Navigation – Plan du site

Mutations de la centralité dans une ville secondaire d’Algérie.

Le cas de Skikda
Mutations of the centrality in an Algerian secondary city. The case of Skikda
Alla-Eddine Fenchouch et Rachid Tamine

Résumés

Depuis une dizaine d’années, les villes algériennes connaissent une série de mutations urbaines affectant notamment la centralité urbaine. En effet, ces mutations ne sont pas sans conséquence sur la ville ; elles en modifient la structure spatiale et l’organisation des pratiques urbaines. La ville de Skikda, située dans le Nord-Est Algérien, par son statut de ville secondaire, a subi des mutations fonctionnelles dont le commerce en constitue la force motrice. À partir de l’analyse quantitative des résultats issus de nos relevés de terrain, et celle, qualitative, résultant de questionnaires et d’entretiens menés en 2016-2017 auprès des habitants, cet article explore principalement l’impact de l’accumulation marchande dans le secteur péricentral sur la structuration spatiale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Algérie et plus largement dans les pays maghrébins, les mutations urbaines liées à la redéfinition des centralités – commerciales surtout – et des pratiques des habitants, constituent à l’heure actuelle des problématiques saillantes du fait urbain. En effet, c’est par le bais de ces mutations que la centralité urbaine continue à se situer au-devant de la scène des débats scientifiques locaux. Sous l’impulsion des habitants, des acteurs économiques privés et publics, ces mutations s’imposent à toutes les échelles urbaines (centre, péricentre et périphérie).

2Sur la base des recherches sur lesquelles nous nous sommes appuyés, force est de considérer, dans un premier temps, que le centre-ville figure bel et bien au cœur du schéma d’attractivité et d’urbanité des villes algériennes (Bendjelid et al., 2004 ; Benidir, 2007 ; Safar Zitoun, 2010). Dans un deuxième temps, à l’image de la situation décrite par N. Kerdoud (2015) pour le cas de Constantine, et par A. Boudinar et S. Belguidoum (2015) pour le cas d’Oran, l’enveloppe péricentrale, espace de transition, témoigne des profondes transformations qui sont le fait de nouvelles dynamiques marchandes. Dans un troisième temps, compte tenu des fortes pressions résidentielles, les périphéries urbaines ont récemment suscité des questionnements d’ordre économique, social et politique. Ces derniers rendent compte, dans une large mesure, du phénomène d’éclatement de la centralité périphérique (Cattedra, 2010 ; Bakour, Baouni, 2015) laissant entrevoir un nouveau souffle des pratiques liées à la mobilité résidentielle (des flux migratoires internes allant du centre vers la périphérie) (Florin, Semmoud, 2010 ; Semmoud, 2010 ; Trache, 2011). Il n’en reste pas moins que ces nouvelles dynamiques urbaines ont fait accentuer des tensions, déjà amorcées quelques décennies auparavant, où les pratiques liées à l’appropriation des espaces urbains en constituent l’indicateur majeur (Semmoud [B.], 2009 ; Dris, 2016).

3Si, souvent, les métropoles algériennes sont les plus touchées par les mutations urbaines en raison de l’énormité des investissements qui y ont cours, il est néanmoins intéressant d’examiner le rythme de ces mutations et leurs impacts sur les villes secondaires. Skikda, ville côtière située dans le Nord-Est Algérien qui vient au huitième rang dans l’armature urbaine nationale, connaît depuis quinze ans au moins un nouveau processus de transformation. Peu de recherches académiques en font malheureusement état. Seuls quelques travaux sur l’industrialisation de la périphérie (Boukerzaza, 1991), les mutations de la société rurale périurbaine (Messaoudi, 2008) et le phénomène de mitage de l’espace périphérique (Nemouchi, 2009) ont été publiés.

  • 1 Dans le contexte algérien, au niveau de la région Nord-Est du pays, nous assistons depuis pratiquem (...)

4À Skikda, le desserrement actuel des fonctions urbaines est de plus en plus étendu : commerce, administration, services, etc. Or, une première observation générale de Skikda nous permet de constater à quel point cette ville vit avec un certain retard des dynamiques ayant déjà traversé les grandes villes algériennes. Or, son statut de ville secondaire ne peut pas, à lui seul, expliquer ce retard1.

  • 2 Bien entendu en exceptant le secteur productif (industriel).

5Nous partons ici du constat que la situation de retard que connaît Skikda renvoie, de manière combinée, à des caractéristiques historiques particulières et des engagements industriels brutaux, générant de multiples dysfonctionnements. À ce titre, la ville de Skikda constitue un point de transit plutôt qu’un centre d’accumulation et de convergence des capitaux2. Dans cette optique, une grande part de cette situation est due à la politique d’industrialisation post-Indépendance menée dans les années 1970 et 1980, dont les répercussions socio-spatiales ont joué un rôle décisif dans la configuration actuelle de la ville.

6En se focalisant sur les mutations de la ville-centre, la ville de Skikda semble désormais s’agencer dans une organisation polycentrique, comme le témoigne l’étendue de l’appareil commercial, les pratiques spatiales, les stratégies des autorités publiques et, dans une moindre mesure, les pratiques émergentes de quelques commerçants. Nos observations empiriques nous ont amenés à identifier au sein du secteur péricentral six principaux quartiers qui, selon leurs animations et diversités fonctionnelles, semblent acquérir des caractéristiques fortes de centralité urbaine. Dans cette perspective, le quartier des Allées du 20 août, qui s’étire sur 1 km environ, devient, distinctement, un lieu privilégié pour de nouvelles formes d’échanges, de sociabilité et d’accumulation des commerces et services marchands. Cela a participé, ainsi, à reconfigurer la hiérarchie intra-urbaine de la ville.

7Par cette présente contribution, nous voudrions, a priori, réengager les réflexions sur la centralité urbaine dans les villes secondaires. Dans cette perspective, nous nous interrogerons sur les caractéristiques marchandes du secteur péricentral et les logiques qui sous-tendent l’émergence d’une nouvelle centralité en son sein : selon quelle (s) logique (s) ce nouvel espace de centralité, initialement à vocation résidentielle, participe-t-il à la réorganisation de la hiérarchie intra-urbaine de la ville et à la mise en scène d’une nouvelle structuration spatiale ? Cet espace correspond-il aux attentes des habitants ?

  • 3 L’expression « fabrication de la centralité » est empruntée à J.-S. Bordreuil (1987).
  • 4 Notre démarche méthodologique est fondée, d’une part, sur des relevés de terrain (des activités mar (...)
  • 5 Selon l’Office national des statistiques (2015), la ville-centre compte 178 435 habitants, tandis q (...)

8La réflexion repose sur l’hypothèse qu’il existerait de fortes liaisons entre la continuité spatiale, le processus de « fabrication de centralités »3 et l’émergence de nouvelles formes de pratiques spatiales. En nous appuyant sur des données empiriques, quatre idées structurent ce travail. Nous exposerons dans un premier temps le nouveau processus de desserrement des fonctions urbaines. Il sera question, dans un deuxième temps, de décrire la distribution spatiale de l’offre commerciale, en regardant de près comment le centre-ville continue-t-il à faire centralité. Le troisième temps portera sur la « conquête » et la « reconquête » commerciale du secteur péricentral, avec une spécificité accordée au quartier des Allées du 20 août. Il s’agira aussi de relater les réactions des personnes enquêtées et d’expliquer pourquoi ce quartier fait aujourd’hui l’objet de mutations urbaines si importantes. Cette recherche s’appuie sur des enquêtes menées entre 2013 et 20174 : des relevés de terrain, enquêtes qualitatives auprès des habitants résidant au sein de la ville-centre et dans les communes périphériques proches5, et des observations in situ.

Mutations urbaines et effets spatiaux sur l’espace urbain : contexte général des villes algériennes

9Depuis le début des années 2000, essentiellement sous l’effet conjugué de la pénétration de l’économie de marché et de la montée effrénée de la tertiarisation de l’économie urbaine, la dynamique récente des villes algériennes se lit, grossièrement, à travers les effets des mutations urbaines. Nous assistons donc à l’émergence de nouvelles centralités urbaines (Côte, 2011) qui sont la conséquence, le plus souvent de manière fusionnée, de la « reconquête » urbaine et de la montée en puissance des activités marchandes au sein des espaces urbains d’origine résidentielle (Belguidoum, 2011).

  • 6 Contrairement à l’ensemble des grandes villes algériennes, les recherches urbaines récentes nous ap (...)

10En se focalisant sur les actions de conquérir et de reconquérir des espaces urbains, nous constatons désormais l’émergence d’un nouveau rapport de la société aux espaces de vie. Ce nouveau rapport est, essentiellement, lié à de nouveaux enjeux qui relèvent de la consommation6. Ce nouveau lien produit, sous l’effet du changement partiel dans les modes de vie, de nouvelles significations spatiales et sociales (Belguidoum et al., 2015).

  • 7 Traduction assurée par les auteurs.

11En addition à cela, le décalage, plus ou moins important, entre ce qui est conçu par le pouvoir public et ce qui est réellement pratiqué sur le terrain par les habitants, se traduit systématiquement par des représentations conflictuelles, où les dynamiques urbaines sont devenues de plus en plus complexes. La mise en scène d’une articulation mutuelle, de plus en plus grandissante, entre les stratégies résidentielles et économiques, explique en partie cette complexité (Semmoud [B.], 2009). À cet égard, l’impulsion des acteurs économiques et les stratégies que l’on qualifie de « discrètes » des habitants ordinaires, mais significatives et très efficaces, ont conduit à reconfigurer l’image, l’espace et les pratiques urbaines de certains quartiers. Cette reconfiguration a donné naissance à des centralités majeures, comme le confirment plusieurs recherches académiques. Une bonne partie d’entre elles, loin de prétendre à l’exhaustivité, ont été faites par S. Belguidoum, N. Kerdoud, P. Bergel ou A. Bouhali. Ces différentes recherches qui traitent « la centralité en tant que processus »7 (Hillier, 1999), indiquent clairement l’existence d’un lien de cause à effet entre les mutations urbaines et la fabrication des centralités.

12Au sein de ces débats, le commerce et les rôles des acteurs commerciaux revêtent un intérêt très fructueux pour diagnostiquer et saisir le changement urbain et social, surtout s’il s’agit d’interpréter « la reconquête » des quartiers centraux et péricentraux (Berroir et al., 2015). Cet intérêt s’explique par le fait que le commerce joue à la fois un rôle « structurant et structuré pour ou par son environnement urbain ou son support spatial » (Desse et al., 2008), où il se révèle, de plus en plus, comme l’élément moteur qui explique le phénomène de la centralité.

Logiques à l’origine de la croissance urbaine de Skikda

  • 8 Cette configuration a été toutefois installée sur la trame en échiquier de la ville romaine.

13La ville de Skikda est caractérisée par une urbanisation ancienne fortement marquée par la morphologie coloniale française8. La ville s’est développée autour de son port commercial, selon les principes du damier colonial. Au cours de cette période, les contraintes topographiques ont constitué le fil conducteur de son urbanisation : la ville intra muros (centre-ville actuel) a été construite entre deux collines (+ 162 m) séparées par un axe principal qui débouche sur son port commercial (Boukerzaza, 1991). L’extension extra muros a été amorcée en 1890 selon deux phases complémentaires. Dans un premier temps (1900 à 1948), l’extension de la ville a été faite sous forme de faubourg sur les zones en hauteur, en continuité immédiate avec le premier noyau de la ville. Dans un second temps (1948 à 1962), l’urbanisation a pris une forme quasi-linéaire en occupant les terrains plats situés au sud de la ville (extension par des logements HLM et logements individuels de type rural).

  • 9 Il se mesure en termes de nombreux programmes résidentiels d’envergure planifiés par le Plan d’urba (...)
  • 10 L’urbanisation (formelle) post-Indépendance de la ville, qui s’est donc effectuée d’une manière pon (...)
  • 11 Contrairement à l’urbanisation planifiée, le mouvement d’étalement informel, accentué au milieu des (...)

14Après l’Indépendance, la ville a été soumise aux décisions brutales du pouvoir central par l’édification, en 1970, de la zone pétrochimique au détriment des terrains périphériques plats, ce qui a mis les autorités locales face aux réalités d’une ville industrielle. En effet, elles ont dû faire face aux pressions démographiques, aux représentations stigmatisantes des habitants démunis et aux contraintes topographiques (possibilités d’extensions très réduites après l’installation de la zone industrielle) (ibid., p. 323-327). Le tout donne lieu à des stratégies d’urgence, cadrant les lignes de la planification urbaine locale et laissant entrevoir une configuration urbaine peu cohérente. Dans ce sillage, la promotion administrative de Skikda au rang de chef-lieu de wilaya, en 1974, a accéléré l’implantation en masse d’équipements collectifs, de structures d’accompagnement dans le centre-ville (ibid., p. 333-335) et le déclenchement du desserrement des activités résidentielles. Par la suite, la ville a connu, conjointement, un accroissement démographique flagrant (la population a plus que doublé, passant de 60 000 en 1966 [ibid., p. 324] à 144 208 en 1998 [RGPH, 1998]) et un boom spatial9. Ce dernier s’est traduit par l’émergence de nouveaux fronts d’urbanisation, qu’ils soient formels10 ou informels11, accélérant ainsi son processus d’extension. L’essentiel de cette extension se fera à partir des années 2000. Au cours de la période 2003-2015, la surface de la tache urbaine a augmenté de plus de 51 %, ce qui traduit le passage de 1 506 à 2 280 hectares (sans compter la surface de la zone industrielle), soit une moyenne d’évolution de 64,5 ha par an (Fig. 1).

Figure 1. Skikda : évolution de la tache urbaine 1954-2015.

Figure 1. Skikda : évolution de la tache urbaine 1954-2015.

Cartographie : A.-E. Fenchouch & Fl. Troin • CITERES 2019.

Un nouveau processus de desserrement des fonctions urbaines à Skikda (à partir des années 2000) : vers une ville polycentrique ?

  • 12 Qui correspond à l’embellie financière du pays, mais aussi à une élévation relative du niveau de vi (...)

15Les deux dernières décennies marquent le début d’un nouveau processus de desserrement des fonctions motrices de la dynamique urbaine, contribuant à poser les jalons d’une nouvelle facette de la centralité urbaine. La situation de domination spatiale du centre-ville commençait à prendre le recul dès les années 2000. Distinctement depuis l’année 200512, ce processus est devenu plus prégnant au fil de la croissance urbaine et à raison d’un engagement concomitant des acteurs publics et privés.

  • 13 Là où se localisent les grands axes de circulation.

16D’une part, les acteurs publics s’impliquent dans deux processus complémentaires, accompagnant l’étendue de l’offre commerciale : le soulagement du centre-ville par l’établissement des nœuds d’équipements à caractère régional au niveau du péricentre et de la périphérie attachée à la ville. Cette politique suit, dans la mesure du possible, ce que Devisme (2005) appelle « la centralité d’organisation ». La seconde action initiée par les autorités locales s’est déclinée en la réalisation de quelques aménagements esthétiques, concentrés davantage dans la partie basse13 de Skikda. En réalité, il y a lieu de noter que ces nouvelles réalisations s’accordent plus à des décisions de circonstance, sans cohésion avec les autres fonctions urbaines, qu’à une réelle stratégie d’aménagement. D’autre part, si l’implication des acteurs privés – commerçants surtout – est à l’origine des recompositions urbaines, leur engagement dans le processus de développement urbain de Skikda paraît néanmoins timide, comme le prouve d’ailleurs le manque flagrant des investissements commerciaux d’envergure. À cet égard, le nouveau desserrement commercial dans la ville reste, grossièrement, encadré par les rez-de-chaussée des grands ensembles. Il n’en reste pas moins que quelques originalités marchandes y ont récemment émergé : bazars, cafés dotés de terrasses et services bancaires.

Une offre commerciale de plus en plus étendue

  • 14 Ce classement est fortement inspiré de Mérenne-Schoumaker (1982) et Lakehal (2013) avec des modific (...)

17Afin de faciliter l’analyse de la répartition quantitative de l’appareil commercial de Skikda, mais aussi la lecture cartographique correspondante, il nous est important de ventiler les données brutes issues du terrain ; notre classement répond donc à deux catégories majeures, à savoir commerces et services marchands, au sein desquelles 19 sous-catégories ont été répertoriées14. Aussi, pour saisir le phénomène de centralité dans sa complexité, nous avons choisi d’effectuer une lecture croisée des données commerciales à l’échelle des secteurs urbains. Pour ce faire, et afin d’assurer une certaine homogénéité spatiale, la catégorisation de ces secteurs fait référence, d’une manière combinée, à deux critères majeurs : caractéristiques urbanistiques (distance au centre historique et caractéristiques de la morphologie urbaine) et temporelles (période d’urbanisation).

  • 15 La configuration commerciale telle qu’elle est présentée aujourd’hui est le résultat d’une longue é (...)

18À la lecture des Tableaux 1 et 2, nous pouvons souligner qu’un certain basculement commercial s’est opéré. De nouveaux espaces marchands commencent à transformer le paysage de la ville (Fig. 2), bien que des contrastes apparaissent entre les trois couronnes urbaines. Sur le plan quantitatif et sur la base de nos relevés de terrain, le centre-ville n’est plus l’espace dominant mais reste en position de force15 ; sur un effectif de 4 246 dans l’ensemble de la ville, le centre-ville concentre 1 457 (soit 34,3 %) cellules commerciales. Conséquence de ce réajustement, la couronne péricentrale a pris le pas sur le centre-ville et fait concentrer près de la moitié des cellules commerciales (49 %).

Tableau 1. Répartition spatiale du commerce dans la ville.

Total commerçants

soit en %

Centre

1457

34,31

Péricentre

2084

49,08

Périphérie attachée à la ville

705

16,60

Total

4246

100,00

Sources : Relevés de terrain A.-E. Fenchouch, 2017.

Tableau 2. Commerces et services marchands selon les secteurs urbains.

  • 16 Terme prononcé en arabe (voir infra).

Commerces et services marchands

Centre

Péricentre

Périphérie attachée
à la ville

Total

Nb.

soit
en %

Nb.

soit
en %

Nb.

soit
en %

Nb.

soit
en %

Alimentation générale

172

32,3

279

52,4

81

15,2

532

100

Habillement

307

70,3

120

27,5

10

2,3

437

100

Équipement
de la personne

69

41,6

86

51,8

11

6,6

166

100

Confection, Artisanat
et Tradition

80

61,5

49

37,7

1

0,8

130

100

Équipement de la maison

81

23,6

155

45,2

107

31,2

343

100

Décoration

14

37,8

20

54,1

3

8,1

37

100

Culture, Loisir
et Sport

78

23,7

205

62,3

46

14,0

329

100

Banques
et Services financiers

18

24,0

51

68,0

6

8,0

75

100

Hôtellerie

8

34,8

14

60,9

1

4,3

23

100

Cafés-Restaurants

119

27,4

256

59,0

59

13,6

434

100

Entretien
de la personne

34

36,6

47

50,5

12

12,9

93

100

Services individuels
et aux ménages

15

15,5

69

71,1

13

13,4

97

100

Entretien
et Réparation

16

7,5

117

54,9

80

37,6

213

100

Éducation
et Formation

9

26,5

20

58,8

5

14,7

34

100

Professions libérales

88

29,8

194

65,8

13

4,4

295

100

Bazars16 [galeries commerciales]

6

33,3

12

66,7

0

0,0

18

100

Marchés couverts

1

20,0

3

60,0

1

20,0

5

100

Commerces ambulants
et informels

48

27,7

45

26,0

80

46,2

173

100

Boutiques fermées

294

36,2

342

42,1

176

21,7

812

100

Total

1457

100

2084

100

705

100

4246

100

Sources : Relevés de terrain A.-E. Fenchouch, 2017.

Figure 2. L’offre commerciale dans la ville de Skikda.

Figure 2. L’offre commerciale dans la ville de Skikda.

Cartographie : A.-E. Fenchouch & Fl. Troin • CITERES 2019.

Vitalité spatiale en essor du secteur péricentral

  • 17 Situé dans le péricentre externe de la ville, le quartier Merdj-Edib fait partie des quartiers les (...)

19Actuellement, le fonctionnement du secteur péricentral s’opère avec des mécanismes qui contrastent avec les périodes précédentes. Jusqu’au début des années 1990, cette zone était presque dépourvue de commerces et de services ; elle ne constituait en quelque sorte qu’une annexe résidentielle au centre-ville. C’est ensuite lors de la décennie 2000 que s’y est initiée l’accumulation des activités marchandes, où les commerçants ont choisi en premier lieu le quartier des Allées du 20 août pour s’établir. Ce choix de localisation s’explique notamment par l’existence d’une dynamique endogène générée par l’édification de la nouvelle gare routière, mais aussi par les effets de la proximité du centre-ville. Progressivement, une même dynamique commerciale, avec une intensité moins importante, se répétait dans les quartiers adjacents : le quartier Merdj-Edib17 par exemple, qui selon une extension quasi-linéaire du commerce, a aussi bien attiré une bonne part des nouveaux commerçants exerçant dans le commerce de détail et les services à caractère commercial (médecins, etc.).

20En d’autres termes, sachant que l’aire urbaine de Skikda semble rapidement atteindre ses limites par le nombre extraordinaire des programmes de logements, les nouvelles extensions périphériques – qu’elles soient formelles/informelles, lotissements/grands ensembles – sont mal intégrées à la trame urbaine, voire situées dans la zone ségrégée de la ville (sur les hauteurs). Ceci renforce le fait que ces nouvelles extensions vont désormais imposer au secteur péricentral d’en être le support d’attractivité majeure ; le facteur de proximité justifiant de surcroît les déplacements d’achats à Skikda, pour plus de la moitié des personnes interrogées.

Le quartier des Allées du 20 août ou l’émergence d’un nouveau centre pour la ville

  • 18 Il assure la jonction entre les ZHUN situées au sud de la ville et le centre-ville.

21Historiquement, la première occupation du quartier des Allées du 20 août a eu lieu à l’aube des années 1900, avec le déclenchement de l’extension extra-muros de la ville coloniale. À cette époque, ce quartier n’était qu’une simple piste bordée de fermes et de cultures maraîchères. Vers la fin de la période coloniale, trois usines et des surfaces de dépôts sont venues s’y établir. Après la mise en chantier des grands ensembles coloniaux (HLM) à proximité du quartier en question, de nombreux remaniements ont eu lieu sur son axe principal : le démantèlement des usines qui a cédé à l’installation de nouveaux équipements – essentiellement éducatifs – et à la prolifération de l’habitat de type rural. Pendant les deux premières années de l’Indépendance, ce quartier restait à l’abri du premier mouvement d’étalement résidentiel (ZHUN), bien qu’il se trouve dans la continuité immédiate du centre-ville. Ceci s’explique par la contrainte liée à la nature juridique du foncier en son sein (des fermes de propriétés individuelles) qui a entravé, à l’époque, sa reconquête résidentielle. Jusqu’à ce temps (années 1980), il n’assure que le rôle d’un itinéraire de passage reliant le centre et la périphérie18.

22Après l’acquisition des terrains par droit de préemption et l’éradication de l’ensemble des maisons rurales qui s’y trouvaient, ce n’est qu’à la fin des années 1980 que commence un véritable processus d’urbanisation (Fig. 3) : il s’agit des grands ensembles disposant de locaux commerciaux. Au fil des années – essentiellement depuis l’année 2000 – nous assistons à une évolution progressive des commerces, services marchands, équipements administratifs, cultuels et culturels. Ce sont des recompositions quantitatives et qualitatives qui ont donné lieu à l’émergence d’une nouvelle centralité urbaine. Cette dernière est devenue un lieu potentiel qui pèse sur l’organisation spatiale, conservant une influence qui s’étend bien au-delà de l’aire urbaine de Skikda. Deux facteurs essentiels ont favorisé cette situation : l’accessibilité et l’intégration. Le tout donne lieu à un positionnement stratégique de ce quartier.

Figure 3. Quartier des Allées du 20 août : évolution spatiale 1905-2015.

Figure 3. Quartier des Allées du 20 août : évolution spatiale 1905-2015.

Cartographie : A.-E. Fenchouch & Fl. Troin • CITERES 2019.

23Concernant le facteur d’accessibilité, la mise en service de la nouvelle gare routière inter-wilayas a constitué l’élément essentiel de la dynamique commerciale du quartier. En effet, Saïd, résidant dans Les Allées du 20 août, se prononce sur le développement rapide de ce quartier :

« En 1995, quand je suis arrivé dans ce quartier, c’était synonyme de désert, il y avait quelques épiceries de denrées alimentaires sinon le reste était vide […] pour preuve, je me souviens très bien, que, chaque après-midi, les adolescents avaient l’habitude de jouer au foot sur les trottoirs et même sur la voie principale. […] Ça commençait à prendre un sens d’attractivité avec l’ouverture de la gare routière à la fin des années 1990 et l’installation de quelques commerçants informels ».
Saïd, 46 ans, ingénieur ; entretien réalisé sur la placette devant la banque BNA le 20/03/2016

24Plus des trois quarts des lignes de transport collectif passent en outre par la gare routière.

  • 19 Nous nous inspirons ici de Hillier, 2007.

25Le positionnement du quartier des Allées du 20 août, au centre géographique de l’agglomération, lui confère une intégration importante, où son artère principale est directement connectée avec plus de 20 axes19. En effet, cette artère établit une forte connectivité avec les axes majeurs de la circulation, mais aussi et surtout avec le damier colonial, ce qui a entraîné un glissement de l’animation du centre historique. Il constitue donc, selon la formule de M. Van Criekingen et A. Fleury (2006), « une centralité branchée » tant spatialement que fonctionnellement, à portée des déplacements piétonniers. 

Une forte diversité commerciale

26Sur 403 commerçants répertoriés (Tab. 3, Fig. 4), on note tout d’abord un effectif très faible des boutiques fermées (16, soit 5 %), ceci prouve à la fois la forte connectivité et la visibilité de cet espace marchand. Sa spécialisation est scindée principalement en commerces de type café-restaurant (soit 14,1 % par rapport à l’ensemble de la ville), le commerce de type culture-loisir-sport (53 boutiques, soit 13,1 %), le commerce de l’habillement (46 boutiques, soit 11,4 %) et les professions libérales (44, soit 15 %).

Tableau 3. Caractéristiques marchandes du quartier des Allées du 20 août.

Alim. générale

Habil-
lement

Équip.
de la
personne

Confection, Artisanat et de Tradition

Équip.
de la
maison

Déco-
ration

Allées du 20 août

34

46

27

14

41

4

En % de l’ens. du péricentre

12

38

31

29

26

20

En % de l’ens. de la ville

6

11

16

11

12

11

Culture, Loisir et Sport

Banques
et services
financiers

Hôtels

Cafés-Restau-
rants

Entretien
de la
personne

Services
à la pers.
et aux ménages

Entretie
& Répa-
ration

Allées du 20 août

53

19

0

57

6

18

9

En % de l’ens. du péricentre

26

37

0

22

13

26

8

En % de l’ens. de la ville

16

25

0

13

6

19

4

Éducation
&
Formation

Prof.
libérales

Bazars

Marchés

Comm.
ambu-
lants et informels

Boutiques fermées

Allées du 20 août

5

44

8

0

12

16

En % de l’ens. du péricentre

25

22

67

0

27

5

En % de l’ens. de la ville

15

15

44

0

13

2

Sources : Relevés de terrain A.-E. Fenchouch, 2017.

Figure 4. Quartier des Allées du 20 août : activités tertiaires.

Figure 4. Quartier des Allées du 20 août : activités tertiaires.

Cartographie : A.-E. Fenchouch & Fl. Troin • CITERES 2019.

Un modèle de conception qui s’inspire de l’espace public contemporain20

  • 20 Nous partons ici de l’idée de M. Carmona (2015) selon laquelle les espaces publics contemporains ti (...)
  • 21 Phrase relevée du questionnaire d’un enquêté qui habite dans le quartier périphérique d’Aissa Bouke (...)

27« Ici [Les Allées du 20 août], on sent bien que ça ressemble à un mall en plein air »21, écrit un habitant de la ville. Voilà résumée en une phrase toute l’originalité de ce quartier. Ce lieu offre, en réalité, une physionomie bien différente d’autres quartiers dans la ville. Aujourd’hui, il existe une forte liaison entre la qualité des espaces publics et l’attractivité commerciale et citoyenne (Alonso-Provencio, Da Cunha, 2013). Ce constat nous conduit à nous interroger sur la qualité des espaces publics dans le quartier des Allées du 20 août.

28En effet, l’axe marchand principal du quartier en question constitue une artère ombragée plantée de grands palmiers avec un espace de circulation piétonne très spacieux (plus de 14 m), auquel s’ajoutent des espaces de repos et des vitrines bien soignées et attrayantes. En outre, il tire sa spécificité de la valeur ajoutée par des galeries marchandes couvertes interposées perpendiculairement à l’axe principal. Il faut retenir également que ce quartier n’est plus seulement réservé aux activités commerciales, il propose aussi bien tout un amalgame d’activités complémentaires qui favorisent des pratiques de consommation « combinées » : les gens se promènent sans que cela se dirige toujours vers une finalité d’achat, s’asseyent aux terrasses des cafés, se restaurent sur place, visitent les magasins, se donnent rendez-vous. De plus, nombreux sont les enquêtés (des deux sexes) qui ont montré leur appréciation de ce quartier :

« Dans le quartier Les Allées du 20 août, on trouve tout, on peut faire plusieurs choses »

« C’est le centre de mes activités ».

29Dans cette même logique, Malik précise que :

« […] le quartier des Allées du 20 août est le nouveau centre de la ville ; c’est le point névralgique. L’implantation des nouveaux commerces, disons modernes, et de nouvelles professions libérales s’y fait régulièrement […] avec les jolies vitrines, on sent qu’il y a de la nouveauté, quelque chose de frais qui s’ajoute à notre ville […] en définitive, c’est le poumon et le centre ».
Malik, 70 ans, président de l’association Les Amis de Skikda ; entretien réalisé dans le bureau de l’association, le 17/11/2016

Dynamique marchande et conflits d’appropriation

30La figure la plus observée de ce renouvellement est la densification des parcelles de terrains et la propagation rapide des commerces de luxe. En définitive, les développements commerciaux ont concouru à la valorisation foncière et immobilière du quartier et de ses terrains adjacents, engendrant de nouvelles opportunités de densification urbaine.

31Aujourd’hui, l’offre de logements dans le quartier n’est pas limitée aux couches moyennes de la population. À la lisière sud du quartier – à l’entrée de Merdj-Edib – on voit désormais s’élever des immeubles de cinq étages, qui offrent des appartements de haut standing (Fig. 5) pour une population aisée, qui avaient été vendus pour plus d’un milliard de centimes (100 000 euros). Au rez-de-chaussée de ces immeubles, 27 cellules commerciales de luxe constituent un redéploiement des commerçants possédant des boutiques dans le centre-ville, les Allées du 20 août et le Faubourg. Ces activités commerciales s’ouvrent sur un espace de circulation piétonne récemment aménagé et ornementé, participant de la sorte à la construction d’une nouvelle urbanité dans le secteur péricentral.

  • 22 Anciens combattants du Front de libéralisation nationale (FLN).
  • 23 Ces massacres sont consécutifs aux manifestations violentes de la population civile algérienne, sou (...)

32Selon l’un des gérants de ce nouveau projet que nous avons interviewé, il est important de noter que ce projet met au jour des rapports conflictuels qui ont surgi entre le promoteur privé et des anciens moudjahidines22 de Skikda. Ces derniers ont remis en cause le fait de conquérir cette parcelle de terrain pour des finalités résidentielles et commerciales, bien que située sur un axe très animé (en termes de commerces et de flux de personnes). La forte résonance de ces conflits vient principalement du fait que le terrain du projet conserve un puissant écho historique ; en effet, il fait partie de la scène des massacres du 20 août 195523.

Figure 5. Quartier des Allées du 20 août : appartement de standing.

Figure 5. Quartier des Allées du 20 août : appartement de standing.

Cliché : A.-E. Fenchouch, 2016.

33À la poursuite de la densification des parcelles de terrain, quelques investissements privés ont pu voir le jour. Bien qu’à Skikda les investissements marchands soient inférieurs à ceux observés dans quelques grandes villes algériennes, on ne peut, en aucun cas, nier leur importance.

34Le premier exemple est celui de la clinique médicale privée Abu-Al-Qassim édifiée au milieu des années 2000. Unique en son genre dans la ville de Skikda, cet établissement, actuellement en extension, est le fruit d’investissements du médecin nommé Hammani. Selon un gérant de cette clinique que nous avons interrogé, elle draine une population de toute la wilaya de Skikda.

  • 24 Nous avons identifié des tensions entre riverains et personnes venant visiter les médecins installé (...)
  • 25 Les mobilités résidentielles dans ce quartier se sont déclenchées vers la fin des années 1980.

35Contrairement à ce à quoi l’on pourrait croire, le choix de localisation de cette clinique n’est pas fait uniquement en fonction de l’accessibilité. C’est la thèse d’une éventuelle complémentarité avec les activités attenantes qui s’opère ici. En plus des commerces, la complémentarité se noue essentiellement avec les cabinets médicaux de la cité limitrophe nommée les Frères Saker (ex-Camus Rossi). Au sein de cette dernière, nous avons compté 42 appartements reconvertis en cabinets de soins médicaux (soit 30 % des cabinets médicaux de la ville de Skikda), au risque de mettre à mal les relations de voisinage24. Cette reconversion fonctionnelle s’explique par les effets induits de la mobilité résidentielle25 des ménages vers d’autres quartiers péricentraux et même périphériques. Selon les capacités financières des ménages, l’étude de leurs choix résidentiels nous a révélé trois sites principaux : Beni Malek, lotissements de Bouabaz et de Boulakroud ; certains ménages ont construit leurs propres maisons, tandis que d’autres ont acheté des appartements plus spacieux.

36De même, au niveau de la cité des Frères Saker, nous avons identifié des transformations qui affectent l’appropriation des espaces publics. Selon F. Navez-Bouchanine (1994), « […] l’appropriation des espaces urbains est d’abord subordonnée à la connaissance et à la maîtrise des contours, spécificités et fonctions éventuelles de ces espaces ». Cela reflète bel et bien une certaine intelligibilité sociale (Berry-Chikhaoui, Deboulet, 2002) qui, parfois, façonne des « contre-espaces publics » (Dris, 2016). En Algérie, les espaces urbains abandonnés tendent à voir émerger des occupations détournées des fonctionnalités d’origine, réengageant le débat autour du désajustement entre ce qui est planifié et pratiqué. Dans ce sillage, nos observations – réalisées pendant plus de quatre ans au niveau de la cité des Frères Saker –, ont débouché sur la mise en scène de nouvelles stratégies d’appropriation des espaces publics non balisés, générant des tensions avec l’ensemble des riverains. Les espaces libres donnant sur la voie principale de la cité des Frères Saker ont suscité une partie minoritaire des jeunes-adultes, mais néanmoins grandissante, à transformer ces espaces en parkings privés : ils sont, d’abord, apparus d’une manière illicite, puis ont été légalisés par les autorités locales sous forme de contrats renouvelables. De ce fait, ces parkings ont surgi suite aux dynamiques induites par les Allées du 20 août ainsi qu’à la spécialisation de la cité des Frères Saker dans les services de soins.

37Aussi, sous l’impulsion des jeunes commerçants, nous assistons dans le quartier des Allées du 20 août à une prolifération plus ou moins rapide de nouveaux genres d’établissements commerciaux. C’est un phénomène que l’on retrouve également dans les grandes villes algériennes. Sans oublier que les évolutions des commerces sont étroitement liées au budget des ménages (Vandermotten et al., 2017), il est important de noter que le succès des nouveaux établissements commerciaux dans le contexte algérien est en partie lié à la croissance tendancielle des femmes sur le marché de l’emploi (Bouklia-Hassane, Talahite, 2008). Quant aux établissements commerciaux qui se trouvent dans le quartier des Allées du 20 août, nous avons identifié :
– des établissements que les commerçants et les habitants appellent Bazar en arabe (Kerdoud, 2015), signifiant « une galerie commerciale » ;
– des établissements que l’on nomme markaz tijari en arabe (Bouhali, 2015), correspondant à la dénomination « centre commercial ».

38Dans notre cas d’étude, ces nouveaux établissements offrent un ensemble de boutiques à louer de 8 et 36 m², avec un montant moyen de loyer mensuel de 450 000 centimes (450 euros). Ils rassemblent des gammes complètes de produits commerciaux en un seul lieu, ce qui aide les acheteurs à comparer les articles commercialisés du point de vue de leur qualité et de leur prix. Le fonctionnement de ces établissements répond à la logique de spécialisation commerciale. Quant à leur localisation, ces établissements, y compris ceux en cours de réalisation, ont tendance à être situés sur les axes stratégiques ayant un champ de visibilité performant : sur l’artère principale de ce quartier et sur les axes qui s’y raccordent.

  • 26 Les questionnaires que nous avons fait remplir sur les pratiques d’achat et les lieux d’approvision (...)
  • 27 Selon P. Bergel et N. Kerdoud (2010), le terme Dubaï met en relief « un mixte de significations pos (...)

39Les noms donnés à ces établissements commerciaux et les supports publicitaires qu’ils affichent (Fig. 6), mettent souvent en exergue le lieu d’approvisionnement des marchandises. De même, certains d’entre eux font référence aux centres commerciaux de la Nouvelle ville d’Ali Mendjeli (Constantine), largement connus et régulièrement fréquentés par les habitants de la ville de Skikda26. D’autres noms d’établissements tirent leur essence d’anciens marchés hebdomadaires de la ville, qui n’existent plus : Centre commercial Ritaj, Bazar Sans Visa, Centre commercial Dubaï27, Centre commercial El Djazair [Algérie], Bazar Turquoise, Bazar Souk El Tenine [marché du lundi], autant de noms choisis par les commerçants pour « captiver » le public du quartier des Allées du 20 août.

Figure 6a. Exemple de nom donné aux établissements commerciaux : le centre commercial Dubaï.

Figure 6a. Exemple de nom donné aux établissements commerciaux : le centre commercial Dubaï.

Cet établissement est situé à la lisière sud du quartier des Allées du 20 août (cf. Fig. 4). C’est le fruit d’investissements d’un commerçant Sétifien (de la wilaya de Sétif). Il est destiné à une clientèle féminine et spécialisé dans le prêt-à-porter, les ustensiles ménagers et les articles de beauté et du parfum, en provenance de la ville d’El Eulma (Sétif). Les enseignes publicitaires placées sur la devanture de l’établissement affichent clairement le croquis en 2D de l’hôtel Burj Al Arab de Dubaï (Émirats Arabes Unis). En empruntant ce nom, ce commerçant s’inspire de ses homologues de la ville d’El Eulma.

Cliché : A.-E. Fenchouch, 2016.

Figure 6b. Exemple de nom donné aux établissements commerciaux : le centre commercial Ritaj.

Figure 6b. Exemple de nom donné aux établissements commerciaux : le centre commercial Ritaj.

Il est situé à quelques mètres du centre commercial Dubaï (cf. Fig. 4) et draine une clientèle féminine. Comme il est indiqué dans l’enseigne publicitaire, le nom de cet établissement s’inspire du centre commercial Ritaj de la Nouvelle ville d’Ali Mendjeli.

Cliché : A.-E. Fenchouch, 2017.

Figure 6c. Exemple de nom donné aux établissements commerciaux : le bazar Souk El Tenine.

Figure 6c. Exemple de nom donné aux établissements commerciaux : le bazar Souk El Tenine.

Il est situé en plein quartier des Allées du 20 août (cf. Fig. 4). C’est un immeuble d’habitations transformées en locaux commerciaux, destinés à une clientèle féminine. Le nom que porte cet établissement fait référence à l’ancien espace marchand informel hebdomadaire attenant, qui avait lieu chaque lundi, et qui n’existe plus aujourd’hui.

Cliché : A.-E. Fenchouch, 2018.

  • 28 Ancien faubourg de la ville de Skikda, le quartier Bachir Boukadoum s’est progressivement urbanisé (...)
  • 29 Communauté sociale originaire de la région de Ghardaïa, connue pour sa forte mobilité commerciale e (...)

40Cette dynamique commerciale du quartier des Allées du 20 août n’est pas sans effet sur les axes marchands qui s’y raccordent. L’une des illustrations les plus importantes de ce fait réside dans l’axe marchand Bachir Boukadoum28. Ce dernier témoigne de l’installation de quelques nouveaux commerçants mozabites29 qui investissent dans les commerces d’habillement pour femmes et pour enfants, après avoir effectué des rénovations lourdes des rez-de-chaussée des immeubles coloniaux (Fig. 7). Selon les dires de ces commerçants, leur intégration commerciale dans la rue en question s’est faite sans difficulté, voire avec aisance, grâce à un groupe d’anciens commerçants mozabites qui ont marqué leur présence dans le centre-ville depuis les années 1990.

Figure 7. Rue Bachir-Boukadoum : réinvestissement commercial du rez-de-chaussée d’un immeuble colonial par des commerçants mozabites.

Figure 7. Rue Bachir-Boukadoum : réinvestissement commercial du rez-de-chaussée d’un immeuble colonial par des commerçants mozabites.

Cliché : A.-E. Fenchouch, 2017.

  • 30 Selon l’appellation de son propriétaire. Cet établissement occupe 400 m² et s’élève sur 3 étages.

41Dans le sillage des opérations de densification urbaine des Allées du 20 août, un nouveau centre commercial30, à caractère moderne, a vu le jour dans la cité des Frères Saker, à l’emplacement d’une ancienne boulangerie (Fig. 8). Sous l’impulsion d’un investisseur privé nommé Haddouche, ce dernier a pu convaincre les collectivités locales de l’intérêt de son investissement sur la dynamique du secteur péricentral en particulier et de la ville en général. Il est à noter cependant que cet établissement ne fait pas partie des plans d’urbanisme (PDAU, POS). Cela évoque, ainsi, les modalités arbitraires selon lesquelles le projet a été approuvé par les autorités locales, sans prendre en considération ni les principes élémentaires de l’intégration au site, ni les aspirations des habitants du quartier.

42Cette occupation non programmée de l’espace résidentiel a suscité des réactions des habitants du quartier des Frères Saker. En effet, des conflits vont se révéler autour de ce projet, mettant à mal, à maintes reprises, son avancement, et provoquant un retard considérable dans sa réalisation. Les habitants, représentés par l’association du quartier, ont manifesté leur désaccord – par le biais de pétitions portant les signatures d’une centaine d’habitants adressées au wali et aux collectivités locales, mais aussi par des banderoles de revendication accrochées sur les immeubles résidentiels –, face à un établissement commercial s’élevant à quelques mètres de leurs immeubles. Les autorités locales de Skikda ne veulent pas, au bout du compte, prendre au sérieux l’ensemble des revendications qui leur sont portées par les représentants de l’association du quartier. La mobilisation des habitants contre ce projet s’explique, d’une part, par leur crainte des nuisances potentielles, d’autre part, par leur mécontentement de voir leur quartier accessible par tout le monde et à n’importe quel moment de la journée, dans la mesure où ce centre commercial – unique en son genre dans la ville de Skikda – pourrait occasionner des flux considérables. Pour atténuer l’ampleur de ces conflits, le propriétaire a décidé d’impliquer les habitants du quartier dans son projet, en leur proposant 50 postes de travail (El Watan, 21/07/2014). Aujourd’hui, bien que le projet soit en voie d’achèvement, les situations conflictuelles qui y sont afférentes ne sont pas encore réglées.

Figure 8. Cité des Frères Saker : nouveau centre commercial, à quelques mètres des Allées du 20 août.

Figure 8. Cité des Frères Saker : nouveau centre commercial, à quelques mètres des Allées du 20 août.

Cliché : A.-E. Fenchouch, janvier 2018.

43Aux établissements commerciaux s’ajoutent les fonctions liées aux banques et services financiers récemment mises en scène par les acteurs privés, renforçant la pluralité d’usages du quartier des Allées du 20 août. Apparus au début des années 2000, les services en question se sont fortement multipliés au cours de ces cinq dernières années, au point de constituer l’une des figures majeures des mutations fonctionnelles de ce quartier. Ils sont situés, pour la plupart, linéairement tout au long de la rue radiale nommée Bouguergour. Nous avons compté essentiellement quatre banques nationales et trois banques étrangères spécialisées dans le transfert des devises (GOLF, ABC, PNB).

44En outre, il est important de souligner la propagation des magasins de luxe, dont deux sur cinq proposent des produits de luxe (Fig. 9) ; décors intérieurs extrêmement soignés, éclairage moderne, traitement avec une céramique moderne, marbre au sol, banc en skaï, etc. Ces magasins sont spécialisés dans l’ameublement, les vêtements et chaussures de marque en provenance d’Europe, de Turquie et de Chine, mais aussi dans les services de restauration moderne comme les fast-foods.

Figure 9. Le nouveau centre de Skikda : le quartier des Allées du 20 août.

Figure 9. Le nouveau centre de Skikda : le quartier des Allées du 20 août.

Cliché : A.-E. Fenchouch, date.

  • 31 Nous nous inspirons ici de ce qu’A. Lakehal (2013) développe pour le cas de la Ville nouvelle d’Ali (...)
  • 32 Si l’on suit le raisonnement de J. Monnet (2006), le client qui fréquente ce type de commerce est à (...)

45Parallèlement au processus d’expansion des magasins de luxe, et malgré les interventions successives des forces publiques, on observe une prolifération des vendeurs qui pratiquent le commerce à la sauvette (Fig. 10a et 10b). Ils se voient intensivement pendant les jours du week-end, occupant les endroits moins visibles (endroits en décrochement). Qu’ils soient installés d’une manière groupée ou disparate, ces étals informels participent à dessiner des sociabilités31 qui s’opèrent d’une manière spontanée32. Par son image péjorative, ce type de commerce semble destiné à la population démunie qui habite les bidonvilles attenants. Mais dans les faits, la population aisée, surtout celle en transit, le fréquente régulièrement.

Figures 10a et 10b.

Figures 10a et 10b.

Clichés : A.-E. Fenchouch, 2016.

  • 33 La direction de la police, l’hôtel des finances et la bibliothèque par exemple.
  • 34 Après avoir démantelé l’ancienne station de service Naftal.

46En complément des acteurs privés, il est important de noter que les actions de renouvellement sont aussi soutenues par les autorités locales. Leurs interventions se résument dans la nouvelle mise en scène des équipements publics ayant une dimension régionale33, et qui sont conçus de manière à présenter une architecture moderne à caractère symbolique. Aujourd’hui, les espaces attenants à ces équipements font l’objet de pratiques de rassemblement social (garçons et filles), selon des temporalités variées (à la fin de la journée pour la plupart). S’ajoutent à ces équipements de nouveaux aménagements s’inscrivant dans le cadre de la promotion paysagère des Allées du 20 août, à l’image de la réalisation du square public à proximité de la gare routière et la restructuration de l’entrée du quartier des Allées du 20 août par une placette publique34.

Conclusion

47Une des principales caractéristiques de l’émergence récente de nouvelles centralités commerciales était jusqu’à présent liée à la continuité de la tache urbaine. En effet, le desserrement rapide des activités urbaines et la volonté effrénée des autorités locales de décongestionner le centre-ville sont eux-mêmes générateurs d’importants bouleversements urbains, participant de cette manière à redessiner la structure de centralité dans la ville. Le modèle de fonctionnement de la ville de Skikda ressemble, même si à moindre partie, à celui de la ville d’Oran, dans le sens où « les fonctions fondamentales de type tertiaire sont remplies par le centre-ville, le port et les quartiers péricentraux » (Trache, 2017). L’auréole péricentrale devient donc le secteur emblématique du processus de transformation urbaine, favorisant différents types d’échanges et de sociabilités.

48Aujourd’hui, en matière de commerces et services marchands, le secteur péricentral s’est affirmé face au centre-ville. À ce niveau spatial, le quartier baptisé les Allées du 20 août demeure l’espace d’attractivité le plus marqué. Par sa situation en continuité immédiate avec le centre historique ainsi que par son accessibilité, il conserve une multi-spécialisation que n’ont pas d’autres quartiers de la ville. Sans que cela soit pour autant orienté par nous, plus de deux quarts des personnes interrogées font nettement des comparaisons spontanées entre les Allées du 20 août et le centre-ville. Ces représentations s’expliquent par le fait de la proximité et les liens d’interface qui rassemblent ces deux espaces de centralité, en termes de capacité de polarisation sociale, marchande et symbolique.

  • 35 Nous nous appuyons sur nos relevés de terrain, rappelons-le effectués en 2017, pour dire que bon no (...)
  • 36 Phrase relevée du questionnaire d’un enquêté qui habite dans le quartier des Allées du 20 août.

49Nos enquêtes nous ont permis de soutenir notre hypothèse selon laquelle le secteur péricentral, dans une logique de complémentarité avec le centre colonial primatial, impose une nouvelle norme d’organisation de la centralité urbaine. La spécialisation commerciale et la continuité des activités tertiaires sont donc également à l’origine de cette complémentarité. De ce fait, le centre-ville n’est pas totalement relégué à un rôle subalterne35. Il est associé pour une grande partie des enquêtés à un espace où ils partagent « des achats de plaisir »36.

50Dans cet assemblage, nous assistons à la naissance d’un nouveau centre pour la ville, et cela se confirme d’autant plus que, d’un côté, la fréquentation du centre primitif est en recul et, de l’autre, les représentations que la société s’en fait sont valorisantes. Ce constat pourrait être transposé à une grande partie des autres villes côtières algériennes. Situé au centre géographique et ancien espace de passage transformé en espace d’ancrage, le quartier des Allées du 20 août a précipité un renouvellement du quotidien des habitants. Ce quartier traduit de nouvelles formes de pratiques de consommation liées principalement au « shopping familial » selon la formule de P. Bergel et N. Kerdoud (2010). Il doit son succès à la spécifié de la valeur ajoutée du paysage moderne qu’offre le quartier, mais aussi et surtout, à la quantité des magasins dits de luxe. En revanche, dans les discours des individus, ces spécificités font de ce quartier une zone de chalandise favorite de la population fortunée, ce qui entraîne l’exclusion de certaines populations de la catégorie moyenne et pauvre.

51Au terme de cette analyse, la réalité urbaine qu’offre la ville de Skikda et la dynamique de déplacement du centre vers le péricentre (la zone basse de la ville) traduisent, ainsi, les logiques instituées par les autorités centrales, accompagnant ce glissement de la centralité dans sa double dimension, symbolique et fonctionnelle. Par ailleurs, ce processus laisse entrevoir de plus en plus des situations conflictuelles autour des modes d’appropriation et de densification des espaces urbains péricentraux. À vrai dire, la nouvelle dynamique marchande à Skikda, qui a participé pleinement dans la mise en scène d’une nouvelle structuration spatiale, ne doit pas cacher le rôle timide joué par les acteurs privés. Cette situation renvoie, en partie, à un certain échec dans les politiques des autorités locales. Ces derniers ne veulent pas élargir l’auréole des acteurs privés et, de ce fait, n’envisagent nullement leur implication dans l’élaboration des plans d’aménagement.

52Bibliographie

Haut de page

Bibliographie

Alonso-Provencio M., Da Cunha A., 2013, « Qualification de l’espace public, commerce et urbanisme durable : notes sur le cas lausannois », Revue Géographique de l’Est, vol. 53/3-4 | 2013. https://journals.openedition.org/rge/5070 [mis en ligne le 05/07/2014, consulté le 14/02/2019].

Bakour M., Baouni T., 2015, « Étalement urbain et dynamique des agglomérations à Alger : quel rôle pour la promotion administrative ? », Cahiers de géographie du Québec, vol. 59, no 168, p. 377-406. https://www.erudit.org/fr/revues/cgq/2015-v59-n168-cgq02617/1037255ar/ ; DOI : 10.7202/1037255ar [mis en ligne le 10/08/2016, consulté le 03/09/2019].

Belguidoum S., 2011, « Le dynamisme des nouvelles places marchandes de l’Est algérien : reconfiguration urbaine et nouvelles donnes sociales », congrès. « Entre le licite et l’illicite : migrations, travail, marchés », Paris, 12 p. https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00936444/document [consulté le 14/02/2019].

Belguidoum S., Cattedra R., Iraki A., 2015, « Villes et urbanités au Maghreb », L’Année du Maghreb, no 12, p. 11-32.

Belouad L., 2015, Production de l’espace bâti et fonctionnement des structures urbaines actuelles de Saïda (Algérie), Thèse de doctorat, Université d’Oran.http://www.erudit.org/fr/revues/cgq/

Bendjelid A., Hadeid M., Messahel A., Trache S.M., 2004, « Différenciations sociospatiales dans les nouveaux espaces urbanisés d’Oran », Insaniyat, 23-24 | 2004, p. 7-44. https://journals.openedition.org/insaniyat/5340 ; DOI : 10.4000/insaniyat.5340 [mis en ligne le 27/08/2012 ; consulté le 03/09/2019].

Benidir F., 2007, Urbanisme et planification urbaine. Le cas de Constantine, Thèse de doctorat, Université de Constantine.

Bergel P., Kerdoud N., 2010, « Nouveaux lieux du commerce et transformation des pratiques de consommation dans les villes algériennes. Étude de cas à El Eulma et Onama/El-Ghazi (Constantine) », Norois, no 217, p. 75-89. https://journals.openedition.org/norois/3504 ; DOI : 10.4000/norois.3504 [mis en ligne le 31/12/2012 ; consulté le 03/09/2019].

Berezowska-Azzag E., 2015, « La recherche en urbanisme : à la recherche du temps perdu », p. 283-288, in Srir M. (dir.), Dynamiques urbaines à Alger. La (re)fabrication de la ville en question, Paris, L’Harmattan.

Berroir S., Clerval A., Delage M., Fleury A., Fol S., Giroud M., Raad L., Weber S., 2015, « Commerce de détail et changement social urbain : immigration, gentrification, déclin. Lectures croisées », EchoGéo, 33 | 2015. https://journals.openedition.org/echogeo/14353 [mis en ligne le 30/09/2015 ; consulté le 03/09/2019].

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A., 2002, « Les compétences des citadins : enjeux et illustrations à propos du monde arabe », L’Homme et la société, no 143-144, p. 65-85.

Bordreuil J.-S., 1987, La Production de la centralité urbaine, Thèse de doctorat en Sociologie urbaine, Université de Toulouse 2.

Boudinar A., Belguidoum S., 2015, « Dynamique marchande et renouveau urbain à Oran. Médina J’dida et Choupot, deux quartiers du commerce transnational », Les Cahiers d’EMAM, 26 | 2015. https://journals.openedition.org/emam/1027 ; DOI : 10.4000/emam.1027 [mis en ligne le 20/07/2015 ; consulté le 03/09/2019].

Bouhali A., 2015, « Médina J’dida (Oran), un quartier-marché sur les routes algériennes du commerce transnational », Les Cahiers d’EMAM, 26 | 2015. https://journals.openedition.org/emam/889 ; DOI : 10.4000/emam.889 [mis en ligne le 20/07/2015 ; consulté le 03/09/2019].

Boukerzaza H., 1991, Décentralisation et aménagement du territoire en Algérie : la wilaya de Skikda, Alger, Office des publications universitaires.

Bouklia-Hassane R., Talahite F., 2008, « Marché du travail, régulation et croissance économique en Algérie », Revue Tiers Monde, 2008/2 (no 194), p. 413-437. https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2008-2-page-413.htm ; DOI : 10.3917/rtm.194.0413 [mis en ligne le 01/01/2010 ; consulté le 03/09/2019].

Bourdieu P., 2006, Sociologie de l’Algérie, Paris, Presses Universitaires de France

Carmona M., 2015, “Re-theorising contemporary public space: a new narrative and a new normative”, Journal of Urbanism, no 4, p. 373-405.

Cattedra R., 2010, « Les grands projets urbains à la conquête des périphéries », Les Cahiers d’EMAM, 19 | 2010, p. 58-72. https://journals.openedition.org/emam/114 ; DOI : 10.4000/emam.114 [mis en ligne le 10/02/2012 ; consulté le 03/09/2019].

Corbière M., Larivière N. (dir.), 2014, Méthodes qualitatives, quantitatives et mixtes dans la recherche en sciences humaines, sociales et de la santé, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Côte M., 2011, « L’Algérie, mondialisation et nouvelles territorialités », Méditerranée, 116 | 2011, p. 77-84. https://journals.openedition.org/mediterranee/5406 ; DOI : 10.4000/mediterranee.5406 [mis en ligne le 01/06/2011 ; consulté le 03/09/2019].

Desse R.-P., Fournié A., Gasnier A., Lemarchand N., Metton A., Soumagne J. (dir.), 2008, Dictionnaire du commerce et de l’aménagement, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Devisme L., 2005, La Ville décentrée. Figures centrales à l’épreuve des dynamiques urbaines, Paris, L’Harmattan.

Di Méo G., 2008, « Une géographie sociale entre représentations et action », Montagnes méditerranéennes et développement territorial, p. 13-21.

Dris N., 2016, « Introduction. Repenser l’espace public à l’aune des transformations sociales contemporaines », Les Cahiers d’EMAM, 28 | 2016. https://journals.openedition.org/emam/1194 ; DOI : 10.4000/emam.1194 [mis en ligne le 21/07/2016 ; consulté le 03/09/2019].

Florin B., Semmoud N., 2010, « Mobilités résidentielles et territorialisations dans les villes du Maghreb : entre exclusion et intégration », Espace Populations Sociétés, CNRS, p. 365-377.

Hillier B., 1999, “Centrality as a process: accounting for attraction inequalities in deformed grids”, Urban Design International, no 4, p. 107-127.

Hillier B., 2007, Space Is the Machine: A Configurational Theory of Architecture, Cambridge, Cambridge University Press.

Kerdoud N., 2015, « De la villa-immeuble au bazar. Sidi Mabrouk (Constantine), l’émergence d’un quartier commercial », Les Cahiers d’EMAM, 26 | 2015. https://journals.openedition.org/emam/961 ; DOI : 10.4000/emam.961 [mis en ligne le 15/07/2015 ; consulté le 03/09/2019].

Lakehal A., 2013, La Fabrication plurielle de centralités dans la périphérie de Constantine (Algérie) : le cas de la Ville nouvelle Ali Mendjeli, Thèse de doctorat, Université François-Rabelais, Tours.

Lakehal A., 2017, « La ville nouvelle d’Ali Mendjeli. Un espace façonné par les pratiques et les représentations des citadins ordinaires », Les Cahiers d’EMAM, 29 | 2017. https://journals.openedition.org/emam/1365 ; DOI : 10.4000/emam.1365 [mis en ligne le 01/03/2017 ; consulté le 03/09/2019].

LARSC, 2011, Rapport final sur les boutiques commerciales dans la rue Didouch Mourad, Université de Skikda [non publié].

Mérenne-Schoumaker B., 1982, « Délimitation, intensité et spécialisation des entités commerciales. Considérations méthodologiques », Bulletin de la Société Géographique de Liège, no 18, p. 77-89.

Messaoudi K., 2008, L’habitat et l’habiter en territoire rural, inscription spatiale, micro-urbanisation, mutation, Thèse de doctorat, Université de Constantine.

Monnet J., 2006, « Le commerce de rue, ambulant ou informel et ses rapports avec la métropolisation : une ébauche de modélisation », Autrepart, no 39, p. 93-109.

Navez-Bouchanine F., 1994, « Urbanité, urbanités. Convergences et divergences dans l’habiter et les styles de vie des citadins marocains », Espaces et sociétés, no 73, p. 75-98.

Nemouchi H., 2009, La Question du foncier agricole en Algérie, Thèse de doctorat, Université de Caen.

Safar Zitoun M., 2010 « Urbanité(s) et citadinité(s) dans les grandes villes du Maghreb », Les Cahiers d’EMAM, 19 | 2010. https://journals.openedition.org/emam/107 ; DOI : 10.4000/emam.107 [mis en ligne le 10/02/2012 ; consulté le 03/09/2019].

Semmoud B., 2009, « Appropriations et usages des espaces urbains en Algérie du Nord », Cahiers de géographie du Québec, vol. 53, no 148, p. 101-118. https://www.erudit.org/fr/revues/cgq/2009-v53-n148-cgq3428/038144ar/ ; DOI : 10.7202/038144ar [mis en ligne le 30/09/2009 ; consulté le 03/09/2019].

Semmoud N., 2010 « Mobilités résidentielles, pratiques de mobilités et constructions territoriales en périphérie(s) des grandes villes », Les Cahiers d’EMAM, 19 | 2010, p. 15-31. https://journals.openedition.org/emam/105 ; DOI : 10.4000/emam.107 [mis en ligne le 10/02/2012 ; consulté le 03/09/2019].

Trache S.M., 2011, Mobilités résidentielles et périurbanisation dans l’agglomération Oranaise, Thèse de doctorat, Université d’Oran.

Trache S.M., 2017, « Complexité des mobilités pendulaires face à l’étalement urbain d’Oran », Cahiers Géographiques de l’Ouest, no 12-13, p. 173-193.

Van Criekingen M., Fleury A., 2006, « La ville branchée : gentrification et dynamiques commerciales à Bruxelles et à Paris », Belgeo, 1-2 | 2006, p. 113-134. https://journals.openedition.org/belgeo/10950 [mis en ligne le 27/12/2013 ; consulté le 03/09/2019].

Vandermotten C., 2017, Compte rendu de lecture : Les causes de la disparition des petits commerces (1945-2015) de J.-P. Grimmeau et B. Wayens, Belgeo, 1 | 2017. https://journals.openedition.org/belgeo/19736 [mis en ligne le 17/08/2016 ; consulté le 03/09/2019].

Yamani L., Brahimi K., 2009, « Évolution sociale et reconfiguration spatiale : la ville de Mostaganem », Insaniyat, 44-45 | 2009, p. 175-193. https://journals.openedition.org/insaniyat/613 ; DOI : 10.4000/insaniyat.613 [mis en ligne le 17/04/2012 ; consulté le 03/09/2019].

Haut de page

Notes

1 Dans le contexte algérien, au niveau de la région Nord-Est du pays, nous assistons depuis pratiquement deux décennies à des recompositions marchandes importantes dans des villes qui ont un rang bien inférieur à celui de Skikda (petites et moyennes villes). Pour éclairer cette posture, nous nous référons à deux modèles fortement métamorphosés : El Eulma et Aïn M’Lila, deux villes transformées en pôles commerciaux transnationaux (Belguidoum, 2011). La taille de la ville ne constitue donc pas un indicateur exclusif de la magnitude des recompositions urbaines.

2 Bien entendu en exceptant le secteur productif (industriel).

3 L’expression « fabrication de la centralité » est empruntée à J.-S. Bordreuil (1987).

4 Notre démarche méthodologique est fondée, d’une part, sur des relevés de terrain (des activités marchandes) que nous avons effectués au cours du premier trimestre de l’année 2017. Une fois les différents espaces marchands à l’échelle de toute la ville-centre identifiés, nous avons procédé à des relevés très précis : les établissements ont été répertoriés selon les articles qu’ils commercialisaient, mais aussi selon leur situation (fermé, en cours de rénovation, etc.). Par ailleurs, nous avons réalisé des questionnaires ouverts entre l’été 2015 et l’été 2016, auprès de 140 personnes. Tout en nous assurant que notre choix réponde bien à l’exigence de la diversité, les personnes enquêtées ont été sélectionnées selon un échantillonnage intentionnel (Corbière, Larivière, 2014, p. 19), en croisant cinq variables : variété résidentielle, sexe, âge, statut socio-économique et caractéristiques spatio-temporelles. En plus de ces questionnaires, nous avons mené des entretiens semi-directifs auprès d’une quarantaine de personnes. Ces deux techniques ont été complétées par l’observation des pratiques spatiales (Di Méo, 2008) et la prise de photographies.

5 Selon l’Office national des statistiques (2015), la ville-centre compte 178 435 habitants, tandis que la périphérie urbaine proche (El Hadeik, H-Krouma, Les Platanes) dénombre 84 409 habitants.

6 Contrairement à l’ensemble des grandes villes algériennes, les recherches urbaines récentes nous apprennent que quelques villes secondaires subissent toujours un modèle qui oppose le centre à la périphérie. À titre d’exemple, la ville de Saïda, ville secondaire située au nord-ouest de l’Algérie, bien qu’elle « s’enfonce progressivement vers le modèle de la ville bazar » (Belouad, 2016, p. 480), l’opposition spatiale entre le centre et la périphérie attachée à la ville domine largement son système fonctionnel, où les espaces commerciaux émergés restent « timides ». Ces espaces ont toujours un rôle subalterne. Dans ce même contexte, l’étalement urbain de la ville de Mostaganem – ville côtière presque de la même taille que la ville de Skikda – n’a pas non plus relativisé le monopole économique, de l’urbanité et de la consommation du centre colonial (Yamani, Brahimi, 2009).

7 Traduction assurée par les auteurs.

8 Cette configuration a été toutefois installée sur la trame en échiquier de la ville romaine.

9 Il se mesure en termes de nombreux programmes résidentiels d’envergure planifiés par le Plan d’urbanisme directeur (PUD), contribuant à dessiner une trame urbaine lâche.

10 L’urbanisation (formelle) post-Indépendance de la ville, qui s’est donc effectuée d’une manière ponctuelle, par l’intermédiaire des Zones d’habitat urbaine nouvelle (ZHUN) et selon une logique émanant de « la recherche du temps perdu » (Berezowska-Azzag, 2015, p. 283), qui se voulait avant tout quantitative ; la croissance urbaine s’est ainsi faite sur des terrains périphériques à faibles déclivités et à fortes potentialités agricoles, laissant apparaître de grands vides urbains.

11 Contrairement à l’urbanisation planifiée, le mouvement d’étalement informel, accentué au milieu des années 1970, s’est orienté vers les zones en hauteur.

12 Qui correspond à l’embellie financière du pays, mais aussi à une élévation relative du niveau de vie de la société algérienne en général.

13 Là où se localisent les grands axes de circulation.

14 Ce classement est fortement inspiré de Mérenne-Schoumaker (1982) et Lakehal (2013) avec des modifications qui concordent avec les spécificités commerciales de la ville de Skikda.

15 La configuration commerciale telle qu’elle est présentée aujourd’hui est le résultat d’une longue évolution qui date du XIXe siècle. Donc dans son ensemble, la trame commerciale y demeure conservée, ou l’essentiel du commerce est regroupé le long des axes situés sur la rive gauche de l’axe Didouche Mourad.

16 Terme prononcé en arabe (voir infra).

17 Situé dans le péricentre externe de la ville, le quartier Merdj-Edib fait partie des quartiers les plus populaires de la ville. Il est composé, concomitamment, d’un lotissement formel et de grands ensembles résidentiels. L’essentiel de ses activités commerciales est concentré dans le lotissement, laissant entrevoir des immeubles d’habitations individuelles transformés en établissements commerciaux (crèches privées, écoles de formation, galeries commerciales, etc.).

18 Il assure la jonction entre les ZHUN situées au sud de la ville et le centre-ville.

19 Nous nous inspirons ici de Hillier, 2007.

20 Nous partons ici de l’idée de M. Carmona (2015) selon laquelle les espaces publics contemporains tirent leurs essences d’« une nouvelle norme » [a new normative], regroupant dix principes généraux : 1. Evolving, 2. Balanced, 3. Diverse, 4. Delineated (not segregated), 5. Social, 6. Free, 7. Engaging, 8. Meaningful, 9. Comfortable, 10. Robust. Ces principes trouvent un fort écho dans le quartier des Allées du 20 août.

21 Phrase relevée du questionnaire d’un enquêté qui habite dans le quartier périphérique d’Aissa Boukerma.

22 Anciens combattants du Front de libéralisation nationale (FLN).

23 Ces massacres sont consécutifs aux manifestations violentes de la population civile algérienne, soutenue par le FLN, contre l’Armée de colonisation française. À Skikda, le terrain de ce projet se trouve à proximité de la fosse commune, ce qui a suscité de nombreuses réactions provenant d’anciens moudjahidines.

24 Nous avons identifié des tensions entre riverains et personnes venant visiter les médecins installés dans les immeubles d’habitation : conflits de stationnement, remontrances diverses, etc.

25 Les mobilités résidentielles dans ce quartier se sont déclenchées vers la fin des années 1980.

26 Les questionnaires que nous avons fait remplir sur les pratiques d’achat et les lieux d’approvisionnement des habitants de la ville de Skikda nous apprennent l’importance accordée aux structures commerciales de la Ville nouvelles Ali Mendjeli : les centres commerciaux Ritaj, Sans Visa et Ritaj Mall sont les plus désignés. La connexion avec la Ville nouvelle Ali Mendjeli est de plus en plus accentuée, grâce à l’ouverture de l’autoroute Est-Ouest dans sa partie orientale (en voiture, la Ville nouvelle Ali Mendjeli est à 1 h 30 de Skikda).

27 Selon P. Bergel et N. Kerdoud (2010), le terme Dubaï met en relief « un mixte de significations positives liées à la société de consommation : abondance, modernité, prix accessibles, ouverture sur la mondialisation, réactivité aux modes et aux tendances ».

28 Ancien faubourg de la ville de Skikda, le quartier Bachir Boukadoum s’est progressivement urbanisé à la fin du XIXe siècle. Il est composé d’un bâti quasi homogène (maisons résidentielles de 1 à 2 niveaux). Sa dynamique est associée à de nombreuses transformations morphologiques. En effet, en nous appuyant sur l’observation du terrain, nous avons noté en 2016 que 15 parcelles donnant sur la rue ont été rasées, puis reconstruites dans une finalité commerciale.

29 Communauté sociale originaire de la région de Ghardaïa, connue pour sa forte mobilité commerciale et sa cohésion sociale (Bourdieu, 2006, p. 35-50).

30 Selon l’appellation de son propriétaire. Cet établissement occupe 400 m² et s’élève sur 3 étages.

31 Nous nous inspirons ici de ce qu’A. Lakehal (2013) développe pour le cas de la Ville nouvelle d’Ali Mendjeli, où les vendeurs ambulants constituent une référence majeure de la vie urbaine des habitants.

32 Si l’on suit le raisonnement de J. Monnet (2006), le client qui fréquente ce type de commerce est à la fois opportuniste et furtif : opportuniste, car faisant des achats non programmés, profitant ainsi de la possibilité de ne pas faire d’autres déplacements ; furtif, car ses achats sont inscrits dans une logique de « halte », principalement pour les personnes en transit.

33 La direction de la police, l’hôtel des finances et la bibliothèque par exemple.

34 Après avoir démantelé l’ancienne station de service Naftal.

35 Nous nous appuyons sur nos relevés de terrain, rappelons-le effectués en 2017, pour dire que bon nombre d’indicateurs sont rassemblés pour confirmer le maintien du centre-ville à un bon niveau d’attractivité : la configuration des activités commerciales les fonctions de commandement, les rencontres sociales, les déplacements piétons très valorisés. Il n’en demeure pas moins que les risques d’érosion commerciale et résidentielle y sont manifestes.

36 Phrase relevée du questionnaire d’un enquêté qui habite dans le quartier des Allées du 20 août.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Skikda : évolution de la tache urbaine 1954-2015.
Crédits Cartographie : A.-E. Fenchouch & Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 2. L’offre commerciale dans la ville de Skikda.
Crédits Cartographie : A.-E. Fenchouch & Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 3. Quartier des Allées du 20 août : évolution spatiale 1905-2015.
Crédits Cartographie : A.-E. Fenchouch & Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 4. Quartier des Allées du 20 août : activités tertiaires.
Crédits Cartographie : A.-E. Fenchouch & Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 821k
Titre Figure 5. Quartier des Allées du 20 août : appartement de standing.
Crédits Cliché : A.-E. Fenchouch, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Figure 6a. Exemple de nom donné aux établissements commerciaux : le centre commercial Dubaï.
Légende Cet établissement est situé à la lisière sud du quartier des Allées du 20 août (cf. Fig. 4). C’est le fruit d’investissements d’un commerçant Sétifien (de la wilaya de Sétif). Il est destiné à une clientèle féminine et spécialisé dans le prêt-à-porter, les ustensiles ménagers et les articles de beauté et du parfum, en provenance de la ville d’El Eulma (Sétif). Les enseignes publicitaires placées sur la devanture de l’établissement affichent clairement le croquis en 2D de l’hôtel Burj Al Arab de Dubaï (Émirats Arabes Unis). En empruntant ce nom, ce commerçant s’inspire de ses homologues de la ville d’El Eulma.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Titre Figure 6b. Exemple de nom donné aux établissements commerciaux : le centre commercial Ritaj.
Légende Il est situé à quelques mètres du centre commercial Dubaï (cf. Fig. 4) et draine une clientèle féminine. Comme il est indiqué dans l’enseigne publicitaire, le nom de cet établissement s’inspire du centre commercial Ritaj de la Nouvelle ville d’Ali Mendjeli.
Crédits Cliché : A.-E. Fenchouch, 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 857k
Titre Figure 6c. Exemple de nom donné aux établissements commerciaux : le bazar Souk El Tenine.
Légende Il est situé en plein quartier des Allées du 20 août (cf. Fig. 4). C’est un immeuble d’habitations transformées en locaux commerciaux, destinés à une clientèle féminine. Le nom que porte cet établissement fait référence à l’ancien espace marchand informel hebdomadaire attenant, qui avait lieu chaque lundi, et qui n’existe plus aujourd’hui.
Crédits Cliché : A.-E. Fenchouch, 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 7. Rue Bachir-Boukadoum : réinvestissement commercial du rez-de-chaussée d’un immeuble colonial par des commerçants mozabites.
Crédits Cliché : A.-E. Fenchouch, 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Figure 8. Cité des Frères Saker : nouveau centre commercial, à quelques mètres des Allées du 20 août.
Crédits Cliché : A.-E. Fenchouch, janvier 2018.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Figure 9. Le nouveau centre de Skikda : le quartier des Allées du 20 août.
Crédits Cliché : A.-E. Fenchouch, date.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 922k
Titre Figures 10a et 10b.
Crédits Clichés : A.-E. Fenchouch, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/1997/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alla-Eddine Fenchouch et Rachid Tamine, « Mutations de la centralité dans une ville secondaire d’Algérie. », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 09 septembre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/1997 ; DOI : 10.4000/emam.1997

Haut de page

Auteurs

Alla-Eddine Fenchouch

Docteur en Urbanisme, Enseignant contractuel, Faculté d'Architecture et d'Urbanisme, Constantine 3, Algérie

fenchouchallaeddine@gmail.com

Rachid Tamine

Maître de conférences, Géographe, Faculté d’Architecture et d’Urbanisme, Université Constantine 3, Algérie

tamine.rachid@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page