Navigation – Plan du site

L’Esquilin, un quartier central de Rome objet d’un programme de réhabilitation urbaine (1990-2015). Un cas de gentrification en trompe-l’œil ?

The Esquiline, a district of central Rome concerned with an urban rehabilitation programme (1990-2015). Is this a case of trompe l’oeil gentrification?
Stella Volpe

Résumés

Cet article examine les modifications de l’espace urbain, la reconfiguration de l’espace public et social et les transformations de la structure démographique et sociale d’un quartier central de Rome, dénommé l’Esquilin, dans le but de saisir la manière dont ces différents éléments se combinent pour produire un processus original d’évolution. L’Esquilin est l’un des principaux « quartiers d’arrivée » de nos jours, accueillant ou recueillant un grand nombre de personnes immigrées et étrangères. Or, à partir des années 1990, il a fait l’objet d’un programme municipal de requalification, de grande ampleur et aux composantes multiples, ayant pour but d’arrêter le processus de dégradation urbaine et de freiner l’hémorragie démographique. Nombreuses sont les études qui montrent que les quartiers soumis à une politique publique de requalification sont souvent touchés par la gentrification. D’où la question : en est-il ainsi pour l’Esquilin ? Nos recherches tendent à prouver que les transformations qui accompagnent généralement les opérations de réhabilitation urbaine et du bâti, de revitalisation des activités, de renouveau des commerces, de multiplication des événements culturels ne se traduisent ici que par une gentrification en trompe-l’œil.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article se propose d’analyser les transformations urbaines et sociales d’un quartier central de la ville de Rome, l’Esquilin [Esquilino en italien], qui a fait l’objet d’une opération de rénovation et de réhabilitation urbaines de grande envergure à partir des années 1990. Les transformations des quartiers centraux des grandes villes ont souvent été analysées sous le prisme de la gentrification. Les travaux sur ce sujet sont légion. Depuis le début des années 1960 et, plus précisément, après l’« invention » du terme gentrification par R. Glass (1963), les analyses sur ce phénomène se sont multipliées.

2Dans son analyse des transformations sociales de Londres, et en particulier du quartier d’Islington, au nord de la City, R. Glass remarquait, au début des années 1960 (ibidem), que « l’un après l’autre, nombre de quartiers populaires de Londres ont été envahis par la classe moyenne […], de petites maisons modestes […] sont devenues des résidences élégantes et chères. Des maisons victoriennes, qui avaient perdu leur statut […], ont retrouvé leur lustre ». Le résultat a été que « le profil social d’ensemble [de tels] quartiers [a] changé », « la plupart des habitants ouvriers d’origine [ayant] été écartés ». Lorsque le processus de gentrification démarre dans un quartier, l’embellissement de ce dernier et la réhabilitation du cadre bâti s’accompagnent de la transformation de la composition sociale ainsi que de la structure sociale. La gentrification est alors vue comme un phénomène complexe aux enjeux socio-spatiaux variés, aux causes multiples et aux conséquences multiformes, qui touche généralement les quartiers centraux, anciennement populaires, qui sont « (ré)envahis » par de nouveaux habitants appartenant aux classes moyennes et supérieures (London, 1980). La gentrification est aussi l’une des facettes d’un « triple mouvement de séparation » qui concerne les villes contemporaines : l’embourgeoisement des centres-villes, le départ des classes moyennes inférieures vers un périurbain moins coûteux, la relégation des cités d’habitat social (Donzelot, 2004). Multiples sont les facteurs explicatifs de la (ré)appropriation des quartiers anciens centraux, longtemps délaissés, par les classes moyennes ou supérieures, mieux dotées en capital économique et/ou culturel. S’il est vrai que les configurations de ce processus peuvent varier en fonction des espaces urbains et sociaux et des contextes géographiques et historiques (Palen, London, 1984 ; Bidou-Zachariasen, 2003 ; Authier, Bidou-Zachariasen, 2008), il est aussi vrai que les perspectives théoriques qui contribuent à sa compréhension tendent à produire des types d’analyse différents. Les contraintes de longueur imposées à ce texte nous empêchent d’entrer dans les détails sur ce point. Mais, fondamentalement, ce ne sont pas seulement des facteurs de type économique (voir par exemple la Rent-gap Theory développée par Smith, 1996 et 2002) ou des facteurs de type culturel (Ley, 1996) qui expliqueraient ce phénomène, d’autres analyses privilégiant une lecture par l’effet des politiques publiques (Fijalkow, Préteceille, 2006 ; Clerval, 2008). Quoi qu’il en soit, force est de constater que les perspectives d’analyse et les approches théoriques vis-à-vis de ce phénomène sont fort différentes, à tel point qu’il a été relevé que la gentrification peut même apparaître comme un « champ de bataille intellectuel entre des perspectives théoriques rivales » (Hamnett, 1997, p. 4). En particulier, dans le débat sur la gentrification, se sont notamment opposés les tenants de la production et de la profitabilité et les tenants de la consommation et du choix (Schaffer, Smith, 1986). C’est ce qui est critiqué par C. Hamnett (1997, p. 4) : sa thèse est que ces « différentes perspectives théoriques sur la gentrification constituent des abstractions partielles de ce phénomène, qui mettent l’accent sur des aspects différents et cependant tous cruciaux. Comme dans la fable d’Ésope sur les aveugles et l’éléphant, chacune de ces théories ne perçoit qu’une partie de l’éléphant de la gentrification ». Bref, selon ce point de vue, de telles perspectives théoriques sont plus complémentaires que concurrentes. Voilà donc proposée « une théorie intégrée de la gentrification » (ibidem).

3Aussi différentes soient les perspectives d’analyse et les approches théoriques choisies et adoptées par les nombreux auteurs qui se sont attachés à ce sujet, un dénominateur commun les réunit : ils mettent généralement en relation le processus d’« embourgeoisement » touchant nombre de vieux quartiers populaires, situés pour la plupart en centres-villes, avec la réhabilitation ou amélioration de l’habitat existant et le réaménagement de l’espace urbain. La tendance à la gentrification des quartiers centraux urbains est même, parfois, présentée comme une conséquence inéluctable d’opérations de réaménagement urbain et de réhabilitation du cadre bâti (Secchi, 2013).

4Il s’agira donc pour nous d’interroger la pertinence des problématiques formulées dans les analyses « classiques » de la gentrification et de confronter leurs conclusions à celles que nous pouvons tirer de notre terrain d’étude, un quartier central de Rome, celui de l’Esquilin. L’analyse des résultats de nos recherches portant sur ce quartier, qui s’inscrivent dans la lignée d’une partie de notre travail de thèse (Volpe, 2015), nous permettra de vérifier si l’Esquilin a été affecté, à la suite des programmes de réhabilitation et d’amélioration de l’habitat (existant), puis de la transformation de l’espace public et des contenus sociaux qui s’en sont ensuivis, par un processus de gentrification.

Problématique et hypothèses

  • 1 L’Esquilin se situe dans le secteur sud-est du centre-ville, hors donc des quartiers dits de la Ren (...)

5L’Esquilin est un quartier central de Rome1, qui figure, aujourd’hui, parmi les principaux « quartiers d’arrivée » (Gaudin, 1997) de l’aire méditerranéenne. Ceux-ci représentent des « lieux de transit par excellence pour les populations migrantes » (ibidem, p. 94), jouant en quelque sorte le rôle de « sas d’entrée » pour les nouveaux arrivants. Ce sont des quartiers anciens de centre-ville, situés souvent près des gares (tel est le cas de l’Esquilin) ou des ports (Témime, 1995). Ils deviennent fréquemment, de ce fait, des quartiers où s’établissent des populations provenant soit d’autres zones de la même région soit d’autres régions du même pays, dont une partie chassée par l’exode rural, à la suite desquelles ont pu s’établir des migrants venus de l’étranger, selon une chronologie propre à chaque pays et à chaque ville. Ce sont des quartiers généralement habités par des personnes à bas revenus, dégradés et inconfortables, et qui, comme c’est le cas de l’Esquilin à partir des années 1990, ont pu faire l’objet d’importants travaux de rénovation ou de réhabilitation. Or, ceux-ci peuvent habilement mêler des stratégies égalitaires d’homogénéisation des conditions de logement et des logiques de « gentrification » des centres-villes (Gaudin, 1997, p. 95).

  • 2 Le maire, Francesco Rutelli, était de centre-gauche, de même que la majorité au conseil municipal q (...)
  • 3 Sur ce sujet, les travaux de l’École de Chicago font encore référence aujourd’hui.

6Dans le cas de l’Esquilin, dans les années 1990, la municipalité de Rome2 s’est trouvée confrontée à un « dilemme ». D’une part, elle craignait que, à défaut de travaux de rénovation ou de réhabilitation, ne se constitue un « ghetto »3 au sens de « groupement intra-urbain fermé et homogène de personnes appartenant à telle ou telle minorité ethnique ou religieuse » (Burgess, 1925 ; Wirth, 1925 ; Park et al., 1925 ; Wirth, 1928). Car, à partir de cette période, des migrants venus de l’étranger ont commencé à s’établir dans le quartier. D’autre part, la rénovation et la réhabilitation du quartier étaient supposées entraîner inévitablement la constitution d’un « ghetto volontaire », au sens où le définit Z. Bauman (2000), soit le lieu habité par les nantis, où ils s’agrègent, inquiets qu’ils sont de la proximité (ou de la présence) de ceux qu’ils présupposent en vouloir à leurs biens et/ou à leurs fortunes – un comportement qu’ils ont tendance à attribuer aux immigrés. Au bout du compte, donc, le résultat du processus serait la gentrification du quartier. Un résultat non souhaité par la municipalité de Rome.

7Prenant en compte ces deux hypothèses d’évolution, nous nous sommes alors demandée si l’Esquilin, qui a fait l’objet depuis les années 1990 d’une opération de rénovation et de réhabilitation urbaine de grande envergure (Bracalenti et al., 2009), s’est effectivement gentrifié. Il s’agit de vérifier si la composition sociale de sa population a changé, dans quelle mesure et de quelle manière, afin d’établir un portrait démographique et social actuel du quartier à la suite des transformations à l’œuvre depuis un peu plus d’une vingtaine d’années.

  • 4 Le sens à attribuer ici à ce terme fait contrepoint au sens qu’il revêt dans l’ouvrage de R. Glass (...)

8De fait, nous comptons montrer que l’Esquilin constitue un cas original, dans la mesure où s’y confrontent des facteurs « pro-gentrification » et des facteurs « anti-gentrification ». Leur action antagoniste produit une évolution « anomale »4 – au sens où elle constituerait une anomalie par rapport aux évolutions « classiques » de quartiers, objets d’opérations de requalification urbaine, telles qu’elles ressortent des multiples recherches centrées sur le phénomène de la gentrification – et s’accompagne de transformations sociales originales. Le cas de l’Esquilin permet, selon nous, d’affirmer qu’un processus de réhabilitation-rénovation urbaine visant à une revitalisation du quartier ne conduit pas nécessairement à une gentrification telle qu’on l’attendrait.

9Nous procéderons en trois étapes. Après avoir présenté les transformations auxquelles, après une vingtaine d’années, les opérations de réhabilitation et de rénovation du quartier de l’Esquilin ont abouti, nous tenterons, dans une deuxième partie, d’établir un bilan des évolutions démographiques et des modifications de la structure sociale qui en résultent. En rappelant, en conclusion, que les dynamiques morphologiques et sociales de l’Esquilin résultent de processus interagissant les uns avec les autres, voire s’opposant les uns aux autres, nous confirmerons les analyses de H. Marchal et J.-M. Stébé (2010) relatives à la complexité des évolutions des espaces géographiques.

Méthodologie

10Le protocole de recherche que nous avons suivi pour cette étude combine méthodes quantitatives et méthodes qualitatives, ce que l’on qualifie de méthodologie mixte de recherche (Creswell, 2003 ; Johnson, Onwuegbuzie, 2004 ; Creswell, Plano Clark, 2006). Par ailleurs, le champ d’application des méthodes mixtes s’est élargi progressivement (Tashakkori, Creswell, 2008), pour aller au-delà de l’opposition classique positivisme-constructivisme, la ainsi dite « guerre des paradigmes » (Guba, 1990, p. 17-27).

  • 5 Par droits sociaux, on entend toute une série de droits qui relèvent de l’État Providence : droits (...)

11Le choix que nous avons effectué de combiner les deux techniques procède de raisons « pragmatiques » (Teddlie, Tashakkori, 2009). Il a été guidé par la nécessité de collecter des données qui permettent au chercheur de répondre de la manière la plus pertinente et la plus fine possible à sa question de recherche (Tashakkori, Teddlie, 2003). En procédant ainsi, nous avons pu récolter des données de nature qualitative et des données de nature quantitative. En ce qui concerne ces dernières, il s’agit principalement de données (agrégées et désagrégées) de type statistique, tirées des bases de données disponibles auprès de l’Institut national de la statistique (ISTAT) et des registres de l’État civil de la commune de Rome, que nous avons spécialement traitées afin de bien cerner les caractéristiques de la population du quartier qui fait l’objet de la présente analyse. Les bases de données disponibles auprès de l’ISTAT fournissent les informations relatives aux recensements de la population. Mais ces données, aussi détaillées et précises qu’elles soient – caractéristiques démographiques et sociales, caractéristiques économiques (secteur d’activité économique et statut professionnel), structure des ménages, caractéristiques des logements, etc. –, ne sauraient suffire pour cerner, de manière systématique et rigoureuse, la population italienne et étrangère résidente du quartier qui constitue l’objet de notre étude, ou encore pour correctement en mesurer l’évolution. Car les recensements, en Italie, n’ont lieu que tous les dix ans. D’où le problème : comment établir les dynamiques démographiques et sociales des périodes intercensitaires ? Pour ce faire, le chercheur doit absolument recourir aux registres civils municipaux (État civil). Le dépouillement de ceux de la commune de Rome nous a permis de bien cerner les évolutions des caractéristiques démographiques et sociales de la population résidente, tant italienne qu’étrangère, du quartier Esquilin (sexe et âge, état matrimonial, lieu de naissance, nationalité, etc.). Cela s’explique par le fait que, en Italie, tous les ressortissants étrangers en possession d’un permis de séjour d’une durée d’au moins douze mois peuvent s’inscrire sur les registres communaux, ce qu’ils font très majoritairement et sans hésitation, ne serait-ce que parce que cette inscription leur garantit les mêmes droits civils et sociaux5 que les Italiens.

  • 6 En situation d’observation semi-participante, le chercheur joue un rôle un peu moins actif qu’en si (...)
  • 7 Tous les entretiens avec les cadres de la municipalité de Rome et certains de ceux avec des acteurs (...)

12Parmi les outils qui relèvent de la méthode qualitative que nous avons utilisés pour notre enquête, figurent notamment l’entretien semi-directif approfondi et l’observation participante et semi-participante6. Tous les entretiens ont été menés en face à face. Il s’agit de 35 entretiens conduits avec des Italiens et des étrangers appartenant à plusieurs groupes (7 responsables associatifs, 8 acteurs politiques locaux, 6 cadres de la municipalité de Rome, 3 journalistes et 11 habitants du quartier). Quand cela a été possible, nous avons accepté leurs conditions de date et de lieu, seul moyen de mener les entretiens de manière efficace7. Le guide d’entretien a été adapté à chacun d’entre eux en fonction du groupe dont ils relèvent. Nous avons aussi adopté la technique de l’observation participante et semi-participante, ce qui nous a permis d’entrer en contact et d’interagir avec nombre d’acteurs associatifs et d’habitants. Nous avons utilisé cette technique notamment lorsque nous avons participé à des manifestations (politiques, sociales, festives, sportives, culturelles, etc.) qui se sont déroulées dans le quartier ; ou bien à des rencontres organisées pour discuter des projets de requalification du quartier (nous avons alors beaucoup profité des pauses entre deux séances pour échanger avec les présents et bien les « observer en participant » aux interactions qui se produisent entre ceux qui se sentent concernés par les thèmes de la réunion – qui sont ceux pour lesquelles nous l’avons choisie) ; ou bien encore à des fêtes ou à des festivals qui se sont tenus dans le quartier ; mais aussi à des rencontres plus ou moins fortuites, généralement dans des espaces publics ou collectifs, entre les habitants et/ou entre les commerçants et artisans du quartier.

  • 8 Ne pouvant ici nous étendre sur les différences entre une « conversation occasionnelle » et un « en (...)

13Entretiens et observations participantes et semi-participantes (au nombre de 18) ont été réalisés à l’occasion de plusieurs séjours sur le terrain, ce qui a comporté une longue « immersion », de notre part, dans le quartier étudié. Nous avons utilisé ces méthodes pour comprendre, entre autres, les logiques – s’il y en a – de mobilité résidentielle des habitants, ainsi que les modalités de la recomposition sociale qu’elles généreraient dans le quartier de l’Esquilin. Au cours de notre « immersion », nous avons aussi engagé de nombreuses « conversations occasionnelles » avec nombre d’acteurs associatifs, d’habitants, de commerçants et d’artisans du quartier. Bien entendu, nous avons fait en sorte que de telles « conversations occasionnelles »8 s’engagent sur le sujet de notre étude ! Ce fut le cas, par exemple, des « conversations occasionnelles » informelles, spontanées, établies avec des gens qui faisaient la queue dans le local (ou même en dehors, juste devant la porte d’entrée) de telle ou telle association, ou bien avec les clients ou le(s) vendeur(s) de tel ou tel magasin, ou bien encore avec des habitants que nous ne connaissions pas, tels ces jeunes gens jouant au basket dans un jardin public situé dans le quartier. C’est grâce à eux tous que nous avons pu collecter de nombreuses informations et maints éléments relatifs à l’expérience subjective des individus dans leurs transactions avec leur environnement.

14De plus, tout au long de nos investigations, nous avons effectué une série d’observations empiriques de terrain, afin de bien cerner les caractéristiques et les évolutions morphogénétiques de ce quartier romain.

15Pour finir, le corpus de notre recherche comprend aussi plusieurs matériaux informatifs, articles de presse, dispositifs juridiques, documents écrits institutionnels qui se rapportent à notre sujet, le réaménagement du quartier de l’Esquilin et les transformations de son environnement social.

Réhabilitation urbaine et transformations du cadre bâti dans le quartier de l’Esquilin

Un quartier (re)modelé à la suite de la désignation de Rome comme capitale de l’Italie

  • 9 Les six autres sont le Capitole, le Viminal, le Palatin, l’Aventin, le Caelius et le Quirinal.
  • 10 Le mur d’Aurélien est une enceinte fortifiée construite dans la seconde moitié du IIIe siècle ap. J (...)
  • 11 La ville (commune) de Rome est divisée en 116 quartiers qui sont des subdivisions toponymiques et h (...)
  • 12 L’équivalent, à Rome, des arrondissements de la ville de Paris sont les municipi (municipio au sing (...)

16Installé sur l’une des sept collines de Rome9 dont elle porte le nom homonyme, l’Esquilin, l’un des quartiers centraux de Rome, s’étend sur 1,58 km² à l’intérieur du mur d’Aurélien (Fig. 1)10. Il est l’un des 18 quartiers11 constitutifs du 1er arrondissement urbain12 (Fig. 2), qui correspond au cœur historique de la ville.

Figure 1. Le mur d’Aurélien.

Figure 1. Le mur d’Aurélien.

Source : Base cartographique UOS de Rome.
Cartographie : S. Volpe & Fl. Troin • CITERES 2019.

  • 13 La ville de Rome est divisée en 19 arrondissements depuis 1992 et jusqu’en 2013. En 2013, des chang (...)
  • 14 À partir de mars 2013, à la suite de la même décision du Conseil municipal (voir note précédente), (...)

Figure 2. Les 19 arrondissements de la ville de Rome (1992-2013)13 et les 18 quartiers composant le 1er arrondissement (jusqu’en 2013)14.

Figure 2. Les 19 arrondissements de la ville de Rome (1992-2013)13 et les 18 quartiers composant le 1er arrondissement (jusqu’en 2013)14.

Source : Base cartographique UOS de Rome.
Cartographie : S. Volpe & Fl. Troin • CITERES 2019.

  • 15 La via Nazionale réunit les quartiers en construction sur l’Esquilin au centre ancien.
  • 16 Dans le Chapitre X : « Lecture institutionnelle de l’urbanisme. Interprétation spatiale du gouverne (...)
  • 17 C’est le pape Sixte V (Felice Peretti) qui a fait construire cette Villa, près des thermes de Diocl (...)
  • 18 La Porte Majeure a été construite en 52 ap. J.C., sous l’empereur Claude, et intégrée au mur d’Auré (...)

17Le quartier de l’Esquilin se caractérise, à l’instar de ses voisins du secteur sud-est du centre de Rome (rioni Monti, Castro Pretorio, Celio), par son homogénéité architecturale et son unité urbanistique. Ces traits sont la conséquence des grandes opérations d’urbanisme qui furent engagées dans la ville après que les troupes royales – celles du royaume d’Italie – y furent entrées (20 septembre 1870) et qu’un plébiscite eut décidé de son rattachement à l’Italie. Deux grands axes avaient été déjà ouverts à cette date dans le tissu ancien (la via del Corso, venant du nord, et la via Nazionale15, du nord-est, convergeant vers les Fori et la piazza Venezia – place de Venise). Mais les principaux travaux furent engagés quelques temps après : c’est la décision de transférer la capitale de Florence à Rome (Djament, 2005), le 30 juin 1871, qui transforma la ville en un immense chantier. Les travaux (construction de logements pour les nouveaux fonctionnaires ; démolition de quartiers insalubres dans le centre ancien; construction de bâtiments administratifs, d’immeubles pour les grandes banques et les grands journaux; percement de grands axes : corso Vittorio Emanuele II, via XX Settembre, etc.) démarrent avant même qu’un plan d’aménagement (Piano Regolatore) ne soit élaboré par la municipalité de Rome ; ce dernier, rapport et volet cartographique, sera néanmoins rapidement rédigé (entre 1872 et 1873) et voté en 1873. Dans la pratique toutefois, et pour des raisons complexes16, la ville sera « construite et gérée […] hors du cadre de la planification cartographiée » (Bocquet, 2007). Si percées et alignements relèvent bien, en effet, des piani regolatori, la plupart des constructions (immeubles) et des lotissements sont négociées au cas par cas entre la mairie et les entrepreneurs, lotisseurs et spéculateurs (ibidem). Tel n’a pas vraiment été le cas pour l’Esquilin, qui a bien été planifié dans le document de 1873, puis dans le plan régulateur suivant (1883). Ce quartier a surgi de terre dans une zone urbaine marquée par la présence de la Villa Peretti, aussi connue sous le nom de Villa Montalto17, et d’un axe routier (Strada Felice) que le pape Sixte V fit réaliser pendant son pontificat (1585-1590), traversant la ville depuis l’Église de la Trinité-des-Monts jusqu’à la Porte Majeure (aussi appelée Porta Praenestina-Labicana18 (Fig. 1), en passant par la Basilique Sainte-Marie Majeure. Si la Villa Montalto a désormais disparu, cet axe existe toujours, reliant la Basilique Sainte-Croix-de-Jérusalem à l’Esquilin, quasiment adossée au mur d’Aurélien, à l’Église de la Trinité-des-Monts, en passant encore par la Basilique Sainte-Marie Majeure à l’Esquilin. Le quartier de l’Esquilin est délimité à l’ouest par l’ancienne via Gregoriana, tracée par le pape Grégoire XIII (1572-1585), appelée via Coroncina jusqu’en 1871, lorsqu’elle a été rebaptisée via Merulana (décision du conseil municipal no 16 du 30 novembre 1871). Cette rue relie encore aujourd’hui la même Basilique Sainte-Marie Majeure à la Basilique Saint-Jean-de-Latran. C’est ainsi que l’Esquilin, tel qu’il avait été planifié dans le document de 1873, s’est constitué comme « un quartier à plan régulier, organisé autour d’avenues et de rues » conduisant vers des pôles tels que Saint-Jean-de-Latran (S. Giovanni in Laterano), la place Vittorio Emanuele II et prenant appui sur Sainte-Marie Majeure (S. Maria Maggiore) » (Seronde-Babonaux, 1980, p. 80).

18Ce quartier a été conçu suivant le « modèle piémontais » (voir infra), en hommage à la dynastie régnante, la Maison de Savoie. Il était destiné à accueillir les logements pour les nouveaux fonctionnaires, provenant en grande partie des autres régions italiennes, appelés à participer à la « construction » du jeune État italien, dans sa nouvelle capitale. Mais il était destiné à accueillir aussi les logements pour des commerçants et artisans exerçant leurs activités dans le quartier, celui-ci étant à vocation résidentielle et commerciale. Ce fut donc l’un des secteurs où se vérifia le plus grand boom du bâtiment :

« Les maisonnettes de campagne qui existaient furent vite rasées, les jardins et les vignobles qui les entouraient rapidement détruits ; les villas, anciennes résidences de campagne des familles nobles, disparurent. Les premiers îlots, […] constitués de blocs quadrangulaires disposés autour d’une cour intérieure, s’élevèrent entre Sainte-Marie Majeure et la gare [mais aussi de part et d’autre de la via Cavour] ; dès 1876, ce noyau représentait un centre actif, nanti de commerces et animé par la proximité de la gare. Pendant les dix années suivantes, le rythme s’accéléra et, comme ailleurs [dans le centre de Rome], l’essentiel du quartier était construit dès 1886 » (ibidem).

  • 19 On trouvera une figure montrant les différentes dates de construction des îlots de l’Esquilin (rion (...)

19En 1921, il n’y restait pratiquement plus aucun vide (ibidem)19.

  • 20 La trame urbaine, strictement orthogonale, s’inspire (ou reproduit) de ce qu’on nomme en Italie le (...)

20L’unité urbanistique naquit des îlots régulièrement tracés, de son plan strictement orthogonal20, ainsi que de sa conformité aux règles précises de composition et de style qui ont présidé à sa naissance, tandis que l’homogénéité du cadre bâti résulta d’une occupation systématique de l’espace par des immeubles-blocs de 5 à 6 étages présentant par ailleurs de fortes similitudes architecturales. Sauf exception, seuls les locaux en rez-de-chaussée de ces immeubles et ouverts sur l’extérieur furent affectés à des usages autres que l’habitation (ateliers d’artisans, magasins et commerces variés). Ces immeubles se distinguent encore aujourd’hui par la présence d’une assez grande cour intérieure, sur laquelle s’ouvrent les pièces d’habitation ou des échoppes d’artisans.

21Le quartier comporte deux autres éléments essentiels. Le premier, qui en constitue le véritable cœur, est la place Vittorio Emanuele II (premier roi d’Italie, à partir du 17 mars 1861 jusqu’à sa mort, survenue en 1878), communément appelée place Vittorio. Construite entre 1882 et 1887, de forme rectangulaire, elle est la plus grande place de Rome, avec des dimensions de 316 x 174 m. Bordée d’immeubles à portiques (280 colonnes), de plus de 24 m de hauteur, avec des façades qui s’inspirent du style architectural Renaissance (Fig. 3), elle est une composante urbanistique du quartier d’autant plus remarquable qu’elle est pratiquement la seule – l’Esquilin ne possède qu’une autre place, de dimensions modestes, la place Dante. Le second élément est d’une tout autre nature, puisqu’il s’agit de la gare centrale de Rome, la gare Termini, dont la construction a été achevée en 1874 ; elle borde le quartier à l’est (Fig. 4). Son rôle sera déterminant pour le peuplement du quartier, car c’est par elle qu’arriveront les migrants appelés par le développement de la ville, quelle que soit leur provenance (Italie du Nord, du Sud, Centre et Latium). Elle favorise en même temps la concentration d’activités (hôtellerie) destinées à l’accueil des nouveaux arrivés.

Figure 3. Immeubles à portiques, place Vittorio.

Figure 3. Immeubles à portiques, place Vittorio.

Cliché : S. Volpe, 2017.

Figure 4. Quartier de l’Esquilin, avec ses lieux centraux : place Vittorio et gare centrale Termini.

Figure 4. Quartier de l’Esquilin, avec ses lieux centraux : place Vittorio et gare centrale Termini.

Source : Base cartographique du GEO-SITR (Système informatif territorial régional).
Cartographie : S. Volpe.

  • 21 Pour une analyse aussi précise que possible, compte tenu des sources disponibles, de l’évolution de (...)

22Dans le même temps où les chantiers de construction battaient leur plein, où les immeubles s’érigeaient, le quartier de l’Esquilin se peuplait. Comme les autres rioni de l’est (Monti, Trevi, Colonna)21, sa croissance démographique fut rapide. Pendant la décennie 1881-1891, le nombre d’habitants a augmenté de 247,19 %, passant de 23 474 en 1881 à 81 501 en 1891. En 1901, on en comptait 94 352, ce qui veut dire qu’entre 1881 et 1901 la population résidente s’est accrue de 324 % (Source : recensements de la population). C’est à partir du début du XXe siècle qu’on peut observer une inversion de tendance par rapport aux années précédentes : entre 1901 et 1911, le nombre des résidents a diminué de 10,57 %, passant de 94 352 à 84 377 (Source : recensements de la population). Cette tendance s’est poursuivie au cours des années suivantes : entre 1911 et 1921, le nombre des résidents a diminué de 33,47 %, passant de 84 377 à 56 132. À partir des années 1920 (et jusqu’à la fin des années 1940), la population résidente tend à se stabiliser. En 1931, celle-ci s’établissait à 57 850 personnes. L’Esquilin était par ailleurs le rione le plus peuplé ; toutefois, sa densité (400 hab./ha en 1931), tout en étant élevée, demeurait bien inférieure à celle d’autres quartiers centraux de la ville, tels Parione et Ponte (entre 600 et 700 hab./ha).

  • 22 L’évolution de la population et les transformations de sa composition (sociale, ethnique) seront ét (...)

23Quant à sa composition sociale, elle a commencé à se diversifier à partir des premières années du XXe siècle. Si, jusqu’à la fin du XIXe siècle, la plus grande partie des habitants appartenait à la classe moyenne (notamment fonctionnaires et commerçants), à partir du début du XXe siècle des secteurs d’immeubles se sont peu à peu peuplés d’employés, de cheminots et d’ouvriers qualifiés, ceux situés près de la gare centrale concentrant par contre ceux qui, parmi les nouveaux arrivés – originaires en majorité, surtout dans l’Entre-deux-guerres, du Midi de l’Italie –, n’avaient pas les moyens d’accéder à un logement décent. Ils trouvaient là en grand nombre hôtels à bas prix et, surtout, pensions modestes ou pièces en sous-location. En même temps, ses résidents les plus aisés (appartenant aux classes moyennes) étaient affectés par une forte mobilité résidentielle. Cette évolution confirme son rôle de « plaque-tournante » (Seronde-Babonaux, 1980, p. 199) et de zone d’attente pour les nouveaux arrivés. Ainsi s’engage un processus de paupérisation du quartier, qui s’accompagne de la dégradation de son cadre bâti, du moins là où les logements ne sont pas transformés en bureaux. Toujours est-il que la mobilité résidentielle, qui prend une ampleur particulière dans la période d’après-guerre et au cours des années 1960, aboutit à vider les rioni d’une part de leur population22 : si ce sont ceux de la boucle du Tibre qui sont les plus massivement touchés, l’Esquilin n’est pas préservé, même s’il représente, du fait de la persistance d’un flux d’arrivants des autres quartiers romains (d’autres rioni souvent, des quartieri parfois), un cas particulier parmi ses semblables.

Objectifs et composantes du programme municipal de réhabilitation de l’Esquilin

  • 23 Les immeubles composant le parc immobilier de l’Esquilin avaient été construits, pour 94 % d’entre (...)
  • 24 Les majorités municipales ont fait se succéder à Rome des maires de gauche ou de centre-gauche (199 (...)

24De fait, entre la fin des années 1940 et la fin des années 1980, ce quartier dont la qualité du bâti était pourtant indéniable, a été marqué par un processus de déqualification progressive. Ainsi, au début des années 1990, l’Esquilin offrait l’image d’un quartier délabré, qui nécessitait une requalification profonde. La plus grande partie de ses logements étaient vétustes. Certains étaient laissés à l’abandon, d’autres demeuraient inoccupés. La plupart des immeubles23 étaient très mal entretenus et nécessitaient une réhabilitation d’ampleur moyenne et, pour certains, lourde. La dégradation d’un grand nombre des bâtiments était liée au manque d’entretien courant depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au fur et à mesure que le quartier se dégradait, la qualité de vie des habitants se dégradait aussi. Afin d’améliorer les conditions de vie des habitants, la Municipalité de Rome s’est alors investie dans un vaste programme de requalification (Fig. 5). Pour enrayer le processus de dégradation urbaine affectant le quartier, un plan de réhabilitation a été lancé au début des années 199024. Ainsi s’ouvrit une longue période de grands travaux, en particulier de voirie. Pour transformer le visage du quartier, certaines rues furent aménagées en zones piétonnes afin de réduire le trafic automobile et améliorer la qualité de vie des résidents. À la demande de ceux-ci, l’éclairage public fut refait et plusieurs lampadaires supplémentaires furent installés dans les rues. Bien que sa desserte par les transports en commun fût déjà correcte, du fait de sa position centrale, l’Esquilin bénéficia d’un programme visant à l’améliorer. Au bout du compte l’Esquilin, de mieux en mieux desservi par les transports urbains (métro, bus, tramway) et interurbains (trains), se constitua comme un nœud d’échanges de premier ordre pour les transports en commun urbains ; véritable plate-forme multimodale, sa fonction de transit s’est considérablement renforcée tant pour les usagers des transports que pour les touristes, nationaux ou étrangers. Mais la Municipalité ne s’est pas contentée d’en faire un « lieu de transit » privilégié à l’échelle urbaine et interurbaine.

Figure 5. Travaux de restauration en cours dans le quartier de l’Esquilin.

Figure 5. Travaux de restauration en cours dans le quartier de l’Esquilin.

Cliché : S. Volpe, 2014.

  • 25 À titre d’exemple, on peut mentionner le cas de l’Ambra Jovinelli. Il s’agit d’un théâtre, de style (...)

25D’autres travaux importants d’aménagement, qui s’inscrivent dans le programme municipal de requalification de l’Esquilin, ont été réalisés pour en développer la fonction hôtelière à destination des touristes étrangers et des visiteurs italiens, et pour améliorer son attractivité touristique : a ainsi été entreprise la valorisation des ruines archéologiques, la restauration des basiliques situées dans le quartier, la rénovation des théâtres25, la construction d’un hôtel de luxe (inauguré en 2002) sur l’emplacement d’un entrepôt de produits alimentaires, la transformation d’un palais du XIXe siècle pour y installer le Musée national d’Art oriental (Fig. 6), etc. Ce volet du programme participait de la volonté de façonner un quartier qui incarnerait en quelque sorte un modèle opposé à celui du ghetto ; ce devrait être un quartier dont les habitants n’y resteraient pas enfermés, voire relégués, et qui serait « ouvert » sur la ville, ouvert à tous, citadins et touristes.

Figure 6. Le Musée national d’Art oriental de Rome.

Figure 6. Le Musée national d’Art oriental de Rome.

Cliché : S. Volpe, 2017.

26Rendre le quartier plus attractif et plus accueillant pour les touristes et les visiteurs ne constituait qu’un volet, et certainement pas le principal, du programme de requalification de l’Esquilin. L’objectif prioritaire était d’en faire un modèle pour le « vivre-ensemble », comme nous l’ont signifié à maintes reprises plusieurs de nos interlocuteurs (notamment acteurs politiques locaux travaillant dans les organes électifs et exécutifs municipaux, cadres de la municipalité de Rome, responsables associatifs), en combinant plusieurs démarches : la réhabilitation des parties communes des immeubles ; le développement des activités culturelles de haut niveau ; la sauvegarde des activités de proximité, au service de la population résidente ou non. Ce qui est clairement exprimé par la conseillère municipale déléguée par le maire aux « politiques de la multiethnicité et de l’inter-culture » de 2001 à 2008, que nous avons interviewée :

« Dès que nous avons commencé à définir les lignes directrices du programme de requalification de l’Esquilin, nous nous sommes fixés l’objectif d’en faire un modèle pour le “vivre-ensemble”. Notre ambition était d’en faire un incubateur pour faire éclore des expériences novatrices visant à promouvoir le vivre-ensemble. Nous sommes contre une société caractérisée par l’existence de cloisons étanches entre les individus. Nous avons toujours travaillé afin que dans notre ville les individus puissent bien cohabiter et interagir entre eux dans un climat de paix et de solidarité, quelle que soit leur origine géographique ou sociale. Par ailleurs, Rome est une ville à la tradition notoirement hospitalière […]. Nous étions convaincus que des interventions de type architectural ou urbanistique pourraient contribuer à une meilleure qualité de vie mais aussi favoriser une meilleure cohabitation entre les habitants ».

27Considérant qu’améliorer la relation entre les résidents passait par la réhabilitation des parties communes des immeubles, en tant qu’ils sont à la charnière entre sphère privée et sphère publique et susceptibles de redevenir des lieux de rencontres et d’échanges, d’une part, et par une remise aux normes et un entretien régulier des espaces publics, d’autre part, la municipalité en fit deux de ses priorités dans son programme de requalification urbaine. Une attention particulière a été accordée au traitement des cours intérieures d’immeubles. Un système d’aide financière pour les travaux de restauration et/ou d’entretien a aussi été mis à la disposition des résidents, qu’ils soient Italiens ou étrangers, pour les encourager à apporter le confort moderne aux logements tout en préservant la structure originelle des bâtiments.

  • 26 L’Acquario Romano ou Aquarium romain doit son nom à une construction qui, à l’origine, devait abrit (...)
  • 27 Le bâtiment où s’est installé l’Institut Confucius est l’un de ceux qui a été entièrement rénové da (...)

28Le deuxième volet de l’action municipale a consisté à favoriser la création de lieux d’échanges culturels. Se proposant en exemple, la municipalité de Rome a engagé d’importants travaux de restauration de l’édifice appelé Aquarium26 pour y installer la Maison de l’Architecture – inaugurée en 2002. Elle a fait de même avec un autre bâtiment27 où s’est installé l’Institut Confucius, premier centre culturel et linguistique chinois ouvert en Italie – inauguré en 2006 et fonctionnant en collaboration avec l’Université La Sapienza de Rome. Elle a également entrepris la transformation et la rénovation d’une caserne, une fois que celle-ci eut été désaffectée, pour que la même Université y abrite le Département des Études orientales. Elle a œuvré pour multiplier les espaces d’échanges culturels dans le quartier, en impliquant les habitants dans des projets visant à optimiser l’usage des locaux scolaires des écoles publiques implantées sur le territoire, pour en faire des espaces communs et partagés, ouverts toute la journée jusqu’au soir, où organiser tout type d’activités (gratuites ou à tarif très accessible) contribuant à la transmission et au partage des savoirs, tels que des cours du soir de langue italienne pour adultes étrangers ou des cours de langues étrangères pour enfants et adultes, toutes nationalités confondues.

  • 28 Voir, entre autres, la décision du conseil municipal de Rome no 187-2003.
  • 29 Voir, la décision du conseil municipal de Rome no 5-2003.
  • 30 La gentrification est un processus complexe dont les causes sont multiples et qui revêt, de ce fait (...)

29La revitalisation du quartier, indispensable pour créer les conditions du « vivre-ensemble », doit résulter de l’application d’une réglementation municipale des commerces et activités artisanales situés dans le périmètre du centre-ville28, dont l’un des objectifs consistait à limiter l’installation de grandes surfaces. En 2003, un dispositif (financier) de soutien aux commerces existants a été institué29 ; simultanément, des mesures ont été prises pour favoriser l’installation de commerces, de services et d’activités artisanales de proximité (services de réparation domestique, par exemple). De cette manière, la Municipalité de Rome visait à ce que ceux-ci gardent une place prépondérante dans le quartier, ce qui empêcherait (ou freinerait), selon elle, l’implantation de boîtes de nuit, comme cela a effectivement été le cas. L’Esquilin se distingue ainsi nettement de bien d’autres quartiers de la capitale italienne, qui se sont profondément transformés au cours des vingt dernières années, pour devenir des quartiers qui regorgent de bars, de pubs, de boîtes de nuit et de restaurants « branchés ». Une évolution qui est celle qu’a connue, par exemple, le Testaccio, un rione contemporain de l’Esquilin, mais radicalement affecté par la gentrification30 (Ranaldi, 2014).

Figure 7. Panneau d’information sur l’opération municipale de requalification de la place Vittorio Emanuele II.

Figure 7. Panneau d’information sur l’opération municipale de requalification de la place Vittorio Emanuele II.

Cliché : S. Volpe, 2015.

30Il est pourtant une opération de plus grande envergure et par là emblématique des ambitions de la municipalité. Il s’agit du réaménagement de la place Vittorio Emanuele II (Fig. 7). Le marché de plein air, qui s’y était tenu pendant plus d’un siècle et avait animé de son rythme la vie du quartier, a été démantelé, les bancs des marchands détruits ; à sa place a été aménagé un grand jardin public (Fig. 8a et 8b), ce qui fut l’occasion de « rendre vie » aux ruines romaines du IIIe siècle ap. JC, qui étaient restées cachées, étouffées en quelque sorte par les étals du marché, depuis la fin du XIXe siècle (Fig. 9).

31

Figures 8a et 8b. Le grand jardin public au cœur de la place Vittorio.

Figures 8a et 8b. Le grand jardin public au cœur de la place Vittorio.

Clichés : S. Volpe, 2017.

32À l’arrière-plan de la Fig. 8a, on peut noter le campanile, en style roman, de la Basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome, qui remonte au Moyen Âge. Haut de 75 mètres, il est le plus haut de la ville.

Figure 9. Restes de la fontaine antique dite Trofei di Mario (226 ap. J.C.), place Vittorio.

Figure 9. Restes de la fontaine antique dite Trofei di Mario (226 ap. J.C.), place Vittorio.

Cliché : S. Volpe, 2017.

33Quant au marché, il fut réinstallé dans deux anciennes casernes du quartier, désaffectées. Inauguré en septembre 2001, le « Nouveau marché Esquilin » est donc un marché couvert, construit dans le style « piémontais », en harmonie avec le paysage architectural du quartier (Elkadi, Forsyth, 2009). Il demeure un lieu très fréquenté non seulement par les résidents, mais aussi par nombre d’habitants, italiens et étrangers, d’autres quartiers, surtout ceux de condition modeste, car les prix qui y sont pratiqués sont bas (en tout cas inférieurs à ceux de la plupart des autres quartiers de Rome), conformément à ce qu’avait exigé la municipalité pour réaliser le transfert. Au fil des ans, la variété des marchandises (notamment fruits et légumes et, plus généralement, denrées alimentaires) qui y sont vendues, s’est considérablement accrue, en raison de l’installation de nouveaux vendeurs, en l’occurrence étrangers, qui offrent des produits dits ethniques (toujours bon marché). Ceci constitue un attrait supplémentaire pour le marché, qui est en effet de plus en plus fréquenté.

  • 31 Il s’agit d’un orchestre de 18 musiciens, originaires de dix pays différents, y compris l’Italie, d (...)
  • 32 Étant présente dans le quartier pour y mener mes enquêtes, j’ai pu assister à cette fête – parmi d’ (...)

34Une fois la place libérée de ses activités marchandes, elle a récupéré tout son rôle d’espace public emblématique, et central, pour le quartier. Elle est ainsi un lieu privilégié de rassemblement à l’occasion de diverses manifestations qui l’ont choisie pour s’y dérouler : cérémonies publiques, manifestations politiques, fêtes, événements sportifs, ludiques ou culturels. Elle est devenue, en particulier, un lieu d’élection pour l’expression de tous les mouvements dont l’objectif est de promouvoir un modèle de société fondé sur la tolérance, la solidarité, la cohésion sociale, le dialogue entre toutes ses composantes, etc. À ce titre, elle n’est plus simplement la place centrale du quartier de l’Esquilin, mais un lieu signifiant à l’échelle de toute la ville. Il s’y déroule ainsi, pendant les mois d’été, un festival de cinéma en plein air ; des concerts y sont donnés toute l’année, par l’Orchestra di Piazza Vittorio31, par exemple. Y ont également été organisés des événements aussi divers que la fête Intermundia32 (qui a généralement lieu en mai) ou un tournoi de mini-basket dont les équipes étaient composées d’enfants résidant en Italie et issus de familles de tous horizons, tant géographiques que sociaux. En quelques années, la place Vittorio est ainsi devenue un lieu symbolique de la nouvelle identité, qui se veut « mélangée », du quartier. Elle est ainsi qualifiée de « condensateur social multiforme », de « carrefour de cultures », de « lieu de rencontres », de « lieu authentiquement hospitalier » et aussi de « lieu de tous, à tous et pour tous » (Bracalenti et al., 2009, p. 54).

  • 33 Comme en témoigne, par exemple, le numéro du 4 novembre 2003 de La Repubblica, un quotidien nationa (...)
  • 34 Pour le cas du Royaume-Uni, voir Colomb (2006) et Lees (2003) qui, dans leurs analyses, tentent de (...)

35Le programme de requalification dont nous avons présenté certains aspects a revêtu une telle ampleur et a abouti à des résultats tels que, notamment dans le langage journalistique, l’expression « renaissance de l’Esquilin »33 a fait florès à partir du début des années 2000. Or, comme cela s’est produit ailleurs34, l’une des conséquences probables d’une politique devant conduire à la « re-naissance » du quartier serait sa gentrification progressive. La question se pose maintenant pour nous de savoir si, quelques années après ces grands travaux et ces efforts soutenus et onéreux de requalification de l’espace, le quartier de l’Esquilin présente les caractéristiques – du moins certaines d’entre elles – d’un quartier gentrifié.

Reprise démographique, changement social et immigration : une gentrification en trompe-l’œil ?

  • 35 Il s’agit de deux phénomènes qui se renforcent mutuellement. La dégradation du cadre bâti et de l’e (...)
  • 36 La composition du groupe qui réunit veufs/veuves et divorcés/divorcées est de 66 % pour les premier (...)

36Entre 1951 et 1991, parallèlement à la dégradation du cadre bâti et de l’environnement de l’Esquilin, sa population n’a cessé de baisser par suite du départ de nombre de ses résidents35. En une quarantaine d’années à peine, le quartier a perdu 60 % de ses habitants, tombant de 62 000 à un peu moins de 25 000 habitants (Tab. 1). Toutefois, depuis le début des années 1990, le quartier a inversé sa courbe de décroissance et a regagné des résidents (+ 51 % entre 1991 et 2011), pour se stabiliser aux alentours de 36-37 000 habitants pour la période 2006-2014. La distribution de la population résidente selon le statut matrimonial est, elle aussi, restée stable sur la même période : les célibataires, dont la plupart vivent seuls, mais certains en couples, progressent modérément de 50 à 52 % ; les personnes mariées sont stables (38-39 %), tandis que l’ensemble des veufs/veuves et divorcé(e)s baisse légèrement (de 11 à 10 %) – étant entendu que, dans ce dernier groupe, l’évolution est divergente entre veufs/veuves et divorcé(e)s36 (Tab. 2).

Tableau 1. Population résidente de l’Esquilin : évolution 1951-2011.

1951

1961

1971

1981

1991

2001

2011

Résidents

62 184

42 103

33 411

27 619

24 654

38 586

37 222

Source : ISTAT, Recensements de la population, 1951 à 2011.

  • 37 Source : ISTAT, Recensement de la population, année 2011.
  • 38 Voir Rapporto sulla povertà a Roma e nel Lazio, 2014.
  • 39 Source : ISTAT, Recensements de la population, années 1991 et 2011.

37Le regain démographique apparaît comme le signe incontestable que l’opération de requalification a opéré des effets positifs et que l’attractivité de l’Esquilin s’est accrue. Pour autant, cette dynamique ne signifie pas que se réalise en même temps un embourgeoisement, une gentrification du quartier. Les catégories sociales supérieures ou moyennes (cadres supérieurs du secteur privé, professions libérales, employés et fonctionnaires de cadre A), qui comptaient pour près de 50 % des résidents en 1991, ont vu leur part se réduire sensiblement (près de 40 % en 2001 et environ 35 % en 2011 d’après l’ISTAT). Plus précisément, parmi les résidents âgés de plus de 15 ans qui ont une occupation, 28 % sont des travailleurs indépendants, dont seuls 6 % exercent des professions libérales. La population active (salariée ou indépendante) se répartit d’après les différents secteurs économiques de la manière suivante : agriculture (1 %), industrie (11 %), commerce, artisanat et services (84 %), transports et télécommunications (4 %). Les retraités comptent pour 18 à 19 % des résidents âgés de plus de 15 ans37. De plus, un quart environ de la population se situe juste au-dessus du seuil de pauvreté et la proportion de ceux qui se trouvent en dessous a augmenté ces dernières années38. De fait, la population dont les caractéristiques permettent de la classer parmi les couches populaires dépasse en nombre celle qui appartient aux couches moyennes, et sa part dans la population totale s’accroît régulièrement. En particulier, c’est l’augmentation sensible de la part des retraités modestes, d’un côté, et de la population active salariée aux revenus les plus faibles, d’un autre côté, qui a gonflé les couches populaires. Les retraités ont vu leurs pensions diminuer en valeur réelle ces quinze dernières années, ce qui a entraîné leur appauvrissement, tandis que, parmi la population active salariée (72% des résidents âgés de plus de 15 ans qui ont une occupation), le pourcentage de ceux qui ont un emploi non qualifié ne cesse d’augmenter (+ 20 % entre 1991 et 2011)39.

  • 40 La méthode principale utilisée par l’ISTAT pour la collecte des données statistiques est celle du r (...)

38En examinant les données statistiques fournies par l’ISTAT, aussi imprécises ou incomplètes qu’elles soient40, et en mobilisant notre connaissance du terrain acquise par une longue pratique, nous pouvons mettre au jour les changements majeurs qui se sont opérés dans la population ces vingt-cinq dernières années et aussi identifier cinq éléments dont la concomitance peut rendre compte d’une gentrification qui, si elle s’est amorcée dans les années 1990 et 2000, s’est progressivement amortie par la suite.

39• Parmi les nouveaux venus au cours des années 1990 et au début des années 2000, on compte de jeunes couples italiens appartenant aux couches moyennes salariées. Ils ont été attirés par les prix de l’immobilier, parmi les plus bas, sinon les plus bas que l’on puisse trouver dans le centre-ville. Cela était dû, initialement, notamment à la vétusté des immeubles qui, de ce fait, comptaient un nombre élevé d’appartements vides. Parmi les 664 immeubles recensés dans le quartier en 2001, 553 étaient à usage d’habitation (soit de 83 à 84 %). Sur les 10 433 logements recensés, 1 604 étaient encore vides en 2001, soit un peu plus de 15 % (ISTAT, Recensement de la population 2001). Depuis la seconde moitié des années 2000, le nombre des jeunes couples italiens qui s’installent dans le quartier est en baisse, suivant une parabole descendante, alors que le nombre des jeunes couples étrangers est en hausse. En particulier si, entre 2008 et 2014, le nombre des marié(e)s parmi tous les résidents est resté à peu près stable, soit autour de 14 000, le nombre des marié(e)s ressortissant(e)s étranger(e)s a considérablement augmenté (+ 40 %), passant de 2 490 en 2008 à 3 467 en 2014 (Tab. 2). De la sorte, si en 2008, 18 % des marié(e)s parmi tous les résidents étaient étranger(e)s, en 2014 ils sont environ 25 %. Ceux-ci forment généralement des ménages de condition modeste. Leur installation dans le quartier a constitué un facteur de « contre-gentrification ». Nous allons revenir sur ce point ultérieurement.

Tableau 2. Population résidente de l’Esquilin, selon le statut matrimonial et la nationalité, entre 2006 et 2014.

Statut matrimonial (les deux sexes)

Total

Célibataires*

Marié(es)

Veufs/veuves + divorcé(e)s

Total

dont étrangers

Total

dont étrangers

Total

dont étrangers

Total

dont étrangers

Nb.

En %

Nb.

En %

Nb.

En %

Nb.

En %

2006**

18 496

14 521

3 866

36 883

7 370

20,0

2008

18 713

5 198

27,8

14 113

2 490

17,6

3 794

244

6,4

36 620

7 932

21,7

2010

19 355

5 938

30,7

14 258

2 917

20,5

3 770

271

7,18

37 383

9 126

24,4

2012

19 908

6 493

32,6

14 319

3 333

23,3

3 752

332

8,8

37 979

10 158

26,7

2014

19 190

6 000

31,3

14 034

3 467

24,7

3 581

309

8,6

36 805

9 776

26,6

* La catégorie des célibataires inclut des personnes vivant en couple.

**Pour l’année 2006, la répartition de la population selon les rubriques retenues n’est pas disponible.

Source : État civil, commune de Rome.

40• Une deuxième population aisément identifiable est celle des artistes, dont le nombre est certes limité, mais qui, par leur installation résidentielle dans les années 1990 et au début des années 2000, et leur implication dans la vie culturelle locale, contribuent à légitimer la réputation de lieu de culture et de quartier « ouvert » que l’Esquilin a, d’une certaine manière, désormais acquise.

41Lors d’un entretien que nous avons eu avec l’un de ces artistes, celui-ci s’est ainsi exprimé :

« À la fin des années 1990, j’ai décidé de venir vivre à Rome. J’étais un jeune photographe en quête de nouvelles expériences. Je cherchais un logement pas cher et j’ai opté pour l’Esquilin parce que, dans ce quartier, on trouvait facilement des logements peu chers. Mais il y avait des logements pas chers dans d’autres quartiers aussi, même si pas aussi centraux que l’Esquilin. En fait, l’Esquilin avait attiré mon attention parce que ce quartier commençait à devenir un quartier […] disons […] multiethnique. Ici on peut “rencontrer le monde entier” sans voyager. Fantastique ! […] Au début des années 2000, je me suis engagé dans un combat dont je suis fier. Nous avons su qu’un cinéma près de la place Vittorio allait être transformé en salle pour jouer au Bingo. […] Grâce à notre engagement et à notre grande mobilisation, la Municipalité s’est décidée à racheter cette salle au début des années 2000. C’est désormais un centre culturel important. En même temps, nous nous sommes appropriés un local très proche, qui avait été abandonné depuis longtemps après avoir été ravagé par un incendie. Nous l’avons remis à neuf. Il est devenu le siège de notre association [Apollo 11], qui est toujours en première ligne pour défendre le caractère “ouvert” de l’Esquilin, “ouvert au monde” ».

42• La composante étudiante dans la population a eu tendance à s’accroître dans la seconde moitié des années 2000 pour se stabiliser ces dernières années, l’attraction qu’exerce sur eux le quartier étant due notamment à la présence du Département des Études orientales de l’Université de Rome et de différents instituts, et à la possibilité de se loger à des prix modérés, surtout quand on accepte la colocation.

  • 41 Soit environ 4 300 personnes en 2006 et 3 854 en 2014, d’après l’exploitation que nous avons faite (...)

43• La part des personnes âgées (65 ans et plus) dans la population résidente est, quant à elle, relativement élevée et stable : elle se situe aux alentours de 21 à 22 % dans la période 2006-2014 et est ainsi aisément repérable dans le « paysage humain » du quartier – et ce d’autant plus que les plus de 75 ans sont surreprésentés41 (Tab. 3). À de rares exceptions près, ce sont des retraités modestes qui vivent en couple, s’ils ne sont pas veufs ou veuves. Parmi eux, le nombre des étrangers est infime (Tab. 3). La quasi-totalité de ces habitants âgés sont installés de longue date dans le quartier, souvent depuis leur naissance, et beaucoup sont ceux dont la famille y était déjà inscrite. Ils y ont leurs habitudes et leurs pratiques quotidiennes s’y déploient. L’Esquilin contribue fortement à leur identité et, quels que soient l’évolution du cadre bâti, les effets des opérations de requalification, les transformations de l’environnement social, ils n’en partiront point. En quelque sorte témoins d’un Esquilin plutôt populaire, leur maintien sur place peut être considéré comme constituant un frein au processus de gentrification.

44Voici ce que nous a dit une habitante âgée, lors d’un entretien que nous avons eu avec elle :

« Je connais ce quartier comme ma poche. Certes, il a beaucoup changé dernièrement, mais il est resté le même sous certains aspects. Il a conservé son caractère populaire même si de manière un peu différente. J’aime beaucoup ça. Jusqu’à il y a un peu plus de vingt ans, les étrangers étaient très rares. Ils sont nombreux aujourd’hui. Mais, selon moi, il y a encore une ambiance de village dans certains coins du quartier. Je ne pourrais vivre autre part. […] Ma meilleure amie travaille encore. Elle a un petit local ouvert sur la cour de l’immeuble où j’habite depuis toujours. Son appartement est juste à côté. C’est son atelier. […] Elle répare et retouche les vêtements. Elle a de la chance parce que sa petite-fille souhaite faire le même métier. Mais cela va devenir de plus en plus rare. Ce sont désormais les étrangers qui vont prendre le relais. Par exemple, le coiffeur chez qui j’allais habituellement, est parti à la retraite. Une Chinoise a pris sa place. Elle est près de chez moi. Les prix sont très bas. Elle est gentille. […] Elle n’est pas fermée comme apparaissent d’autres Chinois. Les médias peuvent dire ce qu’ils veulent. Certains journalistes disent qu’avec les Chinois, la cohabitation est difficile. Mais il faut dire, d’abord, que les enfants sont beaucoup plus ouverts, la plupart parlent avec un accent typiquement romain, comme pas mal d’habitants de l’Esquilin par ailleurs, et, ensuite, que si on discute entre copropriétaires ou locataires italiens et chinois, c’est autour de questions futiles. Par exemple, les Italiens se plaignent des mauvaises odeurs qui se répandent des cuisines des Chinois dans les parties communes des immeubles […] ».

Tableau 3. Population résidente de l’Esquilin : répartition par groupes d’âge, avec ventilation population totale/population étrangère, en 2006 et 2014.

2006

2014

Ensemble
de la pop.

dont pop. étrangère

Ensemble
de la pop.

dont pop. étrangère

Nb.

Nb.

%

Nb.

Nb.

%

0-9 ans

2 470

528

21,4

2 829

838

29,6

10-19 ans

2 375

448

18,9

2 512

585

23,3

20-29 ans

3 255

806

24,8

3 780

1 639

43,4

30-39 ans

5 872

1 673

28,5

5 588

2 688

48,1

40-49 ans

6 544

1 695

25,9

6 375

1 951

30,6

50-59 ans

5 568

1 081

19,4

5 602

1 221

21,8

60-65 ans

2 449

348

14,2

2 330

364

15,6

65-75 ans

4 071

407

10,0

3 895

359

9,2

+ 75 ans

4 279

384

9,0

3894

131

3,4

Total

36 883

7 370

20,0

36 805

9 776

26,6

Source : État civil, commune de Rome.

45• Un dernier changement, d’importance majeure, est mesurable : la forte augmentation, en valeur absolue et en part relative, de la population étrangère. Celle-ci ne comptait que pour 6 % de la population résidente en 1991 (1 558 sur 24 654 résidents) ; pour 11 % en 2001 (4 244 sur 38 586 résidents) ; pour 25 % en 2011 (9 302 sur 37 222 résidents) ; tandis que, avec un effectif de pratiquement 10 000, elle en représente plus du quart aujourd’hui (28 % en 2015). La population allochtone de l’Esquilin est donc devenue, en un peu plus de deux décennies à peine, une composante essentielle de sa population résidente (+ 530 % entre 1991 et 2015) (Tab. 4 et 5).

Tableau 4. Population résidente de l’Esquilin : population de nationalité italienne et étrangers, de 1991 à 2014.

Population de nationalité italienne

Population étrangère

Total

En nombre

soit en %

En nombre

soit en %

1991

23 096

94,0

1 558

6,0

24 654

2001

34 342

89,0

4 244

11,0

38 586

2006

29 513

80,0

7 370

20,0

36 883

2008

28 688

78,3

7 932

21,7

36 620

2010

28 257

75,6

9 126

24,4

37 383

2012

27 821

73,2

10 158

26,8

37 979

2014

27 029

73,4

9 776

26,6

36 905

Source : État civil, commune de Rome.

  • 42 Les chiffres des trois derniers recensements de la population en attestent :
    Recensement 1991 : 356  (...)
  • 43 Actuellement, de 11 à 13,50 €/m² par mois à l’Esquilin et de 24 à 28 €/m² par mois dans le centre h (...)

46Ces transformations se sont produites en peu de temps, puisque le mouvement s’est dessiné dans les années 1990, au moment où l’Italie accueillait ses premières vagues migratoires qui, dès cette époque, étaient de grande ampleur42. Ces arrivées modifient sensiblement la composition « ethnique » du quartier : entre 1990 et 1995, 42 % des nouveaux habitants installés dans le quartier étaient étrangers et 58 % Italiens (Source : État civil, commune de Rome). D’une manière assez comparable à ce qui s’est produit dans les décennies antérieures avec la migration en provenance du Mezzogiorno, les migrants arrivés de l’étranger considéraient a priori que l’Esquilin ne serait pour eux qu’une étape dans leur parcours : la gare – ferroviaire, mais aussi tête de ligne des autobus et des trains desservant l’aéroport international Léonard de Vinci –, les capacités de logement à bas prix, la possibilité de pratiquer le commerce (informel) ou d’être embauché pour de brèves périodes, la fréquentation de compatriotes, l’existence de réseaux de solidarité, les incitaient à s’installer sur place, mais ils ne considéraient ce séjour que comme temporaire ; un transit, en quelque sorte. Toutefois, une partie d’entre eux – dont nous ne pouvons évaluer la part – a fini par s’établir dans le quartier et, au-delà, a décidé de demeurer à Rome. Or, la pénurie de logements sociaux dans la capitale limite leurs possibilités de logement, alors que, à l’Esquilin, on trouve de nombreux appartements à louer avec des prix de location relativement bas. Assez étonnamment d’ailleurs, ces prix n’ont pas considérablement augmenté après les travaux de réhabilitation et ils demeurent sensiblement inférieurs à ceux des autres quartiers centraux43. Beaucoup de ces logements mis en location sont de fait des appartements dont les propriétaires, anciens résidents du quartier, ou bien sont partis dans un autre quartier ou une autre ville, ou bien sont décédés – auquel cas les héritiers, qui n’y résident pas, préfèrent louer pour bénéficier d’un revenu régulier, même si ce dernier est plutôt modeste. Dans le cas d’une installation dans le quartier, les opportunités d’emploi se trouvaient dans le marché de plein air et se trouvent aujourd’hui au « Nouveau marché Esquilin ». De manière plus générale, c’est le secteur du commerce qui est le plus facilement investi par les étrangers, et c’est aussi le plus « intégrateur » du fait des contacts qu’il favorise. On connaît plusieurs cas d’immigrés qui, d’abord embauchés comme vendeurs dans un magasin ou une boutique, sont parvenus à en devenir le gérant, voire à l’acheter. Quelques autres préfèrent se mettre à leur compte malgré parfois leurs faibles moyens financiers, pour ouvrir un petit commerce proposant des produits bon marché, qui peuvent être des produits provenant de leurs pays d’origine, ou un restaurant modeste, souvent à la cuisine dite « ethnique », ou un fast food offrant une large palette de plats internationaux. Mais le plus grand nombre continue à travailler comme vendeurs, pour la plus grande partie à l’Esquilin, touchant des salaires très bas.

47En analysant les données disponibles auprès de l’ISTAT et des registres d’état civil de la commune de Rome, il ressort que les résidents étrangers de l’Esquilin sont originaires de plus de 140 pays différents. Seuls les ressortissants chinois, bangladais, philippins, polonais, français, roumains, indiens, ukrainiens et nigériens dépassent le seuil des 200 personnes. Mais seuls trois groupes nationaux ont une réelle importance : les Chinois, les Bangladais et les Philippins – les six autres nationalités signalées ne dépassent que de peu les 200 ressortissants. L’évolution récente des effectifs des trois groupes qui pèsent du plus grand poids est cependant disparate. Les Philippins sont de moins en moins nombreux : ils passent de 665 à 581 entre 2006 et 2014. Par contre, Bangladais et Chinois sont en croissance : les premiers étaient 729 en 2006, 996 en 2010 et 1 343 en 2014, soit respectivement 10 %, 11 % et 14 % de la population étrangère résidente à l’Esquilin. Pour les Chinois, leur progression est encore plus nette en valeur absolue (passant de 1 145 à 1 449 entre 2006 et 2010, puis à 2 026 en 2014) et en part relative (respectivement 15,5 %, 16 % et 21 % du total de la population étrangère). C’est notamment grâce à l’augmentation du nombre de Chinois et de Bangladais résidents que la population étrangère de l’Esquilin a progressé de façon remarquable entre 2006 et 2014 (de 7 370 à 9 776, soit + 32,6 %), alors que la population totale restait stable durant la même période (voir supra).

48Le flux des nouveaux arrivants a notamment été entretenu par les chaînes migratoires qui se sont construites à partir des années 1990, et qui se développent de plus en plus, selon un processus typique qui accompagne très souvent les phénomènes migratoires. Les extraits des deux entretiens suivants, que nous avons effectués l’un avec un habitant d’origine bangladaise, l’autre avec un jeune Chinois (18 ans), en apportent la preuve. Voici le premier :

« Quand je suis venu ici, je croyais rester quelques jours avant de poursuivre mon voyage vers l’Angleterre. J’étais hébergé dans une pension modeste près de la gare. Je me suis tout de suite aperçu qu’il y avait beaucoup d’opportunités de travail ici, surtout dans le secteur du commerce. J’ai été embauché comme vendeur dans un magasin du quartier. Mon séjour s’est prolongé de jour en jour. Puis, j’ai décidé de m’établir ici. Entre-temps, j’avais connu d’autres étrangers de différentes nationalités qui travaillaient dans le quartier. Comme nous gagnions peu d’argent, nous avons décidé de devenir colocataires. Et nous nous sommes installés dans le quartier parce que nous travaillions ici et que les loyers étaient bas. Après quelques années, je suis retourné dans mon pays, mais juste pour épouser ma fiancée. Puis, elle m’a rejoint à Rome et j’ai quitté mes colocataires. J’ai loué un appartement dans le quartier. J’y habite avec mon épouse et mes deux enfants. Mais ma maison est toujours ouverte pour mes amis et mes proches. Nous avons hébergé, pendant plusieurs mois, des proches de mon épouse il y a quelques années, avant qu’ils ne trouvent un logement bon marché dans le quartier. Ils ont fini par s’installer à l’Esquilin. C’est comme ça qu’on fait. Nous nous trouvons bien ici. Dès qu’un appartement se libère, nous faisons circuler l’information pour aider ceux qui souhaitent s’installer à l’Esquilin, à trouver un logement dans le quartier […] parce qu’ils travaillent à l’Esquilin. Je connais des gens de plusieurs nationalités. Et j’ai des amis italiens. Nous faisons partie d’une association de parents d’élèves de l’école que fréquentent mes enfants. Nous sommes très impliqués dans cette association ».

49Et le second :

« Je suis né en Chine mais ma petite sœur est née ici. Moi, je suis venu avec ma mère il y a quelques années. J’étais très petit. Mon père s’était déjà installé à l’Esquilin. Il a d’abord été hébergé chez ses amis [Chinois], qui habitaient déjà ici. Ils habitaient ici parce qu’ils y travaillaient. Ils travaillaient dans un magasin du quartier. Ce sont eux qui ont encouragé mon père à rester vivre ici, alors que mon père souhaitait juste passer par ici et aller travailler au Nord [de l’Italie]. Alors mon père a commencé lui aussi à travailler dans un magasin du quartier. Son salaire était très bas. Les choses se sont améliorées après quelque temps, mais pas trop. Il était déjà marié avec ma mère. Dès qu’il a pu, il a fait venir ma mère et moi ici. Ils ont choisi de s’installer dans un appartement qui est dans le même immeuble que celui où habitent deux de leurs amis [Chinois]. Tous les amis de mes parents sont Chinois. La plupart vivent à l’Esquilin et travaillent à l’Esquilin. Ils entretiennent des liens étroits avec la Chine. Mais ils ont beaucoup de contacts avec les Italiens, notamment avec les Italiens du quartier, puisqu’ils travaillent à l’Esquilin. Par contre, mes amis sont de plusieurs nationalités différentes. Mon meilleur ami est Italien. Certains sont mes camarades de classe. Mon établissement scolaire est dans le quartier. Je vais vite terminer mes études et décrocher mon diplôme ».

50Trois points majeurs sont à souligner. D’abord, l’installation dans le quartier d’un nombre de plus en plus grand de jeunes couples d’origine étrangère, généralement avec enfants, ce qui a eu pour conséquence d’éviter le déclin démographique et d’empêcher le vieillissement de la population résidente. En effet, en analysant les données disponibles auprès des registres d’état civil de la commune de Rome, il ressort que si la population résidente totale âgée de 0 à 44 ans est restée stable entre 2006 et 2014 (17 513 personnes en 2006 et 17 852 en 2014), la raison principale en est la forte augmentation de la composante étrangère (4 349 personnes en 2006 et 6 798 en 2014, soit + 56 % environ) (Tab. 5). Les jeunes étrangers (0-19 ans), qui représentaient 20% de leur classe d’âge en 2006, en regroupent 27 % en 2014 ; parmi eux, les 0-9 ans sont passés de 21 à 30 % de la classe d’âge correspondante. Mais l’augmentation est encore plus marquée pour les jeunes adultes : les étrangers âgés de 20 à 29 ans, qui comptaient pour 25 % de leur groupe d’âge en 2006, en réunissent un peu plus de 43 % en 2014 ; les étrangers âgés de 30 à 39 ans, qui comptaient pour 28 % de leur groupe d’âge en 2006, en réunissent un peu plus de 48 % en 2014.

Tableau 5. Population résidente de l’Esquilin : taux d’accroissement 2006-2014, par groupes d’âge, ventilée entre population de nationalité italienne et étrangers.

Population résidente de nationalité italienne

Population résidente étrangère

En nombre

En %

En nombre

En %

0-19 ans

+ 496

+ 9,3

+ 447

+ 45,8

20-44 ans

(dont 20-29 ans)

- 157
(+ 525)

- 1,2
(+ 16,1)

+ 2 002
(+ 833)

+ 59,3
(+ 103,3)

45-65 ans

+ 144

+ 1,3

+ 258

+ 11,6

+ 65 ans

- 561

- 6,7

- 301

- 3,8

Total

- 78

- 0,2

+ 2 406

+ 32 ,6

Source : État civil, commune de Rome.

51Par ailleurs, comme les jeunes familles avec enfants dont les deux parents sont étrangers ne disposent en très grande majorité que de bas revenus, de même que, plus généralement, les nouveaux venus étrangers vivant seuls ou en couple sans enfants, l’installation et la stabilisation de tels ménages modestes ou très modestes dans le quartier a constitué indéniablement un important facteur de « contre-gentrification ».

52Enfin, il est patent de constater que les établissements scolaires situés dans le quartier ont joué et continuent de jouer un rôle essentiel dans l’intégration des enfants des nouveaux arrivants et aussi des élèves dont les parents sont étrangers, ainsi que dans la promotion d’une culture du « vivre-ensemble ». Ceci contribue aussi à la « contre-gentrification ». Les enseignants, les proviseurs et les personnels scolaires ont aussi amené les parents, tant italiens qu’étrangers, de leurs élèves à s’impliquer dans le développement d’activités (soit gratuites, soit payantes, mais en ce cas toujours à tarifs très modiques) ludiques, éducatives, culturelles, artistiques, sportives, conviviales et festives, proposées à des horaires extra-scolaires, ouvertes aux adultes et enfants résidant notamment à l’Esquilin, et à les organiser dans leurs établissements, sinon dans des espaces collectifs du quartier. Pour tout cela, ils ont bénéficié du soutien de la municipalité de Rome.

  • 44 L’Association Genitori Scuola Di Donato [Parents de l’École Di Donato], née en 2003, s’est particul (...)
  • 45 Plusieurs initiatives ont été lancées dans le quartier sous l’impulsion de ces associations, qui on (...)

53Dans le quartier, à ce jour, il existe deux écoles maternelles publiques, deux écoles primaires publiques, un collège public et trois établissements secondaires publics. La quasi-totalité des enfants d’étrangers, très majoritairement de condition modeste, installés à l’Esquilin fréquentent les établissements scolaires du quartier, d’où découle le nombre élevé d’élèves dont les parents sont étrangers, qui y sont inscrits. Ceux-ci sont alors des « laboratoires du vivre-ensemble ». Des méthodes pédagogiques innovantes y sont utilisées et un riche programme d’activités extra-scolaires y est offert, ayant pour but de favoriser le mélange des cultures les plus diverses. Ces méthodes s’inspirent des « valeurs de la cohabitation, du respect réciproque, de la solidarité et du dialogue » (leur devise), toutes valeurs indispensables dans une société constituée de personnes originaires du monde entier. Ceci a attiré plusieurs ménages italiens entre la fin des années 1990 et le début des années 2000 : ayant repéré la qualité pédagogique de ces écoles, de jeunes couples appartenant en grande partie aux couches moyennes salariées ont choisi d’habiter dans ce quartier, afin de permettre à leurs enfants de fréquenter de tels établissements scolaires publics. Dès lors, de plus en plus nombreux sont les habitants, italiens ou étrangers, qui s’investissent dans des associations de parents d’enfants fréquentant les établissements scolaires du quartier, qui ont vu le jour depuis ces années-là44. Elles contribuent à animer la vie sociale et culturelle de l’Esquilin en étant les vecteurs du vivre-ensemble grâce à la promotion qu’elles font en faveur de valeurs telles que la solidarité, l’équité, le partage des savoirs, l’échange social et culturel, la paix et le dialogue entre les peuples. L’action de ces associations se veut inclusive à l’égard des nouveaux venus, et ce dans le double sens du terme : premièrement, l’action que mènent les associations vise à intégrer les résidents étrangers dans la société locale45, et, deuxièmement, elles constituent une réelle opportunité de participation à la vie de la cité pour les nouveaux arrivants, car bien nombreux sont les parents étrangers qui en font partie à côté des parents italiens, tous ensemble engagés dans la promotion de bonnes pratiques citoyennes. Dans le sillage de ces associations de parents d’élèves, à la fois éducatives et militantes, s’est constitué dans le quartier un mouvement associatif dynamique et dont la « réputation » dépasse les frontières de l’Esquilin. Il agrège des associations dont les unes se sont créées et développées parallèlement aux transformations, « physiques » et sociales, engagées par le programme de requalification urbaine, et dont les autres sont de création plus récente. Les premières sont nées des initiatives des résidents eux-mêmes et ont des activités en rapport avec les centres d’intérêt locaux. Les secondes se sont constituées autour d’objectifs d’un autre ordre (associations antiracistes, syndicales, etc.) ; elles ne procèdent pas nécessairement d’initiatives locales et n’ont pas comme finalité principale la défense des intérêts du quartier (Mattina, 2010). Mais elles sont venues s’installer à l’Esquilin parce que celui-ci possède désormais une réputation qui les y attire. Quoi qu’il en soit, les unes comme les autres contribuent à animer et à dynamiser la vie du quartier. Finalement, le riche patrimoine associatif de l’Esquilin constitue désormais un trait favorablement distinctif du quartier.

54Si les actions des associations et des militants sont effectivement parvenues à freiner le processus de gentrification de l’Esquilin, voire à générer des facteurs de « contre-gentrification », elles ont été bien aidées, en ce sens, par la stratégie que la municipalité de Rome a élaborée pour la mise en œuvre de son plan de requalification urbaine. En s’engageant à associer les habitants à l’élaboration de ce plan et à sa réalisation, la Municipalité a fait le choix de ne pas « chasser » les habitants. Pour ce faire, elle a adopté des mesures pour aider à leur maintien sur place, rendant le quartier plus agréable à vivre pour tous, mesures qui se sont ajoutées aux subventions et aides – précédemment évoquées – pour l’amélioration de l’habitat. Il en allait en effet de la crédibilité de son discours prônant la « participation » (Fig. 10) et de la possibilité de fabriquer un consensus pour mener à bien la réalisation de son programme et en assurer une gestion efficace. Soit, en l’occurrence, une tentative pour réconcilier les deux « faces » contradictoires de la gouvernance, pour reprendre l’expression utilisée par J.-P. Gaudin (2017, p. 70), c’est-à-dire participation citoyenne égalitaire et gestion performante de la chose publique, de sorte que celle-ci soit efficace et efficiente, devant se concentrer sur les résultats requis par des politiques publiques axées expressément sur la performance, à évaluer en termes de bilan coût/bénéfice, et sur l’atteinte des objectifs fixés à l’avance. En s’impliquant dans la préparation du programme et en étant associés à la discussion de ses options, les habitants, du moins ceux les plus enracinés dans le quartier, ont ainsi eu la possibilité de mieux se l’approprier ; ce que la municipalité de Rome n’a pas entravé. Au contraire, elle a généralement appuyé les initiatives promues par les habitants, visant à rendre le quartier le plus participatif possible.

Figure 10. La participation des habitants au programme de requalification.

Figure 10. La participation des habitants au programme de requalification.

La banderole porte l’inscription « Comité participatif de la place Vittorio. Le jardin de la place Vittorio : notre coup de cœur ».

Cliché : S. Volpe, 2017.

55S’ajoute à cela le fait que d’autres composantes du programme municipal visaient explicitement à freiner la gentrification. Ainsi en est-il, comme nous l’avons déjà signalé, des dispositions prises pour limiter l’installation dans le quartier de commerces haut de gamme, d’enseignes internationales ou de magasins franchisés, dans le but, entre autres, de sauvegarder le caractère très populaire du marché de l’Esquilin ; ou encore des efforts entrepris, et couronnés de succès, pour faire de la place Vittorio un symbole du nouveau visage du quartier, attractif et expression de son identité plurielle.

Conclusion

56Les études sur la gentrification identifient trois situations dans lesquelles les processus d’embourgeoisement d’un quartier se produisent. Ce processus peut résulter, en premier lieu, de la mise en place d’une politique publique présentée comme « [une] politique de régénération urbaine », alors qu’elle est en réalité une « politique de gentrification » (Rousseau, 2008). Dans un deuxième cas, il peut s’agir plutôt de l’action de « forces économiques » qui cherchent à tirer profit de ces transformations sociales, dans l’espoir d’en engranger les plus gros bénéfices (Smith, 1996). Un troisième cas de figure correspond à l’intervention d’acteurs sociaux censés en être les protagonistes, ceux que Bidou-Zachariasen et Poltorak (2008) désignent comme des « gentrifieurs », en tant que, pour ces auteurs, ce sont les « acteurs de l’embourgeoisement » des quartiers touchés par ce phénomène. Quoi qu’il en soit des causes identifiées ou des acteurs jugés déterminants, le processus de gentrification se produit à la suite d’opérations de réhabilitation, d’amélioration de l’habitat existant et de revitalisation de l’espace urbain.

57Mais, dans le cas de l’Esquilin, cela n’a pas été le cas : la réhabilitation et la revitalisation de ce quartier ne se sont pas accompagnées de son « embourgeoisement », ce qui nous autorise à considérer d’un œil plus critique la mise en relation quasi automatique du processus de gentrification avec la réhabilitation de l’habitat existant et la requalification urbaine. Car, à l’Esquilin, la combinaison particulière de différents facteurs s’est révélée avoir des effets anti-ghettoïsation et anti-gentrification, ce qui a produit une évolution « inédite » d’un quartier ancien du centre d’une capitale, qui a fait l’objet d’un ambitieux programme de requalification urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Authier J.-Y., Bidou-Zachariasen C. (dir.), 2008, « La gentrification urbaine », Espaces et Sociétés, no 132-133.

Bauman Z., 2000, Missing Community, Cambridge, Polity Press.

Bidou-Zachariasen C. (dir.), 2003, Retours en ville : des processus de « gentrification » urbaine aux politiques de « revitalisation » des centres, Paris, Descartes & Cie.

Bidou-Zachariasen C., Poltorak J.-F., 2008, « Le “travail” de gentrification : les transformations sociologiques d’un quartier parisien populaire », Espaces et sociétés, 1-2, no 132, p. 107-124.

Bocquet D., 2007, Rome, ville technique (1870-1925). Une modernisation conflictuelle de l’espace urbain, Rome, Publications de l’École française de Rome.

Bracalenti R., Montuori M.A., Saraceno N., Staderini D., Wallman S., 2009, Esquilino Pigneto. Modelling Neighbourhood Systems, Rome, Edup.

Burgess E.W., 1925, The Growth of the City: An Introduction to a Research Project”, p. 47-62, in Park R.E., Burgess E.W., McKenzie R.D. (eds), The City, Chicago, The Chicago University Press

Colomb C., 2006, « Le New Labour et le discours de la “Renaissance urbaine” au Royaume-Uni. Vers une revitalisation durable ou une gentrification accélérée des centres-villes Britanniques ? », Sociétés contemporaines, 3, no 63, p. 15-37.

Comunità di Sant’Egidio, 2012, Rapporto sulla povertà a Roma e nel Lazio, Milan, Francesco Mondarori.

Corbetta P., 2011, La ricerca sociale : metodologia e tecniche, Bologne, Il Mulino.

Clerval A., 2008, La Gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse de doctorat en Géographie, Université de Paris I.

Creswell J.W., 2003, Research design: qualitative and quantitative and Mixed Methods Approaches, Thousand Oaks CA, Sage Publications Inc.

Creswell J.W., Plano Clark V.L., 2006, Designing and Conducting Mixed Methods Research, Thousand Oaks CA, Sage Publications Inc.

Djament G., 2005, « Le débat sur Rome capitale. Géohistoire d’un choix de localisation », L’Espace géographique, no 4, p. 367-380.

Donzelot J., 2004, « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, no 3-4, p. 14-39.

Elkadi H., Forsyth K., 2009, Piazza Vittorio. Identity and Meaningful Place Making, Rome, Edup.

Fijalkow Y., Préteceille E., 2006, « Gentrification : discours et politiques urbaines (France, Royaume-Uni, Canada) », Sociétés Contemporaines, no 63, p. 5-13.

Gaudin J.-P., 1997, « Accueil institutionnel et hospitalité », Communications, no 65, p. 91-98.

Gaudin J.-P., 2017, La Gouvernance à double-face. Declinazioni e contraddizioni [trad. en italien par S. Volpe, Rome, Aracne].

Glass R., 1963, Introduction to London: Aspects of Change, Londres, Centre for Urban Studies.

Guba E.G. (dir.), 1990, The Paradigm Dialog, Newbury Park, Sage.

Hamnett C., 1997, « Les aveugles et l’éléphant : l’explication de la gentrification », Strates, no 9, p. 55-80.

Johnson R.B., Onwuegbuzie A.J., 2004, “Mixed Methods Research: A Research Paradigm Whose Time Has Come”, Educational Researcher, no 33, p. 14-26.

Lees L., 2003, “Visions of Urban Renaissance: The Urban Task Force Report and the Urban White Paper”, in Imrie R., Raco M. (eds), Urban Renaissance? New Labour, Community and Urban Policy, Bristol, Policy Press.

Ley D., 1996, The New Middle Class and the Remarking of the Central City, Oxford/New York, Oxford University Press.

London B., 1980, “Gentrification as urban reinvasion: some preliminary definitional and theoretical considerations”, p. 77-92, in Laska S.B., Spain D. (eds), Back to the City, New York, Pergamon Press.

Marchal H., Stébé J.-M., 2010, La Sociologie urbaine, Paris, Presses universitaires de France.

Mattina L., 2010, I gruppi di interesse, Bologne, Il Mulino.

Palen J.J., London B. (eds), 1984, Gentrification, Displacement and Neighbourhood Revitalization, Albany, NY, State University of New York Press.

Park R.E., Burgess E.W., McKenzie R.D. (eds), 1925, The City, Chicago, The Chicago University Press.

Ranaldi I., 2014, Gentrification in parallelo. Quartieri tra Roma e New York, Rome, Aracne.

Rousseau M., 2008, « “Bringing politics back in” : la gentrification comme politique de développement urbain ? Autour des “villes perdantes” », Espaces et sociétés, 1, no 132-133, p. 75-90.

Schaffer R., Smith N., 1986, “The gentrification of Harlem?”, Annals of the Association of American Geographers, vol. 76, p. 347-365.

Secchi B., 2013, La città dei ricchi e la città dei poveri, Rome/Bari, Laterza.

Seronde-Babonaux A.-M., 1980, De l’urbs à la ville : Rome, croissance d’une capitale, Aix-en-Provence, Édisud.

Smith N., 1996, The New Urban Frontier. Gentrification and revanchist city, Londres/New York, Routledge.

Smith N., 2002, New globalism, new urbanism: gentrification as global urban strategy”, Antipode, 34(3), p. 427-450.

Smith N., 2003, « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la régénération urbaine comme stratégie urbaine globale », p. 45-72, in Bidou-Zachariasen C. (dir.), Retours en ville, Paris, Descartes & Cie.

Tashakkori A., Creswell J.W., 2008, “Mixed methodology across disciplines”, Journal of Mixed Methods Research, 2(1), p. 3-6.

Tashakkori A., Teddlie C., 2003, Handbook of mixed-methods in social & behavioral research, Thousand Oaks CA, Sage Publications Inc.

Teddlie C., Tashakkori A., 2009, Foundations of Mixed Methods Research Integrating Quantitative and Qualitative Approaches in the Social and Behavioral Sciences, Thousand Oaks CA, Sage Publications Inc.

Témime É., 1995, Marseille transit, les passagers de Belsunce, Paris, Autrement.

Volpe S., 2015, Quels droits politiques pour les non-citoyens ? Genèse de l’expérience de représentation à Rome (2000-2008), Thèse de doctorat en Science politique, sous la dir. de J.-P. Gaudin, Institut d’Études politiques d’Aix-en-Provence.

Wirth L., 1925, Comunity Life and Social Policy, Chicago, The University of Chicago Press.

Wirth L., 1928, The Ghetto, Chicago, Phoenix Edition [trad. française, 2006, Presses universitaires de Grenoble].

Haut de page

Notes

1 L’Esquilin se situe dans le secteur sud-est du centre-ville, hors donc des quartiers dits de la Renaissance (boucle du Tibre : rioni Ponte, Regola, Parione, S. Eustachio). Le quartier se trouve inscrit dans un arc de cercle qui le ferme dans sa partie occidentale, constitué du sud au nord par le Caelius, le Palatin, le Capitole et le Viminal, quatre collines de Rome.

2 Le maire, Francesco Rutelli, était de centre-gauche, de même que la majorité au conseil municipal qui le soutenait. En 2001, un autre maire de centre-gauche, Walter Veltroni, lui a succédé. Lui aussi disposait d’une majorité de centre-gauche au sein du conseil municipal de Rome.

3 Sur ce sujet, les travaux de l’École de Chicago font encore référence aujourd’hui.

4 Le sens à attribuer ici à ce terme fait contrepoint au sens qu’il revêt dans l’ouvrage de R. Glass (1963). En effet, celle-ci considère le phénomène de la gentrification comme une « anomalie » dans le processus de transformation de la ville au XXe siècle, étant perçu comme très particulier et localisé. Cette thèse a été par la suite critiquée et remise en question par de nouvelles études consacrées à ce phénomène, qui traite de la gentrification comme d’un phénomène « généralisé » (Smith, 2003).

5 Par droits sociaux, on entend toute une série de droits qui relèvent de l’État Providence : droits en matière de scolarisation, d’accès aux soins, d’emploi, de couverture sociale, d’accès au logement social, etc.

6 En situation d’observation semi-participante, le chercheur joue un rôle un peu moins actif qu’en situation d’observation participante.

7 Tous les entretiens avec les cadres de la municipalité de Rome et certains de ceux avec des acteurs politiques locaux se sont déroulés dans leurs bureaux au siège de la commune. Les autres entretiens ont été réalisés soit en un lieu public, soit au domicile de tel ou tel acteur interviewé, soit au siège de telle ou telle association, soit, enfin, au siège de tel ou tel journal (dans le cas des journalistes).

8 Ne pouvant ici nous étendre sur les différences entre une « conversation occasionnelle » et un « entretien », nous renvoyons à P. Corbetta, 2011.

9 Les six autres sont le Capitole, le Viminal, le Palatin, l’Aventin, le Caelius et le Quirinal.

10 Le mur d’Aurélien est une enceinte fortifiée construite dans la seconde moitié du IIIe siècle ap. JC par les empereurs Aurélien et Probus. Il constitue la limite du Centro Storico de Rome.

11 La ville (commune) de Rome est divisée en 116 quartiers qui sont des subdivisions toponymiques et historiques de la ville. Dans le centre historique, les quartiers sont désignés par le terme de rioni (rione au singulier) ; pendant longtemps au nombre de 18, on en compte désormais 20 après le rattachement récent de ceux du Borgo et de Prati (situés sur la rive droite du Tibre). Ces deux derniers quartiers se situent à l’extérieur de l’enceinte fortifiée (mur d’Aurélien). Tous les autres se trouvent à l’intérieur de cette enceinte, à l’exception de la partie nord du quartier du Trastevere. Celui-ci est entouré du mur du Janicule (Fig. 1 et 2).

12 L’équivalent, à Rome, des arrondissements de la ville de Paris sont les municipi (municipio au singulier), dont l’ancienne dénomination était – entre 1972 (décision du conseil municipal no 693 du 11 février 1972) et 2001 (décision du conseil municipal no 22 du 19 janvier 2001) – circoscrizioni (circoscrizione au singulier). Ce sont des subdivisions administratives de la ville de Rome, au nombre de 20, puis 19 en 1992, et 15 depuis 2013. Le Centro Storico correspond au premier arrondissement (Municipio I), lequel réunit 8 des 155 « zones urbanistiques », à savoir Centro Storico, Trastevere, Aventino, Testaccio, Esquilino, XX Settembre, Celio et Zona archeologica.

13 La ville de Rome est divisée en 19 arrondissements depuis 1992 et jusqu’en 2013. En 2013, des changements ont été opérés à la suite de la décision du Conseil municipal no 11 du 11 mars 2013 : d’abord les arrondissements I et XVII, puis les II et III, ensuite les VI et VII, et enfin les IX et X ont été couplés et par la suite fusionnés. Aujourd’hui, on ne compte plus que 15 arrondissements dans la ville de Rome. L’Esquilin a toujours fait partie du 1er arrondissement.

14 À partir de mars 2013, à la suite de la même décision du Conseil municipal (voir note précédente), deux autres quartiers (Prati et Borgo), au nord de Trastevere – rive droite du fleuve Tibre –, ont été englobés au 1er arrondissement.

15 La via Nazionale réunit les quartiers en construction sur l’Esquilin au centre ancien.

16 Dans le Chapitre X : « Lecture institutionnelle de l’urbanisme. Interprétation spatiale du gouvernement urbain » de l’ouvrage qu’il a consacré à Rome, ville technique (1870-1925), D. Bocquet (2007) replace la question de la planification urbaine dans le cadre des tensions existantes entre la mairie de Rome (devenue italienne), aux mains de la grande noblesse catholique proche du Vatican, et l’État italien. Elle craint que ce dernier, par le biais de la planification urbaine sous l’égide de son ministère des Travaux publics, prive les Catholiques de leur pouvoir sur une ville « qu’ils n’ont pas renoncé à contester à l’État italien ». De fait, c’est dans les rares moments où les administrations municipales « appartiennent au camp progressiste » que les trois premiers plans régulateurs ont été votés (1873, 1883, 1909).

17 C’est le pape Sixte V (Felice Peretti) qui a fait construire cette Villa, près des thermes de Dioclétien (seconde moitié du XVIe siècle). On l’appelait aussi Villa Montalto, car Montalto était la commune d’origine de sa famille.

18 La Porte Majeure a été construite en 52 ap. J.C., sous l’empereur Claude, et intégrée au mur d’Aurélien lors de la construction de ce dernier.

19 On trouvera une figure montrant les différentes dates de construction des îlots de l’Esquilin (rione Esquilino) dans l’ouvrage d’A.-M. Seronde-Babonaux (1980, p. 81).

20 La trame urbaine, strictement orthogonale, s’inspire (ou reproduit) de ce qu’on nomme en Italie le modèle piémontais (dont l’exemple est Turin). Ce type de plan est désigné aussi, en urbanisme, par les adjectifs de hippodaméen, en damier, en échiquier, quadrillé, ou de type romain (car reprenant le plan du castrum).

21 Pour une analyse aussi précise que possible, compte tenu des sources disponibles, de l’évolution de la population de Rome entre la fin du XIXe et le milieu du XXe selon les rioni et quartieri de résidence, voir Seronde-Babonaux, 1980.

22 L’évolution de la population et les transformations de sa composition (sociale, ethnique) seront étudiées dans un paragraphe ultérieur.

23 Les immeubles composant le parc immobilier de l’Esquilin avaient été construits, pour 94 % d’entre eux, avant 1945.

24 Les majorités municipales ont fait se succéder à Rome des maires de gauche ou de centre-gauche (1993-2008), de droite et de centre-droit (2008-2013), avant un retour du centre-gauche (2013-2015), puis un succès du mouvement « 5 étoiles » (2016).

25 À titre d’exemple, on peut mentionner le cas de l’Ambra Jovinelli. Il s’agit d’un théâtre, de style Liberty (Art Nouveau), inauguré le 3 mars 1909. Après avoir été gravement affecté par un incendie accidentel survenu en avril 1982, il était resté fermé pendant de longues années. Ce n’est qu’à la fin des années 1990 que d’importants travaux de restauration ont redonné vie au bâtiment du théâtre. Celui-ci a ainsi pu être réouvert au public en janvier 2001. Depuis lors, chaque année, ce théâtre propose un programme très riche (notamment comédies et spectacles d’humoristes), qui attire de nombreux spectateurs de toute la ville et au-delà.

26 L’Acquario Romano ou Aquarium romain doit son nom à une construction qui, à l’origine, devait abriter un grand aquarium et des installations de pisciculture. Inauguré en 1887, de pur style umbertien, il était entouré d’un « grand jardin ». Transformé en dépôt d’un théâtre voisin, parfois utilisé pour des foires, il avait subi les irrémédiables atteintes du temps et sa réutilisation nécessitait de gros investissements.

27 Le bâtiment où s’est installé l’Institut Confucius est l’un de ceux qui a été entièrement rénové dans le cadre du programme de requalification du quartier de l’Esquilin.

28 Voir, entre autres, la décision du conseil municipal de Rome no 187-2003.

29 Voir, la décision du conseil municipal de Rome no 5-2003.

30 La gentrification est un processus complexe dont les causes sont multiples et qui revêt, de ce fait, des formes très variées : dans le cas du rione Testaccio, la « gentrification de consommation » est bien plus marquée que la « gentrification résidentielle ».

31 Il s’agit d’un orchestre de 18 musiciens, originaires de dix pays différents, y compris l’Italie, dont la création remonte à 2002 et résulte de la volonté et de l’impulsion d’un groupe d’intellectuels et d’artistes italiens. Cette création, appuyée par la municipalité de Rome, avait pour ambition de fondre plusieurs « mémoires » et sonorités différentes qui s’exprimeraient à travers la langue universelle que constitue la musique. Mais elle voulait aussi procurer une seconde chance à des musiciens étrangers, arrivés en Italie depuis quelques années, qui ne gagnaient pas convenablement leur vie et vivaient dans des conditions déplorables.

32 Étant présente dans le quartier pour y mener mes enquêtes, j’ai pu assister à cette fête – parmi d’autres événements qu’il m’a été donné d’observer. Son programme était d’une grande richesse : les matinées étaient consacrées aux enfants souhaitant présenter leurs projets au sujet du « vivre ensemble », les après-midis et soirées à de nombreux ateliers, séminaires et présentations d’ouvrages d’écrivains italiens et étrangers portant sur le même sujet.

33 Comme en témoigne, par exemple, le numéro du 4 novembre 2003 de La Repubblica, un quotidien national de grande diffusion.

34 Pour le cas du Royaume-Uni, voir Colomb (2006) et Lees (2003) qui, dans leurs analyses, tentent de clarifier le lien entre la stratégie de « Renaissance urbaine », prônée par le New Labour, et la gentrification.

35 Il s’agit de deux phénomènes qui se renforcent mutuellement. La dégradation du cadre bâti et de l’environnement de l’Esquilin a sans doute été le motif principal du départ de nombre de ses résidents. En outre, plusieurs appartements, bien que non délabrés, manquaient alors du confort moderne, car ils étaient situés dans des immeubles construits de nombreuses années auparavant. Nombre de leurs habitants les ont donc quittés dans cette période-là, pour aller s’installer dans des appartements neufs, plus confortables, se trouvant dans des immeubles qui venaient d’être construits en nombre dans des quartiers moins centraux de la ville. Ce phénomène est bien connu et répandu, ayant intéressé plusieurs villes européennes à partir de l’après-guerre.

36 La composition du groupe qui réunit veufs/veuves et divorcés/divorcées est de 66 % pour les premier(e)s et 34 % pour les second(e)s en 2006 ; et de 60 % - 40 % en 2014 (Source : État civil, commune de Rome).

37 Source : ISTAT, Recensement de la population, année 2011.

38 Voir Rapporto sulla povertà a Roma e nel Lazio, 2014.

39 Source : ISTAT, Recensements de la population, années 1991 et 2011.

40 La méthode principale utilisée par l’ISTAT pour la collecte des données statistiques est celle du recensement, dont l’exploitation s’effectue à partir des questionnaires remplis par la population concernée. La première difficulté qui en découle est l’absence de données entre deux recensements et l’impossibilité dans laquelle l’on se trouve de mesurer les évolutions démographiques année après année. En second lieu, il convient de ne pas oublier que les données issues des recensements sont incomplètes et imparfaites. Elles sous-estiment, dans des proportions variables, la population recensée, car un nombre indéfini de personnes ne remplit pas, pour les raisons les plus variées (personnes impossibles à joindre ou bien absentes de leur domicile lors du passage de l’agent recenseur, personnes temporairement absentes ou absentes de longue durée, personnes qui refusent de répondre bien que tenues de le faire, etc.), les formulaires préparés pour réaliser les recensements généraux de la population. De surcroît, on ne peut exclure que des erreurs ou des imprécisions soient parfois commises en remplissant les formulaires des recensements, ni que certaines informations ne soient pas fournies, que ce soit par négligence, manque de temps ou sciemment. À tout cela, s’ajoute le fait que le chercheur ne peut y trouver de réponse précise à certaines questions, comme par exemple celle de savoir avec précision et sans délai quelle est la destination de ceux qui quittent le territoire recensé pour aller habiter ailleurs.

41 Soit environ 4 300 personnes en 2006 et 3 854 en 2014, d’après l’exploitation que nous avons faite des registres de l’État civil de la commune de Rome ; soit, respectivement, 51,2 % et 51 % de la population résidente âgée de plus de 65 ans.

42 Les chiffres des trois derniers recensements de la population en attestent :
Recensement 1991 : 356 159 ressortissants étrangers résidents en Italie dont 48 168 à Rome ; Recensement 2001 : 1 334 889 ressortissants étrangers résidents en Italie dont 98 427 à Rome ; Recensement 2011 : 4 570 317 ressortissants étrangers résidents en Italie dont 224 493 à Rome.

43 Actuellement, de 11 à 13,50 €/m² par mois à l’Esquilin et de 24 à 28 €/m² par mois dans le centre historique ; Source : Agence du Territoire, Ministère de l’Économie et des Finances.

44 L’Association Genitori Scuola Di Donato [Parents de l’École Di Donato], née en 2003, s’est particulièrement distinguée, étant extrêmement active. En 2006, 37 % des élèves de cette école publique étaient étrangers (notamment ressortissants d’Albanie, du Pérou, d’Inde, de Corée, de Colombie, de Moldavie, du Maroc, du Bangladesh, des Philippines, de Chine, de Roumanie, d’Iran, d’Ukraine, d’Éthiopie, d’Équateur, de Madagascar). En 2014, environ 50 % des élèves étaient étrangers (dont 85 % étaient nés à Rome), ayant des parents originaires de 45 pays différents. À noter que, en Italie, tous ceux qui naissent sur le sol italien ne sont pas automatiquement ressortissants italiens : la loi dispose que « l’étranger né en Italie, qui y réside légalement sans interruption jusqu’au moment où il atteint l’âge de sa majorité, devient citoyen italien s’il déclare vouloir acquérir la citoyenneté [= nationalité] italienne au bout d’un an à compter de la date de son dix-huitième anniversaire » (deuxième alinéa de l’article 4 de la loi no 91-1992, Nouvelles normes sur la citoyenneté).

45 Plusieurs initiatives ont été lancées dans le quartier sous l’impulsion de ces associations, qui ont été appuyées par la municipalité. Deux exemples parmi d’autres : une « ludothèque du Monde » y a été ouverte, gérée par les mêmes parents (bénévoles), italiens et étrangers, des enfants du quartier, où adultes et enfants peuvent se retrouver quand ils le veulent et partager des moments ensemble ; à leur demande, deux paniers de basket ont été installés par la municipalité dans le grand jardin public de la place Vittorio, pour que les plus jeunes, italiens et étrangers, puissent jouer ensemble et se socialiser grâce à ce sport.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le mur d’Aurélien.
Crédits Source : Base cartographique UOS de Rome.Cartographie : S. Volpe & Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 2. Les 19 arrondissements de la ville de Rome (1992-2013)13 et les 18 quartiers composant le 1er arrondissement (jusqu’en 2013)14.
Crédits Source : Base cartographique UOS de Rome.Cartographie : S. Volpe & Fl. Troin • CITERES 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 3. Immeubles à portiques, place Vittorio.
Crédits Cliché : S. Volpe, 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-3.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Figure 4. Quartier de l’Esquilin, avec ses lieux centraux : place Vittorio et gare centrale Termini.
Crédits Source : Base cartographique du GEO-SITR (Système informatif territorial régional).Cartographie : S. Volpe.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-4.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 5. Travaux de restauration en cours dans le quartier de l’Esquilin.
Crédits Cliché : S. Volpe, 2014.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 6. Le Musée national d’Art oriental de Rome.
Crédits Cliché : S. Volpe, 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-6.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Figure 7. Panneau d’information sur l’opération municipale de requalification de la place Vittorio Emanuele II.
Crédits Cliché : S. Volpe, 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-7.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Figures 8a et 8b. Le grand jardin public au cœur de la place Vittorio.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-8.png
Fichier image/png, 2,8M
Crédits Clichés : S. Volpe, 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-9.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Figure 9. Restes de la fontaine antique dite Trofei di Mario (226 ap. J.C.), place Vittorio.
Crédits Cliché : S. Volpe, 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-10.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Figure 10. La participation des habitants au programme de requalification.
Légende La banderole porte l’inscription « Comité participatif de la place Vittorio. Le jardin de la place Vittorio : notre coup de cœur ».
Crédits Cliché : S. Volpe, 2017.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2224/img-11.png
Fichier image/png, 4,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stella Volpe, « L’Esquilin, un quartier central de Rome objet d’un programme de réhabilitation urbaine (1990-2015). Un cas de gentrification en trompe-l’œil ? », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 31 | 2019, mis en ligne le 26 septembre 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/emam/2224 ; DOI : 10.4000/emam.2224

Haut de page

Auteur

Stella Volpe

Docteure en Science politique, CHERPA (Croyances, Histoire, Espaces, Régulation politique et administrative), Sciences Po Aix

dr.s.renard@outlook.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page