Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Résumés de thèsesLes nouveaux ksours de la vallée ...

Résumés de thèses

Les nouveaux ksours de la vallée du M’Zab (1995-2016).

De la permanence et des mutations de la solidarité sociale dans leurs réussites et leurs échecs
Gueliane Nora

Texte intégral

Thèse de Doctorat, sous la co-direction de Maurizio Gribaudi (DR EHESS) et de Alain Mahé (MCF CEMS-EHESS), soutenue le 20 juin 2019 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris.

  • 1 Les Zénètes (groupe ethnique) sont des populations berbères vivant de longue date au Maghreb (voir (...)
  • 2 Ksar [pl. Ksour], un village saharien souvent fortifié et/ou aggloméré. En berbère, aghrem signifie (...)

1Cette thèse a pour cadre géographique la vallée du M’Zab, au Sahara algérien, à 600 km au sud d’Alger. Occupée initialement par les Mozabites [Imzabiyen], des Berbères Zénètes de confession ibadite1, la région est connue pour ses ksour historiques au caractère architectural et paysager exceptionnel, classés patrimoine mondial de l’Unesco2, ainsi que par des institutions propres, promouvant une auto-organisation multiséculaire et une forte solidarité sociale, qui ont joué un rôle primordial dans la survie du groupe et dans la création de « nouveaux ksour ».

Figure 1. La vallée du M’Zab en Algérie.

Figure 1. La vallée du M’Zab en Algérie.

Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2o2o.

2Les nouveaux ksour – des extensions nommées en analogie avec les ksour historiques puisqu’ils s’en inspirent – sont des extensions urbaines dont la construction a été entreprise à partir des années 1990. La vallée en compte six : Tafilelt, Tinemmirine et Tawenza annexés au ksar de Béni Isguen, Tinaâm annexé au ksar de Bounoura, Ioumed au ksar de Melika et Hamrayat à celui d’El Attef. L’idée était née au sein de la communauté elle-même, promue et soutenue par les notables et ensuite par l’État. Il s’agissait de trouver une solution à la crise du logement aussi bien au plan quantitatif que qualitatif. La particularité de ces projets réside dans le rôle joué par la solidarité sociale depuis la naissance de l’idée, le choix de la population, la conception des projets, la gestion du chantier, les montages financiers, jusqu’à la gestion du projet après son occupation. Ma recherche a porté sur les permanences et les mutations qui ont affecté les différentes formes de solidarité sociale qui ont conduit à la réussite des « nouveaux ksour ».

Figure 2. Nouveau ksar de Tinemmirine.

Figure 2. Nouveau ksar de Tinemmirine.

Cliché : N. Gueliane, 2016.

Figure 3. Nouveau ksar de Tafilalelt.

Figure 3. Nouveau ksar de Tafilalelt.

Cliché : N. Gueliane, 2016.

3L’objectif de cette thèse est donc d’apprécier le rôle qu’a joué la solidarité sociale dans la création des nouveaux ksour. Un ensemble de questionnements s’imposent : Qu’est-ce que la solidarité au M’Zab et pour les Mozabites ? Comment s’exprime la relation entre des pratiques sociales liées à « la solidarité » et la construction d’un ksar ? Enfin, comment, concrètement, la solidarité sociale a influencé la démarche de la création des nouveaux ksour ?

4C’est à travers l’étude des six nouveaux ksour – envisagés essentiellement de façon monographique – que j’ai tenté de répondre à ces interrogations. Ce travail repose à la fois sur une enquête technique conduite en tant qu’architecte et sur des observations anthropologiques et des entretiens réalisés avec différentes personnes : des notables, des administrateurs, des architectes, des promoteurs, des présidents d’associations, ou de simples habitants des ksour et des nouveaux ksour, dans le cadre d’enquêtes de terrain qui se sont déroulées sur trois ans, entre 2014 et 2016. Cette recherche a été menée sur deux terrains : un terrain principal, centré sur les anciens et les nouveaux ksour au M’Zab, et un terrain secondaire, réalisé auprès de la communauté mozabite de Bordj Bou Arreridj, une ville de l’Est algérien – l’objectif de ce terrain secondaire était d’étudier les formes de solidarités mobilisées en dehors du M’Zab.

5La thèse est organisée en trois parties, correspondant à trois axes principaux de réflexion. La première – constituée de trois chapitres – a permis de reconstituer une épure de l’organisation du M’Zab et de la société mozabite, en présentant ses différentes composantes physiques, urbaines, humaines et institutionnelles telles qu’on peut les observer de nos jours. Ce faisant, j’ai parfois donné une profondeur historique à certains aspects de façon à souligner des adaptations et des perspectives de changement augurés par les attentes des Mozabites contemporains. Cette première partie constituait en quelque sorte le cadrage indispensable pour comprendre le contexte d’apparition et de réalisation des nouveaux ksour. Pour ce faire, j’ai commencé par examiner la notion et les pratiques de la solidarité au M’Zab, en déployant les divers registres sémantiques dans lesquels elle s’exprime – aussi bien en tamzabt qu’en arabe – et en modélisant ensuite ses différentes formes pratiques. J’ai ainsi pu détailler les diverses formes d’organisation et de pratiques sociales liées à la solidarité en commençant par la solidarité interpersonnelle promue par la morale et la foi, jusqu’à la solidarité institutionnelle encadrée par les différentes institutions de la communauté, en passant par diverses formes d’échanges tels que la twiza et ses variantes dans différents domaines – pratiques du tissage, activités agricoles, twizas pour la palmeraie et les barrages, pour la construction, etc. – qui procèdent indissociablement d’une coopération ou d’une interdépendance fonctionnelle et d’un registre moral proprement dit.

6À travers cette étude de la solidarité au M’Zab, j’ai dégagé cinq grands aspects caractérisant les liens de solidarité sociale. Son aspect rigoureusement organisé et institué est à l’évidence ce qui frappe le plus dans les pratiques solidaires de la société locale. Le civisme spontané des Mozabites n’est pas moins remarquable, dès lors que le maillage institutionnel traditionnel assure correctement ses fonctions. L’ampleur de l’aspect financier de cette solidarité est également à souligner et j’ai pu précisément évaluer la hauteur des contributions des nombreux mécènes anonymes sans lesquels des nécessiteux n’auraient jamais pu bénéficier d’un logement dans le cadre de ces nouveaux ksour. L’organisation qui a rendu possible l’autofinancement de ces projets m’a également longtemps retenue. J’ai pu ensuite mesurer l’importance du système propre aux Mozabites quant à la formation et à l’éducation de ses enfants et cela tant dans la transmission des savoir-faire traditionnels – autant en matière d’organisation qu’au plan des règles civiques et morales – que dans l’apprentissage des techniques modernes – aussi bien sur un plan gestionnaire et administratif qu’en matière de génie civil ou d’architecture. Ces compétences organisationnelles ont joué un rôle déterminant pour surmonter les innombrables obstacles et difficultés inhérentes à l’administration et au système politiques algériens. Peu de régions d’Algérie disposent d’élites aussi capables des ajustements et médiations diverses indispensables avec les instances officielles, et cela tant du fait de leurs compétences et de leurs connaissances que de leurs dispositions politiques pragmatiques. Cette partie consacrée à la solidarité m’a également permis de souligner la distinction que les Mozabites font entre l’entraide, lm’awna [charité/caritas/agapé] non organisée, individuelle, ponctuelle et désintéressée et la solidarité comme système stable, codifié, réciproque et très institutionnalisé.

7La doctrine sociale de l’ibadisme a également sa part dans le maintien et la vigueur des pratiques solidaires propres au M’Zab. L’ibadisme, c’est aussi walâya et barâ’a, deux termes qui expriment directement la solidarité pour l’un, et la désolidarisation pour l’autre, à l’égard d’un membre de la communauté. Mais l’ibadisme mozabite, c’est surtout tout un ensemble d’institutions religieuses organisées à l’échelle de la ville, de la confédération et du pays. J’ai détaillé le rôle fondamental de cette organisation dans l’encadrement, la mobilisation, le financement et l’éducation à la solidarité.

8Je me suis ensuite attachée à la description minutieuse de cette organisation à l’échelle locale, celle des fractions, mais aussi à celle des notables et des jma’as de chaque ville du M’Zab, qui assurent la gestion politique, sociale et économique de la cité. Ce système a ceci de particulier qu’il articule étroitement l’organisation lignagère du ksar et les nouvelles formes d’organisation de la société : associations, comités de quartiers, comités professionnels (des médecins, des commerçants, des enseignants, des artisans…), etc. C’est dire que ce dispositif permet de couvrir toutes les catégories sociales et professionnelles de la ville et d’identifier ainsi tous les besoins de la société civile. De fait, ce processus de modernisation des jma’as s’avère indispensable pour assurer l’efficacité d’une institution qui demeure traditionnelle, au moins dans ses règles de fonctionnement et ses modalités de représentation, si ce n’est dans ses prérogatives puisqu’on a pu détailler leurs interventions dans les élections à l’échelle locale. On a vu en effet comment les jma’as échafaudaient un programme électoral et confectionnaient une liste « d’indépendants » qu’elles proposaient ensuite aux suffrages de la population dans un cadre républicain.

9Il n’en reste pas moins que ceux que j’ai désignés comme « notables » se partagent le pouvoir collectif avec les ‘azzabas – l’institution religieuse suprême au niveau de la ville. Si ces derniers exercent le magistère spirituel et moral des Mozabites, ils assurent aussi concurremment aux notables un rôle social et économique, grâce, essentiellement, aux dons qu’ils font aux waqf (des institutions qui gèrent les dons effectués pour des raisons pieuses ou charitables) qu’ils gèrent collectivement et aux zakats (aumône légale en Islam) qu’ils redistribuent aux nécessiteux de la communauté. Ce système mozabite présente la particularité que chaque institution qui le compose (notables et ‘azzabas) dispose de représentants dans les institutions confédérales. Le Conseil de ‘Ammi Saïd qui regroupe les ‘azzabas des sept villes du M’Zab et des ibadites de Ouargla est, de fait, le porte-parole des ibadites algériens et leur référence religieuse. Le Conseil de Ba Abdarahman el Korti, qui regroupe les notabilités des sept villes du M’Zab se charge quant à lui de la vie politique, économique et sociale des Mozabites. Ces deux institutions confédérales, quoiqu’elles n’aient pas un contact direct avec les habitants, produisent le consensus communautaire, si important dans les relations vis-à-vis de l’extérieur – l’administration algérienne essentiellement.

10Chaque strate de ce système est marquée par la spécialisation, l’autonomie et la décentralisation des interventions, de façon à répondre efficacement aux problèmes soulevés sur le terrain et à des échelles locales. Ces institutions ont l’autofinancement comme principe. C’est en effet à la communauté que revient la charge d’assurer le financement de ses institutions. La contribution de l’aide publique de l’administration algérienne n’intervient qu’à la marge. C’est d’ailleurs la meilleure façon pour la communauté de garder la main sur ses affaires et de se prémunir de « l’irrédentisme » de l’administration algérienne. L’analyse de la nature des liens entre institutions traditionnelles et administration algérienne nous a conduit à souligner le pragmatisme étonnant des « notables » mozabites, qui excellent dans les compromis, les transactions et les contournements. À ce sujet, les Mozabites exercent de véritables expertises pour évaluer jusqu’où aller sans risquer de compromettre les intérêts de la communauté ou exposer leurs représentants à des sanctions, voire davantage. Tout cela implique à la fois une connaissance très fine tant des rouages de l’administration algérienne et de la personnalité de ses chefs que des subtilités du droit administratif et des moyens d’en contourner les dispositions gênantes ou… aberrantes. Mais les rapports entre instances locales et administration algérienne sont aussi régulés par le sens de l’intérêt bien compris, de part et d’autre. Car les hauts fonctionnaires algériens sont bien contents de ne pas avoir à résoudre ou à prendre en charge tous les problèmes de la communauté – que les assemblées traditionnelles ne demandent qu’à régler elles-mêmes avec leurs moyens et leurs méthodes propres. À l’inverse, les instances locales ne dédaignent pas l’aide que peut leur procurer l’administration algérienne - les aides au transport scolaire des écoles libres ibadites attribuées par les communes en sont un exemple. In fine, l’administration algérienne ne peut qu’être satisfaite que les choses, tant bien que mal, arrivent à fonctionner même si, ce faisant, les assemblées traditionnelles arrivent à concrétiser leurs objectifs. Bien différemment des pratiques solidaires proprement dites, il s’agit ici d’un échange de bons procédés ou, parfois, d’un jeu de dupes, qui arrange bien tout le monde. C’est ainsi, en tout cas, que les contraintes juridiques qu’implique la mise en œuvre d’un projet – tel que ceux des nouveaux ksour – sont atténuées sur la base d’accords, d’ajustements – mais aussi de silences complices sur les irrégularités des deux bords ! – dans les limites dessinées par les rapports de force. Et c’est effectivement ainsi que les initiatives de la communauté aboutissent.

11La deuxième partie de cette thèse sert de pont entre la première – le contexte de l’apparition des nouveaux ksour – et la dernière, constituée de monographies de chaque cas de nouveau ksar. C’est pour cette raison que j’ai tenu à la commencer par détailler la présentation de l’ancien ksar mozabite ; son ‘orf, sa genèse ; les étapes de sa conception et son analyse urbaine et architecturale. Ce retour à l’ancien ksar était indispensable, afin de comprendre les fondements sur lesquels les acteurs des nouveaux ksour se sont basés pour justifier leurs démarches et leurs choix – urbains et architecturaux –, mais surtout afin de bien déplier le système de représentation qui informe et accompagne les projets des nouveaux ksour. De cette façon, j’étais en mesure de mieux décrire la situation contemporaine dans laquelle ont émergé les projets des nouveaux ksour et les objectifs visés par leur création. Outre la satisfaction d’une demande en matière de logement – une crise de logements qui a laissé des traces à la fois sur la qualité de vie des habitants, mais aussi à travers l’établissement de nouveaux rapports interpersonnels et sociaux –, ces initiatives ont redonné l’espoir aux classes défavorisées d’accéder à la propriété alors que le marché immobilier connaissait une spéculation effrénée. Mais ces projets étaient également le seul moyen de préserver l’écosystème ksourien – les palmeraies étaient menacées par une rapide dégradation anthropique –, de valoriser le patrimoine bâti mozabite – dont s’enorgueillit légitimement tout Mozabite – et de transmettre les savoir-faire locaux en veillant à concilier tradition et modernité. Là encore, pour réaliser tous ces objectifs, des concessions et des compromis ont été nécessaires à la fois pour s’adapter aux contraintes administratives et réglementaires, mais aussi pour tenir compte des besoins autres que ceux des anciens ksour. Au bout du compte, ces nouveaux ksour peuvent être envisagés également en termes de réaction de la communauté aux formes et aux normes adoptées par l’État dans sa politique de la ville visant à assurer l’ouverture de la communauté. Si les Mozabites ne rejettent pas cette idée d’ouverture – surtout dans la perspective de résoudre la crise du logement et de moderniser leur habitat et leurs équipements –, ils entendent maîtriser collectivement ces changements qui engagent leur destin en tant que communauté.

12Par ailleurs, l’appellation « nouveaux ksour » a été l’objet de controverses au M’Zab, y compris parmi les bénéficiaires des projets. Le débat et l’ambigüité à propos de la terminologie du ksar et du nouveau ksar m’a conduit à conclure qu’en dépit de leurs points communs, les deux typologies comprennent des différences fondamentales quant à leur essence, leurs objectifs, leurs genèses, leurs moyens, leur contexte d’apparition et leurs raisons d’être. Le ksar traditionnel est le résultat d’une logique lignagère, dans certains cas celui d’un conflit entre clans, où le perdant quitte le ksar pour en créer un autre. En ce cas, la création de ce nouveau ksar revêt une signification politique, ceux qui en sont à l’origine visant une autonomie totale par rapport au ksar-mère. Ceci implique automatiquement la création d’un nouveau système social (nouvelles fractions et alliances, nouvelles institutions). Cela n’est pas le cas des nouveaux ksour qui ont été créés par les habitants de l’ancien ksar afin de répondre à une demande sociale en matière de logement, sans avoir de visées politiques, idéologiques ou d’autonomie à l’égard de l’ancien noyau. C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi les nouveaux ksour sont en continuité sociale avec le noyau historique. En outre, on ne saurait comparer le long processus qui a abouti aux anciens ksour historiques à la démarche volontariste et ex nihilo qui a présidé à la construction des nouveaux ksour. Bref ! peu importe que les nouveaux ksour satisfassent ou non à la définition canonique des ksour qu’on peut trouver dans les travaux des historiens ou des architectes. Une chose est certaine, ces projets ont essayé de répondre aux problèmes que vivent actuellement la vallée du M’Zab et ses habitants. En outre il est non moins évident que les attentes des Mozabites — notamment en termes de confort et d’équipements — n’auraient pas pu être satisfaites par des constructions à l’identique de celles qui ont été bâties au xe siècle de l’ère chrétienne.

13La troisième partie de ma thèse réunit six monographies organisées en trois chapitres : 1. les projets qui ont réussi : Tafilelt et Tinemmirine ; 2. ceux qui sont en cours de réalisation : Tinaâm et Tawenza ; et 3. ceux qui sont à l’arrêt : Ioumed et Hamrayat. L’objectif était de comprendre en quoi et comment les formes de solidarités mobilisées avaient affecté le processus de réalisation et de gestion de chaque projet. Ainsi, tous les cas étudiés se rejoignent par certains aspects – ou par des ressemblances qui peuvent expliquer leur réussite ou leur échec.

14L’origine de l’idée. Les projets aboutis sont ceux qui ont été le résultat d’une réflexion par les intéressés eux-mêmes dans le cadre de leurs institutions. Ce furent en effet les habitants eux-mêmes qui portèrent les projets, tandis que les ressources de la communauté étaient mises à leur disposition pour être mobilisées en cas de problèmes.

15Le statut du promoteur. La nature du lien qu’entretient la communauté avec le promoteur du projet joue un rôle déterminant dans sa réussite ou son échec. Les promoteurs avaient des statuts divers : promoteur privé, SARL, promoteur sous couverture associative et Fondation. Un point commun caractérisait néanmoins toutes ces formes : l’existence d’un comité social composé des représentants des fractions et des présidents/promoteurs qui étaient tous des notables reconnus dans leur ville. Dans le cas où le promoteur désigné n’est pas membre de la communauté – ce qui est advenu à Ioumed et à Hamrayat –, la collaboration avec les bénéficiaires s’est avérée très difficile et ce fut sans nul doute une cause de l’échec du projet. Cet échec était pratiquement annoncé dès lors que le promoteur ne pouvait bénéficier ni des réseaux, ni des ressources de la communauté. Facteur aggravant, comme il s’agissait d’un fonctionnaire de l’Etat, les habitants étaient extrêmement méfiants à son encontre et guère disposés à accepter des compromis, des arrangements et, moins encore, à lui faire des concessions.

16Le montage financier. La nature et les modalités du financement fournissent également des indices importants quant au degré de collaboration des différents acteurs des projets. Le système de financement témoigne en effet directement de la capacité des promoteurs à mobiliser les ressources de l’État et ceux de la communauté afin de mener correctement les projets – c’est-à-dire de réduire le plus possible le prix du m², mais aussi de la capacité à prendre en charge les membres les plus vulnérables de la société. De fait, sans le soutien de la communauté, le projet et/ou le promoteur disposait de beaucoup moins de ressources pour son financement ou, plus simplement, pour faire face aux inévitables aléas de chantiers de cette ampleur. Outre les aides publiques qui bénéficient aux programmes de logements comme partout en Algérie, il a fallu souvent compter sur la participation des ‘achiras pour résoudre les problèmes financiers des projets.

17Au bout du compte, en croisant les éléments présentés dans les parties précédentes et les analyses de cas, j’ai mis en évidence quatre éléments qui me semblent caractériser les formes de la solidarité sociale dans le M’Zab.

18• Le premier est d’ordre organisationnel : il tient en effet au maillage étroit et remarquablement efficace des institutions traditionnelles mozabites. Leur organisation est complexe et par ailleurs les éléments qui la constituent sont extrêmement coordonnés entre des assemblées traditionnelles, des écoles libres, des comités de quartier [tiskriwin] et des associations, sans oublier que chaque niveau organisationnel dispose d’antennes dans la diaspora des villes du Nord et à l’étranger. Outre la façon dont est coordonné et hiérarchisé tout ce dispositif d’autogestion – au sens propre ! –, j’ai également longuement décrit sa capacité à générer de nouveaux modes d’organisation pour faire face à des situations inédites et prendre en charge de nouveaux besoins communautaires. Le cas des Fondations (en tant que promoteurs) des nouveaux ksour constitue une illustration exemplaire de cette capacité. Mais, cette force organisationnelle ne dépend pas uniquement de la solidarité des instances de la communauté, mais aussi de l’intelligence collective de ceux qui prennent en charge ce dispositif, pour faire en sorte que cela fonctionne et s’enclenche malgré une administration tatillonne. À travers les multiples cas décrits, j’ai démontré que c’est bien l’intelligence collective qui constitue le ciment de la solidarité sociale.

19• Le deuxième aspect est d’ordre proprement civique : il concerne l’engagement de la communauté pour faire aboutir toutes ses initiatives, soit par l’encadrement et la participation au fonctionnement des institutions de la communauté, soit par l’appui aux activités qu’elle propose. J’ai d’ailleurs pris soin de souligner que toutes les instances de la communauté fonctionnent selon le principe du bénévolat sans pour autant remettre en cause la qualité des services offerts. J’ai également insisté sur le travail titanesque effectué par les promoteurs des nouveaux ksour. L’engagement civique de la communauté n’a pas uniquement des visées utilitaristes – quoique celles-ci ne soient pas à négliger ! –, mais il vise aussi explicitement à assurer l’apprentissage civique et moral – les deux dimensions étant indissociables – chez les jeunes de la communauté. Quelle autre preuve en produire, sinon celle du maintien de cette organisation depuis plusieurs siècles ?

20• L’autofinancement constitue l’aspect économique majeur de cette solidarité : Il est l’un des principes essentiels de la communauté qui lui permet d’assurer la concrétisation de ses projets, la pérennité de ses institutions et son existence même en tant que groupe. De fait, les contributions financières des ‘achiras, les dons des notabilités, la contribution des ‘azzabas pour la gestion du waqf et celle des zakats, ou encore pour le financement des écoles libres, ainsi que les versements fournis par les jma’as mozabites dispersées à travers tout le territoire algérien, ont longuement retenu mon attention. La façon dont ce système pallie le manque de ressources des indigents bénéficiaires d’un lot dans les nouveaux ksour est indiscutablement un modèle de politique sociale. Toujours en ce qui concerne ce principe d’autofinancement, j’ai insisté sur l’ingéniosité – et l’opiniâtreté ! – des promoteurs pour faire face aux difficultés et aux aléas des chantiers des nouveaux ksour.

21• La formation à la solidarité : la formation à la solidarité est assurée au M’Zab essentiellement dans les écoles ibadites, ainsi que dans les mosquées et par l’intermédiaire de l’institution religieuse qui dispense l’éducation morale et assure le magistère spirituel des Mozabites. Mais, en fait, c’est une éducation de tous les jours que j’ai pu décrire, tout en constatant sa mise en œuvre au sein des différentes institutions : comités de quartiers, associations, réunions périodiques des ‘achiras et des notables, jma’as mozabite hors M’Zab. Et ce système se reproduit dans le cadre des associations de quartiers qui se sont créées dans les nouveaux ksour.

22Le dernier facteur de la réussite des nouveaux ksour n’est pas propre à la société mozabite, mais relève directement de l’appartenance à la nation algérienne. On veut parler de toutes les ressources publiques que la communauté mozabite a su mobiliser pour faire aboutir ses projets. Car si les politiques publiques de l’État algérien ont un volet social, il n’en reste pas moins que de nombreux Algériens n’en bénéficient pas, car ils ne disposent pas du mode d’emploi de l’administration algérienne et des savoir-faire indispensables. C’est précisément un aspect que j’ai longuement documenté en analysant les relations entretenues entre les instances officielles et communautaires, la représentation du Conseil de ‘Ammi Saïd dans le Haut conseil islamique algérien et l’appui de l’État aux projets de nouveaux ksour. Sans ces savoir-faire et ces compétences, ces projets n’auraient pas pu voir le jour. Relativement au respect de la loi du pays, j’ai pu observer les trésors d’ingéniosité déployée pour rendre compatibles les normes de construction locale et le droit national. Le code de l’Urbanisme en vigueur à l’échelle nationale est en effet loin d’être compatible avec les normes locales de la construction traditionnelle mozabite. Là encore, les acteurs des projets ont dû s’ajuster ou, à défaut, recourir à de subtils contournements de la loi quitte à acquitter in fine une amende en contrepartie de la régularisation de leur construction.

23Enfin, cette thèse est aussi l’occasion de mieux comprendre les modalités concrètes du contrôle et de la maîtrise que des populations algériennes – ici les Mozabites – sont capables d’exercer collectivement sur leur destin, et cela dans tous les domaines : social, économique, institutionnel et urbain. Elle a également permis d’établir certains faits historiques méconnus, voire controversés, à propos de la région, et d’autre part de projeter quelques lueurs sur des développements sociaux propres au M’Zab, en particulier en ce qui concerne l’adaptation des institutions traditionnelles mozabites à un contexte extrêmement évolutif.

  • 3 Mahé A., 2001, Histoire de la Grande Kabylie xixe-xxe siècles. Anthropologie historique du lien soc (...)

24Notre thèse a également voulu s’inscrire dans le débat ouvert par les post-colonial studies. En effet, l’histoire du Maghreb, et en particulier celle de l’Algérie, s’est trop longtemps polarisée sur les effets destructeurs du phénomène colonial sans se soucier de témoigner des situations où des communautés étaient parvenues à amortir le choc colonial et à s’y adapter sans se renier. Si les études du phénomène colonial témoignent certes des résistances armées opposées à la conquête coloniale, elles ont trop longtemps négligé d’autres formes de résistance, d’adaptation et de redéploiement des sociétés colonisées. Du coup, il reste presque tout à faire pour témoigner de la dignité propre des sociétés qui ont subi la colonisation et analyser les ressources inégales dont elles disposaient pour encaisser le phénomène colonial, s’y adapter, et s’y aménager un avenir en essayant de maîtriser leurs destins. D’où tout l’intérêt du cas mozabite. Un autre travers de la plupart de ces études est d’avoir validé d’emblée l’échelle nationale pour envisager et étudier le phénomène colonial. On ne peut que constater l’extrême rareté des travaux qui envisagent l’histoire de l’Algérie à l’échelle d’une région – le travail d’Alain Mahé sur la Kabylie fait exception3. Comme s’il n’était pas pertinent d’envisager l’étude des effets de la colonisation à l’échelle des régions qui présentent une cohérence ou une identité propre. Comment considérer que la colonisation a affecté de la même façon le citadin des grandes villes, le ksourien du Grand Sud, l’agriculteur des montagnes, le semi-nomade des Aurès ou le Touareg nomade ? D’autant plus que la colonisation n’a pas été mise en œuvre de la même façon partout en Algérie. De fait, l’« aplatissement » de l’histoire coloniale en Algérie ne rend pas compte de ces situations hétérogènes. Notre travail témoigne de la façon dont, au M’Zab, les institutions propres à la région ont donné – et donnent encore – aux Mozabites les moyens de maîtriser leur destin collectif.

Haut de page

Notes

1 Les Zénètes (groupe ethnique) sont des populations berbères vivant de longue date au Maghreb (voir Ibn Khaldoun, 1999). L’ibadisme est une branche minoritaire de l’Islam appartenant au kharidjisme – celui-ci étant le résultat du conflit politique qui a tourmenté la khilafa musulmane après l’assassinat de ‘Othman ibn ‘Affan en 656 (Merghoub, 1972, p. 13). Elle est majoritaire dans le sultanat d’Oman, et, outre le M’Zab (Algérie), très présente dans l’île de Djerba (Tunisie), dans le Djabel Nafoussa (Libye) et à Zanzibar (Tanzanie).

2 Ksar [pl. Ksour], un village saharien souvent fortifié et/ou aggloméré. En berbère, aghrem signifie à la fois ville et village fortifié.

3 Mahé A., 2001, Histoire de la Grande Kabylie xixe-xxe siècles. Anthropologie historique du lien social dans les communautés villageoises, Saint-Denis, Bouchène.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La vallée du M’Zab en Algérie.
Crédits Cartographie : Fl. Troin • CITERES 2o2o.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 2. Nouveau ksar de Tinemmirine.
Crédits Cliché : N. Gueliane, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Figure 3. Nouveau ksar de Tafilalelt.
Crédits Cliché : N. Gueliane, 2016.
URL http://journals.openedition.org/emam/docannexe/image/3048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gueliane Nora, « Les nouveaux ksours de la vallée du M’Zab (1995-2016). », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3048 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3048

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search