Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Comptes rendusDes élites de proximité au Maroc....

Comptes rendus

Des élites de proximité au Maroc.
Renouvellement ou hybridation de l’élite locale

de Aziz Iraki (dir.)

Olivier Legros
Référence(s) :

Paris, L’Harmattan, 2020, 227 pages

Texte intégral

1Avec Des élites de proximité au Maroc, Aziz Iraki, professeur de géographie à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU) de Rabat (Maroc), poursuit un chantier de recherches engagé il y a une vingtaine d’années sur la place des élites locales dans le système politique marocain (El Maoula El Iraki, 2003). Les travaux précédents du géographe portaient principalement sur les formes locales de régulation sociale et politique. Ils mettaient à jour l’implication des élites de proximité qu’A. Iraki présentait aussi comme les « élites du quotidien [c’est-à-dire] ceux et celles qui résident avec les populations nécessiteuses et essayent de formuler leurs demandes, tout en tentant de répondre à leurs besoins, ou de participer à cette réponse » (p. 10), ainsi que le rôle crucial que ces élites pouvaient jouer dans la régulation sociale et politique locale en remplissant cette mission « d’intermédiation sociale » au profit des habitants, selon les termes de F. Navez-Bouchanine (2000) avec qui A. Iraki avait d’ailleurs (beaucoup ?) travaillé dans les années 1990 et au début des années 2000.

2A. Iraki et les autres contributeurs portent cette fois-ci la focale sur les interférences de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), un dispositif de lutte contre la pauvreté (et aussi d’endiguement des progrès de l’islamisme dans les quartiers populaires et dans les campagnes) initié dans le cadre des « chantiers royaux » au début des années 2000, avec les systèmes de pouvoir locaux. La question de départ est assez simple : il s’agit, un peu comme j’avais pu le faire dans la banlieue de Dakar au début des années 2000 à propos de l’aide internationale (Legros, 2004, 2008), d’étudier, à l’échelle de la localité ou du quartier, l’évolution des jeux d’acteurs et des formes d’intermédiation sous l’effet de l’INDH afin de savoir si la mise en œuvre de ce nouveau dispositif institutionnel entraîne un « renouvellement » ou une « hybridation » de l’élite locale et de ses pratiques politiques.

3Dans Des élites de proximité au Maroc, A. Iraki et les autres contributeurs rappellent quelques données essentielles sur l’intermédiation sociale, sa logique et ses acteurs. Au Maroc, comme ailleurs, les acteurs qui assurent l’intermédiation sont divers. Ils intègrent aussi bien les « notables traditionnels », qui bénéficient, selon A. Iraki, d’une « légitimité locale basée sur la tradition (ancienneté des familles de grands propriétaires fonciers, ancienneté de familles de résistants versées dans un parti du mouvement national) articulée à une action de protection et de clientélisme asymétrique basée sur des relations privilégiées avec l’administration pour l’octroi de faveurs » (p. 220), que les fonctionnaires, très impliqués dans les amicales fondées dans les années 1980 pour régulariser et équiper les quartiers construits sans autorisation (Ameur, 1993 ; Abouhani, 1999) et les associations qui ont fait florès à partir des années 1990. Divers donc, les acteurs de l’intermédiation n’en remplissent pas moins des missions similaires en ajustant les initiatives locales aux directives institutionnelles, ce qui implique de bien connaître les habitants mais aussi d’avoir ses entrées dans le monde des institutions. De fait, si les acteurs de l’intermédiation ont une qualité commune, c’est bien le « capital scalaire », c’est-à-dire la « capacité à circuler entre les échelles dans le système scalaire » (Iraki, p. 17), ce qui leur permet d’accéder au « sommet de l’État, aux ressources financières, aux décisions » (Catusse et al., 2005, cité par Iraki, p. 17) et, sur cette base, de construire et d’entretenir des relations personnelles avec les habitants, fondées sur l’échange des protections et des biens contre la reconnaissance. Il y a ainsi un rapport étroit entre l’intermédiation sociale et le clientélisme politique, qui présuppose ou engendre, comme l’intermédiation, l’existence de relations personnelles marquées par la réciprocité et l’interdépendance. Cette proximité entre ces deux formes de lien social et politique explique d’ailleurs que les acteurs locaux qui ont accès à l’INDH et à ses ressources au Maroc ou à l’aide internationale, au Sénégal (Blundo, 1998 ; Legros, 2005) – il s’agit dans les deux cas principalement d’acteurs associatifs – puissent être assimilés à des rivaux par les acteurs politiques dans la compétition locale.

4C’est tout l’intérêt du dernier ouvrage dirigé par A. Iraki que d’essayer de vérifier cette hypothèse en mobilisant des chercheurs de différentes disciplines (géographie, socio-anthropologie, sociologie politique, économie). Souvent expérimentés – mais on compte aussi des doctorants dans l’équipe constituée par A. Iraki –, ces chercheurs ont tous réalisé de solides études empiriques sur des terrains variés : des quartiers anciens de la médina de Fès (M. Idrissi Janati), des quartiers non réglementaires et des bidonvilles de la périphérie de Fès (M. Idrissi Janati), de Casablanca (N. Bajouri), de Rabat-Salé (A. Iraki, M. Tamim) ou encore d’Agadir (T. Youssef), des dispositifs institutionnels comme les centres socioprofessionnels installés à Rabat (C. Mias), sans oublier les campagnes marocaines avec les travaux de M. Benidir sur les  « courtiers du développement » dans le Sud-Est marocain. Si les terrains diffèrent d’un chercheur à l’autre, les contributeurs ont tous adopté une démarche dialogique, cependant. Tout en assurant à l’ouvrage une grande cohérence, cette approche commune leur permet de mettre à jour les changements apportés par l’INDH dans les systèmes politiques locaux.

5En dépit de la singularité irréductible des trajectoires politiques locales, qui rend particulièrement ardu l’exercice de la comparaison, A. Iraki et ses collègues parviennent ainsi à identifier quelques tendances majeures dans l’évolution des systèmes politiques locaux. Ces derniers semblent ainsi posséder une histoire commune puisqu’aux notables traditionnels, très influents au moment de la fondation des quartiers, vont succéder les fonctionnaires, très investis dans les actions pour la régularisation et pour l’équipement, à partir des années 1980, puis les associations qui agissent, quant à elles, dans les domaines de la lutte contre la pauvreté, du développement local et de l’action socio-culturelle. Cette diversification des formes de notabilité et d’intermédiation peut donner lieu à des concurrences assez vives au sein des arènes politiques, puisque la légitimité des notables traditionnels et des fonctionnaires se trouve en quelque sorte sapée par les nouveaux acteurs de l’intermédiation que sont les associations, lesquelles se trouvent, dans l’ensemble, mieux connectées aux nouveaux circuits de financement du développement local et de la lutte contre la pauvreté. Cette dynamique est évidemment propice au renouvellement des figures de notabilité avec l’émergence des jeunes (surtout les jeunes diplômés) et des femmes, l’INDH permettant à ces dernières, pour peu qu’elles affichent leur apolitisme, de « s’affirmer dans le quartier » et d’« entrer dans une coalition avec les élus et la DAS [Division de l’action sociale, qui pilote localement le programme INDH] autour d’objectifs et d’intérêts bien compris » (p. 221). Il n’en reste pas moins que, tout en occupant le devant de la scène, les acteurs associatifs ne rivalisent pas vraiment avec les acteurs politiques dans le champ de la compétition locale. Ce que l’on note plutôt, c’est la formation de liens d’interdépendance entre les élus et les associations qui, de facto, sont devenus un canal obligé pour accéder aux biens et aux services fournis par l’INDH.

6Pour le moins complexe, cette évolution s’explique par les effets de contexte. A. Iraki et ses collègues soulignent à juste titre l’impact des transformations urbaines sur les formes d’intermédiation et de notabilité. La régularisation foncière et l’équipement, ainsi que l’arrivée de nouveaux habitants dans des quartiers de mieux en mieux intégrés à la ville moderne et légale, sont autant de facteurs qui viennent en effet perturber les réseaux de pouvoir. À quoi servent les notables traditionnels et les amicales, une fois que les quartiers sont équipés et régularisés ? Quel pouvoir, peuvent, de surcroît, exercer les notables en place quand la population a changé ? Les effets de contexte sont aussi liés à des éléments extérieurs au quartier ou à la localité. Dans cet ordre d’idées, l’INDH constitue une opportunité pour les acteurs locaux en quête de ressources matérielles et symboliques en même temps qu’elle oblige ces derniers à coopérer et à se montrer professionnels et apolitiques s’ils veulent décrocher les aides.

7Les dispositifs institutionnels comme l’INDH sont, pour cette raison, propices à la standardisation des pratiques locales et à la professionnalisation des acteurs locaux, mais, une fois de plus, la réalité est plus compliquée qu’il n’y paraît car il faut tenir compte des pratiques d’appropriation, voire de détournement. Ainsi, l’INDH qui, tout en essayant de canaliser le mécontentement social, avait pour objectif de limiter les progrès de l’islamisme en allant sur l’un de ses terrains d’actions privilégiés, en l’occurrence la charité et l’action sociale, a paradoxalement contribué à renforcer l’ancrage local de responsables politiques ou des notables affiliés au Parti Justice et Développement (PJD), le principal parti islamiste au Maroc, en leur attribuant des moyens d’agir sur le terrain. Or, dans les quartiers populaires, « on ne cite jamais l’INDH, ni la commune, ni le conseil de la ville, mais juste le PJD », observe N. Bajouri à propos de Sidi Moumen, dans la banlieue de Casablanca (p. 70).

8En fin de compte, l’INDH a structuré fortement les systèmes politiques locaux en imposant de nouvelles structures d’intermédiation, en l’occurrence les associations, ainsi que de nouvelles normes sociales et politiques, le « bon élu » étant celui qui adopte le « style associatif » (p. 169). Cette dynamique s’accompagne, selon les auteurs, d’un reflux plus ou moins net du clientélisme et, à l’inverse, des progrès des mobilisations pour les droits dans un contexte marqué, depuis le début des années 2010 par les mouvements sociaux et les révolutions politiques dans les pays du monde arabe. En revanche, la tendance actuelle n’est pas forcément au déclin des notables traditionnels et des élus, car eux aussi peuvent mobiliser la nouvelle culture politique que diffusent les acteurs étatiques via des dispositifs comme l’INDH. Ainsi, N. Bajouri note bien, toujours à propos de Sidi Moumen, dans la banlieue de Casablanca, que si les associations concurrencent désormais les élus dans le champ de l’intermédiation, ces derniers peuvent aussi créer des associations pour disposer d’un accès aux ressources extérieures…, étant entendu que l’histoire ne s’arrête pas là puisque ces associations cherchent à leur tour à s’affranchir des pouvoirs en place. Un peu comme l’aide internationale dans les banlieues populaires de Dakar, l’INDH contribue donc à complexifier le système politique local dans les villes et dans les campagnes marocaines sous l’effet des interactions entre, d’un côté, les « dynamiques du dehors » (Pirotte, 2011) et, de l’autre, les pratiques locales.

9On pourra toujours faire des critiques à l’ouvrage qui vient de paraître. Le cadre théorique et méthodologique pourrait peut-être être développé en intégrant notamment les travaux de langue anglaise, assez nombreux sur la question depuis les recherches de M. Gluckman sur le changement social en Afrique australe (Gluckman, 1940 ; Tholoniat, de l’Estoile, 2008), mais faut-il absolument « chercher la petite bête » comme on dit de façon familière ? La dernière publication sous la direction d’A. Iraki a le grand mérite de documenter de façon très précise et, qui plus est, dans la durée, les processus à l’œuvre dans la fabrique ordinaire des constructions politiques locales. Ce faisant, les auteurs de l’ouvrage Des élites de proximité au Maroc nous offrent des clefs de lecture certainement indispensables pour comprendre les liens entre la société, la politique les territoires au Maroc aujourd’hui. Nous ne pouvons que les en remercier.

Haut de page

Bibliographie

Abouhani A., 1999, « Médiation notabiliaire et gestion des conflits liés au logement au Maroc », p. 259-274, in Signoles P., El Kadi G., Sidi Boumedine R. (dir.), L’Urbain dans le Monde arabe. Politiques, instruments et acteurs, Paris, CNRS Éditions.

Ameur M., 1993, Fès… ou l’obsession du foncier, Fascicule de recherches no 25, Tours, Urbama.

Blundo G., 1998, Élus locaux, associations paysannes et courtiers du développement au Sénégal : une anthropologie politique de la décentralisation dans le sud-est du bassin arachidier (1974-1995), Thèse de doctorat, Université de Lausanne.

El Maoula Iraki A., 2003, Des Notables du Makhzen à l’épreuve de la gouvernance, Paris, L’Harmattan.

Gluckman M., 1958 [1940], “Analysis of a social situation in modern Zululand”, Rhodes-Livingstone Papers, no 28.

L’Estoile (de) B., 2008, « Max Gluckman (1940) : “Analysis of a social situation in modern Zululand” », Genèses, vol. 72, no 3, p. 119-155.

Legros O., 2004, « Les tendances du jeu politique à Yeumbeul (banlieue Est de Dakar) depuis l’“Alternance” », Politique africaine, no 96, p. 59-77.

Legros O., 2008, « Participation obligée et initiatives populaires dans la banlieue dakaroise », p. 93-116, in Legros O. (dir.), Participations citadines et action publique. Dakar, Cotonou, Rabat, Tunis, Jérusalem, Sanaa, Paris, Yves Michel, Adels.

Navez-Bouchanine F., 2000, « Compétences collectives, émergence de la société civile et intermédiation sociale dans la gestion urbaine », p. 341-368, in Berry-Chikhaoui I., Deboulet A. (dir.), Les Compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris/Tours/Tunis, Karthala/Urbama/IRMC.

Pirotte G., 2011, « Repenser la sociologie du développement entre dynamiques du dedans et dynamiques du dehors », Cahiers d’études africaines, [En ligne], 202-203|2011, mis en ligne le 27 octobre 2013, consulté le 16 octobre 2020. http://journals.openedition.org/etudesafricaines/16742

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Legros, « Des élites de proximité au Maroc.
Renouvellement ou hybridation de l’élite locale

de Aziz Iraki (dir.) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 16 octobre 2020, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/emam/3097 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3097

Haut de page

Auteur

Olivier Legros

Géographe, Maître de conférences, Université de Tours & UMR CITERES, équipe EMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search