Navigation – Plan du site
Une histoire coloniale. La France, "puissance chrétienne"

L’Œuvre d’Orient et l’invention de la tradition française de protection des chrétiens d’Orient

L’Œuvre d’Orient and the invention of the French tradition of protecting Eastern Christians
Nathan Jobert

Résumés

Le regain d’engagements autour de la cause des chrétiens d’Orient en France depuis 2010 s’est accompagné d’une forte mobilisation de la tradition imputant à la France la protection des communautés chrétiennes en Orient. Cette tradition est une « invention », une construction historique, perpétuée et entretenue par certains acteurs dont le plus emblématique est l’Œuvre d’Orient. Créée en 1856, l’Œuvre d’Orient est un terrain propice pour analyser les évolutions d’une cause qui ne porte plus le même nom aujourd’hui qu’il y a deux siècles. Cet article propose donc de mettre en perspective les motifs de création de l’Œuvre, les profils de ses fondateurs, ses premières pratiques, avec les représentations, les modes d’actions et les représentations qui circulent mais aussi s’opposent au sein de l’espace de mobilisation actuel. Ainsi, certains fondements de la tradition, tels que la mission civilisatrice de la France et de l’Église en Orient, ne sont plus autant valorisés par les acteurs mêmes qui justifient leur engagement par leur volonté de perpétuer cet héritage.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Slogan de l’Œuvre d’Orient.

1L’Œuvre d’Orient est l’organisation historique de la cause des chrétiens d’Orient en France. Fondée en 1856 sous le nom de « l’Œuvre des écoles d’Orient » qu’elle abandonne pour celui de « l’Œuvre d’Orient » en 1931, elle revendique aujourd’hui plus de 160 ans d’engagement « au service des chrétiens d’Orient »1. Loin d’être tombée en désuétude, elle en est toujours un acteur incontournable, demeurant la seule organisation française rattachée canoniquement à l’Église catholique – dès 1858 – dédiée à celle-ci.

  • 2 Jacques Chirac, Paris, présidence de la République, discours du 15 mai 2006.
  • 3 Legrand H., Croce G.M. (2010), L’Œuvre d’Orient. Solidarités anciennes et nouveaux défis.

2La longévité de l’Œuvre fait l’objet d’une véritable mise en récit et de pratiques mémorielles. En 2006, à l’occasion de ses cent cinquante ans d’action, le président de la République Jacques Chirac prononce un discours et reçoit des patriarches catholiques orientaux à l’Élysée2. À Rome et Paris se tiennent également deux colloques sur l’histoire de l’organisation dont les actes ont donné lieu à un ouvrage collectif commémoratif publié en 2010 : L’Œuvre d’Orient. Solidarités anciennes et nouveaux défis3. En 2016, pour les cent soixante ans de l’organisation, c’est un concert à l’église de la Madeleine et une messe à Notre-Dame qui sont organisés. Ces célébrations ainsi que « les nombreuses chroniques relatant la création des premières années de l’Œuvre » s’accompagnent de « récits apologétiques » sur le rôle historique de l’organisation et de ses grandes figures, telle que celle du premier directeur de l’Œuvre, l’abbé Charles Lavigerie, dans la défense des chrétiens d’Orient (Trimbur, 2010, p. 115).

3La promotion et la commémoration de l’action historique de l’Œuvre d’Orient, assurées par l’organisation elle-même mais également par certains décideurs politiques et religieux, nous semblent avoir deux objectifs : légitimer, d’une part, l’organisation, construire, d’autre part, une continuité et une cohérence de son action en faveur des chrétiens d’Orient. L’Œuvre d’Orient revendique d’ailleurs dans ses écrits et sa communication une action ininterrompue, « en temps de guerre comme de paix », de soutien à « l’action des évêques, des prêtres et des communautés religieuses qui interviennent auprès de tous, sans considération d’appartenance religieuse »4. Cependant, cette description ne rend pas compte des ajustements de l’action de l’Œuvre d’Orient au fil des siècles. Enquêtant sur l’Œuvre d’Orient depuis maintenant plus de deux ans, nous y avons découvert un registre d’action hybride. Certaines pratiques ont perduré jusqu’à nos jours tandis que d’autres sont apparues au fil du temps en lien avec les transformations internes à l’Église et l’évolution des situations des communautés chrétiennes en Orient. L’hybridation du registre d’action de l’Œuvre se traduit dans la pluralité des statuts de celle-ci : elle est une « association d’intérêt général ayant un caractère social et humanitaire régie par la loi 1901 » mais également une « œuvre d’Église placée sous la protection de l’archevêque de Paris »5. C’est dans ce cadre que se côtoient un soutien traditionnel aux structures catholiques au Liban et, depuis 2013, une aide humanitaire d’urgence aux chrétiens persécutés par Daech.

  • 6 Voir Lagroye J., La vérité dans l’Église catholique contestations et restauration d’un régime d’aut (...)

4Cette présence de registres d’action différents au sein d’une organisation charitable catholique constitue un objet d’étude intéressant pour saisir l’évolution des enjeux et des représentations de la cause des chrétiens d’Orient en France ainsi que les processus d’institutionnalisation de nouvelles pratiques et de nouveaux engagements de bienfaisance au sein de l’Église catholique. Par processus d’institutionnalisation, nous entendons, à la suite des travaux de J. Lagroye sur l’Église catholique6, les processus par lesquels l’Église légitime des manières d’être, de penser et d’agir en les intégrant à sa politique générale, à « ses vérités » (Lagroye, 2006, p. 6). Ainsi, conformément à certaines réformes entreprises par l’institution catholique depuis le milieu du xxe siècle qui tendent à privilégier l’ouverture à l’Autre sur l’entraide communautaire, certaines pratiques de l’Œuvre au xixe siècle, ouvertement communautaires, ne sont plus autant valorisées par ses militants et dirigeants actuels.

5Depuis 2017, nous menons une enquête sociologique sur le fonctionnement de la cause des chrétiens d’Orient en France. Ce travail nous a conduit à observer les mobilisations de l’Œuvre, à réaliser une vingtaine d’entretiens avec ses militants, à étudier sa production écrite, sa communication ainsi que ses relations avec les acteurs publics et les autres organisations de cette cause. Lors de cette enquête, la mobilisation de la tradition pour légitimer les actions et les engagements en faveur des chrétiens d’Orient nous a particulièrement interpellé. La lecture des travaux de B. Heyberger nous a incité à remettre en question cette construction historique. C’est pourquoi nous proposerons dans cet article une approche méthodologique qui pourra être discutée mais qui nous semble heuristique pour interroger cette tradition. Elle consiste à mettre en perspective notre travail sur les premiers documents publiés par l’Œuvre d’Orient entre 1856 et 1860, avec les résultats et matériaux empiriques de notre enquête sociologique sur le fonctionnement actuel de la cause des chrétiens d’Orient. Face à l’usage de l’histoire, les pratiques mémorielles et la mobilisation d’une tradition, il nous est apparu important de prendre du recul et de chercher dans les premières productions écrites les fondements de l’action charitable de l’Œuvre. Si un travail sur l’ensemble des archives et sources documentaires de l’organisation reste encore à mener, le saut dans le temps que nous proposerons ici permettra de penser la construction historique du processus de légitimation de l’action conduite par l’Œuvre au nom de la tradition de protection des chrétiens d’Orient.

6Nous étudierons tout d’abord l’hybridation actuelle du registre d’action de l’Œuvre d’Orient, mélange complexe entre charité communautaire et pratiques humanitaires, puis nous reviendrons sur les premiers temps et registres d’action originels de l’Œuvre, enfin nous analyserons les luttes au sein de la cause autour de l’usage et de la politisation de la tradition.

L’hybridation du registre d’action actuel de l’Œuvre d’Orient (2010-2019)

7Subsiste en France l’« invention d’une tradition » (Hobsbawm, Ranger, 1983), attribuant au pays le rôle de protecteur des chrétiens d’Orient depuis les capitulations entre Soliman le Magnifique et François ier au xvie siècle. Des acteurs politiques, religieux et associatifs justifient leur engagement présent en faveur des chrétiens d’Orient au nom de cette tradition multiséculaire, invoquant une responsabilité historique à perpétuer. Emmanuel Macron en 2017, dans son discours d’inauguration de l’exposition Chrétiens d’Orient. 2000 ans d’histoire à l’Institut du monde arabe, déclare ainsi :

  • 7 Discours du président de la République pour l’inauguration de l’exposition Chrétiens d’Orient. 2000 (...)

« La France, vous le savez, entretient une longue histoire avec les chrétiens d’Orient, une très longue histoire, et nous avons recroisé tout à l’heure les prémices de celle-ci avec ce qui a précédé aux capitulations avec ce premier échange entre Soliman le Magnifique et François Ier, et depuis cette histoire ne s’est jamais arrêtée. »7

8L’invention de cette tradition induit une continuité et une cohérence dans l’action de la France et de l’Église en faveur des églises orientales. Pourtant, pendant des siècles, l’Église a considéré le christianisme oriental comme déviant, « dégénéré » (Heyberger, 2017, p. 82). Il faut attendre le concile de Vatican ii (1962-1965) et son décret Orientalum Ecclesiarum pour que la préséance du rite latin sur les rites orientaux [aequalis praestantia] prenne fin (Gonçalvés, 2014). L’Œuvre d’Orient est le témoin privilégié de ces évolutions qui tendent à être passées sous silence dans les pratiques mémorielles commémorant l’histoire du soutien de la France et de l’Église aux chrétiens d’Orient.

9Cette construction historique est donc politique. Elle tend à homogénéiser des contextes et pratiques du passé pour justifier certaines actions actuelles de la France et de l’Église au Proche et Moyen-Orient. Elle est également une construction sémantique. B. Heyberger situe l’apparition de l’expression, « typiquement française », de « chrétiens d’Orient » au milieu du xixe siècle dans le contexte du traité de Paris qui reconnaissait la France comme protectrice des catholiques de l’empire ottoman (1856), des réformes [tanzimat] de l’empire ottoman qui aboutirent à une plus grande liberté religieuse pour les communautés chrétiennes de l’empire ou, bien encore, de la création en 1856 de l’Œuvre des écoles d’Orient (Heyberger, 2017, p. 3). Dix ans auparavant, en 1846, était fondée l’Association du Mont-Carmel pour la protection des chrétiens d’Orient dont étaient membres Victor Hugo, Alexandre Dumas, mais également certains futurs fondateurs de l’Œuvre d’Orient, tels que le Comte de Montalembert et Charles Lenormant. Il n’est pas étonnant de retrouver d’éminents écrivains aux prémices de la construction de la tradition, celle-ci renouant directement avec le romantisme orientaliste. L’expression « chrétiens d’Orient » renvoie dès lors à une imagerie bien particulière : celle des croisades, de la Terre Sainte et de la « mission civilisatrice » de la France.

10Si les acteurs politiques et religieux mobilisent le poids de l’histoire pour justifier et légitimer leur engagement, ils ne revendiquent pas, aujourd’hui, s’inscrire dans la continuité de ce contexte historique dans lequel s’est forgée la tradition. Ainsi, l’Œuvre d’Orient ne valorise pas dans les discours de ses dirigeants comme dans sa production écrite ce passé lié aux velléités expansionnistes et civilisatrices françaises. La tradition mobilisée par les acteurs de la cause, aujourd’hui, ne porte donc plus le même nom qu’au milieu du xixe siècle et ne revêt plus les mêmes enjeux de légitimation.

  • 8 Rapport d’activité de l’association Fraternité Irak, années 2011 et 2015.
  • 9 Compte-rendu d’activité de l’Œuvre d’Orient, 2018.

11L’action actuelle de l’Œuvre s’inscrit dans un contexte bien particulier. Sur place, les exactions commises à l’encontre des chrétiens comme d’autres communautés se sont multipliées avec la guerre civile syrienne puis la prise en 2014 de la plaine de Mossoul en Irak par Daech. Ces événements ont provoqué indignations, émotions et une forte mobilisation en France, ravivant l’usage de la tradition dans l’espace public. Cette publicisation de la cause a eu notamment pour effet la multiplication des mobilisations et des engagements de la part d’acteurs publics politiques, religieux et associatifs. C’est dans ce contexte que se sont créées de nouvelles associations en France, telles que Fraternité en Irak (2011), SOS Chrétiens d’Orient (2013) ou la Coordination chrétiens d’Orient en danger (2013) pour aider les chrétiens d’Orient. Elles sont alors venues concurrencer le monopole historique de l’Œuvre d’Orient sur l’« agir » en faveur de la cause. Toutes ces associations, ainsi que l’Œuvre, voient les dons et les engagements affluer. Créée en 2010, l’association Fraternité en Irak, par exemple, a commencé par distribuer 368 kg de médicaments pour une valeur de 21 000 euros en 2011, mais parvient ensuite à collecter en 2015 plus de 750 000 euros8. En 2010, les fonds collectés par l’Œuvre d’Orient s’élevaient à 7,5 millions d’euros, alors qu’en 2018, cette somme atteignait près de 22,8 millions9. La cause des chrétiens d’Orient en France est donc, depuis le début des années 2010, en cours de restructuration. Cette dynamique nous a permis d’étudier le travail réalisé par l’Œuvre pour s’adapter au contexte de crise et aux bouleversements de son activité. Ces ajustements se traduisent notamment par une hybridation de son registre d’action.

Entre humanitaire d’urgence et soutien traditionnel aux structures ecclésiales catholiques

  • 10 Nous reprenons ici les principes humanitaires qui se sont imposés et diffusés au sein de l’espace p (...)

12Cette hybridation se constate en premier lieu dans la répartition de ses financements selon les pays. Malgré l’urgence de la situation en Irak et en Syrie, qui bénéficient respectivement d’environ 20 et 17 % des financements de l’Œuvre, c’est le Liban qui continue à percevoir la plus grande part (21 %). Cette priorité accordée au Liban s’inscrit dans le maintien et la préservation de pratiques traditionnelles de soutien aux maronites et aux intérêts catholiques dans le pays (Heyberger, 2018, p. 13-30). Cette aide est alors communautaire : elle vise à entretenir des liens spirituels et identitaires attachés à l’appartenance à une communauté. Elle n’est pas désintéressée et neutre comme celle prônée par les principes humanitaires10. Si elle finance bien plus les « rites orientaux » qu’à ses débuts, l’Œuvre d’Orient perpétue une aide communautaire en finançant dans sa grande majorité des congrégations, projets et communautés catholiques. Ainsi, le soutien financier aux chrétiens d’Orient orthodoxes ou aux musulmans n’est pas pratiqué.

  • 11 Rubrique « Nos missions », site de l’Œuvre d’Orient, op. cit.
  • 12 Rapport d’activité de l’Œuvre d’Orient, année 2017.

13Cette imbrication de pratiques traditionnelles et humanitaires se retrouve dans les trois domaines d’intervention que l’Œuvre s’est fixée : « Santé, actions sociales et humanitaires » ; « Éducation et culture » ; « Vie des diocèses »11. En 2017, 43 % des financements étaient attribués à la catégorie « Santé, actions et humanitaires », tandis que 27 % allaient à « Éducation et culture » et 30 % à « Vie des diocèses »12. L’action de l’Œuvre s’inscrit donc aussi bien dans le registre de l’urgence humanitaire, en consacrant une part importante de ses subventions à des « aides d’urgence », mais entretient également une aide continue, sur le long terme, visant à la préservation du patrimoine des communautés chrétiennes en Orient et au dynamisme des structures ecclésiales. F. Mabille constate une imbrication similaire dans ses travaux sur la pluralité des modes d’action du Comité catholique contre la faim et pour le développement :

« Pour son domaine d’activité – le développement –, l’Église catholique […] apparaît moins comme un ordre que comme un entrecroisement d’actions multiples, complémentaires ou opposées, constitué d’ajustements multiples. » (Mabille, 2002, p. 46)

  • 13 Mabille F. (2016), Le Secours catholique (1946-2016).
  • 14 Formule de Paul vi dans sa « lettre encyclique sur le développement des peuples » du 26 mars 1967.

14Lors de nos entretiens à l’Œuvre, nous avons constaté que, dans cette pluralité de modes d’action, le registre humanitaire était bien davantage valorisé par les militants et les dirigeants de l’Œuvre. F. Mabille, dans son travail sur les organisations humanitaires catholiques (CCFD ; Secours catholique)13, J. Siméant dans son analyse des liens entre socialisation catholique et engagement humanitaire, ont mis en évidence le registre humanitaire comme nouveau « bien de salut » (Siméant, 2009, p. 101-122), et « registre d’intervention de l’Église sur la scène internationale » (Mabille, 2002, p. 30-51). Ces auteurs soulignent l’épanouissement des organisations et acteurs catholiques dans ce registre qui permet aux individus à la fois d’activer leurs dispositions et compétences altruistes liées à leur socialisation catholique, tout en étant en adéquation avec l’économie morale des sociétés sécularisées. J.-M. Donegani souligne que la sécularisation a conduit à une légitimation de l’Église « sur des questions touchant aux droits de l’homme, au développement ou à la justice sociale » et, à l’inverse, à une répudiation de son intervention « sur des questions relevant de la conscience privée, qu’il s’agisse des préférences sexuelles ou des choix politiques » (Donegani, 2015, p. 230). Le registre humanitaire apparaît dès lors comme un registre permettant à l’Église de réaliser son rôle « d’expert en humanité »14.

  • 15 Rubrique « Nos missions », site de l’Œuvre d’Orient, op. cit.

15Dans sa communication, l’Œuvre entend se définir comme une association au « caractère social et humanitaire ». Aussi préfère-t-elle promouvoir son soutien à l’action des représentants et des communautés catholiques « qui interviennent auprès de tous, sans considération d’appartenance religieuse »15, plutôt que son action en faveur des congrégations latines françaises. L’appropriation par l’Œuvre d’Orient de certaines pratiques et discours du registre humanitaire nous semble ici s’inscrire dans le processus d’atténuation de la dimension communautaire de son action. Ce processus prend racine dès la deuxième moitié du xixe siècle lorsque l’Église commence à privilégier une charité désintéressée, silencieuse, au détriment de pratiques communautaires et prosélytes. L’un des acteurs majeurs de ce tournant ne serait autre que le premier directeur de l’Œuvre d’Orient, l’abbé Lavigerie. Dans le Bulletin périodique de l’Œuvre des écoles d’Orient de 1859 (p. 174), il expliquait ainsi :

« L’école est le seul moyen, en Orient, de faire entendre directement aux hérétiques et aux musulmans eux-mêmes la prédication de la vérité. Ils n’entrent point dans nos églises, ils n’écoutent point nos missionnaires, mais ils viennent demander pour leurs enfants la science de notre langage. […] Messieurs, lorsque nous développons le plan de notre pacifique entreprise, destinée à donner par la persuasion et par la charité des enfants à la foi, là où la foi a pris naissance, trouvons-nous dans les cœurs de nos Frères des intelligences secrètes qui assurent bientôt notre triomphe. »

16Dans ces propos de Charles Lavigerie, décelons les prémices de ce qu’il mettra en place, dix ans plus tard, en fondant les pères et sœurs blancs, à savoir l’atténuation du caractère prosélyte de la mission par des actions de charité et d’enseignement. Dans ses Instructions aux missionnaires de 1878, il écrit :

  • 16 Mgr Lavigerie C. (1878), Instructions aux missionnaires, Lettre de Lavigerie au père Deguerry, Namu (...)

« Gagner les cœurs infidèles par les œuvres de charité avant de s’occuper de conversion. … Gardez-vous bien de faire du prosélytisme. Contentez-vous de gagner leur cœur par les bienfaits et la charité et laissez faire le temps »16.

17En tant qu’œuvre d’Église, agissant en son nom, l’Œuvre d’Orient dans sa pratique de la charité, contrairement aux autres organisations, doit agir en conformité avec le « régime de vérité » de l’institution (Lagroye, 2006). L’hybridation de son registre d’action actuel révèle les tiraillements de l’organisation entre « faire le bien », conformément à ce qui est attendu au sein de l’institution, et l’aide communautaire, intrinsèque à la cause défendue et aux fondements de sa création.

Aux origines de l’Œuvre d’Orient (1856-1860) : entre charité communautaire et « mission civilisatrice »

18D. Trimbur (2010, p. 119) souligne que la création de l’Œuvre d’Orient en 1856 s’inscrit dans un contexte, sur le plan national, de résurgence d’un projet politico-religieux de catholiques engagés, d’un renouveau clérical et missionnaire et enfin de la « redécouverte romantique de l’Orient ». Ces différentes dynamiques se cristallisent dans la création de l’Œuvre et ses premières actions.

L’Œuvre des écoles d’Orient : reflet du militantisme catholique de ses fondateurs

19La fondation de l’Œuvre des écoles d’Orient reflète les ambitions de laïcs catholiques engagés dans différentes sphères de la vie sociale de l’époque et aux positions sociales élevées. D. Trimbur (ibid., p. 120) décrit bien ce « milieu » où l’on compte des professeurs d’université, tels que le mathématicien Augustin Cauchy (1789-1857) et l’archéologue Charles Lenormant (1802-1859), des hommes politiques à l’instar des députés légitimistes Alfred de Falloux (1811-1886) et du comte Charles de Montalembert (1810-1870). À l’aune des positions sociales, titres de noblesse et professions des fondateurs, on peut parler, ici, d’une mobilisation d’élites catholiques engagées dans la « restauration d’une certaine France, à l’intérieur comme à l’extérieur » (ibid., p. 121) : une France cléricale ayant une mission « civilisatrice ».

  • 17 Article 2 des statuts de l’association.

20Le baron Cauchy a ainsi participé à la fondation en 1842 de l’Institut catholique de Paris et a été un membre actif de l’Œuvre de Saint-Vincent-de-Paul. Le comte de Montalembert a été membre de l’Association pour le Mont-Carmel et la protection des chrétiens d’Orient dont l’objectif était d’« améliorer la situation de l’hospice du Mont-Carmel, celle des autres monastères et des chrétiens d’Orient »17. Mais il était surtout un théoricien et fervent militant du catholicisme libéral. Dans ce cadre, il était engagé dans la création d’un parti catholique. Le député Alfred de Falloux a été ministre de l’Instruction publique et des cultes entre 1848 et 1849, période durant laquelle il entreprit, avec le comte de Montalembert, d’augmenter l’influence du clergé sur l’enseignement. Ainsi, la loi Falloux, votée en 1850, plaçait les écoles primaires sous la surveillance des curés et facilitait l’enseignement par des représentants de congrégations catholiques. L’archéologue et égyptologue Charles Lenormant a participé, quant à lui, au voyage en Égypte avec Champollion et a été conservateur du cabinet des médailles. Il a également été professeur à la Sorbonne, de 1835 à 1848, avant d’en être remercié du fait de son prosélytisme, puis de finir sa carrière au Collège de France.

  • 18 Voir références complètes en bibliographie.

21La plupart de ces acteurs sont également les auteurs d’ouvrages militants sur la liberté religieuse, l’enseignement catholique ou encore la théologie. Citons les écrits d’Alfred de Falloux, tels que son Histoire de saint Pie V (1848) ou Le parti catholique (1856), ceux encore du comte de Montalembert, comme Du devoir des catholiques dans la question de la liberté d’enseignement (1843) ou Des intérêts catholiques au xixe siècle (1852)18. Entre hagiographies d’hommes d’Église et essais en faveur d’une liberté religieuse dans l’enseignement et dans la société, ces ouvrages apportent des éclairages sur la pensée et le contexte intellectuel qui ont inspiré la création de l’Œuvre des écoles d’Orient.

  • 19 Voir, par exemple, « Du nouveau projet de loi sur l’instruction publique, présenté par M. Falloux à (...)

22On retrouve en outre ses fondateurs au cœur de la vie éditoriale du journal catholique Le Correspondant – repris en main par le comte de Montalembert en 1855 –, dans lequel ils défendent leurs convictions politico-religieuses. Charles Lenormant y écrivait ainsi en 1843 un article sur « la certitude évangélique » dans lequel il défend le caractère « absolu » de l’histoire évangélique face à la méthode historienne. Alfred de Falloux et Charles de Montalembert se servirent du journal comme tribune pour défendre et promouvoir leur projet de loi19. La fondation de l’Œuvre des écoles d’Orient est donc un prolongement direct des engagements politiques, religieux et intellectuels des fondateurs. Les choix des premiers registres d’action de l’organisation en attestent.

Les registres originels de l’Œuvre d’Orient (1856-1860)

23Les registres d’action originels de l’Œuvre d’Orient entrent en résonnance avec les écrits et engagements des fondateurs. Ainsi, l’enseignement est un registre d’action privilégié de l’Œuvre qui fait du financement d’écoles catholiques le cœur de son action charitable. Le premier article du « règlement général » de l’Œuvre indique :

« L’Œuvre des écoles d’Orient a pour but de travailler […] à multiplier, en Orient, les écoles catholiques et les œuvres qui s’y rattachent. » (Bulletin périodique de l’Œuvre des écoles d’Orient, 1859, p. 169).

24Les témoignages et lettres de soutien d’ecclésiastiques, ainsi que les rapports d’activité qui composent les premiers bulletins périodiques de l’Œuvre soulignent le rôle primordial accordé à l’enseignement :

« Je ne puis qu’applaudir à la pensée inspiratrice de cette œuvre éminemment catholique, destinée, selon moi, à rendre de grands services à la religion en Orient, où tout languit avec la Foi, précisément parce que l’instruction et l’éducation chrétienne ont été véritablement trop négligées par le passé. » (Bulletin périodique de l’Œuvre des écoles d’Orient, 1857, p. 31 : Lettre du Patriarche latin de Jérusalem au Président de l’Œuvre des écoles d’Orient).

« Notre dessein est de relever par l’éducation les nations orientales tristement déchues ou malheureusement égarées. » (Bulletin périodique de l’Œuvre des écoles d’Orient, 1859, p. 178 : Rapport de l’abbé Lavigerie, directeur de l’Œuvre des écoles d’Orient, sur l’activité de l’Œuvre pendant l’année 1858-1859).

25C’est dans ce cadre que les premiers fonds attribués par l’Œuvre des écoles d’Orient sont octroyés aux congrégations catholiques pour les aider dans leur pratique de l’enseignement : 440 francs pour le financement de livres pour les sœurs de Damas tandis que les lazaristes et les sœurs de Saint-Vincent-de-Paul se voient respectivement accorder 1 600 et 1 000 francs (Bulletin périodique de l’Œuvre des écoles d’Orient, 1858, p. 7-8).

26Par sa vocation originelle et ses premières actions, il est peu étonnant de voir, en 1858, l’Œuvre entrer dans le giron de l’Église, deux ans à peine après sa création, lorsque le Pape Pie ix consacre canoniquement l’Œuvre en tant qu’« œuvre d’Église ». Dans un bref papal d’avril 1858, le souverain pontife rappelle les motifs de cette consécration :

« Nous avons coutume de favoriser entre toutes les autres, les pieuses institutions qui … ont surtout pour but de propager la foi catholique. » (ibid., p. 2-3 : Bref du Pape Pie ix en faveur de l’Œuvre des écoles d’Orient).

27En devenant une œuvre d’Église, l’Œuvre d’Orient voit nommer à sa tête un ecclésiastique en tant que directeur général, l’abbé Lavigerie. Elle est également rattachée à la congrégation De Propagande Fide. Cette congrégation de la curie romaine, fondée en 1622, a pour mission de propager le christianisme dans les territoires non convertis. Ce rattachement institutionnel inscrit l’action de l’Œuvre en faveur des congrégations catholiques en Orient dans la pratique missionnaire.

28La charité, l’enseignement et la mission se confondent alors en une action commune : l’Œuvre fait acte de charité en finançant les congrégations catholiques qui font de l’enseignement et de la charité un outil missionnaire. La pratique missionnaire a pour objectif premier de « régénérer » les chrétiens de l’empire ottoman, puis de ramener les « schismatiques » orthodoxes au catholicisme et, dans un troisième temps, de convertir les musulmans (Heyberger, 2011, p. 196). Les chrétiens d’Orient sont donc davantage les récipiendaires d’une entreprise missionnaire que les bénéficiaires d’une aide bienfaisante de la part de ces acteurs catholiques français. L’abbé Lavigerie souligne dans un de ses rapports à propos des Églises chrétiennes orientales :

« Le plus grand ennemi de nos frères, c’est l’ignorance. … Nos religieux, nos frères, nos sœurs viennent avec leurs écoles leur enseigner les vérités de cette foi qu’ils suivent sans la connaître. » (Bulletin périodique de l’Œuvre des écoles d’Orient, 1859, p. 177).

29Revenir sur les pratiques originelles de l’Œuvre permet de constater que les récits contemporains commémorant son action tendent à éluder les registres communautaire et missionnaire pourtant au cœur de son action charitable des premiers pas. À sa création, l’Œuvre pratique en effet une charité communautaire : ses financements sont adressés dans leur immense majorité à des congrégations catholiques de rite latin. Ainsi, sur les 41 985 francs distribués lors de l’année 1858, seuls 2 000 francs sont accordés aux « rites orientaux » (ibid., p. 185). Ces congrégations latines sont aussi essentiellement françaises, l’aide pouvant alors être considérée comme doublement communautaire.

30On retrouve ici les aspirations des fondateurs et leur volonté de bâtir une « association étroite entre les objectifs religieux et culturels de l’Église catholique et les visées expansionnistes françaises, sous couvert de « mission civilisatrice » (Heyberger, 2017, p. 3). Cette imbrication entre intérêt colonial et religieux est incarnée par le premier président de l’Œuvre, le maréchal Bosquet qui dirigea l’armée française lors de la Guerre de Crimée, laquelle prit fin avec la signature du Traité de Paris en 1856, fait historique revendiqué comme fondateur par l’Œuvre d’Orient. Par ailleurs, des remerciements sont adressés au gouvernement français, dans des témoignages publiés dans les premiers bulletins périodiques, pour leur soutien aux missionnaires catholiques :

« Je signalerai avec un sentiment profond de reconnaissance la bienveillance de M. Thiers, qui, pendant qu’il était ministre des Affaires étrangères, nous fit accorder le passage gratuit sur les paquebots à vapeur de l’État, pour tous nos missionnaires, nos sœurs de la charité, et les frères des écoles chrétiennes. »(Bulletin périodique de l’Œuvre des écoles d’Orient, 1857, p. 8) : Rapport sur les Missions des Lazaristes et des filles de la charité dans le Levant, M. Étienne, supérieur général)

31Dans cette imbrication entre politique étrangère française et intérêt de l’Église en Orient, on ne manque pas d’assister à une réhabilitation des croisades. La croix de Jérusalem, symbole des croisés, est choisie comme emblème de l’Œuvre, et l’est d’ailleurs encore aujourd’hui. À plusieurs reprises, l’abbé Lavigerie évoque dans les premiers bulletins de l’Œuvre l’idée de « croisade pacifique » ou celle de « croisade de charité » (Bulletin périodique de l’Œuvre des écoles d’Orient, 1857, p. 6 et 1858, p. 171). C’est dans ce contexte d’imbrication entre colonialisme français et mission catholique qu’émerge l’invention de la tradition française de protection des chrétiens d’Orient. Elle est co-construite, explique B. Heyberger (2017, p. 84), par une « partie de l’opinion française et une fraction des maronites » pour légitimer l’interventionnisme de la France et de l’Église en Orient. L’Œuvre d’Orient devient alors une véritable œuvre patriotique catholique.

  • 20 Sur les « massacres » de 1860, on ne reviendra pas ici sur une bibliographie récente qui a très lar (...)

32En 1860, les massacres de chrétiens au Mont-Liban et à Damas provoquent l’intervention de l’armée française et l’essor de la notoriété de l’Œuvre20. Ces événements inscrivent l’expression « chrétiens d’Orient » et l’idée d’une tradition séculaire de protection de ces derniers par la France dans l’opinion publique (ibid., p. 5). Cent soixante ans plus tard, cette tradition inventée semble plus ancrée que jamais dans l’imaginaire collectif français et ce malgré l’évolution des relations entre la France et l’Église. Elle fait toutefois l’objet d’une lutte de définition comme de légitimation entre des acteurs qui revendiquent de s’engager en son nom.

Luttes de légitimation autour de la politisation et de l’usage de la tradition au sein de la cause

33Un retour aux origines de l’invention de cette tradition de protection des chrétiens d’Orient permettra de mieux saisir ici les enjeux actuels de légitimation autour de son usage, différencié et concurrentiel, par les différents acteurs. L’avènement, ces dix dernières années, de nouvelles organisations revendiquant toutes œuvrer pour cette cause a, en effet, provoqué des luttes de légitimité autour de la politisation de la question et de la défense de certaines représentations de la tradition.

L’abandon de la politisation de l’aide par l’Œuvre d’Orient

  • 21 « On n’envoie pas un jeune Français six mois en Irak ou en Syrie alors qu’il y a des cellules dorma (...)
  • 22 Le 27 mars 2016, une délégation française – dont cinq parlementaires du parti Les Républicains (LR) (...)

34Alors que la création de l’Œuvre s’inscrivait dans un contexte de revendications par des militants catholiques assumés d’un projet politico-religieux en France et en Orient, la direction actuelle de l’Œuvre d’Orient revendique son apolitisme. C’est dans ce cadre que le directeur de l’Œuvre, Mgr Gollnisch, est entré dans une dispute avec l’association SOS Chrétiens d’Orient. Le 8 novembre 2017, il attaque cette dernière lors d’une Assemblée plénière des évêques de France en condamnant l’envoi de jeunes volontaires sur des zones de conflits, ainsi que la rhétorique partisane de l’association21. SOS Chrétiens d’Orient a en effet politisé son aide en organisant, par exemple, des rencontres entre des députés français et Bachar Al-Assad22. A. Artaud de La Ferrière, dans son travail sur SOS Chrétiens d’Orient, souligne qu’elle est « porteuse d’une volonté de projet sociétal pour les chrétiens d’Occident en France, qui est de renforcer leur identité chrétienne et d’affirmer cette identité dans l’espace public ». SOS Chrétiens d’Orient « cultive un profil catholique traditionaliste et souverainiste » (Artaud de La Ferrière, 2017, p. 28-29). L’action de l’association fait dès lors davantage écho aux ambitions originelles des fondateurs de l’Œuvre d’Orient qu’aux positions des dirigeants actuels de cette dernière. L’association renoue, par exemple, avec la thématique de la mission civilisatrice de la France :

  • 23 Rubrique « Qui sommes-nous ? », site de SOS Chrétiens d’Orient : https://soschretiensdorient.fr/ind (...)

« L’association témoigne de la vocation supérieure de la France : retisser le lien avec les chrétiens d’Orient. Devoir qui n’est pas simplement humanitaire, mais aussi culturel et civilisationnel. »23

35Les deux fondateurs de l’association, Benjamin Blanchard, ancien collaborateur parlementaire d’une eurodéputée Front national, et Charles de Meyer, ancien collaborateur du maire Front national d’Orange, mêlent engagement religieux et politique. Ils publient sur le site Boulevard Voltaire et assurent une émission sur Radio Courtoisie, deux médias réputés conservateurs et proches de l’extrême-droite. Charles de Meyer indique ainsi dans la description de son profil Twitter le hashtag #TeamMaurras qui affiche clairement ses inspirations intellectuelles et nationalistes. En outre, comme le souligne A. Artaud de La Ferrière, un certain nombre de militants de SOS Chrétiens d’Orient connaissent leur premier engagement au sein de « La Manif pour Tous ». Ce militantisme catholique de SOS Chrétiens d’Orient investissant la sphère publique et politique n’est pas sans rappeler celui des fondateurs de l’Œuvre. Dans son action et ses prises de position, SOS Chrétiens d’Orient entretient donc une représentation communautaire de la cause et une approche de la tradition qui entend renouer avec son contexte d’émergence.

36De son côté, l’Œuvre d’Orient ne revendique plus explicitement de projet politique catholique. Elle se pose en organisation légitime et en partenaire privilégié des pouvoirs publics par son respect de la sécularisation de l’espace public, une atténuation du caractère communautaire de son aide et une neutralité politique :

« Mgr Gollnisch a tendance à dire qu’il traite de questions politiques sans faire de la politique… Il a une volonté de se tourner vers des acteurs politiques français quel que soit leur bord à partir du moment où ces acteurs sont prêts à faire quelque chose de positif pour les chrétiens d’Orient. » (Entretien du 8 mars 2017 avec Rachel, responsable « Réseau France » à l’Œuvre d’Orient)

37La politisation de la cause est perçue comme dangereuse pour les chrétiens d’Orient par les militants de l’Œuvre qui considèrent que ceux-ci ne doivent plus être assimilés aux ambitions expansionnistes occidentales mais être reconnus comme des citoyens à part entière des sociétés dans lesquelles ils vivent. On constate ainsi une véritable différence avec les premières actions de l’Œuvre qui en faisaient une œuvre catholique, patriotique, nostalgique des croisades. Aujourd’hui, le créneau de la communautarisation et de la politisation de l’aide envers les chrétiens d’Orient est investi par SOS Chrétiens d’Orient. Cela lui vaut le soutien de franges traditionnalistes et conservatrices de l’Église, – telles que la Fraternité Saint-Pie x –, opposées au pape François et critiques à l’égard du concile de Vatican ii (1962-1965) qui actait l’ouverture de l’Église au monde et prônait le dialogue inter-religieux.

38L’apparente dépolitisation de son action et l’atténuation de ses pratiques communautaires ne signifient pas pour autant que l’Œuvre d’Orient n’entretient aucun rapport avec les pratiques charitables et les ambitions de ses premières années. Nous avons en effet déjà souligné que l’action actuelle de l’Œuvre relevait d’une imbrication complexe de pratiques passées et de nouvelles formes d’engagement empruntés à l’humanitaire.

  • 24 On compte ainsi un maréchal, un général, deux amiraux, trois vice-amiraux et un contre-amiral.
  • 25 Le conseil d’administration de l’Œuvre d’Orient compte actuellement douze membres cooptés. Les autr (...)

39La composition actuelle du conseil d’administration de l’Œuvre illustre bien la préservation de certaines intentions originelles de l’organisation. On y retrouve en effet une élite semblable à celle des premiers temps. Le président actuel, le vice-amiral P. Sabatié-Garat, s’inscrit ainsi dans la lignée des haut-gradés militaires présidents de l’Œuvre : huit des quinze présidents de l’Œuvre ont ainsi été des militaires24. Le conseil d’administration de l’Œuvre est également constitué d’anciens ambassadeurs français près le Saint-Siège (S. de Laboulaye, B. Joubert) et de membres du clergé (Mgr C. Bressolette)25. Il incarne donc l’imbrication entre les intérêts français et catholiques en Orient et les fondements à l’origine de la création de l’Œuvre. Observons donc la reproduction au sein de l’Œuvre d’Orient, comme, plus largement, autour de la cause des chrétiens d’Orient, d’une élite catholique qui participe à l’entretien et au maintien d’une tradition de protection des chrétiens d’Orient en vue de légitimer certaines actions et engagements de la France ou de l’Église au Moyen-Orient.

40L’Œuvre d’Orient n’a donc pas rompu avec cet héritage mais a adapté le narratif de ses pratiques mémorielles à l’économie morale de la sécularisation aussi bien qu’à ses relations avec les pouvoirs publics. Elle entend ainsi défendre un usage de la tradition qui prendrait soin néanmoins de se démarquer des fondements communautaires comme des aspirations politico-religieuses proclamés à sa création. Cet usage ne doit cependant pas décourager l’analyse des investissements religieux, politiques, humanitaires ou bien encore communautaires, venant s’agréger à cette cause.

Conclusion

41La mise en relation des sources documentaires des premières années de l’Œuvre d’Orient, créée dans le contexte de la redécouverte romantique de l’Orient et autour de militants catholiques engagés, avec la crise actuelle de la cause, permet de déceler certains enjeux autour de l’invention et de la mobilisation de cette tradition française de protection des chrétiens d’Orient par l’Œuvre d’Orient. Cette tradition légitime ainsi l’action de la France et de l’Église au Proche et Moyen-Orient. Le soutien apporté aujourd’hui aux chrétiens d’Orient n’est pourtant plus celui du milieu du xixe siècle. Le registre humanitaire et les pratiques de l’aide sans considération d’appartenance religieuse semblent en effet désormais être davantage mis en valeur. Ils cohabitent toutefois avec certaines pratiques et registres communautaires que l’on peut en l’occurrence qualifier de traditionnels. Malgré sa faible valorisation dans l’espace public et dans les processus d’institutionnalisation au sein de l’Église, ces pratiques communautaires de l’aide restent entretenues par des élites catholiques qui tendent à se reproduire autour de la cause des chrétiens d’Orient. Cette reproduction se caractérise donc par une réinvention régulière de la tradition de protection des chrétiens d’Orient par la France.

Haut de page

Bibliographie

Artaud de La Ferrière A., 2017, « Ces jeunes chrétiens partis en Syrie », Esprit, no 9, p. 28-31.

Donegani J.-M., 2015, « La sécularisation du croire : pragmatisme et religion », Archives de sciences sociales des religions, 1, no 169, p. 229-261.

Falloux (de) A., 1848, Histoire de saint Pie v, pape, de l’ordre des Frères prêcheurs, Paris, Bray.

Falloux (de) A., 1856, Le parti catholique, ce qu’il a été, ce qu’il est devenu, Paris, Bray.

Gonçalvés B., 2014, L’appartenance à une Église de droit propre dans l’Église catholique. D’un principe juridique établi à une réalité malmenée, thèse de droit canonique et d’histoire du droit et des institutions, Institut catholique de Paris et Université Paris XI.

Heyberger B., 2017, Les chrétiens d’orient, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

Heyberger B., 2018 « La France et la protection des chrétiens maronites. Généalogie d’une représentation », Relations internationales, 2018/1, no 173, p. 13-30.

Hobsbawm E., Ranger T. (ed.), 1983, The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press.

Lagroye J., 2006, La vérité dans l’Église catholique. Contestations et restauration d’un régime d’autorité, Paris, Belin.

Lagroye J., 2009, Appartenir à une institution. Catholiques en France aujourd’hui, Paris, Economica.

Legrand H., Croce M.G. (dir.), 2010, L’Œuvre d’Orient. Solidarités anciennes et nouveaux défis, Paris, Cerf.

Mabille F., 2002, « L’action humanitaire comme registre d’intervention de l’Église catholique sur la scène internationale : l’exemple du CCFD », Genèses, 3, no 48, p. 30-51.

Mabille F., 2016, Le Secours catholique. 1946|2016, Paris, Cerf.

Montalembert (de) C., 1843, Du devoir des catholiques dans la question de la liberté d’enseignement, Paris, L’Univers.

Montalembert (de) C., 1852, Des intérêts catholiques au xixe siècle, Paris, Librairie H. Goemaere.

Ruiz de Elvira L., Saeidnia S. (dir.), 2020 (à paraître), Les mondes de la bien-faisance. (Se) mobiliser pour le « bien », (se) gouverner par le « bien », CNRS Éditions.

Siméant J., 2009, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises », Le Mouvement Social, 2, no 227, p. 101-122.

Trimbur D., 2010, « Entre politique et religion. Les origines et les premières années de l’Œuvre des écoles d’Orient », p. 109-128, in Legrand H., Croce M.G. (dir.), L’Œuvre d’Orient. Solidarités anciennes et nouveaux défis, Paris, Cerf.

Haut de page

Notes

1 Slogan de l’Œuvre d’Orient.

2 Jacques Chirac, Paris, présidence de la République, discours du 15 mai 2006.

3 Legrand H., Croce G.M. (2010), L’Œuvre d’Orient. Solidarités anciennes et nouveaux défis.

4 Rubrique « Nos missions », site de l’Œuvre d’Orient : https://oeuvre-orient.fr/nous-connaitre/nos-missions/ [consulté le 16/04/2020].

5 Rubrique « Notre organisation », site de l’Œuvre d’Orient : https://oeuvre-orient.fr/nous-connaitre/organisation/ [consulté le 16/04/2020].

6 Voir Lagroye J., La vérité dans l’Église catholique contestations et restauration d’un régime d’autorité (2006) et Appartenir à une institution. Catholiques en France aujourd’hui (2009).

7 Discours du président de la République pour l’inauguration de l’exposition Chrétiens d’Orient. 2000 ans d’histoire à l’Institut du monde arabe, le 27 septembre 2017.

8 Rapport d’activité de l’association Fraternité Irak, années 2011 et 2015.

9 Compte-rendu d’activité de l’Œuvre d’Orient, 2018.

10 Nous reprenons ici les principes humanitaires qui se sont imposés et diffusés au sein de l’espace public et auprès des pouvoirs publics. S’ils ne vont pas de soi, c’est bien à ces principes humanitaires dominants que tentent de se conformer les militants catholiques de la cause. À noter que d’âpres discussions portent sur la définition des catégories du « bien », auxquelles n’échappe pas l’humanitaire. Voir la parution prochaine de l’ouvrage collectif de L. Ruiz de Elvira et S. Saeidnia (dir.), Les mondes de la bien-faisance.

11 Rubrique « Nos missions », site de l’Œuvre d’Orient, op. cit.

12 Rapport d’activité de l’Œuvre d’Orient, année 2017.

13 Mabille F. (2016), Le Secours catholique (1946-2016).

14 Formule de Paul vi dans sa « lettre encyclique sur le développement des peuples » du 26 mars 1967.

15 Rubrique « Nos missions », site de l’Œuvre d’Orient, op. cit.

16 Mgr Lavigerie C. (1878), Instructions aux missionnaires, Lettre de Lavigerie au père Deguerry, Namur, Éd. Grands Lacs, p. 104-105, cité par Chabanon G., « Lavigerie et l’Œuvre des écoles d’Orient », in Legrand H., Croce G M., L’Œuvre d’Orient, op. cit, p. 30.

17 Article 2 des statuts de l’association.

18 Voir références complètes en bibliographie.

19 Voir, par exemple, « Du nouveau projet de loi sur l’instruction publique, présenté par M. Falloux à l’Assemblée législative, dans la séance du 18 juin 1849 », Le Correspondant, publié le 1er juillet 1849.

20 Sur les « massacres » de 1860, on ne reviendra pas ici sur une bibliographie récente qui a très largement renouvelé la question.

21 « On n’envoie pas un jeune Français six mois en Irak ou en Syrie alors qu’il y a des cellules dormantes de Daech dans le pays. […] On doit éviter que la question des chrétiens d’Orient soit liée de manière partisane. Nous devons parler aux élus, aux cabinets ministériels, mais ne pas se lier à un parti », discours de Mgr Gollnisch à l’Assemblée plénière des évêques de France de novembre 2017.

22 Le 27 mars 2016, une délégation française – dont cinq parlementaires du parti Les Républicains (LR) – a rencontré Bachar Al-Assad. Depuis, SOS Chrétiens d’Orient a organisé de nouveaux entretiens de ce type.

23 Rubrique « Qui sommes-nous ? », site de SOS Chrétiens d’Orient : https://soschretiensdorient.fr/index.php/fr/l-association [consulté le 16/04/2020].

24 On compte ainsi un maréchal, un général, deux amiraux, trois vice-amiraux et un contre-amiral.

25 Le conseil d’administration de l’Œuvre d’Orient compte actuellement douze membres cooptés. Les autres membres exercent des professions diverses telles que celles d’avocat, de médecin ou encore de directeur d’un groupe bancaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathan Jobert, « L’Œuvre d’Orient et l’invention de la tradition française de protection des chrétiens d’Orient », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 05 mai 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/2489 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.2489

Haut de page

Auteur

Nathan Jobert

Doctorant, Science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP / Univ. Paris 1, CNRS & EHESS)
nathan.jobert@etu.univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page