Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Comptes rendusUrbanisation et politiques urbain...

Comptes rendus

Urbanisation et politiques urbaines dans le Grand Tunis
de Morched Chabbi

Hend Ben Othman Bacha
Référence(s) :

Tunis, Nirvana, 2016, 200 pages

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage constitue en quelque sorte le complément d’un précédent, publié en 2012, qui réunissait (...)
  • 2 M. Chabbi a commencé sa carrière au début des années 1970, au District de Tunis, où il a été le dir (...)
  • 3 ENAU = École nationale d’architecture et d’urbanisme et ISTEUB = Institut supérieur des technologie (...)
  • 4 Pour la biographie complète de M. Chabbi, voir Ben Othman H., 2017, « L’urbaniste Morched Chabbi. U (...)
  • 5 Chabbi M., 2005, Processus d’urbanisation et politiques urbaines dans les pays du Sud : le cas de l (...)

1Avec l’ouvrage Urbanisation et politiques urbaines dans le Grand Tunis, Morched Chabbi retrace quarante ans de politiques urbaines en Tunisie1, à travers une focale originale, celle du « praticien-chercheur », pour qui le travail de terrain constitue un moment de la réflexion sur les phénomènes urbains. Cet urbaniste a en effet su porter avec un même brio la casquette de praticien de l’urbanisme2 et celle du chercheur, par ailleurs enseignant en urbanisme et aménagement3, s’étant fortement impliqué dans la formation de générations d’urbanistes à l’ENAU et à l’ISTEUB4. Il a toujours réinterrogé les résultats de ses terrains et des études qui lui étaient confiées à travers les outils conceptuels, qu’il appelle « ses lunettes de chercheur », afin de tenter d’expliquer les processus d’urbanisation. Et tout l’intérêt de cet ouvrage, issu d’une réflexion développée dans un premier temps lors de son habilitation à diriger les recherches en urbanisme et aménagement5, réside dans l’appréhension des phénomènes urbains selon des grilles de lecture empruntées aux sciences sociales. En s’appuyant sur sa fine connaissance du terrain et sa maîtrise des concepts, l’auteur s’interroge sur le rôle de régulation sociale et politique de l’État à travers les politiques urbaines, en mettant en perspective modalités d’intervention de l’État, acteurs urbains et territoires urbanisés.

  • 6 Le cas d’Ettadhamen a fait l’objet des recherches de l’auteur dans le cadre de sa thèse de doctorat (...)

2La première partie de cet ouvrage s’intéresse au développement de l’habitat non réglementaire dans le Grand Tunis, en tant que conséquence de politiques publiques excluant les catégories sociales les plus précaires, ainsi qu’aux modalités et enjeux de l’intégration des habitants de ces quartiers périphériques du Grand Tunis. En prenant le cas d’Ettadhamen à l’ouest du Grand Tunis6, l’auteur analyse dans un premier temps les stratégies d’installation des habitants et leurs territorialités, et le système de production foncière mis en place par les nouveaux « notables » locaux, que sont devenus les lotisseurs clandestins. Un intérêt particulier est ensuite accordé aux modalités de négociation des habitants et aux stratégies mobilisées déployées par ces derniers en vue de leur reconnaissance par les pouvoirs publics et leur intégration à la ville « légale ». Il démontre enfin comment, par le biais de la restructuration du quartier, l’État néo-patrimonial, en quête de légitimité politique, a surtout recherché le contrôle des populations et la pacification des rapports sociaux.

3En s’interrogeant ensuite sur les différentes formes de disparités sociales observées dans le Grand Tunis, M. Chabbi élargit son analyse à l’ensemble de la périphérie tunisoise, qu’il aborde par le biais des mutations urbaines en cours, basées selon lui sur « l’éclatement » de l’hyper-centre et la recomposition des périphéries, qui génèrent de nouvelles formes de disparités socio-spatiales. En retraçant les formes de territorialités des différents groupes sociaux dans le Grand Tunis, il aborde le rôle et les logiques des acteurs dans la production de l’espace urbain. Ces derniers, par leurs stratégies et leur offre ciblée contribuent fortement à la qualification des périphéries tunisoises, et à leur division en quartiers de standing, de classes moyennes ou en quartiers populaires. Il s’attarde ensuite sur les territorialités des habitants, et leurs logiques d’installation sur des bases de regroupement professionnel, communautaire ou selon des logiques de distinction sociale, en abordant la question des formes d’habitat produites.

4Pour l’auteur, les réponses de l’État aux revendications des habitants ne se limitent certes pas à ceux des quartiers non réglementaires. Elles sont en effet modulées en fonction des catégories sociales et impliquent forcément des modes de régulation distincts. D’où l’intérêt que M. Chabbi porte à l’analyse, dans une deuxième partie, des politiques urbaines mises en place en Tunisie entre 1970 et 2000.

  • 7 En particulier les travaux de Boyer et Saillard (2002), Camau et Geisser (2003), De Tressac (2003), (...)
  • 8 Notamment les travaux de Barthel, Ben Othman, Berry-Chikhaoui, Deboulet, Feynerol, Legros, Signoles (...)

5L’auteur s’appuie ici sur un cadrage théorique qui emprunte à la sociologie politique7, et sur des recherches déjà menées sur le sujet en Tunisie8 pour analyser le renouvellement des politiques urbaines par la focale des multiples formes de régulation qu’elles induisent. Il distingue, à la suite de J.-D. Reynaud, la régulation d’autonomie et la régulation de contrôle, en montrant que c’est cette dernière forme qui prévaut dans un État néo-patrimonial comme la Tunisie, où le pouvoir s’est toujours appuyé sur des pratiques clientélistes pour s’assurer de la reconnaissance et du soutien des populations. Afin d’étayer sa thèse, M. Chabbi se base sur une périodisation des politiques urbaines (1956-1969, 1970-1989, 1990, 2004) et analyse les logiques qui sous-tendent chacune d’elles, ainsi que les régulations spécifiques qui les caractérisent.

6En confrontant modes de régulation et stratégies des groupes sociaux, M. Chabbi cherche ensuite à comprendre la diversité des formes de contrôle social exercé par l’État sur les populations. Il s’appuie sur la grille de lecture développée par J.-D. Reynaud dans son ouvrage Les règles du jeu urbain pour analyser les différentes formes de régulation – économique, sociale, politique – mises en place par les pouvoirs publics, à l’échelle locale et centrale, pour s’assurer de l’allégeance de leurs administrés. Il focalise son analyse sur les régulations urbaines, à partir de 1990, dans un contexte marqué par la globalisation et le redéploiement de l’action des pouvoirs publics en matière de gestion de la ville. À travers l’analyse des instruments de planification et de certains grands projets, il démontre enfin comment, malgré la réduction de ses ressources, l’État a gardé ses capacités régulatrices en répondant tant aux attentes des catégories populaires qu’aux impératifs de métropolisation du Grand Tunis.

7Par cet ouvrage, M. Chabbi éclaire ainsi la relation entre politiques, acteurs et urbanisation dans le Grand Tunis, entre 1975 et 2005, et les modalités de régulation déployées par l’État pour répondre aux revendications sociales des différentes catégories sociales. On peut néanmoins regretter qu’il passe sous silence les dernières années, qui ont été marquées par la chute du régime autoritaire de Ben Ali, sur fond de revendications sociales, induisant une redéfinition des rapports entre acteurs centraux et locaux. Ce nouveau contexte implique certainement de nouveaux paradigmes de l’action publique urbaine, qu’il appartient aux chercheur(e)s actuel(le)s et à venir d’étudier à la lumière des grilles d’analyse que M. Chabbi a brillamment proposées jusqu’ici.

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage constitue en quelque sorte le complément d’un précédent, publié en 2012, qui réunissait les articles publiés par l’auteur durant toute sa carrière sous le titre : L’Urbain en Tunisie. Processus et projets (Tunis, Nirvana, 219 p.). Il en a été rendu compte par O. Legros dans Les Cahiers d’EMAM no 27 ; https://journals.openedition.org/emam/1160 [mis en ligne le 10/12/2015 ; consulté le 30/04/2020].

2 M. Chabbi a commencé sa carrière au début des années 1970, au District de Tunis, où il a été le directeur des programmes et de la planification et coordinateur technique. À la suite de la transformation du District de Tunis en Agence urbaine au début des années 1990 et l’externalisation des études urbaines, il le quitte pour fonder son propre bureau d’études, Urbaconsult, qui a réalisé de nombreuses études et expertises pour le compte des ministères et des acteurs publics nationaux, mais également internationaux (Banque mondiale, AFD, GIZ, PNUD, etc.).

3 ENAU = École nationale d’architecture et d’urbanisme et ISTEUB = Institut supérieur des technologies de l’environnement, de l’urbanisme et du bâtiment, Université de Carthage, Tunis.

4 Pour la biographie complète de M. Chabbi, voir Ben Othman H., 2017, « L’urbaniste Morched Chabbi. Un praticien-chercheur passionné », Tunis, Revue Archibat, no 40, p. 32-34.

5 Chabbi M., 2005, Processus d’urbanisation et politiques urbaines dans les pays du Sud : le cas de la Tunisie, Habilitation à diriger des recherches, Université Paris 12, Institut d’urbanisme de Paris.

6 Le cas d’Ettadhamen a fait l’objet des recherches de l’auteur dans le cadre de sa thèse de doctorat en urbanisme et aménagement, soutenue en 1986, intitulée Une nouvelle forme d’urbanisation à Tunis : l’habitat spontané périurbain.

7 En particulier les travaux de Boyer et Saillard (2002), Camau et Geisser (2003), De Tressac (2003), Gaudin et Novarina (1997), Reynaud (1997), Muller (2000).

8 Notamment les travaux de Barthel, Ben Othman, Berry-Chikhaoui, Deboulet, Feynerol, Legros, Signoles et Smida.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hend Ben Othman Bacha, « Urbanisation et politiques urbaines dans le Grand Tunis
de Morched Chabbi », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 13 octobre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3073 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3073

Haut de page

Auteur

Hend Ben Othman Bacha

Géographe, Enseignante-chercheure, ISTEUB, Université de Carthage, Tunisie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search