تصفح – مخطط الموقع
Résumés de thèses

L’esthétique populaire de l’habitat à Tunis

Khaldi Leïla

النص الكامل

Thèse de Doctorat en Aménagement et Urbanisme, sous la direction de Jean-Pierre Frey (Professeur émérite, IUP & UMR LAVUE), soutenue le 9 novembre 2018 à l’Université Paris-Nanterre (CRH-LAVUE)

  • 1 Cette recherche a bénéficié d’un financement de l’Institut de recherche pour le développement (Prog (...)
  • 2 Depaule J.-C., 1986, À travers le mur, Paris, Centre de création industrielle, Centre Georges Pompi (...)

1Notre thèse a eu pour objectif de donner à voir des pans relativement occultés du paysage urbain tunisois actuel, avec ce qu’ils comportent comme fabrications vernaculaires et autres agencements de dispositifs ornementaux sur les façades des habitations familiales en particulier, dans la ville de Tunis et en faisant un détour par Le Caire1. La raison d’être de ce travail tient au fait que « c’est la plus grande partie de ce qui se fait », comme l’écrivait Jean-Charles Depaule lorsqu’il esquissait son catalogue d’éléments vernaculaires contemporains relevés sur les façades des habitations du Caire et de Damas2.

Posture de départ

2Les quartiers dits populaires, informels ou non règlementaires font partie des quartiers sur lesquels ont porté nos investigations, mais ils ne s’y limitent pas. Ce travail s’intéresse à l’esthétique populaire, c’est-à-dire que l’on y suppose l’existence d’une manière populaire et répandue de concevoir l’esthétique de l’habitation. La conception de cette esthétique se fait par les habitants qui fabriquent leur habitation partiellement ou totalement en marge des circuits officiels de construction. Dans ces quartiers, les habitants construisent « seuls », mais pas tout à fait non plus : c’est une fabrication qui se situe certes en dehors des circuits formels de la production du bâti, mais avec le recours de maçons et d’autres corps de métiers spécialisés, autrement dit avec la technicité de certains professionnels. Selon les quartiers et leur genèse, ils ont également recours à un ingénieur civil afin de dessiner les plans de la future maison et obtenir un permis de construire, sans que cela ne garantisse par la suite l’exécution effective selon les plans initialement projetés.

3L’aspect des façades telles qu’elles se présentent à la vue des passants à partir de l’espace public nous a conduite, en tant qu’architecte, à nous questionner au départ sur la façon de faire des habitants constructeurs pour fabriquer une esthétique sur la façade de leur habitation, tout en cherchant à nous enquérir de l’existence ou non d’une conscience de l’image ainsi renvoyée d’eux-mêmes à l’espace urbain. Nous n’étions pas tout à fait sûre, au départ de notre travail, de l’existence d’une « esthétique » recherchée et conscientisée, mais nous formulions tout de même l’hypothèse que les habitants disposaient de compétences pour la fabriquer. Il était évidemment entendu que sous le qualificatif général d’« habitants » se cache une palette de profils différents et que nous n’employons cette désignation qu’afin de distinguer les architectes de ceux qui construisent leur habitation sans recourir aux compétences de ces derniers.

  • 3 Levi-Strauss C., 1962, La Pensée sauvage, Paris, Plon.

4La question de recherche, au commencement de la présente investigation, était donc d’interroger le sens de l’esthétique ainsi produite, en particulier dans les habitations construites par les habitants, assimilés ici à la figure du bricoleur de Levi-Strauss3. Plusieurs sous-questions étaient alors formulées, et notamment celles sur les modes opératoires et les références stylistiques utilisés. Existait-il une préoccupation pour l’homogénéité, les accords de couleurs, la symétrie ? En somme, tout ce qui est formalisé dans la culture savante et qui semblait difficile à décoder sur les façades actuelles.

Méthodologie développée

5Pour la recherche menée à Tunis, la mise en place d’un support d’enquête original, expérimental et empirique, fut nécessaire, afin de s’enquérir de la manière la plus large possible des avis de personnes habitant plusieurs types de quartiers différents. Le but de la méthodologie développée a été de mettre en place un terrain le plus neutre possible afin d’engager une discussion à proprement parler à partir d’une base qui semblait être commune et qui est celle des images de photographies. La méthode a consisté en l’élaboration d’un catalogue de plus de 300 images de formes, de styles, d’époques et de sources variées, dans le but de recueillir les jugements de valeur que les interviewés allaient émettre dessus. Une série d’images de façades, choisies et réparties selon les mêmes principes, ont également été soumises aux commentaires des interviewés. Ainsi, plus d’une centaine d’interviews ont été menées au cours des différentes phases de travail de terrain.

6Dans le corpus de formes, les éléments ont été classés en neuf catégories (reprenant les grandes classifications existant dans les traités, comme les portes, les fenêtres, les colonnes, les arcs, etc.) et répartis selon deux registres : le savant et le vernaculaire. Le registre savant contient des images issues de traités d’architecture arabo-musulmane et occidentale ; et le registre vernaculaire actuel ou contemporain est constitué d’extraits d’images du paysage urbain tunisien existant. Le vernaculaire a été découpé également selon des catégories savantes, ne sachant pas au départ comment il est divisé en dehors de cette sphère. La première étape du protocole d’enquête a consisté à recueillir les jugements de valeur portés par les interviewés sur les diverses images du catalogue ayant retenu leur attention (Fig. 1). Une seconde étape a consisté à revenir s’enquérir auprès des mêmes enquêtés des modifications qu’ils souhaiteraient faire sur la façade existante de leur habitation s’ils en avaient l’occasion, toujours à partir des images du catalogue présenté initialement. Pour ce faire, les éléments du catalogue ont été déclinés sous forme de jeux de cartes afin d’en faciliter la manipulation, de pouvoir et les placer sur l’image imprimée de l’extérieur de leur habitation (Fig. 2).

Figure 1. Exemples d’éléments de compositions présentés dans le catalogue proposé aux enquêtés.

Figure 1. Exemples d’éléments de compositions présentés dans le catalogue proposé aux enquêtés.

Cliché : L. Khaldi, 2014.

Figure 2. Modification d’une façade existante par la propriétaire interviewée. Habitation à Sidi Hacine (banlieue populaire, ouest de Tunis).

Figure 2. Modification d’une façade existante par la propriétaire interviewée. Habitation à Sidi Hacine (banlieue populaire, ouest de Tunis).

Cliché : L. Khaldi, 2015.

  • 4 Haumont N., 1966, Les Pavillonnaires : étude psychosociologique d’un mode d’habitat, Paris, Institu (...)

7Le but était d’amener les personnes interrogées sur le terrain de la composition afin d’observer et de collecter les différentes manières de faire, ainsi que les modus operandi, à travers la collecte des réactions gestuelles et langagières. L’exercice que nous avons proposé à nos interviewés a été saisi par certains comme une occasion de réfléchir aux améliorations futures de leur habitation, parfois de manière effective et à moyen terme, d’autres de manière beaucoup plus hypothétique, en inscrivant l’exercice dans le registre du jeu ludique. Au bout du compte, les matériaux collectés sont de deux natures : des images, celles figurant les éléments de compositions choisis et celles de façades modifiées, et la parole portée dessus. Une analyse qualitative et quantitative a été opérée. L’analyse quantitative a permis de mettre en évidence que les portes, les fenêtres et les revêtements sont les catégories de choix les plus récurrentes. En croisant avec la parole portée dessus, il est apparu que les éléments les plus choisis le sont parce qu’ils existent déjà dans le paysage urbain, qu’ils sont trouvables sur le marché, qu’ils rappellent une certaine idée de « tunisianité » et du patrimoine, qu’ils sont solides, abordables ou faciles à entretenir. Du point de vue des façades, c’est bien le modèle de la villa isolée moderne, aux volumes simples et de couleur blanche, entourée d’un jardin, qui recueille – sans grande surprise – la majorité des faveurs et apparaît comme un idéal-type, comme l’idée que l’on retrouve dans les travaux sur les pavillonnaires4.

Principaux résultats

8Si la façade représente dans la culture savante un objet architectural pensé, conçu et projeté dans un espace abstrait et isotrope, elle semble plutôt relever d’un statut particulier dans la fabrication vernaculaire actuelle. Élaborée simultanément aux autres vues de l’édifice (coupes et plans), elle fait partie en architecture d’un ensemble synthétique projeté et communiqué au moyen du dessin en deux voire trois dimensions, offrant de cette manière la possibilité d’anticiper sur l’aspect que présentera l’édifice une fois construit. Mais, et c’est là la première contribution de ce travail, elle n’est pas un objet du sens commun comme nous l’avions pu imaginer au départ, dans la mesure où elle est loin de constituer un objet autonome et distinct du reste de l’habitation. La façade se constitue, le plus souvent, dans la sphère vernaculaire actuelle, de façon non réfléchie et constitue un résultat quelque peu hasardeux de l’agencement prioritaire de l’espace intérieur et de l’élaboration du confort domestique.

  • 5 Nous désignons par espace intermédiaire cette partie de l’habitation qui, lorsqu’elle existe, se si (...)

9Les catégories de portes, fenêtres et revêtements se sont révélées être les principaux points d’ancrage de l’expression en façade dans la fabrication vernaculaire actuelle. Parer la maison d’une porte d’entrée plus majestueuse ou plus imposante est apparu comme l’une des modifications systématiques auxquelles les habitants ont eu recours durant l’exercice. L’épaisseur de la porte d’entrée principale, située entre la rue et l’espace intermédiaire5, revêt une importance considérable puisqu’elle étoffe le seuil et donne une « aura » [wahra] à la maison, et par extension aux maîtres des lieux. Elle fait partie de ces moyens dont disposent les habitants pour contrôler les rapports public/privé et préserver le caractère sacré de l’intimité de l’espace domestique. Dans la culture populaire, la porte est considérée comme une zone tampon en raison de ses qualités de robustesse et d’épaisseur, plutôt que comme un objet autonome de composition d’une façade.

10Le second apport de cette recherche est que la valeur ou l’importance accordée à l’image telle que renvoyée à l’extérieur est en train d’évoluer. La fabrication vernaculaire contemporaine des habitations à Tunis recouvre ainsi d’un processus global allant dans le sens d’une volonté d’améliorer l’image de l’habitation. La façade est ainsi en train d’émerger comme un élément faisant désormais partie de la production vernaculaire de l’habitat. Si les habitants constructeurs n’y pensent pas au départ ou considèrent que cette image globale n’est pas prioritaire dans la construction de leur habitation, ils réalisent de mieux en mieux – même après coup, en regrettant ou en reconsidérant ce qu’ils ont fait, ou ce dont ils héritent – qu’il s’agit là d’un élément essentiel de l’image qu’ils donnent d’eux-mêmes dans un environnement urbain de plus en plus prégnant.

11La relation entre l’intérieur et l’extérieur de l’habitation est par conséquent elle aussi en train d’évoluer, et cela constitue le troisième apport de cette recherche. Le renversement topologique de l’habitation a entraîné dans son sillage celui de toute une série d’espaces, s’adaptant dès lors aux modèles de maisons importés. La façade est un artéfact dans l’aire maghrébine et constitue une mutation en soi, compte tenu du modèle d’habitat traditionnel unanimement pratiqué il y a encore quelques décennies. L’urbanisation de l’habitat a entraîné l’extériorisation de la façade qui devient par là-même un support d’expression de l’urbanité des habitants (constructeurs), une extériorisation qui passe par le recours à un certain nombre d’éléments appartenant à des répertoires divers, allant de l’arabo-musulman ou traditionnel (le plus commun) au moderne. À la fluctuation du statut de la façade en fonction des classes sociales s’ajoute la négociation – voire l’ambivalence – entre le paraître et la discrétion : montrer en restant respectable, ne pas trop en faire par crainte d’être montré du doigt, ne rien montrer au risque de paraître « pauvre », sont autant de tournures prises pour signifier ce que l’on est à l’extérieur, au moyen d’une façade qui devient le support de relations sociales.

12Ce travail aura permis de dessiner quelques pistes de compréhension de la fabrication de l’image des habitations tunisoises, envisagée du point de vue des compétences des habitants et de l’inscription des modes de vie et des mœurs dans l’espace. Il veut donner une image réfléchie sur l’habitat populaire et ses caractères esthétiques, en même temps qu’il ambitionne de préciser – et d’expliquer - le rapport que les habitants entretiennent avec l’image qu’ils donnent d’eux-mêmes et du rôle que joue leur habitation dans la construction de leurs rapports à autrui et à l’espace urbain. Nous nous sommes attachée à mettre de côté nos propres jugements de valeur, en adoptant une méthodologie basée sur les images et visant à aménager un terrain de communication et d’échange relativement neutre et assurément privilégié entre nos interlocuteurs et nous-même. Les jugements émis sur les images ont été les véritables analyseurs du processus de fabrication de l’habitat tunisois. Cette analyse mériterait cependant d’être poursuivie en affinant les définitions et les contours des groupes sociaux, en précisant aussi les trajectoires résidentielles des enquêtés et au moyen d’une analyse d’ordre sociologique incluant un support de type imagé. Il serait également nécessaire de creuser d’avantage la dimension du genre dans la prise de décision et les choix des matériaux de construction et de décoration en fonction des espaces de la maison.

أعلى الصفحة

حواشي

1 Cette recherche a bénéficié d’un financement de l’Institut de recherche pour le développement (Programme ARTS), et d’accueils au sein de l’Institut d’urbanisme de Tunis (ISCU) ainsi qu’à l’Université du Caire pour les séjours de recherche sur le terrain.

2 Depaule J.-C., 1986, À travers le mur, Paris, Centre de création industrielle, Centre Georges Pompidou.

3 Levi-Strauss C., 1962, La Pensée sauvage, Paris, Plon.

4 Haumont N., 1966, Les Pavillonnaires : étude psychosociologique d’un mode d’habitat, Paris, Institut de sociologie urbaine, Centre de recherche d’urbanisme, Imp. du Centre de recherche d’urbanisme.

5 Nous désignons par espace intermédiaire cette partie de l’habitation qui, lorsqu’elle existe, se situe entre le mur de clôture (limite construite de la parcelle) et l’espace domestique, matérialisé par les parois de l’habitation (façades). Il constitue le support de pratiques habitantes et permet par exemple de recevoir des personnes étrangères au cercle familial sans les faire entrer dans l’espace domestique.

أعلى الصفحة

جدول الرسومات

عنوان Figure 1. Exemples d’éléments de compositions présentés dans le catalogue proposé aux enquêtés.
ائتمان Cliché : L. Khaldi, 2014.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2849/img-1.jpg
ملف image/jpeg, 87k
عنوان Figure 2. Modification d’une façade existante par la propriétaire interviewée. Habitation à Sidi Hacine (banlieue populaire, ouest de Tunis).
ائتمان Cliché : L. Khaldi, 2015.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2849/img-2.jpg
ملف image/jpeg, 58k
أعلى الصفحة

للإحالة المرجعية إلى هذا المقال

بحث إلكتروني

Khaldi Leïla, « L’esthétique populaire de l’habitat à Tunis », Les Cahiers d’EMAM [‏على الإنترنت‎], 32 | 2020, نشر في الإنترنت 06 mai 2020, تاريخ الاطلاع 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/2849 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.2849

أعلى الصفحة

حقوق المؤلف

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

أعلى الصفحة