Navigation – Plan du site

Narrations et appropriations dans le centre historique de Naples : des constructions identitaires situées

Narrations and appropriations in the historic centre of Naples: situated identity constructions
Marta Pappalardo

Résumés

Cet article interroge les narrations qui guident l’aménagement urbain du centre-ville de Naples, leur construction historique et leur impact sur la société urbaine. À Naples, les pratiques urbaines des habitants issus du sous-prolétariat urbain sont utilisées par les aménageurs comme des symboles de la dégradation, à l’origine d’une « mauvaise réputation » de la ville. À travers l’étude des pratiques, des représentations et des narrations de cette catégorie, localement désignée comme « plèbe », et de deux « situations » urbaines dans les Quartieri Spagnoli, il est possible de mettre en tension les discours urbains de groupes dominants et des productions urbaines « par le bas ». Cette articulation permet de questionner une « condition subalterne » vécue par les habitants pauvres du centre-ville. En approfondissant le regard, il est possible de dépasser le stéréotype d’une subalternité monolithique dans le centre-ville pour révéler des constructions multiples d’identités situées et des dynamiques socio-spatiales particulières, dans un centre historique composite et fragmenté.

Haut de page

Texte intégral

1La construction d’un discours sur la ville n’est pas une opération neutre, mais peut être porteuse de domination et de stigmatisation à l’encontre de certains groupes sociaux. Plus particulièrement, l’analyse de l’articulation entre les discours issus de la planification urbaine et les pratiques d’appropriation de l’espace de groupes sociaux stigmatisés nous permet de questionner la production de la ville contemporaine et ses rapports de pouvoir. À Naples, le centre-ville est le lieu de vie par excellence du groupe désigné dans la littérature et dans les discours dominants comme étant la « plèbe », emblème de la ville tant en positif qu’en négatif. Les pratiques urbaines de ce groupe deviennent, dans les discours porteurs des politiques urbaines, les symboles de la dégradation et de la « mauvaise réputation » de la ville. Cependant, leurs appropriations et leurs représentations de l’espace témoignent d’une fabrication alternative de la ville.

2À travers l’étude des discours urbains de trois groupes d’acteurs – les aménageurs, les associations et les habitants –, je questionne la « condition subalterne » vécue par les habitants pauvres du centre-ville, en tant que vulnérabilité potentielle spécifiquement urbaine. L’analyse de « situations » urbaines dans deux lieux symboles des Quartieri Spagnoli, dans le centre historique, permet ensuite de s’interroger sur le décalage entre les discours dominants portés par l’aménagement urbain et les pratiques réelles des habitants pauvres du centre-ville. Par leurs pratiques d’occupation et d’appropriation de l’espace au quotidien, les habitants subalternes construisent des espaces de liberté et de compétences dans un environnement normé (Pinson, 1993 ; Berry-Chikhaoui, Deboulet, 2000).

3Mes recherches de terrain m’ont permis d’identifier, derrière le masque de la « plèbe », des habitants différents quant à leurs origines, leurs situations… ou encore à leur ancienneté dans le quartier. Si la composition de ce groupe se révèle multiforme, la délégitimation de ceux qui le constituent à habiter dans les quartiers centraux s’effectue au travers de discours par les groupes dominants qui, non seulement, ne tiennent pas compte de ces différences, mais au contraire les nivèlent pour mieux atteindre leur but. Face à une délégitimation qui efface les différences et réunit l’ensemble des habitants pauvres dans un moule stéréotypé d’inertie, informalité et mauvaise conscience urbaine, quelles sont les « résistances » possibles ? Si les mobilisations, individuelles ou collectives, peuvent être facilement interprétées comme des formes de résistance, les pratiques quotidiennes et la transformation de la ville au niveau symbolique en sont certainement aussi, quoique bien moins évidentes.

La « plèbe » : un « orientalisme napolitain »

4Au départ de notre analyse, se trouve la question des effets de la globalisation sur la planification urbaine, en particulier ceux qui ont trait à son articulation à l’échelle micro-locale. L’essor d’un « urbanisme de la globalisation » – qui se traduit par des projets de préservation du patrimoine, de consommation culturelle, de promotion du tourisme –, confirme une volonté des institutions locales d’affirmer une spécificité de leur ville, à travers une « construction identitaire ». Ces « visions » valorisantes des villes sont généralement véhiculées par des projets à grande échelle et se développent en différents sous-projets spécifiques aux quartiers, à l’intérieur d’un cadre métropolitain plus large. Les politiques urbaines et les projets peuvent être étudiés à travers l’analyse des documents émanant des aménageurs : ces derniers produisent des images, des textes, des cartes, qui concrétisent un ensemble d’éléments narratifs que j’ai appelés « discours aménageurs ».

5Ce modèle circule entre les villes des Nords comme des Suds, contribuant à la ressemblance de leurs politiques urbaines : dans les quartiers centraux, cet urbanisme se fonde sur une valorisation de l’image de la ville et sur l’établissement d’un modèle normatif de ce que la ville devrait être. La réussite de ce modèle demande l’adhésion de l’ensemble de la population, qui doit l’exprimer par une série de comportements urbains, allant de l’organisation du logement à l’occupation des espaces publics. La dévalorisation des pratiques urbaines qui ne respectent pas ce modèle permet aux aménageurs d’identifier les populations indésirables, qui constitueraient selon eux un frein au développement de la ville. La désignation de certaines pratiques urbaines comme « inappropriées » permet aux groupes dominants – institutions et couches aisées de la société – de tracer une frontière, qui partage les citadins entre « méritants » et « non méritants », et de faire partie de la ville renouvelée. Cette disqualification permet aux aménageurs de légitimer des politiques urbaines porteuses de discriminations socio-spatiales. J’ai qualifié les populations subissant cette domination de « groupes subalternes ». Ces populations, hétérogènes sur le plan social ou ethnique, ont en commun une expérience d’exclusion dans leur propre territoire urbain.

  • 1 La région Campanie, dont Naples est le chef-lieu, est septième dans le classement du Rapport sur le (...)
  • 2 Par exemple, des expériences comme l’organisation de visites guidées dans les quartiers populaires (...)

6Selon l’hypothèse que j’ai formulée dans le cadre de ma recherche de doctorat (Pappalardo, 2016), les aménageurs qualifient les pratiques des groupes subalternes d’occupation « sauvage » ou « inappropriée » de la ville, afin d’alimenter un stigmate de déviance utile à la délégitimation collective de leur présence dans les centres-villes. L’étude de la création et de la manipulation de cette catégorie subalterne – qui prend des noms spécifiques selon les contextes, comme dans le cas de la « plèbe » napolitaine –, permet de déceler certains des mécanismes de domination à l’intérieur des politiques urbaines. Les aménageurs, postulant l’intériorisation de la condition subalterne de la part des populations pauvres, revendiquent en effet le monopole de la prise de décision, surtout dans des espaces privilégiés comme les centres-villes. À Naples (Fig. 1), le tourisme étant un marché très fécond1, l’enjeu de la « réputation » de la ville, médiatique, mais avant tout économique, sert à donner aux touristes l’envie de revenir la création d’un « imaginaire touristique » (Girard, 2010) conduit les aménageurs à valoriser uniquement ces pratiques des populations pauvres qui exaltent l’aspect exotique et folklorique de l’expérience touristique2 : les pratiques en dehors de ce modèle rentable se retrouvent délégitimées.

Figure 1. Naples et la Campanie dans l’espace italien.

Figure 1. Naples et la Campanie dans l’espace italien.

Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2019.

7Dans le cas des phénomènes observés à Naples, la notion d’orientalisme m’a semblé pertinente, car l’orientalisme est un discours porté par des autorités et qui se revendique comme un savoir scientifique sur l’objet traité. C’est dans sa nature totalisante que l’image de la « plèbe » urbaine peut être considérée comme orientaliste et rattachée à ce courant de pensée. Quant au terme « subalterne », tel que je l’utilise dans ma recherche, il indique le transfert de la pensée des Subaltern Studies dans le domaine des études urbaines. Si le contexte historique et géographique n’est plus celui de l’Inde coloniale, j’estime que la réflexion autour de la réduction au silence d’un groupe de la société, afin d’en légitimer la domination, est fortement d’actualité dans le contexte de l’urbanisme capitaliste. Mon étude de la subalternité métropolitaine s’insère dans trois cadres majeurs de réflexion : le concept de « subalterne » selon A. Gramsci (2007 [1948]), les études postcoloniales et subalternes (Guha, Spivak, 1988), et la division « orientaliste » du monde élaborée par E.W. Saïd (1999 [1978]).

  • 3 Inspirée de la History from below qui a animé les premiers travaux des Subaltern Studies.

8L’infériorisation des groupes subalternes ne se borne pas à leur marginalisation au moment de la mise en place des projets, aux évictions physiques ou à une privation de services : plus profondément, elle se situe dans la délégitimation opérée par le discours sur la ville, qui précède – et parfois substitue – l’opération urbaine en soi. Mon étude de la ville revient ainsi à analyser cette distance entre l’urbanisation hégémonique et la fabrication effective de la ville, un travail qui consiste à « mesurer des silences » (Spivak (2006 [1988]), p. 51). Dans ce sens, il apparaît qu’à côté du discours « officiel » sur la ville, il n’existe pas un « autre » discours, qui serait un discours subalterne, car celui-ci est constamment effacé et inhibé par l’œuvre des groupes dominants. Il existerait plutôt une fabrication de la ville qui serait faite plutôt que dite, des « pratiques organisatrices de la ville habitée » (Berry-Chikhaoui, 1996, p. 138). L’analyse « par le bas »3 de l’appropriation de l’espace public et de l’habitat permet donc de construire un savoir intégratif, en tant qu’il donne à voir l’intégralité des pratiques et des représentations dans la métropole contemporaine. Comme pour l’histoire de l’Inde réécrite par les auteurs des Subaltern Studies, la déconstruction de la ville globalisée met en lumière la ville produite par le peuple, avec ses propres valeurs, ses normes et ses représentations (Pouchepadass, 2000).

9Les mécanismes de domination dans les discours et la production urbains participent de ce que le sociologue A. Petrillo a appelé « orientalisme métropolitain ». Son créateur l’utilise à propos de Naples, où l’identification de la « plèbe » comme cause du retard de la ville suit le même cheminement que la stigmatisation plus large du Midi italien : en le considérant comme le seul « coupable » des difficultés et de la mauvaise image de la ville, les groupes supérieurs souhaitent prendre leurs distances d’une conception de Naples en tant que sujet anthropologique unique, où tous les habitants seraient réfractaires au progrès (Petrillo, 2012). Comme l’Orient dans le processus saïdien, la « plèbe » a donc permis au « nous » de la société urbaine de se représenter eux-mêmes en se différenciant d’un « autre », un « soi imparfait », grâce auquel « nous » pouvons justement apprécier nos propres qualités. Comme les Méridionaux (qu’ils habitent le Sud du monde ou le Sud de l’Italie), les pauvres urbains « ne sont pas l’altérité absolue, comme l’Orient, mais l’identité imparfaite » (Cazzato, 2012).

  • 4 Encyclopédie Larousse en ligne : « République créée par le Directoire (janvier-juin 1799) afin de s (...)
  • 5 Le poète explique son idée lors d’une conversation avec le journaliste A. Ghirelli, qui ensuite en (...)
  • 6 Littéralement : « Naples, c’est nous ».

10R. La Capria (2009) lie la « naissance » du stéréotype d’une « plèbe » menaçante pour l’ordre établi au traumatisme causé par l’échec de la République parthénopéenne de 17994, quand le peuple fut l’auteur du massacre des bourgeois qui en étaient les initiateurs, avec des épisodes de grande violence, allant jusqu’au cannibalisme. Pour apaiser la « plèbe » et retrouver ainsi une « harmonie perdue », les bourgeois auraient inventé le mythe de la « napolitanité », une identité collective censée rapprocher les classes sociales. La mise en place de ce modèle d’une « napolitanité » a contribué à la mythisation de la figure du Napolitain pauvre mais joyeux et proche de la nature, celui raconté par Pasolini5, mais également à son revers de médaille, l’image d’une « plèbe » qui aurait échappé à cette « domestication » et qui serait restée en dehors de la modernité. Dans Napoli siamo noi6 (2006) et dans ses interviews, G. Bocca fait notamment la différence entre « peuple » et « plèbe », le second terme ayant une valeur plus stigmatisante que le premier en raison d’un capital social, culturel et économique pratiquement inexistant et de sa propension à la délinquance et à l’immobilisme. La « plèbe » serait alors le produit, tout napolitain, de siècles de domination et de misère et elle serait, pour cette raison, totalement irrécupérable : « [À] Naples il n’y a pas le peuple, il y a la plèbe. Dans les autres villes, italiennes ou européennes, il y a le quartier pauvre, mais à Naples il y a au contraire la survivance de la ville antique, comme Pompéi, ou Babylone, ou Alexandrie et un mode de vie similaire à celui d’une ville de l’Antiquité. » (La Capria, 2009, p. 183).

11Les différents stéréotypes sur les Napolitains se sont progressivement installés dans le discours général sur la ville. Selon A. Signorelli (2002, p. 12), « pour reprendre une formule chère à Ernesto de Martino, nous pouvons affirmer que la napolitanité existe si et parce que tout se passe comme si elle existait ». L’un des stéréotypes les plus puissants relatif aux groupes subalternes se construit autour de leur supposée absence de civicness, de sens civique et de « respect » pour la ville. Le stéréotype du « paradis habité par des démons » (Vallat, 2004 ; Vallat et al., 1998 ; Croce, 2014) légitime ainsi les groupes dominants à « prendre en mains » l’avenir de la ville. En d’autres termes, le discours sur la « plèbe » sert à transformer en « mal » – selon les implications morales du terme – tout ce qui ne correspond pas au modèle imposé : les « démons » sont ceux qui empêchent les autres de jouir du « paradis ».

  • 7 À titre d’exemples, des articles de quotidiens, des vidéos d’information, mais également des ouvrag (...)

12La vision orientaliste construite sur Naples participe également d’un orientalisme plus large, qui fait de l’Orient un non-Occident. Contrairement à d’autres villes italiennes, où l’influence arabe est réelle et tangible dans l’histoire, Naples est orientale en ce qu’elle n’est pas parfaitement occidentale. Son caractère oriental n’est pas celui réel de l’art et de l’architecture historiques, mais plutôt le Moyen-Orient métaphorique et fantasmé qui est « l’échec de l’Occident » (Niola, 2005). Son caractère de ville-frontière, qui mélange plusieurs cultures, nourrit le stéréotype courant de l’arriération. Dans les médias, l’utilisation de termes arabes dans une acception négative, comme souk ou casbah pour définir certains espaces du centre-ville7, indiquant l’absence de l’ordre et du développement qui caractériseraient (en principe) les villes occidentales, nourrit la rhétorique des politiques urbaines qui doivent permettre à la ville de devenir « une capitale européenne ». En ce sens, les discours sur la « plèbe » se construisent sur un paradoxe : afin de nier le stéréotype d’arriération qui nuit aux Napolitains « comme il faut », ces derniers le rejettent sur une seule partie de la population, affirmant par là-même son existence. Cette catégorie est ainsi à la fois rejetée et nécessaire, car elle permet aux citoyens « comme il faut » de prendre leurs distances des accusations que subit la ville.

L’ambivalence des représentations dans les discours dominants

13L’analyse des pratiques urbaines « par le bas » et leur articulation avec le discours dominant donnent à voir la concrétisation, dans les représentations des Napolitains, de ce stéréotype de la « plèbe » et de son incidence, non seulement dans la production urbaine, mais également dans la pratique des espaces au quotidien. Afin de comprendre comment ces représentations stéréotypées et cette narration se construisent et s’ancrent dans la fabrication de la ville, j’ai enquêté auprès de trois groupes d’acteurs dans les Quartieri Spagnoli. Les aménageurs, porteurs du discours dominant, se servent des stéréotypes sur une partie de la population pour justifier la nécessité d’un progrès. Les associations, en ce qui les concerne, balancent entre la culpabilisation des groupes subalternes – notamment autour de la question de la protection et du « respect » des espaces – et une fierté revendiquant la culture napolitaine comme unique. Quant aux habitants issus des groupes subalternes, ils appréhendent le stéréotype selon plusieurs mécanismes : de l’ambivalence entre appartenance et refus, au renversement du stigmate, ils recomposent les représentations identitaires dominantes pour construire des espaces de résistance.

14Les institutions locales napolitaines véhiculent la narration dominante sur la ville à travers les politiques urbaines et culturelles. Depuis 2009, le projet phare pour le centre, dénommé Grand programme Centre historique Naples-Unesco, s’articule autour d’une « vision », autrement dit d’une idée majeure de ce que la ville devrait être, pour se positionner « au niveau des villes d’art majeures d’Italie et d’Europe » (Comune di Napoli, 2009, p. 60). Ainsi, la mise en avant d’une image de Naples en tant que ville « plus sûre, ordonnée et organisée » (ibid.) se construit autour de cette « identité du site Unesco », qui en devient l’atout principal (Fig. 2).

Figure 2. Les quatre secteurs (dont les Quartieri Spagnoli) du Grand programme Centre historique Naples-Unesco, dans le périmètre du classement comme Patrimoine de l’Humanité.

Figure 2. Les quatre secteurs (dont les Quartieri Spagnoli) du Grand programme Centre historique Naples-Unesco, dans le périmètre du classement comme Patrimoine de l’Humanité.

Source : Document d’orientation stratégique du Grand programme Centre historique Naples-Unesco, Comune di Napoli.

15Cette vision idéalisée d’un centre historique complètement consacré au tourisme entre en concurrence avec la reconnaissance du caractère hybride du centre historique de Naples, qui devient ainsi un problème à traiter :

« Le centre historique de Naples n’est pas, comme les centres historiques des villes du Centre-Nord de l’Italie, le cœur de territoires riches et développés qui, dans les vingt dernières années, ont assisté à une augmentation des valeurs immobilières, avec la conséquence de procéder à la substitution des couches sociales qui les habitaient traditionnellement. La plus grande partie du centre historique de Naples est encore aujourd’hui étranger à ce processus de gentrification. Le site s’articule en secteurs urbains différemment caractérisés, selon la prédominance de celle, parmi les stratifications historiques successives, qui l’a plus ou moins marqué. La complexité majeure de notre centre historique, par rapport à celle des sites ponctuels, vient de la présence de toutes les problématiques propres à une ville. » (ibid., p. 10).

16Dans le document de projet, le caractère populaire du centre historique est plutôt indiqué en termes de ce qu’il « n’est pas », par rapport à d’autres villes italiennes.

  • 8 Le stéréotype d’arriération comme « défaut de citadinité », lié à l’urbanité conçue comme savoir-vi (...)
  • 9 Parmi les slogans de cette campagne, on peut citer : « J’aime Naples et… je ne jette pas les papier (...)

17Le mot « renaissance », qui a caractérisé principalement les politiques urbaines des années 1990, celles de la municipalité dirigée par A. Bassolino (Froment, 2003 ; Savonardo, 2003), ne fait pas référence à un retour à une période antérieure, mais plutôt au discours récurrent d’une Naples enfin valorisée pour ce qu’elle est, une grande capitale internationale. Si le débat sur l’assignation historique idéale à attribuer au centre est allé jusqu’à prôner, de la part de certains intellectuels napolitains, le retour à une configuration urbaine ne laissant apparaître que les ruines d’époque gréco-romaine (De Fusco, 2010), le thème de la renaissance sert plutôt aux aménageurs pour souligner une urgence dans la situation actuelle du centre. Selon le document de présentation du Grand programme Unesco, l’un des objectifs du projet est de « contribuer à la renaissance sociale et culturelle du centre historique de Naples-Patrimoine Unesco » (Regione Campania, 2012, p. 18). Pour ce faire, les institutions préconisent des actions structurées selon deux axes : la protection du patrimoine et le développement urbain. Le slogan choisi pour le Grand programme – « La modernité entre dans la ville historique » (Comune di Napoli, 2009) –, implique que la ville historique s’est arrêtée à un stade que l’on souhaite dépasser ; et la nécessité d’une « modernisation » y est présentée de manière positive. Ainsi, le slogan indique déjà, même si de manière implicite, un jugement de valeur sur les habitants du centre-ville, considérés comme « non-modernes ». En effet, les aménageurs font de l’entretien du patrimoine, de l’appropriation des lieux et, plus généralement, des modes de vie dans le centre historique une question de « sens civique », de « sensibilité », de « culture du respect du patrimoine »8. De cette manière, la constatation d’une situation de dégradation urbaine et sociale devient une question morale, comportant une disqualification de ces habitants qui ne possèdent pas la « culture de la légalité » et qui sont de ce fait accusés d’alimenter les discours sur une « mauvaise image » de la ville. Des campagnes comme celle publiée en 2014 par le Bureau en charge de la communication de la municipalité, invitant les citoyens à ne pas salir les monuments ou à ne pas jeter de déchets dans la rue, établissent un lien direct entre un certain type de comportement dans l’espace public et « l’amour » pour la ville9.

  • 10 L’organisation d’« expositions artistiques, happenings coordonnés par les galeries actives dans le (...)

18Dans les discours portés par le Grand programme Unesco, la domination symbolique se présente sous la forme édulcorée d’initiatives pour l’amélioration de la qualité de vie des habitants. Selon les rédacteurs du projet, il faut « introduire des stratégies spécifiques de sensibilisation de la population aux thématiques de l’entretien urbain, qui puissent passer par un processus de réappropriation des lieux de la ville, en partant justement par la valorisation de ces activités directement réalisées […] par les habitants eux-mêmes. » (SireNa Città Storica, 2010, p. 88). Ce passage pourrait laisser entendre que le caractère populaire et hybride du quartier est considéré comme une qualité à conserver ; cependant, les aménageurs n’hésitent pas à promouvoir une « régénération » du centre, censée le rendre plus attractif, en la fondant sur des activités très éloignées de la vie quotidienne des habitants pauvres10. Les cibles que vise dans ce but le projet sont préférentiellement les individus qui pourront fréquenter les quartiers centraux une fois requalifiés : autrement dit, des catégories bien plus solvables que les habitants actuels et donc plus susceptibles qu’eux de dynamiser l’économie de ces quartiers. Au bout du compte, les classes populaires y sont ravalées au rang d’éléments conférant du « charme » au centre, participant alors à l’attractivité de celui-ci sur les élites locales et les touristes.

  • 11 Entre 2013 et 2014, j’ai conduit des observations ethnographiques et des entretiens semi-directifs (...)
  • 12 Entre autres, les associations NoComment et ASCA (Associazione per lo Sviluppo del Centro Antico), (...)
  • 13 Comme pour les habitants de Montecalvario, place emblématique des Quartieri Spagnoli, qui sont fier (...)
  • 14 Paradoxalement, les deux termes de « vandalisme » et de « patrimoine » sont liés dès leur apparitio (...)

19Cette même ambigüité entre fierté locale et rejet de l’Autre se retrouve dans les discours des associations du centre-ville11. Certains comités de quartier ont fait de la « défense du territoire » leur mission12 : dans leurs discours pendant les entretiens, comme dans leurs actions, ils font ressortir ce que Naples pourrait être si « certains » ne l’empêchaient pas de s’épanouir. Le vandalisme à l’encontre des monuments et, plus généralement, des espaces publics est lu sous ce même angle de la « culture de la légalité » et de la responsabilisation des habitants. Cependant, une telle vision culpabilisante fait fi des responsabilités institutionnelles et sociétales face à la condition des populations les plus démunies. En effet, comme l’analyse L. Wacquant dans le cas des banlieues parisiennes, le vandalisme peut être vu « comme une réponse à la violence socioéconomique et symbolique à laquelle [les habitants] sont soumis en se trouvant ainsi consignés dans un lieu décharné et diffamé » (Wacquant, 2006, p. 180). En ce qui concerne les quartiers centraux de Naples, cette analyse est vraie, mais seulement en partie : en effet, le vandalisme y affecte surtout les monuments et les espaces touristiques, et il épargnerait plutôt les espaces de la vie quotidienne13. Cette violence « ciblée » envers des objets et des lieux considérés comme des symboles du pouvoir dominant est symptomatique d’un sentiment ambivalent, autrement dit du fait de reconnaître dans le site monumental un espace exceptionnel, mais d’avoir en même temps le sentiment d’en être exclus14.

  • 15 En italien : « Sois touriste dans ta propre ville ». Au-delà de l’analyse du discours porté par l’a (...)

20D’autres associations travaillent davantage sur le fil de l’ambiguïté entre fierté identitaire et culpabilisation : le collectif Sii turista della tua città15 mène des campagnes de sensibilisation au respect du patrimoine, et au sens civique en général, sur le registre de la valeur particulière de l’identité napolitaine en soi. Le slogan de l’association, « Être Napolitain est merveilleux », est symptomatique de cette idée qu’agir pour la protection de la ville serait la preuve, pour l’intéressé, de sa capacité à l’aimer et, pour cela, d’adhérer à l’idée d’une identité napolitaine collective. Si, en première lecture, la rhétorique de l’association semble vouloir insister sur une opération de renversement du stigmate, elle n’en renvoie pas moins, encore et toujours, à une responsabilité citoyenne de « respect et amour » pour la ville, qui devient conditio sine qua non de l’appartenance. L’absence de sens civique est ainsi renvoyée à une responsabilité individuelle et associée à un mode de vie « irrespectueux ».

Figure 3. La Campagne « J’aime Naples et … ».

Figure 3. La Campagne « J’aime Naples et … ».

Source : site Internet Vivere Napoli. https://www.viverenapoli.com/​ [consulté le 24/09/2019].

Les Quartieri Spagnoli : deux « situations » urbaines

  • 16 Pour mon travail de thèse, j’ai identifié et analysé douze « situations » urbaines, réparties en tr (...)
  • 17 Ces récits sont le résultat d’enquêtes de terrain portant sur plusieurs fronts : observations conti (...)

21À travers l’analyse de celles que j’ai qualifié de « situations » urbaines16, dans les territoires micro-locaux des quartiers centraux de Naples, il est possible d’analyser la multiplicité des pratiques et des représentations des acteurs sur les mêmes espaces, ainsi que le décalage entre des pratiques existantes et les orientations d’aménagement préconisées, selon une méthodologie couplant analyse sociale et spatiale des phénomènes observés17. Les deux « situations » présentées ici, correspondant aux places Montecalvario et Rosario di Palazzo, rendent compte de la complexité des dynamiques socio-spatiales et des représentations dans des espaces symboliquement chargés, mais qui sont en même temps le lieu de vie des habitants démunis.

22Les Quartieri Spagnoli doivent leur nom à ce qu’ils ont été construits, au XVIe siècle, pour accueillir les garnisons espagnoles chargées à la fois de surveiller et de protéger la population napolitaine, le royaume de Naples étant alors rattaché à la Couronne d’Espagne. La trame orthogonale des parcelles se développe en hauteur, délimitée à l’ouest par la colline de San Martino et à l’est par la rue Toledo (Fig. 4). Au nord et au sud, le quartier côtoie deux autres zones populaires, respectivement Montesanto et Montedidio.

Figure 4. La trame orthogonale des Quartieri Spagnoli et les deux places « enquêtées ».

Figure 4. La trame orthogonale des Quartieri Spagnoli et les deux places « enquêtées ».

Source : Google Earth, 2018. Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2019.

23Sous la domination espagnole, le quartier avait une fonction de contrôle et de maintien de la sécurité dans la ville. Il était habité par les soldats, mais également par une population marginale vivant d’une économie essentiellement informelle, de petite délinquance et de prostitution. La maille urbaine très serrée est à l’origine du caractère fermé du quartier : le maillage urbain crée un « intérieur » du quartier, dans lequel on pénètre depuis l’« extérieur » par des ruelles qui fonctionnent comme des « entrées », et s’ouvre sporadiquement sur des placettes ou de petits espaces ouverts d’origine ecclésiastique. À cause de sa morphologie sécuritaire, le quartier est aujourd’hui très difficile d’accès pour les voitures et il est le théâtre d’un fort malaise social. Ainsi, malgré son emplacement central (Fig. 5), le quartier est depuis toujours synonyme de criminalité et de pauvreté.

Figure 5. Les Quartieri Spagnoli dans leur environnement administratif (quartiers et municipalités).

Figure 5. Les Quartieri Spagnoli dans leur environnement administratif (quartiers et municipalités).

Cartographie : M. Pappalardo & Fl. Troin • CITERES 2019.

  • 18 En 1994, l’Union européenne allouait 42 milliards de lires italiennes (environ 21 millions d’euros) (...)

24Du point de vue des transformations urbaines, qui s’accompagnent d’un certain changement économique et social, le quartier semble divisé en deux grands secteurs. En effet, la partie inférieure du quartier jouit du rayonnement de la rue Toledo et des quelques bénéfices des programmes Urban des années 199018 : les habitations ont été transformées par une classe intellectuelle qui a fait de la centralité populaire des Quartieri son lieu de vie privilégié (Laino, 2012). Cependant, si l’on monte vers la partie haute du quartier, l’habitat se dégrade de plus en plus, les rues sont moins animées et le lien avec l’espace urbain du centre se perd progressivement : ainsi l’enfermement, qui était la caractéristique principale du quartier lors de sa création, devient plus accentué, tant dans le paysage urbain que dans les pratiques des habitants.

  • 19 Le projet de reconversion des bassi dans les Quartieri Spagnoli est un exemple significatif de la p (...)
  • 20 La typologie architecturale symbole des Quartieri Spagnoli, et en général très présente dans le cen (...)

25Les caractéristiques historiques, culturelles et sociales des Quartieri Spagnoli en ont fait un symbole du potentiel du centre historique. Après le tremblement de terre de 1980 et jusqu’à aujourd’hui, les politiques urbaines ambitieuses ciblant le quartier se sont multipliées. Avec le projet Bassi19, les aménageurs souhaitaient s’inscrire dans la continuité des Urban, et ainsi compléter la requalification des espaces urbains par la « reconversion » des bassi habités en locaux commerciaux, au sein du plus large projet de réaménagement du centre historique20.

26La place Montecalvario peut être considérée comme un espace symbole de la marginalisation des pratiques populaires par un aménagement urbain porteur d’un discours qui ne considère pas ces pratiques comme une production urbaine à part entière. En effet, le projet de l’accès au métro (qui accompagne le projet de requalification des bassi) a toujours été présenté par la Municipalité et par les médias locaux comme une occasion, pour l’ensemble des Napolitains, de réinvestir un espace abandonné. Au contraire, mes enquêtes ont démontré que le lieu était bel et bien approprié par des pratiques populaires enracinées, si bien qu’il continue, même après la transformation physique de la place, à être un lieu de rencontres quotidiennes pour les habitants de cette zone. Quant à la place Rosario di Palazzo, l’étude des interactions qui s’y établissent et des dynamiques dans lesquelles elle s’inscrit montre le caractère contestable des actions qualifiées « par le bas » par les associations, ainsi qu’une pratique de l’espace très différenciée selon l’appartenance sociale des populations. Lieu faisant l’objet d’une forte appropriation par les groupes subalternes et les associations œuvrant avec les migrants, la place devient un espace d’exotisme et de représentations folkloriques lorsqu’il est investi par des collectifs d’artistes de rue : les habitants disparaissent alors, pour laisser la place à un caractère « populaire » fantasmé, à destination des couches supérieures.

  • 21 F. Tortora, “La stazione del metrò più bella d’Europa si trova a Napoli”, Corriere della Sera. http (...)
  • 22 De Rosa A.L., “Si inaugura la metro Toledo con i volti di Toscani e Silva”, La Repubblica Napoli. h (...)

27En 2012, l’ouverture de la station de métro Toledo, dans la rue homonyme, a été un événement symbolique pour Naples qui, depuis, vante la station, conçue par « l’archistar » O. Tusquets, comme l’un des monuments phare de la ville21. L’ouverture d’un accès depuis les Quartieri se justifie, dans le discours aménageur, par le désir de créer un lien avec la population du quartier, en amenant directement les personnes en haut. Le chantier a complètement occupé la place pendant neuf ans, pour enfin se terminer en 2013. Aujourd’hui, en plus de la bouche de métro, s’ouvrent sur la place un établissement scolaire qui accueille les enfants du primaire au collège, une boulangerie, un atelier de mécanique et l’église Montecalvario, ainsi que plusieurs bassi et entrées d’immeubles résidentiels. L’accès à la station Toledo se fait par deux (très) longs couloirs et trois niveaux d’escalators, une distance qui se justifie par la nécessité de couvrir la grande profondeur de la station principale. L’ensemble du parcours, comme pour toutes les stations du Metrò dell’Arte napolitain, est décoré par les œuvres d’artistes célèbres, parmi lesquelles les photographies d’O. Toscani représentant les visages d’habitants du quartier22. Présenté comme une occasion de « rachat » pour un quartier dégradé, l’accès Montecalvario révèle au contraire plusieurs problèmes, dus non seulement à la pratique des espaces du métro, mais plus encore à l’impact que, d’abord le chantier, et ensuite l’aménagement de la place ont eu sur les activités quotidiennes des habitants de la zone. Les habitants n’utilisent pas le métro, et ce pour différentes raisons : premièrement, plusieurs familles démunies préfèrent ne pas payer un ticket jugé onéreux ; ensuite, la plupart des déplacements, seuls ou en famille, se font en scooter, le véhicule le plus pratique pour se faufiler dans les ruelles des Quartieri ; de plus, les habitants interrogés affirment ne pas sortir beaucoup du quartier, sauf pour aller ailleurs dans le centre historique, donc principalement à pieds.

28Dans le cas de l’aménagement de la place Montecalvario (Fig. 4), je suis partie de la notion de « continuités populaires » proposée par M. Giroud (2007), pour interroger l’appropriation de la place pendant et après le chantier, et ainsi comprendre les ruptures que ce dernier a créé dans les usages des habitants. En effet, la place Montecalvario est quotidiennement très animée par des personnes qui vaquent à différentes activités. Pendant la journée, les parents attendent les enfants à la sortie de l’école, à différents horaires selon les classes ; beaucoup d’entre eux achètent le pain à la boulangerie avant de rentrer à la maison. L’après-midi, les jeunes se retrouvent en groupe sur les escaliers de l’église et sur leurs scooters, et les petits jouent sur les bancs du square central. Il n’existe aucune aire de jeu pour les enfants : le square, surélevé par rapport à l’entrée du métro, est aménagé avec des bacs à fleurs et des bancs en pierre, le sol est pavé. Les habitants ont déjà su tirer parti de l’absence d’équipements : des jeunes vendent des glaces et des boissons fraîches avec une échoppe mobile. Outre les mères de famille qui se retrouvent sur les bancs ou qui regardent les enfants depuis leurs balcons, le square est également un lieu de rencontres pour les adultes, pour la plupart des habitués qui habitent les ruelles immédiatement adjacentes et considèrent le square presque comme une petite terrasse privée. Les hommes et les femmes que j’ai rencontrés pendant mes enquêtes se connaissent depuis des années ou sont de la même famille, et restent de longues heures dans le square. Ils passent le temps, discutent entre eux ou avec ceux qui passent, prennent leurs repas sur la place, un sandwich ou un plat chaud passé à travers une fenêtre d’un basso (Fig. 6).

Figure 6. Pratiques et appropriations autour et sur la place Montecalvario.

Figure 6. Pratiques et appropriations autour et sur la place Montecalvario.

Sources : Google Earth, 2018 & M. Pappalardo, 2013 & 2014. Montage : M. Pappalardo & Fl. Troin • CITERES 2019.

29Dans la répétition des schémas d’appropriation et dans les sociabilités que ces occupations de l’espace continuent de créer entre les habitants, même après la transformation physique de la place, il est possible de voir une forme d’adaptation stratégique, sinon de résistance, à la domination des aménageurs. L’objectif de l’ouverture de l’accès du métro n’était pas tellement de relier la place au reste de la ville que de la nettoyer, la rendant ainsi plus accueillante pour un public extérieur, qui ne s’aventurerait pas dans les ruelles sans être « accompagné » par le parcours du métro. Dans ce sens, l’opération de réaménagement de la place Montecalvario était une occasion de « reconquête » qui, cependant, n’a pas tenu compte de la capacité des habitants locaux de se réapproprier un espace qui, de fait, a toujours été le leur. Les habitants ont mis en place ce que H. Lefebvre définit comme un « contre-espace » (2000 [1974]) : l’analyse de cette nouvelle configuration de l’espace permet en effet de comprendre le décalage entre un aménagement imposé et les pratiques réelles (Semmoud, 2007). La fréquentation quotidienne et la réorganisation des pratiques après la transformation physique de la place peuvent également être lues comme une affirmation de soi, voire une forme de frein à des possibles modifications de peuplement du quartier : « Le maintien d’une fréquentation régulière par d’anciens habitants contribue à freiner l’appropriation de la rue par les gentrifieurs » (Clerval, 2011, p. 57). La présence physique peut ainsi être rapprochée de la notion de quiet encroachment proposée par A. Bayat (2010), jusqu’à constituer une forme de résistance à la marginalisation et à un changement de destination de lieux que les habitants ont toujours pratiqués d’une certaine manière.

30La place Rosario di Palazzo est, quant à elle, l’un des « pôles » de la partie sud des Quartieri Spagnoli (Fig. 4), tout comme la place Montecalvario l’est pour la partie nord. Elles sont l’une et l’autre des points de repère pour les habitants et les « extérieurs », qui les utilisent pour s’orienter dans le labyrinthe du quartier. La place est très animée pendant la journée : s’y ouvrent plusieurs commerces de proximité, alimentations, petite restauration, épiceries, etc., ainsi que l’entrée principale de l’église homonyme. Au milieu de la place, interdite aux voitures, un square accueille sur ses bancs les personnes qui s’y rencontrent habituellement et les enfants qui jouent au ballon. La place fonctionne, comme les autres (rares) élargissements dans la maille des Quartieri, en tant que lieu d’arrêt, opposé aux ruelles qui sont plutôt consacrées au flux constant de scooters et de passants.

  • 23 Le film évoque la tradition populaire du cippo, largement partagée en Italie du Sud et tout particu (...)
  • 24 « Le pouvoir symbolique ne s’exerce qu’avec la collaboration de ceux qui le subissent parce qu’ils (...)

31La place est également le théâtre de plusieurs manifestations organisées par le duo d’artistes de rue Cyop&Kaf. Parce que la place offre un des rares espaces disponibles dans un environnement urbain extrêmement dense, les artistes y organisent systématiquement des présentations de leurs ouvrages ou des projections de leurs films. L’initiative qui a connu le plus de succès a été la projection en 2013 du film Il Segreto [Le Secret], qui a fait la tournée européenne des festivals réservés aux films documentaires23. Cette projection, comme les suivantes et les autres présentations de projets artistiques qui ont eu lieu sur cette place, appellent un large public venant de l’extérieur du quartier. Il s’agit d’individus au capital social et culturel élevé, qui partagent une fascination pour les traditions et les lieux populaires, relevant parfois de l’exotisme. Pendant les présentations des artistes, la place change de visage : les femmes âgées, souvent assises sur les bancs du square, laissent la place aux jeunes « bobos » buvant des bières et écoutant de la musique reggae. Les commerces autour de la place s’adaptent à l’arrivée de ce nouveau public, friand d’expériences « populaires » : des ventes de pizzas sur le pouce sont rapidement organisées et les bars alentour s’activent à la vente d’alcool. Les jeunes qui participent à ces manifestations retrouvent leur ambiance, mais avec un goût populaire qui la rend « spéciale ». L’absence des habitants du quartier dans ces initiatives est cependant frappante : l’observation prolongée de plusieurs de ces présentations a montré une participation très faible des habitants, à l’exception des enfants protagonistes du film, qui adoraient se revoir à l’écran. Pour les autres habitants interrogés, ils avouaient ne rien connaître à l’initiative, ou très peu, et certains affirmaient même ne pas du tout aimer les œuvres murales des artistes. Ainsi, la coprésence dans ces lieux de ces groupes au capital différent relève plutôt d’un côtoiement que d’une interaction, et même d’une forme de domination symbolique24. Les individus au capital culturel élevé, moins nombreux mais plus présents, s’approprient l’espace et le rendent « visible » pour un public extérieur : les habitants, dans ce processus, sont simplement « poussés aux marges » de la place.

  • 25 Entretien avec L.R., rédacteur en chef du journal Napoli Monitor et agent des deux artistes, 2014.

32Ainsi, derrière la place Rosario di Palazzo, très « médiatisée », il existe un tissu « caché », mais où l’appropriation populaire est plus durable (Fig. 7a). Le renvoi à une condition subalterne des populations qui occupent ces espaces est visible également dans le phénomène des visites guidées organisées pour découvrir les œuvres de Street Art de Cyop&Kaf. L’association Hermès accompagne ainsi des groupes de « touristes » à la découverte des peintures murales sur les portes ou les murs des immeubles (Fig. 7b). Curieux, en quête d’un exotisme du proche, les visiteurs profitent de la présence du guide pour pénétrer dans des territoires qui leur seraient autrement interdits. En effet, ces espaces sont pratiqués et représentés par leurs habitants comme des prolongements des espaces privés, des chemins que personne n’emprunte sans avoir une destination précise, pour se rendre chez quelqu’un dans le quartier. Le public des visites guidées est également très significatif : composé de personnes extérieures au quartier ou habitant dans les Quartieri, mais issues des couches moyennes et supérieures, il comprend également des individus qui résident dans le quartier. Ces derniers, interrogés, affirment parfois qu’ils n’apprécient pas le style des peintures murales, sans en connaître d’ailleurs (presque jamais) l’origine. Si les artistes affirment que certaines œuvres ont été effectuées à la demande des résidents25, ceux-ci ne sont probablement qu’une minorité à en avoir formulé le souhait. Il en résulte que, alors que les artistes visaient à ce que leurs œuvres fassent écho aux préoccupations des habitants, ce sont plutôt les habitants qui sont exposés à un public extérieur au quartier. En ce sens, ces initiatives opèrent une délégitimation paradoxale, car touchant les mêmes sujets qu’elles entendent sublimer.

Figure 7. Appropriations différenciées et « manipulation folklorique », place Rosario di Palazzo.

Figure 7. Appropriations différenciées et « manipulation folklorique », place Rosario di Palazzo.

Clichés : M. Pappalardo, 2014.

33En dehors de ces événements ponctuels et très suivis par un public extérieur au quartier, la zone autour de la place Rosario di Palazzo donne lieu à des formes multiples d’appropriation en rapport avec des activités davantage liées aux pratiques populaires. Un premier type résulte des activités des enfants, qui participent de manière assidue aux activités mises en place par l’association Efraim, tenue par les Sœurs de l’église Sant’Anna di Palazzo. La nécessité de donner aux enfants et aux adolescents des espaces de rencontre dans le quartier est évidente, surtout quand on observe leurs modes d’occupation du quartier. Dans la zone de Sant’Anna di Palazzo, chaque placette ou ouverture de la maille urbaine est appropriée pour en faire un terrain de jeu. Sur les placettes et dans les impasses, les habitants des bassi installent également leur mobilier et leurs équipements, comme s’il s’agissait d’un prolongement de leurs logements.

34Un autre vecteur d’appropriation « par le bas » du quartier est le grand local de la Scuola di Pace, tenu par l’association Modavi. Il est situé sur la partie de la longue rue Speranzella qui jouxte la place Rosario di Palazzo. L’école propose plusieurs activités, permettant notamment la rencontre entre les Napolitains et les résidents étrangers du quartier. En effet, de nombreux commerces (épiceries, boutiques Internet, petite restauration, etc.) sont tenus, entre autres, par des Chinois et des Sri Lankais, qui attirent une clientèle de résidents étrangers et de migrants, même extérieurs au quartier. Les locaux de la Scuola di Pace offrent ainsi un espace de rencontre de grande importance pour ces populations, qui ne sont pas forcément visibles dans les placettes et dans les squares. Dans les cours d’italien, ou lors de célébrations communautaires, les étrangers ont l’occasion de se retrouver et d’ouvrir des espaces de coprésence, voire d’intégration, avec les locaux.

35La présence sur un même territoire de pratiques de rencontre et de soutien d’un côté, et de l’autre de manifestations artistiques et culturelles, montre que les Quartieri font l’objet aujourd’hui d’une revalorisation de la part d’un certain public lequel, cependant, reste distant des habitants historiques (et nouveaux, comme les migrants), issus des couches populaires. Les discours des habitants interrogés dans le quartier reflètent ce même décalage, entre leurs visions et leurs pratiques du quartier, et une narration urbaine, mise en place à l’attention des élites locales et des touristes, laquelle, tout en prônant une proximité avec le quartier, marginalise de fait ses aspects les plus populaires.

Pratiques micro-locales et représentations des groupes subalternes : des résistances (im)possibles ?

36La spécificité des appropriations populaires présentées réside dans leur caractère très visible. Par leur présence matérielle, qui devient occupation physique et appropriation symbolique des espaces, les groupes subalternes se rendent visibles et « menaçants », ou sont manipulés par les autres catégories de la société urbaine. Pour ces raisons, les pratiques populaires sont l’élément clé de la disqualification des groupes subalternes : d’une part, elles rendent compte de l’existence d’un décalage entre modes de vie et conditions socio-culturelles, de l’autre, elles servent d’argument « visible » aux aménageurs dans la construction d’un discours d’exclusion.

  • 26 L’agentivité [Agency] est la capacité d’un individu à agir sur le monde, les choses, les êtres ; à (...)

37La possibilité d’une résistance des groupes subalternes à travers leurs pratiques renvoie à la théorie de J. Scott sur le « texte public » et le « texte caché » (2009 [1990]). L’auteur s’intéresse aux interactions entre les dominants et les dominés, et à celles à l’intérieur des groupes respectifs : pour chacun d’entre eux, il démontre l’existence d’un « texte public », autrement dit d’une action politique officielle et mise en œuvre dans l’interaction, et d’un « texte caché », celui que les groupes gardent pour l’entre-soi et qui n’entre dans l’interaction qu’au travers de formes déguisées. Le texte public a pour fonction majeure d’asseoir – ou de renforcer – le pouvoir déjà établi des dominants, à travers un « caractère accommodant [qui] démontre généralement de manière probante l’hégémonie du discours et des valeurs dominants » (ibid., p. 18). Nous pouvons le rapprocher des discours aménageurs officiels autour de l’importance du patrimoine (dominant) et du consensus construit autour de la notion de sauvegarde. De la sorte, ceux qui « ne respectent pas les monuments » se mettent en dehors de cette collectivité positive construite autour de la lecture dominante de l’espace. Le texte caché, quant à lui, est le produit des liens et des pratiques « d’arrière-scène », autrement dit de ce qui se fait en dehors de l’interaction avec l’autre groupe. Il ne s’agit pas d’un discours, mais de comportements et de pratiques situés, socialement et spatialement. Le caractère de résistance pouvant être attribué aux pratiques des groupes subalternes est donc à considérer de manière relationnelle. Les pratiques ne sont pas « alternatives » dans leur essence, mais on peut les qualifier comme telles du fait de leur positionnement par rapport à un modèle dominant. Elles produisent en effet des espaces urbains « alternatifs », que les élites ne comprennent et ne maîtrisent pas, et qui constituent l’élément dérangeant à travers lequel les sujets subalternes peuvent affirmer leur agentivité26. A. Bayat (2010) parle, dans ce sens, de l’utilisation « active » de l’espace public comme un mode de « politique de rue », qui se manifeste sous la forme d’un conflit entre le « peuple » et les autorités publiques.

  • 27 Entre 2013 et 2014, j’ai conduit 23 entretiens semi-directifs, ainsi que de nombreuses rencontres, (...)
  • 28 L’un des quartiers chics de la ville, avec Posillipo et Chiaia.
  • 29 Mario E., 36 ans, sans emploi, habite un basso à Montecalvario (Quartieri Spagnoli), propriété de s (...)
  • 30 Flora E., 48 ans, tient un salon d’esthéticienne avec sa fille dans les Quartieri Spagnoli. Elle oc (...)

38Au cours de mes entretiens avec les habitants des Quartieri Spagnoli27, j’ai entendu, de la part de nombreux résidents, des discours qualifiant le quartier comme un lieu où l’on « se sent bien ». Mario E., habitant un basso dans les Quartieri Spagnoli, souligne positivement le caractère populaire de son quartier et le fait d’être avec d’autres personnes qui partagent sa même condition. Cette chaleur humaine est valorisée en tant qu’elle s’oppose à la froideur des quartiers bourgeois ; elle sert en quelque sorte de compensation à une situation de pauvreté ressentie comme injuste (Harders, 2004). Flora E., également habitante des Quartieri Spagnoli, affirme : « Chez nous, c’est pas comme au Vomero28, où chacun pense à sa gueule. Ici, si t’as un problème, t’es jamais seul »29. Cette image valorisante, construite par la mobilisation de l’élément moral, devient également un argument pour expliquer le choix de vivre dans le quartier : « Nous, on n’est pas égoïstes : on veut rester avec nos parents, pour les aider. Nous, on aime la famille »30. La distinction entre « nous » et « eux », qui permet de se définir en opposition à un autre groupe, à travers la valorisation de ses propres valeurs contre celles des autres (voire de l’absence de valeur) constitue un argument de présentation de soi des classes populaires, comme déjà observé entre autres par R. Hoggart dans La Culture du pauvre (1970).

  • 31 Giorgio D., 23 ans, tient un kiosque de boissons place Montecalvario et habite un appartement dans (...)
  • 32 Mario E. raconte : « Mon père nous a acheté un appartement à Ponticelli [quartier populaire à la pé (...)
  • 33 À ce propos, voir l’identification entre quartier de résidence et « style de vie » opérée par les m (...)

39Dans les quartiers étudiés, les habitants ont souvent mis en avant leurs modes de vie en utilisant des formes de généralisations telles que « Nous, les gens des Quartieri, nous faisons comme ça »31, ce qui leur sert à ancrer historiquement leurs pratiques et à les légitimer. Cette opération de renversement du stigmate ne se limite pas aux pratiques d’occupation de l’espace, comme dans le cas de plusieurs habitants rencontrés dans les Quartieri Spagnoli, justifiant le fait de vivre dans les bassi par la nécessité d’être en contact avec l’extérieur, ou par la volonté de rester dans le quartier, alors même que certains auraient la possibilité d’occuper de « vrais » appartements ailleurs dans la ville32. Elle investit également la sphère des significations et des identifications : les habitants des Quartieri Spagnoli que j’ai interviewés me racontent qu’ils s’appellent entre eux quartierani, soulignant par cela que l’appartenance territoriale représente à leurs yeux un élément fondateur de leur identité. Cette désignation, qui renvoie à des lieux, mais plus encore à l’imaginaire qui leur est lié33, est revendiquée par eux comme constitutive de ce qu’ils sont.

  • 34 Comme par exemple Rosaria M., 62 ans, enseignante à la retraite, qui habite un appartement, dont el (...)
  • 35 Ciro G., 37 ans, est gérant d’un restaurant dont il est propriétaire, via Speranzella (Quartieri Sp (...)

40Cependant, cette image valorisante n’est pas toujours mobilisée dans les récits des habitants qui, parfois, se disent mécontents de leurs voisins. La prise de distance d’une catégorie d’habitants considérée comme nuisible à l’image du quartier n’est pas l’apanage d’un seul groupe, même si les habitants issus des groupes supérieurs se placent le plus souvent en tant qu’individus isolés au sein du quartier et vis-à-vis des « autres habitants »34. Au contraire, les habitants issus des groupes subalternes ont tendance à justifier ceux qui sont dans la même situation qu’eux. D’une manière générale, les habitants font preuve, à propos de leur quartier, de ce que C. Arcidiacono (2004) a dénommé une « appartenance qui refuse » [appartenenza rifiutante]. Ainsi, l’identité localisée des habitants des quartiers étudiés se construit sur un rapport paradoxal entre un ancrage historique, qui valorise la présence traditionnelle dans les lieux et la solidarité de groupe, et un refus de l’image négative renvoyée à l’extérieur. Les personnes que j’ai interviewées insistent sur leur volonté de se dissocier de ces individus « incommodes » qui ruinent la réputation du quartier, habité par des gens bien : « Il y en a qui sont moins bien, et ceux-ci font beaucoup de bruit. Il y a des problèmes, surtout parmi les jeunes, mais il y a aussi des gens qui travaillent, qui se lèvent le matin et tout ça » (Ciro G.)35.

41Le discours sur les « problèmes du quartier » s’articule ainsi autour de deux arguments principaux : les individus déviants, dont la nature criminelle menace l’ensemble de la communauté, et l’abandon de la part des institutions. Bon nombre de mes interlocuteurs dénoncent vivement le laisser-aller de la Municipalité, qui « ne fait rien pour eux », et insistent a contrario sur tout ce qu’ils font, eux, de manière autonome pour suppléer à ces manquements.

42La distinction que les habitants subalternes opèrent entre « criminels » et « personnes honnêtes » leur permet de reconfigurer le clivage qu’on leur impose entre « normaux » et « déviants », et de reprendre une dignité souvent invisible aux yeux des habitants issus des couches supérieures et à ceux des institutions (Harders, 2004). La mise à distance de ceux qui sont considérés comme condamnables sert également de défense contre une disqualification collective (Pétonnet, 2012). En effet, même à l’intérieur d’un quartier stigmatisé, les intérêts individuels des habitants peuvent différer, voire être opposés. Les différences, même légères, de statut social et, surtout, de potentiel d’ascension ou de disqualification sociale, peuvent avoir un impact important sur les liens communautaires et donc sur les mobilisations collectives (Paugam, 1995). Au lieu de fédérer les habitants, l’image négative du quartier peut même contribuer à creuser davantage des clivages déjà existants, en raison de l’origine ethnique ou du statut social. En dernière instance, la construction d’une identité localisée peut différer selon l’acteur considéré, son histoire, sa condition actuelle et ses aspirations, mais elle se base toujours sur des pratiques et des représentations d’un espace, elles-mêmes insérées dans un contexte plus large (le voisinage, le quartier, la ville).

Conclusion : « provincialiser » les pratiques et les représentations urbaines

43L’analyse des formes d’investissement du centre-ville par différents groupes sociaux donne un aperçu de la complexité des pratiques et des usages dans les territoires qui composent le centre historique de Naples. Les pratiques micro-locales nous informent sur le vocabulaire urbain des groupes subalternes dont l’analyse apporte deux éléments fondamentaux à la compréhension de la ville contemporaine : d’un côté, la mise en place d’un moyen de faire entendre sa propre voix au-delà de tout logocentrisme, permettant ainsi le dépassement de cet « échec cognitif » déjà dénoncé par G. Spivak (2008 [1988]) ; de l’autre, la reconnaissance de la non-universalité du modèle de la ville contemporaine, et de l’impossibilité pour l’urbanisme globalisé de satisfaire les exigences de l’ensemble de la population.

  • 36 Scott, 2009 [1990], p. 33 : « Par ce vocable je désigne une grande variété de formes discrètes de r (...)

44Selon J.C. Scott (2009 [1990], p. 134-135), le texte caché ne peut naître et grandir qu’au sein d’espaces sociaux eux-mêmes fruits de pratiques de résistance. J’ai voulu élargir ces « espaces sociaux », où naît le texte caché, aux espaces physiques, autrement dit aux interstices où se structure le pouvoir politique des groupes subalternes. Les productions politiques (de résistance ou non) des groupes subalternes ne pourraient se faire en dehors d’espaces physiques bien définis, qui sont eux-mêmes des espaces minorés au sein d’un « espace majeur » dominant. Ces espaces physiques sont englobés dans la ville proprement dite, puisqu’il s’agit de quartiers pauvres du centre-ville, et même, à l’intérieur de ceux-ci, des sous-espaces comme les placettes ou les ruelles, qui en constituent des ruptures, des plis (Hatzfeld et al., 1998). En résumé, le texte caché recouvre des formes très différentes d’investissement dans la vie sociale et dans l’espace. Ces formes, que l’on peut qualifier d’« infra-politique »36, peuvent être plus ou moins déguisées, dissimulées ou ouvertement montrées (Scott, op. cit.). Cela permet de considérer que des comportements et des lieux que les discours officiels qualifient de « spontanés », d’« aléatoires » ou même de « clandestins », constituent des formes de résistance.

45En définitive, la « condition subalterne » telle que je l’ai mobilisée relaye une assignation identitaire exogène, attribuée à une minorité (pas forcément quantitative) par une majorité dominante. Cependant, la critique de l’orientalisme nous apprend que c’est justement l’existence de cette minorité qui remet en cause l’universalisme de la condition dominante : en suivant D. Chakrabarty (2009, p. 140), nous pouvons affirmer que « le “mineur” est ce qui remet en question le “majeur” ». De la même manière, les pratiques des groupes subalternes considérées comme non légitimes existent et s’affirment malgré tout dans la ville et, par ce fait même d’exister, elles questionnent le discours urbain dominant et deviennent des pratiques de résistance (Lombardi Satriani, 1973 ; Guarracino, 2006).

Haut de page

Bibliographie

Arcidiacono C., 2004, Il fascino del centro anrico. Napoli Firenze Berlino. Risorse per la vivibilità, Naples, Magma.

Bayat A., 2010, Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Berry-Chikhaoui I., 1996, « Devenir citadin et (ré)inventer la ville : l’exemple des habitants du faubourg Sud de la Médina de Tunis », p. 129-139, in Lussault M., Signoles P. (dir.), 1996, La Citadinité en questions, Fascicule de recherches no 29, Urbama, Université de Tours.

Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. (dir.), 2000, Les Compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris/Tunis/Tours, Karthala/IRMC/Urbama.

Bocca G., 2006, Napoli siamo noi. Il dramma di una città nell'indifferenza dell’Italia, Milan, Feltrinelli.

Bourdieu P., 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Cazzato L., 2012, “Oriente within, Nord without: il meridionismo e i romantici inglesi”, Altre modernità/Otras modernidades/Autres modernités/Other Modernities, Saggi/Ensayos/Essais/Essays, no 8, 11.

Chakrabarty D., 2009, Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Amsterdam.

Chastel A., 1986, « La notion de patrimoine », p. 405-450, in Nora P. (dir.), 1986, Les Lieux de mémoire. II, La Nation, Paris, Gallimard.

Clerval A., 2011, « L’occupation populaire de la rue : un frein à la gentrification ? L’exemple de Paris intra-muros », Espaces et sociétés, 2011/1, no 144-145, p. 55-71. https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2011-1-page-55.htm ; DOI : 10.3917/esp.144.0055 [mis en ligne le 03/05/2011 ; consulté le 16/09/2019].

Comune di Napoli, 2009, Documento di Orientamento Strategico e Preliminare di Programma Integrato Urbano per il Centro Storico Patrimonio Unesco. http://www.comune.napoli.it/flex/cm/pages/ServeBLOB.php/L/IT/IDPagina/12664 [consulté le 16/09/2019].

Croce B., 2014, Un Paradiso abitato da diavoli, Milan, Adelphi.

D’Ascenzio A., 2015, “Un’epica Scampia”, p. 143-172, in Ferraro S. (dir.), Discorsi su Napoli. Rappresentazioni della città tra eccessi e difetti, Rome, Aracne.

D’Orta M., 2013, Cuore di Napoli: viaggio sentimentale tra i vicoli e i bassi della città, Naples, Rogiosi.

De Fusco R., 2010, Il centro antico come cittadella degli studi. Restauro e innovazione della Neapolis greco-romana, Naples, Clean.

Froment P., 2003, « Les espaces publics dans les politiques patrimoniales à Naples. Place du Plébiscite et Place Dante », Rives méditerranéennes, 16 | 2003, p. 99-108. http://journals.openedition.org/rives/440 ; DOI : 10.4000/rives.440 [mis en ligne le 25/11/2003 ; consulté le 16/09/2019].

Gambardella D., Morlicchio E., 2005, Familismo forzato. Scambi di risorse e coabitazione nelle famiglie povere a Napoli, Rome, Carocci.

Gardini E., 2015, “Morte ai margini”, p. 85-114, in Ferraro S. (dir.), Discorsi su Napoli. Rappresentazioni della città tra eccessi e difetti, Rome, Aracne.

Ghirelli A., 1976, La Napoletanità, Naples, Società Editrice Napoletana.

Girard M., 2010, « Imaginaire touristique et authenticité à Fès et Istanbul », Ethnologies, vol. 32, no 2, p. 59-80. https://www.erudit.org/fr/revues/ethno/2010-v32-n2-ethno5003573/1006305ar/ ; DOI : 10.7202/1006305ar [mis en ligne le 15/09/2011 ; consulté le 16/09/2019].

Giroud M., 2007, Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne), Thèse de doctorat en Géographie, sous la dir. de F. Dureau, Université de Poitiers [non publiée].

Gramsci A., 2007 [1948], Quaderni del carcere, Turin, Einaudi.

Guarracino S., 2006, “(S)concerto a tre voci. Le trasgressioni musicali di Edward Said”, p. 71-80, in Chambers I. (ed.), 2006, Esercizi di potere. Gramsci, Said e il postcoloniale, Rome, Meltemi.

Guha R., Spivak G.C. (eds), 1988, Selected Subaltern Studies. Essays from the 5 Volumes and a Glossary, Oxford, Oxford University Press.

Guilhaumou J., 2012, « Autour du concept d’agentivité », Rives méditerranéennes, 41 | 2012, p. 25-34. https://journals.openedition.org/rives/4108 ; DOI : 10.4000/rives.4108 [mis en ligne le 23/02/2012 ; consulté le 16/09/2019].

Harders C., 2004, « Représentations de la pauvreté au Caire. La perspective du vécu au quotidien », p. 313-328, in Destremau B., Deboulet A., Ireton F. (dir.), Dynamiques de la pauvreté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, Paris/Tours, Karthala/Urbama, coll. « Hommes et Sociétés ».

Hatzfeld H., Hatzfeld M., Ringart N., 1998, Quand la marge est créatrice. Les interstices urbains initiateurs d’emploi, La Tour d’Aigues, L’Aube, coll. « Territoires ».

Hoggart R., 1970, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun ».

La Capria R., 2009, Napoli: L’armonia perduta-L’occhio di Napoli-Napolitan graffiti, Milan, Mondadori.

Laino G., 2012, Il fuoco nel cuore e il diavolo in corpo. La partecipazione come attivazione sociale, Milan, Franco Angeli.

Lefebvre H., 2000 [1974], La Production de l’espace, Paris, Anthropos, coll. « Ethnosociologie ».

Lombardi Satriani L.M., 1973, Folklore e profitto: tecniche di distruzione di una cultura, Florence, Guaraldi.

Niola M., 2005, Totem e ragù. Divagazioni napoletane, Naples, Pironti.

Paliotti V., 2005, Forcella. La casbah di Napoli, Naples, Pironti.

Pappalardo M., 2016, « Mériter » la ville globalisée : la production des espaces urbains en centre-ville, entre discours et pratiques micro-locales. Naples et Le Caire, Thèse de doctorat en Aménagement de l’espace et Urbanisme, sous la dir. d’A. Deboulet et A. Miranda, Université Paris-Nanterre.

Paugam S., 1995, « L’habitat socialement disqualifié », p. 213-234, in Ascher F. (dir.), Le Logement en questions, La Tour d’Aigues, L’Aube, coll. « Monde en cours ».

Pétonnet C., 2012, On est tous dans le brouillard. Essai d’ethnologie urbaine, Paris, Éditions du CTHS.

Petrillo A., 2012, “Orientalismo metropolitano”, Il Manifesto, 03/10/2012.

Pinson D., 1993, Usage et architecture, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et entreprises ».

Pouchepadass J., 2000, « Les Subaltern Studies ou la critique postcoloniale de la modernité », L’Homme, no 156, p. 161-186.

Regione Campania, 2012, “La rigenerazione del Centro Storico di Napoli. Grande Progetto ‘Centro storico di Napoli, valorizzazione del sito UNESCO’”. http://cached.forges.forumpa.it/assets/Speeches/6674/c39_taglialatela_marcello_bis.pdf [consulté le 16/09/2019].

Rossi U., 2009, Lo Spazio conteso. Il centro storico di Napoli tra coalizioni e conflitti, Naples, Guida.

Said E.W., 1999 [1978], Orientalismo, Milan, Feltrinelli.

Savonardo L., 2003, Cultura senza élite. Il potere simbolico a Napoli nell'era Bassolino, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane.

Scott J.C., 2009 [1990], La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éd. Amsterdam.

Semmoud N., 2007, La Réception sociale de l’urbanisme, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et entreprises ».

Signorelli A., 2002, “La cultura popolare napoletana: un secolo di vita di uno stereotipo e del suo referente”, p. 11-24, in Signorelli A. (dir.), Cultura popolare a Napoli e in Campania nel Novecento, Naples, Guida.

Signorelli A., 2004 [1996], Antropologia urbana. Introduzione alla ricerca in Italia, Milan, Guerini e associati.

SireNa Città Storica, 2010, Programma Pilota per la riconversione dei bassi ricadenti in un’area dei Quartieri Spagnoli a monte di via Toledo. Progetto esecutivo. http://www.sirena.na.it/download/Progetto%20Bassi.pdf [consulté le 19/09/2019].

Spivak G.C., 2008 1988], Les Subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éd. Amsterdam.

Vallat C. (dir.), 2004, Naples, autres vues d’Italie. Regards géographiques sur un territoire, Paris, L’Harmattan.

Vallat C., Marin B., Biondi G., 1998, Naples. Démythifier la ville, Paris, L’Harmattan, coll. « Géographies en liberté ».

Wacquant L., 2006, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État. Une sociologie comparée de la marginalité sociale, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 La région Campanie, dont Naples est le chef-lieu, est septième dans le classement du Rapport sur le tourisme 2017 (UniCredit et Touring Club Italiano), avec 18,8 millions de touristes présents sur le territoire en 2015, à savoir une croissance de 1,6 % sur la période 2010-2015 (la moyenne nationale étant de + 4,6 %). Source : https://www.ottopagine.it/na/attualita/130503/presentato-il-rapporto-sul-turismo-2017.shtml [mis en ligne le 14/07/2017, consulté le 16/09/2019].

2 Par exemple, des expériences comme l’organisation de visites guidées dans les quartiers populaires qui aiguisent la curiosité et mettent en scène la vie quotidienne des habitants pauvres à destination des touristes et des groupes aisés.

3 Inspirée de la History from below qui a animé les premiers travaux des Subaltern Studies.

4 Encyclopédie Larousse en ligne : « République créée par le Directoire (janvier-juin 1799) afin de substituer au royaume de Naples, gouverné par les Bourbons, un régime favorable à la France révolutionnaire ». http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Parthénopéenne/137147 [consulté le 16/09/2019].

5 Le poète explique son idée lors d’une conversation avec le journaliste A. Ghirelli, qui ensuite en publie la transcription en 1976 dans son ouvrage La Napoletanità.

6 Littéralement : « Naples, c’est nous ».

7 À titre d’exemples, des articles de quotidiens, des vidéos d’information, mais également des ouvrages :

  • « Dans la casbah du quartier de la gare, entre vendeurs de mouchoirs et vucumprà [vendeurs issus de l’immigration] » / Source : Cervasio S., « Nella casbah di Napoli », La Repubblica, 06/07/1995.

  • « Il s’est déplacé rue Santa Brigida, autrefois qualifiée de “salon de Naples”, le nouveau souk des vendeurs ambulants illégaux » / Source : « Napoli, il nuovo suk degli abusivi è nel “salotto” di via Santa Brigida », Il Mattino, 18/08/2015.

  • “Marciapiedi di via Toledo trasformati in suk: ecco il regno del falso”, Napoli Today. http://www.napolitoday.it/cronaca/ambulanti-marciapiedi-via-toledo.html [mis en ligne le 24/12/2012 ; consulté le 24/09/2019].

  • « Pour les résidents, sortir de chez soi signifie risquer chaque jour de se retrouver au beau milieu d’une bagarre, ou devant un fou qui les menace avec un couteau » / Source : Giannino A.M., « Napoli, la casbah nel centro della città », Il Giornale, 07/09/2017 ; Paliotti V., 2005, Forcella. La casbah di Napoli, Napoli, Pironti ; D’Orta M., 2013, Cuore di Napoli: viaggio sentimentale tra i vicoli e i bassi della città, Napoli, Rogiosi.

8 Le stéréotype d’arriération comme « défaut de citadinité », lié à l’urbanité conçue comme savoir-vivre dans la ville, a été analysé pour le cas de Naples par A. Signorelli (2004 [1996]).

9 Parmi les slogans de cette campagne, on peut citer : « J’aime Naples et… je ne jette pas les papiers dans la rue » ; « J’aime Naples et… je ne salis pas les monuments » ; « J’aime Naples et… je n’abandonne pas les ordures dans la rue ». Source : http://www.napolike.it/io-amo-napoli-campagna-di-sensibilizzazione [mis en ligne le 22/10/2014 ; consulté le 24/09/2019].

10 L’organisation d’« expositions artistiques, happenings coordonnés par les galeries actives dans le quartier » ou encore de « concours ouverts à jeunes architectes et à jeunes artistes travaillant sur la thématique du mobilier urbain » (SireNa Città Storica, 2010, p. 88) font référence à un type d’acteurs privilégiés dont les profils ne correspondent pas à ceux de la majorité des habitants du quartier.

11 Entre 2013 et 2014, j’ai conduit des observations ethnographiques et des entretiens semi-directifs auprès de 18 associations locales, dont les membres sont réunis autour de thématiques diverses : la protection du patrimoine, la valorisation de l’identité locale, l’art ou encore le militantisme politique. La plupart d’entre elles sont composées de résidents des deux quartiers du centre historique étudiés, le Centro Antico et les Quartieri Spagnoli. Si les associations dédiées à la protection du patrimoine ou qui font du militantisme politique sont pour la plupart composées d’individus issus des couches moyennes et supérieures, les comités de quartier sont en revanche plus fréquentés par des couches moyennes et inférieures. Les individus issus du sous-prolétariat, qui composent majoritairement les « groupes subalternes » que j’ai identifiés, ne fréquentent que très rarement les associations en tant que membres actifs (souvent ils en sont plutôt les bénéficiaires).

12 Entre autres, les associations NoComment et ASCA (Associazione per lo Sviluppo del Centro Antico), qui ont constitué le comité SOS Qualité de vie, pour le quartier Centro Antico, ou le comité Cittadinanza Attiva in Difesa di Napoli, comité de résidents aisés du quartier Chiaia.

13 Comme pour les habitants de Montecalvario, place emblématique des Quartieri Spagnoli, qui sont fiers de raconter qu’ils prennent eux-mêmes soin de la propreté du square de leur quartier, en lieu et place des institutions qui en ont théoriquement la charge. Pour plus de précisions, voir infra.

14 Paradoxalement, les deux termes de « vandalisme » et de « patrimoine » sont liés dès leur apparition. « Vandalisme » a été utilisé pour la première fois par l’abbé Grégoire en 1794, pour dénoncer les excès des révolutionnaires à l’encontre des œuvres d’art. Dès lors, le vandalisme désigne officiellement l’atteinte criminelle au patrimoine (Chastel, 1986).

15 En italien : « Sois touriste dans ta propre ville ». Au-delà de l’analyse du discours porté par l’association, son nom même est selon moi révélateur d’une conception ambivalente, car il semble disqualifier automatiquement les habitants/résidents, au profit d’acteurs extérieurs : faut-il percevoir sa propre ville comme le ferait un touriste pour vraiment l’apprécier ?

16 Pour mon travail de thèse, j’ai identifié et analysé douze « situations » urbaines, réparties en trois catégories : l’appropriation patrimoniale ; la vie quotidienne entre privé et public ; les cérémonies, événements publics et manifestations.

17 Ces récits sont le résultat d’enquêtes de terrain portant sur plusieurs fronts : observations continues et répétées des lieux, à plusieurs moments de la journée et de la semaine, qui ont mené à une « cartographie des pratiques » ; échanges informels avec les personnes présentes dans les lieux ; entretiens approfondis avec des acteurs sélectionnés, qui m’ont également accompagnée dans des promenades dans le quartier.

18 En 1994, l’Union européenne allouait 42 milliards de lires italiennes (environ 21 millions d’euros) pour des politiques urbaines dans deux quartiers du centre historique, Quartieri Spagnoli et Sanità, identifiés comme « quartiers en crise ». L’objectif était la requalification urbaine à travers des « laboratoires de la gouvernance » (Rossi, 2009), autrement dit des modèles de gestion du territoire basés sur l’implication des acteurs locaux. Le premier Urban s’est développé selon trois axes d’intervention : 1. La promotion de nouvelles activités économiques ; 2. La mise en place de formations et de plans pour l’occupation locale ; 3. L’amélioration des infrastructures et de la qualité environnementale (ibid.).

19 Le projet de reconversion des bassi dans les Quartieri Spagnoli est un exemple significatif de la politique d’accroissement du capital symbolique d’un quartier pour atteindre des objectifs de compétitivité économique nationale et internationale. Visiblement, c’est sa charge symbolique et son potentiel d’attractivité qui permettent d’identifier le quartier comme un terrain privilégié, surtout en raison du développement déjà amorcé à partir des années 1990. Le projet a été étudié et préparé dans les détails, mais il n’a jamais été publié, car les financements prévus ne se sont jamais concrétisés. Derrière la rhétorique de l’amélioration des conditions de vie et du développement de l’économie du quartier, il est possible de lire toute la remise en question des pratiques de certaines catégories de la population, l’effacement ou la délégitimation d’une certaine conception de la ville, au profit d’une authenticité construite ad hoc pour les besoins du projet.

20 La typologie architecturale symbole des Quartieri Spagnoli, et en général très présente dans le centre historique. Les bassi [sg : basso], des locaux en rez-de-chaussée souvent d’une pièce, sont nés comme dépôts, pour devenir progressivement des logements pour les couches plus démunies de la population. La Municipalité 2, qui comprend les Quartieri Spagnoli, compte 8,93 % de bassi sur l’ensemble de ses logements. Actuellement, malgré quelques améliorations, les bassi demeurent des locaux non habitables du point de vue juridique, notamment après une loi d’interdiction en 1940. Pour leurs habitants, les conditions difficiles de vie passent en second plan par rapport à d’autres caractéristiques de ces logements, comme la centralité, qui conditionne les choix de domicile non seulement des habitants napolitains, mais également des migrants. Ces derniers, venus du Sri Lanka, de Cap-Vert ou de Chine, sont souvent obligés de s’entasser dans des bassi dans des conditions de vie très difficiles, afin de rester dans un environnement favorable à l’échange d’informations ou au développement d’activités économiques.

21 F. Tortora, “La stazione del metrò più bella d’Europa si trova a Napoli”, Corriere della Sera. http://www.corriere.it/cronache/12_novembre_30/stazioni-metropolitana-belle-materdei-napoli-metro_7204d56c-3afb-11e2-b4fa-74f27e512bd0.shtml [mis en ligne le 30/11/2012 ; consulté le 24/09/2019].

22 De Rosa A.L., “Si inaugura la metro Toledo con i volti di Toscani e Silva”, La Repubblica Napoli. https://napoli.repubblica.it/cronaca/2013/09/18/news/toscani_e_silva_tra_i_volti_del_metro-66762896/ [mis en ligne le 18/09/2013 ; consulté le 24/09/2019].

23 Le film évoque la tradition populaire du cippo, largement partagée en Italie du Sud et tout particulièrement à Naples et dans les communes de sa province. Elle se déroule le 17 janvier, jour dédié à Saint-Antoine Abate (Sant’Antuono, pour le distinguer de Sant’Antonio di Padova). Le cippo est un grand tas que les habitants des quartiers populaires forment avec des restes de bois et brûlent pendant la fête. Le feu doit assurer l’« expulsion du mal » et garantir la protection du Saint sur le quartier. Afin d’alimenter le cippo de leur quartier, des bandes rivales d’enfants et d’adolescents se disputent les sapins de Noël fraîchement jetés par les magasins, les hôtels ou les particuliers, pour en accumuler le plus possible. Dans le film, les deux artistes suivent les jeunes des Quartieri Spagnoli dans la construction et les « luttes » autour de leur cippo, dans un esprit documentaire : http://www.cyopekaf.org/il-segreto/ [consulté le 24/09/2019].

24 « Le pouvoir symbolique ne s’exerce qu’avec la collaboration de ceux qui le subissent parce qu’ils contribuent à le construire comme tel. […] cette soumission n’a rien d’une relation de “servitude volontaire” et cette complicité n’est pas accordée par un acte conscient et délibéré ; elle est elle-même l’effet d’un pouvoir, qui s’est inscrit durablement dans le corps des dominés, sous la forme de schèmes de perception et de dispositions (à respecter, à admirer, à aimer, etc.), c’est-à-dire de croyances qui rendent sensible à certaines manifestations symboliques, telles que les représentations publiques du pouvoir. » (Bourdieu, 1997, p. 205).

25 Entretien avec L.R., rédacteur en chef du journal Napoli Monitor et agent des deux artistes, 2014.

26 L’agentivité [Agency] est la capacité d’un individu à agir sur le monde, les choses, les êtres ; à être un agent actif de sa propre vie, en mesure de contrôler et de réguler ses actes ; c’est en conséquence la perception de soi comme acteur du monde, qui fait advenir des choses, et qui n’est donc pas seulement quelqu’un à qui il arrive des choses (Guilhaumou, 2012).

27 Entre 2013 et 2014, j’ai conduit 23 entretiens semi-directifs, ainsi que de nombreuses rencontres, observations ethnographiques, balades et visites de lieux avec les habitants de deux quartiers du centre historique de Naples, le Centro Antico et les Quartieri Spagnoli. Les acteurs choisis pour les entretiens n’ont pas fait l’objet d’un échantillonnage préalable et figé, mais d’une démarche itinérante qui s’est construite sur le terrain même. La méthode utilisée pour l’identification des interlocuteurs a été par « arborescence » ou « en chaîne » (Gambardella, Morlicchio, 2005) : l’élément déterminant dans le choix de la poursuite de l’entretien a été le lieu de résidence de la personne dans l’un des deux quartiers étudiés.

28 L’un des quartiers chics de la ville, avec Posillipo et Chiaia.

29 Mario E., 36 ans, sans emploi, habite un basso à Montecalvario (Quartieri Spagnoli), propriété de sa mère.

30 Flora E., 48 ans, tient un salon d’esthéticienne avec sa fille dans les Quartieri Spagnoli. Elle occupe, avec son mari et ses deux autres filles, un appartement (provenant de la famille de son mari) situé aux abords de la place Montecalvario. Sa mère habite un basso non loin de la même place.

31 Giorgio D., 23 ans, tient un kiosque de boissons place Montecalvario et habite un appartement dans les Quartieri Spagnoli, dont ses parents sont propriétaires.

32 Mario E. raconte : « Mon père nous a acheté un appartement à Ponticelli [quartier populaire à la périphérie est de la ville], à mes frères et à moi, mais moi je préfère rester ici. Il y a tous mes amis, ma mère, du coup quand j’ai besoin, je ne suis pas seul. Et puis, nous sommes des historiques des Quartieri, je n’aimerais pas vivre ailleurs, même si j’en avais la possibilité ».

33 À ce propos, voir l’identification entre quartier de résidence et « style de vie » opérée par les médias et les institutions pour les résidents d’autres quartiers pauvres napolitains, comme le Rione Traiano ou Scampia, étudiés respectivement par E. Gardini (2015) et A. D’Ascenzio (2015).

34 Comme par exemple Rosaria M., 62 ans, enseignante à la retraite, qui habite un appartement, dont elle est propriétaire, place Cariati, un des clusters « bien » des Quartieri Spagnoli : si elle déclare aimer son quartier, ses discours la montrent toujours « seule », entourée de « ces gens-là », qu’elle doit côtoyer et parfois affronter.

35 Ciro G., 37 ans, est gérant d’un restaurant dont il est propriétaire, via Speranzella (Quartieri Spagnoli), situé dans un basso.

36 Scott, 2009 [1990], p. 33 : « Par ce vocable je désigne une grande variété de formes discrètes de résistance qui n’osent pas dire leur nom ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Naples et la Campanie dans l’espace italien.
Crédits Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2064/img-1.png
Fichier image/png, 467k
Titre Figure 2. Les quatre secteurs (dont les Quartieri Spagnoli) du Grand programme Centre historique Naples-Unesco, dans le périmètre du classement comme Patrimoine de l’Humanité.
Crédits Source : Document d’orientation stratégique du Grand programme Centre historique Naples-Unesco, Comune di Napoli.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2064/img-2.png
Fichier image/png, 4,7M
Titre Figure 3. La Campagne « J’aime Naples et … ».
Crédits Source : site Internet Vivere Napoli. https://www.viverenapoli.com/​ [consulté le 24/09/2019].
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2064/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 4. La trame orthogonale des Quartieri Spagnoli et les deux places « enquêtées ».
Crédits Source : Google Earth, 2018. Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2064/img-4.png
Fichier image/png, 6,5M
Titre Figure 5. Les Quartieri Spagnoli dans leur environnement administratif (quartiers et municipalités).
Crédits Cartographie : M. Pappalardo & Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2064/img-5.png
Fichier image/png, 893k
Titre Figure 6. Pratiques et appropriations autour et sur la place Montecalvario.
Crédits Sources : Google Earth, 2018 & M. Pappalardo, 2013 & 2014. Montage : M. Pappalardo & Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2064/img-6.png
Fichier image/png, 5,4M
Titre Figure 7. Appropriations différenciées et « manipulation folklorique », place Rosario di Palazzo.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2064/img-7.png
Fichier image/png, 1,9M
Crédits Clichés : M. Pappalardo, 2014.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2064/img-8.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Pappalardo, « Narrations et appropriations dans le centre historique de Naples : des constructions identitaires situées », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 25 septembre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/2064 ; DOI : 10.4000/emam.2064

Haut de page

Auteur

Marta Pappalardo

Docteure en Aménagement de l’espace et Urbanisme. ATER, Université Grenoble-Alpes, UMR 5194 PACTE

marta.pappalardo84@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page