Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Résumés de thèsesDu projet urbain à la production ...

Résumés de thèses

Du projet urbain à la production des espaces publics : usages, pratiques et représentations sociales

Cas de Rabat-Salé
Moussalih Abdellah

Texte intégral

Thèse de Doctorat en Urbanisme et Aménagement, sous la direction d’Aziz El Maoula El Iraki (INAU), soutenue le 6 décembre 2018 à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU), Rabat, Maroc.

1Cette recherche explore la fabrique des espaces publics sous le marqueur du projet urbain dans l’agglomération de Rabat-Salé. Elle s’attache à en comprendre la conception, les usages, les formes d’appropriation et de représentation par les usagers. Pour apprécier la portée des choix originels et initiaux, il semble pertinent d’observer les usages, les pratiques et représentations sociales en ébullition. Mais l’enjeu est immense, car, pour comprendre ce qu’il est, il faut saisir la façon dont l’espace public est pensé et pratiqué, en mettant en perspective d’un côté la réalité des espaces produits, leur représentation par la société, et de l’autre côté, la façon dont la commande politique et ses experts s’organisent pour les concevoir, les réaliser et les gérer.

2À l’origine de nos investigations sur les stratégies urbaines de production des espaces publics, le choix du projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg s’est imposé de fait. L’idée est d’analyser les transformations apportées par ce projet urbain au sein des aires d’étude et les usages et pratiques qui en découlent. En effet, le projet marque une rupture dans le mode de faire qui s’inspire d’autres dynamiques de mobilisation des compétences en faisant appel à un concepteur réputé, l’instauration d’une séparation des fonctions de maîtrise d’ouvrage et de maîtrise d’œuvre et l’émergence de nouveaux idéal-types de maîtrise d’ouvrage urbaine qui contribuent à la standardisation de l’espace public. De plus, le recours à un petit nombre d’équipes, ainsi que de « starchitectes », participe de cette standardisation (l’utilisation des mêmes matériaux, les mêmes courbes et mêmes formes architecturales).

  • 1 Il s’agit des places du Petit et du Grand Socco à Tanger, d’Al Maghrib Al Arabi et du 16 août à Ouj (...)

3En ce sens, nous avons appuyé nos investigations de terrain sur trois espaces publics, à savoir : le quai de Rabat, l’esplanade de Bab Lamrissa et la place Al Joulane. Ces espaces aux antécédents urbanistiques différents sont alors représentatifs des processus de requalification qui touchent un bon nombre de places et esplanades à l’échelle nationale dans des contextes urbains distincts1.

4Les différentes analyses que nous avons effectuées nous ont permis de dégager une suite de caractéristiques spécifiques à chaque espace étudié, susceptibles de mieux expliquer les variations de perception, de fréquentation, de cohabitation ou de conflits d'usages. Ces derniers ont été identifiés de façon empirique. Ce choix méthodologique nous a conduit à privilégier une approche sensible, multi-scalaire et chronotopique qui permet de dévoiler les différentes facettes des espaces publics étudiés en s’appuyant sur trois instruments de recueil de données : l’observation directe, l’entretien semi-directif et les cartes mentales.

5Pour mieux comprendre les conditions matérielles, spatiales et physiques, sociales et culturelles dans lesquelles ces formes d’usages, d’appropriations et de perceptions évoluent, nous sommes parti des hypothèses suivantes :
– les habitants ont été « contraints » et/ou « sollicités » à composer, recomposer et se réapproprier ces espaces très marqués par les esthétiques de la mondialisation ;
– leurs pratiques se trouvent en « décalage » ou témoignent d’un « refus », ou encore apparaissent en « harmonie » avec celles projetées par les aménageurs ;
– les usagers entretiennent un nouveau rapport et de nouvelles pratiques avec ces espaces, dont la fabrique paraît donner lieu à la naissance de territorialités segmentées entre résidents et non-résidents, ainsi que d’une urbanité duale.

6Pour y parvenir, nous avons adopté une approche, à deux dimensions, qui a servi de grille d’analyse pour élucider les effets d’une offre d’espaces publics nouvellement réaménagées. Cette démarche interprétative et analytique mobilise deux principales dimensions :
– une dimension politique qui interroge la fabrique matérielle et symbolique de l’espace public dans le cadre du projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg. La question qui se profile derrière cette dimension est la suivante : par qui et pour qui les espaces publics sont-ils conçus, planifiés, construits et produits ?
– une dimension socio-spatiale qui suppose la question suivante : quels sont les usages, pratiques et représentations sociales de l’espace public (re)fabriqué ? Cette dimension ambitionne d’identifier les profils des usagers, la nature des groupes (les buveurs/déviants, les enfants, les jeunes couples, les adolescents jouant au football, etc.), les fluctuations sociales et temporelles, les fréquentations et les interactions des usagers sur ces espaces vécus et perçus et éventuellement coproduits.

7La thèse est organisée en sept chapitres complémentaires.

8• Le premier chapitre est un cadrage théorique autour de la notion de(s) espace(s) public(s). Il a pour objet d’appréhender et délimiter les sens et les contours de cette notion dans les sciences sociales. Il nous est apparu indispensable de commencer par là pour mener à bien la réflexion sur cette thématique compte tenu de l’extraordinaire plasticité sémantique de la notion.

9• Cette notion est ensuite contextualisée dans le deuxième chapitre, intitulé Structure et formation des espaces publics au sein de la ville marocaine : le cas de Rabat. La décomposition de la notion nous a conduit à relater sa genèse marquée par quatre moments forts dans l’histoire urbaine de la ville de Rabat. Chaque génération d’espaces publics obéit en effet à une conception urbanistique propre, puisant son essence dans un contexte historique, social et politique particulier. À Rabat, la période coloniale constitue un moment de transition entre un ancien et un nouveau mode de conception de l’espace public. Un ancien caractérisé par les espaces publics de la médina. La conception coloniale de l’espace public, quant à elle, est caractérisée par une vision fonctionnaliste (ville moderne). L’effort urbanistique et d’aménagement consenti par la puissance coloniale pour marquer sa présence a donné naissance à une ville dite moderne et à des espaces ouverts d’utilité publique, dits « espaces libres ». Quarante ans plus tard, l’adoption du projet urbain comme mode d’action a marqué une rupture significative par rapport aux modes « classiques » (SDAU, PA) de la planification urbaine qui n’ont pas pu suivre la pression démographique et l’extension des périmètres urbains de la ville, lesquels sont responsables de sérieux problèmes d’aménagement, d’habitat et environnementaux. L’urbanisme de projet imprègne fortement la scène urbaine nationale (Rabat, Casablanca), mais aussi nombre de grandes villes des pays du Maghreb (Tunis, Alger, Oran).

10• Le troisième chapitre – Vers la refonte des instruments et des structures classiques chargées de la production de l’espace public – se situe dans la continuité du précédent. Il examine les montages institutionnels de production des espaces publics. Il expose la production des espaces publics dans le cadre des documents d’urbanisme (SDAU, PA), avant de comparer avec les conditions de leur production dans le cadre du projet urbain, lequel marque une rupture dans les modes de faire et de régulation. L’adoption de cette nouvelle approche par les pouvoirs représente un geste politique fort, ce dont le projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg témoigne tout particulièrement.

11Le principal argument avancé en faveur de l’urbanisme de projet est qu’il permet une plus grande efficacité dans la mise en œuvre de l’action publique. C’est cet argument que les pouvoirs publics mettent en avant pour légitimer leur choix, avec les conséquences qui en découlent telle celle qui consiste à créer des structures d’aménagement ad hoc dont l’action s’inscrit au sein de périmètres sur lesquels les communes théoriquement concernées ne disposent plus de moyens d’action. Ce type de montage institutionnel, qui ne s’embarrasse pas des débats, avis et décisions de collectivités élues, permet en principe d’atteindre plus vite les objectifs assignés. Relevant directement du Roi, elles jouissent de toute la latitude pour recruter les experts internationaux et les stararchitectes assurant la réputation internationale du projet.

  • 2 Nous entendons ici par standards internationaux, « la diffusion d’un urbanisme libéral générique – (...)
  • 3 Il s’agit donc de montrer les effets d’une telle démarche qui s’avère être fondatrice des « modes d (...)

12Cet urbanisme néolibéral puise ses référents des standards internationaux2 ; il met ainsi à l’ordre du jour la question des dynamiques de transnationalisation des pratiques urbanistiques, notamment pour ce qui concerne la fabrique des espaces publics de front de mer, tant au niveau de l’action publique qu’à celui des usages et pratiques qu’ils suggèrent. Sans vouloir sociologiser le transnational, nous n’en avons pas moins essayé, à partir de nos terrains d’étude, d’examiner les enjeux théoriques et pratiques posés par cette question du transnational, en interrogeant ses effets sur la fabrication urbaine et la société locale3. Ce questionnement nourrit nos quatrième, cinquième et sixième chapitres, lesquels constituent le cœur de cette recherche et s’inscrivent dans le triptyque de H. Lefebvre (le conçu, le vécu, le perçu).

13• Le quatrième chapitre – L’espace conçu, de la symbolique à la matérialité – analyse la construction matérielle et symbolique des espaces publics à travers l’appréciation des modalités de leur conception et de leur mise en forme spatiale et fonctionnelle. Concrètement, ce chapitre se focalise sur le design physique, les discours, les symboles et les images véhiculées par les concepteurs/producteurs pour mettre en œuvre ces espaces. Nous nous sommes arrêté sur la notion de la fabrique urbaine, avant de montrer comment le patrimoine était évoqué comme ressource dans la mise en œuvre des espaces publics, objet de la présente recherche.

14À ce titre, leur construction matérielle et symbolique laisse apparaître que les concepteurs/producteurs cherchent à réinsérer les espaces réaménagés dans un contexte patrimonial et de mémoire par les mises en scène, les symboles et les images de modernité proposées. Les concepteurs mettent en avant trois dimensions :
i) un agencement spatial normalisé (espace physique, paysages, interdictions),
ii) une valeur marchande de l’espace qui se tisse d’abord autour de l’immatériel (patrimoine), puis du matériel (cafés et restaurants),
iii) enfin, une tentative de mixité sociale ou d’équilibre du peuplement.

15• Le cinquième chapitre est consacré à l’espace vécu (Espace vécu, reflet des usages et des appropriations sociales) à travers l’analyse de la dialectique entre l’espace public conçu et celui vécu, pratiqué voire coproduit par les usagers. Nous avons privilégié ici la description et l’analyse des usages ordinaires, aux formes d’appropriation transgressives ainsi qu’aux usages extraordinaires observés à l’occasion du mois de Ramadan et des événements festifs. Nous nous sommes interrogé aussi sur les enjeux de fréquentation de ces espaces publics par les femmes.

16Le décryptage des formes et modalités d’appropriation sociale de l’espace public laisse apparaître une différenciation d’usages et d’appropriations entre les espaces étudiés. Les caractéristiques majeures de chacun des espaces étudiés se présentent ainsi :
– l’esplanade de Bab Lamrissa, grâce à sa situation par rapport à l’ancienne médina de Salé, a réussi à favoriser l’ouverture de la médina sur des lieux extra muros et à offrir à ses habitants un espace convivial. Les usagers quant à eux, à travers les formes d’appropriation de cette esplanade, ont instauré un équilibre de partage de l’espace public (entre adolescents et seniors, entre femmes et hommes) dans une logique de cohabitation tacite et consentie des usages. Par ailleurs, le mois de Ramadan transforme l’esplanade et impose son rythme et son ambiance ;
– le quai de Rabat, quant à lui, est tiraillé entre cohabitation et domination des nouvelles ambiances à travers une appropriation qui oscille entre usages projetés et usages traditionnels, sans pour autant occulter les pratiques déviantes. Aussi, le quai est-il devenu un espace où la contrainte sociale semble moins forte qu’ailleurs. Une occasion pour les usagers de libérer leur corps et leur esprit ;
– la place Al Joulane, l’incontournable station de correspondance du tramway, se démarque par une appropriation éphémère dans le temps et dans l’espace. Malgré les aménagements entrepris, cette place n’arrive toujours pas à se détacher de sa fonction primaire de carrefour que l’on traverse sans laisser de traces !

17Malgré les tentatives des professionnels de l’urbanisme pour faire en sorte que ces espaces publics soient adaptés à leurs usagers potentiels, nous avons constaté que s’y déploient des « ruses » et s’y produisent des « détournements » quotidiens qui dérangent les habitudes et les normes d’usage, mais qui ne sont en fait rien d’autre que l’expression d’une « ville malléable ». Or les décalages relevés par rapport aux orientations des concepteurs/producteurs cachent, le plus souvent, une « méconnaissance » du lieu par ces derniers, une impossibilité (et une incapacité) à le saisir dans son essence même, telle qu’ils le dépossèdent, peu à peu, de sa substance.

18• Les représentations sociales des espaces publics (ou l’espace perçu) sont traitées dans le sixième chapitre (L’espace perçu, des représentations contrastées). Il s’agit d’apporter des éléments de réponse sur l’influence que les caractéristiques spatiales de ces espaces publics et leur mise en scène urbaine peuvent avoir sur les représentations des usagers. En ce sens, la perception des usagers oscille entre des représentations collectives et individuelles, mais essentiellement subjectives. Car l’image que l’on se fait d’un lieu fait partie du patrimoine personnel de l’individu ; elle reste largement tributaire des souvenirs et des événements marquants de la vie des personnes. À ce niveau, la représentation est nostalgique pour ceux qui ont pratiqué l’espace dans son état initial (d’avant l’aménagement). Pour certaines personnes qui ont fréquenté les lieux après leur aménagement, elles les considèrent comme proposant des aménités payantes qui leur sont inaccessibles.

  • 4 Définition et signification de mutanafas (exutoire) dans le dictionnaire de langue arabe moderne Al (...)

19Ces espaces sont aussi perçus, par une large partie de ceux qui les fréquentent, comme étant des réponses pertinentes au manque d’espaces publics à Rabat et à Salé ou à leur faible attractivité. Car ceux qui existent souffrent de l’insécurité, de la saleté, du trafic des voitures, du bruit, de la promiscuité, de la violence, etc. Le succès de ces nouveaux espaces publics en est la preuve tangible. Ils agissent d’ailleurs comme مُتَنَفَّسٌ 4, soit des promenades des corps et des esprits pour les habitants de la ville.

20• Le septième et dernier chapitre est intitulé Les espaces publics comme vecteurs de la fabrique d’un individu contemporain. Il se veut comme une sorte d’épilogue. Il est construit autour de l’idée de la production d’espaces publics réglementés visant la production d’individus contemporains obéissant aux règles imposées par l’aménageur/développeur dans une logique descendante (top-down). Cette dernière se trouve confrontée à la manière dont ces espaces publics sont reçus in fine par les usagers. Nous avons donc ici essayé de montrer comment les espaces publics deviennent un vecteur de l’émergence de nouvelles formes d’urbanité et comment ils sont susceptibles de participer à l’avenir à la production de l’individu et à la redistribution du droit à la ville ou, à la limite, à une redistribution de « la jouissance d’usufruit » de la ville.

21À l’issue de notre recherche, la réflexion mériterait d’être prolongée sur l’un ou l’autre des thèmes suivants :
– les espaces publics face au risque de banalisation et de standardisation des villes du monde ;
– l’internationalisation des espaces publics face aux défis du côtoiement symbolique entre habitants permanents et visiteurs.
– la mise en scène des espaces publics vs leur aseptisation et la disparition progressive des appropriations transgressives.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit des places du Petit et du Grand Socco à Tanger, d’Al Maghrib Al Arabi et du 16 août à Oujda, d’Al Amal à Agadir, Jemaa El Fna à Marrakech, Boujloud à Fès et Al Mouahidine à Ouarzazate, pour ne citer que ces exemples.

2 Nous entendons ici par standards internationaux, « la diffusion d’un urbanisme libéral générique – au sens où il se retrouve partout dans le monde – puisant ses références dans des concepts internationaux (marina, gated communitie, City sport, CBD...) et reproduisant comme ailleurs des formes urbaines standardisées (tours, compounds, objets architecturaux signés par des “starchitectes” du gotha international tels Zaha Hadid, Jean Nouvel ou encore Rem Koolhas). » (Barthel, 2010).

3 Il s’agit donc de montrer les effets d’une telle démarche qui s’avère être fondatrice des « modes de faire » du projet d’Aménagement de la vallée du Bouregreg. Le projet suppose des opérations prestigieuses en respectant une stratégie de standardisation internationale ; l’objectif étant l’attraction d’une clientèle issue des classes sociales aisées. En effet, les promoteurs des opérations immobilières résidentielles et hôtelières en cours de réalisation au niveau de la séquence Bab al Bahr, ainsi que celles prévues sur les autres séquences du projet, cherchent à attirer une clientèle aux moyens financiers conséquents, nationale comme internationale. Cet objectif ne peut être atteint qu’en recréant un environnement de vie conforme aux exigences d’une clientèle aisée notamment en permettant l’implantation de franchises commerciales internationales.

4 Définition et signification de mutanafas (exutoire) dans le dictionnaire de langue arabe moderne AlWASSIT (Al Mu'jam AL Wassit) : mutanafas peut être le participe du verbe tanaffasa (respirer) : par exemple : « il a trouvé mutanaffasan (une issue) pour sa crise » ; ou bien : « l'attaquer férocement était pour lui un mutanaffas (exutoire) pour exprimer ses émotions refoulées de révolte ». Il peut aussi être le complément circonstanciel de lieu du verbe tanaffasa  (respirer) et désigner un espace qui permet la respiration et le mouvement facile, qui offre repos et confort.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Moussalih Abdellah, « Du projet urbain à la production des espaces publics : usages, pratiques et représentations sociales », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3056 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3056

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

    Haut de page
    Rechercher dans OpenEdition Search

    Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search