Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Comptes rendusArchitecture de la contre-révolut...

Comptes rendus

Architecture de la contre-révolution.
L’armée française dans le nord de l’Algérie
de Samia Henni

Jean-Pierre Frey
Référence(s) :

Paris, B42, 2019, 350 pages

Texte intégral

1Le lecteur découvrira cet ouvrage avec d’autant plus d’intérêt et de curiosité que l’on sait l’omerta qui règne entre les Grandes muettes de part de d’autre de la Méditerranée, mais aussi que ce sombre volet de la Guerre d’Algérie que furent le déplacement des populations et la réalisation des habitations qui leur furent assignées n’ont guère retenu jusqu’à une période récente l’attention des historiens, et encore moins celle des architectes pour lesquels les constructions réalisées dans ce cadre présentent en général peu d’intérêt, que ce soit en termes de créations nouvelles ou de gestion de l’habitat ancien, surtout hérité de la période coloniale.

2Samia Henni est de nationalité algérienne et architecte de formation initiale. Ce livre qu’elle vient de publier en français est la traduction d’un ouvrage publié en anglais en 2017 – Architecture of Counterrevolution: The French Army in Northern Algeria, Zurich, GTA – et qui est tiré d’une thèse qu’elle a soutenue en histoire et théorie de l’architecture à la Eidgenössische Technische Hochschule Zürich, École polytechnique fédérale (ETH) de Zurich, en 2016 et distinguée par une médaille de cet établissement. Elle a depuis été sollicitée, en vertu de ce travail prestement mené et sinon pionnier, du moins innovant, par diverses universités comme celles de Zurich, Princeton ou Genève afin d’en présenter le contenu. Elle enseigne plus récemment au Département d’architecture du Collège d’architecture, d’art et de planification de l’Université Cornell à Ithaca dans l’État de New York aux États-Unis. Devenue enseignante-chercheuse, elle travaille actuellement sur la politique menée par l’Armée française au Sahara et ses exactions. Parcours somme toute plutôt privilégié avec une trajectoire que d’aucuns pourraient trouver fulgurante, qu’elle doit sans doute à son aisance à naviguer dans des travaux et publications internationales, mais surtout en vertu d’un travail sérieux et bien documenté qui vient combler un vide dommageable à la connaissance de l’histoire architecturale et urbanistique de la société algérienne de la période de la guerre d’indépendance, mais aussi, encore que nettement moins, de ce qu’il en est advenu depuis.

3L’ouvrage est bien écrit, avantageusement doté d’illustrations bien référencées, doté d’une bibliographie consistante et d’un index très utile témoignant du soin mis dans un travail de recherche dont l’Algérie et la France ont encore bien besoin pour assumer leurs passés respectifs et conjoints afin de mieux comprendre, à travers des travaux de type universitaire, ce qu’est l’état actuel de leurs connaissances sur l’architecture et l’espace urbain. Mais il offre aussi l’occasion de se pencher sur les bévues, les cécités, les dénégations, idées reçues, mensonges et scotomisations en tout genre qui sont autant d’obstacles à surmonter pour accéder sinon à une vérité, du moins à des explications pertinentes, fiables et vérifiables des événements relatés. Cet ouvrage apporte ainsi une pierre constructive à l’image qu’on peut espérer dresser et transmettre d’un état des lieux dont tout aménageur doit pouvoir disposer pour juger équitablement du passé et mettre plus de justice dans son appréciation de la situation actuelle.

4Que serait devenue Samia Henni si elle était restée à l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme (ÉPAU) jusqu’à l’obtention de son diplôme d’architecte, au lieu de n’y faire que sa première année d’études ? Heureusement, à l’aube des jours les plus sombres de la décennie noire, elle a obtenu une bourse pour continuer ses études dès 1998 en Suisse, à l’Academia di architettura di Mendrisio della Università della Svizzera Italiana tout d’abord, jusqu’à son diplôme, puis à Zurich pour son PhD. Polyglotte sans doute, et, vu son itinéraire, tenue sinon de maîtriser ou du moins de comprendre l’italien, l’allemand et l’anglais, en plus de l’arabe et du français, on peut comprendre qu’elle ait entrepris de naviguer dans le monde entier avec autant d’aisance et de facilité. On pourra tout de même s’étonner que la traduction en français de sa thèse ait été confiée aux bons soins de Marc Saint-Upéry, au demeurant distingué écrivain et traducteur spécialiste de l’Amérique latine, mais ni de l’architecture ni de l’urbanisme, plutôt qu’elle ne l’ait elle-même assumée.

  • 1 Voir notamment Branche R. :
    - 2005, La Guerre d’Algérie, une histoire apaisée, Paris, Seuil ;
    - 2001, (...)
  • 2 Thénault S., 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale, camps, internements, assignations à (...)
  • 3 Sacriste F. :
    - 2011, Germaine Tillion, Jacques Berque, Jean Servier et Pierre Bourdieu, des ethnolo (...)

5Parmi l’un des principaux mérites de son travail tel qu’on peut en juger par ce livre, il faut tout d’abord saluer l’opiniâtreté dans la mise à profit des multiples sources archivistiques accessibles depuis peu, surtout en France. Elles permettent peut-être moins d’expliciter la politique menée par l’Armée et le Gouvernement français qu’elles ne trahissent l’hypocrisie des actions menées par le choix des euphémismes d’un vocabulaire mi martial, mi politiquement correct. La plupart des sources utilisées comportent des textes au vocabulaire volontairement ambigu dont on ne saurait se déprendre sans une certaine rigueur épistémologique. Mais on sait que les luttes armées comportent aussi des batailles d’ordre sémantique que le chercheur ne peut se dispenser de décoder sans risquer de travestir la réalité. On en veut pour preuve l’intéressant rappel, page 76, sur la polysémie du mot gourbi selon les périodes, les institutions et les locuteurs. Les 1 000 villages, le logement Million et les diverses contorsions sémantiques des désignations comme campement, cantonnement, regroupement, déplacement, guerre (en souffrance jusqu’à ce qu’en octobre 1999 la France accepte finalement que ce terme remplace les fameux et pudiques « événements ») arrivent enfin grâce à ce travail à dévoiler leur vrai visage de répression sous leur fond de teint d’aide sociale. On savait que les termes de « camp » et de « concentration » avaient soigneusement été gommés du lexique militaire officiel, en conséquence de quoi – et c’était utile de le rappeler – ils sont également absents de la plupart des médias français, et même des livres d’histoire, mais pas toujours en vertu d’une rigueur épistémologique. Un deuxième mérite a consisté à mettre en avant des publications trop longtemps oubliées ou combattues comme la thèse de Michel Cornaton, les rapports de Michel Rocard ou de Jacques Bugnicourt, et les textes plus connus de Pierre Bourdieu, Abdelmalek Sayad, Paul Rabinov ou Mohamed Harbi. Mais les travaux récents de Raphaëlle Branche1, Sylvie Thénault2 ou Fabien Sacriste3 ont entrepris d’étoffer sérieusement cette historiographique longtemps frileuse ou partisane de la Guerre d’Algérie. Le lecteur appréciera la place donnée à l’iconographie qui aura trop longtemps fait défaut aux ouvrages sur ce sujet, notamment pour des raisons mentionnées page 17 : « On ne sera guère surpris d’apprendre que les archives militaires partiellement disponibles n’incluent pas les cartes et les plans ayant servi à la destruction, la construction ou la défense de telle ou telle zone ; de même, ces sources expurgées n’offrent aucune trace visuelle susceptible d’illustrer la vraie nature des opérations spatiales de contre-insurrection ou les dommages et les souffrances qu’elles ont entraînées ». On peut en revanche être surpris du peu de témoignages recueillis auprès des populations concernées. Certes, les historiens algériens furent plus portés à réhabiliter les auteurs arabisants injustement oubliés de ce que l’on a pu nommer les siècles obscurs du Maghreb ou à encenser le nouveau pouvoir en place en glorifiant les actes de bravoure patriotiques comme pour mieux passer sous silence les actes moins honorables, voire infâmant, comme ceux à l’endroit des Harkis et de leurs familles, des militants du Mouvement national algérien (MNA) ou de l’insurrection kabyle.

6Mais force est de constater que, assez naturellement compte tenu du déséquilibre entre les sources archivistiques et littéraires disponibles dans les deux pays, ce sont le regard et la logique des actions des dominants (le gouvernement français et son armée) qui donnent sa principale orientation à la réflexion. L’urbanisme, qui renoue clairement à cette occasion avec une histoire pourtant longue et pas uniquement coloniale propre au pouvoir militaire dans ses actions sur le territoire et à l’endroit des populations civiles faites d’une discipline de fer aux relents hygiénistes et de considérations balistiques, aurait mérité que ses filiations soient clairement établies et présentées. Mais il est vrai que, comme c’est souvent le cas dans la tête des architectes, l’urbanisme est volontiers conçu comme la simple extension à une autre échelle des compétences des architectes. L’idéologie dominante de la création artistique ou de l’innovation technique les porte assez naturellement à considérer qu’ils sont les auteurs exclusifs de toute réalisation et à marginaliser les autres acteurs (comme les ouvriers du bâtiment) et d’autres domaines, ce qui est notamment le cas des sciences sociales aussi bien dans leurs formations académiques que dans leurs pratiques professionnelles.

  • 4 Jounin N., 2008, Chantier interdit au public, enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La (...)
  • 5 On imagine sans peine que les travaux de construction se soient apparentés à du travail forcé pour (...)

7On regrettera en particulier que l’on ne nous dise presque rien des populations concernées par ces opérations. Ni les changements de leur mode de vie qui leur furent brutalement imposés, ni les modifications les plus évidentes de cette profonde mutation de leurs conditions d’habitation qui fut ravageuse et destructrice au point de les précipiter dans une modernité creusant les écarts entre les groupes sociaux, ne semblent avoir retenu l’attention de l’auteure. On ne saura rien non plus des conditions effectives de réalisation des divers types de construction, de l’acheminement des matériaux, de la main-d’œuvre des chantiers4, de leur réquisition ou rémunérations5, de la division du travail et des ségrégations ethniques, économiques et sociales selon lesquelles ces vastes opérations consistant à déplacer des centaines de milliers d’individus et à les assigner à résidence dans des habitations plus ou moins précaires et sommaires selon leurs degrés de ruralité/versus d’urbanité ont été réellement organisées. Évidemment, on pourra arguer du fait qu’il eût fallu être sur place pour recueillir les données nécessaires.

  • 6 Créées par un arrêté du Gouverneur général de l’Algérie Jacques Soustelle le 26 septembre 1955, les (...)
  • 7 Cornaton M., 2010, Pierre Bourdieu, une vie dédoublée, Paris, L’Harmattan.
  • 8 Tillion G., 1960, L’Algérie bascule vers l’avenir, l’Algérie en 1957 et autres textes, Paris, Les É (...)
  • 9 Thème du film de M. Bouamari, Le Charbonnier, Prix Georges Sadoul à la Semaine internationale de la (...)

8Ce n’est donc pas à une thèse sur l’architecture de l’habitat que l’on a affaire faute que l’auteure ait recouru à des analyses de type socio-anthropologique ou tout au moins ait analysé sur place l’état d’un bâti, qui a certes passablement changé de forme, mais pas d’emplacement. Des enquêtes auprès des rescapés seraient plus que précieuses pour éviter que cette politique du logement et d’une urbanisation résolument coercitive, malgré les efforts finalement assez vains des Sections administratives spéciales (SAS)6, n’apparaisse que sous le couvert de textes administratifs, bêtement procéduriers et d’une violence symbolique prenant les traits de l’action martiale d’une Armée faisant assez naturellement montre de plus de brutalités que de génie. Force est pourtant de constater que, contrairement aux promesses faites – mais on sait qu’elles n’engagent que ceux qui y croient (cf. le différend arbitré par Raymond Aron entre Pierre Bourdieu et Michel Cornaton à propos du retour des ruraux dans leurs anciens bleds7) –, les populations ainsi déplacées ne retourneront jamais sur leurs terres d’origine, que les paysans se sont retrouvés clochardisés et abandonnés au milieu du gué, selon la douloureuse mais pertinente expression de Germaine Tillion8, et que le charbonnier déchoira comme chômeur dans un bidonville périurbain car seule sa femme sera en mesure de bénéficier d’un maigre salaire9. Les cités de recasement, qu’elles aient pris la forme de baraquements semi-ruraux, de HLM ou de Logécos existent toujours à l’endroit où elles ont été implantées, car c’est toute la structure urbaine du territoire qui a été durablement modifiée. Les cités les plus modestes se sont progressivement durcifiées après l’indépendance, quitte à ce que les constructions de départ disparaissent, et la plupart des bidonvilles ont cédé la place à des grands ensembles, soit dès le début du Plan de Constantine, soit du fait des gouvernements algériens successifs. De ce point de vue, l’Algérie fut bien le terrain d’essai que Paul Delouvrier a rapporté dans ses valises pour continuer à servir le pouvoir gaulliste de la Cinquième République naissante dans la Région parisienne. Les architectes et les urbanistes actifs en Algérie ont souvent suivi le même chemin en s’occupant avec un tact similaire de la périphérie des principales villes de la métropole. Pour le coup, on a bien affaire à une France homogène de Dunkerque à Tamanrasset, et même au-delà, compte tenu des prétentions du Mouvement moderne.

  • 10 Furtif gouverneur général de l’Algérie au début du xxe siècle, Charles Jonnart recommandait d’adopt (...)
  • 11 Sonacotral : Société nationale de construction de logements pour les travailleurs algériens.

9Quelle image donne ce livre de l’architecture de l’Algérie ? Ni ce qu’il est advenu des réalisations de l’Armée française, ni le sort de celles, moins coercitives, du Plan de Constantine, ne rentrent vraiment dans le cadre de cette analyse. Ce qui est donné à voir du parc immobilier trahit ainsi la conception plutôt étroite que Samia Henni se fait et nous donne à voir de l’histoire de l’architecture. Certains travaux récents tentent de pallier la méconnaissance que l’on peut avoir aussi bien de l’habitat vernaculaire, surtout au bled, que d’un habitat urbain banal, discret et dont les concepteurs souvent anonymes sont difficiles à identifier, mais, dans ce texte en particulier, les déséquilibres dus à la nature des publications disponibles sont flagrants. Samia Henni consacre opportunément quelques pages très utiles pour lever l’ambiguïté que fit planer l’appellation de « 1000 villages » ont le jeu sémantique fut clairement destiné à donner le change sur la vraie nature des opérations dans un art de tromper un peu tout le monde. Ce fut notamment le cas des principaux protagonistes de cet effort pour tenter désespérément de sauver une Algérie française en perdition où tous les coups tordus furent officieusement permis. Dans ce qu’on peut considérer comme une distorsion du champ de la recherche architecturale, seuls les architectes du Mouvement moderne, proches du pouvoir politique et à l’affût des commandes publiques massives de logements sociaux, semblent mériter d’accéder à la postérité. Au même titre que la Casbah d’Alger, la plupart des édifices des centres-villes hérités de la colonisation française ont été négligés par les pouvoirs publics après l’indépendance. Il y avait certes d’autres priorités et des moyens déficients pour y faire face, mais l’architecture ne saurait se cantonner aux quelques traits esthétiques marquants des réalisations des tenants d’une modernité qui privent l’architecture de ses expressions culturelles et des distinctions sociales dont elle est porteuse en se détournant des techniques traditionnelles de construction ou en discréditant la plupart des éléments décoratifs des façades. Tout le chapitre V (Vers un habitat semi-urbain / p. 133-157), qui a le mérite de poser la question de la typologie architecturale par la catégorisation de l’habitat par la France coloniale, ne situe cependant le débat qu’en termes esthétiques ou normatifs. D’un côté, Sonia Henni privilégie le point de vue de la Société des architectes modernes, qui combat la politique du gouverneur Jonnart10 – et ce qui est dénigré sous le terme de « pastiche ». D’un autre côté, la spécification des catégories de destinataires dont il est question fait résolument l’impasse sur les activités pourtant essentielles concernant l’agriculture et l’élevage. On peut bien qualifier l’habitat semi-urbain promu par Pierre Sudreau en 1959 « d’abject » (p. 150), en vertu du fait que cette catégorisation existait pour les départements algériens mais pas pour ceux de la France métropolitaine. Mais expliquer cette exception uniquement en fonction du changement du vocable indigène par celui de musulman biaise complètement la question d’une conception des logements adaptée aux modes de vie, aux attentes et aux désidérata des ménages des destinataires visés. Les populations rurales ont été privées de leurs ressources alimentaires, de leurs terres et de leur cheptel. C’est là que réside l’exaction la plus importante opérée par le biais de cette politique du logement. L’exemple algérien est pourtant une occasion exceptionnelle nous permettant de comprendre comment la conception d’un logement de masse et l’idéologie dite des « grandeurs conformes » de cellules normatives aux dimensions réduites chères à Le Corbusier fut de nature à faciliter l’embrayage de cette seule catégorie d’habitants que sont supposés être les Français à part entière prônée par le Plan de Constantine sur la production économique du logement de masse. Cette démarche pour le moins parcimonieuse dans l’attention portée aux cotes mal taillées et aux contrariétés dues à l’inadaptation des logements à la demande sociale, ne pouvaient qu’inciter les habitants à mettre en œuvre à plus ou moins long terme les appropriations détournant les lieux de leurs dispositions initiales pour rendre les divers types de logement vraiment habitables. La question devient dès lors celle des dynamiques de la morphologie sociale dans les divers segments du parc immobilier en fonction d’une urbanité différentielle, qui se joue à la fois au type de logement, à sa localisation dans l’espace urbain et à l’évolution du statut social dont on sait qu’il fut malheureusement consciencieusement gommé par l’idéologie autoritaire et socialisante du régime politique d’une Algérie indépendante bétonnée… par le pouvoir d’autres militaires, non plus coloniaux de la contre-révolution, mais révolutionnaires anticoloniaux. Encore une réelle continuité dans la politique du logement… Restent les clivages ethniques et confessionnels, véritable héritage de la colonisation devant nous amener logiquement à une réflexion tant sur les camps de Harkis en France et à leur sort en Algérie, qu’à l’exode et l’accueil des Pieds Noirs comme les travailleurs immigrés dans les foyers de la Sonacotral11.

  • 12 Robin M.-M., 2004, Escadrons de la mort, l’école française, Paris, La Découverte.

10À y regarder de plus près, cette thèse est plutôt de l’ordre des sciences politiques appliquées à un volet particulier : celui de l’action de l’Armée française pour lutter contre une subversion, du reste largement considérée par la majorité des militaires et une large partie des responsables politiques comme instrumentalisée d’une part par Moscou et les communistes (dans le contexte de la Guerre froide), d’autre part par Le Caire et Tunis (et divers courants mélangeant indépendantisme et islamisme). Pour éviter que les fellagas (considérés non comme des résistants mais comme des terroristes) ne soient au sein de la population comme des poissons dans l’eau (selon le fameux mot d’ordre de Mao), le slogan d’ordre inverse, prôné par les officiers français échaudés par leur défaite à Dien Bien Phu mais cherchant à en tirer les leçons, fut de vider le bocal. La stratégie du Plan Challe a donc consisté à vider les campagnes afin d’isoler les combattants sur l’ensemble du territoire en déportant les populations. Les aménagements, même faits sans grand ménagement, supposaient tout de même de mettre des nuances et du discernement dans une discrimination supposant quelques connaissances d’ordre ethnosociologique et la mise à contribution des compétences architecturales et urbanistiques. Mais il nous paraît essentiel, si l’on veut éviter d’offrir une vue trop sommaire des faits ou risquer les facilités de la caricature, de tenir compte du désarroi sémantique des raisonnements et de l’action des divers acteurs en présence dont la vie, les convictions et les actions ont chancelé au point que certains s’y soient résolument perdus, d’autres n’arrivent toujours pas à s’en remettre et que la plupart d’entre eux aient toujours du mal à en parler en regardant les choses en face. De ce point de vue, faire cette histoire pour les générations qui n’ont pas vécu cette période et n’ont eu droit qu’aux silences gênés ou aux légitimations à base de scotomisation et de mauvaise foi, est une opération pour le moins délicate. Samia Henni ne s’en tire pas trop mal, mais en s’appuyant essentiellement sur la nature technocratique et le langage administratif performatif de ses sources écrites ou de témoignages toujours douloureux. Il suffit de relire Albert Camus pour comprendre les difficultés qu’on peut avoir à saisir les affres des conduites ambiguës, les revirements, les hésitations, mais aussi les certitudes têtues, les basculements radicaux et les extrémismes de tout bord qui risquent de réifier une histoire déjà passablement inhumaine. La conduite des principaux protagonistes de cette politique, à commencer par de Gaulle, ne cesse de laisser subsister des zones d’ombres, à l’exception peut-être de ceux qui, par leur efficacité ravageuse confinant au cynisme ne pouvaient qu’intéresser au premier chef la CIA et l’Armée américaine dans leur lutte contre les mouvements de libération du Tiers Monde (Aussaresses, Trinquier, Lacheroy, Galula et bien d’autres12). Ceux-là ont éventuellement le mérite de la franchise, même tardive. Mais on sent que l’auteure s’est offert quelque facilité en définissant les acteurs et leur rôle par un étiquetage qu’on peut critiquer. Germaine Tillion aurait sans doute mérité d’être caractérisée par d’autres actions que celle de s’être réfugiée dans un prudent silence. Soustelle fut certes normalien, ethnologue universitaire et résistant à ses heures, mais le qualifier « d’homme de gauche » (p. 45) est plus de nature à disqualifier une gauche qui n’avait certes pas besoin de lui pour être déconsidérée par les événements d’Algérie, que de nous permettre de rendre compte sereinement de l’action des SAS, pas plus du reste que de l’OAS. Il suffit de lire L’Espérance trahie pour se convaincre qu’il était avant tout un homme de pouvoir aux convictions tranchées. On veut bien que Pierre Mendès France soit qualifié de radical (cf. p. 42, « rad-soc » aurait sans doute mieux convenu), mais ce n’est tout de même pas ce qui le caractérise le mieux dans le processus de décolonisation malgré l’attachement particulier qu’il exprimât pour l’Algérie a contrario des autres colonies, à cause du fait qu’il s’agissait d’une colonie de peuplement supposant une cohabitation, qui fut un rendez-vous manqué du début à la fin.

11Subsumer sous la désignation sommaire d’ethnologue (discipline évidemment directement issue de la colonisation) Soustelle, Tillion, Monteil et Servier sans discernement particulier jette plus l’opprobre sur tous les tenants de cette discipline que cela ne nous permet de juger de leurs conduites, au demeurant mues par des revirements et reniements divers, et des oppositions intellectuelles et politiques parfois diamétralement opposées selon les moments d’une histoire moins linéaire qu’on le laisse trop facilement entendre. Jean Servier, né en Algérie, fut tout de même l’inspirateur des harkas et un chaud partisan de l’Algérie française. On veut bien que Vincent Monteil, officier saint-cyrien, soit qualifié de « chef de cabinet militaire et savant islamologue » (p. 48), mais on pourrait tout aussi bien indiquer que, après avoir vécu au Maroc, en Albanie, en Birmanie, en Iran, en Indonésie et de connivence avec la cause palestinienne et le régime de la République islamique d’Iran, il a fini par se convertir à l’islam à Nouakchott en devenant hadj Mansour Monteil. Bref, tous les protagonistes de ce qui est qualifié par l’auteure de contre-révolution mériterait une attention plus soutenue et pertinente des engagements, convictions et prises de positions politiques des uns et des autres, car l’architecture et l’urbanisme peuvent aussi être des champs d’investigation destinés à mieux comprendre comment le choix d’un habitat et la désignation des destinataires des édifices nous renseignent sur la société, son histoire et les enjeux de ses luttes. Le chapitre consacré à la ville nouvelle avortée de Rocher Noir est évidemment particulièrement intéressant, notamment au moment du récent confinement généralisé et de l’engouement des retraités des classes bourgeoises vieillissantes américaines pour les gated communities. Il offre en effet l’opportunité de mieux faire la jonction entre les feux du désespoir de l’urbanisme colonial et l’enthousiasme inconsidéré des villes nouvelles censées offrir à la France métropolitaine l’avenir radieux que la consommation de masse nous promettait au beau milieu des Trente glorieuses sonnant le glas de la défunte Algérie française.

12Si ce livre constitue une contribution intéressante à cette histoire architecturale du conflit algérien en nous en dévoilant certains aspects encore trop méconnus, les questions qu’il soulève mériteront d’être revisitées et approfondies pour mieux comprendre et évaluer à sa juste valeur cette politique menée manu militari, y compris par des architectes et des urbanistes dont les biographies et les réalisations sont encore trop souvent injustement ignorées.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Branche R. :
- 2005, La Guerre d’Algérie, une histoire apaisée, Paris, Seuil ;
- 2001, La Torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie : 1954-1962, Paris, Gallimard.

2 Thénault S., 2012, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale, camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob.

3 Sacriste F. :
- 2011, Germaine Tillion, Jacques Berque, Jean Servier et Pierre Bourdieu, des ethnologues dans la guerre d’indépendance algérienne, Paris, L’Harmattan ;
- 2012, « Surveiller et moderniser. Les camps de regroupement de la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) », Métropolitiques. www.metropolitiques.eu/Surveiller-et-moderniser-Les-camps.html [mis en ligne le 15/02/2012 ; consulté le 16/10/2020].

- 2014, Les Camps de « regroupement » : une histoire de l’État colonial et de la société rurale pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962), Thèse en Histoire, sous la dir. de G. Pervillé et J. Cantier, Univ. Toulouse.

4 Jounin N., 2008, Chantier interdit au public, enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte.

5 On imagine sans peine que les travaux de construction se soient apparentés à du travail forcé pour les futurs habitants.

6 Créées par un arrêté du Gouverneur général de l’Algérie Jacques Soustelle le 26 septembre 1955, les Sections administratives spéciales sont une structure administrative civile et militaire dont la mission consistait à assurer la sécurité et à intervenir dans des domaines aussi divers que l’administration, la santé, le social, l’éducation, l’économie, l’habitat, la construction d’infrastructures et la protection des populations rurales musulmanes qu’il s’agissait de gagner idéologiquement à la cause de l’Algérie française.

7 Cornaton M., 2010, Pierre Bourdieu, une vie dédoublée, Paris, L’Harmattan.

8 Tillion G., 1960, L’Algérie bascule vers l’avenir, l’Algérie en 1957 et autres textes, Paris, Les Éditions de Minuit.

9 Thème du film de M. Bouamari, Le Charbonnier, Prix Georges Sadoul à la Semaine internationale de la Critique du Festival de Cannes en 1973.

10 Furtif gouverneur général de l’Algérie au début du xxe siècle, Charles Jonnart recommandait d’adopter un style arabisant pour les constructions officielles auxquelles on prête un style éponyme.

11 Sonacotral : Société nationale de construction de logements pour les travailleurs algériens.

12 Robin M.-M., 2004, Escadrons de la mort, l’école française, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Frey, « Architecture de la contre-révolution.
L’armée française dans le nord de l’Algérie
de Samia Henni », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 16 octobre 2020, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/emam/3117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/emam.3117

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Frey

Architecte-sociologue-urbaniste, Professeur émérite, IUP-UPHEC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers d'EMAM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search