Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

Le COMEDOR, une aventure humaine et intellectuelle
de Rachid Sidi Boumedine

Jean-Pierre Frey
Bibliographical reference

Alger, Les Éditions Alternatives urbaines, 2018, 234 pages

Full text

  • 1 L’Urbanisme en Algérie, échec des instruments ou instruments de l’échec, Alger, Éd. Alternatives ur (...)

1L’ouvrage que nous livre ce sociologue, qu’on peut considérer aussi comme un urbaniste émérite, est d’un genre littéraire un peu particulier. Il fait suite à deux de ses précédents livres éclairant la politique algérienne de planification urbaine et du territoire1. Il se veut le récit d’une aventure par l’un de ses principaux aventuriers, embarqué dans une sorte de navire en perdition, radeau de la Méduse où prennent place des hommes d’équipage occupant chacun une place spécifique dans ce qui reste de la cargaison. Sont présents à l’appel : l’éditeur, Akli Amrouche (de Vie de Villes), le préfacier, Mohamed Larbi Merhoum, près de huit soutiers livrant avidement leurs témoignages de rescapés, un auteur de la postface qui vient enfin à la rescousse, Karim Boukhenfouf, tous plus ou moins architectes et aménageurs. On est en présence d’un recueil que l’on pourra trouver précieux, car rares sont les documents et témoignages sur les institutions qui ont jalonné les efforts consentis par le gouvernement algérien pour relever le défi de l’organisation spatiale de la nouvelle société qui se cherche au lendemain de l’indépendance à travers des formes originales de gouvernement.

2Nous ne dirons pas comme dans la postface que le texte est « captivant », sauf peut-être pour ceux qui y chercheront des traces de leurs contributions à ce qui est présenté comme une « structure chargée de la conception du suivi de l’élaboration et de la mise en œuvre du Plan » (p. 33). Mais, un peu sur le mode du polar, le fil du texte nous tient en haleine dans la mesure où l’on sent bien qu’il y a comme du délit d’initié dans ce qui nous est dévoilé. Le paysage urbain ainsi dessiné est d’autant plus embrouillé – pour ne pas dire kafkaïen – qu’il est fait de brouilles, de bévues, d’espoir déçus et des enthousiasmes brimés d’un dévouement à la cause commune du pays, mais sans que l’on aboutisse à une mise en examen des faits par une sorte de juge d’instruction ou un procès au tribunal de l’Histoire. On est plongé dans l’univers on ne peut plus opaque de la bureaucratie algérienne qui énonce ce quelle entend faire tout en restant sourde aux cris d’un peuple hésitant entre tradition et modernité. Tour à tour sont passés en revue l’esprit des outils et des institutions dont le gouvernement se dote en matière d’urbanisme en vue du Plan d’Alger (Première partie), les méthodes d’élaboration et d’exécution – qui sonnent tout de même comme une sentence et l’annonce d’une condamnation à la peine capitale pour une ville qui en tient lieu (Deuxième partie), les textes toujours plus prédictifs que descriptifs et les cartes et plans de villes qui brillent par leurs légendes vives en couleur, mais restent de l’ordre d’une grise littérature (Troisième partie), une question restant malheureusement sans réponse – mais qui a le mérite d’avoir été posée : « Que reste-il du COMEDOR ? » (Quatrième partie) et, enfin, ces bribes de mémoire en quoi consistent les témoignages (Cinquième partie). On voit ainsi défiler les divers corps de cette armée de techno-bureaucrates en ordre de bataille dans le champ un peu saccagé de l’aménagement d’un territoire, qui semble être resté largement en souffrance malgré le dévouement de ces soldats de fortune que furent les premiers techniciens d’un gigantesque chantier. L’auteur annonce prudemment qu’il « n’est pas question de faire ici un bilan » (p. 141), mais le sort tragique réservé à la Casbah nous sera présenté par le biais de deux documents symptomatiques de l’échec patent des procédures engagées : un premier bilan fait en 1988 (p. 163-174) et un second, fait en 2001 (p. 175-176), ne pouvaient pas ne pas être évoqués.

3En fin de compte, l’ensemble du document apparaît particulièrement révélateur du désarroi dans lequel les diverses parties prenantes et les acteurs laissés pour compte de cette aventure se retrouvent après que ledit comité ait disparu corps et biens dans la tourmente des changements gouvernementaux. Le COMEDOR disparaît ainsi non pas sans laisser de traces, mais avec des cicatrices toujours visibles et des plaies difficilement refermées. Quand on apprend au fil du témoignage de Toufik Guerroudj que « les archives du COMEDOR avaient été déménagées en camion-benne » et qu’il n’avait pu en voir que « des fichiers partiels […] et quelques autres documents incomplets, le tout inexploitable » (p. 196), on comprend que nombre d’ombres subsistent dans le tableau dont le livre tente de redessiner les grandes lignes directrices et que le lecteur ne saurait assouvir toute sa curiosité.

4Par exemple, si l’on comprend bien qu’il s’agit d’un appareil d’État aux ambitions finalement plus politiques et idéologiques que brillant par son efficacité opérationnelle, nous avons cherché en vain dans ce texte l’explication du sens exact de l’acronyme. Sans doute faut-il être doté d’un flair comme Médor pour le dénicher. Haut comité à la fois manifestement au sommet de la bureaucratie gouvernementale et réunion un peu hasardeuse d’experts provisoirement patentés, le COMEDOR tel qu’il est présenté continue de préserver la plupart de ses secrets. Les lecteurs familiers de l’exercice du pouvoir en Algérie s’accommoderont du ton de connivence avec lequel nous sont livrées ces confidences. Ceux-là y trouveront de quoi se remémorer quelques moments marquants de ce qui constitue les aventures spatiales de la raison planificatrice du pays. En ce sens, nous oserons dire qu’il s’agit d’un récit dont les Algériens ont le secret : laisser entendre sans pour autant lever les ambiguïtés, faire planer le doute sur les intrigues, mettre en lumière la présence de quelques figures officielles sans faire sortir de l’ombre les rouages d’une machine dont on se convainc finalement qu’elle tient plus d’une usine à gaz que d’une horlogerie de précision. Ceux qui n’auront pas été à un titre ou à un autre dans la confidence du fonctionnement de cet instrument techno-bureaucratique trouveront qu’on a un peu brouillé les pistes de ce capharnaüm institutionnel en omettant d’y faire figurer un index des sigles dont l’administration algérienne a le secret, et semble vouloir le garder jalousement.

Top of page

Notes

1 L’Urbanisme en Algérie, échec des instruments ou instruments de l’échec, Alger, Éd. Alternatives urbaines, 2013 et Yaouled, parcours d’un indigène, mémoires, Alger, Les Éditions Apic, 2013.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Pierre Frey, « Le COMEDOR, une aventure humaine et intellectuelle
de Rachid Sidi Boumedine », Les Cahiers d’EMAM [Online], 32 | 2020, Online since 06 May 2020, connection on 06 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/emam/2891 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.2891

Top of page

About the author

Jean-Pierre Frey

Architecte-sociologue, Professeur émérite, Institut d’Urbanisme de Paris
jpfrey@paris-valdeseine.archi.fr

By this author

Top of page