Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Introduction

Texte intégral

  • 1 Les coordinatrices du numéro 11 d’Arabian Humanities (Images et imaginaires urbains : villes de la (...)

1Ce dossier des Cahiers d’Études sur le Monde Arabe et la Méditerranée, à l’instar de celui publié par la revue Arabian Humanities quelques mois plus tôt (Assaf, Montagne, 2019), appréhende l’imagerie urbaine à la fois comme méthode et objet de recherche1.

  • 2 En 2020, le colloque du Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) a ainsi été consacré aux i (...)

2La notion d’imagerie est ici préférée à celle d’image en ce qu’elle renvoie aux processus, à la fois de conception et de diffusion des images ; c’est ainsi davantage la mise en images d’objets urbains que les images en elles-mêmes qui a retenu l’attention des autrices et auteurs des contributions à ce dossier. En outre, dans l’acception communément retenue par ces dernières et ces derniers, l’imagerie associe le visuel, l’image donc, au discours qui l’accompagne. C’est cette association qui, en cherchant à véhiculer une représentation spécifique d’une ville, d’un quartier ou d’un projet, contribuera à former des imaginaires. « Plus réels que ce que l’on peut imaginer », pour reprendre la formule de M. Godelier (2015), ces imaginaires sont au cœur de la recherche en sciences sociales, notamment sur le monde arabe2.

3De ces éléments de définition sommaires découle une méthode exigeante : analyser les stratégies et les aspects visuels et discursifs de l’imagerie urbaine pour comprendre ce que cette dernière dit de l’urbanisation contemporaine. Ainsi, les six articles publiés ici partagent tous la même conviction : l’imagerie urbaine est une entrée pertinente pour saisir les dynamiques politiques, économiques et sociales à l’œuvre dans le champ urbain. En bref, elle dit bien plus que ce qu’elle montre !

  • 3 Parmi les travaux les plus récents, mentionnons toutefois le numéro spécial de Middle East – Topics (...)

4Sur ce que montrent justement les images, beaucoup a déjà été écrit, notamment à propos des villes du Golfe qui se mettent elles-mêmes en scène au travers d’un « spectacle urbain » permanent dans lequel les images abondantes de projets urbains et architecturaux jouent un rôle promotionnel majeur à l’échelle internationale et provoquent, localement, la saturation des paysages urbains (Elsheshtawy, 2010 ; Wippel et al., 2014 ; Stadnicki, 2019). Mais, sur ce que révèle l’imagerie de la production urbanistique, de la matérialité de la ville – toute image, même artificielle a priori, est généralement affichée dans un lieu physique et sur un support spécifique –, de sa politique et des logiques transnationales à l’œuvre (de la production locale à la diffusion internationale), les travaux sur le Moyen-Orient se font plus rares3. Ce dossier voudrait contribuer à renforcer la légitimité et la valeur heuristique de cette seconde approche, qui consiste à voir plus loin que l’image et les idéologies qu’elle véhicule, en la considérant avant toutes choses comme étant dans et de la ville, une partie et un « produit » de celle-ci (Bailleul, Houillier-Guibert, 2008).

5En plus d’être une entrée méthodologique, l’imagerie est donc aussi, dans cette livraison des Cahiers d’EMAM, un objet de recherche à part entière. À l’heure de la communication visuelle généralisée, c’est la ville dans son ensemble qui est devenue medium (La Rocca, 2013). Architecture et publicité sont par exemple totalement imbriquées, l’image s’immisçant désormais à toutes les étapes d’un chantier ; quant à la discipline urbanistique, elle est elle-même de plus en plus fondée sur le visuel et le virtuel (Söderström, 2001). Et ces images, qui se diffusent par l’urbanisme grâce à l’architecture et dans la construction, impliquent un spectre très large de la société urbaine, qui va du concepteur – dont le rôle ne cesse de croître dans la chaîne de production urbaine – au récepteur « plongé dans une suggestion visuelle continuelle » (La Rocca, op. cit.).

6L’imagerie urbaine comme objet de recherche suggère qu’elle soit finalement appréhendée comme n’importe quel autre objet de recherche urbaine, à savoir par les acteurs individuels et collectifs, leurs pratiques et leurs représentations. C’est ce que font chacune et chacun des auteurs de ce dossier avec leurs propres bagages disciplinaires : la géographie sociale pour M. Lavergne et Z. Champigny, l’anthropologie pour L. Assaf, la géopolitique pour R. Le Magoariec, l’urbanisme pour M. Abotera et S. Ashoub, la sociologie et l’architecture pour A. Alviso-Marino et D. al-Ghunaim.

7Le nombre d’articles présentés n’autorise pas une répartition en plusieurs parties distinctes. Ils permettent néanmoins tous ensemble de dégager trois processus majeurs, éclairant les principes contemporains fondamentaux de l’imagerie urbaine au Moyen-Orient, ainsi que trois grandes orientations thématiques et problématiques révélées par de riches études de cas qui vont du Caire (Égypte) à Sharjah (Émirats arabes unis), en passant par Erbil (Kurdistan d’Irak), Koweït (Koweït), Doha (Qatar) et Abu Dhabi (Émirats arabes unis).

Trois processus éclairant les principes
de l’imagerie urbaine au Moyen-Orient

La production des images

8En s’intéressant, certes sans exclusive, aux systèmes d’acteurs, les contributions à ce dossier des Cahiers d’EMAM permettent d’entrer en profondeur dans les mécanismes de production de l’imagerie urbaine. Si certains articles viennent alors confirmer que le façonnement de l’image globale d’une ville est l’affaire des plus puissants, qui n’hésitent pas à investir des sommes parfois mirobolantes dans des institutions en charge de la communication et du branding (L. Assaf, Z. Champigny, R. Le Magoariec, M. Lavergne), d’autres révèlent que la production des images, celles à deux ou trois dimensions à destination des espaces publics, des murs, des panneaux et des magazines publicitaires, implique des acteurs urbains pléthoriques (M. Abotera et S. Ashoub, A. Alviso-Marino et D. al-Ghunaim). Aux gouvernements, promoteurs immobiliers et cabinets d’architectes, déjà bien identifiés par la recherche urbaine, s’ajoutent les agences de communication et de publicité, les designers, les graphistes et les artistes, qui peuvent également participer activement à mettre en image un projet de mise en valeur du territoire national ou urbain. L’influence de ce deuxième groupe d’acteurs est proportionnelle à la place que prennent les images dans la production urbaine, comme le montrent M. Abotera et S. Ashoub dans leur article qui évoque le cas d’agences de publicité égyptiennes proactives. Les modes de faire la ville sont alors transformés, soit par l’émergence de nouveaux acteurs urbains dotés du « pouvoir de l’image », soit parce que les acteurs urbains conventionnels ont su se restructurer autour de la fonction désormais primordiale conférée à la communication visuelle.

Les représentations des images

9Le discours académique est parfois tenté de fabriquer sa propre image d’un territoire. Celle de « paradis infernal » colle ainsi à Dubaï depuis l’ouvrage rédigé par M. Davis et D.-B. Monk (2008), deux chercheurs issus de la mouvance radicale de l’anthropologie américaine. Montrer l’envers du décor, déconstruire chaque image auto-promotionnelle, sont des partis pris qui permettent de produire une « contre-image ». Ce n’est pas celui qui est défendu ici. L’on ne cherche pas tant à montrer ce que masquent les images dominantes, comme l’a par exemple brillamment fait Y. Elsheshtawy (2019) pour Abu Dhabi et Dubaï, ni à mesurer la distance qu’il y a entre l’artifice et la réalité, entre le projeté et le produit, même si ce dernier travail permet utilement de faire l’inventaire de l’inachèvement urbanistique et de prendre la mesure du processus d’autonomisation de l’imagerie urbaine ; nous y reviendrons.

10Et s’il peut sembler incontournable d’analyser le message d’une image, de se livrer à l’exercice savoureux de l’interprétation iconographique, les autrices et les auteurs de ces contributions se demandent surtout ce que l’imagerie déployée dans les villes qu’elles et ils étudient représentent pour celles et ceux qui la reçoivent au premier chef, c’est-à-dire les individus qui la vivent de près (pensons ici aux riveraines et riverains de la rue Orouba au Caire qui résident au milieu d’une forêt de panneaux publicitaires [M. Abotera et S. Ashoub]) ou qui l’observent d’un peu plus loin (Autorités de Sharjah qui ajustent leur communication territoriale dans les creux de celle de Dubaï [M. Lavergne]).

11Nos autrices et auteurs cherchent enfin à comprendre la façon dont l’imagerie transforme la réalité urbaine, reconnaissant parfois que l’image existe en tant que telle, figurant et préfigurant la ville en général et non pas un projet en particulier.

La circulation des images

12La région du Golfe est centrale au Moyen-Orient en matière d’imagerie urbaine. Après avoir elle-même été influencée par des modèles de développement urbain américains et asiatiques, elle est aujourd’hui un diffuseur de modèles, mais surtout d’images. Y. Elsheshtawy (2010) a été le premier à parler de « dubaïsation » pour qualifier cette pratique, érigée en « art » à Dubaï, qui consiste à faire de l’urbain une source de rente permanente, une pratique soutenue par quelques multinationales de promotion immobilière désormais très bien implantées dans le monde entier. H. Molotch et D. Ponzini (2019) ont quant à eux eu recours au néologisme « spectacularisation » pour signifier à quel point les villes du Golfe appartenaient aujourd’hui à l’imagerie urbanistique globale. Cette influence sur la « mise en spectacle » des projets urbains se mesure avec une acuité particulière au Caire et à Erbil aujourd’hui (M. Abotera et S. Ashoub, Z. Champigny). Dans une « économie de la fascination » (Schmid, 2009), les pays du Golfe disposent d’une industrie de l’image très performante. Outre leurs promoteurs bien connus, leurs agences de communication et de casting qui réalisent les images de projets urbains, rayonnent dans toute la région et concurrencent celles implantées dans le sud-est de l’Asie. Le Golfe illustre bien ainsi ce que l’on pourrait appeler le tournant publicitaire de l’urbanisme, qui compte beaucoup sur le capital symbolique et qui donne la primauté à l’image, une image consensuelle et reproductible à l’envi, signe de la standardisation des pratiques professionnelles, mais signe aussi que l’image prend de plus en plus de liberté et de distance avec le projet qu’elle soutient (Stadnicki, 2020).

13L’article de Z. Champigny témoigne de la vitalité du processus de circulation des images urbaines et des modèles dont elles se prévalent, pas seulement de façon unidirectionnelle du Golfe vers le Moyen-Orient, mais aussi au sein de ce dernier ensemble géographique. L’influence des architectes libanais – puisant eux-mêmes leur inspiration aussi bien en Europe qu’aux États-Unis et dans le Golfe – sur la conception des projets urbains à Erbil, accrédite la thèse des « expertises nomades » à l’œuvre dans la région (Verdeil, 2005 ; Moussi, 2012). De Dubaï à Erbil en passant par Beyrouth, qui demeure la « locomotive de l’urbanisme régional » selon Z. Champigny, il se produit, sur les murs de la « capitale » du Kurdistan irakien, une sorte de « surréalisme urbain » témoignant des rêves de cette dernière d’accéder à la modernité et au capitalisme. Cette quête, dans un monde urbanisé, passe inévitablement par la conquête de la ville et celle de l’urbanisme.

Trois thèmes féconds pour la recherche
sur l’imagerie urbaine au Moyen-Orient

(Géo)politique de l’image urbaine

14Il n’est pas tout de dire que l’image sert la représentation du pouvoir (Mitchell, 1995) et d’ajouter qu’elle vient par conséquent conforter le pouvoir grandissant des métropoles mondiales. Il faut aussi comprendre comment l’image se traduit en termes politiques – quelles institutions pour quelles missions ? – et quelle est la place de l’image dans les politiques urbaines.

15Dans un contexte de privatisation des opérations urbaines, où la production d’images revient souvent aux acteurs privés, quelle marge de manœuvre reste-t-il aux gouvernements pour conduire une politique de l’image ? M. Abotera et S. Ashoub nous apprennent dans leur article que si la publicité urbanistique est effectivement l’affaire des promoteurs immobiliers (souvent eux-mêmes d’ailleurs profondément liés aux acteurs publics), elle contribue malgré tout à affirmer la domination de l’État. La promotion jusqu’à l’excès d’un urbanisme verdoyant dans le désert environnant Le Caire consacre en effet symboliquement, selon ces auteurs, la victoire de Kemet, la terre fertile du bassin du Nil, « où l’ordre existe et où la vie est possible », sur Deshret, le désert sur lequel règne Seth, grande figure de la mythologie égyptienne, roi du désordre et du chaos. Cette domination de l’État s’observe aussi à Abu Dhabi (L. Assaf), où l’expérimentation urbanistique et communicationnelle (l’une n’allant généralement pas sans l’autre) a donné lieu à la naissance de nouvelles institutions publiques censées « façonner le futur » !

16De la politique à la géopolitique, il n’y a qu’un pas que l’image franchit aisément, notamment lorsque l’image urbaine sert l’image nationale et que le dispositif communicationnel reste contrôlé par l’État. Ainsi, la diffusion des images de synthèse des stades de la Coupe du monde de football qui doit avoir lieu au Qatar en 2022 installe le pays dans l’industrie du « sport-spectacle » tout en le repositionnant stratégiquement dans son ensemble régional alors que les tensions diplomatiques y sont vives (R. Le Magoariec). Mettre en scène des projets urbains démesurés et parfois tout à fait illusoires permet en outre, par exemple dans le cas d’Erbil, d’attirer les investisseurs étrangers dans une jeune « capitale » qui se veut ouverte à la mondialisation économique malgré son instabilité structurelle (Z. Champigny).

Imagerie contrastée, imagerie contestée

17Deux niveaux de contrastes assez saisissants sont rapportés dans ces contributions, d’abord au sein d’en ensemble géographique homogène en apparence, ensuite entre l’image externe et l’image interne d’un territoire.

18Dans un premier temps, l’article de M. Lavergne permet de rétablir un peu de différenciation au sein de l’ensemble « villes du Golfe ». La cité-Émirat de Sharjah, voisine de Dubaï, ne partage pas avec cette dernière les mêmes stratégies de communication. Après avoir, à l’instar de toutes les villes de la région, mis en avant un certain nombre d’indices locaux de modernisation, tels que sa zone franche, son aéroport et ses universités étrangères, la communication gouvernementale de Sharjah s’axe sur la culture, le patrimoine et l’environnement – qui font certes aussi aujourd’hui l’objet d’un rattrapage tonitruant à Dubaï et Abu Dhabi –, mais pas tant sur la base d’utopies technologiques affichées en 8 par 4 en bord d’autoroute, comme c’est le cas dans ces dernières, que sur celle de gestes concrets et modestes à destination de la population. C’est ainsi plus dans la presse nationale et locale que sur les écrans publicitaires du monde entier que s’exprime cette communication territoriale relativement modérée d’une ville secondaire du Golfe.

19Dans un second temps, des contrastes peuvent apparaître entre l’imagerie destinée aux investisseurs étrangers, qui fait souvent l’objet d’une stratégie de communication déployée à grands renforts de capitaux, et l’imagerie destinée à demeurer à l’intérieur des frontières d’une ville ou d’un État. Comment un pays comme les Émirats arabes unis qui investit autant dans son image, en s’appuyant notamment sur des agences de communication européennes et américaines, peut-il laisser, sur les panneaux de Dubaï par exemple, autant d’images décrépies de projets urbains obsolètes ? N’est-ce pas la preuve d’une communication parfois dépassée par les rythmes effrénés de la promotion immobilière ? Ou encore le symptôme d’une crise, qui affecte autant la communication que la fabrique urbaine ? Cela renforce en tout cas les impressions d’inachèvement et de virtualité, vives dans le Golfe, mais aussi en Égypte ou au Kurdistan irakien.

20Cette imagerie contrastée peut par ailleurs produire des formes de contestation, émanant de celles et ceux qui subissent directement les effets de l’affichage publicitaire, tels que les riveraines et riverains dont les fenêtres sont obstruées par des panneaux publicitaires (M. Abotera et S. Ashoub). La contestation touche aussi le symbole que peut par exemple véhiculer un objet artistique mémoriel comme celui dédié aux femmes martyres de l’invasion irakienne au Koweït, qui va subir une série de réaménagements physiques et symboliques en même temps que la ville elle-même va chercher à se moderniser, au détriment, parfois, du patrimoine urbain et architectural. En effet, comme l’écrit A. Alviso-Marino (avec D. al-Ghunaim) dans son article : « les opérations symboliques qui transforment des images en objets politiquement chargés de sens ne se succèdent pas de manière linéaire et ne sont pas exemptes de luttes pour l’appropriation de différents types de mémoire ».

21À Doha, un même objet architectural, le stade de football est devenu tour à tour le symbole de l’accession de la ville au rang des métropoles de premier plan et de l’innovation technologique qui s’y déploie, et celui de la corruption (soupçons à propos des modalités d’attribution de la Coupe du monde au Qatar), de la gabegie énergétique (polémique sur la climatisation de ces stades) et de l’esclavagisme moderne (conditions inhumaines de travail sur les chantiers). Le stade est donc passé, selon R. Le Magoariec, de « vecteur de communication positive » à celui de « contre-communication » pour parer aux diverses attaques. Il jouit toujours d’une image ambivalente bien que, à la faveur du contexte géopolitique régional, le stade devienne peu à peu un « symbole de résistance » au boycott mis en place par l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis en 2017, reprochant au Qatar les liens qu’il entretient avec l’Iran, le rival régional.

Autonomie et performativité
de l’imagerie urbaine

22Appréhender l’imagerie urbaine comme un phénomène politique, économique et social complexe oblige à se détourner de ce que les images peuvent produire en termes de décalages avec la « réalité ». L’imagerie, même dans ses excès virtuels, appartient à cette réalité urbaine ; elle en est une dimension incontestable. L’imagerie produit d’ailleurs son propre paysage urbain, qui semble se détacher du paysage primatial, jusqu’à produire une autre dimension urbaine, quasi autonome. Au Caire, la profusion de panneaux de promotion de gated communities vertes et aérées crée, à condition de ne pas trop baisser le regard, une sorte de verdissement de la ville, une « re-création de nature » à faible coût, contrastant fortement avec un ensemble urbain, celui du Grand Caire, minéral et saturé (M. Abotera et S. Ashoub).

23Dans certains cas, l’imagerie urbaine s’avère même performative ou dotée d’un pouvoir d’autoréalisation (L. Assaf). Aux Émirats arabes unis, le recours systématique et avant-gardiste à la simulation et à la projection en matière de promotion urbaine a fini par donner naissance à des institutions inédites, telles que la Dubai Future Foundation, le ministère des Affaires ministérielles et du Futur ou le Musée du Futur, qui développent une « rhétorique du futur », soit un discours politique – « créer le futur plutôt que le prévoir » – désormais tout à fait assumé. À Abu Dhabi, l’imagerie urbaine ne montre pas seulement la ville du futur, elle est un outil au service d’un changement de paradigme politique.

24Pour conclure, les articles de cette livraison des Cahiers d’EMAM procureront certainement à leurs lecteurs la sensation de découvrir ou de redécouvrir un matériau de recherche d’une richesse inépuisable. Le large spectre de l’imagerie urbaine qui va de l’art à l’architecture interroge, à travers ses visuels et ses symboles, l’urbanisation contemporaine dans toute sa complexité, à la fois dans son universalité et dans ses particularités moyen-orientales. Non seulement l’imagerie urbaine informe des transformations en cours dans les grandes villes étudiées dans ces pages, mais aussi, dans l’époque « oculocentrique » que nous traversons, l’image « in-forme » (La Rocca, 2013), c’est-à-dire qu’elle met en forme le regard et l’oriente vers une dimension urbaine dont l’exploration reste inachevée.

Figure 1. Pays & villes des Cahiers 33.

Figure 1. Pays & villes des Cahiers 33.

Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2o2o.

Haut de page

Bibliographie

Assaf L., Montagne C., 2019, “Urban Images and Imaginaries: Gulf cities through their representations”, Arabian Humanities [En ligne], 11|2019, mis en ligne le 20 novembre 2019, consulté le 17 juillet 2020. http://journals.openedition.org/cy/4137

Bailleul H., Houillier-Guibert, C.-E., 2008, « Les limites des politiques de communication territoriale basées sur le visuel », Studies in Communication Science, no 2.

Davis M., Monk D.B., 2008, Paradis infernaux. Les villes hallucinées du néo-capitalisme, Paris, Les Prairies ordinaires.

Elsheshtawy Y., 2010, Dubai: Behind an Urban Spectacle, London, Routledge.

Elsheshtawy Y., 2019, Temporary Cities. Resisting Transience in Arabia, London/New York, Routledge.

Godelier M., 2015, L’Imaginé, l’imaginaire & le symbolique, Paris, CNRS Éditions.

La Rocca F., 2013, La Ville dans tous ses états, Paris, CNRS Éditions.

Mitchell W.J.T, 1995, Picture Theory. Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago, The University of Chicago Press.

Molotch H., Ponzini D. (ed.), 2019, The New Arab Urban. Gulf Cities of Wealth, Ambition, and Distress, New York, New York University Press.

Moussi M., 2012, « Trajectoires et transactions de modèles urbains. Échafaudages théoriques et accommodements locaux », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 20|2010, mis en ligne le 26 janvier 2012, consulté le 16 juillet 2020. http://journals.openedition.org/emam/157

Schmid H., 2009, Economy of Fascination. Dubai and Las Vegas as Themed Urban Landscapes, Berlin/Stuttgart, Gebrüder Borntraeger.

Söderström O., 2001, Des images pour agir. Le visuel en urbanisme, Paris, Payot.

Stadnicki R., 2019, « L’imagerie urbanistique à Koweït : de l’image de ville à l’image-ville », Arabian Humanities [En ligne], 11|2019, mis en ligne le 27 octobre 2019, consulté le 16 juillet 2020. http://journals.openedition.org/cy/4180

Stadnicki R., 2020, « Imagerie. De la ville-spectacle à la ville virtuelle », p. 173-184, in Adam M., Comby É. (dir.), Le Capital dans la cité. Une encyclopédie critique de la ville, Paris, Éditions Amsterdam.

Steiner C., Wippel S. (dir.), 2019, “Urban development”, Middle East – Topics & Arguments, vol. 12 [En ligne], mis en ligne le 25 juin 2019, consulté le 8 novembre 2020. https://meta-journal.net/issue/view/230

Verdeil É. (dir.), 2005, « Expertises nomades au Sud. Éclairages sur la circulation des modèles urbains », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/3|2005, mis en ligne le 13 mars 2008, consulté le 29 septembre 2020. http://journals.openedition.org/geocarrefour/1143

Wippel S., Bromber K., Steiner C., Krawietz B. (eds), 2014, Under Construction. Logics of Urbanism in the Gulf Region, Surrey, Ashgate.

Haut de page

Notes

1 Les coordinatrices du numéro 11 d’Arabian Humanities (Images et imaginaires urbains : villes de la Péninsule arabique à l’épreuve de leurs représentations), Laure Assaf et Clémence Montagne, ont participé, avec d’autres auteurs et autrices de cette présente livraison, au programme de recherche IPUGMO (Images de Projets Urbains du Golfe au Moyen-Orient, 2017-2019, CITERES/CEFAS), ce qui explique à la fois la concomitance et la complémentarité de ces deux publications. Voir https://journals.openedition.org/cy/4120

2 En 2020, le colloque du Cercle des chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO) a ainsi été consacré aux images et aux imaginaires dans le monde arabe : https://cerclechercheursmoyenorient.wordpress.com/2019/07/02/images-et-imaginaires-au-moyen-orient-et-en-afrique-du-nord-appel-a-communications-pour-le-colloque-annuel-du-ccmo/

3 Parmi les travaux les plus récents, mentionnons toutefois le numéro spécial de Middle East – Topics and Arguments qui consacre une partie de ses articles à la forte diffusion et aux influences du branding dans la région (Steiner, Wippel, 2019).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Pays & villes des Cahiers 33.
Crédits Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2o2o.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roman Stadnicki, « Introduction », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 30 novembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3041 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3041

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search