso A. (dir.), Les Monuments sont habités, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Gervais-Lambony P., 2003, « Afrique du Sud, les temps du changement », Hérodote, no 111, p. 81-98.

Grussenmeyer P., Yasmine J., 2003, “The restoration of Beaufort Castle (South-Lebanon). A 3D restitution according to historical documentation”, CIPA 19th International Symposium, 30 september-4 october 2003, « New Perspectives to Save Cultural Heritage », 6 p.

Halbwachs M., 1994 [1925], Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Harvey D., 2001, “Heritage Pasts and Heritage Presents: temporality, meaning and the scope of heritage studies”, International Journal of Heritage Studies, no 7, p. 319-338.

Jaber H., Jaber M., 2007, « Le Liban-Sud occupé (1978-2000) », p. 148-153, in Mermier F., Picard É., (dir.), Liban, une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte.

Lussault M., 2007, L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

Mazraani A., 2014, Catalogue de Jabal Amel. Liban-Sud, Nabatiyeh [auto-édition].

Mervin S., 2003, Un réformisme chiite. Ulemas et lettrés du ǧabal āmil (actuel Liban-Sud) de la fin de l’Empire ottoman à l’indépendance du Liban, Paris, Karthala.

Mervin S., 2006, « Les larmes et le sang des chiites : corps et pratiques rituelles lors des célébrations de ‘Âshûrâ’ (Liban, Syrie) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 113-114 | novembre 2006. http://journals.openedition.org/remmm/2973 [mis en ligne le 10/11/2006 ; consulté le 30/08/2019].

Mervin S., 2007, « Le Liban-Sud, des bandes armées à la guérilla (1920-2006) », p. 103-110, in Mermier F., Picard É. (dir.), Liban, une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte.

Nora P., 1992, Les Lieux de mémoire. Tome 3, Paris, Gallimard.

Rautenberg M., 2010, « Patrimoine et populaire sont-ils compatibles ? », communication présentée à la conférence Patrimoine institutionnel et patrimoine populaire. L’accession au statut patrimonial en Méditerranée orientale, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon.

Rousso H., 2016, Face au passé. Essai sur la mémoire contemporaine, Paris, Belin.

Seguin J., 1989, Le Liban-Sud, espace périphérique, espace convoité, Paris, L’Harmattan.

Sinischalchi V., 2008, « Économie et pouvoir au sein du parc national des Écrins », Techniques et Culture, no 50, p. 40-59.

Tornatore J.-L., 2010, « L’esprit de patrimoine », Terrain, no 55, p. 106-127.

Traverso E., 2016, Mélancolie de la gauche, Paris, La Découverte.

Veschambre V., 2007, « Patrimoine : un objet révélateur des évolutions de la géographie et de sa place dans les sciences sociales », Annales de Géographie, 2007/4, no 656, p. 361-381. https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2007-4-page-361.htm ; DOI : 10.3917/ag.656.0361 [mis en ligne le 01/01/2010 ; consulté le 04/09/2019].

Veschambre V., 2008, Traces et mémoires urbaines : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Volk L., 2008, “When Memory Repeats Itself: the Politics of Heritage in Post Civil War Lebanon”, International Journal of Middle East Studies, no 40, p. 291-314.

Wacquant L., Slater T., Borges Perreira V., 2014, “Territorial stigmatization in action”, Environment and Planning A., vol. 46.

Filmographie

Dunlop G., Said E., 1986, Shadow of the West : documentaire (52 mn).

Haut de page

Notes

1 Mouvement politique libanais fondé en 1992 par le général Michel Aoun. Ce dernier, chrétien maronite, a été élu Président de la République libanaise en juillet 2016.

2 L’appellation Šaqyf renvoie à la désignation du château aussi bien par nos interlocuteurs arabophones que telle qu’elle figure dans les sources écrites en arabe ; l’emploi de Beaufort renvoie quant à lui à sa désignation en français, prolongement de celle des Croisés (« Beau Fort »). C’est celle dont usent aujourd’hui la Direction générale des Antiquités du ministère libanais de la Culture, ainsi que nos interlocuteurs francophones. Par souci de « neutralité », j’emploierai une double désignation, à savoir « Château de Šaqyf/Beaufort ».

3 L’appellation ǧabal āmil renvoie au territoire devenu le Liban-Sud en 1920, même si elle persiste jusqu’à aujourd’hui pour désigner cette région. Pour plus d’informations, voir Mervin, 2003.

4 Le mandat initial de la FINUL consistait à « confirmer le retrait des troupes israéliennes du Sud du Liban, à rétablir la paix et la sécurité internationales, à aider le gouvernement libanais à rétablir son autorité effective dans la région ». Ces objectifs n’ayant pas encore été atteints à ce jour, la FINUL est toujours présente sur le terrain.

5 Entretien avec le responsable de la Direction générale des Antiquités pour la région Liban-Sud.

6 Pour des précisions concernant le déroulé de l’occupation israélienne du Liban-Sud, voir Beydoun, 1992 et Jaber [H.], Jaber [M.], 2007.

7 Le château de Beaufort relève d’abord du royaume de Jérusalem, l’un des États latins (ou francs) créés à la suite de la première Croisade (1096-1099). Il fut pris par Saladin (Salah ad-Din), sultan ayyoubide d’Égypte, en 1190 à la suite d’un siège qui dura une année entière. En 1240, le royaume de Jérusalem est en partie reconstitué et le château de Beaufort repasse aux mains des Croisés. Le comte de Sidon, qui en est le maître, le rétrocède aux Templiers en 1260. Il est repris en 1268 par le sultan mamelouk d’Égypte, Baybars. Après la défaite du dernier sultan mamelouk des armes du sultan ottoman Sélim Ier en 1516, qui sonne la disparition de l’empire mamelouk, le territoire auquel appartient le château passe sous la domination ottomane.

8 Les accords du Caire, accords secrets, furent signés entre les délégations libanaises et l’Organisation de Libération de la Palestine en vue de mettre fin à la crise opposant les Fedayins de l’OLP et l’Armée libanaise. Ce sont des accords de compromis, où la souveraineté du Liban est réaffirmée en contrepartie de la légalisation de la présence armée de l’OLP dans le Liban-Sud.

9 L’Armée du Liban arabe est une milice fondée par le lieutenant Ahmad el Khatib en 1976, suite à ses dissensions avec l’Armée libanaise. El Khatib conçoit l’ALA comme « l’armée du mouvement national libanais », progressiste et pro-Palestinienne. Le 8 mars 1976, la garnison de l’armée libanaise postée au château de Beaufort se rallie à l’ALA.

10 « Au cours d’un accrochage entre l’ALA et d’autres militaires, les Israéliens bombardent Beaufort et Marjeyoun », L’Orient le Jour, édition du 21 avril 1976. Plusieurs témoignages d’habitants d’Arnoun ayant vécu cette période nous ont relaté les destructions occasionnées par ces bombardements et les déplacements forcés qui en ont résulté.

11 Le Front national de la résistance libanaise est une alliance de partis de gauche libanais et palestiniens, créé en 1982 dans la foulée de l’intervention israélienne au Liban.

12 Le livre d’Ali Mazraani, activiste de Nabatiyeh, Catalogue de Jabal Amel. Liban-Sud, recueille et édite ces affiches politiques (2014).

13 Voir Kamm H., « Captured Castle is visited by Begin », New York Times, 08/06/1982.

14 L’expression est d’un participant à la manifestation (entretien du 17/08/2016).

15 Amal est une milice politique chiite fondée en 1975 et issue du « Mouvement des Déshérités » impulsé par l’imam Musa Sadr dans les années 1970, principal artisan du réveil de la « communauté-classe » chiite. Amal se démilitarise officiellement au lendemain du retrait israélien et elle est depuis lors dirigée par N. Berri, également président du Parlement libanais depuis 1980.

16 Selon S. Mervin (2006), la Ḥusainya est, historiquement, un « lieu de culte chiite où se tiennent les séances de déploration de Husayn et où l’on pleure les morts. Peu à peu, des conférences portant sur la religion, mais aussi d’autres types de réunions y furent organisées ». La Ḥusainya de Nabatiyeh est la plus importante du Liban-Sud et joue aussi un rôle social et politique pour les habitants des Nabatiyeh et des environs, notamment lors de la célébration de ‘Ašūrā’, commémoration du martyr de Husayn.

17 Voir « Allô maman ? Nous avons libéré Arnoun ! », Courrier International, 07/01/2005.

18 L’expression ici reproduite est celle dont usent les personnes interviewées ; elle ne préjuge pas de l’analyse de l’auteure.

19 Selon la formulation inscrite sur la stèle commémorative de l’événement à l’entrée d’Arnoun.

20 D’après la terminologie employée par la Ḥusainya dans le documentaire qu’elle a produit sur l’événement Et les chaînes se sont brisées [ānkasara alquywud], 2010, Ḥusainya de Nabatiyeh.

21 Film Et les chaînes se sont brisées [ānkasara alquywud], 2010, Ḥusainya de Nabatiyeh.

22 Ibid.

23 Les stèles commémoratives de Nahr el Kelb correspondent à des inscriptions sculptées dans les reliefs calcaires de l’estuaire du fleuve éponyme. Celles-ci sont des époques pharaonique, assyrienne, babylonienne, grecque, romaine, arabe, druze, française. Elles sont répertoriées depuis 2005 dans le registre établi par le Programme Mémoire du Monde, mis en place par l’Unesco en 1992.

24 « En érigeant son inscription à Beaufort, Lahoud n’a pas seulement marqué l’histoire de la libération sur le site mais a aussi symboliquement rattaché Beaufort (cf. le Sud et sa population majoritairement chiite) à Nahr el Kelb (cf. le Nord, à la population majoritairement chrétienne), proclamant ainsi que les deux étaient, littéralement, sur le même plan » ; voir Volk, 2008, p. 291-314.

25 Nous avons établi la chronologie du déroulement du projet de réhabilitation du Château en croisant les informations recueillies par entretien auprès de l’Architecte en chef responsable du projet et des articles de presse, aucune source écrite officielle émanant du Ministère de la Culture ne nous ayant été accessible.

26 Entretien avec l’architecte en chef du projet, 23/01/2015.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 L’installation du mobilier n’est pas finalisée, le centre pour les visiteurs pas ouvert, les gardiens pas en place, les droits d’entrée pas fixés, etc.

30 Le CDR, mis en place dès 1977 en pleine guerre civile libanaise, est l’institution chargée de la planification de la reconstruction de la capitale libanaise, et depuis la fin de la guerre civile, de l’aménagement du territoire libanais. Relevant directement du Conseil des ministres, « il échappe à la routine administrative » d’après son site internet.

31 Sur un budget total de 3,3 millions de dollars, 1,3 a été apporté par l’État (DGA et CDR) et 2 millions par le Fonds de développement du Koweït.

32 Entretien avec un habitant d’Arnoun présent lors de la cérémonie, 25/01/2015.

33 Responsable de la DGA pour la région du Liban-Sud, entretien du 18/01/2015, jour de l’inauguration du projet.

34 « Parti de Dieu » est la traduction littérale, en français, de la dénomination en arabe du Hezbollah.

35 Entretien avec un membre de la municipalité d’Arnoun, 05/01/2015.

36 Selon la définition que donne du mythe le Centre national de ressources textuelles et lexicales (CNRS, Nancy).

37 Aucune source écrite n’existe à ce sujet.

38 Voir à nouveau la définition du mythe, déjà signalée.

39 Quatre séjours de terrain ont été effectués depuis janvier 2017 sur un total d’un an cumulé.

40 Ain el Helweh aux abords de Saida, Rashidiyyeh, Al Buss et Borj Shamali dans les banlieues de Tyr, Mieh Mieh entre Tyr et Saida.

41 Traduction de l’auteure.

42 Comme me l’ont dit des visiteurs originaires du camp palestinien de Burj al Chamali, situé à 3 km à l’est de Tyr (entretiens du 30/07/2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Post Tweeter du Courant patriotique libre (CPL).
Crédits Source : Compte Tweeter du CPL, 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 2. Le château mis en images dans une affiche du parti communiste libanais.
Crédits Source : Zeina Maasri, signsofconflict.com.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Figure 3. Stèle en marbre commémorative de la libération posée à l’entrée de Beaufort.
Crédits Cliché : Z. Fournier, 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1810/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Figure 4. L’occupation israélienne mise en scène.
Crédits Cliché : Z. Fournier, 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 5. Graffitis du Fatah.
Crédits Cliché : Z. Fournier, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1810/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Figure 6. Qalaa Resort, le complexe hôtelier aux abords du château.
Crédits Cliché : Z. Fournier, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1810/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 7. Maison de particuliers construite à côté du château.
Crédits Cliché : Z. Fournier, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1810/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 8. Graffitis d’usagers et de visiteurs du château.
Crédits Cliché : Z. Fournier, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1810/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zara Fournier, « Du patrimoine au Liban-Sud : le château de Šaqyf/Beaufort, entre ressources et conflits », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 25 septembre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1810 ; DOI : 10.4000/emam.1810

Haut de page

Auteur

Zara Fournier

Docteure en Géographie, Université de Tours & UMR CITERES, équipe EMAM

zaradfournier@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page