Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Comptes rendusAtlas de l’Égypte contemporainede...

Comptes rendus

Atlas de l’Égypte contemporaine
de Hala Bayoumi et Karine Bennafla (dir.)

Bénédicte Florin
Référence(s) :

Paris, CNRS Éditions, 2020, 150 pages

Texte intégral

  • 1 CAPMAS : Central Agency for Public Mobilization and Statistics. À la dimension scientifique de ce p (...)

1Hala Bayoumi, ingénieure de recherche au CNRS en poste au Centre d’études et de documentation juridiques, économiques et sociales (CEDEJ) et Karine Bennafla, professeure en géographie à l’Université Jean-Moulin de Lyon et directrice du CEDEJ de 2015 à 2019, ont sollicité les contributions d’une cinquantaine de chercheurs qui composent cet Atlas de l’Égypte contemporaine, accompagnées des cartes, instructives et esthétiques, mises en forme par la géographe-cartographe Claire Gillette, de précieuses données chiffrées et de nombreuses photos. Ainsi que l’expliquent les deux directrices de l’Atlas dans leur « Introduction », une équipe du CEDEJ est engagée depuis 2007 dans la mise à jour régulière de la cartographie de l’Égypte, en partenariat avec le CAPMAS1, institut égyptien de la statistique. Au-delà de cette collaboration institutionnelle, on insistera ici sur la participation bienvenue d’un grand nombre de chercheur.e.s égyptien.ne.s ainsi que sur la traduction prévue en arabe et en anglais de l’Atlas afin qu’il soit accessible à un plus grand nombre.

  • 2 Même si l’expression « monde rural » devrait être davantage interrogée, en particulier dans le delt (...)

2L’Atlas de l’Égypte contemporaine offre au lecteur cinquante entrées thématiques, regroupées en sept grandes parties : Géohistoire et géopolitique ; Vie politique ; Société et démographie ; Le Grand Caire ; Provinces égyptiennes ; Économie et environnement ; Culture et patrimoine. Sa première originalité est certainement de se défaire d’une vision « cairo-centrée » et de témoigner du rôle des provinces et des villes secondaires (Alexandrie et les villes du canal de Suez), de mettre au jour les difficultés du « monde rural »2 (58 % de ruraux en 2017), de faire apparaître les enjeux (géo)politiques et sociaux de « marges » parfois oubliées (péninsule du Sinaï, Nubiens déplacés et marginalisés, etc.).

  • 3 Voir également à ce sujet le récent article de Jamal Bukhari et Ariane Lavrilleux dans le Monde dip (...)

3Un autre apport de cet Atlas est l’intérêt porté à la dimension environnementale, ici au sens large, transversale à plusieurs entrées : qu’il s’agisse de la gestion des ressources dans les oasis du désert, des « quartiers chauds » du Caire, du gaspillage de l’eau et de la terre dans le monde rural, mais aussi (péri)urbain, des nombreuses pollutions ou encore des tensions géopolitiques autour du partage des eaux du Nil, les effets écologiques de ce contexte alarmant se déploient à plusieurs échelles. Le lecteur peut alors associer cette thématique transversale à d’autres entrées de l’Atlas telles que celle sur la crise alimentaire menaçante, celle sur les produits subventionnés – dont une focale sur la filière du lait –, celle sur la santé publique – dont une focale sur le retard de croissance des enfants égyptiens. La question des produits subventionnés interroge le lecteur sur le rôle de l’armée3 dans l’économie égyptienne qui est dévoilé dans l’entrée intitulée « La face réelle de l’économie » : celle-ci est plutôt composée de deux faces puisque le secteur informel participerait à 40 % du PIB et représenterait entre 40 et 70 % de l’emploi en Égypte.

4Ici encore plusieurs entrées de l’Atlas illustrent ce poids de l’informel à l’exemple de celles sur les quartiers précaires, les marchés populaires ou les ramassage et recyclage des déchets. L’« informel » n’est évidemment pas incompatible avec le poids d’un État par ailleurs omniprésent et omnipotent en termes d’aménagement, qu’il s’agisse de la mise en œuvre des fronts pionniers agricoles – où l’on rencontre les grandes familles d’entrepreneurs proches du pouvoir –, de la Nouvelle capitale – faramineux « projet urbain présidentiel » –, du pari sur les zones franches ou, à une autre échelle, de la sécurisation du centre-ville du Caire par des murs et checkpoints fortement militarisées. Ce dernier exemple découle, bien sûr, du contexte politique égyptien de cette dernière décennie et, à ce titre, la révolution et ses suites, les mouvements islamistes, les protestations ouvrières, les revendications féministes, les violences contre les coptes ou les désillusions de la jeunesse égyptienne (34 % des 15-24 ans sont au chômage) constituent autant d’autres focales de l’Atlas utiles qui articulent le mode de gouvernance et le malaise social.

5Les entrées de la dernière partie « Culture et patrimoine » ne sont pas déconnectées de ce contexte puisqu’y sont aussi évoqués les mobilisations citadines pour la sauvegarde du patrimoine d’Alexandrie, l’existence d’un cinéma engagé, même si censuré et en déclin, ou encore le sentiment de dépossession des habitants de Louxor, ville touristique touchée de plein fouet par la crise.

6À la fois scientifique et accessible à tous, l’Atlas documente ainsi, chiffres et cartes à l’appui, les enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels de l’Égypte d’aujourd’hui. Enfin, richement cartographié et illustré, l’Atlas de l’Égypte contemporaine s’achève par une bibliographie très complète qui offre des références à des travaux récents, mais aussi plus anciens, dont la plupart ont été rédigés par des étudiant.e.s et des chercheur.e.s – dont l’auteure de ce compte-rendu –, passé.e.s à un moment ou à un autre de leur parcours par le CEDEJ, témoignant ainsi du rôle indispensable de cette institution dans les savoirs sur l’Égypte.

Haut de page

Notes

1 CAPMAS : Central Agency for Public Mobilization and Statistics. À la dimension scientifique de ce partenariat s’est certainement ajoutée une dimension officielle avec les contraintes que l’on peut imaginer pour les co-directrices de l’Atlas, expliquant sans doute la présence dans l’ouvrage du portrait en pied du président al-Sissi accompagné de son homologue chinois. Pour autant, les textes n’édulcorent pas les répressions arrestations, et diverses atteintes aux libertés dans le pays.

2 Même si l’expression « monde rural » devrait être davantage interrogée, en particulier dans le delta du Nil, du fait de l’importance de la polyactivité des « ruraux », des fortes relations entre campagne, périurbain et ville et des stratégies de migration internationale mises en œuvre par les jeunes des campagnes. Le « monde rural » n’est pas homogène, ni isolé du reste de la société comme l’ont montré différents travaux que l’on retrouve dans la bibliographie de l’Atlas.

3 Voir également à ce sujet le récent article de Jamal Bukhari et Ariane Lavrilleux dans le Monde diplomatique sur « La voracité de l’armée égyptienne » (juillet 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Florin, « Atlas de l’Égypte contemporaine
de Hala Bayoumi et Karine Bennafla (dir.) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3068 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3068

Haut de page

Auteur

Bénédicte Florin

Géographe, Maître de conférences, Université de Tours & UMR CITERES, équipe EMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search