Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Élections et territoires en Tunisie. Enseignements des scrutins post-révolution (2011-2014)
de Alia Gana et Gilles Van Hamme (dir.)

Ridha Lamine
Référence(s) :

Tunis-Paris, IRMC-Karthala, 2016, 240 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage est né d’un programme de recherche qui a associé l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), l’Université libre de Bruxelles (ULB), l’Observatoire tunisien de la transition démocratique (OTTD) et les universités de Sfax et de La Manouba (Tunisie).

2L’ambition de cet ouvrage collectif, clairement exprimée dans son intitulé, était de rendre compte de l’articulation entre les élections organisées en Tunisie en 2011 et 2014 et les inégalités sociales et territoriales considérées comme une clé de compréhension des comportements des électeurs. L’hypothèse principale à tester était donc que les votes des Tunisiens étaient déterminés par un ensemble de processus sociaux inscrits dans un territoire donné et ayant généré des phénomènes d’exclusion sociale et des disparités territoriales. Tout en développant une approche multidisciplinaire, la priorité a donc été donnée à l’analyse de la distribution spatiale de ces votes d’un point de vue de géographie électorale et à l’analyse des déterminants sociaux et économiques des votes d’un point de vue de sociologie électorale. Si le choix de l’analyse statistique en composantes principales a permis une certaine rigueur dans la description des distributions de vote par acteur politique et par « territoire », il n’a pas toujours garanti des interprétations convaincantes et à la hauteur de l’outil statistique utilisé.

3Deux sources principales ont été utilisées : les résultats des votes et « les enquêtes de terrain menées dans plusieurs observatoires et permettant de rendre compte des contextes locaux et régionaux et de replacer l’électeur dans son environnement ». Si ce choix méthodologique d’enquêter à l’échelle locale était judicieux, l’usage qui en a été fait et les résultats obtenus sont loin de répondre à l’ambition générale affichée dans l’intitulé de l’ouvrage. Les enquêtes menées au niveau des observatoires et dont le but était de comprendre les stratégies des acteurs à l’échelle locale en fonction des caractéristiques de leurs sociétés et de leurs territoires n’a pas abouti à une interprétation en profondeur des articulations entre les élections, la société et le territoire. Le concept de territoire, pris principalement dans sa dimension spatiale, n’a pas été fondé sur une prise en compte des systèmes d’acteurs et de leurs stratégies sociales, politiques et territoriales. Le choix fait de privilégier l’approche des formes d’encadrement, supposées être ancrées dans les territoires, n’a pas été approfondi lors des entretiens avec les électeurs et les acteurs politiques et n’a donc pas abouti à une synthèse satisfaisante des spécificités des terrains sélectionnés comme observatoires.

4L’ouvrage comprend quatre parties divisées en onze chapitres. La première partie brosse le tableau du paysage politique et plus particulièrement les deux questions de l’identité et du territoire. La deuxième partie est composée de deux chapitres dont l’un est consacré à la géographie des votes d’octobre 2011 et l’autre esquisse l’ébauche d’une sociologie du vote basée sur les résultats d’enquêtes auprès des électeurs à l’échelle des observatoires. La troisième partie présente les résultats des enquêtes relatives aux comportements électoraux au niveau de cinq observatoires : Sfax, Jebeniana, Gabès, Bir Mcharga et Tabarka. La quatrième, enfin, est composée d’un chapitre consacré à la refonte du paysage politique entre 2011 et 2014. L’ouvrage se clôt par une conclusion relativement étoffée.

5• Le chapitre 1, intitulé Clivages et recompositions du système partisan tunisien (2011-2014), rédigé par A. Gana et G. Van Hamme, met l’accent sur le clivage culturel modernisme/conservatisme qui repose sur la religion et l’identité et qui oppose les « orphelins de Bourguiba » aux « héritiers du Prophète » et qui s’est manifesté à travers la bipolarisation accentuée entre les deux partis politiques d’Ennahdha et de Nidaa Tounes.

6• Cette analyse est aussi développée dans le chapitre 2, intitulé Mythes fondateurs et fabrique du politique dans l’hémicycle et rédigé par D. Pérez. À travers les débats de l’Assemblée constituante, deux conceptions de l’identité sont exprimées : celle des modernistes défend une identité multiple forgée par les différentes civilisations à travers l’histoire, celle des conservateurs insiste particulièrement sur les dimensions arabo-musulmanes de l’identité tunisienne.

7• Le chapitre 3 traite de La question territoriale dans le débat politique en Tunisie. Son rédacteur est S.-Y. Turki. À travers l’analyse de contenu de documents politiques sont abordées les questions relatives à la décentralisation, à la gouvernance urbaine et à la participation citoyenne aux processus décisionnels. À partir de cette analyse, trois thèmes sont présentés. Le premier est celui du développement régional et local centré sur les rôles des acteurs et particulièrement celui de l’État vis-à-vis du développement des régions intérieures. Le deuxième est relatif à l’organisation territoriale (découpage, rapports entre unités, extension des zones communales, etc.). Enfin, le dernier envisage l’articulation entre décentralisation, transition démocratique et participation citoyenne. L’analyse de S.-Y. Turki permet donc de mieux connaître les positions des différents acteurs politiques sur des questions essentielles et toujours d’actualité.

8• Le chapitre 4 vise à Comprendre la géographie du vote des élections d’octobre 2011. Ses auteurs en sont M. Ben Rabeh, A. Gana et G. Van Hamme. La cartographie des taux de participation, des votes pour les principaux partis et celle des résultats de l’analyse en composantes principales permet la représentation de l’espace électoral. Toutefois, la représentation des données en dégradés de gris et dans un format réduit rend leur lisibilité très difficile. L’usage de la couleur aurait été utile. L’analyse en composantes principales visant à croiser les votes avec 68 variables socio-économiques issues du recensement de 2004 et disponibles à l’échelle de la délégation, a comme principal objectif « l’identification des bases sociogéographiques des principaux partis ». Toutefois, les résultats obtenus révèlent davantage les inégalités spatiales entre les délégations qu’ils ne clarifient leurs rapports avec les distributions spatiales des votes. Le recours aux régressions multiples, utilisé pour affiner l’analyse, n’est pas plus éclairant. Les auteurs reconnaissent « qu’une part non négligeable de la géographie du vote n’est pas le simple reflet des caractéristiques socio-économiques des délégations. Cette part non expliquée du vote peut être interprétée comme la « dimension territoriale » du vote et dont l’analyse est promise au niveau des observatoires.

  • 1 Ce parti est celui de M. Marzouki, président de la République sortant et « allié » des islamistes.
  • 2 El Aridha Ecchaabia est le parti de Hechemi Hamdi, originaire du gouvernorat de Sidi Bouzid et anci (...)

9L’analyse de la répartition des votes dans le Grand Tunis montre quant à elle qu’En Nahdha a réalisé ses meilleurs scores dans les quartiers populaires ou « intermédiaires » du centre et du sud de l’agglomération-capitale, alors que les partis modernistes ont réalisé leurs meilleurs scores dans les quartiers résidentiels aisés d’El Menzah, Ennasr, La Marsa et Carthage. À l’échelle nationale, l’analyse cartographique montre une forte dimension régionale du vote : un vote méridional pour En Nahdha et le Congrès pour la République (CPR)1, un vote au centre-ouest pour El Aridha2 et un vote au nord-ouest marqué par la présence des partis modernistes en zones rurales.

  • 3 Tunis : 50 personnes, Sfax : 123, Zaghouan et Bir Mcharga : 105, Jebeniana : 93, Tabarka : 100.

10• Le chapitre 5 est consacré à La sociologie électorale des élections d’octobre 2011 et il a été rédigé par A. Gana et G. Van Hamme. Il vise à dresser le profil sociologique des électeurs et à cerner les processus qui influencent leurs votes, plus particulièrement l’encadrement social et politique, ainsi que l’insertion des électeurs dans des réseaux sociaux, familiaux et de voisinage. Les enquêtes qui ont été exploitées pour dresser ce profil ont été réalisées dans les observatoires locaux avec un échantillon de 475 personnes3. Cet échantillon a été jugé par les auteurs eux-mêmes comme « limité et non représentatif » pour donner lieu à des conclusions statistiquement représentatives. L’analyse qualitative qui en a été tirée a été limitée. Parmi les conclusions, on peut citer celle qui met l’accent sur le niveau de diplôme : « Les classes inférieures et faiblement éduquées ayant une probabilité plus élevée de voter pour le parti islamiste et, à l’inverse, la meilleure pénétration des partis modernistes au sein des classes supérieures ». Certes, ce constat est significatif, mais il est plus qu’insuffisant pour construire une sociologie électorale satisfaisante et convaincante.

11La troisième partie présente les analyses effectuées à partir des observatoires locaux. Elle promettait une analyse fine de la relation entre les élections et les territoires. Toutefois, la reproduction de la même méthodologie que celle adoptée à l’échelle nationale n’a pas toujours abouti à des résultats probants. L’analyse statistique et cartographique des votes et l’analyse de l’encadrement social et politique, menées séparément la plupart du temps, n’ont pas permis de montrer avec force la connexion entre la géographie et la sociologie des votes et celles des réseaux d’acteurs (électeurs, partis politiques et société civile).

12• Le chapitre 6 envisage d’identifier Les surdéterminants socioculturels et territoriaux des élections de l’ANC, l’exemple de la circonscription de Sfax 2. Ses auteurs en sont F. Rekik, A. Baklouti et S. Hamdi. Après une présentation de la géographie des votes à l’échelle de l’agglomération sfaxienne, ces auteurs tentent, à travers l’analyse de trois quartiers de cette agglomération, d’interpréter la géographie et la sociologie des votes en fonction des statuts sociaux économiques des électeurs, de leurs origines géographiques et de leur identité. Rbat Gouabsia, faubourg populaire péricentral, et Ben Saïda, quartier populaire périurbain non communal, sont des lieux marqués par le blocage de la mobilité sociale, l’exclusion et la pauvreté. Les électeurs y ont voté pour En Nahdha et Al Aridha. Les immigrés originaires de Sidi Bouzid et installés à Ben Saïda ont voté pour El Aridha, ce qui est conforme à leur origine géographique et tribale, dès lors que l’on sait que H. Hamdi, le dirigeant de ce parti, partage les mêmes origines. Le troisième quartier étudié à Sfax est celui de Bouzayène, quartier résidentiel aisé et considéré par les auteurs comme représentatif de la bourgeoisie sfaxienne et où les votes ont plus été en faveur d’En Nahdha que pour les partis modernistes. Ce qui, sans doute, confirme que la bourgeoisie sfaxienne est plus « conservatrice » que son homologue tunisoise.

  • 4 À l’extrême-gauche.

13• Le chapitre 7, intitulé Orientation du vote et socialisation politique dans la localité de Jebeniana, a été rédigé par A. Belhadj. Cet observatoire a permis de montrer la bipolarisation des votes en faveur d’En Nahdha et du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT)4. Cette bipolarisation est le résultat d’une dynamique socio-politique marquée par la forte implantation de la gauche depuis les années 1970, laquelle a été relayée par celle du mouvement islamiste à partir de la fin des années 1980.

  • 5 Salah Ben Youssef, originaire de Djerba, est l’un des principaux militants du mouvement national tu (...)

14• Le chapitre 8 concerne L’observatoire localisé de Gabès : les ressorts d’une victoire éclatante du parti En Nahdha. Il a été rédigé par I. Carpentier. Gabès, comme la plupart des territoires composant le Sud-Est tunisien, a exprimé des votes très favorables à En Nahdha et ce, pour plusieurs raisons : l’influence de R. Ghannouchi, leader du parti et originaire d’une bourgade voisine (El Hamma de Gabès), les réseaux familiaux et tribaux de solidarité constitués sous les régimes de Bourguiba et Ben Ali, les choix identitaires des populations en faveur de l’arabité et de l’islamisme qui datent du temps de Ben Youssef5

  • 6 Parti au pouvoir pendant la période Ben Ali.
  • 7 Le omda est le chef de secteur ou imada (en arabe), la plus petite division administrative en Tunis (...)

15• Le chapitre 9 s’intéresse quant à lui aux Comportements électoraux dans la délégation de Bir Mcherga, Zaghouan : clientélisme ou politisation ? Ses auteurs en sont A. Gana et G. Van Hamme. À travers l’analyse des votes qui se sont exprimés majoritairement en faveur d’En Nahdha dans les secteurs où prédominent les activités manufacturières (Bir Mcharga et Jbel El Oust) et en faveur d’El Aridha dans les zones rurales défavorisées, les auteurs montrent l’importance de l’encadrement religieux et familial, le rôle des mosquées, la faiblesse de l’encadrement politique et de la société civile, ainsi que le rôle des anciens réseaux du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD)6 noyautés par les omdas7 et les anciens chefs de cellule mobilisés par les différents partis. Enfin, les auteurs concluent que, pour cet observatoire, le vote a été plus clientéliste que politique.

  • 8 Son fondateur est Ahmed Néjib Chebbi. Ancien Rassemblement socialiste progressiste, fondé en 1981, (...)

16• Le chapitre 10 concerne une région très différente des précédentes, à proximité de la frontière algérienne. Intitulé Essai d’une analyse en géographie électorale d’une échelle locale dans le Nord-Ouest tunisien, le cas de Tabarka et ses quartiers périphériques, son auteur en est N. Argoubi. Celui-ci y montre l’opposition que révèlent les votes entre un centre-ville dominé par la petite bourgeoisie administrative et les quartiers périphériques où résident les ouvriers et les manœuvres agricoles. Dans l’agglomération de Tabarka, comme dans l’ensemble du Nord-Ouest, les votes ont été marqués par la faiblesse relative d’En Nahdha et du Congrès pour la République (CPR), par la présence d’El Aridha et du Parti démocrate progressiste (PDP)8 et, surtout, par le relatif succès des listes indépendantes (dont l’Union des diplômés chômeurs) ainsi que par une grande dispersion des moyens et des votes. Les enquêtes ont toutefois montré aussi la prédominance du vote en faveur d’En Nahdha auprès des diplômés. Elles ont en outre révélé le vote familial et tribal en faveur d’une liste indépendante locale dans les quartiers périphériques à caractère rural (chez les Ouled Yahya).

  • 9 Parti prônant le libéralisme économique, fondé en 2011 par Slim Riahi, homme d’affaires ayant const (...)

17• Le chapitre 11, d’ordre plus général, envisage la Refonte du paysage politique et continuités socio-territoriales (2011-2014). G. Van Hamme, A. Gana et M. Ben Rabeh y effectuent une mise au point des changements survenus dans le paysage politique entre 2011 et 2014. Les élections de 2014 ont été marquées par une participation plus faible et une offre électorale bipolarisée entre En Nahdha et Nidaa Tounes. Pour les auteurs, les changements les plus notables concernent le fléchissement d’En Nahdha, l’émergence du Front populaire et de l’Union patriotique libre (ULP)9 de S. Riahi et la dispersion des votes modernistes. La géographie des votes révéla aussi une bipolarisation territoriale correspondant à la bipolarisation politique. Le Sud et plus particulièrement le Sud-Est votèrent pour le parti islamiste, tandis que le Nord et plus précisément Tunis, le Sahel et le Nord-Ouest, furent favorables au parti moderniste. Le Centre-Ouest et le Sud-Ouest ont été partagés, avec une certaine présence du Front populaire et beaucoup de votes accordés à des candidats ou à des partis qui n’avaient aucune chance de succès. Les auteurs interprètent cette géographie électorale comme la combinaison d’une double fracture : littoral/intérieur et Nord/Sud, opposant un Sud favorable à En Nahdha à un littoral acquis à Nidaa Tounes, alors que les territoires intérieurs (Centre-Ouest et Nord-Ouest), refusant les élites politiques des villes littorales, ont voté pour une large gamme d’acteurs politiques d’origine locale et régionale. L’évolution de la géographie électorale entre 2011 et 2014 fut ainsi caractérisée par le renforcement d’En Nahdha au sud et des modernistes sur le littoral et au nord-ouest. Une enquête effectuée à la sortie des urnes auprès de 922 électeurs (à Tunis et Sfax) montra essentiellement le transfert de votes d’En Nahdha vers Nidaa Tounes de l’électorat à faibles diplômes, dont la défection aux dépens du parti islamiste résulta probablement de la désillusion face aux difficultés économiques rendant impossible la réalisation des promesses électorales.

18La conclusion de l’ouvrage met l’accent sur les fractures sociales et territoriales de la société tunisienne : l’opposition littoral/intérieur combinée à l’opposition Nord/Sud fait ressortir quatre grandes régions : un littoral moderniste, un Nord-Ouest aux votes dispersés, un Centre-Ouest « tribal » refusant les élites urbaines littorales et un Sud nahdhaoui. Les fractures sociales et territoriales existent aussi au sein des métropoles avec des quartiers aisés modernistes et des périphéries conservatrices

19Le deuxième constat concerne les bases socio-territoriales des partis et principalement la spécificité urbaine d’En Nahdha, qui recrute parmi les catégories sociales moyennes et inférieures et mise sur un discours identitaire. Quant aux partis modernistes, c’est leur incapacité à avoir des bases électorales territoriales élargies qui explique l’effritement des voix entre de petits partis et de nombreuses listes indépendantes, les moyens limités et les discours non crédibles qui furent les principales causes de leurs échecs. Pour d’autres partis comme El Aridha et l’UPL, leur électorat formé de catégories sociales défavorisées habitant les périphéries des grandes villes a voté par clientélisme plus que par adhésion politique. Par clientélisme aussi, la plupart des partis ont recruté parmi les anciens réseaux du RCD, formés depuis des décennies de quadrillage territorial et de contrôle politique et social. Quant aux réseaux dormants islamistes, eux aussi établis de longue date, utilisant les mosquées et les associations caritatives, ils furent un véritable vivier pour En Nahdha, tout comme les syndicats ouvriers et étudiants furent mis à contribution par le POCT et le Front populaire.

20Concernant les perspectives d’avenir, les auteurs mettent l’accent sur l’intégration, qu’ils estiment problématique, du parti islamiste au jeu politique avec tous les compromis avec les partis modernistes et les insatisfactions réciproques que cela implique, ainsi que sur l’aggravation des disparités sociales et territoriales, les déceptions des électeurs et les risques potentiels d’explosion sociale.

21Au total, ce livre qui se voulait un ouvrage de référence sur les interrelations entre les élections et les territoires en Tunisie après 2010, a atteint certains de ces objectifs à travers les approches multidisciplinaires et multi-scalaires. Le recours aux enquêtes à l’échelle locale, qui procédait de la mise en place d’observatoires, tout en étant méthodologiquement louable, a échoué dans l’approfondissement des investigations nécessaires pour mettre en évidence le fonctionnement complexe des réseaux d’acteurs et décortiquer leurs stratégies et leurs tactiques sociales et politiques mises en œuvre à l’occasion des élections.

Haut de page

Notes

1 Ce parti est celui de M. Marzouki, président de la République sortant et « allié » des islamistes.

2 El Aridha Ecchaabia est le parti de Hechemi Hamdi, originaire du gouvernorat de Sidi Bouzid et ancien allié des islamistes.

3 Tunis : 50 personnes, Sfax : 123, Zaghouan et Bir Mcharga : 105, Jebeniana : 93, Tabarka : 100.

4 À l’extrême-gauche.

5 Salah Ben Youssef, originaire de Djerba, est l’un des principaux militants du mouvement national tunisien ; il s’est opposé, dans les années qui ont suivi l’Indépendance, aux choix politiques de Bourguiba.

6 Parti au pouvoir pendant la période Ben Ali.

7 Le omda est le chef de secteur ou imada (en arabe), la plus petite division administrative en Tunisie. En tant que tel, il est un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur.

8 Son fondateur est Ahmed Néjib Chebbi. Ancien Rassemblement socialiste progressiste, fondé en 1981, il devient le Parti républicain [Al Joumhouri] en 2012 après la fusion de partis centristes et socio-libéraux.

9 Parti prônant le libéralisme économique, fondé en 2011 par Slim Riahi, homme d’affaires ayant constitué sa fortune en Libye dans les secteurs de l’énergie et de l’immobilier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ridha Lamine, « Élections et territoires en Tunisie. Enseignements des scrutins post-révolution (2011-2014)
de Alia Gana et Gilles Van Hamme (dir.) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 06 mai 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/2871 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.2871

Haut de page

Auteur

Ridha Lamine

Géographe, Professeur honoraire, Université de Sousse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page