Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Comptes rendusLe foncier urbain en Tunisie.Proc...

Comptes rendus

Le foncier urbain en Tunisie.
Processus de production et politiques publiques
de Mourad Ben Jelloul

Jean-Luc Piermay
Référence(s) :

Tunis, Centre de publications universitaires, 2017, 336 pages

Note de la rédaction

Ce compte rendu est publié en partenariat avec Jadaliyya.

Texte intégral

1La politique du foncier urbain en Tunisie : au service de qui ?

  • 1 Voir Legros O., « L’Urbain en Tunisie. Processus et projets, de Morched Chabbi », Les Cahiers d’EMA (...)

2Voici le très intéressant ouvrage d’un géographe sur le foncier urbain en Tunisie. C’est un livre bienvenu parce que les villes ont connu récemment un considérable étalement urbain1, que l’accès au sol des citadins et notamment des pauvres est difficile et que la crise politique tunisienne comporte une incontestable composante foncière. Le foncier, on le sait, est un remarquable révélateur social et politique. L’objectif de l’auteur est d’identifier les enjeux qui se nouent autour des processus de production foncière, de comprendre comment ces processus répondent à ces enjeux, enfin d’examiner la place des politiques publiques dans ce système. L’ouvrage, au départ travail universitaire, fait un point théorique sur les différentes notions utilisées, un peu à la manière d’un manuel. Puis il décrit en une intéressante typologie les différentes filières foncières, réglementaires et non réglementaires, tout en affirmant leur forte interdépendance.

3Le secteur réglementaire est longuement présenté. L’Agence foncière d’habitation (AFH), principal opérateur foncier public, a été conçue au départ pour loger les classes moyennes, soutien principal de l’État ; puis, à l’instigation des institutions internationales, elle a créé des trames assainies au profit d’un public plus large, avant de décliner. Elle bénéficiait lors de sa mise en place d’une large compétence d’expropriation et de prix fonciers très bas, puis a connu une réduction considérable de ses activités du fait de la libéralisation des marchés fonciers, d’une forte limitation de son pouvoir d’expropriation et de la spéculation foncière. De ce fait, au départ surtout public, le secteur réglementaire voit désormais la prépondérance des acteurs privés, surtout des particuliers. Mais très insuffisant et en régression, il est aujourd’hui largement dépassé, en particulier hors du littoral nord-est, par le secteur non réglementaire. Très divers, celui-ci s’est nourri de la complexité et des flous du droit traditionnel et des défaillances du système d’origine coloniale de l’immatriculation. L’État, après avoir échoué dans la répression, a entrepris des programmes de régularisation, d’équipement et/ou d’intégration de ces quartiers non réglementaires, largement en réaction à l’audience des mouvements islamistes. Mais ces programmes n’ont pas atteint leurs objectifs ; de plus, souvent fondés sur des pratiques clientélistes, ils n’ont pas impliqué citoyens et associations. L’auteur affirme donc un lien entre l’échec relatif des politiques publiques foncières et la crise de légitimité de l’Etat. Pire, le secteur non réglementaire a débordé de sa cible initiale, les moins pauvres des pauvres, sur l’ensemble de la société, à l’exclusion des plus pauvres, dont la production foncière est peu abordée dans l’ouvrage.

  • 2 Voir les publications suivantes de l’auteur :
    – 1999, Bizerte : promotion foncière et immobilière et (...)

4Clair à l’exception de quelques figures, informé et bien écrit, nourri d’études de cas localisés (notamment Sidi Bouzid, Bizerte et Ben Gardane2), l’ouvrage aborde peu les implications foncières de la transition démocratique. C’est dommage. On devine seulement qu’elles ont été faibles, sauf à encourager encore plus la production non réglementaire, du fait d’une tolérance accrue. Si le livre montre bien la prise en compte difficile par les politiques publiques des quartiers non réglementaires, il laisse aussi supposer -sans la démontrer- une réalité grave. Limitée dans ses ambitions, l’AFH publique a dû se restreindre aux besoins d’une clientèle solvable ; de plus, elle fournit des terrains à des sociétés privées construisant pour les segments les plus aisés de celle-ci. En regard des financements contraints destinés aux quartiers non réglementaires, on peut ainsi se demander si les politiques publiques n’ont pas plus subventionné les riches que les pauvres. Cette redoutable hypothèse mériterait d’être travaillée, que ce soit pour la Tunisie ou pour d’autres pays.

Haut de page

Notes

1 Voir Legros O., « L’Urbain en Tunisie. Processus et projets, de Morched Chabbi », Les Cahiers d’EMAM, [En ligne], 27|2015, mis en ligne le 10/12/2015, consulté le 16/10/2020. http://journals.openedition.org/emam/1160

2 Voir les publications suivantes de l’auteur :
– 1999, Bizerte : promotion foncière et immobilière et croissance de l’espace urbanisé. Série 2 géographie, vol. XXXVII, FSHS, Tunis.
– 2013, La réhabilitation du quartier Ourasnia à Ben Gardane (gouvernorat de Médenine, Tunisie du Sud-Est) : acteurs, enjeux et effets territoriaux d’un conflit urbain. GéoDév.ma, vol. 1, consulté le 14/10/2020. http://revues.imist.ma/index.php?journal=GeoDev&page=article&op=view&path%5B%5D=1696 .
– 2014, « Contestations collectives et soulèvement du 17 décembre 2010. La révolte des quartiers populaires de Sidi Bouzid (Tunisie). », Les Cahiers d’EMAM, [En ligne], 22|2014, mis en ligne le 31/12/2013 ; consulté le 16/10/2020. http://journals.openedition.org/emam/531

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Piermay, « Le foncier urbain en Tunisie.
Processus de production et politiques publiques
de Mourad Ben Jelloul », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 14 octobre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3087 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3087

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Piermay

Géographe, Professeur émérite, Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search