Navigation – Plan du site

La promenade comme fabrique de l’espace public et nouvelle forme d’urbanité déambulatoire et d’émancipation.

Le cas des berges du Bouregreg à Rabat
The promenade as a public space making and a new form of ambulatory urbanity. The case of the Bouregreg’s banks in Rabat.
Abdallah Moussalih

Résumés

De Shanghaï à Londres en passant par Rio de Janeiro, les façades maritimes et fluviales des métropoles sont devenues les vitrines de leurs nouvelles ambitions et des espaces de sociabilité où la fonction de promenade est centrale. Dans le cas de la ville de Rabat au Maroc, il a fallu attendre le début du XXIe siècle pour que les berges du Bouregreg deviennent un site de promenade, un lieu à visiter, un endroit où consommer et se rencontrer, une scène où voir et être vu. À partir de l’observation des circulations et des interactions, nous nous interrogerons sur la promenade comme forme d’expression urbaine fondée sur le mouvement, sorte « d’urbanité déambulatoire », dans laquelle les corps se croisent, s’effleurent, s’esquivent selon des codes précis, mettant en œuvre de nouvelles chorégraphies et géographies. Nous nous interrogerons aussi sur ce lieu produit selon les nouveaux standards internationaux des métropoles et du tourisme, comme « géosymbole d’une urbanité » et d’une sociabilité cosmopolites, à la fois inclusif et exclusif, et sur cette fabrique d’espace public où les femmes et les jeunes couples prennent une place importante.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nous nous proposons d’étudier la promenade au XXIe siècle en tant que « fabrique d’espace public – au sens d’“espace architectural et politique” (Paquot, 2009) et nouvelle forme d’urbanité déambulatoire », à travers l’observation des nouvelles pratiques qui se développent depuis quelques années sur l’espace réaménagé des berges de l’oued Bouregreg à Rabat, entre inscription dans des standards internationaux et singularité. D’une longueur de 1,5 km, les quais et débarcadères de Rabat ont été ouverts au public à l’été 2007. Sur la rive droite du fleuve, la promenade, désormais agrémentée de restaurants, cafés, espaces de jeux pour enfants et débarcadères sécurisés pour les barcassiers et de points d’amarrage pour les bateaux de plus grande taille, est à la fois un lieu où s’expriment les mutations de la société urbaine marocaine et un moteur de son évolution, une fabrique d’espace public et une nouvelle forme d’urbanité déambulatoire et d’émancipation pour les jeunes et pour les femmes.

Un site en mutation

2La transformation de ces berges s’inscrit dans une histoire longue, à l’échelle de la ville et du site historique de la vallée du Bouregreg.

Une longue évolution

3Dans l’histoire de la ville, l’oued Bouregreg a d’abord été un lieu de travail, pour les pêcheurs et les barcassiers, un site de jeux et de « sortie » pour les habitants de la ville et un espace en partie occupé par des services portuaires publics et privés (Douane, Club nautique, Yacht-Club…). Jamais ses rives n’ont été réservées à la seule promenade (Fig. 1 et 2).

Figure 1. Petits pêcheurs au bord du Bouregreg.

Figure 1. Petits pêcheurs au bord du Bouregreg.

Source : moustacho.com, sans auteur, sans date.

Figure 2. Yacht-club en activité.

Figure 2. Yacht-club en activité.

Source : Guy Lecoq forum, Dafina.net, sans date.

  • 1 La Kasbah des Oudayas, monument phare de la vallée du Bouregreg, représente le premier noyau urbain (...)

4Ces berges du fleuve, qui s’allongent en contrebas de l’ancienne médina de Rabat et des Oudayas1, face à la ville de Salé, sont longtemps restées des espaces mal définis, avec des embarcadères pour des barques assurant la liaison entre les deux villes jumelles (Fig. 3 et 4). Elles furent des terrains vagues « en recul à la fois par rapport à la mer et par rapport au fleuve. […] Et donc, on avait en ces endroits-là uniquement des zones fortifiées ou des cimetières qui servaient de zones tampons à l’urbanisation » (Mouloudi, 2010). Elles étaient souvent considérées comme des lieux de marginalité, voire de dangerosité à l’image du témoignage d’un barcassier œuvrant depuis plus de 40 ans sur le site :

  • 2 Traduction par l’auteur d’un entretien réalisé en arabe avec M. Baroudi, barcassier.

« Au coucher du soleil, tout le monde en passant par ici se munissait de son bâton. De temps à l’autre on entendait parler qu’un tel ou tel avait été agressé. C’était le chaos. Maintenant, Dieu merci, après le réaménagement, le site est sécurisé ; le Makhzen [les forces de l’ordre] est partout ! »2

  • 3 Il s’agit de : a. l’Arrêté viziriel du 13 janvier 1954 ; b. le Projet national de la jeunesse ou «  (...)

5Au milieu du XXe siècle (1954), la vallée du Bouregreg est devenue un enjeu pour le développement de Rabat avec six plans d’aménagement successifs3 (Mzaiz, p. 131-154).

Figure 3. Les rives du Bouregreg avant aménagement, au début du XXe siècle.

Figure 3. Les rives du Bouregreg avant aménagement, au début du XXe siècle.

Source : Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM), début du XXe siècle.

Figure 4. Les rives du Bouregreg avant aménagement, vers 1990.

Figure 4. Les rives du Bouregreg avant aménagement, vers 1990.

Source : auteur inconnu, 1990 approximativement.

Un projet ambitieux

6Après un demi-siècle de tentatives de réappropriation et de réaménagement de l’espace fluvial, un plan d’aménagement spécifique de la vallée du Bouregreg a finalement été impulsé par une volonté royale, ce qui lui a conféré une forte légitimité et une capacité à mobiliser les acteurs politiques, économiques et financiers nationaux et internationaux. Le document officiel, intitulé « Parti d’aménagement global de la vallée du Bou Regreg » (PAG), affiche les ambitions du projet :

« Le Roi Mohammed VI a donné Ses Hautes Instructions pour un aménagement du site exceptionnel de la vallée du Bouregreg, un aménagement qui soit digne de la Capitale du Royaume, à l’aube d’un nouveau règne et d’un nouveau millénaire. Un aménagement respectueux du caractère rare et prestigieux de ce site gorgé d’histoire qui, tout en prêtant attention à sa préservation, fasse preuve de créativité et d’audace » (PAG, 2003, p. 7).

7Dans ce document officiel, le projet est présenté comme le symbole d’une ouverture souhaitée de la métropole sur l’espace océanique, une tentative de réconciliation avec son espace maritime, une reconnaissance, en quelque sorte, de sa « maritimité » (Péron, Rieucau, 1996), en même temps qu’il témoigne d’un alignement sur des standards internationaux d’aménagement et de marketing urbain :

« Emboîtant le pas de plusieurs villes nord-américaines et européennes, Rabat, capitale du Maroc, a décidé désormais de se lancer dans le Waterfront Development, à l’instar des deux autres métropoles maghrébines, en initiant de grands projets d’aménagement susceptibles d’engendrer de profondes mutations urbanistiques et socio-économiques de ses fronts d’eau » (Mouloudi, 2009).

8Le projet affiché s’inscrit donc dans une logique d’« invention » – pour reprendre une expression d’A. Corbin (1990) – des rivages, au travers d’une mise en scène qui facilite son appropriation sociale et symbolique par différents acteurs.

  • 4 Séquence 1. Bab Al Bahr : elle correspond à l’estuaire du Bouregreg, entre les médinas de Rabat et (...)
  • 5 La séquence de Bab Al Bahr s’étend sur une superficie de 30 ha dont 530 000 m² de planchers, dédiée (...)

9Le périmètre d’aménagement du projet est subdivisé en six séquences consécutives4. La séquence Bab Al-Bahr5 [Porte de la Mer], qui nous intéresse ici, est le premier jalon du projet censé créer une nouvelle centralité. Les premiers espaces publics relevant de cette séquence ont été livrés en 2007, dont le quai de Rabat, lequel constitue un des principaux éléments qui la composent.

  • 6 L. Brunot (1921) différenciait « barcassier/babriias » et « batelier/flaikiias ». Ces deux corps de (...)

10Il est constitué d’une promenade, en partie accostable, le long de l’oued Bouregreg. C’est désormais une voie piétonne sur berge, longue de 1,5 km, dotée de restaurants-cafés sur terre et sur pilotis. Un débarcadère est réservé aux flaikiias6 qui, depuis toujours et pour quelques dirhams, assurent la traversée entre Rabat et Salé à partir de plusieurs points d’amarrage. Le quai a été aménagé selon des standards internationaux classiques, c’est-à-dire avec un mobilier urbain, des matériaux et des éclairages que l’on peut retrouver sur tous les waterfront (Chaline, 1994, 1998) de la planète : pavés, rambardes de protection en style passerelle de paquebot, luminaires design, etc.

11Il a pris sa place dans l’offre urbaine quotidienne et événementielle de la ville avec l’accueil de manifestations et rassemblements importants du calendrier local et national, comme le festival Mawazine, Rythme du Monde ou la période du Ramadan. La réputation du Bouregreg, avec ses quais largement consacrés à la promenade, a dépassé les limites du quartier et de la ville. En quelques années, ses berges sont devenues un endroit à visiter, un espace où flâner, déambuler, se rencontrer et échanger (Fig. 5), une « promenade » aux sens urbanistique et social.

Figure 5. Le quai de Rabat sur l’oued Bouregreg.

Figure 5. Le quai de Rabat sur l’oued Bouregreg.

Source : Reichen et Robert & Associés, 2007. https://www.reichen-robert.fr/​fr/​projet/​secteur-bab-al-bahr-la-cite-de-lestuaire

La promenade comme forme d’expression d’une « urbanité déambulatoire »

  • 7 Pour J. Lévy, un géotype « est repéré lorsque l’on traite comme un espace unique un ensemble de con (...)

12Héritée des pratiques aristocratiques, « la promenade constitue un micro-espace ordinaire, un espace-temps de la vie quotidienne. Ce géotype7 correspond à une forme urbaine particulière, apparue à la fin du XVIIe siècle en Europe grâce à l’aristocratie » (Rieucau, 2012).

Géotype urbain

13Au XIXe siècle, la promenade est devenue une pratique essentiellement bourgeoise, procurant divertissement et détente à ses adeptes, encouragés pour ce faire par les médecins. Au-delà des aspects de bien-être, elle fut aussi une occasion d’expression ostentatoire de la richesse, de la puissance des promeneurs et une forme de culture urbaine s’exprimant dans des espaces spécialement aménagés pour ce faire (Turcot, 2005). À la fois pratique et espace spécifique, la promenade a évolué. Elle s’est diversifiée, en s’adaptant aux nouveaux modes de vie des habitants permanents et temporaires pour devenir en ce début du XXIe siècle un des lieux incontournables de la ville contemporaine et un objet choyé par les acteurs de la fabrique urbaine.

14Ainsi redéfinie, la promenade est une forme d’expression urbaine fondée sur le mouvement du corps, une sorte « d’urbanité déambulatoire » (Rieucau, 2012), dans laquelle les corps se croisent, s’effleurent, s’esquivent :

  • 8 Notion introduite en géographie par J. Bonnemaison (1981, 2004) qui la définit comme « un lieu, un (...)

« Cet espace public “géosymbole8 de l’urbanité” par sa forme, son esthétique et les pratiques qui s’y déploient, constitue à la fois un objet spatial et un objet social […] fonctionnant comme une scène sociétale, […] pour certains groupes sociaux, dans [laquelle] on s’affiche, on se distingue, on se montre » (ibid.).

Recherche d’un positionnement international

  • 9 Source : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/urbanite

15Comme forme d’urbanité – définie comme « une qualité d’individus se comportant de manière polie avec autrui et le caractère d’un espace »9 –, la promenade maritime est le résultat des transformations sociales qui restructurent la culture du quotidien vécue par les sujets sociaux dans une interaction et une dynamique à la fois internes et externes. Internes, car la culture traditionnelle n’est pas figée ; elle reste vivante et montre une certaine capacité à se renouveler. Externes, car les phénomènes de l’inter-culturalité et d’accumulation jouent un rôle non négligeable par les faits de démonstration, d’entraînement et même de fascination exercés par le modèle culturel mondialisé sur les sujets sociaux (Elouarti, 1998).

16La transformation du quai de Rabat s’inscrit dans cette double dynamique vers la ville et vers le monde (Gwiazdzinski, Rabin, 2010) revendiquée dans les documents d’aménagement et les stratégies de développement de la capitale. Vers la ville, dans une logique d’amélioration du cadre de vie des habitants ; et vers le monde, dans une compétition internationale entre villes et territoires du monde entier pour attirer les hommes, les capitaux et les richesses, à l’image d’autres métropoles comme Paris, Barcelone, Budapest ou Amsterdam :

  • 10 Traduction de l’Auteur.

« La motivation générale et les objectifs principaux de cette tentative sont enracinés dans le désir d’améliorer l’attractivité d’Amsterdam auprès du public local et international et de réajuster l’image internationale de la ville »10 (Kavaratzis, 2009, 43).

17En ce sens, la mise aux normes des espaces publics urbains fait partie de cette stratégie de marketing où l’image est centrale (Gwiazdzinski, 2013), avec le choix de cabinets d’architectes réputés.

  • 11 Le classement de Rabat sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité est effectif depuis le 29 j (...)
  • 12 Le projet Rabat, Ville Lumière, Capitale marocaine de la Culture a été lancé en mai 2014 par le Roi (...)

18L’aménagement du site ne peut être compris indépendamment de la dynamique de mondialisation dans laquelle s’inscrit la capitale marocaine avec le développement touristique comme priorité – classement effectif en 2012 de Rabat au Patrimoine mondial de l’Humanité11 – et le renforcement de l’attractivité culturelle avec la mise en œuvre de projets tels que « Rabat, Ville Lumière, Capitale marocaine de la Culture »12.

19Ces objectifs ont placé la fabrique des espaces publics de la ville à l’ordre du jour de l’agenda de la planification urbaine et tout particulièrement des lieux comme les quais. Autrefois « laissés pour compte » des opérations d’aménagement, les espaces maritimes sont devenus un élément clé de la transformation de la ville. Soumis à ces dynamiques et profondément réaménagés, les quais de Rabat ont profondément changé dans leurs fonctions, usages et fréquentations.

Un lieu longtemps marqué par les usages traditionnels

20Au-delà de fonctions sociales et économiques, l’oued Bouregreg assurait également un rôle identitaire, étant à la fois un lieu de mémoire et de célébrations festives, avec une importante dimension patrimoniale. Les témoignages recueillis lors des enquêtes, les photos et documents d’archives rendant compte d’une situation antérieure à l’aménagement en cours, mettent en évidence des usages « traditionnels » du quai (nage, pêche, passage, etc.) en contrepoint de ses usages « nouveaux » :

« Mon père avait l’habitude dans les années 30-40 [1930-1940] de traverser le fleuve à la nage. Aujourd’hui, on ne peut s’empêcher notamment de penser aux barcassiers et aux pêcheurs de Salé et de Rabat dont l’activité remonte à la nuit des temps. Moi-même, je me souviens, enfant, avoir pris plusieurs fois ces barques et, au retour, on achetait du poisson frais qu’on ramenait à la maison. Je suis certain que beaucoup de Rbatis [habitants de Rabat] et de Slaouis [habitants de Salé] s’en souviennent. »

Témoignage d’un habitant historique de la ville de Rabat

Figure 6a & 6b. Barcassiers sur l’oued Bouregreg, autrefois et aujourd’hui...

Figure 6a & 6b. Barcassiers sur l’oued Bouregreg, autrefois et aujourd’hui...

Source : galica.bnf.fr, sans date.

Cliché : Fl. Troin, 2015.

  • 13 Les fêtes du Printemps existent dans de nombreuses civilisations et cultures : Pâque chrétienne, le (...)
  • 14 Le site du Chellah se situe sur la rive gauche du Bouregreg, à 4 km de la côte atlantique et à quel (...)

21Ces lieux étaient aussi le cadre de pratiques traditionnelles et saisonnières, comme celle de la N’zaha [délassement]13, une fête organisée hors de la médina et nécessitant la remontée de l’oued pour se rendre au Chellah14 :

« L’oued Bouregreg, autrement dénommé “Vallée des grenades” ou “Ravin Asmir”, était connu et apprécié parce que, au printemps, les habitants de Salé devaient le traverser pour organiser des pique-niques au pied du Chellah, à l’occasion de la fête de la N’zaha. Les habitants de Salé passaient d’agréables journées à bord des barques, accompagnés de troupes musicales, “troupe de melhoun” [melhoun : (الملحون) mot arabe qui rassemble toute la poésie en arabe maghrébin, qu’elle soit bédouine ou citadine], dans une atmosphère joyeuse et jubilatoire. Ils poursuivaient leurs activités par la préparation de repas copieux avant d’assister à des représentations théâtrales, al bissat et halqa (les formes les plus anciennes de théâtre traditionnel au Maroc), sous des tentes dressées à cet effet. L’activité continuait jusqu’à la prière d’al asr (celle du milieu d’après-midi), avant que les foules ne retournent chez elles »15.

  • 16 Dans la typologie des jardins marocains, l’Agdal renvoie à un type de jardins-vergers qui se trouva (...)

22Relatées au Maroc depuis le XVIIIe siècle, mais pratiquées bien avant, les fêtes du Printemps ou N’zaha célébraient le renouveau de la nature (Barthe-Deloizy, 2008, p. 57) à la belle saison printanière, dans un esprit convivial, artistique et ludique. À Marrakech, ce rituel printanier se déroule dans les célèbres jardins de la ville ocre, dits de l’Agdal16 (Tebbaa, 2012). À Fès, la tradition de la N’zaha consistait à sortir de la ville et à aller passer une journée dans les collines plantées d’oliviers qui entouraient la ville. Le pique-nique dans la verdure était le point fort de cette journée (Barthe-Deloizy, 2008, p. 57-58) : « Dissociées de la nature sauvage, les parties de campagne se sont resserrées autour de l’élément devenu central : le déjeuner ».

Figure 7. Fêtes du Printemps [N’zaha] au bord du Bouregreg.

Figure 7. Fêtes du Printemps [N’zaha] au bord du Bouregreg.

Cliché : Auteur inconnu, sans date.

Nouvelles pratiques et usages quotidiens

23L’aménagement du site et l’ouverture du quai de Rabat au public, en 2007, ont profondément bouleversé les pratiques quotidiennes et festives des usagers. Depuis lors, le quai est devenu un lieu de sociabilité plus cosmopolite et un repère urbain dont la dimension symbolique s’affirme.

24Le quai s’est peu à peu transformé en lieu d’accueil de toutes les classes et couches sociales et de toutes les activités, formelles ou informelles, alors qu’il y a quelques années encore, c’était un espace pratiqué et approprié par les seules classes populaires, comme la plupart des espaces publics de Rabat. Dans sa thèse, S. Hensens (1982, p. 78) écrivait à ce propos :

« À Rabat, des voitures emmènent le samedi et le dimanche après-midi les familles vers la plage en été, vers la forêt, le zoo ou le jardin exotique en hiver (dans un rayon de 15 à 25 km) […]. Mais les gens sans voiture et sans clubs se promènent et nagent aussi. On rencontre des groupes de jeunes, la serviette sous le bras, les dimanches d’été, depuis l’embouchure du Bou Regreg, où la plage est noire de monde, jusqu’à Témara, où c’est la même chose, et les enfants comme les pêcheurs sont chez eux sur les rochers côtiers […]. Les rares jardins publics ainsi que les terrains vagues sont tous occupés par des familles à petits enfants qui sortent aussi de leurs quartiers […]. Les belles routes du bord de mer et du bord d’oued ont plus de promeneurs populaires et moins de voitures qu’en semaine ».

  • 17 Voitures citadines, SUV, 4 x 4 et berlines allemandes et françaises.
  • 18 Les parkings des quais sont quasiment pleins tout au long de la semaine. Leur capacité est de 330 p (...)

25Nos observations et enquêtes montrent la présence d’un autre public et d’autres usages, ce que confirme le témoignage des anciens que nous avons pu interroger. Cet espace public n’est plus seulement pratiqué par les classes populaires vivant à proximité, mais aussi par d’autres couches sociales en provenance des quartiers de Rabat, de Salé et de Témara. En témoignent le nombre croissant des usagers, le type de véhicules17 en stationnement sur les parkings des quais18 et l’installation de cafés-restaurants drainant une clientèle relativement aisée. Autre signe de ces mutations de la fréquentation du site, sur lequel les barcassiers interrogés ont attiré notre attention : le nombre de clients pour la traversée du fleuve tend à diminuer, tandis qu’augmente la demande de ceux qui veulent faire des « balades en barques ». Pour Saïd (cadre fonctionnaire, 33 ans), la promenade sur le quai est devenue une sortie :

« Le quai de Rabat est la destination première quand je reçois les membres de la famille. Ce quai nous offre en effet l’opportunité de déambuler, marcher, s’asseoir en regardant les enfants courir dans tous les sens sans soucis. »

26Sur le quai, la promenade est également un moment privilégié d’affirmation de soi. Comme dans d’autres métropoles, ces pratiques « concourent à une urbanité en invention où les logiques individuelles […] et familiales coexistent ». On retrouve une évolution semblable pour la corniche de Beyrouth au Liban (Delpal, 2002, p. 289-296).

27En quelques années, le quai de Rabat est devenu le concurrent du centre-ville, et cette évolution dépasse largement les attentes de ses concepteurs. Il offre en effet une possibilité de détente et de récréation à la fois aux catégories sociales moyennes et supérieures – lesquelles sont relativement peu présentes dans les espaces publics de la capitale – et aux classes populaires. La description de Rabat-Salé que fait la sociologue M. Jolé (1999-2000, p. 208) du centre de la capitale, après plusieurs années d’absence du Maroc, est explicite sur ce point :

« La gare de Rabat a perdu de sa noblesse et de sa centralité, et peut-être tout simplement sa centralité. Le centre est de plus en plus populaire. Jeunes, moins jeunes, hommes, femmes, en djellabas ou en foulards, ou en habits banalement modernes, le fréquentent ; mais ce n’est pas là que se trouve l’élite, la bourgeoisie, les intellectuels. Le centre est masse ».

28Ces classes moyennes supérieures semblent « capturées » par « l’accès à la propriété ». Pour elles le plaisir de l’espace public, du mélange, de la confusion des genres, ne serait plus possible. Leurs enfants fréquentent des écoles privées, des clubs de sports privés, la piscine privée où ils sont conduits le plus souvent en voiture. L’espace de quartier ne représente plus pour eux un lieu d’apprentissage de la socialité (Cattedra, 2002).

29Pour les usagers interrogés, la sortie sur le quai sert à afficher sa différence. Elle leur permet également de prendre de la distance par rapport à leur condition sociale. L’ajustement du code vestimentaire (maquillage, foulard, longueur des jupes, hidjab, etc.) constitue une façon de s’exprimer, il est un langage. Il fournit une multitude d’indices au chercheur sur le sens du lieu chez ses usagers et renvoie aux travaux de E. Goffman (1973, p. 19) sur New York :

« Parlant de cadres sociaux tels qu’une rue de faubourg résidentiel ou un magasin chic à New York, on peut dire de quelqu’un qu’il est bien ou mal habillé pour le moment et pour l’endroit ».

  • 19 Chez les jeunes filles, la tendance la plus en vogue est de se couvrir la tête tout en portant des (...)

30Celles et ceux qui se promènent sur le quai recherchent une visibilité, n’hésitant pas à s’exposer et à adopter des comportements ostentatoires de « modernité et de liberté ». On constate par exemple des transgressions aux usages classiques et traditionnels avec l’ajustement du mode vestimentaire (maquillage, foulard, longueur des jupes, vêtement près du corps) et des hybridations vestimentaires (hidjab, maquillage et vêtements près du corps)19. L’espace public du quai est un exutoire, où la contrainte sociale est assouplie et où une plus grande liberté s’exprime (Fig. 8a et 8b). Comme l’écrit N. Dris (1999) :

« Si la présence du hidjab est importante, cela signifie que la balance penche vers l’intransigeance, c’est alors que les tensions et les inquiétudes augmentent. A l’opposé, si le hidjab se fait plus rare ou plus coloré et les jupes plus échancrées ou plus courtes, cela signifie au contraire un allégement de la pression qui s’accompagne d’une atmosphère plus détendue. Cette variation continue de l’ambiance reflète le fait que l’espace public se situe dans un processus de renouvellement constant ».

31Comme dans d’autres villes du Maghreb, le rivage aménagé attire des populations et devient un lieu de rencontres, un espace public où, comme P.-A. Barthel (2006a, p. 127) l’écrit à propos des Berges du Lac de Tunis : « les sociabilités traduisent des situations d’interaction sociales différenciés et révélatrices des stratégies de marquage de l’espace ».

32À Rabat, les usages diurnes et nocturnes qui se déploient sur le quai du fleuve ont entraîné un transfert de « l’urbanité déambulatoire » traditionnelle, limitée à quelques espaces du centre-ville – comme l’avenue Mohammed V –, vers l’espace fluvial (Vloeberghs, Van de Bovenkamp, 2015 ; Ansen, 2015 ; Berriane, 1989, 1992).

Figures 8a & 8b. La promenade et le code vestimentaire comme forme d’urbanité et de liberté.

Figures 8a & 8b. La promenade et le code vestimentaire comme forme d’urbanité et de liberté.

Cliché : A. Moussalih, 2016.

Cliché : Fl. Troin, 2015.

33Entre les sites historiques des Oudayas et la Tour Hassan, le quai de Rabat draine désormais chaque jour des centaines de visiteurs, dont une partie sont des habitants de la médina de Rabat et, plus largement, de son centre-ville. La fréquentation est décuplée à l’occasion des fêtes religieuses ou nationales. Ces jours-là, l’attractivité du quai s’accroît. Il y est proposé aux familles et surtout aux enfants des activités ludiques appréciées (manèges, voiturettes électriques, etc.), tandis que des commerçants ambulants exposent différents produits (jus d’orange, pop-corn, chips, maïs…) et que des événements musicaux regroupent les amateurs.

Le quai de Rabat, « géosymbole d’une urbanité » et d’une sociabilité cosmopolite ?

34L’aménagement du quai a entraîné une évolution des usages entre tentative de mise aux standards internationaux et résistance des classes populaires qui, à travers différentes pratiques, ruses et tactiques de résistance, se réappropriant l’espace et l’usage à leur façon et fabriquent une ville métaphorique qui résiste à la ville dominante, « s’insinue ainsi dans le texte clair de la ville planifiée et lisible »(de Certeau, 1980).

Tentatives de normalisation et résistance

  • 20 Il s’agit d’un bateau traditionnel arabe, en bois, que l’on désigne communément du nom de dhow dans (...)

35Malgré la mixité sociale apparente, les cafés et restaurants franchisés – destinés à une classe moyenne supérieure – qui s’alignent sur cette corniche, de même que le Dhow20 – un bateau aménagé plutôt luxueusement, arrimé au quai de Rabat et faisant office de « restaurant-bar-lounge » et qui rappelle les bateaux et péniches arrimés de la sorte sur de nombreux waterfront urbains – installent une certaine sélectivité de la clientèle, alors que, à proximité, les passeurs en barque poursuivent leur activité traditionnelle (promenade et traversée). De fait, les prix élevés qui y sont pratiqués – même s’il ne s’agit pas de commerces ou de services de luxe – empêchent l’accès aux catégories sociales défavorisées et aux familles nombreuses, comme cela a déjà été dénoncé sur d’autres lieux et pour d’autres services comme la restauration rapide. Ainsi l’écrit S. Graiouid (2007, p. 531-550) : « Les établissements de fast-food franchisés ne sont accessibles qu’à une clientèle bourgeoise privilégiée qui fuit généralement les cafés non seulement à cause des préjugés sexistes, mais aussi pour des raisons de classe [sociale] » [traduction de l’Auteur].

  • 21 « Rabat s’attaque à son réseau de bus défaillant », Telquel, article en ligne : http://telquel.ma/2 (...)
  • 22 Le nombre de véhicules immatriculés dans la région de Rabat-Salé-Zemmour Zaër est, en 2014, de 547  (...)

36Outre les prix, plusieurs facteurs contribuent à cette « sélectivité » invisible (Barthel, 2006b, p. 129-144). En amont, le transport, car la mobilité d’une grande partie de la population de l’agglomération-capitale reste tributaire des transports en commun21 – qui ne desservent pas avec la même intensité l’ensemble de la métropole – ou de la voiture d’un membre de la famille22 (un fils, un proche, voire un voisin). En aval, certains objets comme les plantes en pots et les installations vitrées des terrasses des cafés se muent en barrières symboliques, en installant des limites physiques et psychologiques entre l’espace public de déambulation et l’espace privé et statique des services (Fig. 9). Les familles nombreuses s’en écartent naturellement, et longent ces installations linéaires. Ces différentes barrières contribuent à une organisation fragmentée et ségréguée qui renvoie à la figure de l’archipel (Fig. 10). Ces facteurs de filtrage, explicites ou implicites, des clientèles sont présents dans d’autres espaces publics de la ville de Rabat, comme le souligne S. Serhir (2017) :

« À Hay Ryad, lorsqu’un visiteur ou un client potentiel parvient à passer le filtre, objectif ou subjectif – celui, en ce dernier cas, de ses propres représentations –, qui lui ouvre l’accès au centre-ville et qu’il parvient à le pratiquer, il se trouve confronté à une autre barrière, celle des prix. La plupart des visiteurs les trouvent prohibitifs, ce qui les dissuade d’acheter dans une boutique franchisée ou de prendre un repas au restaurant, une glace chez le pâtissier, voire un café en terrasse […]. À ces modalités qui opèrent « spontanément » une sélection des clientèles s’ajoutent des pratiques de “filtrage” du public, dont les plus explicites sont l’omniprésence d’agents de sécurité. »

Figure 9. Marquage territorial par les pots et installations vitrées.

Figure 9. Marquage territorial par les pots et installations vitrées.

Cliché : A. Moussalih, 2016.

Figure 10. Fragmentation sociale et structure en archipel des usagers au sein du quai de Rabat.

Figure 10. Fragmentation sociale et structure en archipel des usagers au sein du quai de Rabat.

Conception : A. Moussalih. Réalisation : Fl. Troin • CITERES 2019.

37L’appropriation populaire des zones non privatisées du quai suit des rythmes journaliers, hebdomadaires et saisonniers avec des pics en fin de journée, en fin de semaine, en été et pendant les jours fériés, les festivals et les fêtes religieuses.

  • 23 À l’occasion de l’un de nos passages sur le site (été 2016), nous avons rencontré un groupe d’adole (...)

38À partir du printemps, sitôt que le soleil le permet, les enfants et les adolescents des deux villes viennent plonger et se baigner entre les panneaux d’interdiction. Se donnant en spectacle, les adolescents de l’ancienne médina de Rabat (du quartier Al Malah, plus particulièrement) et de Salé (quartiers Moulay Ismaïl et Al Karia), nombreux et souvent en groupe, plongent dans l’oued. Sans toujours le savoir, ils perpétuent ainsi l’ancienne pratique de la traversée du Bouregreg à la nage, même s’ils se limitent au plongeon sous les applaudissements et les encouragements des spectateurs et de leurs amis23.

39Par ailleurs, la volonté des autorités de coller aux codes et usages des « hauts lieux de la mondialisation » (Gravari-Barbas, Fagnoni, 2013) s’accompagne d’une tentative de normalisation des usages qui implique l’interférence de pratiques socio-spatiales et de normes inédites imposées par les concepteurs (Cattedra, 2001).

Résistances quotidiennes

40Cette tentative de normalisation prend la forme d’interdictions, avec un grand nombre de panneaux (Fig. 11a), qui visent à éradiquer toutes les pratiques et formes d’appropriations traditionnelles du lieu par les habitants des couches populaires, notamment ceux de la médina proche (pêche à la ligne, baignade et plongeons, jeux collectifs, vente d’appâts, etc.). Ces tentatives rencontrent une résistance quotidienne qui s’exprime sous la forme de transgressions régulières : les jeunes (gens) continuent à pratiquer la baignade et à plonger, les passionnés de la pêche espèrent toujours ramener des poissons, tandis que les marchands ambulants vont toujours d’un groupe à un autre à la recherche de clients (Fig. 11a et 11b).

  • 24 Extrait du récit de Ghizlane, doctorante ayant participé à un atelier d’écriture urbaine, organisé (...)

« Des enfants nous proposent des Kleenex, ils insistent, 1,50 DH seulement, prenez-en, Mesdemoiselles, s’il vous plaît ! On hésite, un enfant doit être à l’école à cette heure-ci, on ne veut pas encourager ce genre de pratique. Et pourtant, on met nos valeurs de côté, et on craque pour le sourire qui se dessine sur sa face lorsqu’il touche le métal des quelques pièces qu’on lui offre. » Ghizlane, doctorante24

41Autrefois « habité » (Dardel, 1990 [1952]) et traversé par les habitants des deux rives (Rabat et Salé), le quai est devenu un lieu d’affrontements symboliques entre des logiques d’appropriations traditionnelles et un modèle plus conforme aux standards internationaux et aux clichés du marketing urbain. Malgré les tentatives de contrôle, le quai est un lieu vivant où s’élaborent des formes mixtes d’agencements, de cohabitations et de partages entre des activités et des hommes, et entre des hommes appartenant à des groupes sociaux différents et dont les modèles culturels sont plus ou moins éloignés les uns des autres. C’est sans doute un relatif échec pour les aménageurs et les gestionnaires qui rêvaient sans doute d’un lieu aseptisé plus conforme aux attentes des populations citadines et des touristes nationaux ou étrangers.

42Le chercheur trouve ici matière à réflexion sur la « créolisation » (Gwiazdzinski, 2016) des espaces, des usages et identités en mouvement. Ces pratiques quotidiennes évoluent à l’occasion de grands événements ritualisés.

Figures 11. Normalisation de l’espace public et résistance des pratiques. a & b. pêche au poulpe / c. panneaux / d. jeunes baigneurs.

Figures 11. Normalisation de l’espace public et résistance des pratiques. a & b. pêche au poulpe / c. panneaux / d. jeunes baigneurs.

Cliché : Fl. Troin, 2015.

Cliché : Fl. Troin, 2015.

Cliché : A. Moussalih, 2016.

Cliché : A. Moussalih, 2016.

Pratiques exceptionnelles au temps des festivals et du Ramadan

  • 25 Le festival dure une semaine, en principe à cheval sur les mois de mai et de juin. Toutefois, pour (...)
  • 26 Le festival est organisé autour de 7 scènes qui se répartissent entre les villes de Rabat et de Sal (...)

43Le festival Mawazine. Rythme du Monde est le grand événement qui anime la ville aux mois de mai et juin25. Ce festival, organisé par l’association Maroc Cultures et placé sous le patronage du Roi, avec l’ambition d’être « le rendez-vous incontournable de la scène musicale marocaine et internationale »26, est organisé autour de sept scènes thématiques entre les villes de Rabat et de Salé. L’esplanade dallée du quai Bouregreg est consacrée aux musiques africaines. Le public qui envahit cet espace à l’occasion du festival – aux côtés des occupants habituels qui s’y maintiennent – est composé de personnes d’origines variées, à l’allure décontractée, en provenance de différentes régions du Maroc et, pour quelques-uns, de l’étranger, pour venir vibrer aux rythmes des plus belles sonorités du continent africain.

44À l’occasion de cet événement, se dessinent de nouveaux usages de l’espace public par rapport aux pratiques ordinaires. Entre l’arrivée et le départ des spectateurs, nous avons observé comment ils s’appropriaient les lieux et négociaient l’espace qui leur était offert.

45La majorité de ceux qui viennent assister à un spectacle arrivent en avance et attendent le début de la représentation. À leur arrivée, ils se dirigent directement vers la scène et essayent de se frayer un chemin parmi la foule. Ils se bousculent pour s’installer aux premiers rangs de l’espace gratuit grand public donnant sur la zone gold (zone payante) afin d’être au plus près de la scène. Une fois parvenus à l’endroit souhaité, ils s’y maintiennent debout et n’en bougent plus jusqu’à la fin.

46« Même si nous sommes dans la partie grand public, nous nous sentons comme si on était dans la Zone Gold », commente une adolescente et ses amis en souriant. Cette phrase témoigne d’un découpage de l’espace physique qui renvoie à une stratification sociale qui se maintient même au sein d’un espace public (Fig. 12).

Figure 12. Fragmentation sociale et structure pyramidale de l’espace public pendant le Festival Mawazine.

Figure 12. Fragmentation sociale et structure pyramidale de l’espace public pendant le Festival Mawazine.

Conception : A. Moussalih. Réalisation : Fl. Troin • CITERES 2019.

47Durant ces moments d’attente et avant d’investir les lieux, les festivaliers se donnent à voir, commentent entre eux ce qu’ils observent. Ces échanges, commentaires, regards, rires ou cris créent une animation spontanée sur le parvis, avant le début du spectacle. Durant celui-ci, toutes les frontières semblent effacées. La foule semble un seul bloc avec les mêmes clameurs, les mêmes applaudissements, la même tension et surexcitation pour le spectacle. En ce sens et comme souvent, selon L. Gwiazdzinski (2009, p. 351) :

« L’événement […] permet aux habitants d’un quartier, d’une ville ou d’un territoire de se retrouver et de réinventer un « nous », moment où on fait ville, temps et lieu collectifs parfois partagés avec d’autres usagers venus d’ailleurs. L’événement tisse des liens où il n’y en avait pas, crée des communautés là où régnait l’anonymat […] et maintient une illusion de lien social. »

48Le mois du Ramadan est un autre moment particulier dans la vie du quai de Rabat. Le rythme de vie et l’ambiance sont différents de l’ordinaire. La journée est encadrée par l’appel à la prière. Le quai connaît un pic d’animation à deux moments particuliers de la journée. D’abord entre le moment de la prière d’Al Asr [prière de l’après-midi] et celui de la prière d’Al Maghrib [rupture du jeûne]. Les quelques espaces verts sont investis. Durant cette période de la journée, les usagers se relaient sans relâche sur le quai, à la recherche de fraîcheur. Les enfants accompagnés courent dans tous les sens et la circulation des vélos, trottinettes et patins à roulettes est intense. Les adultes essaient de fournir le minimum d’efforts en s’abritant dans les zones ombragées de la place pour profiter de la fraîcheur, et les « accros » de pêche à la ligne poursuivent leur passe-temps favori. « Chacun fait en sorte de consommer le temps en attendant l’appel à la prière d’Al Maghrib ». Le second moment vient juste après la prière d’Al Ichaa [prière de la nuit]. Ces dernières années, la fréquentation exceptionnelle en cette période a été largement favorisée par la coïncidence avec la saison estivale. Après la prière d’Al Ichaa et jusqu’à une heure tardive dans la nuit, le quai est totalement métamorphosé. L’ambiance du Ramadan s’installe. Le quai se transforme en un espace de divertissement, de récréation, de déambulation. Dans ce contexte particulier, les pouvoirs publics et les associations organisent des évènements artistiques et culturels. À l’animation s’ajoute la congestion de la circulation, avec les voitures à la queue-leu-leu sur la double voie, et un bruit permanent de crissements de pneus, de vrombissement des moteurs de voiture ou de moto, etc. Les gens sont plus bruyants, plus voyants et plus nombreux qu’à l’accoutumée. Autre élément significatif, à mesure que le site se remplit, la présence féminine s’accroît. Accompagnées d’un enfant, d’un frère, d’un parent ou seules, les femmes de tous les âges investissent les lieux. Pour elles, le Ramadan constitue un temps émancipateur (Monqid, 2006, p. 193). Mais ce triomphe de la fête sur les interdits est éphémère. La fin du Ramadan marque le retour à la monotonie du quotidien (Dris, 2004, p. 261).

Espace d’émancipation des femmes et des jeunes couples

49Entre rythmes quotidiens et évènements extraordinaires, le quai aménagé est devenu un espace central dans l’évolution des modes de vie des femmes et des jeunes gens.

Une relative liberté

  • 27 Enquêtes 2014-2017. Comptage à partir des photographies prises sur les lieux à différents endroits (...)
  • 28 La fréquentation nocturne du quai de Rabat se prolonge jusqu’à minuit en été et jusqu’à 20 h en hiv (...)

50Quels que soient les jours de la semaine, les saisons ou les heures de la journée, les femmes constituent la majorité (entre 55 % et 60 %) des usagers du quai de Rabat27. La nuit, par contre, sa fréquentation devient très majoritairement masculine28 (60 %).

51En journée, on croise les femmes déambulant dans l’espace public ou assises sur un banc, parfois à la terrasse d’un café ou à la table d’un restaurant ; elles observent le spectacle urbain, discutent avec les membres de leurs familles ou avec leurs amies. Plus largement, et contrairement aux usages en vigueur dans les autres espaces de la ville marocaine, la femme peut affirmer sa présence seule, en groupe ou aux côtés d’hommes et la mixité dans l’espace public y devient de plus en plus la règle.

52Les femmes et jeunes filles seules ou accompagnées sont particulièrement visibles lors des manifestations temporaires organisées sur le quai, tout particulièrement lors du festival Mawazine. Cette présence montre l’évolution du statut de la femme, jadis cantonnée dans la sphère de la demeure et qui s’assume désormais dans l’espace public.

53Elles paraissent cependant toujours sur la défensive. « Sortir, pour les femmes, équivaut à traverser des espaces dangereux où le respect des valeurs n’est pas garanti, où l’agression est souvent réelle sous le regard complice des passants », comme le souligne N. Dris (2005). Pendant les concerts organisés sur le quai de Rabat, les femmes adoptent deux sortes de précautions pour se protéger contre l’Autre, l’inconnu et le différent. Ce sont soit des stratégies d’isolement, soit sur des stratégies d’évitement. Concrètement, elles forment souvent des cercles fermés afin de contrôler toutes les intrusions éventuelles. Elles s’installent aussi à des endroits peu convoités par les hommes, de préférence sur les marges des lieux où elles souhaitent s’installer, par exemple pour profiter au mieux du spectacle sans être dérangées.

54La nuit, elles n’accèdent cependant à l’espace public qu’accompagnées d’un « homme », par respect des normes sociales et pour des raisons de sécurité. Par obligation ou par choix, elles sont le plus souvent accompagnées par un frère, un cousin, un parent, un mari ou un ami : « Si les femmes se sont affirmées dans l’espace public, il n’en reste pas moins qu’elles définissent et délimitent elles-mêmes leur place dans cet espace et leur liberté […]. Elles s’autocensurent » (Monqid, 2006), comme l’avaient déjà montré Riger et Gordon dans une étude portant sur les espaces publics de la ville de New York (Franck, Paxson, 1989).

Allègement social

55De nombreux auteurs ont déjà mis en évidence l’importance, pour les jeunes filles, de certains espaces publics, notamment en termes de desserrement des contraintes familiales et sociales. G. Gillot (2002, 2004) a montré, pour Le Caire, Damas ou Rabat, le rôle qu’ils pouvaient jouer comme espaces de rencontres amoureuses. De fait, à Rabat, le quai est devenu un espace où le poids des contraintes sociales est relativement allégé, comme il l’est dans quelques autres espaces particuliers de la ville (malls, quartiers du type Hay Riad, quartier Hassan, etc.). C’est un espace où peut s’exercer une relative liberté de mouvement, la liberté de regard ; un lieu où, si l’on en croit les personnes interrogées, elles se sentent anonymes. C’est un petit théâtre, une scène où tout un jeu de regards et de séduction se déploie. Les jeunes adolescents en promenade – comme nous avons pu le constater de visu – pratiquent une « drague » plutôt soft et furtive, à l’apparence courtoise et non agressive.

56Le quai offre aux amoureux quelques endroits où se soustraire aux regards du plus grand nombre : des cafés, des bancs espacés les uns des autres, particulièrement aux extrémités de la promenade. On s’y prend la main, on discute, on s’y enlace parfois et, exceptionnellement, on y goûte un furtif baiser. Les jeunes filles des milieux aisés peuvent se rendre avec leur petit ami, en toute discrétion, dans des restaurants ou des cafés. Pour celles des milieux populaires, par contre, il n’y a guère de choix, comme l’a déjà montré, pour d’autres lieux, G. Gillot (2005, p. 31) :

« De façon un peu tranchée, on peut dire que plus le milieu social est favorisé et occidentalisé, plus les jeunes filles sont libres dans leurs relations avec les garçons. Au contraire, plus les milieux sont traditionnels, plus elles doivent s’inscrire dans un modèle moral contraignant. Entre les deux, une certaine tolérance existe ».

57Le quai de Rabat appartient ainsi à la catégorie peu fournie des lieux publics de Rabat que les jeunes filles peuvent fréquenter avec leurs petits amis, selon N. Dris (2005, p. 205) :

« L’espace public est alors un “dehors” où s’inventent des contournements et des détournements des normes établies. La rencontre amoureuse est un sujet réglementé [dans les sociétés arabes] par des interdits que l’espace public permet dans une certaine mesure d’“esquiver” ».

58Par l’anonymat et le brouillage des identités permis par ce lieu, la transgression des normes ordinaires de comportement devient possible. Le quai est véritablement un espace où la contrainte est moins forte qu’ailleurs (Fig. 13a et 13b). Nos observations rejoignent ainsi les travaux de N. Dris et de G. Gillot relatifs aux les jardins et espaces publics au Maghreb, mais également ceux de P. Sansot (2003) sur les jardins publics, qu’il analysait comme des lieux de rencontres, parfois de heurts et, dans tous les cas, des lieux d’émotions partagées, toutes caractéristiques qui ont aussi été repérées au Maghreb.

Figures 13a & 13b. Les rencontres amoureuses sur le quai.

Figures 13a & 13b. Les rencontres amoureuses sur le quai.

Cliché : A. Moussalih, 2016.

Cliché : A. Moussalih, 2016.

59Pour ces jeunes gens, le quai permet « d’échapper à l’emprise familiale », comme nous avons pu l’entendre à plusieurs reprises dans les enquêtes. Ainsi, à l’occasion d’un échange avec un jeune couple (anonyme), tenu en 2016, le garçon et la jeune fille ont exposé sans trop d’hésitations leur point de vue :

La jeune fille : « Avec la famille, ce n’est pas possible que nous nous rencontrions dans l’espace du quartier. Mais le quai nous permet des virées “romantiques” ».

Le garçon : « La société pense que ce n’est pas dans nos mœurs qu’un garçon rencontre une fille ou l’inverse sans que la famille soit au courant. […] On se donne rendez-vous dans des lieux où les couples se rencontrent comme ça on s’y sent appartenir à un groupe ».

La jeune fille : « Malgré cela, on se voit dans ces lieux avec la peur d’être “chopés” par un membre de la famille ! »

60Le quai permet l’émergence de nouveaux modes de vie, affirmation des femmes et une certaine redéfinition des rapports entre les sexes.

Conclusion

61Dans la capitale marocaine, l’aménagement des promenades a permis l’émergence d’une « urbanité déambulatoire » et ouvert l’espace public à des catégories – femmes, adolescents – qui, jusque-là, n’y avaient qu’un accès mesuré et contrôlé. Cette avancée a malgré tout des limites. Limite géographique tout d’abord, puisque les quais peuvent apparaître comme une vitrine insulaire, géographiquement contrôlée. Limite en termes d’ouverture, de mélange et d’altérité, car les quais restent un lieu de « côtoiement » symbolique – encore marginal – entre les usagers du quartier et de la ville de Rabat d’un côté et un faible nombre de visiteurs internationaux, d’un autre côté, contrairement à ce que l’on peut observer sur d’autres promenades de ce type à Bordeaux, Nice ou Shanghai.

62Si la ville est bien le « lieu de maximisation des interactions » (Claval, 1982), il est important de favoriser l’émergence d’espaces publics à toutes les échelles et à tout moment, au centre comme en périphérie, au lieu de les réserver à quelques secteurs urbains privilégiés En ce sens, l’un des principaux défis à relever par les pouvoir publics marocains est sans doute l’amélioration de la qualité de tous les espaces publics de la ville – et notamment ceux des quartiers en situation de marge urbaine, surtout lorsque les densités y sont élevées – pour s’approcher d’un niveau équivalent à celui des quais. Les premiers effets observés des aménagements du quai de Rabat – en termes de mixité et d’urbanité – constituent un bel argument en faveur d’un tel objectif.

63À Rabat comme dans le reste du monde, l’espace public est un révélateur des évolutions des cultures et des sociétés. Il est un élément déterminant pour favoriser le vivre ensemble et contribuer à faire société. Entre régulation et appropriation vernaculaire, mondialisation et traditions, l’espace public est un bien commun (Gwiazdzinski, 2013, p. 269-285), dont il nous faut prendre soin.

Haut de page

Bibliographie

Ansen A., 2015, « Une “modernité marocaine” à travers la mode », p. 473-482, in Dupret B., Rhani Z., Boutaleb A., Ferrié J. (dir.), Le Maroc au présent. D’une époque à l’autre, une société en mutation, Rabat/Casablanca, Centre Jacques-Berque/Fondation du Roi Abdul-Aziz, coll. « Dialogue des deux rives ».

Aventin C., 2005, Les Espaces publics urbains à l’épreuve des actions artistiques, Thèse de doctorat en Sciences de l’ingénieur, Université de Nantes.

Barthe-Deloizy F. (dir.), 2008, Le Pique-nique, ou l’éloge d’un bonheur ordinaire, Paris, Bréal, coll. « d’autre part ».

Barthel P.-A., 2006a, « Urbanités complexes : la fabrique des lieux “publics” aux Berges du Lac de Tunis », Espaces et sociétés, no 127, p. 129-144.

Barthel P.-A., 2006b, « Mondialisation, urbanité et néo-maritimité : la corniche du Lac de Tunis », L’Espace géographique, no 2 (tome 35), p. 177-187.

Beck R., Madoeuf A. (dir.), 2005, Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Perspectives historiques ».

Berriane M., 1992, Tourisme et migrations de loisirs au Maroc : étude géographique, Rabat, Université Mohammed-V, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines, série « Thèses et Mémoires », no 16.

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A., Roulleau-Berger L. (dir.), 2007, Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Bonnemaison J., 2004 [2000], La Géographie culturelle. Cours de l’Université Paris IV-Sorbonne, 1994-1997, Paris, Éditions du CTHS.

Bonnemaison J., 1981, « Voyage autour du territoire », L’Espace géographique, no 4, p. 249-262.

Brunot L., 1921, La Mer dans les traditions et les industries indigènes à Rabat et Salé, Paris, Leroux.

Cattedra R., 2001, La Mosquée et la cité : la reconversion symbolique du projet urbain à Casablanca (Maroc), Thèse de doctorat en Géographie, sous la dir. de P. Signoles, Université François-Rabelais, Tours.

Certeau (de) M., 1980, L’Invention du quotidien. Tome 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Chaline C., 1988, « La reconversion des espaces fluvio-portuaires dans les grandes métropoles », Annales de Géographie, no 544, p. 695-715.

Chaline C., 1994, Ces Ports qui créèrent des villes, Paris, L’Harmattan, coll. « Maritimes ».

Claval P., 1982, La Logique des villes. Essai d’urbanologie, Paris, LITEC, coll. « Géographie économique et sociale ».

Corbin A., 1990, Le Territoire du vide. L’Occident et le désir de rivage, 1740-1840, Paris, Flammarion.

Coutras J., 1996, Crise urbaine et espace sexués, Paris, Armand Colin.

Dardel E., 1990 [1952], L’homme et la Terre. Nature de la réalité géographique, Paris, Éditions du CTHS.

Delpal C., 2002, « Vous devriez venir le matin, il y a des gens bien, des sportifs ! Quand le sport habille les sociabilités publiques à Beyrouth », Géocarrefour, vol. 77, no 3, p. 289-296.

Dris N., 1999, « Citadinités et codes culturels dans le centre d’Alger. Les ambivalences d’un espace public », Les Annales de la recherche urbaine, vol. 83, no 1, p. 132-139.

Dris N., 2004, « Espaces publics et limites. Les implications du genre dans les usages de la ville à Alger », p. 249-264, in Denèfle S. (dir.), Femmes et villes, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Perspectives. Villes et Territoires », no 8.

Dris N., 2005, « Les espaces publics à Alger : mise en scène des formes opposées des usages », p. 197-210, in Boumaza N. (dir.), Villes réelles, villes projetées : villes maghrébines en fabrication, Paris, Maisonneuve & Larose.

Dussuet A., 2004, « Femmes des villes : des individus ou des personnes ? », p. 359-378, in Denèfle S. (dir.), Femmes et villes, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Perspectives. Villes et Territoires », no 8.

Elouarti A., 1998, « Loisir et tourisme : un nouveau champ dans la sociologie marocaine », in Les sciences humaines et sociales au Maroc : études et arguments, Rabat, Université Mohammed V-Souissi.

Franck K.A., Paxson L., 1989, “Women and urban public space”, p. 121-146, in Altman I., Zuve E.H. (eds), Public places and spaces, Boston MA, Springer.

Gillot G., 2002, « Espaces populaires, pratiques intimes : les jardins publics au Caire, à Rabat et à Damas », Géocarrefour, vol. 77, no 3, p. 267-274.

Gillot G., 2005, « Faire sans le dire. Les rencontres amoureuses au Caire », Géographie et Culture, no 54, p. 31-52.

Gillot G., 2013. « Le désir d’internationalité. Dynamique et vecteur de la mise à niveau des villes marocaines », Revista de Antropologia urbana, no 1, p. 49-68.

Goffman E., 1973, La Mise en scène de la vie quotidienne. 2. Les relations en public, Paris, Minuit.

Graiouid S., 2007, “A Place on the Terrace: Café Culture and the Public Sphere in Morocco”, The Journal of North African Studies, 12/4, p. 531-550.

Gravari-Barbas M., Renard-Delautre C., 2015, Starchitecture(s). Figures d’architectes et espace urbain, Paris, L’Harmattan, coll. « Gestion de la culture et du secteur non lucratif ».

Gravari-Barbas M., Fagnoni E., 2013, Métropolisation et tourisme. Comment le tourisme redessine Paris, Paris, Belin, coll. « Mappemonde ».

Gwiazdzinski L., 2009, « Chronotopies. L’événementiel et l’éphémère dans la ville des 24 heures », Bulletin de l’association des géographes français, no 86 (3), p. 345-357.

Gwiazdzinski L., Rabin G., 2010, Urbi et Orbi. Paris appartient à la ville est au monde, La Tour d’Aigues, Nouvelles éditions de l’Aube, coll. « Monde en cours ».

Gwiazdzinski L., 2013, « Contre les territoires jetables. Première approche critique des systèmes d’identification des territoires », p. 269-285, in Baur R., Thierry S., Please don’t brand my public space. On the Symbolic Poverty of the Representational Systems of Territorial Collectivities, Lars Müller Publishers.

Gwiazdzinski L., 2015, « Saisons urbaines ? Entre climatisation et esthétisation », Printemps de l’a-urba#3 : Saisons en ville, Bordeaux.

Gwiazdzinski L. (dir.), 2016, L’Hybridation des mondes. Territoires et organisations à l’épreuve de l’hybridation, Grenoble, Elya, coll. « L’innovation autrement ».

Gwiazdzinski L., 2017, « Temporalités et territorialités urbaines », Séminaire de l’Institut of Smart City, Shanghai.

Hensens S., 1982, Pôles d’animation dans l’espace urbain de Rabat, Thèse de doctorat de 3e cycle en Géographie, Université François-Rabelais, Tours.

Hu W., Gwiazdzinski L., Wan W., 2016, « Les nuits de Shanghaï. Première approche spatio-temporelle à partir des réseaux numériques sociaux », Netcom, 30-3/4 | 2016. http://journals.openedition.org/netcom/2519 ; DOI : 10.4000/netcom.2519 [mis en ligne le 21/03/2017, consulté le 03/09/2019].

Kavaratzis M., 2009, “What can we learn from city marketing practice?”, European Spatial Research and Policy, 16 (1), 41-58, p. 43.

Lévy J., Lussault M., 2003, Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Mongin O., 2007, La Condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation, Paris, Seuil, coll. « Points ».

Monqid S., 2006, Les Femmes marocaines et la modernité urbaine. Le cas de la ville de Rabat, Thèse de doctorat en Sociologie, sous la dir. de S. Denèfle, Université François-Rabelais, Tours.

Morsy M., 2012, Safe city free of violence against women and girls is a safe city for everyone Egypt’s experience, Égypte/Monde arabe, Troisième série, 9 | 2012. http://journals.openedition.org/ema/3026 ; DOI : 10.4000/ema.3026 [mis en ligne le 31/12/2012, consulté le 03/09/2019.

Mouloudi H., 2009, « L’aménagement de la Corniche de Rabat (Maroc) face au défi de l’environnement et du développement durable : quand la société civile prend le devant de la scène publique », Les Cahiers d’EMAM, 17 | 2009. http://journals.openedition.org/emam/297 ; DOI : 10.4000/emam.297 [mis en ligne le 10/02/2012, consulté le 03/09/2019].

Mouloudi H., 2010, « La réaction de la société civile dans la production des grands projets urbains au Maroc : entre le soutien inconditionnel et le rejet total », Les Annales de la recherche urbaine, no 106, p. 48-62. www.persee.fr/doc/aru_0180-930x_2010_num_106_1_2782 ; DOI : 10.3406/aru.2010.2782 [consulté le 03/09/2019].

Mzaiz M., 2011, « Les modes de faire des grands projets : l’exemple de l’aménagement de la vallée du Bouregreg », p. 131-154, in Collectif, Questions d’économie marocaine 2011, Presses universitaires du Maroc.

Paquot T., 2009, L’Espace public, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Péron F., Rieucau J. (dir.), 1996, La Maritimité aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, coll. « Géographie et Cultures ».

Pradel B., 2010, Rendez-vous en ville ! Urbanisme temporaire et urbanité événementielle : les nouveaux rythmes collectifs, Thèse de doctorat en Sociologie, Université Paris-Est.

Rieucau J., 2012, « La promenade publique géosymbole de l’urbanité espagnole. La Rambla Nova de Tarragone », EchoGéo, 22 | 2012. http://journals.openedition.org/echogeo/13252 ; DOI : 10.4000/echogeo.13252 [mis en ligne le 30/01/2013, consulté le 03/09/2019].

Serhir S., 2017, « Hay Ryad à Rabat : de la ville nouvelle au quartier ? », Les Cahiers d’EMAM, 29 | 2017. http://journals.openedition.org/emam/1376 ; DOI : 10.4000/emam.1376 [mis en ligne le 07/02/2017, consulté le 03/09/2019].

Tebbaa W., 2012, « Les jardins du Maroc ». e-taqafa, le Centre Culturel Virtuel Marocain. http://www.e-taqafa.ma/dossier/les-jardins-du-maroc-ouidad-tebbaa [mis en ligne le 17/10/2012 ; consulté le 03/09/2019].

Turcot L., 2005, Le Promeneur à Paris au XVIIIe siècle : construction d’une figure sociale, Thèse de doctorat, Paris, EHESS.

Vloeberghs W., Van de Bovenkamp E., 2015, « Sacré ramadan : centralité d’une expérience religieuse collective », p. 773-781, in Dupret B., Rhani Z., Boutaleb A., Ferrié J. (dir.), Le Maroc au présent. D’une époque à l’autre, une société en mutation, Rabat/Casablanca, Centre Jacques-Berque/Fondation du Roi Abdul-Aziz, coll. « Dialogue des deux rives ».

Haut de page

Notes

1 La Kasbah des Oudayas, monument phare de la vallée du Bouregreg, représente le premier noyau urbain arabo-islamique du site. Sa valeur patrimoniale est très importante, dans la mesure où ce monument a su garder toutes les empreintes historiques de la vallée.

2 Traduction par l’auteur d’un entretien réalisé en arabe avec M. Baroudi, barcassier.

3 Il s’agit de : a. l’Arrêté viziriel du 13 janvier 1954 ; b. le Projet national de la jeunesse ou « Proposition Zévaco », en 1966 ; c. le Plan d’aménagement de 1972 conçu par les Services de l’Urbanisme ; d. la proposition « Partex » de 1983 ; e. le Plan d’aménagement du Bouregreg ou « Plan Pinseau » établi en 1994 ; f. le Plan d’aménagement dressé par l’Agence urbaine de Rabat-Salé, à partir du Plan de référence de l’IAURIF de 1998.

4 Séquence 1. Bab Al Bahr : elle correspond à l’estuaire du Bouregreg, entre les médinas de Rabat et de Salé, en aval du pont Hassan II ; Séquence 2. Assahat Al Kabira, entre le pont Hassan II et le pont de l’Office national des chemins de fer (ONCF) ; Séquence 3. Kasbat Abi Raqraq, entre le pont de l’ONCF et le pont Mohammed V ; Séquence 4. Sahrij El Oued, en amont du pont Mohammed V, elle couvre la plaine située au bas des pentes du plateau d’Akreuch ; Séquence 5. Al Menzeh Al Kébir : elle correspond au plateau de Shoul ; Séquence 6. Les belvédères du plateau de Hssaine.

5 La séquence de Bab Al Bahr s’étend sur une superficie de 30 ha dont 530 000 m² de planchers, dédiée à des unités résidentielles de haut standing, des unités hôtelières (5 étoiles), des activités tertiaires devant constituer un ensemble de pôles d’animation et de loisirs – dont la Cité des Arts et des Métiers – et à des espaces publics.

6 L. Brunot (1921) différenciait « barcassier/babriias » et « batelier/flaikiias ». Ces deux corps de métiers avaient leur propre corporation et exerçaient des activités différentes. Cependant, dans les écrits récents portant sur l’aménagement de la vallée du Bouregreg et dans le discours officiel, c’est généralement le terme de « barcassier » que l’on trouve employé, même si, sur le terrain, les pratiquants de la traversée entre Rabat et Salé utilisent plutôt le terme de flaikiias et non pas celui de babriias, réservé aux mariniers.

7 Pour J. Lévy, un géotype « est repéré lorsque l’on traite comme un espace unique un ensemble de configurations spatiales interactives les unes avec les autres » (Lévy, Lussault, 2003, p. 412-413).

8 Notion introduite en géographie par J. Bonnemaison (1981, 2004) qui la définit comme « un lieu, un itinéraire, une étendue qui, pour des raisons religieuses, politiques ou culturelles prend, aux yeux de certains peuples et groupes ethniques, une dimension symbolique qui les conforte dans leur identité ». Le géosymbole est donc, pour cet auteur, un marqueur spatial, un signe dans l’espace, qui reflète et qui forge une identité.

9 Source : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/urbanite

10 Traduction de l’Auteur.

11 Le classement de Rabat sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité est effectif depuis le 29 juin 2012.

12 Le projet Rabat, Ville Lumière, Capitale marocaine de la Culture a été lancé en mai 2014 par le Roi Mohammed VI. Il concerne la période 2014-2018. Il est piloté par une société anonyme : Rabat-Aménagement.

13 Les fêtes du Printemps existent dans de nombreuses civilisations et cultures : Pâque chrétienne, le 13e jour de Norouz pour les Iraniens, Newroz pour les Kurdes, N’zaha au Maroc, Sham el Nessîm en Égypte. Ces fêtes célèbrent la renaissance de la nature.

14 Le site du Chellah se situe sur la rive gauche du Bouregreg, à 4 km de la côte atlantique et à quelque 100 m à vol d’oiseau, en direction du sud-est, de l’enceinte almohade de Rabat. Il occupe les pentes de deux collines. Nécropole méridine aménagée au XIVe siècle, entourée d’une puissante muraille, il s’étend sur une superficie de presque 7 ha, en dominant à la fois la plaine alluviale de l’Oulja et l’estuaire du fleuve. Du fait de sa situation topographique et géographique, le site a offert des conditions propices à l’occupation humaine dès la plus haute Antiquité (VIIe-VIe s. av. J.-C.) : un territoire fertile, des sources d’eau abondantes, des forêts et un site ouvert à la fois sur le fleuve et sur l’Océan. Le Chellah comprend : a. le site archéologique antique de Sala ; b. la nécropole dynastique des Mérinides ; c. le site naturel sacré du bassin aux anguilles.

15 Source : http://www.hespress.com/opinions/251981.html

16 Dans la typologie des jardins marocains, l’Agdal renvoie à un type de jardins-vergers qui se trouvaient à proximité du palais des sultans et dont la principale caractéristique était qu’ils étaient toujours clos, entourés de remparts, divisés en enclos et comportaient d’immenses pièces d’eau.

17 Voitures citadines, SUV, 4 x 4 et berlines allemandes et françaises.

18 Les parkings des quais sont quasiment pleins tout au long de la semaine. Leur capacité est de 330 places, mais on compte en général entre 250 et 300 véhicules en stationnement.

19 Chez les jeunes filles, la tendance la plus en vogue est de se couvrir la tête tout en portant des jeans ou des fuseaux. Ce sont des jeunes filles qui veulent montrer qu’elles restent « branchées » tout en portant le hidjab. Au Maroc, cette manière de le porter est décrite (ironiquement) ainsi : le haut est qualifié d’iqraa (en référence à la chaîne satellitaire religieuse sur laquelle les présentatrices portent le hidjab et dont les prédicateurs charismatiques se font les chantres d’un islam soft et branché) et le bas de rotana (en référence à une chaîne de divertissement satellitaire très prisée par les jeunes téléspectateurs, qui fait triompher des stars de la chanson à la sensualité débordante). En Algérie, beaucoup de jeunes filles ne veulent point « enterrer » leur beauté sous le hidjab. Elles sont dites alors partisanes de la tendance zine oua dine [beauté et religion]. Cf. Moali, 2006, El Watan en ligne : https://www.mondialisation.ca/alg-rie-le-ph-nom-ne-du-port-du-voile-prend-de-l-ampleur/3540

20 Il s’agit d’un bateau traditionnel arabe, en bois, que l’on désigne communément du nom de dhow dans le Moyen-Orient. Celui qui est arrimé au quai de Rabat mesure 47 mètres de long et 10 mètres de large.

21 « Rabat s’attaque à son réseau de bus défaillant », Telquel, article en ligne : http://telquel.ma/2017/03/02/ville-rabat-prepare-succession-stareo_1537697 [mis en ligne le 02/03/2017].

22 Le nombre de véhicules immatriculés dans la région de Rabat-Salé-Zemmour Zaër est, en 2014, de 547 032 selon le Ministère de l’Équipement, du Transport et de la Logistique (Direction des Transports routiers et de la Sécurité routière), soit un taux de motorisation de 20,43 %.

23 À l’occasion de l’un de nos passages sur le site (été 2016), nous avons rencontré un groupe d’adolescents de la ville de Salé qui pratiquaient cette activité sous l’œil surpris des passants. L’un d’eux nous a raconté qu’il était élève de Terminale et qu’il était venu là pour se reposer, prendre un peu d’air avant de se remettre aux révisions pour les examens du baccalauréat. Il nous a révélé également qu’il venait ici avec ses amis et en compagnie de leurs petites amies, espérant ainsi qu’elles seraient séduites par cette petite compétition de plongeons.

24 Extrait du récit de Ghizlane, doctorante ayant participé à un atelier d’écriture urbaine, organisé par l’INAU et le Centre Jacques-Berque et animé par O. Mongin.

25 Le festival dure une semaine, en principe à cheval sur les mois de mai et de juin. Toutefois, pour l’édition 2018, compte tenu des dates du Ramadan (15 mai-14 juin), il s’est tenu du 22 au 28 juin.

26 Le festival est organisé autour de 7 scènes qui se répartissent entre les villes de Rabat et de Salé. Selon des sources officielles, sa fréquentation en ferait l’un des plus importants au monde, avec 2,5 millions de spectateurs en 2013.

27 Enquêtes 2014-2017. Comptage à partir des photographies prises sur les lieux à différents endroits et différents moments.

28 La fréquentation nocturne du quai de Rabat se prolonge jusqu’à minuit en été et jusqu’à 20 h en hiver.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Petits pêcheurs au bord du Bouregreg.
Crédits Source : moustacho.com, sans auteur, sans date.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-1.png
Fichier image/png, 612k
Titre Figure 2. Yacht-club en activité.
Crédits Source : Guy Lecoq forum, Dafina.net, sans date.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-2.png
Fichier image/png, 742k
Titre Figure 3. Les rives du Bouregreg avant aménagement, au début du XXe siècle.
Crédits Source : Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM), début du XXe siècle.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 4. Les rives du Bouregreg avant aménagement, vers 1990.
Crédits Source : auteur inconnu, 1990 approximativement.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 5. Le quai de Rabat sur l’oued Bouregreg.
Crédits Source : Reichen et Robert & Associés, 2007. https://www.reichen-robert.fr/​fr/​projet/​secteur-bab-al-bahr-la-cite-de-lestuaire
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-5.png
Fichier image/png, 242k
Titre Figure 6a & 6b. Barcassiers sur l’oued Bouregreg, autrefois et aujourd’hui...
Crédits Source : galica.bnf.fr, sans date.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Crédits Cliché : Fl. Troin, 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-7.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 7. Fêtes du Printemps [N’zaha] au bord du Bouregreg.
Crédits Cliché : Auteur inconnu, sans date.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-8.png
Fichier image/png, 247k
Titre Figures 8a & 8b. La promenade et le code vestimentaire comme forme d’urbanité et de liberté.
Crédits Cliché : A. Moussalih, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-9.png
Fichier image/png, 998k
Crédits Cliché : Fl. Troin, 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-10.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 9. Marquage territorial par les pots et installations vitrées.
Crédits Cliché : A. Moussalih, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 10. Fragmentation sociale et structure en archipel des usagers au sein du quai de Rabat.
Crédits Conception : A. Moussalih. Réalisation : Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-12.png
Fichier image/png, 624k
Titre Figures 11. Normalisation de l’espace public et résistance des pratiques. a & b. pêche au poulpe / c. panneaux / d. jeunes baigneurs.
Crédits Cliché : Fl. Troin, 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-13.png
Fichier image/png, 692k
Crédits Cliché : Fl. Troin, 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-14.png
Fichier image/png, 716k
Crédits Cliché : A. Moussalih, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-15.png
Fichier image/png, 396k
Crédits Cliché : A. Moussalih, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-16.png
Fichier image/png, 627k
Titre Figure 12. Fragmentation sociale et structure pyramidale de l’espace public pendant le Festival Mawazine.
Crédits Conception : A. Moussalih. Réalisation : Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-17.png
Fichier image/png, 513k
Titre Figures 13a & 13b. Les rencontres amoureuses sur le quai.
Crédits Cliché : A. Moussalih, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Crédits Cliché : A. Moussalih, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1876/img-19.png
Fichier image/png, 450k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdallah Moussalih, « La promenade comme fabrique de l’espace public et nouvelle forme d’urbanité déambulatoire et d’émancipation. », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 04 septembre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1876 ; DOI : 10.4000/emam.1876

Haut de page

Auteur

Abdallah Moussalih

Docteur en Urbanisme et Aménagement, Institut national d’Aménagement et d’Urbanisme (INAU/UGUT), Rabat, Maroc

moussalihmail@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page