Navigation – Plan du site
Comptes rendus

États et territoires du politique. La décentralisation en débat
de Jean-Philippe Bras et Aude Signoles

Jean-Marie Miossec
Référence(s) :

L’année du Maghreb, no 16, CNRS, 2017, 400 pages

Texte intégral

1La grosse livraison de L’Année du Maghreb (2017) est principalement consacrée à un dossier sur « États et territoires du politique. La décentralisation en débat ». Les Varia de la livraison, concernent, pêle-mêle, la résilience du système politique algérien, la législation des expérimentations architecturales des mosquées algériennes, la recomposition de l’élite politique tunisienne, la sexualité en Tunisie et la production judiciaire des normes, l’art contemporain tunisien et le jeu UGTT/UTICA en Tunisie. Comme on le voit, la majorité des articles concernent la Tunisie. Il en va de même du « dossier ». En effet, aux côtés de trois contributions générales, concernant le Maghreb, on en dénombre trois concernant l’Algérie (stratégies locales du Front des forces socialistes, territoires sahariens et émeutes du Mzab), deux le Maroc (sur la municipalisation et sur les élections), et une relative à la centralisation et la décentralisation politiques de l’Égypte, tandis que la Tunisie se taille la part du lion avec 6 articles (avec pour une communication, une comparaison Tunisie/Libye).

2Certes, comme le rappellent J.-P. Bras et A. Signoles, les coordonateurs, « l’enjeu du dossier est d’étudier comment, dans le contexte mouvant des “printemps arabes” et d’appels forts à la réorganisation des pouvoirs et des régimes, les dirigeants politiques et cadres des administrations centrales et locales ont débattu et envisagé la problématique de la décentralisation au Maghreb », et la Tunisie a été – et demeure – en pointe dans la reformulation des relations entre État et territoires en matière de politiques publiques et s’ancre dans une posture post-révolutionnaire et post-constitutionnelle. Le chaos libyen, postérieur à l’intervention étrangère, a généré une résurgence accrue des fracturations tribales, le retour à un régime coercitif en Égypte a mis en sourdine toute velléité démocratique et transfert des ressources et des compétences à l’échelon local, l’absence – pour le moment – de « printemps arabe » au Maroc n’est pas exempt cependant d’une agitation berbère dans les régions déshéritées du Rif et de l’Oriental (Al-Hoceima, Jerada, entre autres), tandis que l’Algérie, longtemps anesthésiée, rejoint aujourd’hui, avec le Soudan, la cohorte des pays où des revendications remontent de la base – avec des degrés inconnus de spontanéité ou de téléguidage –, sans pour autant aboutir encore à des modifications profondes en matière de politiques publiques et de conduites étatiques ou décentralisées des politiques publiques.

3La centralisation stricte a été longtemps de mise. Elle a à peine été atténuée par une timide déconcentration, confinant les collectivités locales – lorsqu’elles existaient administrativement – dans une situation de dépendance financière quasi totale à l’égard du pouvoir et de ses représentants. Les prémices d’une réflexion sont apparues avant les « printemps arabes » qui ont, directement dans les pays où ils se sont déroulés et indirectement ailleurs, été accélérées lors de cette remise en cause des relations entre institutions nationales et représentations locales.

4L’ouvrage, solidement documenté, fait ainsi le point à un moment donné des relations entre le central et le local en Afrique septentrionale. Les situations sont, évidemment, en pleine évolution et très différenciées selon les pays, mais des faits de structure peuvent être relevés.

5La perception et la conception de la décentralisation et du jeu des acteurs sont variées, mais la tendance générale va dans le sens d’une territorialisation de l’action publique. On comparera avec intérêt, quant au jeu des acteurs en Tunisie, les lectures de Lana Salman (What we talk abaout when we talk about decentralization ? Insights from post revolution Tunisia) de Samy Yassine Turki et Chiara Loschi (Chantiers de reconstruction politique en comparaison : la « décentralisation » en période post-révolutionnaire en Tunisie et en Libye) et de Éric Gobe (De la dialectique du « local » et du « national » dans les lois électorales tunisiennes, ou comment représenter le « peuple » dans la Tunisie post Ben Ali). À l’inverse, la structuration nationale, y compris des formations politiques, demeure prégnante en Égypte comme le souligne Sarah Tonsy (Territory and Governance: The Arab Republic of Egypt between historical political actors).

6Une part de l’enjeu d’une gouvernance locale, tient au (re)positionnement des élites et des nouvelles élites, tant vis-à-vis des électeurs que des pouvoirs ; plusieurs auteurs s’y essaient : Yousfi Badreddine pour les territoires sahariens de l’Algérie, Victoria Veguilla Del Moral pour le Sahara occidental, tous deux dans un contexte géopolitique particulier il est vrai, Laurence Dufresne Aubertin quant aux revendications identitaires mzabites, Layla Baamara au sein de la « rhétorique gestionnaire » du FFS, Coline Mias quant au Comité de concertation de Tabriquet (Maroc).

7La lecture des maillages territoriaux fait l’objet d’un flash centré sur Sfax (Myriam Baron et al., Complexités et enjeux des mailles territoriales. Variations à partir du cas tunisien) et associant cartes mentales de quelques étudiants et essai d’articulation entre délégations, gouvernorats et régions, en demeurant fidèle au découpage officiel. Cependant, alors que les revendications étaient pressantes lors des révolutions, l’État traîne les pieds quant à la mise en œuvre effective d’une régionalisation désormais inscrite dans les constitutions : c’est l’apport de l’article de Mourad Ben Jelloul (L’aménagement du territoire national et les contraintes de la nouvelle gouvernance dans la Tunisie post-révolutionnaire), le découpage « régional », inscrit dans la constitution de 2014, n’ayant, à ce jour (sept. 2019) pas été inscrit aux débats de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

8Le levier financier et la question de la capacité sont les points cruciaux de tout développement local ou régional, dans le cadre d’une décentralisation assumée. Qu’il s’agisse de Jean-Philippe Bras et Aude Signoles (Comment accompagner les politiques de gestion urbaine et de décentralisation dans le contexte post-2011 ? Regards croisés d’acteurs de la coopération internationale décentralisée), Manuel Goehrs, d’une part et Joseph-Désiré Som et Damiano De Facci, tous trois sur les budgets participatifs, se posent avec acuité la question du budget, mais, au-delà, celle des capacités des acteurs à saisir une nouvelle donne et à en maîtriser les effets.

9Dans sa variété, ce dossier, associant des interventions de niveau et de portée variables, pointe avec beaucoup de compétence – et pour certains articles un gros effort de réflexion fondamentale étayé par des investigations de terrain spécifiques – les enjeux du débat sur la décentralisation. Si le constat des inégalités des « fractures territoriales » (Belhedi A., 2012, La fracture territoriale. Dimension spatiale de la révolution tunisienne) est désormais accepté, les mesures pour y remédier sont loin de faire l’unanimité. La décentralisation demeure une « ardente obligation » (Bras, Signoles), mais si des avancées ont été réalisées quant à sa reconnaissance institutionnelle et constitutionnelle, la promotion juridique des collectivités locales est loin d’être achevée et de faire l’unanimité ! Les processus électoraux, parfois hâtifs, posent le problème des formes de démocratie à mettre en place, souvent dans un contexte de tensions. Les coordonateurs du dossier et les chercheurs sollicités sont conscients que « la promotion de la démocratie participative [est] gage de la bonne gouvernance territoriale », mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Les effets d’une décentralisation hâtive, mal conçue et sans que les nécessaires formations des capacités n’aient été réalisées, tant pour les citoyens, les élus et toutes les forces intermédiaires qui œuvrent à l’aménagement et à la gestion des territoires, ne peut aboutir, dans un contexte de compétition exacerbée entre les territoires, qu’à de nouvelles disparités encore plus cruelles que les précédentes, car encore moins régulées. La lenteur, les réticences à mettre en place les réformes, témoignent sans doute d’une résistance passéiste, mais aussi peut-être d’une prudence, en l’attente et d’une réflexion plus solide sur l’efficience et la justification des instruments de l’aménagement et du développement et sur les objectifs du politique, dans le contexte international.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Miossec, « États et territoires du politique. La décentralisation en débat
de Jean-Philippe Bras et Aude Signoles », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 06 mai 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/2877 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.2877

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Miossec

Géographe, Professeur émérite, Université de Montpellier
jean-marie.miossec@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page