Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Vers une géographie de la créativité : impacts des lieux, des activités et des événements créatifs et culturels sur le développement de la région SUD-Provence-Alpes-Côte d’Azur

Vignau Mathilde

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Géographie, sous la direction d’Alexandre Grondeau (MCF AMU & TELEMMe, UMR 7303) et de Boris Grésillon (PR AMU & TELEMMe UMR 7303), soutenue le 21 octobre 2019 à Aix Marseille Université (AMU), Aix-en-Provence, France

Contextualisation de la recherche

1Réalisée entre 2014 et 2019, cette thèse de géographie propose d’étayer le constat selon lequel les décideurs politiques locaux et les aménageurs urbains s’appuient sur un certain nombre de ressources afin de rendre leurs territoires attractifs et dynamiques.

2La caractérisation précise de ces facteurs de développement local a rapidement montré le rôle prépondérant des secteurs culturels et créatifs dans les politiques mais aussi et surtout dans les discours et les déclarations des décideurs locaux. Le fait d’assigner à la créativité et à la culture une fonction de résilience territoriale au sein de villes parfois profondément impactées par les crises n’est pas récent et s’inscrit au contraire dans la continuité de travaux scientifiques et institutionnels menés dans la sphère anglo-saxonne dès le début des années 1990.

3Partant de ce constat, et après m’être intéressée au cas de la ville créative de Montréal en master 1, puis à l’exemple des territoires créatifs marseillais en master 2, l’ambition de ma thèse est avant tout de définir et de quantifier la créativité territoriale dans le Sud-Est français en adoptant une démarche multi-scalaire et en mobilisant une pluralité de ressources méthodologiques.

4Depuis le début des années 2000, la notion de créativité a acquis une réelle importance dans les discours ou les stratégies territoriales des décideurs locaux et des aménageurs. Or, cette notion et la multiplicité des impacts socio-spatiaux qui découlent de telles initiatives territoriales restent floues. À ce titre, l’analyse de la créativité territoriale nécessite indubitablement de développer un cadre théorique critique permettant de saisir la grande diversité de ses enjeux tout en soulignant l’importance de ses limites. Toutefois, ce cadrage épistémologique essentiel reste insuffisant pour comprendre l’ancrage territorial des stratégies créatives urbaines. De fait, il est complété dans ma thèse par un travail de terrain réalisé aux échelles de la région SUD-Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), de la métropole Aix-Marseille Provence et des arrondissements marseillais. Cette étude empirique multi-scalaire s’intéresse aux diverses formes de la créativité (industries créatives, équipements culturels, grands événements, street art…) et aux impacts territoriaux qui en découlent. Finalement, en s’appuyant sur de nombreux exemples et en exploitant une grande variété d’outils quantitatifs et qualitatifs, ma thèse vise à déterminer quels sont les atouts et les faiblesses de la géographie de la créativité dans le sud-est français. Elle tente plus précisément de répondre à la question suivante : comment l’émergence de la géographie de la créativité – à travers certains lieux, certaines activités et certains événements créatifs –, affecte le développement, l’attractivité et le dynamisme des territoires de la région SUD-PACA ?

Organisation générale de la thèse

5Pour mener à bien ce travail et répondre à cette problématique, mes recherches se sont structurées autour de trois axes de réflexion principaux.

6Le premier de ces axes soulève la disjonction patente entre les nombreuses critiques théoriques adressées au concept de créativité et son utilisation croissante d’un point de vue opérationnel. Il s’agit ici de mettre en exergue les différents outils créatifs dont se servent les institutions, les collectivités territoriales ou les décideurs locaux dans le but de revaloriser et de rendre plus attractifs les territoires au sein desquels ils officient alors même que ces pratiques ont fait et font encore l’objet de nombreuses critiques dans les sphères académiques.

7Le deuxième axe que j’ai approfondi permet d’expliquer en quoi la créativité territoriale – à travers le prisme du grand événement Marseille-Provence 2013 (MP 13), capitale européenne de la culture –, aurait pu servir de « rampe de lancement » à la future métropole Aix-Marseille Provence. Cet axe permet finalement de mettre au jour le réinvestissement potentiel d’un événement créatif en tant qu’outil politique expérimental.

8Pour finir, à travers ma thèse j’ai également souhaité développer une réflexion qui s’avère centrale du fait des enjeux socio-spatiaux qu’elle soulève. En effet, les recherches que j’ai initiées tout au long de ces cinq années d’étude s’articulent autour de l’idée selon laquelle la créativité territoriale s’inscrirait comme un nouveau Cheval de Troie permettant de justifier la mise en œuvre de projets urbains néolibéraux à l’origine de nombreux effets socio-spatiaux pervers contestés. Ce dernier axe me permet ainsi de mobiliser une approche critique qui s’inscrit dans la continuité des réflexions initiées par le courant de la géographie radicale et qui s’appuie entre autres sur les travaux d’Henri Lefebvre à propos du Droit à la ville ou de David Harvey en ce qui concerne le néolibéralisme urbain.

9Afin d’étayer au mieux ces trois axes de recherche, ma thèse se structure en deux parties et six chapitres. La première section, intitulée Conceptualisation théorique, institutionnelle et critique de la géographie de la créativité correspond au cadrage épistémologique du sujet. À travers trois chapitres distincts, cette première partie permet de présenter les principales contributions scientifiques et institutionnelles concernant la notion de créativité en adoptant une approche pluridisciplinaire (Chapitre 1) qui se recentre sur la question de la créativité territoriale (Chapitre 2) à l’aune de la géographie radicale (Chapitre 3). La seconde section, intitulée quant à elle Analyse multiscalaire des ressources créatives du territoire SUD-Provence-Alpes-Côte d’Azur présente les résultats empiriques issus de l’adoption de plusieurs méthodes quantitatives et qualitatives en analysant les échelles de la région SUD-PACA (Chapitre 4), de la métropole AMP (Chapitre 5) et de la ville de Marseille (Chapitre 6).

Principaux résultats

10Finalement, la réalisation de cette thèse de géographie m’a principalement permis de mettre en lumière les quatre résultats suivants.

La construction d’une définition de la créativité territoriale

11La construction progressive de cette définition, centrale dans mon sujet, s’est faite à partir d’un état de l’art que j’ai volontairement voulu rendre pluridisciplinaire. Dans ma thèse, j’ai donc mobilisé certains travaux émanant de la psychologie, de la sociologie ou de l’économie, qui m’ont permis de mieux saisir les fondements de l’argumentaire utilisé dans le cadre de la géographie de la créativité afin de définir plus précisément la notion de créativité territoriale. Toutefois, considérant la grande diversité et la richesse des travaux portant sur la créativité en sciences humaines et sociale, cette démarche pluridisciplinaire n’est qu’une première ébauche qui appelle nécessairement plusieurs approfondissements théoriques futurs. Cependant, cette première ébauche m’a tout de même permis de conclure que la créativité territoriale du géographe se nourrit indéniablement des approches valorisées par les psychologues, les sociologues ou encore les économistes. À travers mes recherches, j’ai pu déterminer que la créativité territoriale se distingue de la créativité individuelle et se forge à partir de plusieurs facteurs dont les principaux sont socio-culturels (diversité culturelle, importance du patrimoine et des milieux créatifs locaux, présence de savoir-faire, de techniques ou de talents créatifs) et politico-économiques (développement de politiques territoriales spécifiques visant à attirer les industries créatives et à favoriser l’émergence de milieux culturels ou innovants).

12En s’appuyant sur ces différents facteurs, la créativité territoriale s’entend alors selon moi, comme l’ensemble des lieux, des activités et des événements permettant la production et la diffusion de biens et de services créatifs qui vont influencer (positivement ou non) le développement d’un territoire donné.

De la théorie aux terrains : une disjonction
entre critiques théoriques et applications territoriales

13L’approche bibliographique que j’ai développée dans cette thèse m’a permis de constater l’importance des critiques adressées aux termes de classes ou de territoires créatifs depuis le début des années 2000 notamment à la suite de la publication de l’ouvrage The Rise of the Creative Class par l’économiste américain Richard Florida. Les arguments de l’auteur ont en effet suscité de très nombreuses critiques scientifiques et méthodologiques principalement développées entre 2005 et 2015. Or, au moment où ces termes sont les plus sévèrement attaqués d’un point de vue académique, sur le terrain, le constat est tout autre. En effet, d’un point de vue territorial, l’on observe – à toutes les échelles –, une multiplication d’initiatives et de projets qui se basent sur les ressorts de la créativité territoriale comme levier du développement local. Les institutions internationales, au même titre que les collectivités territoriales ou les décideurs locaux se focalisent principalement sur deux facteurs incitatifs importants que sont d’une part l’attraction de nouveaux usagers (comme les touristes, les investisseurs, les travailleurs ou encore les résidents) et, d’autre part la revalorisation territoriale (qui peut prendre plusieurs formes comme une ré-esthétisation des quartiers ou du bâti à l’abandon mais aussi l’introduction de nouvelles pratiques urbaines ou encore la diversification des fonctions de la ville et notamment celle du divertissement).

MP 2013, un événement créatif
qui s’inscrit dans une logique métropolitaine limitée

14A priori, les liens entre l’événement MP 2013 et le périmètre de la métropole AMP ne transparaissent pas uniquement dans les discours. En effet, lorsque l’on analyse les deux périmètres d’un point de vue géographique, l’on constate que l’événement MP 2013 englobe entièrement le périmètre de l’AMP. En outre, ma thèse m’a permis de constater que pendant toute l’année 2013, de nombreuses manifestations culturelles et spectacles se sont inscris à l’échelle métropolitaine en proposant des projets multi-situés qui ont souvent conquis un large public (ex. le parcours de randonnée pédestre GR 2013, le spectacle TransHumance ou l’exposition Grand Atelier du Midi).

15Cependant, si l’on a bel et bien observé une relative concorde entre les acteurs publics et les élus du territoire pendant toute la durée de l’événement créatif, ma thèse a aussi montré que cette entente s’est rapidement dissoute dans une sorte de guérilla politique anti-métropole qui perdure encore aujourd’hui à travers les discours d’élus sur le refus de faire fusionner la métropole AMP et le département des Bouches-du-Rhône. En outre, à la suite du grand événement créatif, l’opposition politique se traduit également du point de vue culturel dans le sens où plusieurs équipements créatifs vont entrer directement en concurrence sur un périmètre restreint.

16En ce sens, il apparaît que la volonté d’instrumentaliser l’événement créatif comme un outil politique expérimental en faveur de la construction métropolitaine a échoué.

À Marseille : une transformation spatiale néolibérale
à la suite de l’événement MP 2013

17Enfin, dans le cas de Marseille, principale ville porteuse du titre de capitale européenne de la culture, le grand événement MP 2013 a largement participé à la ré-esthétisation de certains quartiers peu attractifs (pour ne pas dire en déshérence). Cela est particulièrement visible au niveau du Vieux-Port où a été créée une vaste place piétonne dédiée à l’accueil de grandes manifestations, mais aussi et surtout, au sein de La Joliette qui s’est rapidement muée en une véritable centralité créative accueillant plusieurs équipements tels que le MuCEM, la Villa Méditerranée ou encore le musée Regards de Provence.

18Toutefois, mes recherches ont montré qu’à Marseille, les transformations urbaines réalisées sous couvert de la capitale européenne de la culture cachent en réalité de nombreux indices qui plaident en faveur d’un espace public de plus en plus privatisé, sécurisé et injuste. La ville néolibérale phocéenne se traduit alors par trois caractéristiques principales à savoir : le développement de la privatisation et des logiques marchandes au sein de l’espace public, la criminalisation de la pauvreté (visible à travers l’absence de bancs publics ou l’existence d’un mobilier urbain ségrégatif) et enfin, la hausse du nombre de caméras de vidéo-surveillance qui répond à une volonté de sécuriser l’espace public en verbalisant toutes les pratiques considérées comme déviantes.

19Face à cette transformation territoriale insidieuse, plusieurs initiatives contestataires sont visibles pendant et après l’événement MP 2013. C’est le cas par exemple du mini-documentaire et de la chanson de l’artiste alternative Keny Arkana qui parle de « capitale de la rupture » ou encore, du documentaire de Nicolas Burlaud intitulé « La Fête est finie » qui dénonce l’utilisation positive des champs de la créativité et de la culture.

20En outre, en dehors du grand événement créatif MP 2013, j’ai pu constater que Marseille reste une centralité alternative en faveur de ce que j’appelle le nouveau droit à la ville créative qui se matérialise souvent par le biais du street art. Ce dernier a selon moi, deux principales fonctions. D’abord, il permet à certains artistes de défendre une culture alternative, souvent illégale mais qui constitue le vecteur d’une expression artistique polymorphe. Puis, il est le témoignage d’un militantisme dénonçant les stratégies territoriales à l’œuvre dans plusieurs quartiers marseillais.

Conclusion

21En définitive, la créativité est une notion qui – en dépit de son caractère relativement flou –, est souvent mobilisée dans les travaux universitaires et institutionnels mais aussi dans les discours des décideurs locaux et des aménageurs. Ces dernières années son usage paraît de plus en plus fréquent à tel point que la notion de créativité peut parfois sembler galvaudée, prise pour simple synonyme de récréation, loisirs ou divertissement. Elle s’inscrit finalement dans le sillage d’autres notions qui ont fortement affecté la question du développement territorial (on pense par exemple aux termes de développement durable, d’innovation, de pôle de compétitivité ou de technopoles) et elle présage assez bien de l’avenir qui sera sans doute réservé à la notion de smart city qui connaît aujourd’hui un succès similaire.

22En employant sciemment le terme de créativité dans leurs discours et en utilisant les ressorts de la créativité territoriale pour aménager les centres villes, les décideurs locaux tentent de s’adresser au plus grand nombre. Au-delà du terme à la mode, la créativité et à travers elle, la culture et les arts ont une capacité inclusive probablement plus forte que celle de l’innovation ou de la haute technologie. Or, à travers cette thèse, j’ai constaté que la volonté d’inclusion sociale dépasse rarement le cadre des discours. Au contraire, l’émergence de la créativité territoriale, si elle démontre plusieurs points forts, témoigne aussi de l’émergence d’une ville néolibérale plus inégalitaire et plus fragmentée. Bien sûr, les injustices spatiales préexistent à la ville créative et probablement plus encore dans le cas d’une ville aussi clivée que Marseille. Toutefois, l’étude de ce sujet porte à croire que la créativité territoriale a pu les exacerber.

Cliché : M. Vignau, 2016.

Figures 2 et 3. À Marseille, l’émergence et la pérennité d’une créativité alternative à travers les fresques street-art (Le Panier, 2e arrondissement).

Figures 2 et 3. À Marseille, l’émergence et la pérennité d’une créativité alternative à travers les fresques street-art (Le Panier, 2e arrondissement).

Clichés : M. Vignau, 2017 et 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Cliché : M. Vignau, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Figures 2 et 3. À Marseille, l’émergence et la pérennité d’une créativité alternative à travers les fresques street-art (Le Panier, 2e arrondissement).
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Crédits Clichés : M. Vignau, 2017 et 2019.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/2859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vignau Mathilde, « Vers une géographie de la créativité : impacts des lieux, des activités et des événements créatifs et culturels sur le développement de la région SUD-Provence-Alpes-Côte d’Azur », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 06 mai 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/2859 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.2859

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page