Navigation – Plan du site
Une histoire coloniale. La France, "puissance chrétienne"

Une diplomatie religieuse de la France, du xixe siècle à nos jours

la préoccupation française en Terre sainte/Palestine/Israël en direction des chrétiens latins et unis
French religious diplomacy (from the nineteenth century to the present).
French concerns in the Holy Land (Palestine/Israel) about Uniates and Latin Christians
Dominique Trimbur

Résumés

Au-delà d’imaginaires, voire de clichés, au-delà de prises de position souvent rhétoriques et peu suivies d’effet, l’actualité, le plus souvent malheureuse, des « chrétiens d’Orient » permet de revenir sur la place qu’ils occupent dans la diplomatie française. La contribution se propose d’exposer l’historique de la préoccupation française pour les chrétiens de Terre sainte (les actuels territoires d’Israël et de Palestine), comme d’exposer les instruments de la diplomatie française, à Paris et sur place, avec une focalisation sur les latins et les unis qui incarnent les principales clientèles visées par cette diplomatie religieuse. Au terme de cette brève présentation, il sera tenté d’évaluer la réussite, ou non, de cette politique et son actualité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Monde, 09/06/2018 : « En Irak, Laurent Wauquiez se cherche une stature. Dans le sillage de Franç (...)
  • 2 La Croix, 09/11/2017 : « Que reproche l’Église de France à l’association SOS Chrétiens d’Orient ? »
  • 3 Campagnes publicitaires régulières, encarts par exemple dans le magazine L’Histoire, au-delà de pub (...)
  • 4 Ziadé R. (dir.), Chrétiens d’Orient. 2 000 ans d’histoire, Paris, Gallimard/Institut du monde arabe (...)

1Les développements dramatiques de la décennie en cours ravivent le souvenir d’une relation particulière de la France, de sa diplomatie et de ses milieux politiques, aux « chrétiens d’Orient ». Leur fragilité dans les bouleversements du Moyen-Orient, leur fuite devant les risques de massacres, ou les massacres effectifs, suscitent l’émotion et la mobilisation de certains hommes politiques français : on a assisté ces dernières années aux visites sur place de personnalités politiques, notamment de droite, voire au lancement de nouvelles initiatives1, et à l’établissement de réseaux proches de formations d’extrême-droite notamment2. Des organismes anciens sont placés sous les feux de l’actualité, et leur existence dépasse désormais les cercles restreints qui leur étaient coutumiers : l’Œuvre d’Orient, qui a célébré dans une relative indifférence ses cent cinquante ans en 2006 (Croce, 2010), fait désormais l’objet de publicités dans le métro parisien ou dans des magazines destinés à un lectorat non forcément catholique3. Tandis que l’Institut du monde arabe, financé notamment par des États sunnites, s’est récemment intéressé aux « chrétiens d’Orient », minorités de plus en plus minoritaires dans ces États, avec une exposition qui a rencontré un franc succès et dont le catalogue a rendu une constellation bien plus populaire que les études savantes parues ces dernières années4.

  • 5 La Croix, 13/09/2017 : « Bibliothèques d’Orient, la sauvegarde numérique d’un patrimoine menacé ».
  • 6 Séminaires de B. Heyberger à l’EPHE (« Anthropologie historique des Chrétiens en Islam », 2018-2019 (...)
  • 7 http://www.reseaubarnabe.org/ [consulté le 15/04/2020].
  • 8 « Renforcer l’action de la France dans la protection du patrimoine du Moyen-Orient et le soutien au (...)
  • 9 La Croix, 22/01/2020 : « Emmanuel Macron lance un fonds pour les écoles des “chrétiens d’Orient” ».

2L’intérêt est culturel, comme le montre par exemple la mise en place d’un réseau des bibliothèques d’Orient, sous la houlette de la Bibliothèque nationale de France5. Il est aussi scientifique, avec des séminaires (EPHE, Inalco, École française de Rome) ou des publications6. Il est encore pédagogique, comme le montre le réseau Barnabé, instauré par la direction de l’enseignement catholique7. Il est enfin éminemment politique, comme l’illustre le rapport remis au président de la République en octobre 2018 par Charles Personnaz, haut-fonctionnaire et à l’époque chargé de mission à l’Œuvre d’Orient8 ; ou l’annonce de la création d’un fonds au bénéfice des établissements scolaires des « chrétiens d’Orient » lors du passage à Jérusalem d’Emmanuel Macron, à la fin janvier 20209.

  • 10 Les pages qui suivent constituent, on le verra, une reprise et une sorte de synthèse des travaux qu (...)

3Au-delà d’imaginaires, voire de clichés, au-delà de prises de position souvent rhétoriques et peu suivies d’effet, cette nouvelle actualité, le plus souvent malheureuse, permet de revenir sur la place qu’occupent les « chrétiens d’Orient » dans la diplomatie française. La présente contribution se propose d’exposer l’historique de la préoccupation française pour les chrétiens de Terre sainte (appellation générique, « neutre » couvrant les actuels territoires d’Israël et de Palestine), puis d’exposer les instruments de la diplomatie française, à Paris et sur place, avec une focalisation ici sur les latins et les unis qui incarnent les principales clientèles visées par cette diplomatie religieuse. Au terme de cette brève présentation, il sera tenté d’évaluer la réussite, ou non, de cette politique et son actualité10.

Historique

  • 11 On pense aux Maronites, aux Melkites, aux Syriens-catholiques, entre autres ; pour une brève présen (...)

4Le fondement de la préoccupation française pour les « chrétiens d’Orient », ou installés en Orient, remonte sans conteste à la période des Croisades. Le souvenir du lien spécifique de la France aux Lieux saints ou à la présence de communautés chrétiennes, en particulier latines, comme des relations avec les chrétiens locaux est ravivé mais devient surtout très concret avec le système des capitulations, mis en place à partir de 1535 et effectivement de la fin du xvie siècle (Haider-Wilson, 2005, p. 121-147 ; Ferragu, 2000, p. 69-78). La protection assurée par les représentants français au bénéfice des ressortissants étrangers latins résidant ou de passage dans l’empire ottoman est étendue de facto avec les siècles aux latins locaux, et aux chrétiens des Églises orientales unies à Rome, à partir de la fondation de ces dernières11. Le véritable rétablissement du lien date du xixe siècle en un mouvement maintes fois décrit : dans la lignée du romantisme, des voyages d’écrivains et d’explorateurs faisant l’objet de récits colorés et nostalgiques, on assiste à une « redécouverte de la Palestine », à une « invention de la Terre sainte ». Le renouveau religieux des débuts du xixe siècle se traduit par un intérêt pour une Terre sainte redécouverte dont on considère qu’il faut soit la ranimer et la ramener à sa grandeur passée, soit justement en recevoir le rayonnement pour redonner à la France sa vigueur et la ramener dans la droite ligne après les errements de la période révolutionnaire (Trimbur, 2004a, p. 17-30). Le lien religieux peut se réaliser avec l’ouverture progressive de la Palestine au reste du monde, au moment de l’occupation égyptienne. Alors que s’ouvrent les premiers consulats européens, dont le français en 1843, une hiérarchie catholique retrouve sa place en Terre sainte : en plus de la custodie franciscaine, d’obédience italienne, le rétablissement sur place du patriarcat latin de Jérusalem en 1847 semble pour la France une possibilité de disposer d’un véritable biais d’action. C’est en lien avec lui que des communautés religieuses françaises commencent à s’installer en Palestine à partir des années 1840. En parallèle à cette France « qui reste », de premiers pèlerinages français (la France « qui passe »), très limités en nombre et en effectifs, commencent à fréquenter une région réputée délaissée jusque-là (Langlois, 2008, p. 231-253 ; Nicault, 2008, 311-342).

5Se met alors en place et se consolide une constellation où coopèrent politiques en France, diplomates à l’étranger et religieux dans l’Hexagone comme en Terre sainte (Ferragu, Michel, 2016). Une constellation où sont repris des traditions et des imaginaires aujourd’hui presque inconcevables, mais alors très réels : l’installation et la coopération véritablement au jour le jour se fait en se réclamant de l’héritage des croisades, au nom de l’établissement, sinon du rétablissement d’une « France du Levant » (idéalisée), avec mise en place d’un pont entre l’Occident et l’Orient, et retour (Trimbur, 2006a, p. 909-934).

Une diplomatie religieuse en tant que telle

6Ces traditions et ces habitus demeurent tout au long de la période étudiée, en dépit des évolutions politiques françaises. L’alliance mise en place du temps du Second Empire très conservateur, voire éminemment catholique, ne souffre en définitive guère de l’anticléricalisme militant de la fin du xixe siècle, au contraire. C’est désormais en effet une évidence d’indiquer que la Troisième République anticléricale n’a pas interrompu l’aide officielle aux institutions catholiques françaises établies à l’étranger, par exemple en Terre sainte. Et même ces institutions ont vu leurs effectifs renforcés grâce aux mesures prises à l’encontre des religieux établis en France, en les poussant à prendre le chemin de l’exil (Trimbur, 2005, p. 359-385). De même, on le verra, la France laïcisée du xxe puis du xxie siècle entretient encore et toujours un rapport étroit à son patrimoine religieux toujours maintenu en Terre sainte.

7Quels sont les acteurs et instruments de cette constellation, et quelle est leur prise en compte des chrétiens orientaux ?

8Les acteurs de la diplomatie religieuse de la France sont d’abord, et logiquement, les diplomates. Ils œuvrent à Paris, au ministère des Affaires étrangères, au titre de plusieurs services : direction des affaires politiques, diplomates plus spécifiquement en charge de ce que l’on appelle alors le « Secours religieux » et le « Bureau des écoles ». Deux entités couvertes par la suite par le chargé des affaires religieuses, Louis Canet, et par le service des Œuvres françaises à l’étranger, à partir de 1920, à partir du moment où une diplomatie culturelle est mise en place qui n’inclut toutefois pas les établissements religieux (Ferragu, Michel, 2016, p. 69-80 et 81-96). À Paris, et ailleurs en France, la diplomatie française dispose de relais en matière de préoccupation pour les chrétiens de Terre sainte. L’Œuvre d’Orient (créée en 1856 sous le nom d’Œuvre des écoles d’Orient) est le principal acteur à Paris ; à Lyon se trouve la Propagation de la foi (Prudhomme, 2004). De façon plus ponctuelle, Mgr Baudrillart reçoit régulièrement des prélats orientaux dans le cadre de ses fonctions de recteur de l’Institut catholique de Paris et agit en direction de ces populations comme en faveur des intérêts français liés à elles à la tête du comité de propagande qu’il dirige du temps de la Première Guerre mondiale (Trimbur, 2006b, p. 235-272).

  • 12 Bordeaux H. (1926), Voyageurs d’Orient, Paris, Plon ; Barrès M. (1923), Enquête aux pays du Levant, (...)

9Au Vatican, la diplomatie religieuse française agit en lien avec la congrégation de la Propagande, dicastère en charge depuis 1622. La modernisation du gouvernement du Saint-Siège au cours de la Première Guerre mondiale donne lieu à la création de la Sacrée Congrégation orientale (1917) (Croce, 1993, p. 147-223), dont un Français prend plus tard la tête, Eugène Tisserant (Trimbur, 2003, p. 215-252). L’attachement français aux « chrétiens d’Orient » a également ses hérauts parmi certains littérateurs français comme Maurice Barrès ou Henry Bordeaux qui mettent en avant la pérennité et l’actualité du lien entre la France et ces populations12.

  • 13 Voir en infra.

10Sur place, les acteurs de la diplomatie religieuse sont tout d’abord le consulat (général à partir de 1892) de France à Jérusalem. Incarnation du système des capitulations et du protectorat français qui en découle, le consul de France jouit d’une prééminence sur la scène locale, avec l’appui du Saint-Siège. À ce titre il est en contact avec les responsables locaux ottomans, puis britanniques, jordaniens et israéliens, auprès desquels il défend les intérêts français, et partant catholiques latins ou unis. Ces intérêts sont incarnés par des établissements religieux, occupés par des communautés qui s’installent en Palestine entre le milieu du xixe siècle et le tout début du xxe siècle. Rien qu’à Jérusalem, ce sont au début du xxe siècle vingt-deux établissements, une trentaine en ajoutant les environs de la Ville sainte. La plupart de ces établissements sont d’ordre général, installés en accord avec les vocations des congrégations qui les gèrent : hôpitaux, hospices, orphelinats, écoles correspondant à ce que savent faire des congrégations hospitalières ou enseignantes. Du fait du contexte local, la plupart sont en contact avec tous les groupes de populations de la région, toutes confessions confondues. Certaines d’entre elles ont plus vocation à prendre en charge les chrétiens, et plus spécifiquement encore les latins ou unis. C’est ainsi que les sœurs du Rosaire s’occupent de jeunes filles orphelines majoritairement latines ou unies : par le soutien à leur établissement, la France exerce une diplomatie de la charité. Une diplomatie de l’éducation, voire de la culture, est au programme des établissements scolaires mais en particulier de séminaires orientaux mis en place en accord entre la France, le Saint-Siège et des Églises unies13.

  • 14 Chaque Église unie s’étant créée en dissidence d’une Église orientale orthodoxe, les relations sont (...)

11L’exercice de la diplomatie religieuse française est direct, par le biais de ces institutions. Il peut également se produire par le biais de la hiérarchie latine locale. Le patriarcat latin est logiquement le premier interlocuteur : principal responsable hiérarchique catholique sur place, sa désignation très orientale reflète son statut de chef de la « nation latine » sur place, en l’absence d’un nonce apostolique à Constantinople du fait de l’inexistence de relations diplomatiques entre la Porte et le Saint-Siège. Les relations avec le patriarcat, et partant avec sa communauté, dépendent de la personnalité de l’occupant du siège : l’un pouvant être qualifié de pro-français (Bracco, 1873-1889), l’autre de pro-italien, voire de pro-allemand (Piavi, 1889-1905). Les chefs des Églises unies occupent la même fonction pour leurs communautés respectives, dans une attitude toutefois souvent plus déférente, voyant en la France un appui face à l’adversité des Églises orthodoxes correspondantes14. Un autre acteur essentiel est la custodie franciscaine : entité autonome, qui voit d’un mauvais œil la restauration du patriarcat latin et tient ses distances avec lui, grande ancienne de la présence catholique en Orient, elle est d’obédience italienne (ses principaux responsables représentant les principales puissances catholiques agissant en Orient : Espagne, Autriche-Hongrie, France) et sait le faire sentir à la France : la langue italienne, sa lingua franca, est la langue d’enseignement dans ses écoles, à l’encontre de la « mission civilisatrice française ».

  • 15 À Rome se trouvent également des sites d’une nature proche, notamment Saint-Louis des Français et l (...)

12Last but not least, la diplomatie religieuse de la France en Terre sainte s’exerce par le biais d’entités inédites, les « domaines nationaux » (Trimbur, 2018, p. 253-268)15. Sur les quatre présents en Palestine (Abou Gosh, Saint-Anne, le Pater et le Tombeau des Rois), trois sont liés au catholicisme. Leur histoire est particulière, les religieux et religieuses qui y sont installés le sont pour partie en accord avec la France postérieurement à leur appropriation. Ces communautés représentant des ordres ou communautés français y sont placées pour, d’une part, assurer le gardiennage d’édifices d’intérêt patrimonial et religieux : souvenirs des croisades, l’implantation de telles communautés, pour certaines lointaines héritières des religieux installés là au temps des Royaumes latins, veut marquer la reprise, voire la pérennité de l’implantation française en Palestine. D’autre part, ces communautés y développent des activités étroitement liées à la diplomatie religieuse française. C’est ainsi que le domaine national de Sainte-Anne, acquis par la France en 1856, devient le siège d’un séminaire de formation du clergé grec-catholique (melkite), sous la conduite des pères blancs du cardinal Lavigerie (Trimbur, 2000, p. 39-69). Tandis qu’à Abou Gosh, domaine national depuis 1873, des bénédictins s’installent à la fin du xixe siècle et mettent en place un séminaire syrien-catholique (syriaque) basé à Jérusalem (Trimbur, 2008b, p. 281-308). Dans les deux cas, ces institutions de formation de clergés unis vont former jusqu’au milieu du xxe siècle des prêtres locaux dans un esprit d’attachement à la France.

  • 16 C’est par exemple le cas du massif séminaire assomptionniste et hospice pour pèlerins de Notre-Dame (...)
  • 17 Comme cela transparait de certaines remarques privées de diplomates et des entrées récurrentes dans (...)
  • 18 Un temps, les dominicains de Jérusalem, implantés au couvent de Saint-Étienne (siège de l’École bib (...)

13Au bout du compte, par l’action de ces divers acteurs, la diplomatie religieuse française veut marquer le terrain en montrant sa présence face aux rivaux traditionnels, avec l’accumulation de bâtiments et institutions qui, aujourd’hui encore, imprègnent le paysage de la Ville sainte et de la Terre sainte (Trimbur, 1998, p. 33-58)16. Des institutions vouées à entretenir le contact avec et l’attachement à la France de clientèles traditionnelles : au-delà des cibles directes (latins et chrétiens unis), l’objectif de cette action est également d’attirer à la bienveillance française les autres populations de la région, chrétiennes orthodoxes, musulmanes et juives (Trimbur, 2004b, p. 55-97 ; Méouchy, 2004, p. 269-301). Et cela même si l’appréciation de ces autres communautés est, avant 1914, souvent relativement malveillante, voire méprisante de la part des acteurs de la diplomatie religieuse de la France17. Ces populations font parfois elles-mêmes l’objet des attentions des autres puissances : c’est notamment le cas des catholiques (Espagne, Italie, Autriche-Hongrie, partiellement Allemagne) ou des orthodoxes (Grèce mais surtout Russie). S’adressant en règle générale au gros des communautés, la diplomatie religieuse française a pour souci de ne pas négliger le contact avec les élites respectives, qu’il s’agisse des élites religieuses, par le biais des séminaires orientaux, mais aussi des élites commerciales et intellectuelles18.

En 1914, quel bilan ?

  • 19 La France compte en Palestine 58 institutions et plus de 100 institutions protégées ; ces établisse (...)
  • 20 Bulletin de l’Œuvre des écoles d’Orient, 1893, p. 195-196.
  • 21 L’Italie et surtout l’Allemagne pointent alors du doigt la situation et demandent au Saint-Siège de (...)

14Cette diplomatie religieuse constitue indubitablement une réussite avant 1914 si l’on reprend les chiffres des établissements catholiques installés dans la région au nom de la France19. Une réussite attestée par une « Carte ecclésiastique de l’empire ottoman » éditée par l’Œuvre des écoles d’Orient en 1893 et qui inventorie scrupuleusement le vaste réseau des établissements placés sous la protection de la France et les présences des Églises unies20. Une réussite qui se maintient en dépit de l’anticléricalisme français, lui qui a même pour résultat paradoxal de renforcer la présence française en Palestine, de surcroît en dépit de la rupture des relations diplomatiques avec le Saint-Siège (1904). Après l’article 8 du traité de Berlin (1878) qui conforte sa place, la France se voit renouveler la confiance du Vatican en 1898, juste avant le passage en Orient de l’Empereur Guillaume ii (Trimbur, 2008a, p. 93-104). Elle parvient à obtenir un statut juridique pour ses établissements (et les établissements qu’elle protège) en 1901 (accord de Mytilène), puis en 1913 (déclaration de Constantinople). Une réussite qui suscite la jalousie, les convoitises, et les imitations. Une réussite qui suscite des protestations lorsque justement des puissances étrangères pointent du doigt la duplicité française, anticléricale et très catholique à la fois, voire sa trahison, elle qui se déclare puissance catholique et s’allie à la Russie tsariste, grande menace sur le catholicisme oriental. Mais une réussite qui n’est pas sans ombres, puisque de premiers doutes se font jour dès cette période, avec des esquisses de contestations et la fuite de religieux vers d’autres protecteurs (Trimbur, 2013, p. 103-119)21.

L’impact de la Première Guerre mondiale

  • 22 Voir la très récente biographie (2018) de Talaat Pacha par H.-L. Kieser : Talaat Pasha. Father of M (...)

15La Première Guerre mondiale est à la fois un ébranlement pour la diplomatie religieuse française et un encouragement à la renforcer ou à la placer sur de nouvelles bases. C’est un ébranlement dans la mesure où, après avoir atteint son apogée, son réseau et son influence se trouvent démantelés par l’entrée en guerre de l’empire ottoman aux côtés des Puissances centrales. Dans les faits, Constantinople saisit cette occasion pour mettre fin, unilatéralement, aux capitulations, et donc au protectorat religieux de la France en Orient. Alors que les jeunes religieux quittent la Palestine pour répondre à la mobilisation générale, les religieuses et les plus âgés des religieux, restés sur place, sont au bout du compte cantonnés, puis déportés et expulsés. Les établissements français sont alors réquisitionnés par l’armée turque ou repris par des religieux ressortissants allemands et austro-hongrois. Les hiérarques latins sont également placés sous surveillance en tant que ressortissants italiens à partir de 1915, puisque désormais ressortissants d’une puissance ennemie ; tandis que, dans la Palestine soumise à l’autorité implacable de Djemal Pacha, les unis sont l’objet de la même défiance que celle dont souffrent les chrétiens de l’empire ottoman, dans une phase d’ottomanisation et d’islamisation galopantes (Mazza, 2009 ; Jacobson, 2011)22. Concrètement, la France ne peut donc plus exercer sa diplomatie religieuse sur place, tous ses instruments ayant été défaits (Trimbur, 2001, p. 3-29).

  • 23 Barrès M. (1917), Les diverses familles spirituelles de la France, Paris, Émile-Paul frères.

16Mais a contrario cette situation représente alors un enjeu : à Paris et à Rome, dans la période de l’Union sacrée des « diverses familles spirituelles de la France »23, les différents intervenants inventoriés précédemment, auxquels s’ajoutent certains des acteurs du terrain qui se sont réfugiés en France, veulent retourner la situation à leur avantage. La défaite envisagée très tôt de l’empire ottoman et son probable éclatement doivent pousser à reprendre l’initiative et à placer des jalons dans cette perspective. C’est pour cela que l’on assiste rapidement à une relance des efforts français. Ils sont diplomatiques, avec l’accompagnement voulu par la France de la création de la Sacrée Congrégation orientale et la préparation du rétablissement des relations avec le Saint-Siège (Ferragu, Michel, 2016, p. 97-112 ; Trimbur, 2004c, p. 451-470). Ils sont aussi religieux, avec pour tous ces acteurs la préparation de la réoccupation des établissements français. L’ensemble donne lieu à une libération de la parole sur base d’imaginaire décomplexé des croisades (Trimbur, 2006a).

Espoirs et désillusions

17Les faits ramènent toutefois rapidement la France à la réalité. La conquête britannique de la Palestine n’a absolument pas pour corollaire une reconquête française telle qu’elle est imaginée, en un rétablissement non seulement du statu quo ante, voire du royaume latin. Les acteurs de la diplomatie religieuse française doivent composer avec une réalité contraire à leurs vœux, dominée par un primat britannique exclusif de toute autre influence. Certes, à Paris le ministère des Affaires étrangères se dote de nouveaux organes pour gérer une diplomatie plus moderne et qui s’adapte aux conditions du temps. Un poste de conseiller aux affaires religieuses est créé, longuement occupé par une personnalité répondant parfaitement à la diplomatie religieuse telle qu’elle est entendue, catholique, française, voire gallicane, Louis Canet (Neveu, 1968, p. 134-180). En parallèle, dans un monde où la culture commence à plus trouver sa place dans les relations internationales, un service des Œuvres françaises à l’étranger est établi, qui doit gérer la création de nouveaux éléments d’influence dans le monde et assurer la répartition des fonds attribués aux acteurs sur le terrain.

18Si en Syrie et au Liban, avec l’attribution du mandat par la Société des Nations, la France peut espérer arriver à ses fins, en Palestine désormais britannique, la restauration de la diplomatie religieuse telle qu’elle avait pu exister avant 1914 est d’emblée plus compliquée, pour une conjonction de raisons.

19D’une part, la Grande-Bretagne est soucieuse d’écarter définitivement toute prétention politique française sur le territoire qu’elle s’est vue confier et qui lui sert de zone tampon pour protéger le canal de Suez. Les ambitions/prétentions françaises incarnées par des missions ecclésiastiques ou laïques mandatées par le ministère des Affaires étrangères se trouvent confrontées à une fin de non-recevoir de Londres : l’affichage « catholique et français toujours » bruyamment affirmé par le cardinal Dubois, de passage à Jérusalem en 1919-1920, ressemble plus à un baroud d’honneur qu’au début d’une nouvelle appropriation (Seurat, 1979, p. 173-224 ; Audren, 2001, p. 117-130 ; Trimbur, 2006c, p. 109-128).

20D’autre part, la France doit composer avec une nouvelle politique centralisatrice du Vatican, qui tient à romaniser les ordres et congrégations religieuses, et donc à les retirer progressivement des allégeances nationales, voire nationalistes qui avaient antérieurement primé (Prudhomme, 2004) ; un mouvement qui s’accompagne de la mise en place effective de la SCO spécifiquement dédiée à ces chrétientés orientales. Le Saint-Siège reste également sur ses positions définies au cours de la guerre et consolidées à son issue : comme les capitulations ont été abolies par la Porte, et que, désormais, c’est la Grande-Bretagne, une puissance chrétienne, certes protestante et qui promeut l’édification d’un foyer national juif, qui préside aux destinées de la Palestine, les chrétiens latins et unis n’ont plus besoin de protecteur au sens ancien du terme. Certes, la France a pu être utile en appuyant à la conférence de la Paix des options opposées à la destinée juive de la Palestine, mais il faut passer à une autre ère et s’adapter aux réalités, en négligeant quelque peu l’ancienne puissance protectrice (Minerbi, 1990). Le retrait vatican est d’autant plus explicable qu’après une phase de retour difficile en Palestine, les religieux français se font plus rares en Terre sainte. De fait, si à court terme les mesures anticléricales avaient pu renforcer les effectifs de leurs établissements, elles ont aussi eu, à long terme, pour effet de couper les recrutements des ordres et congrégations, incapables désormais d’envoyer des religieuses et religieux à l’étranger (Trimbur, 2005, p. 359-385).

21Il n’en reste pas moins qu’après une passe difficile, les institutions catholiques françaises, en particulier celles assurant un service direct auprès des latins et unis, reprennent leurs activités. Tandis que si la France n’est plus la puissance protectrice d’antan, comme cela est acté par les traités internationaux faisant suite à la défaite de l’empire ottoman et à la création de la Turquie moderne, sa diplomatie religieuse peut encore s’illustrer et préserver certaines illustrations, sinon des illusions. Il en va ainsi des honneurs liturgiques accordés par le Saint-Siège à la France en 1926 : en vertu de cet accord bilatéral entre deux États qui ont renoué leurs relations diplomatiques, le consul général de France à Jérusalem a encore droit à une place privilégiée ; la diplomatie religieuse a encore un sens, mais dans les seuls établissements français. Cette place d’honneur est incarnée par des rituels encore valables de nos jours, même si progressivement la République française est honorée par des religieuses et religieux non-français.

22En ce premier âge d’or de la diplomatie culturelle qu’est l’entre-deux-guerres, la diplomatie religieuse en Palestine britannique en devient le parallèle et doit subir l’épreuve des faits. Les établissements purement religieux voient leurs subsides officiels baisser : la mise en place d’une politique raisonnée entraîne le ministère des Affaires étrangères à préférer les institutions qui ont pignon sur une rue et accueillent des populations qui sont, ou seront, les futurs porteurs de valeurs françaises (Trimbur, 2002b, p. 41-72 ; 2011, p. 347-363). Dans cette nouvelle constellation, certains consuls préconisent dès les années 1920 le passage à une autre diplomatie et la mise à l’écart relative du biais religieux (Maugras, du temps du Cartel des Gauches). Cette politique a ainsi pour effet la mise en place en Terre sainte d’une « autre France » que la France catholique, avec des institutions d’un style nouveau qui veulent s’adresser à de nouvelles clientèles, celles qui illustrent l’orientation nouvelle prise par la région : où l’on parle directement à la population juive et sioniste grandissante (création d’un centre de culture française en ville juive, d’une chaire de civilisation française à l’Université hébraïque), sans oublier toutefois la population arabe (avec la création d’une antenne du Centre culturel français en ville arabe, devant assurer le maintien du lien avec des profils quelque peu différents parmi les Arabes, chrétiens ou non).

Après 1945

23La plupart des diplomates français, en France ou sur place, par tradition et conviction, demeurent fidèles à la vocation catholique de la France en Terre sainte. C’est ainsi que lorsque les événements semblent laisser entrevoir un nouveau bouleversement, dans l’immédiat après- Seconde Guerre mondiale, le consul général René Neuville, qui avait déjà séjourné là comme vice-consul dans les années 1930, est un ardent promoteur de la relance d’une destinée française pour, au moins, Jérusalem et ses environs lorsqu’il est notamment question d’un corpus separatum aux termes du plan de partition de novembre 1947. Cette perspective semble devoir redonner tout son sens à la diplomatie religieuse française et au réseau des institutions d’obédience française. C’est ce qui explique la vivacité de la protestation lorsque certains acteurs envisagent, puis cessent effectivement leurs activités auprès des populations locales : c’est le cas des bénédictins en charge du séminaire syriaque qui ferment leur établissement pour des raisons religieuses et de personnel, au grand dam de Neuville qui ne pense qu’à la relance de sa diplomatie religieuse (Trimbur, 2002a, p. 303-352).

  • 24 Notre-Dame de France des Assomptionnistes, en grande partie vidée de ses occupants, est gravement a (...)
  • 25 Depuis 2015, la revue est éditée par l’université Saint-Joseph de Beyrouth.

24Cette fenêtre d’opportunité se referme toutefois aussitôt, avec une nouvelle situation de facto qui complexifie à nouveau la donne (Koltermann, 2001). Après la création de l’État d’Israël, la division de Jérusalem entraîne l’éclatement du réseau français : certaines institutions sont en territoire israélien, d’autres en territoire jordanien ; d’autres ont des présences dans les deux villes qui ne peuvent communiquer entre elles – sans parler des dégâts, voire des destructions qui affectent certaines24. La période 1948-1967 préserve toutefois son sens à une diplomatie religieuse française pour la partie jordanienne, avec concentration ici des clientèles traditionnelles. Le cas de Sainte-Anne est de ce point de vue éloquent. Si le séminaire melkite doit certes être transféré au Liban (le contexte général rendant difficile la venue à Jérusalem d’élèves majoritairement d’origine libanaise), les pères blancs se lancent dans une activité culturelle et scientifique éminemment dédiée aux chrétientés orientales, avec la revue Proche-Orient chrétien, à partir de 195125. L’activité est saluée et encouragée, également financièrement, par le ministère français des Affaires étrangères. Tandis que les établissements français de Terre sainte désormais en territoire israélien s’ouvrent à de nouvelles vocations, en direction du dialogue judéo-chrétien : les trappistes de l’abbaye de Latroun, certains religieux assomptionnistes et, plus tard, les nouveaux moines bénédictins d’Abou Gosh s’orientent dans cette direction, tout en demeurant dépendant du consulat général de France à Jérusalem (Tavardon, 2016 ; Trimbur, 1999, p. 71-111).

  • 26 Avec l’autre exception incarnée par le conseiller ecclésiastique à l’ambassade de France près le Sa (...)

25Un nouveau chamboulement a lieu avec la guerre des Six jours en juin 1967 : avec la conquête de l’intégralité de la Ville sainte par Israël, dont découlent l’annexion et l’unification, la diplomatie religieuse française se retrouve face à de nouveaux défis. Si les établissements français qui constituent son réseau en Terre sainte demeurent aujourd’hui encore en activité, à de rares exceptions près, leur personnel est résolument différent de celui qui avait présidé à leur installation, il y a environ 150 ans ; avec des religieuses et des religieux majoritairement non français, relevant de congrégations ou ordres eux-mêmes désormais hors de toute obédience française. La diplomatie française, incarnée par le consulat général de France à Jérusalem, continue naturellement de s’en soucier. Le contact et la préoccupation pour eux demeurent des tâches faisant partie du profil de tout occupant du poste (Mochon, 1996, p. 929-945). Qu’il s’agisse des grandes occasions (entrée en fonction avec accueil au Saint-Sépulcre par la hiérarchie latine) ; de celles propres à chacun des établissements (les fameuses messes consulaires, pendant lesquelles sont rendus les honneurs liturgiques) ; ou de la vie quotidienne, lorsque le consulat général vient en aide aux établissements confrontés à une administration israélienne parfois/souvent tatillonne. C’est d’ailleurs là le rôle d’une personne dont la fonction est précisément de s’occuper des relations avec les établissements du ressort du consulat, le conseiller pour les affaires religieuses. Fonction quasi unique dans l’organigramme d’une représentation française à l’étranger26, incarnation du cumul en définitive pas si paradoxal que cela entre traditions catholiques et valeurs laïques, le poste est de nos jours occupé par… un religieux, un jésuite installé à Jérusalem, membre de l’Institut biblique pontifical, porteur d’un passeport de service et dûment rémunéré par la République française. Un poste stable, jusque-là occupé par des laïcs, avec pour vis-à-vis depuis 2009 la fonction de Conseiller pour les affaires religieuses, créée elle au sein même du ministère des Affaires étrangères à Paris, souhaitant refléter une prise en compte de toutes les religions, étendant donc la diplomatie religieuse française au-delà du seul catholicisme (Ferragu, Michel, 2016, p. 113-121).

  • 27 Pensons en particulier la présence évangélique d’origine américaine, devenue de plus en plus visibl (...)

26L’enjeu des dernières décennies, fortement ravivé par celle qui s’achève, est désormais démographique. Si les établissements du réseau français demeurent, et demeurent occupés par leurs résidents traditionnels, leurs clientèles traditionnelles, latins et unis, sont depuis longtemps, mais de façon de plus en plus dramatique, en voie de raréfaction. À ce titre, la diplomatie religieuse française, avec sa partenaire traditionnelle qu’est l’Œuvre d’Orient, a une préoccupation de plus en plus vive, qu’elle partage avec d’autres diplomaties et organismes étrangers, à l’instar de l’association allemande Deutscher Verein vom Heiligen Lande qui dépend de l’archevêché de Cologne : le maintien d’une présence chrétienne locale, autochtone, originelle en Terre sainte, auprès des Lieux saints, au moment où s’accroît la présence d’autres chrétiens là-bas27. En cette période d’incertitude qui revient sur une histoire à nouveau sous les feux de l’actualité, il n’est pas inintéressant de voir le ministère des Affaires étrangères se pencher sur l’âge d’or de sa diplomatie religieuse. Hervé Magro, actuel directeur des Archives diplomatiques et ancien consul général de France à Jérusalem, a ainsi mis en place à l’automne 2019 un colloque historique sur les capitulations près de 450 ans après l’édiction de la première d’entre elles avérée.

Haut de page

Bibliographie

Aaronsohn R., Trimbur D. (dir.), 2008, De Bonaparte à Balfour. Les puissances européennes et la Palestine, 1799-1917, Paris, CNRS Éditions.

Audren F., 2001, « Paul Huvelin (1873-1924) : juriste et durkheimien », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 1, no 4, p. 117-130.

Croce G.M., 1993, “Alle origini della Congregazione Orientale e del Pontifico Istituto Orientale. Il Contributo di Mons. Louis Petit, p. 147-223, in Farrugia E.G. (éd.), The Pontifical Oriental Institute: the First Seventy-five Years, 1917-1992, Rome, Edizioni Orientalia Christiana.

Croce G.M., Legrand H. (dir.), 2010, L’Œuvre d’Orient. Solidarités anciennes et nouveaux défis, Paris, Cerf.

Dubertrand R., 2016, « Le fait religieux dans la politique extérieure française contemporaine : témoignage », p. 113-121, in Ferragu G., Michel F. (dir.), Diplomatie et religion. Au cœur de l’action culturelle de la France au xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Ferragu G., 2000, « Église et diplomatie au Levant au temps des Capitulations », Rives méditerranéennes, no 6, p. 69-78.

Ferragu G., 2016, « La diplomatie religieuse au temps du « discordat » : enjeu et défense du protectorat catholique », p. 97-112, in Ferragu G., Michel F. (dir.), Diplomatie et religion. Au cœur de l’action culturelle de la France au xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Ferragu G., Michel F. (dir.), 2016, Diplomatie et religion. Au cœur de l’action culturelle de la France au xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Haider-Wilson B., 2005, “Das Kultusprotektorat der Habsburgermonarchie im Osmanischen Reich. Zu seinen Rechtsgrundlagen und seiner Instrumentalisierung im 19. Jahrhundert (unter besonderer Berücksichtigung Jerusalems)”, p. 121-147, in Kurz M. (éd.), Das Osmanische Reich und die Habsburgermonarchie, Vienne/Munich, Böhlau.

Jacobson A., 2011, From empire to empire. Jerusalem between Ottoman and British rule, NY, Syracuse University Press.

Jeannesson S., 2016, « Le Service des œuvres du Quai d’Orsay et les acteurs religieux de la diplomatie française dans l’entre-deux-guerres », p. 69-80, in Ferragu G., Michel F. (dir.), Diplomatie et religion. Au cœur de l’action culturelle de la France au xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Koltermann U., 2001, Päpste und Palästina. Die Nahostpolitik des Vatikans von 1947 bis 1997, Münster, Aschendorff.

Langlois C., 2008, « Les congrégations françaises en Terre sainte », p. 231-253, in Aaronsohn R., Trimbur D. (dir.), De Bonaparte à Balfour. Les puissances européennes et la Palestine, 1799-1917, Paris, CNRS Éditions.

Mazza R., 2009, Jerusalem: from the Ottomans to the British, Londres/New York, Tauris Academic Press.

Minerbi S.I., 1990, The Vatican and Zionism. Conflict in the Holy Land 1895-1925, Oxford, Oxford University Press.

Mochon J.-P., 1996, « Le consulat général de France à Jérusalem. Aspects historiques, juridiques et politiques de ses fonctions », Annuaire français de droit international, no 42, p. 929-945.

Neveu B., 1968, « Louis Canet et le service du conseiller technique pour les affaires religieuses au Ministère des Affaires étrangères. 1921-1946 », Revue d’Histoire diplomatique, p. 134-180.

Nicault C., 2008, « Foi et politique : les pèlerinages français en Terre sainte (1850-1914) », p. 311-342, in Aaronsohn R., Trimbur D. (dir.), De Bonaparte à Balfour. Les puissances européennes et la Palestine, 1799-1917, Paris, CNRS Éditions.

Prudhomme C., 2004, Missions chrétiennes et colonisation. xvie-xxe siècle, Paris, Cerf.

Seurat M., 1979, « Le rôle de Lyon dans l’installation du mandat français en Syrie : intérêts économiques et culturels, luttes d’opinion (1915-1925) », Bulletin d’études orientales, T. 31, p. 129-165.

Sibre O., 2016, « Louis Canet et les “protectorats religieux” de la France : mise en perspective historique de l’expertise du conseiller technique des affaires religieuses », p. 81-96, in Ferragu G., Michel F. (dir.), Diplomatie et religion. Au cœur de l’action culturelle de la France au xxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Tavardon A., 2016, Trappistes en Terre sainte. Des moines au cœur de la géopolitique, 1830-1946, Paris, Domuni Press.

Trimbur D., 1998, « Une présence française en Palestine : Notre-Dame de France », Bulletin du Centre de Recherche Français de Jérusalem, no 3, p. 33-58.

Trimbur D., 1999, « Les Assomptionistes de Jérusalem, les Juifs et le sionisme », Tsafon-Revue d’études juives du Nord, no 38, p. 71-111.

Trimbur D., 2000, « Sainte-Anne : lieu de mémoire et lieu de vie français à Jérusalem », Chrétiens et sociétés. xvie-xxe siècles, no 7, p. 39-69.

Trimbur D., 2001, « Le destin des institutions chrétiennes européennes de Jérusalem pendant la Première guerre mondiale », Mélanges de Science Religieuse, no 4, p. 3-29.

Trimbur D., 2002a, « Vie et mort d’un séminaire syrien-catholique. L’établissement bénédictin de Jérusalem », Proche-Orient chrétien, no 52, 3-4, p. 303-352.

Trimbur D., 2002b, « L’ambition culturelle de la France en Palestine dans l’entre-deux-guerres », p. 41-72, in Trimbur D., Entre rayonnement et réciprocité. Contributions à l’histoire de la diplomatie culturelle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Trimbur D., 2003, « Eugène Tisserant et le Quai d’Orsay », in Le Cardinal Eugène Tisserant (1884-1972), Toulouse, GRHI, Université Toulouse-Le Mirail, coll. « Sources et travaux d’Histoire immédiate », no 14, p. 215-252.

Trimbur D., 2004a, « Aperçu historique du Levant, 1840-1948 », p. 17-30, in Trimbur D. (dir.), Europäer in der Levante. Zwischen Politik, Wissenschaft und Religion (19.-20. Jahrhundert) [Des Européens au Levant. Entre politique, science et religion (xixe-xxe siècles)], Munich, Oldenbourg.

Trimbur D., 2004b, « Les acteurs de la politique palestinienne de la France, 1901-1948 », p. 55-97, in Abitbol M. (dir.), France in the Middle East. Past, Present, and Future, Jérusalem, Magnes Press.

Trimbur D., 2004c, « Une lecture politique de la mission pour l’Union : la France et la mise en place de la Sacrée Congrégation Orientale, 1917-1922 », p. 451-470, in Paisant C. (dir.), La mission en textes et en images xvie-xxe siècles, Paris, Karthala.

Trimbur D., 2004d, « Les Français et les communautés nationales de Palestine au temps du mandat britannique », p. 269-301, in Méouchy N., Sluglett P. (dir.), The British and French Mandates in Comparative Perspectives [Les mandats français et anglais dans une perspective comparative], Leiden, Brill.

Trimbur D., 2005, « Exil et retour : l’impact de la législation française sur la présence tricolore en Palestine, 1901-1925 », p. 359-385, in Cabanel P., Durand J.-D. (dir.), Le grand exil des congrégations françaises 1901-1914, Paris, Cerf.

Trimbur D., 2006a, « Les Croisades dans la perception catholique française du Levant, 1880-1940 : entre mémoire et actualité », Cristianesimo nella storia, no 27, p. 909-934.

Trimbur D., 2006b, « L’Orient de Monseigneur Baudrillart », p. 235-272, in Paul C. (dir.), Cardinal Alfred Baudrillart, Paris, Cerf.

Trimbur D., 2006c, « Une appropriation française du Levant : la mission en Orient du cardinal Dubois, 1919-1920 », p. 109-128, in Cabanel P. (dir.), Une France en Méditerranée. Écoles, langue et culture française, xixe-xxe siècles, Paris, Créaphis.

Trimbur D., 2008a, « La rivalité politico-religieuse franco-allemande au Levant, 1855-1948 », p. 93-104, in Cahn J.-P., Kaelble H. (dir.), Religions et laïcité en France et en Allemagne aux xixe et xxe siècles, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Trimbur D., 2008b, « Religion et politique en Palestine : le cas de la France à Abou Gosh », p. 281-308, in Aaronsohn R., Trimbur D. (dir.), De Bonaparte à Balfour. Les puissances européennes et la Palestine, 1799-1917, Paris, CNRS Éditions.

Trimbur D., 2011, « Une autre France ? Le renouvellement de la présence française en Palestine. L’exemple du Centre laïc de culture française de Jérusalem, 1935-1948 », p. 347-363, in Dulphy A., Frank R., Matard-Bonucci M.-A., Ory P. (dir.), Les relations culturelles internationales au xxe siècle. De la diplomatie culturelle à l’acculturation, Francfort, Peter Lang.

Trimbur D., 2013, « Les catholiques allemands et la Palestine : vocations catholiques, vocations politiques », p. 103-119, in Anastassiadis A. (dir), Voisinages fragiles. Les relations interconfessionnelles dans le Sud-Est européen et la Méditerranée orientale 1854-1923 : contraintes locales et enjeux internationaux, Athènes, École française d’Athènes.

Trimbur D., 2018, « Le patrimoine national et religieux français de Jérusalem. Enjeux passés et présents », p. 253-268, in Andézian S., Décobert C. (dir.), La Terre sainte en héritage, Paris, Cerf.

Haut de page

Notes

1 Le Monde, 09/06/2018 : « En Irak, Laurent Wauquiez se cherche une stature. Dans le sillage de François Fillon, le président de LR a apporté son soutien aux “chrétiens d’Orient” persécutés » ; La Croix, 9/07/2018 : « François Fillon lance sa fondation pour les “chrétiens d’Orient” ».

2 La Croix, 09/11/2017 : « Que reproche l’Église de France à l’association SOS Chrétiens d’Orient ? ».

3 Campagnes publicitaires régulières, encarts par exemple dans le magazine L’Histoire, au-delà de publicités dans le quotidien La Croix.

4 Ziadé R. (dir.), Chrétiens d’Orient. 2 000 ans d’histoire, Paris, Gallimard/Institut du monde arabe (catalogue de l’exposition homonyme, IMA, sept. 2017-janv. 2018).

5 La Croix, 13/09/2017 : « Bibliothèques d’Orient, la sauvegarde numérique d’un patrimoine menacé ».

6 Séminaires de B. Heyberger à l’EPHE (« Anthropologie historique des Chrétiens en Islam », 2018-2019), de C. Verdeil à l’Inalco (« Éclairages sur les Chrétiens au Proche-Orient », 2017-2018) ; colloque EFR de novembre 2017 « Missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien siècles (xixe-xxie siècles) ; le monde, 09/02/2019 : « Voyage en Haute-Égypte : Catherine mayeur-Jaouen au plus près des coptes catholiques ».

7 http://www.reseaubarnabe.org/ [consulté le 15/04/2020].

8 « Renforcer l’action de la France dans la protection du patrimoine du Moyen-Orient et le soutien au réseau éducatif des communautés chrétiennes de la région » (https://oeuvre-orient.fr/actualites/un-rapport-pour-soutenir-le-pluralisme-culturel-et-religieux-au-moyen-orient/ [consulté le 15/04/2020]). Le rapport en question a un corollaire britannique : “Bishop of Truro’s independent review for the Foreign Secretary of FCO support for persecuted Christians” (https://christianpersecutionreview.org.uk/interim-report/ [consulté le 15/04/2020]. Merci à A. O’Mahony [Black Friars College, Oxford], d’avoir attiré mon attention sur ce document).

9 La Croix, 22/01/2020 : « Emmanuel Macron lance un fonds pour les écoles des “chrétiens d’Orient” ».

10 Les pages qui suivent constituent, on le verra, une reprise et une sorte de synthèse des travaux que nous avons publiés au cours des deux dernières décennies, avec des études de cas ou des présentations plus générales qui illustrent la démonstration que l’on va lire. C’est pour cette raison que le lecteur ne trouvera guère dans l’appareil de notes les sources l’appuyant et qu’il est convié à parcourir les travaux cités pour en prendre plus ample connaissance. De façon générale, ces sources sont soit publiques (archives du ministère français des Affaires étrangères – administration centrale ou représentations sur place), soit privées (archives des ordres et congrégations installés en Palestine ottomane et mandataire, conservées en France, en Italie ou encore sur place).

11 On pense aux Maronites, aux Melkites, aux Syriens-catholiques, entre autres ; pour une brève présentation : Heyberger B. (2017), Les chrétiens d’Orient, coll. « Que sais-je ? ».

12 Bordeaux H. (1926), Voyageurs d’Orient, Paris, Plon ; Barrès M. (1923), Enquête aux pays du Levant, Paris, Plon.

13 Voir en infra.

14 Chaque Église unie s’étant créée en dissidence d’une Église orientale orthodoxe, les relations sont souvent tendues entre les branches unies et orthodoxes, les dernières étant soucieuses d’attirer à elles ces brebis égarées.

15 À Rome se trouvent également des sites d’une nature proche, notamment Saint-Louis des Français et la Trinité des Monts.

16 C’est par exemple le cas du massif séminaire assomptionniste et hospice pour pèlerins de Notre-Dame de France (aujourd’hui Notre-Dame Center).

17 Comme cela transparait de certaines remarques privées de diplomates et des entrées récurrentes dans les éphémérides des communautés françaises de Palestine.

18 Un temps, les dominicains de Jérusalem, implantés au couvent de Saint-Étienne (siège de l’École biblique) évoquent l’introduction de cours de français envisagés à destination de ces personnes. Tandis que scientifiquement ces populations sont prises en compte par les assomptionnistes, présents à Notre-Dame de France, relais locaux de leurs frères de Constantinople (avec leur revue Échos d’Orient).

19 La France compte en Palestine 58 institutions et plus de 100 institutions protégées ; ces établissements abritent d’une part 178 religieux français masculins en charge de 1 000 élèves, et d’autre part 300 religieuses françaises, s’occupant de 2 200 élèves et de 80 000 malades. Dans l’ensemble de l’empire ottoman, le réseau français compte 300 institutions en tous genres, avec 100 000 élèves représentant toutes les populations.

20 Bulletin de l’Œuvre des écoles d’Orient, 1893, p. 195-196.

21 L’Italie et surtout l’Allemagne pointent alors du doigt la situation et demandent au Saint-Siège de se défaire du monopole français. Sur place, des religieux italiens ou allemands cherchent désormais la protection de leurs consuls respectifs, passant outre au privilège du représentant français à Jérusalem.

22 Voir la très récente biographie (2018) de Talaat Pacha par H.-L. Kieser : Talaat Pasha. Father of Modern Turkey, Architect of Genocide, Princeton, Princeton University Press.

23 Barrès M. (1917), Les diverses familles spirituelles de la France, Paris, Émile-Paul frères.

24 Notre-Dame de France des Assomptionnistes, en grande partie vidée de ses occupants, est gravement atteinte ; tandis que le couvent des Sœurs de Marie-Réparatrice, accolé à la muraille de la Vieille ville, est détruit.

25 Depuis 2015, la revue est éditée par l’université Saint-Joseph de Beyrouth.

26 Avec l’autre exception incarnée par le conseiller ecclésiastique à l’ambassade de France près le Saint-Siège.

27 Pensons en particulier la présence évangélique d’origine américaine, devenue de plus en plus visible ces dernières années, qui accompagne, voire constitue le principal soutien à la très récente décision américaine reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Trimbur, « Une diplomatie religieuse de la France, du xixe siècle à nos jours », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 05 mai 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/2374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.2374

Haut de page

Auteur

Dominique Trimbur

Chargé de mission, Histoire, Fondation pour la Mémoire de la Shoah (Paris) & Centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ)
https://crfj.academia.edu/DominiqueTrimbur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page